sentiments des personnes Asperger

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#61 Message par bernard » jeudi 30 octobre 2008 à 22:53

Pour les placards à vêtements, pas de problème.
C'est pas moi qui range.
Quand je prends, c'est toujours sur le dessus de la pile.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#62 Message par maho » vendredi 31 octobre 2008 à 6:08

Quand je prends, c'est toujours sur le dessus de la pile.
J'en ai deux a la maison comme ca!! Je crois que c'est plutot un trait masculin qu'Asperger :lol:
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#63 Message par bernard » vendredi 31 octobre 2008 à 8:07

Oui, tu me l'avais déjà signalé ! :lol:
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#64 Message par maho » vendredi 31 octobre 2008 à 20:20

:lol: Dis moi tout de suite que je me repete!
Ca c'est un trait feminin :lol:
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Frieda
Occasionnel
Messages : 15
Enregistré le : lundi 19 janvier 2009 à 17:28

#65 Message par Frieda » mercredi 4 février 2009 à 1:09

Bonsoir,

Je remonte ce topic car mes questions ont un rapport direct avec les sentiments des aspies.. enfin, des personnes autistes.
Je ne sais comment formuler ma question, mais je ne cesse d'essayer d'avoir une réponse sans y parvenir. Les personnes asperger que j'ai pu rencontrer semblent tellement différentes de mon fils, que je me pose tout un tas de questions... jusqu'à toujours douter que mon fils est bien autiste.

Bref, je vais droit au sujet : mon fils nous aime, mon mari et moi, j'en suis intimement persuadée. Pourtant, nous sommes " victimes " de scènes de violence qui sont parfois ( et même souvent ) intolérables et qui nous empêchent de vivre " normalement "... Lorsque notre fils s'approche de nous, on ne sait parfois pas si c'est pour nous embrasser ou pour nous cracher à la figure ! Et je passe les hurlements, les insultes incroyables, des coups que nous recevons pratiquement quotidiennement.... Et à côté de ça, nous avons des calins, des bisous et un fils qui ne sait pas se décoller de moi la journée...

Parfois, je l'entends rigoler au téléphone avec ses amis, alors que 10 secondes auparavant, il hurlait et nous insultait ! :?

Pourquoi a-t-il ce comportement ? Lorsque nous arrivons à en discuter avec lui, il dit qu'il ne sait pas, que c'est plus fort que lui, qu'il se sent énervé,etc... Lorsqu'il était petit, il était l'enfant le plus doux, le plus gentil de toute l'école ! ( c'est aussi d'ailleurs pourquoi beaucoup d'enfants se moquaient de lui et profitaient de sa gentillesse... )

Il a maintenant 1 vingtaine d'année, et j'ai l'impression que ses sentiments sont de plus en plus ingérables. Pourquoi agit-il ainsi avec nous ? Pourquoi ne comprend-il pas, ou ne veut pas comprendre à quel point il nous fait mal, autant physiquement que moralement ? Pour lui, il est tout naturel de nous insulter et de nous faire un calin dans la seconde qui suit...

Les personnes autistes que j'ai pu rencontrer ne semblaient pas avoir cette violence. Il faut dire qu'en public, notre fils sait se contenir... et ne montre donc pas cette facette de sa personnalité.

Cette violence nous use... Si seulement nous savions la gérer... Mon mari et moi n'arrivons même pas à avoir une conversation entre nous sans qu'il s'interpose, si bien que nous finissons par ne plus rien dire pour avoir un semblant de paix...

Nous en souffrons, mais le pire est que notre fils en souffre aussi, enfin, c'est ce qu'il dit, bien que parfois il minimise les faits. Nous avons cependant du à plusieurs reprises appeler les pompiers pour le calmer, car sa violence devenait ingérable et beaucoup trop importante. Il y a des périodes où les choses vont un peu mieux, mais nous ne sommes jamais tranquilles.. et il y a des périodes où je me demande comment cela va finir ( il nous a déjà menacé avec un couteau... )

Lorsque j'en parle au psy qui le suit, il me dit que c'est un trait des personnes autistes ( de ne pas gérer ses sentiments... )
J'aimerais franchement avoir votre avis là-dessus, et si vous êtes autistes vous-mêmes, avez-vous eu ce genre de problème avec vos sentiments ? Et si vous avez des conseils..... :wink:

Frieda
Occasionnel
Messages : 15
Enregistré le : lundi 19 janvier 2009 à 17:28

#66 Message par Frieda » mercredi 4 février 2009 à 1:20

Je rajoute aussi qu'un certain médecin nous a conseillé de tout noter quand il avait ses crises de violence.. mais je crois qu'il nous faudrait écrire un livre... :?

laura
Passionné
Messages : 332
Enregistré le : mercredi 28 janvier 2009 à 5:53
Localisation : Paris
Contact :

#67 Message par laura » mercredi 4 février 2009 à 5:49

Je connais très bien ces crises de colère Frieda, et ces débordements d'émotions en général. C'est mon lot quotidien et, à mon humble avis, c'est très courant chez les autistes. J'ai régulièrement des accès de rage. Je crois que la seule différence avec ton fils est que j'ai appris, mais ça a été très long et difficile, à les gérer plus ou moins. Je crois que c'est aussi le cas pour pas mal d'autres autistes.

La communication non violente m'a été d'un grand secours récemment, pour apprendre à dire ses émotions sans violence et de façon appropriée pour les autres. Avant j'étais obligée de m'isoler pour ne pas blesser les autres. Je te donnerai un lien si tu veux, pour comprendre ce que c'est.

Aussi je n'hésite pas à crier quand vraiment c'est trop et que l'autre ne comprend pas ma souffrance. Crier fait mal aux oreilles et à la gorge mais au moins ça ne blesse pas "trop" physiquement, ni celui qui agresse, ni celui qui est agressé (enfin, comparé à un coup de couteau :oops:). On peut plus facilement revenir en arrière qu'en blessant physiquement.

Les émotions fortes m'épuisent, être en colère me terrasse, être triste me rend malade à long terme. Alors j'ai appris à guider mes émotions vers la sortie. J'ai pas trop eu le choix d'ailleurs . :( On pourrait dire que j'ai appris sur le tas. Quand je suis en colère j'ai appris à le dire avec des mots et à faire ce qu'il faut pour que la colère cesse. Pareil quand je suis triste, ou heureuse, etc. Je crois que c'est une très bonne chose d'apprendre à le faire.

Je crois comprendre que tu es effrayée par toute cette rage et par ses conséquences. Ça m'attriste, alors voilà je te dis ma propre expérience en espérant que ça puisse t'aider à mieux comprendre et à aider ton fils à "faire ce qu'il faut". :wink:
"Sans la liberté de lier, il n’est point d’internet."

Frieda
Occasionnel
Messages : 15
Enregistré le : lundi 19 janvier 2009 à 17:28

#68 Message par Frieda » mercredi 4 février 2009 à 9:06

Merci pour ton témoignage, Laura, car je suppose que ce sont des choses qui ne doivent pas être facile à dire... En tout cas, je me rends compte que mon fils n'est finalement pas un extra-terrestre....

Mais comment as-tu appris à te contrôler ? L'as-tu fait seule ou avec l'aide d'un tiers ?
J'ai l'impression que chez mon fils, c'est presque devenu une habitude de nous " traiter " comme cela et qu'il sait se contrôler, puisqu'il ne le fait jamais en public ( sauf une fois où il s'est énervé contre nous dans la rue... ). Lorsque je lui dis que je ne comprends pas son comportement puisqu'il nous aime, il répond : " justement ! ". C'est assez paradoxal, comme si le fait de nous aimer lui permettait de se lâcher et que cela n'avait pas de conséquences...

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#69 Message par jakesbian » mercredi 4 février 2009 à 10:46

- çà rappelle quelqu'un à beaucoup de monde ici... n'est ce pas florent :roll: :roll: :roll: .

brigitte, la mére de florent, pourra sûrement te donner plein de conseils 8) .
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
Luna
Forcené
Messages : 4509
Enregistré le : vendredi 17 octobre 2008 à 21:39
Localisation : Dijon
Contact :

#70 Message par Luna » mercredi 4 février 2009 à 11:55

J'ai eu cette chance de garder toujours cette colère et cette frustration en moi. je sens que ça monte mais j'ai toujours réussi à gèrer. Si ça "sort", ce sont des larmes, ce sentiment d'impuissance qui me noient, je m'en veux de mes incapacités. Je ne m'en prends à personne d'autre qu'à moi-même dans les pires des cas : je me frappe la tête, je me donne des giffles, mais c'est assez rare.
Luna TMG
http://www.flickr.com/photos/lunatmg/?details=1 / détails
https://www.flickr.com/photos/lunatmg// vue d'ensemble
"Dans la photographie, il y a une réalité si subtile qu'elle devient plus vraie que la réalité" - Alfred Stieglitz

Avatar du membre
Olivier
Forcené
Messages : 1309
Enregistré le : lundi 17 novembre 2008 à 16:49

#71 Message par Olivier » mercredi 4 février 2009 à 12:08

J'ai le plus souvent réussi "à gérer", ces montées de colère.
Mais à plusieures reprises, quand j'étais dans un internat, entre autres, j'ai éclaté avec des cris et des coups. Je m'en suis tellement effrayé que jai le plus souvent ensuite, essayé au maximum de me retirer.
Pendant les réunions de famille, quand je sentais la tension monter, je quittais la maison pour une balade au grand air. A mon retour, personne ne me disait rien, à ma grande surprise.

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

#72 Message par Jonquille57 » mercredi 4 février 2009 à 12:46

Je n'ai aucun conseils à donner puisque je ne m'en sors pas.... et que je ne vois plus le bout du tunnel...

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

#73 Message par jakesbian » mercredi 4 février 2009 à 14:41

sorry brigitte,

je pensais que même si globalement c'est pas vraiment çà certains jours, tu avais des astuces au quotidien pour frieda :roll: .

ce que décrit frieda de son fils, ressemble étrangement à ce que tu nous disais de florent lorsque tu es arrivée sur le forum.

frieda,

pour que quelqu'un puisse t'aider, il aurait été interrssant de savoir si il est scolarisé, ou qu'il travaille, si il a des activités sociales, si il est autonome,... bref, savoir si quelque chose est suceptible qu'il s'en sente dévalorisé... et qu'il soit de ce fait mal dans sa peau.

je dis ceci car mon fils nicolas même si il n'a jamais été violent, ni insultant... lui s'était plutôt impulsif et vexant... son comportement s'est arrangé au fur et à mesure qu'il a avancé scolairement et socialement... donc qu'il a gagné en estime de soi, en confiance en soi, en autonomie... en un mot: qu'il s'est senti valorisé.
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

laura
Passionné
Messages : 332
Enregistré le : mercredi 28 janvier 2009 à 5:53
Localisation : Paris
Contact :

#74 Message par laura » mercredi 4 février 2009 à 15:41

Frieda a écrit :Mais comment as-tu appris à te contrôler ? L'as-tu fait seule ou avec l'aide d'un tiers ?
En fait j'ai surtout appris à ne plus me contrôler sans cesse justement :wink: laisser sortir les émotions est indispensable pour moi. Ce n'est pas la colère qui est la finalité du problème, mais la chose qui a mis en colère et qui n'est pas réglée, et là je rejoins jakesbian à 300% : c'est ultra important de se sentir valorisé, et ça va pas forcément de soi. Et je crois que dans le pire des cas, ne pas se sentir valorisé peut être très paniquant et mener à des comportements anormaux, voir souvent violents et incompréhensibles d'un point de vue extérieur. Là je parle dans mon cas, peut être que c'est différent chez chacun :?:

Après, je crois qu'il est important de trouver un moyen de laisser sortir les émotions sans que ça ne soit blessant pour soi ou pour les autres. Quoi qu'il en soit, ça ne règle pas le problème sous-jacent, ça permet juste de ne pas rester bloqué. Il y a surement des tas de façon de faire... moi j'ai trouvé la CNV. Malheureusement, je n'ai pas trouvé de lien qui explique ce qu'est la CNV avec des mots simples, même wikipédia est sans dessus dessous à ce sujet :? Donc je crois bien qu'il va falloir que je m'y colle :lol:
"Sans la liberté de lier, il n’est point d’internet."

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#75 Message par Murielle » mercredi 4 février 2009 à 16:03

C'est vrai Laura que ton témoignage est important et si tu retrouves ce fameux lien , il pourrait être utile à beaucoup.!!!! :D
Mais je retiens quand même cette histoire d'estime de soi et trouver un exutoire....Oui, je sais facile à dire mais si dur à faire.! :?
Comme pour F. à qui nous avions proposé de taper sur une peluche, un coussin ou quelque chose de son choix lorsqu'il était énervé plutôt que sur ses parents .....Parcequ'au final, F.était malheureux et ses parents également.
Ce n'était donc satisfaisant pour personne.!
Ensuite, il faut trouver la solution d'occupation et d'intérêt, car l'ennui peut aussi rendre malheureux et en colère.!!!!
Ca non plus c'est pas simple.!!! :(
Peut-être établir une liste d'intérêts et essayer d'en accomplir un certain nombre???? :?: :D
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Répondre