Sexualité...

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Camille93
Fidèle
Messages : 106
Enregistré le : lundi 3 octobre 2011 à 19:32
Localisation : Brest, Finistère France.

Sexualité...

#1 Message par Camille93 » jeudi 3 novembre 2011 à 17:32

Bonjour à tous!

Je voudrais savoir s'il y a des personnes parmi vous qui ont ce même genre d'histoire?

Voilà, je n'ai jmais eu de rapports sexuels de ma vie, alors que j'ai pourtant 25 ans. Je ne suis pas particlièrementnintéressée à l'idée d'avoirs des rapports.

Mais depuis quelques temps, j'ai l'impression d'avoir une grosse crise par rapport aux hommes, sauf des personnes autistes, homosexuelles. Je vous explique pourquoi:

mon père biologique ne s'est jamais occupé de moi, et pendant 10 ans, il n'y avait aucune présence masculine chez ma mère, étant donnés qui nous n'étions que toutes les deux. Je n'aimais pas jouer à la poupée, je préférais au contraire jouer au foot ou dessiner.

Ensuite, ma mère s'est remariée et mon ex-beau-père s'était montré très bon au départ envers mois, mais pendant un an et demie seulement. Ensuite, j'ai passé quatre ans et-demi d'enfer en Normandie et à partir du moment où j'ai eu des problèmes au collège du village, alors que mon ex-beau-père voulait y vivre tranquillement dans son village, il s'est détournée de moi, est devnu aigrie, je n'existait que s'il avait besoin de moi, en bref, je n'existait plus. Et comme, je n'avais pas d'achappatoire là-bas, étant donné qu'il n'y avait ni gare, ni autocars, je me sentais prisonnière. Quand il sortait avec ma mère hors du village sans les enfants, il était bien content que je les garde, mais ne me remeciait pas. Or, il se trouve que je ne viens pas d'une famille de domestiques ou d'ouvriers, et pourtant il n'y a pas de sous-métiers. Et jamais de projets de vacances. J'envie, je l'avoue, les enfants qui ont de très bons pères, qui les emmènent en voyage.

Ensuite, j'ai habité pendant neuf ans et demi en Région Parisienne. La par contre, je ne dépendais de personne pour sortir, je pouvais partir n'importe où dans Paris, dans la région, y compris dans toute la France. Je suis très fière de tous les petis voyages que je me suis offerts, comme Bordeaux, Chambord, Rouen, Giverny, Strasbourg, etc... Il a pris aussi ma défense quand nous avons reçu mon diagnostique de psychose infantile de l'hôpital de jour qui m'avait fait tant rire après l'avoir lu. Il le trouvait lui-même très idot aussi, d'autant plus qu'il disait à ma mère qu'il ne me considérait pas comme autiste, mais il ne me l'a jamais dit directement! Pour les rares compliments qu'il me faisait, il passait par ma mère pour les lui dire, mais ne me les disait jamais directement. En revanche, quand il s'agissait de critiques, il n'hésitait pas à me les cracher à la figure! J'ai compris avec le temps qu'il me rabaissait non seulement parce que je suis autiste, mais surtout parce que je suis une femme.

Aussi, sans être pour autant paranoïaque, j'ai vu à plusieurs reprises, en particulier chez des médecin hommes, comme un psychiatre que je voyait récemment sur Paris. Il essayait de me rabaisser après m'avoir fait de grand sourires, et était aussi mal organisé que mon ex-beau-père dans son travail, mais dans le sens invers: lui il ne faisait rien si on ne lui donnait pas d'argent, mais mon -ex-beau-père était très habaile de ses mains, mais pour lui, l'argent était secondaire. Dans la vie de famille, il n'avait pas non plus d'organisation. Un ancien ami homme de ma mère préférait ne se rappeller que de mon enfance en se souvenant de moi sur une plage avec un pantalon bleu en laine, alors qu'avec le temps, il ne me proposait jamais de vacances, mais était bien content de voir m'occuper de mes petits frères et soeurs, et de me donner des leçons. Et, en plus il était paranoïaque sur le temps. En fait, pour lui, si mon enfance, qui était complètement vide! , parrassait importante, alors qu'il avait voyagé et tout, il se diait surement: "OH§ Celle là, de toutes façons, elle est bizarre, elle est handicapée, elle ne fera rien de sa vie, d'autant plus que c'est une fille qui vient d'un milieu pauvre, donc, elle ne m'intéresse pas!". Envers moi, il se montrait charmant, mais je me doutais bien qu'il était hypocrite.

Aussi, mon ex-beau-père n'aime pas trop les femmes, je crois. Du moins, je le trouve.

Ces hommes là, je les surnomme "sales mecs"! Est-ce normal?

Aussi, je connaissais un grand nombre de femmes qui sont mauvaises!

Mais je vousdrais avoir votre avis: a votre avis, y-at-il un rapport entre ma haine de beaucoup d'hommes, de ma mauvaise opinion des hommes avec mes rapports tendus entre mon ex-beau-père et moi ainsi que l'absence de mon père biologique?

Pourtant, je suis très masculine par nature, quand il s'agit par exemple de bien réagir à une situation difficile. Je suis énergique aussi, j'aime sauter partout! Mais je me sens tantôt homme, tantôt femme. Est-ce normal?

Bien que j'aimais jouer au foot dans l'enfance, l'autre jour, quand je suis allée à Paris en avion pour visiter le Sénat, j'avais mis dans mon sac une mini poupée mannequin, genre Barbie (pourtant, je n'aime pas les Barbies), mais elle venait d'un paquet de bonbons que j'avais acheté lors d'un week-end super-reposant à Bruxelles. Je lui ai fait faire son baptème de l'air! Et au retour, dans la salle d'embarquement à l'aéroport de Paris Orly, je l'ai sortie de mon sac et je l'ai comtemplée. Ma réaction était-elle normale? j'ai plus envie de plaisirs féminins ces temps-cis.

Y-a-t-il des personnes, hommes ou femmes, qui sont dans le même cas que moi?

Aussi, je n'envisage pas de me marier. Je n'envisage de voyager, de travailler et de ne vivre qu'en célibataire. Est-ce normal?

Est-il normal que je n'ai plus envie de voir en ce moment mon ex-beau-père, en dépit du fait qu'il s'était montré très bon pour moi au d"part?!

Mes parents ont divocé en Mai, mais la seule chose que je regrette, comme ma petite soeur, c'est de ne pas avoir passés les meilleurs moments ensemble. Ma petite soeur n'en a que de très rares en tête. Mon petit frère aussi, surement, mais il ne l'exprime pas encore.

Merci de vos réponses!

Camille93.

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: Sexualité. Problème sexuel?

#2 Message par Jonquille57 » vendredi 4 novembre 2011 à 8:29

Bonjour Camille,

D'abord, j'ai envie de te dire que chaque personne est unique, et qu'il n'y a pas de normalité à propos des sentiments. Donc, ne t'inquiète pas sur le fait que tu sois normale ou pas : tu es comme tu es, et ce que tu es, tu l'es grâce à ta personnalité, mais aussi grâce à ce que tu as vécu, comme chacun d'entre nous.

Pour ma part, je ne me suis jamais posé la question de savoir si j'étais plus femme qu'homme : je suis une femme, et personne ne peut rien y changer, et c'est très bien comme ça. Je pense que dans chaque individu, il doit y avoir une part de masculinité et une part de féminité, que l'on soit homme ou femme.

L’expérience avec ton beau-père t'a beaucoup marqué, mais avec le temps, elle s'estompera au fur et à mesure des rencontres que tu pourras faire.
Tu es maintenant adulte et c'est toi qui conduis ta vie, avec les moyens dont tu disposes. L'avenir est devant toi, et c'est à toi de te construire. Il faut avoir confiance en la vie, car il y a toujours un jour où elle nous sourit. :wink:

Camille93
Fidèle
Messages : 106
Enregistré le : lundi 3 octobre 2011 à 19:32
Localisation : Brest, Finistère France.

Re: Sexualité. Problème sexuel?

#3 Message par Camille93 » vendredi 4 novembre 2011 à 17:01

L’expérience avec ton beau-père t'a beaucoup marqué, mais avec le temps, elle s'estompera au fur et à mesure des rencontres que tu pourras faire.
Tu es maintenant adulte et c'est toi qui conduis ta vie, avec les moyens dont tu disposes. L'avenir est devant toi, et c'est à toi de te construire. Il faut avoir confiance en la vie, car il y a toujours un jour où elle nous sourit. :wink:[/quote]


Bonjour Jonquille57!

Ah! Voici justement l'une de mes phrases favorites! Il y a longtemps, des personnes que nous connaissions ma mère et moi à Brest ne voulaient plus me voir à l'âge adulte, sauf une amie décédée et David, un ami d'enfance, et c'est justement lui qui me disait: "Tu verras, les choses passeront avec le temps!". Figure toi qu'il ne s'était pas trompé! Au contraire, il avait vu juste, et j'ai réussi à prendre du recul par rapports à ça, en dépit de mes rancunes. Oui, je suis très rancunière.

Par contre, je suis anormale, et je suis fière de l'être. Je n'aime pas être dans la norme. Je me sens très indépendante. Pour mes questions "Est-ce normal", j'aurais dû dire: "est-ce logique?"

Puis dans l'année qui a suivi après celle où j'ai eu ces problèmes, je me suis senti renaître, surtout quand j'ai appris le décès du propriétaire d'une maison que nous avions dans les Yvelines, et ce jour là, j'ai eu l'impression d'avoir reçu une claque dans la figure (ça été très rapide), que du coup, j'ai décidé de me tourner plus vers l'avenir, et me trouner vers de nouveaux horizons.

En tout cas, merci de ta réponse!

Camille93.

Avatar du membre
Cephalopivolubilis
Régulier
Messages : 46
Enregistré le : mercredi 19 octobre 2011 à 2:16

Re: Sexualité. Problème sexuel?

#4 Message par Cephalopivolubilis » vendredi 4 novembre 2011 à 18:21

Camille93 a écrit : Par contre, je suis anormale, et je suis fière de l'être. Je n'aime pas être dans la norme. Je me sens très indépendante. Pour mes questions "Est-ce normal", j'aurais dû dire: "est-ce logique?"
Camille93.
J'adore cette phrase.

La "norme" elle-même me semble pour autant une idée trop vague pour pouvoir m'y référer en ces termes.

J'ai beaucoup de mal à concevoir ce qu'est la norme.
Des "normes", par contre, j'en observe tellement de différentes qu'il me passionne de les détailler.

Si on définit une série de gros archétypes, on peut voir varier la relation de chacun face à ceux-ci...
Mais le schéma est trouble, et semble pouvoir changer au fil des ans..
Le tout formant un enchevêtrement super subtil..
Tellement subtil qu'il confère au final à chaque individu.. rien d'autre que les définitions même de ce mot.

Nous sommes tous indépendants. Le schéma est "je"... "suis".
Le "Je" "suis"se définit lui-même, au niveau de son unicité physique..
Chaque "je" entretiens ceci à un niveau personnel de.. manières.. plus ou moins compliquées.
"Je" lui même juge "je", au présent, et dans le temps..

Sur ce vaste sujet, je n'ai aucune certitude..
Dans mon entourage, j'ai vu de tout..
Tant au niveau de son genre de définition "homme", "femme" ou "choix libre".
Que dans son genre de définition sociale. Référence à soi en parallèle à un schéma personnel "du tout"..

Il me semble indispensable de cultiver sa lucidité de soi par rapport aux autres.
De le faire librement, sans même se référer à un texte qui l'affirmerait,
qu'à un autre "je" qui pourrait désirer l'imposer/le former "d'autorité".

l'Histoire est quand même assez... consternante... façon pluie fines ( pubs , marketing ) ou en tsunamis..
Et tends à montrer que ces dépressions sont très souvent les retombées de nuages noirs de pensées..
Les torrents formés à cette source irriguent le souvenir de notre activité passée.. Et même des normes pour notre état présents..
notamment sur comment chacun identifie ou "devrait" identifier le bien et le mal dans l’activité passée..
... le mal de l'un considéré comme le bien du deuxième,
... le bien de l'un jugé mal par le deuxième.. Dans divers sens.. pffouu :crazy:



Tu es libre, ça me semble tout à fait normal, essentiel et sain, de vouloir l'affirmer..

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Sexualité

#5 Message par Anahata » vendredi 15 décembre 2017 à 20:29

Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (début).


Bonjour !
Une question sans fioritures... : comment sait on si on est d'accord pour avoir une relation sexuelle avec une autre personne ?
Y'a t'il des indices ? Des choses qui montrent que c'est ce qu'il faut faire ? Qu'on ne va pas se tromper ?
Comment sait on qu'on est d'accord en somme pour que ce soit cette personne ?
Merci
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Sexualité

#6 Message par Anahata » samedi 16 décembre 2017 à 1:05

Anahata a écrit :Bonjour !
Une question sans fioritures... : comment sait on si on est d'accord pour avoir une relation sexuelle avec une autre personne ?
Y'a t'il des indices ? Des choses qui montrent que c'est ce qu'il faut faire ? Qu'on ne va pas se tromper ?
Comment sait on qu'on est d'accord en somme pour que ce soit cette personne ?
Merci

J'vais préciser la demande car à mon avis j'aurais lus de chance d'avoir une réponse ainsi. Si vous avez des exemples de livres qui répondent à ces questions, je veux bien l'info. Merci !
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2620
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Sexualité

#7 Message par olivierfh » samedi 16 décembre 2017 à 7:42

Des indices qu'on ne va pas "se tromper" mais dans quel sens? s'agit-il du risque de changer d'avis (plus envie), ou d'être déçu (quelqu'un de vite désagréable/égoïste), ou de ne pas trouver là de partenaire de vie à plus long terme?
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Pearple89
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : vendredi 15 décembre 2017 à 19:30

Re: Sexualité

#8 Message par Pearple89 » samedi 16 décembre 2017 à 12:55

Anahata, très intéressant sujet, je ne prétendrai pas savoir y répondre mais je pense que les "indicateurs"
sont à la fois physiques et intellectuels puisque l'émotionnel tu ne peux vraiment t'y fier.

Seulement si tu en as "envie", ton corps lui le saura donc si tu ne parviens pas à l'identifier, il faut que tu fasses (encore)
un peu de gymnastique intellectuel pour être attentive à ces éléments, cela implique je pense une certaine proximité aussi
donc il faut être en mesure de l'avoir accepter, d'être en confiance, et l'intellect te permets aussi de savoir reconnaître certaines choses, le faire de se sentir bien avec l'autre, de vouloir discuter avec l'autre, d'apprendre les "codes" et donc les intentions de l'autre...

Après, pour des relations d'ordre seulement physique, je n'ai pas de réponse et pas de bouquins
En attende d'un premier rendez-vous au CRA.
Suivie en CMP.

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Sexualité

#9 Message par Anahata » samedi 16 décembre 2017 à 15:56

De se tromper sur ses propres désirs. Ne pas vouloir et l'avoir fait quand même. J'ai peur de ça.
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Sexualité

#10 Message par Anahata » samedi 16 décembre 2017 à 16:03

Surtout qu'une personne homme m'a dit avec beaucoup de confiance en lui que si l'homme savait bien s'y prendre, ça pouvait se produire. Alors je me sens plutôt mal dans tout ça.
être en mesure de lavoir accepté oui.... De faire confiance oui..... Tant d'ingrédients que j'ai toujours cru avoir réuni mais au final, je m'étais trompée. Trompée sur la personne, sur ses intentions. Trompée sur son fond ! Parfois même je ne savais pas si c'était de !amour ce que je ressentais. Je n'en savais rien. Et aucune de ces expériences me laissent une sensation que ce que j'ai fait était juste. J'ai le sentiment d'avoir fait que des erreurs de castings. Et j'en viens à me poser des questions sur moi, sur ce que je veux. Mais j'en sais rien. Alors j'essaie d'identifier concrètement ici le genre d'état, physique, intellectuel ET emotiinnel qui dit que c'est bon,on peut y aller.
Et oui pour moi, une personne c'est pour la vie. Je sais pas si j'en suis capable mais pour moi c'est ça.

Je suis consciente de l'aspect cash de la question c'est pourquoi je n'offense personne et serai aussi très contente d'avoir à lire certains ouvrages qui puissent en parler de cette manière. Tout en sachant que je ne réagis sans doute pas pareil aux sujets liés à la sexualité, en tant qu'aspie. Chose que je pressens, sans l'avoir identifié non plus.
Donc ce serait cool un langage 'pour aspie'... Inutile de me renvoyer aux cours de biologie du lycée. Inutile d'aller chercher chez des psy classiques. S'ils commencent à me sortir les grands mots et leur grande gêne (je suppose), ça va pas le faire

Tchüss
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Pearple89
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : vendredi 15 décembre 2017 à 19:30

Re: Sexualité

#11 Message par Pearple89 » samedi 16 décembre 2017 à 18:04

Honnêtement j'ai le sentiment en te lisant de ressentir la même chose que toi
Pour moi cette impression d'"erreur de casting" c'est la conséquence d'une désillusion qui serait commune à tous en fait, mais peut-être est-ce une particularité aspie qui fait que "nous" nous l'interprétons, la ressentons, différemment sur la forme j'en sais rien.

Avec mon ex, j'ai beaucoup fui le contact physique car j'ignorais si j'en avais vraiment envie moi ou si je faisais ce qu'on attendait de moi et j'ai fui jusqu'à rompre. Depuis je lui suis restée fidèle parce-que son discours contredit l'idée "d'erreur de casting", mon ex confirme ses sentiments et sa volonté d'avoir voulu construire quelque chose de durable... mais que c'est moi qui "m'enfuis tout le temps" et "gâche toujours tout". Et je continue de fuir justement parce-que j'ai peur de "perdre le contrôle", de ne pas identifier mes envies des siennes.

J'ai trouvé cette référence Isabelle Hénault "Sexualité et Syndrome d'Asperger" 2006
ainsi que cet article: http://etreautisteaujourdhui.over-blog. ... erger.html
En attende d'un premier rendez-vous au CRA.
Suivie en CMP.

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Sexualité

#12 Message par Anahata » samedi 16 décembre 2017 à 18:41

Merci beaucoup pour ce partage que je trouve plein de bienveillance. Merci.
Sauf les phrases qui disent que 'vous gaâchez tout' ça je pense qu'on peut tirer un trait dessus, non ? :)
Bon ben je vois que la difficulté est partagée. C'est rassurant. Oui. Ça l'est. Car je crois que se croire seul est bizarre c'est un bon pourcentage du pb.
Peut être qu'il s'agit bien en effet d'erreurs de castings. Ce sont des tentatives, sans doute prématurée ou un peu bâclées. Faut bien partir de quelque-chose.....
Bon du coup on n'en sait rien quoi lol. La bonne personne apportera t elle ma réponse à toutes ces questions ? Ahah mystère !!!! Lol qui veut résoudre de pb avant d'avoir trouvé la solution ? Lol
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

lili brin d'aspie
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : dimanche 8 novembre 2015 à 21:42

Re: Sexualité

#13 Message par lili brin d'aspie » samedi 16 décembre 2017 à 22:56

je reviens faire un tour par ici et oui ce sujet m'interpelle. merci anahata.

nous sommes nombreuses les femmes aspies à être rentrées dans la vie sexuelle sans en avoir vraiment envie parce que nous pensions que c'est cela qu'il fallait faire que c'était conforme aux attentes sociales.
au bout d'un certain temps dans la relation (combien ? une soirée? une semaine? 2 mois? ) la femme est sensée "céder" aux avances sexuelles de son partenaire. c'est dans l'ordre des choses.

seulement pour nous c'est un peu plus compliqué : le sensoriel d'abord, accepter la proximité physique, les caresses, baiser....ce qu'on appelle les "préliminaires" pour aller dans le vif du sujet.

il y a aussi ce besoin de tout intellectualiser, planifier,controler, cette peur de l'inconnu qui empeche le lacher prise indispensable au plaisir.

et aussi la difficulté de connecter tout ça aux emotions : amour? attachement? confiance?

moi je pense qu'une chose ne peut pas mentir, c'est notre corps. bien sur on peut douter de la personne, ne pas savoir si ses intentions sont bienveillantes, si c'est la bonne personne ect ect. mais je pense que pour savoir si on est prete pour le sexe, si on se sent bien avec la personne il faut etre attentives à notre corps.
cette personne sait elle me prendre dans les bras comme cela me convient?
a t'elle saisi mes particuliarités sensorielles?
est ce que j'apprécie sa présence proche? est ce que je suis détendue? en confiance?
de quoi ai je envie avec elle?
dans l'idéal, c'est important d'en parler (dur dur) de dire nos limites, nos peurs. d'etre capable de dire oui je veux ça ou non ça me plait pas.

après anahata c'est sur que si tu cherches le partenaire à vie , plus la confiance plus l'intellect plus plus plus.....ben là ça devient compliqué. on peut aussi avoir une vie sexuelle avec quelqu'un qu'on apprécie beaucoup, qui nous attire sans pour autant que ce soit pour la vie !
-diagnostiquée tsa léger (asperger) fin 2015, hpi
-maman d'un garçon autiste sévère
ou quand les deux extrêmes se rencontrent..

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Sexualité

#14 Message par Anahata » dimanche 17 décembre 2017 à 2:50

J'aimerais bien penser comme ça. Mais je n'ai pas cette option chez moi lol.
De toute manière le réel me ramene quand même à cette conclusion mais ce n'est pas du tout ma vision des choses.
Compliqué ? Peut être bien. En tout cas, je commence à croire que ce serait miraculeux si ça arrivait. Mais je crois aux miracles donc..

Est ce que j'apprécie sa présence proche..
Ça c'est une sacrée chose. Mais il y a ça et le contact. C'est pas pareil du tout du tout. L'intention du contact. Je fais penser à un animal sauvage à apprivoiser. C'est beau au moins, les animaux sauvages;)

Et ce passage : 'nous sommes nombreuses les femmes aspies à être rentrées dans la vie sexuelle sans en avoir vraiment envie parce que nous pensions que c'est cela qu'il fallait faire que c'était conforme aux attentes sociales.
au bout d'un certain temps dans la relation (combien ? une soirée? une semaine? 2 mois? ) la femme est sensée "céder" aux avances sexuelles de son partenaire. c'est dans l'ordre des choses. ' c'est tellement vrai
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Pearple89
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : vendredi 15 décembre 2017 à 19:30

Re: Sexualité

#15 Message par Pearple89 » dimanche 17 décembre 2017 à 17:11

j'ai résolu ces problèmes en m'enfermant dans le célibat ^^

d'un extrême à l'autre en fait...
En attende d'un premier rendez-vous au CRA.
Suivie en CMP.

Répondre