Le syndrome neurotypique

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19482
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Le syndrome neurotypique

#31 Message par Jean » vendredi 12 avril 2013 à 12:00

Lita a écrit :Merci pour les traductions...

Ah mince, je réponds à un message de 2010... Pardon.
Il n'y a pas de quoi. Ole lira sans doute la réponse. C'est l'intérêt d'un forum par rapport à Facebook, le fait de suivre des sujets ou d'en faire remonter de temps en temps.
père d'une fille SA de 35 ans

bidouille
Forcené
Messages : 3041
Enregistré le : lundi 16 janvier 2012 à 7:15
Localisation : region parisienne
Contact :

Re: Le syndrome neurotypique

#32 Message par bidouille » vendredi 12 avril 2013 à 15:02

C'est excellent ce site je regrette de ne pas mieu parler Anglais

Cette phrase la me fait penser a ma lecture actuelle Bernard Golse

(1) Une impression délusoire marquée de connaissance de l'existence ou des sentiments des autres (e.g., traite une personne comme si il ou elle était une extension de lui-même; agit comme si il était clairvoyant de la détresse d'une autre personne; apparemment projette ses propres concepts et besoins dans les autres)

Pour l'autisme dans son bouquin il parle beaucoup de l'intersubjectivité... Ce concept recouvre « la reconnaissance que soi et l'autre sont des personnes distinctes ayant chacune des intentions, des désirs différents »

bref il en aurait eu a dire. J'attend donc avec impatience la meme chose avec les theories psychanalitiques interpretant la psyché des personnes atteintes du syndrome neurotypique
Maman bizarroïde d'un grand boud de 11 ans (EIP TDA) et d'un ptit bouyou de 9 ans Asperger TDAH.
En cours de diagnostic pour une myasthenie grave
Tous différents , tous humains!

Avatar du membre
Madu
Forcené
Messages : 1461
Enregistré le : mardi 5 juin 2012 à 22:50
Localisation : Nantes

Re: Le syndrome neurotypique

#33 Message par Madu » lundi 6 mai 2013 à 0:07

http://autisteenfrance.over-blog.com/ar ... 05905.html

Réponse de Nathalie Radosevic, maman, suite à l'article paru dans Psychologies.com, intitulé : « Comment les autistes nous voient »

Les autistes ont le sens de l'humour.
Oui, comme chacun sait, l'humour est totalement personnel. Il n'existe pas d'humour type, même les neurotypiques parlent « d'humour noir », ou « rire jaune »...il existe donc également plusieurs formes d'humour autistiques, en espérant ne pas vexer les neurotypiques qui pourraient penser détenir du monopole humoristique. C'est pourquoi, j'ai intitulé mon article « La psychose neurotypique vue par les autistes », parce que nous voulons également partager la notion de psychose et de maladie avec les neurotypiques. Il ne faut pas que cela soit exclusif à l'autisme !

« Ce sont d’étranges bébés. Comme leurs yeux nous fuient, nous nous demandons s’ils nous voient »
Lorsqu'un neurotypique feint de ne pas voir un « ami » de longue date à qui il doit de l'argent, il ne semble pas voir son ami créancier....et pour peu que cet ami l'alpague en lui demandant de ses nouvelles ou simplement de lui rappeler sa dette, soudain, frappé par gêne, le neurotypique s'exclame « Ah, je ne t'avais pas vu ! De l'argent ? Tu es sûr ? Ah oui, tu as raison....j'avais oublié ! » Est ce que nous dénonçons cette personne aux services sociaux pour trouble amnésique, ou le fait de n'avoir « pas vu » son créancier ne fait il pas de lui une personne en danger parce qu'il ne voit pas ? Et bien les autistes, eux, ne savent pas feindre, ne rusent pas pour ne pas restituer une somme d'argent. Ils sont foncièrement honnêtes, car pour eux, déroger au principe de faire ce qu'on dit est intolérable !

Le fait que l'on pense d'eux qu'ils soient des bébés, c'est sans doute pour dire que la ruse n’apparaît que plus tard, et que le bébé est un être innocent, comme l'est la personne autiste ? Alors pourquoi ne pas mettre en lumière le coté positif de la sincérité et de l'innocence au lieu d'en faire un défaut en le rabaissant à l'état régressif de bébé ? Parce qu'un autiste ne parle pas forcément il est forcément « un bébé » ? Diriez vous qu'une personne d'origine étrangère qui arrive en France est un bébé ou un attardé mental parce qu'il ne parle pas notre langue ? Alors imaginez combien de français peuvent paraître attardés à l'étranger, car c'est l'un des seuls pays à ne pas faire l'effort d'apprendre les langues étrangères et estime qu'on doit savoir parler le français à l'étranger !

Les neurotypiques aiment porter des matières désagréables au toucher, voire, des vêtements ressemblant à des encarts publicitaires
Parce qu'une personne ne veut porter que du coton ou au contraire, ne veut porter que du synthétique, cette personne est considérée comme bizarre ? Alors parlons justement des personnes qui se damneraient pour porter des vêtements et accessoires, chaussures hors de prix juste parce qu'il y a le nom de la marque écrite en gros dessus. Si on considère l'aspect marketing, il semblerait que le neurotypique souffre d'une maladie mentale du fait qu'il n'a pas réalisé que le créateur de ces marques utilisent les clients pour faire leur propre encart publicitaire, non seulement gratuitement, mais en plus, sont payées par le client qui va payer souvent une fortune pour avoir le droit de diffuser ces marques sur lui !

Quelle personne normalement constituée porte des vêtements et accessoires en ne demandant pas une contrepartie financière du fait qu'elle diffuse la marque du créateur sur lui ? Les « people » se font payer pour être vues avec des marques....elles ont des contrats avec le propriétaire de ladite marque et le citoyen lambda, neurotypique, lui, se rue pour MONTRER qu'il peut se l'offrir.

« Que survienne une sensation inattendue – une forte envie d’aller aux toilettes qui prend la forme d’une douleur incompréhensible, un claquement de porte, une sonnerie… »
Un autiste sent qu'il doit aller aux toilettes lorsqu'il a une douleur...parce qu'il est tellement absorbé par ce qu'il fait ou voit qu'il n'y va que lorsque l'envie se montre pressante et intenable. Et les neurotypiques ? Ils ont un bouton qui s'allume qui leur dit d'y aller ? Jamais un neurotypique n'a retardé le moment d'aller aux toilettes juste parce qu'il ne voulait pas rater une émission à la télé ou parce qu'il n'avait pas envie d'y aller avant de partir et que ça l'a pris juste dans les transports en commun ? Les claquements de porte et les sonneries stridentes sont elles agréables aux neurotypiques ? Le bruit comble-t-il à ce point un vide existentiel du neurotypique stressé et dépressif qu'il a besoin d'entendre des sons dépassant le seuil tolérable pour un autiste, qui lui est plus adepte de tranquillité et de calme ?

« Ils ne captent pas les émotions sur un visage »
Les neurotypiques captent des émotions même lorsqu'il n'y en a pas. Ou cherchent constamment à interpréter des situations et émotions non présentes chez leurs semblables. Voilà aussi l'une des raisons aux mésententes conjugales et aux crêpages de chignons relationnels. Ils sont forts pour voir des sens cachés même là où il n'y en a pas. Ils sont paranoïaques, narcissiques et ramènent tout à eux. Si au contraire les autistes s'interrogent sur les émotions des neurotypiques ou d'autres personnes différentes et non neurotypiques, c'est parce qu'elles sont curieuses de l'autre. Elles aiment apprendre et comprendre. Il me semble que c'est une qualité qui peut s'apparenter à de l'intelligence, non ?

« Tous ces éléments concourent sans doute à entraver le développement de ce l’on appelle la « théorie de l’esprit ». Cette aptitude, qui apparaît vers l’âge de 3 ans, est la capacité à attribuer des états mentaux à autrui ».
C'est bien ce que je disais. Les neurotypiques se pensent les seuls détenteurs de la « théorie de l'esprit ». Plutôt que d'extrapoler, une personne autiste posera la question clairement et sans détour, pour ceux qui ne parlent pas, ils trouveront un autre mode de communication. Mais ils communiqueront et ne resteront pas sur des suppositions ou extrapolations.

Le neurotypique est moqueur et éprouve le besoin de rabaisser et d'humilier devant les autres
Certes, la personne autiste n'éprouve pas forcément le besoin de s'amuser avec les neurotypique dont il ne comprend pas les jeux. Mais si c'est pour se moquer de quelqu'un d'autre, il faut s'interroger sur l'état mental de la personne neurotypique qui présente un état mental de dépendance, il ne sait pas jouer seul, il a besoin de s'occuper en embêtant ses camarades et plus tard, vous harcèlera au téléphone parce qu'il ne comprend pas que vous ne partagiez pas ses centres d'intérêts. Or, devant cette évidence, l'autiste, ne sachant quoi répondre (sans doute parce qu'il n'y a rien à répondre et que l'autiste aura la sagesse de se taire plutôt que de passer pour un imbécile), il se taira ou répondre « je ne sais pas ». Ce qui attisera la moquerie des neurotypiques qui, non contents de ne pas savoir s'occuper seuls, ont le besoin compulsif de rabaisser celui qui ne se soustrait pas à son besoin (tout aussi compulsif) d'autorité.

« Car la pensée autistique est une pensée concrète. »
Oui et si certains n'utilisent pas les expressions métaphoriques, d'autres au contraire les privilégient, car les images sont concrètent justement. Une personne autiste pourra ainsi écouter une personne, mais si on lui demande de « se mettre à la place » de l'autre, elle risque en effet de ne pas pouvoir. C'est tout simplement une constatation réaliste, car nul ne peut le faire. Pas même les neurotypiques qui se targuent pourtant de la capacité d'empathie (sélective)...se mettre à la place de l'autre implique d'avoir une compréhension totale de la personne que l'on a face à soi et dans la mesure où toute personne est déjà pour elle même parfois une inconnue...et que l'on passe tous du temps à se trouver (même en cherchant activement), comment ne pas l'être pour l'autre ?

Avoir des exigences que l'on n'a pas déjà envers soi, c'est cela être neurotypique ?

« Ils doivent apprendre par cœur la vie en société »
Comment se passe l'éducation d'un neurotypique ? Sait il instinctivement se servir de la politesse ? Les enfants n'apprennent-ils pas qu'il ne faut pas écrire sur les murs ou se moquer des autres ? Alors, c'est que les neurotypiques sont soit mal éduqués soit inaptes à vivre en société. Les prisons regorgent de personnes neurotypiques qui n'ont pas appris les règles de bonne conduite que les autistes, une fois qu'elles ont appris ce qui est permis et ne l'est pas, ne sera pas criminel en série, violeur, voleur, n'ira pas agresser des personnes gratuitement ou pour leur voler ce qu'ils possèdent, n'iront pas vandaliser, etc. A ce se demander qui est le plus atteint et inapte à vivre en société !

« Pour les personnes autistes, la vie sociale est une jungle, souligne le docteur en sciences sociales belge Peter Vermeulen »
En effet, je confirme. Personne de sensé et d'éduqué ne peut accepter de vivre dans une pareille société de gens capables de mentir, voler, tricher, piller, tuer, violer, agresser sans raison ou par intérêt quelconque (matériel ou juste pour avilir)...à part peut être les neurotypiques qui se consolent en se lançant des expressions stériles pseudo philosophiques « C'est la vie, la vie c'est dur, c'est une jungle, faut s'y faire... » etc.

Vivre « dans un état d'insécurité permanente », oui, qui ne le serait pas sachant qu'il est incapable de faire du mal aux autres et de comprendre les ruses des comportements pervers ?

« Ils dépensent une énergie folle pour vivre parmi nous »
Je le confirme. Lorsqu'une personne n'est pas câblée pour comprendre les « théories de l'esprit » (faisons un peu d'humour noir neurotypique!) des personnes neurotypiques, donc, comprendre qu'il y a des ruses, des personnes potentiellement malveillantes dont il faut se méfier, qu'il faut constamment s'assurer de ne pas signer un contrat nous piégeant de contraintes parfois inhumaines (on appelle cela les clauses abusives, mais la Justice a encore du travail à faire en France pour les sanctionner!), ou de personnes vous faisant accepter de se porter « caution solidaire » dont la solidarité est d'ailleurs totalement absente ou juste faite pour contraindre l'innocent, celui qui n'est pas pervers ni truand. La loi d'ailleurs est surtout là pour donner raison aux plus rusés, ceux qui savent la contourner. Et si on créé des mesures de « protection judiciaire » en considérant une personne comme « majeure incapable », imaginez donc la vision psychotique de la neurotypie pour une personne autiste ! Un vrai cauchemar !

C'est au monde neurotypique de s'éduquer et d'arrêter de considérer celui qui est différent comme un attardé mental.

Demain, si nous découvrions qu'il y a plus d'autistes que de neurotypiques, c'est LE NEUROTYPIQUE qui passera pour incapable...je doute que les personnes autistes puissent infliger aux neurotypiques ce qu'ils ont subi de leur part, à savoir :

■ des traitements médicamenteux lourds et inappropriés

■ des traitements inhumains de soins psychiatriques divers (contention, « enveloppements humides et froids » - je nomme le « packing », cellules d'isolement, humiliations du personnel hospitalier, infantilisation, etc)

■ des traitements inhumains et culpabilisation des parents et notamment de la mère par la psychanalyse qui est fortement implantée dans le milieu hospitalier (à 80 %), humiliations des mères et des enfants, infantilisation et laisser, voire pousser l'enfant et l'adulte autiste à la régression et j'en passe...

« Ils dépensent une énergie folle pour vivre parmi nous »
Je le confirme. Lorsqu'une personne n'est pas câblée pour comprendre les « théories de l'esprit » (faisons un peu d'humour noir neurotypique!) des personnes neurotypiques, donc, comprendre qu'il y a des ruses, des personnes potentiellement malveillantes dont il faut se méfier, qu'il faut constamment s'assurer de ne pas signer un contrat nous piégeant de contraintes parfois inhumaines (on appelle cela les clauses abusives, mais la Justice a encore du travail à faire en France pour les sanctionner!), ou de personnes vous faisant accepter de se porter « caution solidaire » dont la solidarité est d'ailleurs totalement absente ou juste faite pour contraindre l'innocent, celui qui n'est pas pervers ni truand. La loi d'ailleurs est surtout là pour donner raison aux plus rusés, ceux qui savent la contourner. Et si on créé des mesures de « protection judiciaire » en considérant une personne comme « majeure incapable », imaginez donc la vision psychotique de la neurotypie pour une personne autiste ! Un vrai cauchemar !

Pour combattre quelques idées reçues :

- Oui une personne autiste évolue et peut progresser.

- Non, l'autisme ne s'arrête pas à l'âge adulte, un enfant autiste devient un adulte autiste, même s'il n'a plus autant de difficultés qu'auparavant, car il a pu apprendre et mettre des stratégies éducatives en place.

- Oui, il y a des adultes autistes qui peuvent apprendre un métier, même le choisir (pour peu qu'on lui laisse un vrai choix ! ).

- Ils peuvent également conduire, se marier et avoir une vie de famille et avoir des enfants et s'en occuper tout autant que les neurotypiques.

- Non, les personnes autistes ne réclament pas plus de droits que les neurotypiques (mais ça c'est curieux c'est une pensée purement neurotypique de penser qu'une personne reconnue « handicapée » va forcément ruser pour obtenir de l'argent qui ne lui est pas dû, ou qu'il pourrait en avoir plus que lui !).

- Non les personnes autistes ne sont pas forcément déficientes parce qu'elles ne parlent pas et ont des comportements qui peuvent sembler bizarre aux neurotypiques. Tout comme il peut sembler bizarre à une personne autiste de voir des neurotypiques se moquer cruellement, faire du mal gratuitement, mentir, tricher et autres....chacun ses amusements...les autistes sont pacifistes !


Combattre la psychanalyse, pourquoi ?
Parce que la vision de la psychose ne s'applique pas à l'autisme, nous demandons aux psychanalystes (tous métiers confondus qui utilisent la psychanalyse comme moyen thérapeutique) de cesser de divaguer sur les soi disant incapacités des personnes autistes, ni sur des interprétations purement hallucinatoires des pensées autistiques. Il est temps que la psychanalyse retrouve un peu de décence et cesse l'intrusion dans la vie des personnes autistes. Parce que ces psychanalystes s'imposent aux personnes autistes, et que ce ne sont pas les personnes autistes qui vont délibérément choisir cette thérapeutique...un neurotypique accepterait-il d'aller chez un garagiste faire réparer son véhicule et de trouver un gastro-entérologue à la place ? Surtout si celui ci se prétend indûment compétent et sabote son véhicule....
Maman d'un seul petit gars né en 2005, autiste.
"By giving away what we want most (love, money, gratitude), we create a greater abundance of the very commodity we seek. What goes around comes around." ~ Barry Neil Kaufman

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8833
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Le syndrome neurotypique

#34 Message par Benoit » lundi 6 mai 2013 à 12:56

Très bon message, j'aurais envie de rebondir sur tous les paragraphes mais en fait je vais retenir celui-ci :
Madu a écrit :- Non, les personnes autistes ne réclament pas plus de droits que les neurotypiques (mais ça c'est curieux c'est une pensée purement neurotypique de penser qu'une personne reconnue « handicapée » va forcément ruser pour obtenir de l'argent qui ne lui est pas dû, ou qu'il pourrait en avoir plus que lui !).
C'est sans doute implicite mais cette façon de pensée n'est pas universelle.
Par exemple aux Etats Unis on demande à un travailleur handicapé "ce dont il va avoir besoin" pour être productif dans l'entreprise, et les réponses admises peuvent aller au delà de la question de l'aménagement du lieu de travail.
Ca explique je crois pourquoi le self advocacy (savoir parler de son autisme) a autant d'importance là bas, et aussi pourquoi il est vain ici.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21453
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Le syndrome neurotypique

#35 Message par Tugdual » mardi 7 mai 2013 à 22:18

Bigrement intéressant !
Madu a écrit :un neurotypique accepterait-il d'aller chez un garagiste faire réparer son véhicule et de trouver un gastro-entérologue à la place ?
Il y aurait certainement une analogie marrante à créer ...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Le syndrome neurotypique

#36 Message par Ole Ferme l'oeil » vendredi 29 août 2014 à 12:20

traduction de cette page: http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?p=34089#p34089 enfin terminée, bien qu'évidemment j'aie pu commettre bien des erreurs avec ce langage médical qui ne m'est pas très facile à traduire, mais bon voilà, ceci étant enfin fait, je vais pouvoir passer à la page suivante !
pour rappel, la première page (la page d'index) ce trouve ici: http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?p=25939#p25939

Avatar du membre
Ole Ferme l'oeil
Forcené
Messages : 2083
Enregistré le : samedi 26 septembre 2009 à 22:48
Localisation : Genève (Suisse)
Contact :

Re: Le syndrome neurotypique

#37 Message par Ole Ferme l'oeil » vendredi 29 août 2014 à 12:23

(traduction à venir)
Text Only
D ( version en v.o.)

What to do if you suspect your child has NT

First, dont panic!

Nowadays due to diagnostic advances, early intervention and carefully tailored behavioural management techniques, there is no reason why your child can not grow into an independent social being, develop a TOOM (Theory of Other Minds), and in time, even develop some special interests and abilities to contribute to society.

While Medical Science currently holds out little hope for any great improvements in perceptual abilities such as hearing acuity, touch sensitivity, etc, it is still possible for NT children to enjoy the limited senses that they do have.

Rote drills such as Applied Behaviour Analysis with their easily understood regimen of repetitiveness and punishment will do wonders with common NT behaviours such as lying, teasing and faddishness.

AS scientists are currently working on a new range of wonder-drugs - Swarming Inhibitors (SI's) which it is hoped will prevent some of the more anti-social manifestations of NT such as a tendency to congregate in mobs, engage in vicious group character assassinations of outsiders, and in the extreme case to actually incite each other to mass acts of violence and destruction such as wars, pogroms, lynch mobs and the like.

-Judy Singer, jsinger@acs.itd.uts.edu.au

Return to the index page

Copyright © 1998 ISNT@autistics.org. Last updated September 20, 1998.
page en version originale: http://isnt.autistics.org/help.html

Avatar du membre
Laura Ingalls
Forcené
Messages : 1461
Enregistré le : jeudi 31 janvier 2013 à 23:47

Re: Le syndrome neurotypique

#38 Message par Laura Ingalls » mardi 2 septembre 2014 à 15:57

Ole Ferme l'oeil a écrit :
Ole Ferme l'oeil a écrit : Les émotions des autistes sont un autre avantage: nous sommes bien plus doués pour séparer nos pensées de nos émotions, et pouvons rester calmes et rationnels dans des situations dans lesquelles les personnes neurotypiques sont paralysés par la peur ou la panique.
Cet aspect là n'est absolument pas vrai me concernant mais après tout, je ne suis ici que l'humble traducteur!
En ce qui me concerne, ça dépends. Mais j'ai remarqué que si on panique pas là où eux auraient paniqué, ils ont la fâcheuse tendance à penser qu'on est pas conscient de ce qui se passe, qu'on capte rien, qu'on ne se rend pas compte. Alors que, je pense, ce n'est pas vrai.
(4) insistance déraisonnable sur le fait que les autres se montrent similaires en tout et ce en grands détails, e.g., insister pour qu'exactement les mêmes comportements sociaux soient toujours suivis quand on va faire les courses
Oui et une tendance à angoisser à l'idée qu'on ne soit pas tous pareils. Par exemple, si dites "On est tous différents!", la personne atteinte de neurotypie aura un besoin irrepressible de se rassurer en répondant "Mais tous pareils dans le fond!" et l'idée que ça pourrait ne pas être le cas, déclenche le plus souvent des crises d'angoisse! :lol:

Ole Ferme l'oeil a écrit :Mais certains textes sur l'autisme et Asperger me font toujours assez mal.
J'ai eu l'idée une fois de faire une grande présentation sur l'autisme à des NT en renversant les rôles et en leur montrant ce que ça fait d'être considéré comme des malades que l'on cherche à soigner quand on sent que ça ne nous correspond pas!
Je vois avec cette page que j'ai été devancé! :lol: :D
:bravo: Génial, ça fait bien comprendre ce que j'ai pu ressentir comme sans doutes beaucoup d'autres personnes dans le spectre autistique!
Je plussoie complètement!

Madu a écrit :C'est au monde neurotypique de s'éduquer et d'arrêter de considérer celui qui est différent comme un attardé mental.

Demain, si nous découvrions qu'il y a plus d'autistes que de neurotypiques, c'est LE NEUROTYPIQUE qui passera pour incapable...je doute que les personnes autistes puissent infliger aux neurotypiques ce qu'ils ont subi de leur part, à savoir :

■ des traitements médicamenteux lourds et inappropriés

■ des traitements inhumains de soins psychiatriques divers (contention, « enveloppements humides et froids » - je nomme le « packing », cellules d'isolement, humiliations du personnel hospitalier, infantilisation, etc)

■ des traitements inhumains et culpabilisation des parents et notamment de la mère par la psychanalyse qui est fortement implantée dans le milieu hospitalier (à 80 %), humiliations des mères et des enfants, infantilisation et laisser, voire pousser l'enfant et l'adulte autiste à la régression et j'en passe...
:bravo: Complètement!
Madu a écrit :Pour combattre quelques idées reçues :

- Oui une personne autiste évolue et peut progresser.

- Non, l'autisme ne s'arrête pas à l'âge adulte, un enfant autiste devient un adulte autiste, même s'il n'a plus autant de difficultés qu'auparavant, car il a pu apprendre et mettre des stratégies éducatives en place.

- Oui, il y a des adultes autistes qui peuvent apprendre un métier, même le choisir (pour peu qu'on lui laisse un vrai choix ! ).

- Ils peuvent également conduire, se marier et avoir une vie de famille et avoir des enfants et s'en occuper tout autant que les neurotypiques.

- Non, les personnes autistes ne réclament pas plus de droits que les neurotypiques (mais ça c'est curieux c'est une pensée purement neurotypique de penser qu'une personne reconnue « handicapée » va forcément ruser pour obtenir de l'argent qui ne lui est pas dû, ou qu'il pourrait en avoir plus que lui !).

- Non les personnes autistes ne sont pas forcément déficientes parce qu'elles ne parlent pas et ont des comportements qui peuvent sembler bizarre aux neurotypiques. Tout comme il peut sembler bizarre à une personne autiste de voir des neurotypiques se moquer cruellement, faire du mal gratuitement, mentir, tricher et autres....chacun ses amusements...les autistes sont pacifistes !
On ne le dira jamais trop, je crois!

J'en connais pas mal qui devraient en prendre conscience! Non parce que, d'un côté on nous prend pour des gogols attardés incapables d'avoir un vrai travail, mais de l'autre côté on va nous juger mal justement parce qu'on touche des aides, comme si on était des feignasses qui touchaient du fric pour ne rien foutre!
"L'autisme n'est pas contagieux et je trouve que c'est bien dommage d'ailleurs!" J. Schovanec

Diagnostiquée asperger

Avatar du membre
Laura Ingalls
Forcené
Messages : 1461
Enregistré le : jeudi 31 janvier 2013 à 23:47

Re: Le syndrome neurotypique

#39 Message par Laura Ingalls » samedi 6 septembre 2014 à 20:21

J'avais même pas vu ça dans leur site! Le DSN c'est une jolie trouvaille! Et le trouble de la Psychiatrie est particulièrement bien décrit! lol
"L'autisme n'est pas contagieux et je trouve que c'est bien dommage d'ailleurs!" J. Schovanec

Diagnostiquée asperger

Avatar du membre
blob
Régulier
Messages : 55
Enregistré le : samedi 11 avril 2015 à 0:50
Localisation : Nice

et si le neurotypisme etait une pathologie?

#40 Message par blob » samedi 2 mai 2015 à 23:18

Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (début).


Je suis en train de me demander si finalément ce ne serait le neurotypisme la pathologie, certes tres repandue.

En premier lieu, nos ancetres mamiferes avaient des comportements "autiste", tres rationnels.

Le gène de la neurotipicié a pu se diffuser dans la mesure ou ses porteurs ont une preocupation plus importante pour la reproduction, y consacrent plus de temps et d'energie, et avec plus de succès.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25613
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: et si le neurotypisme etait une pathologie?

#41 Message par freeshost » samedi 2 mai 2015 à 23:20

Tu connais le syndrome neurotypique ? Just read it. It's simply amazing !
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8833
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: et si le neurotypisme etait une pathologie?

#42 Message par Benoit » dimanche 3 mai 2015 à 0:00

Pour info, il y en a déjà une traduction ici.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
blob
Régulier
Messages : 55
Enregistré le : samedi 11 avril 2015 à 0:50
Localisation : Nice

Re: et si le neurotypisme etait une pathologie?

#43 Message par blob » dimanche 3 mai 2015 à 0:12

C'est exactement cela pour les symptômes.

Par contre, il n'y pas d'explication sur l'apparition du neurotypsime dans l'evolution de l'homo sapiens.
a l'evidence, l'homme est le seul etre vivant affublé de neurotipisme.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8833
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: et si le neurotypisme etait une pathologie?

#44 Message par Benoit » dimanche 3 mai 2015 à 0:31

Dans les limbes de l'internet, on doit pouvoir retrouver des théories sur le Sapiens "neurotypique" qui aurait supplanté le Néandertalien "autiste".
Mais aucune preuve vraiment scientifique de ça.
Spoiler :  : 
Je ne mets pas de lien parce que je trouve le sujet trop "pseudoscientifique" pour ce forum, mais un moteur de recherche vous renverra vers les articles et les vidéos YT aisément.

Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (fin).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Winona
Adepte
Messages : 213
Enregistré le : lundi 17 septembre 2018 à 0:07
Localisation : France

Re: Le syndrome neurotypique

#45 Message par Winona » vendredi 30 novembre 2018 à 20:51

Suspicion Asperger. En cours de diagnostic dans un centre expert.

Ma présentation

Répondre