Meurtres d'autistes

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Meurtres d'autistes

#1 Message par Ole Ferme l'oeil » samedi 10 juillet 2010 à 14:05

Issu de l'ancienne version de son cite "This way of life" (la nouvelle version du site a malheureusement disparu, cette page y avait probablement été modifié http://www.geocities.com/growingjoel/murder.html
(Traduction en cours)
Meurtres d'Autistes

C'est la page la plus difficile à écrire de tout mon site. La raison pour laquelle c'est difficile est que ces atrocités arrivent toujours de nos jours - des autistes sont tués juste parce qu'ils sont autistes. J'en suis attristé, mais ces pages seront difficiles à lire pour tous ceux qui ont du respect pour la vie des autistes. Il n'y atout simplement aucun moyen de présenter ce sujet sans causer de la douleur - tout spécialement pour ceux qui peuvent s'identifier à ces morts. Mais ce sujet doit être abordé, et je dois écrire à ce propos, dans l'espoir que ne serait-ce qu'un meurtre sera évité grâce aux mots écrits ici.

Certains des autistes mentionnés ont été tués volontairement, avec comme résultat espéré de la part des meurtriers, la mort de l'autiste. D'autre sont morts des résultats d'une énorme négligence,de négligence, manquement au suivi d'un protocole médical approprié, d'expérimentation médicale sans supervision en bonne et due forme, ou d'une tentative de "guérir" l'autisme en utilisant des méthodes non-testées et dangereuses (pour information, l'autisme n'a pas de remède).

Cette page pourrait être très difficile à lire, particulièrement pour ceux qui ont survécus à des abus et à la contention. Je suis désolé pour la douleur que cela pourrait causer à ces lecteurs.

Je vais aussi prévenir le lecteur que je ne fais aucune tentative pour m'identifier, approuver, ou de toute autre façon comprendre les actions des meurtriers. Leurs actes ne peuvent pas être justifiés, ils ne le seront pas d'avantage sur ce site.

Affectueusement à la mémoire de...
Cette page est dédiée à tous ces autistes qui ont été tués parce qu'ils étaient autistes, parmi eux:

Casey Albury (17 ans, mort en 1997)
Angelica Auriemma (20 ans, morte le 5 Déc. 2003)
Dale Bartolome (27 ans, mort le 29 Juil. 2002)
Charles-Antoine Blais (6 ans, mort en Nov. 1996)
Eric Bland (38 ans, mort en 2004)
Jeffrey Bogrett (9 ans, mort le 1 Déc. 1995)
Gabriel Britt (6 ans, mort le 3 Mars. 2001)
Casey Collier (17 ans, mort le 21 Déc. 1993)
Maggie Caraballo (38 ans, morte le 20 Aout. 2003)
Terrance Cottrell, Jr. (8 ans, mort le 22 Aout. 2003)
James Joseph Cummings, Jr. (46 ans, mort le 16 Nov. 1999)
Jason Dawes (10 ans, mort en Aout. 2003)
Brahim Dukes (18 ans, mort le 29 Déc. 2001)
Matthew Goodman (14 ans, mort le 6 Févr. 2002)
Jim Helm (mort en 1998)
Stephanie Jobin (13 ans, morte le 17 Juin 1998)
Daniel Leubner (13 ans, mort le 4 Sept. 1999)
Katherine McCarron (3 ans, morte le 13 mai 2006)
Patrick Markcrow (36 ans, mort le 29 Mars 2005)
Justin Malphus (5 ans, mort le 19 Avril 2000)
Charles Mancill (24 ans, mort le 13 Févr. 2002)
Abubakar Nadama (5 ans, mort le 23 Aout. 2005)
Mark Owens-Young-Rogan (11 ans, mort le 17 Sept. 2001)
Pierre Pasquiou (10 ans, mort le 28 Déc. 1998)
Tiffany Pinckney (23 ans, morte le 2 Avril 2005)
Michael Renner-Lewis (15 ans, mort le 25 Aout. 2003)
Nozomu Shinozaki (22 ans, mort(e)(?) le 25 Févr. 2003)
Tanaka (14 ans, mort(e)(?) le le 24 Juil. 2002)
Matthew Vick (23 ans, mort le 25 Mai 2002)
Wayne Winter (39 ans, mort le 15 Jan. 2001)
Willie Wright (15 ans, mort(e)(?) le 4 Mars 2000)

Quand ces vies ont été retirées à ce monde, une partie de la beauté et des merveilles du monde ont été enlevés avec eux . Nous avons perdu cette beauté et ces merveilles pour toujours.

Châtiments reçus

Dans la majorité des cas, la cour a désigné les parents, docteurs, ou des aidants (?) qui ont causé la mort de ces autistes comme coupables. Cependant, mais ce n'est que très rarement pour meurtre (assassinat?), et les jugements tendent à être très légers. (notez que je n'ai pas d'information sur les sentences pour tous les meurtres présents sur cette page) Par exemple:

* La mère de Casey Albury - 5 mois, homicide (meurtre) (Casey a été étranglé)
* Le père de Dale Bartolome - s'est suicidé (Dale a été abattu)
* La mère de Charles-Antoine Blais - 23 mois sentence suspendue- 1 an dans un centre de réadaptation (halfway house), n'a passé aucun temps en prison (Charles a été noyé)
* La sœur d'Eric Bland - 43 ans, meurtre (assassinat) et abus sur une personne dépendante(?) (dependent abuse) (Eric a été sous alimenté (affamé, mort de faim))
* Le père de Gabriel Britt - : 10 ans, suspendu à 4 ans plus 5 mois de sursis and credit for time served, Conduite illégale envers un enfant; Pour la mère: pas de punition (Gabriel a été battu et ensuite étouffé)
* l'Établissement où se trouvait Casey Collier - Aucune sanction significative d'aucune sorte - notez qu'une autre mort due à la contention à eu lieu dans cet Établissement en 1999 (Casey est mort en suffocant alors qu'il était immobilisé la face contre le sol d'une manière qui l'empêchait de respirer)
* Le "ministère" de Terrance Cottrell - 2.5 ans de prison, 7 ans et demi supervision étendue, $1,200 restitution, Abus Physique sur un enfant (Terrance est mort par suffocation alors que le ministère était assis sur lui pendant un service de prière pour "le libérer de ses démons")
* Le père de James Joseph Cummings, Junior - 5 ans, homicide (meurtre) (James a été poignardé à mort)
* La mère de Jason Dawes- 5 ans "good behavior bond" (semblable au sursis aux États-Unis, aucun temps de prison), homicide (meurtre) (Jason a été étranglé)
* La belle-mère de Brahim Dukes - Le procès est toujours en cours (Brahim a été affamé)
* les aidants de Matthew Goodman's - Fines for abuse, négligence, et avoir laissé Matthew en contention sans surveillance; aucunes charges criminelles, cependant (Matthew Goodman est mort des résultat d'une trop importante médication et d'être placé dans une contention inappropriée)
* Les aidants de Stephanie Jobin - Bien qu'une enquête ait été menée, ce n'était pas un procès en court et il n'en résultat aucun jugement contre l'établissement (Stephanie est mort de suffocation après avoir été immobilisé sous un sac de haricots et le poids de nombreux aidants)
* La mère de Daniel Leubner - 6 ans de prison et 210$ de charges en plus, Incendie Volontaire 2 et homicide (meurtre) 1 (Daniel a été brûlé vif dans sa maison à la suite d'un incendie volontaire)
* La mère de Katherine McCarron - Procès toujours en cours, McCarron a entré une plaide de "non coupable" pour les charges de meurtre (assassinat?) au premier degré, gênant la justice, et occultant un homicide (?)(Katie a été étouffée)
* La mère de Justin Malphus - Perpétuité(?) (life) + 60 ans de prison, meurtre (assassinat); les travailleurs sociaux reçoivent 15 et 20 jours de suspension pour avoir improprement étudié les circonstances de vie de Justin avant son assassinat (Justin a été noyé)
* La mère de Patrick Markcrow - 2 ans sentence suspendue (aussi longtemps qu'elle conservera un "bon comportement" en gros, elle n'aura pas à passer ce temps en prison pour de vrai), homicide (meurtre) (Patrick a été empoisonné et ensuite étouffé avec un sac en plastique)
* Abubakar Nadama's Physician - aucun (Abubakar a été atteint d'une crise cardiaque alors qu'il était soumis une procédure médicale dangereuse et non-nécessaire pour guérir son autisme)
* La mère de Pierre Pasquiou - 3 ans sentence suspendue (Pierre a été noyé)
* La mère de Mark Owens-Young-Rogan - s'est suicidée (La mère de Mark a sauté d'un pont avec lui)
* Les tueurs de Nozomu Shinozaki - 4 plea bargained to homicide (meurtre) tandis que les charges contre 5 autres ont été abandonnées (Nozomu a été battu during a session of vigilante justice)
* Le père de Tanaka - 3 ans sentence suspendue, aucun temps n'a été passé (en prison) (Tanaka a été étranglé)
* Matthew Vick's Group Home - L'affaire a été close par l'État du Texas; pas de charges criminelles (Matthew est mort des résultat d'une contention inappropriée)
* Les aidants de Willie Wright's - aucune conséquences d'aucune sorte (Willie est mort(e) de la façon dont il/elle a été placé(e) en contention dans un hôpital psychiatrique)

De tous les cas mentionnés ici, seulement deux ont débouchés sur une sentence significative quand on les compare aux sentences reçues par ceux qui ont été trouvés coupables du meurtre d'un enfant neurotypique. Beaucoup n'ont passé aucun temps en prison, n'ont fait face à aucune conséquences pour leurs actions. A titre de comparaison, j'ai fait une recherche sur les meurtres d'enfants non-autistes, et pris les 5 premier que j'aie vus qui n'impliquaient pas d'abus sexuel (notez que certains des autistes assassinés n'étaient pas des enfants, bien que la majorité l'étaient):

* Un homme sud-africain de Johannesburg a été emprisonné pendant 8 ans pour avoir seulement planifié l'assassinat de son enfant
* Le meurtrier de Megan Dail, un conducteur ivre, a été condamné à perpétuité+26 mois pour avoir causé l'accident qui a tué la petite 4 Megan de 4 ans
* Le petit ami de la mère d'Ashley Smithson a été condamné à perpétuité without parole pour avoir battu Ashley (2 ans) à mort
* Nahaman Carmona Lopez, un enfant de la rue Guatémaltèque de 13 ans, a été tué par 4 officiers de police qui l'ont tabassé à mort. Les quatre officiers ont été condamnés à 12 ans d'emprisonnement et à payer une amende d'un total de 20,000 Quetzales à la mère du garçon
* Le petit ami de la mère de Kennedy McFarlane a été condamné à la prison à perpétuité pour avoir battu Kennedy (3 ans) à mort.

La conclusion évidente est abominable. Un homme qui a planifié le meurtre de son enfant ou qui a eu un accident de voiture après avoir bu doit faire face à des années de prison tandis que des parents qui ont planifié et exécuté le meurtre de leurs enfants s'en sortent sans aucun temps de prison, simplement parce que leur enfant se trouvait être autiste.

Mais qu'en est-il des parents...

J'ai bel et bien été critiqué comme étant insensible et sans-cœur pour me soucier des autistes qui meurent entre les mains des personnes qui étaient supposées prendre soin d'eux. Les personnes disant cela essayent habituellement de déplacer ma focalisation sur l'enfant qui est mort en la plaçant sur les parents qui n'ont pas reçu suffisamment de support. Bien que je réalise qu'il y a un besoin légitime de support, et que souvent les parents n'en reçoivent pas autant qu'ils en auraient besoin (tout spécialement des soins de relève (soins de répit)), la même excuse a été employée par des parents qui ont assassinés leurs enfants neurotypiques. Par exemple, Un parent célibataire élève trois ou quatre enfants neurotypiques. Un jour,il craque et tue ses enfants. Il passe alors le reste de sa vie derrière les barreaux, malgré sa plaidoirie qu'essayer d'élever une famille par ses propres moyens, tout en travaillant 50 heures par semaine, nettoyant la maison, et préparant les repas est un travail vraiment difficile et qu'il lui manquait le support nécessaire. Il passe quand même sa vie en prison. Par contre si il ajoute juste un mot - "handicapé" - en parlant de son enfant, il reçoit immédiatement de la sympathie pour ses actions. L'assassin d'un enfant neurotypique a rarement une justification acceptable pour un jury - quel que soit l'état mental de l'assassin. Je demande que le même traitement soit appliqué pour les assassins d'autistes - le simple fait que l'enfant ne soit pas aussi présentable ne veut pas dire que l'assassinat soit en aucun point moins affreux.

Des parents m'ont critiqué pour ne pas comprendre leur combat. Je veux bien reconnaitre que je ne peux pas apprécier pleinement ce que c'est que d'élever un enfant autiste, vu que je ne l'ai pas fait. Mais oui, je crois que les parents méritent beaucoup de crédit et ont un boulot très difficile. Un boulot difficile n'est pas une justification pour un assassinat, toutefois.

Les molesteurs d'enfants (agresseurs? pédophiles?) ont utilisé l'argument qu'ils ont un déséquilibre chimique dans leur cerveau qui provoquent un comportement (attirance?, conduite?) sexuel déviant. Ils ont soutenus que celles-ci étaient parmi les émotions les plus fortes que puissent ressentir une personne. Et pourtant peu de molesteurs d'enfants ont rencontré la sympathie du publique, malgré le fait qu'il y ait quelques preuves psychologiques qu'il puisse y avoir du vrai dans leur affirmation. Les tribunaux, tout autour du monde, ont constamment déclaré qu'il y a d'autres portes de sortie pour ces impulsions, d'autres façons de les exprimer, et des moyens de recevoir de l'aide les concernant. Les tribunaux ne croient généralement pas un molesteur d'enfant quand il dit qu'il n'avait pas d'autre choix que d'exécuter l'acte sexuel. Et ils ne le devraient pas, il y a des preuves scientifiques à l'appui de la court, même si il y a un peu de vrai dans ce que disent les molesteurs. Il en va de même pour les meurtres, tout particulièrement pour les assassinat (meurtres prémédités?), où le tueur a tout planifié bien à l'avance. Il y a d'autres portes de sortie pour la frustration due au manque de soutien. Il y a toujours une issue autre que le meurtre - peut-être la famille, peut-être des amis, peut-être l'Église, peut-être l'État. Dans les pays civilisés, l'État est obligé de s'assurer de la sécurité des enfants - donc confier l'enfant aux soins de l'État est une option pour ceux qui vivent dans des pays civilisés (et même si c'est une mauvaise option, ça a moins de risques d'être permanent et est aussi une meilleure option que la mort).

Meurtre Charitable

Une autre excuse souvent employée pour justifier l'assassinat d'autistes est qu'un autiste n'aura jamais une grande qualité de vie - qu'il sera confiné dans une institution, qu'il ne sera pas capable de communiquer, et ne sera même pas capable d'expérimenter des émotions telles que la joie, le bonheur, et l'amour.

Ce n'est tout simplement pas vrai. certaines personnes, qu'elles soient autistes ou neurotypiques, mènent une existence assez malheureuse. Mais être autiste ne vous condamne pas à une telle vie, peu importe combien vous êtes "de bas niveau". Même la personne de plus bas niveau peut apprécier la vie, bien que cette vie puisse avoir un aspect bien différent de ce que quelqu'un d'autre pourrait apprécier (souhaiter), et ça pourrait même être une vie que peu d'autres personnes pourraient aimer.

Comme pour la question du confinement, il est possible même pour des adultes autistes de très bas-niveau - sans parole ou même toilet skills - de vivre dans la communauté. Mais, même si quelqu'un est confiné dans une institution, Ce n'est pas une raison suffisante pour le tuer. Quand une personne perds de sa qualité de vie à cause du confinement, le confinement est le problème auquel il faut répondre si vous voulez améliorer la qualité de vie des autistes. Le meurtre ne répond pas aux vrais problèmes. Si l'on peut tuer une personne qui souffre d'un rhume, et que cela abrègerait sa souffrance due au rhume, une méthode plus appropriée est de lui accorder une assistance médicale,du repos, pleins de fluides, et de la compassion. Nous devrions vouloir régler les problèmes que rencontrent les autistes, pas éliminer les autistes eux-mêmes.

L'excuse "J'empêche ses souffrances en tuant mon enfant" en est une bien pauvre. Personne ne peut savoir quelle vie attend un enfant. Même ceux qui croient qu'il y a une différence significative entre la qualité de vie d'une personne de cas niveau et celle d'une personne de haut niveau (Moi je n'y crois pas) doivent se rendre compte que la frontière est moins claire qu'ils ne voudraient le croire. Par exemple, Je n'ai pas parlé avant autour de 5 ans. Je connais d'autres autistes qui n'ont pas parlé avant leur adolescence, et encore d'autres qui pouvaient parler il y a des années mais ne le peuvent plus à présent. Beaucoup d'entre eux aiment la vie, et aucun d'entre eux ne souhaiteraient que quelqu'un d'autre décide de prendre leurs vies pour "leur épargner la misère du monde". L'assassinat ne nait pas d'un trop plein d'amour, mais du désire de quelqu'un d'imposer ses propres opinions sur quelqu'un d'autre, de la haine, ou de l'égoïsme. C'est souvent l'expression de préjugés (de discrimination).

Vie Moins Précieuse

Bien que l'on en parle rarement directement, la vision qui prévaut dans la société quand au meurtre de personnes handicapées est que les personnes handicapées mentalement ont moins de valeur. Même la communauté des handicapés y contribue, avec des phrases telles que celle d'un homme aveugle disant, "Je suis une personne - J'ai toujours mon esprit!" (impliquant que ne pas avoir un esprit neurotypique fait de quelqu'un quelque-chose de moins qu'une personne). Mais c'est encore pire en dehors de la communauté des handicapés. Quand un conducteur ivre, qui n'avait rien planifié de ce qui s'est passé, est envoyé en prison à perpétuité après avoir tué un enfant innocent, assurément un parent qui planifie l'assassinat de son enfant devrait aussi recevoir la même sentence. Le conducteur ivre pourrait arguer que son esprit était endommagé et son sens du jugement embrumé à cause de l'alcool, mais le tribunal répondra qu'il y avait un moyen d'éviter ça- il n'aurait simplement pas dû conduire. L'assassinat d'enfants autistes n'a pas besoin de se produire. La société ne force pas les mères et les pères à tuer leurs propres enfants, bien qu'elle disent bel et bien à ces parents que leurs actes, bien qu'un peu mauvais (mal), étaient justifiable (pour donner l'exemple le plus spectaculaire de ceci, Danielle Blais a reçu un emploi dans la Quebec Autism Society après avoir assassiné son enfant).

Le meurtre est immoral, parce que la vie est précieuse. La vie d'un(e) neurotypique est précieuse. La vie d'un(e) autiste est précieuse. Dans de nombreux endroits, cependant, les punitions pour la cruauté envers un animal sont plus sévères que celles pour la cruauté envers un autiste. Je ne connais aucun endroit où quelqu'un ayant causé de grandes douleurs à un chien, par des moyens qui seraient considérés comme de la torture par le plus grand nombre (de personnes?), qui aboutiraient à la mort du chien ne seraient pas confrontés à des accusations de criminalité et un jugement en tant que tel. Et pourtant il n'est pas inhabituel que le meurtrier d'un autiste ne soit confronté à aucune poursuite judiciaire. Par exemple, si je vous disais que j'ai attaché un chien à une table de façon à l'immobiliser, de telle façon qu'il ne puisse pas respirer correctement, tout en écoutant ses sons de terreur et de douleur, et que je le regardais en mourir au bout du compte, Je m'attendrais à ce que vous me considériez comme une personne horriblement cruelle. En fait, J'espère que vous le feriez - toute personne faisant cela à un animal est une personne cruelle. Et pourtant il y a des autistes qui sont morts de manière identique. C'est une mort très cruelle que de mourir de suffocation en étant en contention. Beaucoup de ceux qui ont été tués avaient même criés de manière parfaitement intelligible qu'ils ne pouvaient plus respirer, mais leurs complaintes ont étés ignorées (avec des mots tels que, "Si tu peux parler, tu peux respirer," ce qui n'est pas vrai dans le cas de la contention). Et ils sont morts de cette mort horrible des mains de ceux qui étaient supposés prendre soin d'eux. J'ai connaissance de nombreux incidents où des autistes sont passés près de la mort ou même sont morts en étant placés en contention, y compris certains que je mentionne sur cette page, but mais je n'ai connaissance d'aucun pour lequel des charges - ou même des actions disciplinaires - n'ont été retenues contre ceux qui ont causés la mort - malgré le degré de responsabilités normalement plus haut auquel les praticiens médicaux sont tenus. Il s'avère que ceux que la société considère comme handicapés ou malade mentalement ne sont pas considérés comme méritant le même respect que ceux qui sont considérés comme "normaux". En fait, ils ne sont souvent même pas considérés comme méritant la même somme de respect que celle témoignée a un chien.

Des Morts Horribles

concernant les victimes mentionnées ici, seules deux pourraient être mortes instantanément. Les autres ont été étranglées, noyées, affamées, ou saignées à mort après avoir été poignardées. Dans chacun de ces cas, chaque victime aura ressenti une peur atroce tandis que quelqu'un à qui ils se fiaient pour prendre soin de leur propre santé, et dans de nombreux cas, que ces victimes aimaient, leur causait une douleur abominable. Ces méthodes d'assassinat ne démontraient pas de compassion - Elles comptent parmi les moyens les plus abominables de mettre fin aux jours de quelqu'un. En fait, pour la plupart de ces meurtres, l'assassin avait déjà échoué dans une première, et parfois même, une seconde tentative reportée de tuer l'enfant. Cependant ceci n'est pas si habituel - peu de meurtres d'enfants ne causent pas d'horribles douleurs et peurs, donc ceci ne devrait pas être surprenant.

Du support pour les parents

Les parents ont besoin de soutien. dire que le meurtre est une mauvaise chose n'entre pas en contradiction avec cette affirmation. Dans des affaires criminelles, il est juste et correct d'espérer une sentence qui ne soit pas plus faible seulement du fait de la position sociale de la victime.

Certains parents croient que cela affaiblit leur position en regard du nombre courant de services qui leurs sont accessibles. Ce n'est pas vrai. Plutôt que de justifier de mauvaises actions, nous avons besoin que les bons parents et aidants s'engagent dans des actions politiques, démontrant que la vie des autistes a de la valeur et qu'il vaut la peine de leur apporter du soutien c'est un besoin pressant. Nous ne rendons pas service à la cause lorsque nous encourageons des jugement qui affaiblissent la valeur attribuée à la vie des autistes.

Un mot sur "One-Sidedness"

J'ai reçu de nombreuses complaintes accusant ce site d'être partial dans sa présentation des faits concernant ces cas de meurtres. S'il vous plait, sentez-vous libres de m'envoyer des informations sur des meurtres d'autistes pour lesquels la mémoire des victimes a été respectée à travers une sentence adéquate. J'ai essayé d'inclure tous les cas dans lesquels la victime n'aurait pas été tuée si elle avait été neurotypique, sans tenir compte de savoir si ils soutiendraient mes propos (mon point de vue) ou pas. Toutes ces morts se doivent d'être gardées en mémoire. J'encourage et soutien quiconque sec sentirait le besoin de faire ses propres recherches afin de vérifier les faits. Je demande seulement qu'avant de contredire mes propos, vous vérifiiez bel et bien les faits. Si vous croyez que je suis partial en étant sélectif quand aux cas que je présente, Je vous demande de faire cette recherche - pour que vous ayez l'esprit en paix. J'espère aussi que vous m'enverrez des informations sur des meurtres n'ayant pas encore été inclus ici, afin que je puisse préserver la mémoire des victimes en les ajoutant sur le site.

Additions

Si vous avez entendu parler d'un meurtre dans lequel la victime a été tuée parce qu'il/elle était autiste, j'aimerais inclure le nom de la victime sur cette page, comme un mémorial. S'il vous plait envoyez l'E-Mail à joel@thiswayoflife.com, avec le nom de la victime, son age au moment de la mort (si disponible), et la date à laquelle la victime est morte (si disponible). Du fait de la nature sérieuse de cette page, Je vous demande de réunir autant de documentation que vous pouvez en trouver afin que l'accusation d'assassinat soit substantielle.

D'autres sites sur l'Assassinat et l'Abus de personnes handicapées

D'autres sites web ont également fourni de la documentation sur la dévaluation des vies des autistes et d'autres personnes handicapées. Notez que certains de ces sites pourraient être très douloureux à lire pour ceux qui ont connus des abus dans leur passé.

* Children Injured by Restraints and Adversives - Une organisation de parents dont le but est d'empêcher les abus des méthodes de contention.
* Deadly Restraint - A special feature created by the Hartford Courant newspaper. Fourni de la documentation sur de nombreuses morts dues à des méthodes de contentions aux mains de "professionnels". It also includes a database of deaths caused by restraint.
* Linda Cornelison's Death - Cette mort eu lieu en 1990. Bien que Linda n'était pas autiste, elle était diagnostiquée comme mentalement retardée Les gens ayant cette étiquette font souvent face à des formes d'abus et de torture similaires à ceux auxquels font face les autistes. It is shocking that this facility continues operations today, focusing on autistic individuals in addition to persons labeled mentally retarded. In fact, many consider it one of the premier autism treatment facilities in the United States.
* The Meaning of 'Murderer' - Discussion of Jack Kevorkian's murder of a person with disability, and his argument that it was simply a "medical service"
* Murder of Autistic Persons - Un autre site qui détaille l'assassinat d'autistes, et inclut des informations supplémentaires sur les morts dans des institutions, group homes, schools, etc.
* Not Dead Yet - A disability-rights organization which opposes euthanasia
* United States of Leland - The Sub-human Life - Une critique du film United States of Leland in which an autistic murder victim is used as a plot device to obtain sympathy for the killer.

Liens Sur les assassinats des personnes handicapées pendant l'Holocauste

The first persons killed in the holocaust were "mentally ill" persons (note that there was not a separate diagnosis of autism at the time, so exact numbers are unavailable) who, according to Hitler and his doctors, were unfit for life. The reasons used during the holocaust are the same reasons being used today to justify the murderers of autistics. These killings preceded the other horrible atrocities in Germany, possibly because they were more palatable to the population.

* Life unworthy of life
* A proclamation to remember these deaths

Links About Specific Murders

There are many reports on-line of the murders of autistics. A few of them are listed below.

* Maggie Caraballo
* Daniel Leubner
* Justin Malphus
* Abubakar Nadama

Corrections

Every effort has been made to validate sources before including names or events on this page. However, if you feel any of this information is in error, I ask for you to send mail to joel@thiswayoflife.com. Please include any documentation available to you.

Merci

I want to thank A M Baggs for the help with proofreading this site and helping me research these cases.

I also want to thank the parents, who, after learning of their child's autism and dealing with the stresses of raising someone who is different, continued to show love and compassion for their children as they came to terms with a child who wasn't what they expected, but who was wonderful and precious. I thank my parents for allowing me to experience life, and didn't take what would have been an easy way out.
Copyright © 2001-2006 by Joel Smith - All Rights Reserved
1
Modifié en dernier par Ole Ferme l'oeil le samedi 25 décembre 2010 à 12:50, modifié 18 fois.

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#2 Message par Ole Ferme l'oeil » samedi 10 juillet 2010 à 14:17

Sur le même sujet,
Je profite de remettre ici, un texte de Michelle Dawson que j'avais traduit à cet endroit
Le texte d'origine se trouve ici

Lundi, 6 Novembre, 2006
Le meurtre de Charles-Antoine Blais

Charles-Antoine Blais a été tué à Montreal il y a 10 ans aujourd'hui. Il avait 6 ans. Il avait été diagnostiqué autiste lorsqu'il avait 5 ans.

Il fut tenu fermement sous l'eau (?) et noyé dans la baignoire par sa mère, Danielle Blais. Elle fut accusée de meurtre au premier degré, Puis cela fut réduit à une accusation moins forte (?), à laquelle elle plaida coupable.

Le meurtre de Charles-Antoine reçut une importance couverture médiatique. Les sociétés officielles en charge de l'autisme de Montréal et d'ailleurs (?) s'exprimèrent partout(?). Ils voulaient que tout le monde sache combien il est dévastateur d'avoir un enfant autiste , et combien il est compréhensible qu'un parent puisse aller jusqu'à tuer un tel enfant. Il disaient que la vie de Danielle Blais avait été un cauchemar et qu'il était injuste de la punir.

Des parents d'enfants autistes arrosèrent Mrs Blais de lettres de soutien. Ils collectèrent de l'argent pour Mrs Blais. Ils organisèrent une manifestation pour la soutenir et pour demander la mise (au point/en place?) d'un traitement spécifique de l'autisme, nombreux clamant(?) qu'il était le seul moyen d'empêcher que d'avantage d'enfants autistes soient tués par leurs parents. Carmen Lahaie, Présidente de la société de Montréal de l'autisme, déclara dans les médias que Charles-Antoine était "heureux maintenant" qu'il était mort. les médias publièrent de nombreuses histoires sur la "tragédie" de l'autisme. aux informations, il fut annoncé que (les/des?) parents d'enfants autistes voulaient Mrs Blais pour les représenter.

A la court, Mrs Lahaie témoigna en faveur de Mrs Blais. Selon le jugement(?) signé par le juge Jean B. Falerdeau, Mrs Lahaie

...expliqua combien c'est un fardeau pour les parents de prendre soin d'un enfant autiste...

Aussi(?), Mrs Lahaie

...voudrait engager l'accusée 21 heures par semaine à la fondation de la Société de l'autisme, quand l'accusée serait libérée.

Dans son résumé des preuves, le juge Falerdeau écrit à propos de Mrs Blais,

...elle ne voulait pas laisser son fils tout seul ou imposer à d'autres le fardeau de prendre soin d'un enfant autiste.

Dans son compte rendu(?) de la jurisprudence(?), il écrit à propos de Mrs Blais qu'elle

...pourrait être employée à aider les parents d'enfants autistes.

Et dans son énonciation de la sentence(?), il écrivit:

Il est clair que l'accusée ne représente pas un danger pour la société; elle pourrait travailler et même aider les parents d'enfants autistes.

En été 1997, Mrs Blais fut condamnée non pas à la prison, mais à passer un an dans un centre communautaire résidentiel, et elle fut employée comme une représentation(?)--en quelques sortes un rôle de modèle-par la société de l'autisme de Montréal, comme promis par Mrs Lahaie.

Quand j'entendis ceci aux informations nationales,estomaquée (étonnée?, choquée?),Je téléphonai à Mrs Lahaie. Qu'est-ce-que vous faites, lui demandai-je. Elle répondit, vous ne pouvez pas comprendre, nos enfants ont ruinés nos vies.

En 2003, Je parlais avec le juge Falerdeau, et avec les deux avocats impliqués dans cette affaire. Il était clair que la décision du juge Falerdeau était basée sur l'évidence mise en place avant lui. Il n'a même pas été envisagé que le fait d'avoir un enfant autiste puisse-t-être quoi que ce soit de moins que dévastateur. Il n'a même pas été envisagé que Charles-Antoine aie pu être quoi que ce soit d'autre que le fardeau décrit par la Présidente de la société de Montréal de l'autisme. Chacun voyait Charles-Antoine comme un fardeau. Personne ne mit en question cela. Et dans les médias, Mrs Lahaie laissa entendre qu'il était mieux mort--heureux, d'être assassiné.

J'ai pensé à la vie et la mort de Charles-Antoine Blais chaque jour depuis le jour de son assassinat. J'ai honte de ne pas m'être à l'époque d'avantage exprimée sur le sujet que je ne l'ai fait. Je n'était alors pas habituée à la défense du droit des autistes(?). Je pensais, Et si ils avaient raison? Ils étaient en charge, après tout, de prendre toutes les décisions, de décider de notre futur. Ils étaient les autorités, les gens que vous devez aller voir, si vous êtes autiste et avez besoin d'aide et d'informations. Je ne connaissais aucune autre personne autiste, en 1996 et 1997. Il devait encore s'écouler beaucoup d'années avant que j'aille sur internet et découvre que je n'étais pas la seule personne qui pensait que ce qui s'était passé était horriblement injuste (grave/mauvais?).

Charles-Antoine Blais aurait 16 ans aujourd'hui, si il n'avait pas été vu comme un fardeau et tué. Je n'ai jamais trouvé une photo de lui, à part une dans La Presse de son corps emmené hors de sa maison, dans sa ville, là où sa vie fut dévaluée et où elle lui fut enlevée. Dix ans après son assassinat , les autistes sont toujours quotidiennement(?) décrit comme dévastateurs(?) et comme fardeaux, y-compris par nos dirigeants politiques. La mémoire de Charles-Antoine Blais n'a pas été respectée.
Posté par Michelle Dawson à 1:04 du matin
Modifié en dernier par Ole Ferme l'oeil le mardi 19 août 2014 à 10:50, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#3 Message par Ole Ferme l'oeil » samedi 10 juillet 2010 à 14:34

Et j'ajouterai ici la traduction d'un post sur Katie McCarron, j'ai choisi celui qui reprenait tout le témoignage de son grand-père Mike McCarron
Le post en v.o.: http://mikestanton.wordpress.com/2006/0 ... -mccarron/
Pour Mike et Katie McCarron

J'ai essayé de toutes mes forces d'écrire un hommage à Katie McCarron et à son grand-père, Mike McCarron. Mike a généreusement partagé des photos de sa petite-fille sur Not dead yet et invité d'autres à les publier.

Image

Image


Je ne peux pas faire mieux que l'hommage d'Amanda. Et je défie quiconque d'égaler le pouvoir et la dignité des mots de Mike McCarron sur le blog de Kristina Autismvox.

Je voudrais dire quelque-chose à propos de Katie. Certains journaux ont rapportés que cela a été fait pour abréger la souffrance de Katie; Laissez moi vous assurer que “Katie n'était pas en état de souffrance”. Elle était une belle, précieuse et heureuse petite fille. Chaque jour elle était couverte* d'amour et répondait à cet amour avec des câlins des baisers et des rires. Katie aimait la musique; elle prononçait quelques mots d'une chanson enfantine tandis que ma femme chantait en duo avec le CD qu'elles avaient mis en route, leur propre version d'un “karaoké”** . Elle aimait danser, elle aimait faire le “hooky poky”. Elle aimait être entourée de fleurs et d'herbe haute. Elle disait “j'aime l'herbe”. Elle aimait le zoo et grâce à de nombreuses fiches et exercices elle pouvait identifier les animaux. Ce qui, je trouve était assez étonnant pour un si jeune enfant. Elle était aussi le seul enfant de son groupe de jeu non-autiste qui pouvait identifier un octogone. Ma femme et mon fils ont organisé une fête pour elle le jour où ils ont entendus cela de l'enseignant(e).

Elle aimait être habillée par sa grand-mère dans de nouvelles petites robes et tenues, et je pense que c'est important. Nous avons quatre petites filles, ma femme aimait leur acheter des petites robes à fanfreluches. Quand ma femme entrait dans un magasin elle n'a jamais demandé trois robes normales et une robe autiste. je pense qu'il faut être très sensible aux besoins particuliers de ces enfants mais en même temps ne pas oublier les nombreux traits typiques qu'ils développent aussi. Katie était d'abord et avant tout une petite fille, elle aimait que les gens s'exclament à grand tapage sur combien elle était belle. Ma femme l'emmenait à l'institut de beauté pour lui faire faire une petite coupe de cheveux. Katie aimait aller au centre commercial et admirer tous ces magasins et toutes ces vitrines. Ce sont des choses de femmes.

Elle allait à l'école spécialisée tous les jours, le personnel de ces écoles la chérissaient. Je n'ai pas de mots assez forts pour parler des membres du personnel*** de l'école de Mariposa. Ils étaient tellement, tellement plus que des thérapeutes professionnels, ils l'avaient adoptée et l'aimaient profondément. Katie était tellement chanceuse d'être avec eux tous les jours.

Il y a aussi une autre jeune demoiselle de Caroline du nord qui travaillait avec Katie hors des heures d'école. Le lien qui la liait à Katie était incroyablement profond. Je suis épaté qu'une mère célibataire travaillant pour élever elle-même son propre fils puisse se trouver capable de donner tellement d'amour en plus. Peut-être que l'amour est une de ces ressources spéciales, plus vous en donnez plus vous en avez.

Katie aimait le parc, les balançoires, les toboggans et être à l'extérieur. Elle jouait avec ses poupées et ses jouets; elle aimait “les télétubbies” et apportait de la joie à tous ceux qui étaient vraiment en contact avec elle. Oui, elle était autiste. Développementalement elle était en retard sur les autres enfants. Mais ses petites victoires pouvaient créer une joie incroyable pour ceux qui l'aimaient. Je ne peux pas décrire l'extase d'avoir ses petits bras autour de mon cou ou de les voir elle et mon fils rouler sur le sol jouant dans un bonheur partagé (frénétique)****.

Chaque jour je demande au seigneur si je pourrais prendre sa place, et peut-être pourrait-il renvoyer Katie aux bras aimants de mon fils et de ma femme. jusqu'ici cette prière n'a pas été exaucée. Mais en attendant je peux vous assurer que personne ne décrira son meurtre comme “compréhensible” ou ne la dévaluera de quelque manière sans que je viennes les contredire et les attaquer (?) eux et l'organisation qu'ils représentent.*****

Je dois m'excuser pour la durée de ce post, S'il vous plait sachez que je garde une place pour vous tous dans mes prières.


Image


18 juin, 2006 - Posté par Mike Stanton | Autisme

* en v.o.: she was showered with
** en v.o.: she would fill in some of the words in children’s songs as my wife would sing along with the CD that would be playing, their own version of “karaoke” .
*** en v.o.: staff
**** le texte en v.o. avait "shear hapiness" !?!
***** en v.o.: I can assure you that no one will describe her murder as “understandable” or devalue her in anyway without my personal challenge to them and the organizations they represent.
Modifié en dernier par Ole Ferme l'oeil le vendredi 8 octobre 2010 à 11:25, modifié 11 fois.

cend
Adepte
Messages : 204
Enregistré le : dimanche 29 juin 2008 à 17:58
Localisation : GAP
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#4 Message par cend » mardi 13 juillet 2010 à 7:44

Ici dans ma région en deux mois on en est à 3, mais comme chez nous on diag pas l'autisme, ils sont sous le diag de handicapés mentaux
Enfin si s'est bien le sujet :cry:

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#5 Message par Ole Ferme l'oeil » mardi 13 juillet 2010 à 11:50

:( :x :cry: Il est vraiment important que je continue ma traduction alors.
Tu vis à GAP?
Je suis tout près, chez mes grands-parents à Eyglier!
Je savais pas que ça arrivait tout près d'ici, j'aimerais bien connaitre leurs noms.
Ils ont été tués volontairement ou par négligence?
Leur a-t-on rendu un hommage digne?
Leurs meurtriers ont-ils été jugés de la même façon que si ils n'avaient pas été handicapés?

cend
Adepte
Messages : 204
Enregistré le : dimanche 29 juin 2008 à 17:58
Localisation : GAP
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#6 Message par cend » mardi 13 juillet 2010 à 15:33

non enfin je pense pas, c'est dit dans le journal du coin et puis ensuite on en parle plus. Ici il y a eu des maltraitances et des choses horrible qui ce sont passées et dont personnes parlent, moi j'ai été au courant de certains parce que la maman d'un adulte décéder mystérieusement à ouvert un enquête, 10 ans d'enquête......
Oui je suis à Gap

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#7 Message par Ole Ferme l'oeil » mardi 13 juillet 2010 à 16:15

C'est bien ce qui me semblait il y a beaucoup de boulot à faire ici en matière de droits humains,
C'est le moment pour que des voix s'élèvent.
J'ai croisé sur plusieurs sites et à divers endroits des handicapés qui avaient envie de s'exprimer mais ne semblait pas trop savoir où le faire, où ils seraient écoutés.
Avec un ami, nous prévoyons de créer un site où cela sera possible, où les voix les moins entendues pourront s'exprimer, des gens pourront parler de leur expérience de l'injustice et de la discrimination sans avoir l'impression de devoir demander d'abord à un docteur un éducateur ou un parent.
Un site pour et par des personnes handicapées qui ont envie de dénoncer ce qui ne va pas de réclamer leurs droit et de surtout clamer leur droit de vivre.
Une occasion aussi de commencer l'entraide, de se donner un peu de confiance en soi et en l'autre.
Ce site tiendra aussi compte des problèmes d'intersectionalité.
Et donnera aussi la parole à des avis minoritaires.
Il y a déjà des sites comme-ça dans les pays anglophones, j'ai l'impression qu'il n'y en a pas assez dans les pays francophones.
Il est temps qu'il y est un réveil.
Ras le bol d'une société qui tue, torture, insulte, maltraite, abuse, ignore, méprise, craint, manipule et refuse de faire confiance à tous ceux qui sont plus fragiles et/ou différents de la majorité, qui donne trop de pouvoir à certains individus sur d'autres et pas assez de moyens pour que les aménagements nécessaires soit accessibles à ceux qui en ont besoin, qui encourage l'orgueil au mépris de la connaissance et de l'aide effective, qui préfère encourager l'apparence de se concept vague qu'elle appelle "normalité" plutôt que d'autoriser la communication pour tous les individus.
Qui refuse de croire aux réelles difficultés rencontrées par les personnes qu'elle juge pas suffisament handicapées.
Et de croire aux réelles compétences des personnes qu'elle considère comme trop handicapées.
Qui semble considérer certains êtres comme supérieurs et d'autres comme inférieurs.
Ras le bol que les handicapés et les personnes considérées comme "malades mentales" puisse se voir refuser le droit à l'amour, mais soient nettement plus souvent abusés sexuellement que la moyenne.
Que quand leur avenir est évoqué, ils soient souvent les derniers à qui ont pensent à demander leur avis.
Qu'ils doivent travailler plus pour gagner moins.
Qu'enfants ils soient encore plus victimes de la Violence éducative ordinaire que les autres.
Que tellement d'entre eux finissent enfermés dans l'oubli général.

ça pourra servir d'exemple du genre de coups de gueules qui seront les bienvenus sur ce site.

En attendant je dédie ce 1200ème post à toutes ces victimes silencieuses, en espérant pour ceux qui restent que l'avenir sera meilleur!

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 21261
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Meurtres d'autistes

#8 Message par Jean » dimanche 18 juillet 2010 à 19:59

Ole Ferme l'oeil a écrit :Ce site tiendra aussi compte des problèmes d'intersectionalité.
Je n'ai pas compris ce terme : "intersectionnalité".

Je comprends bien le reste (d'autant plus que tu me l'as expliqué au téléphone :wink: ).

Il n'est pas possible de justifier le meurtre d'un jeune autiste par un parent au motif que l'autisme serait un "fléau".

Mais une partie de la responsabilité ne repose-t-elle pas sur la société, qui ne donne pas les moyens d'élever ou d'entretenir des enfants ?
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 21261
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Meurtres d'autistes

#9 Message par Jean » mardi 27 juillet 2010 à 22:16

Je traduis ces articles pour avoir une idée de la façon dont la grande presse les traite.

Une mère cite l'autisme des enfants comme motif de leur meurtre dans l'appel à l'opérateur du 911
22 Juillet 2010 - traduction Asperansa
Mother cites kids' autism as motive for their slayings in call to 911 operator
par TANYA EISERER / The Dallas Morning News
http://www.dallasnews.com/sharedcontent ... 55415.html

Dans un anglais hésitant et un ton monotone, Saiqa Akhter a tranquillement annoncé à un opérateur du 911 qu'elle avait étranglé ses deux petits enfants parce qu'ils étaient autistes.

«Je ne veux pas que mes enfants soient comme ça, » a-t'elle dit à l'opérateur lundi soir après avoir composé le 911. «Je veux des enfants normaux . "

L'opérateur l'a gardée au téléphone pendant plus de 10 minutes jusqu'à ce que la police puisse arriver à l'appartement de la famille d'Irving . Interrogée pour savoir comment elle se sentait au sujet du meurtre de ses enfants, Akhter a répondu : " Rien . "

Elle a également expliqué d'un ton neutre qu' elle avait d'abord tenté de tuer Zain âgé de 5 ans et Faryaal - 2 ans - avec un nettoyant pour salle de bains.

" Ils ne l'ont pas bu, il y avait donc un fil là aussi j'ai saisi leur cou , puis j'ai essayé et ils ne sont plus là", a déclaré Saiqa Akhter .

Lorsque la police d'Irving est arrivée sur les lieux , les autorités ont trouvé deux enfants couchés sur un lit dans l'appartement de la famille du deuxième étage avec un fil d'antenne que la police pense avoir été utilisé pour tuer les enfants .

Zain est décédé lundi . Faryaal est mort mardi soir, un jour après qu'elle a été réanimée et placée sous assistance respiratoire .

Leur mère de 30 ans devrait faire face à deux accusations d' assassinat. Elle a été transférée de la garde à vue de la police d'Irving à la prison du comté de Dallas mercredi soir . Une caution n'a pas été fixée .

Saiqa avait été déprimée ces dernières semaines, depuis son déménagement dans un nouvel appartement , suivant ce que son oncle a déclaré mardi .

" On dirait qu'elle a des problèmes mentaux ", a déclaré Wasimul Haque . «Je ne comprends pas pourquoi elle l'a fait . "

Bien que les membres de la famille , qui n'ont pas pu être joints mercredi , déjà disaient auparavant que Zain était autiste , il n'y avait pas de précédents rapports que Faryaal était autiste .

Akhter est susceptible d'être évaluée par un psychiatre après qu'elle ait engagé un avocat ou qu'il en sera désigné un par le tribunal. Sa confession a été accueillie avec une profonde tristesse par ceux qui travaillent avec les personnes atteintes d'autisme .

«Quand je l'ai entendue , mon cœur est tombé dans mes genoux », a déclaré Nagla Moussa, président de l'Association nationale de l'autisme du Nord Texas . «Les gens ne se rendent pas compte que l'autisme est traitable . Il y a de l'espoir . Il y a beaucoup d'interventions qui sont très efficaces . "

Mais elle dit que les parents d'enfants autistes sont souvent débordés , isolés et manquent de soutien . A plusieurs reprises , les régimes d'assurance ne couvrent pas l'ensemble des programmes de soutien nécessaires , et les parents ne peuvent tout simplement pas s'offrir ces moyens.

Il y a plus de 100.000 personnes ayant une déficience intellectuelle sur une liste d'attente pour des services au Texas , dit-elle .

"Je pense que tout le monde n'a pas [everybody failed] cette femme , et je ne suis pas en train de l'excuser de ses actions par tous les moyens ", a déclaré Moussa , la mère d'un adulte autiste qui s'accommode très bien avec la vie. " Mais même pour les plus capables, les plus forts de caractère , deux enfants atteints d'autisme, c'est une catastrophe. C'est écrasante. "

Bien que les personnes atteintes d'autisme peuvent mener une vie qui vont d'être gravement handicapé à presque la norme, bien des fois, les enfants autistes ont des problèmes de comportement, des difficultés à interagir avec les autres, à ne pas bien dormir la nuit et ont des problèmes sensoriels inhabituels, tels qu'un désir de ne manger que certains aliments et des sensibilités au bruit et à la texture des vêtements.

" Vous ne pouvez pas faire des choses de maman normale comme emmener les enfants dans la cour de récréation en raison de leur problèmes de comportement », dit-elle .
L'oncle d'Akhter a déclaré mardi que Zain avait des difficultés graves de parole , mais était en voie d'amélioration. Il a dit que le garçon été suivi en orthophonie.

Les problèmes de santé de Faryaal comprenait d'être précipité dans un service d' urgence du fait d'un problème respiratoire en mai 2009.

La famille a fait l'objet d'une enquête des services de protection de l'enfance (CPS)pour faire quitter la maison à Zain seul à ce moment-là . Un porte-parole de l'agence dit qu'il n'y avait aucun signe de violence physique, et les CPS ont travaillé avec la famille pour les aider.

Akhter et son mari , Rashid Akhter, ont émigré du Pakistan . Il travaille comme technicien informatique. Elle était mère au foyer.

L'appel au 911 Irving vint peu après 17 h, lundi à partir de l'appartement familial dans le bloc 3300 du Esters Road, juste au sud de l'autoroute 183.

D'une voix fortement accentuée , Saiqa Akhter dit immédiatement à l'opérateur du 911 , " je tue mes deux enfants . ... Ils sont morts. Je tue mes deux enfants . "

L'opérateur, qui initialement ne comprenait pas ce qu'elle disait , lui a demandé de répéter. «Je tue mes deux enfants. Ils sont morts , a-t-elle répété.

Ce qui a suivi est un échange inquiétant dans lequel Akhter a déclaré à plusieurs reprises qu'elle avait tué ses enfants. A ce moment, elle semblait frustrée que l'opérateur continue à l'interroger et lui ordonne de rester au téléphone.

«Je tue mes enfants . Mes enfants . Je tue mes enfants » , dit-elle , d'un ton agacé.
" Vous avez tué vos enfants ? " a répondu l'exploitant.
" Je les ai tués . Tous les deux , «  dit-elle .

À un moment donné , la ligne était coupée et l'opérateur l'a appelé en retour . Akhter répondit par un «bonjour» , puis a répété: « J'ai tué deux d'entre eux . Je vous l'ai dit . "
Interrogée pour savoir comment elle a tué ses enfants, elle a répondu qu'elle a utilisé un fil autour du cou . «Ils ne font rien », dit Akhter à l'opérateur . " Ils sont tout bleus et ils ne prennent aucune respiration et leur cœur ne bat pas . "

Les enfants peuvent être trouvés dans sa chambre à coucher sur le lit, a-t-elle expliqué. Elle a ensuite déclaré qu'elle sait que la police allait venir l'arrêter.
Lorsqu'on lui demande pourquoi elle l'a fait , elle a dit qu'elle l'a fait parce qu'ils étaient autistes et ne sont pas des enfants normaux .

"J'ai d'abord essayé de les tuer avec un nettoyant pour salle de bains », dit-elle . «J'e lai mis dans leur bouche , mais ils ne l'ont pas bu. "

Elle a dit qu'elle alors saisit un fil et les avait étranglés . Son mari était au travail , mais elle a dit qu'elle venait de l'appeler et qu'il venait à la maison .

En entendant le bruit de l'eau courante en arrière-plan , l'opérateur lui a demandé ce qu'elle faisait à ce point. «Le nettoyant de salle de bain sent si fort sur mes mains que je me lave les mains avec l'eau », a répondu Akhter .

Demande de nouveau pourquoi elle l'a fait , " Ils sont autistes . Ils sont trop. ... Je ne veux pas que mes enfants soient autistes . Je tue tous les deux. "
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

cend
Adepte
Messages : 204
Enregistré le : dimanche 29 juin 2008 à 17:58
Localisation : GAP
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#10 Message par cend » samedi 31 juillet 2010 à 12:09

:shock:

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#11 Message par Ole Ferme l'oeil » lundi 2 août 2010 à 17:48

:(





Sarah en a parlé sur cat in a dog's world: http://autisticcats.blogspot.com/2010/0 ... leads.html

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 21261
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Meurtres d'autistes

#12 Message par Jean » lundi 2 août 2010 à 23:33

Un niveau élevé de stress pour les parents qui élèvent des enfants autistes
Par Madison Park, CNN
23 juillet 2010
High stress for parents who are raising autistic children
Traduction Asperansa

«Pourquoi avez-vous fait cela? " a demandé l'opérateur à la femme qui disait qu'elle avait tué ses deux enfants.

" Ils sont autistes » , répondit la mère . "Les deux sont autistes . Je ne veux pas que mes enfants soient comme ça. "

«Je veux des enfants normaux , " a dit Saiqa Akhter , 30 ans, dans un appel d'urgence lundi. La mère d’Irving, au Texas, est accusée d'assassinat pour la mort de ses deux enfants , Zain Akhter, 5 ans, et sa jeune sœur, Faryaal Akhter.

Le Département des Services de la Famille et de la Protection de l’État a confirmé à CNN que le garçon était autiste ; il n'avait pas eu d'informations sur la jeune fille.

Les parents d'enfants autistes savent que les défis sont énormes et souvent conduisent à l'isolement tant que les enfants peuvent avoir des explosions, des effondrements et des besoins intenses. Mais ils disent que leurs enfants sont également indispensables, des morceaux d'amour de leur vie.

Les effets de l'autisme sont très variable , c'est un spectre, pas une seule maladie, qui affecte la communication et les compétences sociales . Bien qu'il n'y ait pas de remède, des traitements de l'autisme et des interventions précoces ont été trouvés pour aider .
Vidéo : la mère à 911: «J'ai tué mes enfants "

Plusieurs études ont constaté que les mères d'enfants autistes ont des niveaux plus élevés de détresse psychologique et de rôle parental que d'autres mamans d'enfants ayant des retards de développement.

Cela peut être écrasant, dit Marguerite Colston , vice-président de l’ Autism Society, qui a des sections locales dans tout le pays.

"Une fois que vous avez obtenu un diagnostic, vous ne pouvez plus être un parent, vous devez être une crèche, un spécialiste de l'éducation», dit-elle . "Vous devez comprendre le système médical. C’est écrasant de penser que j'ai à me défendre et à naviguer dans le système. Le niveau de stress est effrayant."

" Notre nation n'a pas le système qui soutienne les parents. Les services ne sont pas là pour répondre aux besoins. "

Au Texas , les responsables locaux des Services de protection de l'enfance ont travaillé avec la famille Akhter pendant deux mois en 2009, en les rapprochant des ressources communautaires pour les aider à régler les problèmes médicaux et de développement de l'enfant, selon le département des Services de la Famille et de protection de l'état.
Cette semaine, Akhter a dit à l'opérateur du 911 qu'elle avait d'abord tenté de tuer ses enfants avec un nettoyant pour salle de bains, mais qu’ils n’ont pas voulu le boire. Alors, a-t-elle dit, elle les a étranglés avec un fil. Akhter est détenue dans la prison du comté de Dallas, en lieu et place d’une caution d’un million de dollars.

Archana Dhurka, à droite, montre avec sa famille, a déclaré élever Ankush , 10, à gauche , est stimulant et enrichissant .

L’oncle d’ Akhter a déclaré que son fils était autiste et souffrait d'un grave trouble de la parole, mais avait eu une amélioration avec l'orthophonie, selon WFAA affilié à CNN. Il a dit également que la petite fille de 2 ans avait des problèmes de santé. Ses proches disent que la famille d’Akhter était originaire du Pakistan et avait vécu dans le nord du Texas pendant un certain temps, selon WFAA.

Archana Dhurka , la mère d'un enfant autiste à Plano, au Texas, a dit qu'elle était découragée à entendre cette histoire. Dhurka, qui est d'origine indienne, a déclaré que cela n’aide pas que l'autisme ait tendance à être fortement stigmatisé dans les communautés de l’Asie du Sud.

Élever un enfant ayant des besoins spéciaux et une famille tout en jonglant avec le travail peut s'avérer accablant, dit-elle.

De temps en temps, dit-elle, " Vous obtenez ce sentiment comme, 'Je veux juste mourir’. C’est difficile . Vous passez par la colère et beaucoup d'émotions. Quand vous vous asseyez et pensez calmement, » dit-elle, elle réalise que « ce n'est pas la solution. "
Lorsque Dhurka a appris que son fils aîné, Ankush, était autiste à l'âge de 2 ans, elle ne l'a pas dit à sa famille pendant trois à quatre ans.

«C'était très, très dur » dit-elle .

La culture "en particulier en Inde, probablement dans les pays d’Asie du Sud, est qu’il faut être le meilleur, être super intelligent, » dit-elle . Les parents veulent être en mesure de dire que leur enfant, "fait des maths, il est le premier de la classe, il est doué et intelligent. "

La pression ne se limite pas à des communautés minoritaires, puisque les parents d'enfants autistes éprouvent de l'anxiété et de la dépression, indépendamment de leur groupe socio-économique ou de leu race, a déclaré le Dr Wendy Stone , directeur de l’Autism Center de l'Université de Washington à Seattle .

«Les parents qui ont moins accès à l'information , aux ressources ou à une communauté de parents qui ont des expériences ou des besoins similaires vont avoir clairement un temps plus difficile pour gérer à la fois leur enfant et leur propre santé,» dit-elle.
Colston de l’Autism Society, qui est aussi un parent d'un enfant avec cet état, dit que les sections locales sont en train de s’étendre aux familles espagnoles, vietnamiennes, somaliennes et d'autres minorités.

Dhurka assiste aux malentendus sur l'autisme et les questions culturelles venant de sa famille et de celle de son mari . Ils connaissent l'état d’Ankush , mais elle dit qu'ils ont demandé pourquoi le garçon n'a pas pu réciter son alphabet et ont fait observer que Dhurka avait trop travaillé durant sa grossesse.

Dhurka, qui a une maîtrise en informatique, a quitté cette carrière et est maintenant une thérapeute du comportement autistique qui travaille avec les familles immigrantes touchées par cette affection.

« Certains parents peuvent à peine parler anglais, » dit-elle . Plaider en faveur de leurs enfants peut être « très intimidant » pour les familles avec des barrières culturelles et linguistiques, dit-elle.

Certaines familles d'immigrants viennent à pleurer avec elle - perdues et accablées.
Dhurka peut le rapporter. Son mari voyage souvent pour les affaires pour être en mesure de payer pour des thérapies d’Ankush, ce qui a rendu leur mariage comme de « longue distance ». Son plus jeune fils, qui n'est pas autiste, réclame son attention. En plus de cela , dit-elle, elle a des batailles de quatre heures de téléphone avec une compagnie d'assurance pour obtenir que les soins d’Ankush soient couverts . À certain moment, elle se décompose à pleurer aussi.

Mais Ankush s’arrache les larmes aux yeux pour d'autres raisons.

L' esprit libre de 10 ans a toujours un grand sourire sur son visage. Il tourne partout pour chanter son film favori de Bollywood. Il n'a jamais caché son affection pour ses thérapeutes ou sa famille – qui obtiennent embrassades et chatouilles. Il savoure les joies de la vie, puisqu’il crie et éclabousse dans une piscine.

Quand il prononce quelques mots de vocabulaire, Dhurka et son mari crient de joie - Ankush fait des progrès.

«Nous constatons que les parents peuvent ressentir du stress , ils sont très heureux d'avoir leurs enfants et les aiment beaucoup ", a déclaré Brian Freedman, directeur clinique du Centre pour l'autisme et les troubles associés à l'Institut Kennedy Krieger. «Nous voyons ces deux éléments dans la recherche. "

Dhurka s’entretient avec d'autres familles pour les aider à surmonter leur refus de l'autisme et les met en relation avec des groupes de soutien, les experts médicaux et des thérapeutes. Avec les familles d'Asie du Sud dans le groupe, elle échange des recettes indiennes pour les enfants ayant des besoins diététiques particuliers.

«C'est un bon endroit, » dit-elle , au sujet d’un réseau de soutien . «Je ne suis pas seule. "
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

cend
Adepte
Messages : 204
Enregistré le : dimanche 29 juin 2008 à 17:58
Localisation : GAP
Contact :

Re: Meurtres d'autistes

#13 Message par cend » mardi 24 août 2010 à 7:43


thierry35
Forcené
Messages : 708
Enregistré le : jeudi 21 mai 2009 à 16:20
Localisation : Ille et Vilaine

Re: Meurtres d'autistes

#14 Message par thierry35 » mardi 24 août 2010 à 8:02

Quel désespoir !
Rien n'est plus important pour moi que d'entendre mon fils rire tous les jours

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: Meurtres d'autistes

#15 Message par omega » mardi 24 août 2010 à 11:55

A force de mettre dans la tête des gens que l'autisme ou le handicap, c'est la fin de toute vie "normale", la renonciation définive à tout moment de bonheur dans la vie, la condamnation à une existence de légume sans aucun espoir... même plus étonnant qu'ils en viennent à "achever" leurs propres enfants pour leur éviter ça.... c'est surtout cela qui me désole.
Non mais quel désespoir on leur fourre dans la tête pour qu'ils en arrivent à de tels gestes. :?
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Répondre