sentiments des personnes Asperger

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#31 Message par maho » jeudi 23 octobre 2008 à 22:54

On touche un point sensible!!

Luna tu decris a peu prés mes ressentissements (resentiements? je sais plus!!) et Bernard je me rapelle du decés de ta mere, et je t'avais posé la question que tu sois inquiet plus pour qu'elle parte tranquille et rassuré que sur son depart en lui meme.

Ca m'inquiete de plus en plus (en etant bien sur NAT!! :? ou au moins non diagnostiqué et vivant bien avec mes bizarreries!!) car ce coté "sentiment" ou "emotion" m'embete.

A mon age, les parents commence a disparraitre, et je suis trés prise en ce moment a cause de mon pere, mais au fond de moi, j'ai ce mur(comme tu dis Luna) qui me detache totalement.

Quelqu'un a appris a Loic qu'il fallait toucher, prendre dans les bras, faire des bisous, dire qu'on aime (on a vu une difference quand il est revenu a la maison aprés le HP et la Clinique "obesité") et moi ca me gene autant que lui.
Il est mal a l'aise a nous prendre dans les bras, un peu "gauche" mais il continue a le faire.

Je me trouve "froide", et pourtant j'ai des sentiments!!

Aie!!! la c'est deballage!!! :lol:
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#32 Message par Murielle » dimanche 26 octobre 2008 à 16:29

Tout ce que je viens de lire sur les sentiments NAT, est probablement vrai, mais je pense que cela l'est aussi chez les NT où on ne montre pas ses sentiments , comme si c'était "honteux"?
Chez nous, que ce soit mon père ou ma mère, il n'y avait pas de câlins, pas de bisous....Les rares fois consistaient en une bise pour se dire au revoir quand j'allais en colonies de vacances.!Ou pour dire "bon anniversaire.!" :lol: Chez ma meilleure amie aussi, c'était pareil...Donc, j'ai longtemps crû que c'était une attitude "normale"...D'ailleurs avec cette amie, celle qui me connait le mieux(Ca fait 38 ans),celle qui a traversé toutes les joies et les épreuves de ma vie, nous ne nous embrassions jamais: on se faisait un signe ou juste "salut".!
On rigole d'ailleurs aujourd'hui car on doit se voir une ou 2 fois par an ,elle habite en Allemagne....Donc, on se "force" à se faire la bise quand elle arrive ou repart (on le fait je pense car il y a les enfants, les maris.... :lol: ) et on n'est pas très "à l'aise"...mais ça nous fait rire.!
Puis, j'ai eu une amie en fac chez qui c'était hallucinant pour moi.!A 21 ans, elle allait sur les genoux de son père (elle faisait 1m80.!) , elle lui faisait des bisous et pareil avc sa mère.!Ca m'avait énormément mis mal à l'aise à l'époque....Ensuite, j'ai pu voir que chez mon mari aussi c'était comme ça....Ils s'appelaient par des surnoms ou des "ma chérie", alors que chez moi, on m'a toujours appelée Murielle...Je sais que mes parents m'aiment , mais je sais que leur éducation a bloqué ce type de mécanisme.
Aujourd'hui, ils sont grands-parents et n'ont eu aucune difficulté a faire des câlins à leurs petits enfants où à les appeler "mon petit coeur", "ma chérie", "mon lapin"...Etc. :lol:
Quant à moi, avec mes enfants, le problème ne s'est même pas posé, j'ai tout de suite aimé les embrasser, les appeler par des petits noms doux....Alors, est-ce que un NAT pourrait être câlin s'il avait eu une famille où cela se faisait de façon naturelle? :?:
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#33 Message par jakesbian » dimanche 26 octobre 2008 à 16:49

pour moi les sentiments s'expriment dans l'attention qu'on accorde à quelqu'un... indépendament de l'éducation qu'on a eu;

par exemple, avec mes parents, on n'étaient pas non plus bisous-calins... mais j'étais toujours soucieuse de leur bien-être, du fait que même avec des avis différents chacun y trouve son compte, que le sourire de chacun passe avant les situations de façade,...

lorsque mon père a fait son infarctus, ou ma mère subit une grave intervention aux intestins, ma soeur m'en voulait, me croyait indifférente car je n'avais pas pleuré, je n'allais pas les voir à l'hopital tous les jours... j'étais une fille indigne :? ...
... alors que quotidiennement, j'étais la première à les aider, les apaiser...
... je ne rentrais pas dans la norme sociale.
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#34 Message par Murielle » lundi 27 octobre 2008 à 10:15

En fait, ces histoires de "normes"....c'est pas évident....C'est quoi finalement la "norme"? :? :roll:
Je pense que chacun réagit à sa façon selon son charactère, selon son éducation, selon ses propres expériences...Etc, etc...
Je me rappelle le décès de la soeur de ma meilleure amie (Celle qui habite en allemagne ) sa soeur est morte à 21 ans.Moi, j'ai pleuré toutes les larmes de mon coeur, impossible de m'arrêter(je suis une émotive ++++)....Un de nos amis , à l'Eglise à côté de moi n'avait aucune larme et il me demandait s'il était "normal".Il me disait:" tu sais j'aimais profondémment B....(Et j'en suis certaine.!) alors pourquoi, je ne pleure pas?"
A travers mes larmes, j'essayais de le rassurer en lui disant que chacun pouvait exprimer sa douleur à sa façon et que personne n'avait le droit de juger de sa peine...
Un autre exemple qui choquera peut-être des gens:
Une autre de mes excellentes amies a explosé de rire devant le corps sans vie de sa grand-mère qu'elle adorait pourtant....Je crois que c'était nerveux, mais cela a choqué sa famille qui a vu ça comme un affront, comme une impolitesse ....Elle m'en a reparlé souvent en me disant combien elle était triste d'avoir perdu sa mamie....Voilà, tout cela pour dire que la "norme"....pfff, c'est juste un "mot" à mon avis....
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#35 Message par jakesbian » lundi 27 octobre 2008 à 10:31

en fait, maintenant je sais pourquoi, des fois je pleure... et des fois je ne pleure pas:

- je pleure lorsque j'attends une réponse, une solution, que je me dis que ce n'est pas possible qu'elle n'existe pas... et que çà ne viens pas, qu'il y a des freins inutiles... comme quand on fermait toutes les portes à nicolas par exemple... ou quelque chose de grave arrive, qu'on me le dit sans m'en donner la preuve.

- par contre quelqu'un qui meurt, on n'y peut plus rien; quelqu'un malade qui va à l'hopital, il est pris en charge par des gens "compétents"... moi, je n'y peut rien de plus... donc je ne pleure pas... et si j'y peux quelque chose, c'est agir qu'il faut faire et non pleurer.
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
pierre
Fidèle
Messages : 183
Enregistré le : dimanche 13 avril 2008 à 21:07
Localisation : grenoble

#36 Message par pierre » lundi 27 octobre 2008 à 14:35

bernard a écrit :En mai, je suis allé à l'enterrement de ma mère.
Bernard, je me rappel que je t'avais envoyé un M.P pour prendre des nouvelles de toi suite au décès de ta mère. J'avoue avoir été dérouté par ta réponse dans le sens où j'avais l'impression que cela ne t'affectais pas. Maintenant j'arrive à l'entendre, te comprendre... A ce moment, la douleur était passée...

Luna, concernant cette distance envers des proches, je crois que j'arrive à te comprendre assez facilement, je crois que je suis incapable de serrer ma mère dans mes bras et mis à part ma femme et mes enfants, je serrais incapable de faire cela à quelqu'un d'autre. Pour moi, cette vapeur serait plutot un malaise qui me fait me sentir pas à ma place (pas bien français cette phrase...). Les rapports humains sont compliqués et je pense (en tout cas pour moi) que cela est fonction de mon enfance, éducation (pas très chaleureux physiquement). Je crois même que cela remonte de plus loins quand je vois ma grand-mère faire des chèques plutot que de dire "je t'aime"... Pas facil de trouver sa place... L'important je crois est d'avoir au moins une personne (qui que ce soit) avec qui on arrive à avoir cette relation privilégiée... ça réchaffe le coeur...

Olala, ce que vous écrivez bien tous les 2... je suis admiratif... d'autant plus que moi c'est pas ma tasse de thé... je préfère faire parler les images :wink: :oops:
papa de Lena (Ted)
et expert en orthographe (mdr)...

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#37 Message par bernard » lundi 27 octobre 2008 à 21:16

Pierre, cela ne m'affectait pas dans le sens qu'explique Jacqueline :
jakesbian a écrit :- par contre quelqu'un qui meurt, on n'y peut plus rien; quelqu'un malade qui va à l'hopital, il est pris en charge par des gens "compétents"... moi, je n'y peut rien de plus... donc je ne pleure pas... et si j'y peux quelque chose, c'est agir qu'il faut faire et non pleurer.
Je pense que c'est une histoire de logique.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20054
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

sympathie, empathie, émotions

#38 Message par Jean » lundi 27 octobre 2008 à 22:21

Du stage avec CD, j'ai retenu deux choses :

1 - Les autistes sont en permanence au bord du "débordement émotionnel", débordement qui peut se manifester en cas d'anxiété comme de joie. Ils doivent faire un gros effort pour ne pas laisser déborder ces émotions. Il peut suffire de peu de choses pour que la coupe déborde.

Mais il faut distinguer émotion et manifestation de l'émotion. La manifestation socialement acceptable (et désirable) des émotions est celle des NT.

2 - Au lieu d'empathie, les autistes peuvent développer leur "sympathie". L'empathie suppose la capacité de se mettre à la place de, d'éprouver les sentiments d'une personne se trouvant dans une situation différente. La sympathie consiste à se mettre en relation avec une personne, en se basant sur les points communs : être brimé, victime d'injustice .... Une capacité qui peut conduire à beaucoup de choses.

En tout cas, avec ces deux notions, je revois des évènements et je les réinterprète différemment.

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: sympathie, empathie, émotions

#39 Message par bernard » lundi 27 octobre 2008 à 23:38

Jean a écrit :L'empathie suppose la capacité de se mettre à la place de, d'éprouver les sentiments d'une personne se trouvant dans une situation différente.
Je comprends cette définition.
Mais il faudra que j'en reparle de vive-voix.
Pour moi, cela me parait impossible. Ou illogique.
Comment peut-on y arriver avec la façon de penser de l'autre ?
C'est pour moi un exercice hyper difficile.
Il faudra que j'en discute avec un NT pour comprendre mieux comment vous faites.
Comme on dit chez les Auvergnats, ça m'en bouche un coin.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#40 Message par maho » mardi 28 octobre 2008 à 7:35

On parle des sentiments, mais ca peut etre trés large. Si on mettait quelque chose de concret, on arrive a Noel, quand tu offre un cadeau a ta femme (mari, enfants, parents) est ce que tu (vous) offre un cadeau que toi tu pense qu'elle aimera, ou qui te plaira toi de recevoir? Ou est ce que tu offre en prenant en compte ses passions, son style vestimentaire, ses gouts en couleur (ou pour les enfants, leurs jouets ou livres ou disques preferés)
C'est se mettre a la place de la personne.
Peut etre que les emotions ou les sentiments sont trop abstrait.
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#41 Message par Murielle » mardi 28 octobre 2008 à 9:20

C'est aussi un peu comme quand tu vois une personne tomber, et que tu "grimaces" en te disant "Aïe, ça doit faire mal..."(Enfin, là je parle des NT, est-ce que ça te fait ça aussi Bernard?) un peu comme si tu ressentais la douleur de la personne tombée...Ca se passe très vite, c'est une sensation fugace mais qui permet de "te mettre à la place de ..."
En fait, l'empathie, c'est très dur à expliquer à quelqu'un qui ne "peut pas" l'expérimenter....
Je trouve aussi l'exemple de Sue, excellent.!
Ceci dit, Sue, il y a des gens NT qui offriront un cadeau comme si c'était pour eux.!Parceque , chez les NT certaines personnes n'éprouvent pas d'empathie non plus.!Ce que je me demande, c'est si c'est : inné ou lié à l'éducation?....(chez les NT.!) :? :roll:
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#42 Message par bernard » mardi 28 octobre 2008 à 19:41

Pas tout à fait, ça ne me fait pas ça.
J'ai souvent envie d'éclater de rire. Ou alors neutre, sans réaction.
Je sais que c'est pas le bon sentiment mais c'est comme ça.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20054
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

cadeaux

#43 Message par Jean » mardi 28 octobre 2008 à 20:40

maho a écrit :, quand tu offre un cadeau a ta femme (mari, enfants, parents) est ce que tu (vous) offre un cadeau que toi tu pense qu'elle aimera, ou qui te plaira toi de recevoir?
Cela me rappelle curieusement un livre sur l'amitié : on offre à un ami ce qui lui plaira (et donc on choisit en fonction de ses goûts), alors que pour une personne dont est amoureux, on offre ce qui nous plaira. On veut que l'amoureux partage les mêmes passions que nous.
Je simplifie, mais c'est ce que j'en ai retenu.

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#44 Message par maho » mardi 28 octobre 2008 à 20:52

:lol: :lol: :lol:
Bernard j'hesitais de repondre cette aprés midi, car j'aurais dit aussi qu'il y en a qui rigole quand une autre tombe. Loic, heureusement, reste neutre, car rigoler ca peut amener des foudres!!!
On veut que l'amoureux partage les mêmes passions que nous.
Ah bon? Justement je pensais que d'avoir des passions differents mettait de l'epice dans un relation!

HHhmmmmm? Le mari est en train de regarder le boxe, ce n'est vraiment pas un de mes passion. Mais si par hazard il montrait un vrai interet pour ce sport, je penserais de lui offrir une place pour assister!
C'est ca "se mettre a la place de l'autre" :lol:
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
misflo
Adepte
Messages : 228
Enregistré le : jeudi 2 octobre 2008 à 9:47
Localisation : Toulon

#45 Message par misflo » mardi 28 octobre 2008 à 21:10

Je comprends bien ce que tu décris Bernard...
Maman de 4 enfants atypiques, dont 2 ont un diagnostique de Syndrome d'Asperger.

Répondre