Coming out Aspie

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
MyKingdomForAHorse
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : mardi 5 septembre 2017 à 15:22
Localisation : Bretagne

Re: Coming out Aspie

#46 Message par MyKingdomForAHorse » mercredi 6 septembre 2017 à 13:13

Lilette a écrit :Ah ça, il va falloir te blinder, tu n'as pas fini d'en entendre des choses comme ça malheureusement.
Bon courage.
:D :D :D Merci de ta réponse ça me fait chaud au coeur.

Ca va passer, normalement j'arrive à mettre ces bêtises de côté, on a tous des moments de baisse de forme ou de combattivité.

Ca fait du bien de pouvoir venir ici, de vous lire, de ne pas se sentir bizarre, de ne pas être rejetée... Vous assurez! :mryellow:
En attente d'évaluation par le CRA de ma région, en quête de clefs.

Avatar du membre
Lilas
Forcené
Messages : 2692
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Coming out Aspie

#47 Message par Lilas » mercredi 6 septembre 2017 à 14:52

Voilà c'est fait.
Tout à fait comme je l'imaginais.
Enfin, presque...

Mon amie commence par m'annoncer une promotion.
Cool, je la félicite et en profite pour répondre que j'ai moi aussi quelque chose à lui dire.
J'avais préparé ma stratégie, à savoir rebondir sur une remarque qu'elle m'avait faite au cours d'un précédent déjeuner, il y a plusieurs mois de cela.
Je commence donc par un petit rappel : "Tu te souviens, la dernière fois, tu m'as dit cela...".
Eh bien je peux dire que c'est une mauvaise stratégie.
Car il faut bien se rendre à l'évidence, même si ça semble hallucinant, les gens ne se souviennent pas des détails d'une conversation qu'ils ont eu plusieurs mois auparavant.

Donc, incompréhension totale de mon amie qui ne voit absolument pas de quoi je parle.
Donc, scénario qui tombe à l'eau, alors que je n'en avais pas de rechange (deuxième erreur).
Donc, moi qui bafouille totalement. Elle qui répète mes mots et débuts de phrases pour essayer de comprendre ce que j'essaie de dire.

Finalement, je lui propose tant bien que mal "la différence invisible" que j'avais prévu de lui prêter, en lui disant que cela pourra lui permettre de comprendre en quoi je suis différente.

Elle l'a plutôt bien reçu, et m'a répondu qu'elle avait toujours pensé que j'étais différente des autres personnes avec qui elle avait pu travailler (c'est une ancienne collègue de travail), et que c'est ce qu'elle appréciait particulièrement chez moi.
Et aussi qu'elle ne serait pas surprise d'y reconnaître aussi d'autres personnes de son entourage (apparemment, elle sait très bien choisir ses fréquentations :mryellow: )

Nous aurons peut-être d'autres occasions d'approfondir le sujet quand elle aura lu la BD.
Là, l'endroit ne s'y prêtait pas vraiment, dans un resto, avec beaucoup de bruit qui m'empêchait de comprendre tout ce qu'elle disait.
En tout cas je suis soulagée, à la fois d'avoir franchi le pas et de sa réaction (ou plutôt de sa non réaction).

Ah, et truc qui nous a bien fait rire et a aidé à détendre l'atmosphère : je n'étais tellement pas claire qu'au départ elle a cru que j'essayais maladroitement de la draguer.
Lilas - TSA (AHN) - Quiet as a mouse

Nausicaä
Fidèle
Messages : 132
Enregistré le : lundi 27 février 2017 à 19:02
Localisation : Suisse

Re: Coming out Aspie

#48 Message par Nausicaä » mercredi 6 septembre 2017 à 15:33

Ah super Lilas! :bravo: ...Ne reste plus qu'à attendre son retour!

Mais je suis plutôt confiante pour la suite, car en lisant ceci:
Lilas a écrit : Elle l'a plutôt bien reçu, et m'a répondu qu'elle avait toujours pensé que j'étais différente des autres personnes avec qui elle avait pu travailler (c'est une ancienne collègue de travail), et que c'est ce qu'elle appréciait particulièrement chez moi.
Et aussi qu'elle ne serait pas surprise d'y reconnaître aussi d'autres personnes de son entourage (apparemment, elle sait très bien choisir ses fréquentations :mryellow: )
Cette personne t'a déjà accepté tel que tu es et semble en plus déjà (un peu) sensibilisé aux TSA! :)
Et quand aux détails d'une conversations je suis aussi souvent la seule à m'en souvenir, tout comme l'endroit où s'est déroulé ladite conversation et cela déroute parfois les gens de mon entourage. Et pourtant je n'ai pas une mémoire phénoménale mais plutôt une mémoire différente, qui se fixe en premier sur les détails pour ensuite les assembler dans une sorte de base de données. Contrairement à la plupart des NT qui sont plus "globaux" et, de ce fait, auraient plus tendance à ne pas faire attention aux détails et donc à les oublier.
diag TSA en avril 2017

Avatar du membre
Lilas
Forcené
Messages : 2692
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Coming out Aspie

#49 Message par Lilas » jeudi 7 septembre 2017 à 20:37

Coming out épisode 2 :
Je reçois ce matin un SMS de l'amie avec qui j'ai déjeuné hier.
Elle me dit avoir commencé à lire la BD, et me demande si ce que j'avais voulu lui dire c'est que j'étais comme Marguerite, car elle n'avait pas du tout compris ni pensé ça. :crazy:

Définitivement, je ne suis pas douée en communication.

Bon, je lui ai répondu texto (et par texto) : "je voulais effectivement dire que j'avais été diagnostiquée autiste."

Là, plus de mauvaise interprétation possible.
Lilas - TSA (AHN) - Quiet as a mouse

Nausicaä
Fidèle
Messages : 132
Enregistré le : lundi 27 février 2017 à 19:02
Localisation : Suisse

Re: Coming out Aspie

#50 Message par Nausicaä » jeudi 7 septembre 2017 à 21:33

Lilas a écrit : Bon, je lui ai répondu texto (et par texto) : "je voulais effectivement dire que j'avais été diagnostiquée autiste."
Et qu'à t-elle répondu? :)
diag TSA en avril 2017

Avatar du membre
Lilas
Forcené
Messages : 2692
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Coming out Aspie

#51 Message par Lilas » jeudi 7 septembre 2017 à 21:58

A ça, rien, mais elle avait déjà réagi dans son précédent message (pour dire que ça ne changeait rien pour elle et qu'elle m'appréciait juste comme j'étais).

Elle m'a appelée juste après mais nous avons parlé de façon plus générale de la différence et du choix de la cultiver ou de la cacher pour se protéger.

J'avoue que j'aimerai être capable de la cultiver un peu plus et de m'assumer telle que je suis, mais il y a encore du chemin à faire. Au moins, j'ai fait un premier pas avec ce coming out.
Lilas - TSA (AHN) - Quiet as a mouse

Geogaddi
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 1:42

Re: Coming out Aspie

#52 Message par Geogaddi » vendredi 1 mars 2019 à 2:40

Bonsoir ! Je me permets de faire remonter ce fil afin d'éviter un doublon. Maintenant que je suis diagnostiquée, j'ai envie de l'annoncer à certaines personnes, mais je me heurte à 3 situations différentes, dans lesquelles je ne sais pas comment procéder:

Cas 1: L'annoncer à mon parrain et ma marraine, qui sont comme des seconds parents. Ma mère veut que je leur annonce de vive voix durant un repas, mais je n'aime pas trop être au centre de l'attention et j'ai l'impression que c'est trop "solennel". Je pensais le faire par téléphone mais ma mère me dit que vu comment ils se sont investis dans mon éducation à leur manière, ça ne se fait pas, qu'il faut leur dire de vive voix... Qu'en pensez-vous?

Cas 2: Le dire à ma grand-mère. Mes parents ne voulaient pas pour ne pas la perturber (elle a toute sa tête mais à tendance à tout dramatiser...). Le truc c'est qu'elle a une vision extrêmement fausse des autistes (je cite "des fous violents au visage déformé"), elle vit en campagne donc elle a une vision très loin de la réalité. Moi qui suis attachée aux faits et un peu utopiste, j'espérerais lui ouvrir l'esprit là-dessus, est-ce une bonne chose?

Cas 3: Je portais un masque social au lycée, à jouer la personne extravertie etc. Résultat, j'avais beaucoup de potes. Sauf qu'une fois à la fac, je me suis retrouvée incapable de continuer à jouer ce rôle-là, donc j'ai lâchement préféré ignorer les invitations et les prises de nouvelles. Je sais néanmoins que je serai amenée à recroiser certaines personnes, et je veux qu'ils sachent pourquoi j'ai agis ainsi. Je ne me vois pas revenir leur parler, 4/5 ans après pour leur dire "salut, je suis autiste !". Je pensais donc écrire un post sur facebook le jour de la journée de sensibilisation à l'autisme (en limitant la visibilité aux personnes concernées, bien sûr !) en me disant que comme ça, ça permettait d'expliquer au plus grand nombre sans avoir à l'annoncer individuellement en face à face pendant une soirée gênante... Pensez-vous que ce soit risqué?

Merci d'avance :) Désolée mais quelques jours seulement après le diagnostic, je suis un peu perdue.
Femme, 24 ans, IDF. Diagnostiquée autiste en février 2019.

Avatar du membre
Flower
Forcené
Messages : 3991
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Coming out Aspie

#53 Message par Flower » vendredi 1 mars 2019 à 10:02

Pour ton parrain et ta marraine, effectivement quand tu écris "leur annoncer de vive voix lors d'un repas", ça sonne très solennel. Mais peut-être ça te le paraîtra moins quand tu te dis que tu leur diras la prochaine fois que tu vas les voir? Si tu as l'habitude de les voir pour un repas, tu peux toujours en parler à la fin par exemple. Ou le glisser dans le conversation en parlant d'un film ou d'un livre qui te plaît et qui traite du sujet...

Pour ta grand-mère, si elle est plutôt fermée d'esprit, ce n'est peut-être pas forcément une bonne idée de lui annoncer, sauf si tu la vois vraiment souvent et qu'elle peut remarquer des particularités chez toi.

En ce qui concerne les anciens amis, c'est souvent normal que le contact s'effrite à la fac. Si tu es amené à en recroiser certains et que vous vous mettez à discuter, tu peux toujours évoquer le TSA, mais à ta place je ne ferais pas une annonce "générale" sur Facebook. Même si tu limites la visibilité, tu ne sais jamais où ça arrivera. D'après mon expérience, quand on retrouve des amis de lycée après les études etc., ils sont plutôt contents d'échanger des souvenirs et demandent rarement le pourquoi du manque de nouvelles, parce que c'est normal quand on change d'environnement.
Détectée HQI à 7 ans, diagnostiquée aspie le 07/07/2015.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3973
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Coming out Aspie

#54 Message par misty » vendredi 1 mars 2019 à 11:23

Geogaddi a écrit :elle vit en campagne donc elle a une vision très loin de la réalité.
:shock:
Peut-être a-t-elle autant de préjugés sur les autistes que tu en as sur les gens qui vivent à la campagne? Non?
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4810
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Coming out Aspie

#55 Message par Manichéenne » vendredi 1 mars 2019 à 12:17

Avis perso : tu viens d'être diagnostiquée. Prends le temps avant de l'annoncer à la terre entière, ce n'est pas réversible. Demande toi pourquoi tu veux le faire et ce que ça pourrait changer.
Ensuite selon les retours tu pourras décider de modifier ta manière d'en parler.

J'ai eu des périodes où je voulais le cacher, d'autres où je voulais que les gens sachent. Parfois je restais évasive, parfois je voulais expliquer comment ça se manifestait pour moi. Avec le temps, j'ai pas mal changé d'avis, et appris de mes erreurs. A refaire, ce serait très différent.

Si tu vois ton parrain et ta marraine pour un repas, tu peux probablement leur en parler juste avant ou après, avec moins de monde présent, ou un cadre moins formel.
Si ta grand-mère a des préjugés sur l'autisme, joue sur les mots ou atténue : tu as "une forme d'autisme".
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Geogaddi
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 1:42

Re: Coming out Aspie

#56 Message par Geogaddi » vendredi 1 mars 2019 à 15:04

Flower a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 10:02
ça sonne très solennel. Mais peut-être ça te le paraîtra moins quand tu te dis que tu leur diras la prochaine fois que tu vas les voir?
En fait, je n'ai pas précisé pour pas que le message soit trop long, mais on prendrai le repas avec ma mère. Elle fait malheureusement partie de ses personnes qui érigent l'autisme Asperger comme un autisme "supérieur" voire comme une "forme supérieure d'humanité" (oui oui, ça me désole, on est parfois en conflit à cause de ça, mais voilà). Elle aime beaucoup faire son intéressante (quand j'étais petite et que du coup dû à ma forme d'autisme j'avais un vocabulaire très avancé/ un pic d'habilité qq part, elle me mettait beaucoup en avant par rapport à ses amis pour dévaloriser les autres enfants, bref...), et je sais que du coup, elle risque de s'approprier l'annonce en en faisant des tonnes (limite à faire silence avec un verre en disant "on a quelque chose à vous annoncer", tu vois le genre), évidemment ça me met d'avance mal à l'aise. Je lui ai bien sûr dis que je souhaitais en parler calmement sans en faire des tonnes, mais la connaissant, ça ne changera rien. Pour ça que je souhaitais passer par le téléphone, pour leur dire MOI, rapidement, mais si c'est pas poli, je ne veux pas les froisser non plus, je les ai déjà froissés suffisamment toute ma vie avec des comportements inadéquats :lol:
misty a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 11:23
Peut-être a-t-elle autant de préjugés sur les autistes que tu en as sur les gens qui vivent à la campagne? Non?
Tu as raison, ma réflexion a été complètement nulle. Je suis partie du postulat que comme une partie de ma famille habite en campagne très profonde sans jamais en être sortie, c'est pour ça qu'ils étaient très fermés d'esprit sur plein de choses, mais ce n'est pas à cause de la campagne qu'ils le sont, juste à cause du fait qu'ils n'ont jamais rencontré de concernés leur permettant de leur donner une vision réaliste des choses.

Je suis désolée pour ma réflexion peu éclairée, je réfléchirai à deux fois à l'avenir avant de faire de la sociologie de comptoir.
Manichéenne a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 12:17
Demande toi pourquoi tu veux le faire et ce que ça pourrait changer.
Je pense que tu as raison effectivement. En fait comme d'habitude, je suis d'un tempérament assez manichéen et passionné (bon, je pense qu'on est plusieurs dans ce cas ici :lol: ). Il y a globalement 3 raisons pour lesquelles je veux l'annoncer à ces personnes. 1/ Je sais (on me l'a dit) que ça parle dans mon dos vis-à-vis de mon comportement un peu "lâche", et je ne supporte pas que les gens aient une vision erronée de moi, je cherche donc effectivement simplement à me justifier pour que ces réflexions cessent. Je sais que je devrais m'en foutre, mais mon comportement un peu obsessionnel sur les bords m'en empêchent un peu :)

2/ Parmi mes anciennes connaissances, je ne suis pas psy bien sûr, mais il y en a qq unes qui sont dans une détresse psychologique depuis qq années. Comme on se ressemble vraiment pas mal, et que leur détresse fait écho à celle que j'avais avant de connaître l'autisme, je me dis que peut-être que ça pourrait les pousser à chercher ce qui ne va pas pour les aider (autisme ou autre). Je veux dire par là que si qqun n'était pas venu me dire "renseigne-toi sur l'autisme", je serais surement toujours en burn-out à avoir envie de mourir et à me demander pourquoi je suis bonne à rien. Si je pouvais éviter ça à d'autres, ça me ferait plaisir. Je ne me sens cependant pas d'aller les voir en privé, je trouve ça trop intrusif.

3/ Bon là je conçois que c'est totalement utopiste, mais il y a qq connaissances qui sont devenues profs et qui n'arrêtent pas de se plaindre de leurs élèves un peu différents... Exactement comme je l'ai été. Ma tendance à vouloir sauver la veuve et l'orphelin me donne envie du coup de leur faire comprendre que j'étais pareil, et que si on m'avait prise en charge, ça se serait mieux passé. J'avais déjà songé à juste partager des articles sur le sujet mais je sais qu'ils ne les liraient pas, s'ils connaissent qqun de concerné, il y a plus de chances qu'ils se renseignent.

Voilà après bien sûr je demande ça à chaud, j'ai décidé de ne rien dire avant un mois ou deux à qui que ce soit pour justement me laisser le temps, peut-être que d'ici qq semaines j'aurai changé d'avis. Merci en tous cas !
Femme, 24 ans, IDF. Diagnostiquée autiste en février 2019.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25504
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Coming out Aspie

#57 Message par freeshost » vendredi 1 mars 2019 à 15:36

Geogaddi a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 2:40
Cas 1: L'annoncer à mon parrain et ma marraine, qui sont comme des seconds parents. Ma mère veut que je leur annonce de vive voix durant un repas, mais je n'aime pas trop être au centre de l'attention et j'ai l'impression que c'est trop "solennel". Je pensais le faire par téléphone mais ma mère me dit que vu comment ils se sont investis dans mon éducation à leur manière, ça ne se fait pas, qu'il faut leur dire de vive voix... Qu'en pensez-vous?
Si tu veux, tu peux éventuellement l'annoncer à ton parrain et à ta marraine entre six yeux (ceux de ton parrain, ceux de ta marraine et les tiens).
Geogaddi a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 2:40
Cas 2: Le dire à ma grand-mère. Mes parents ne voulaient pas pour ne pas la perturber (elle a toute sa tête mais à tendance à tout dramatiser...). Le truc c'est qu'elle a une vision extrêmement fausse des autistes (je cite "des fous violents au visage déformé"), elle vit en campagne donc elle a une vision très loin de la réalité. Moi qui suis attachée aux faits et un peu utopiste, j'espérerais lui ouvrir l'esprit là-dessus, est-ce une bonne chose?
Hmmm... difficile à dire... ça va lui faire dissonance cognitive "Ma tite-fille est autiste." et "L'autisme, c'est la fin du monde, la honte et la misère !" hmmm... faut voir si elle peut faire évoluer ses représentations des personnes spectro-autistes... si ce n'est pas le cas, elle risque de réduire la dissonance cognitive du côté du rejet (au pire) ou du déni (au moins pire)... si elle aime lire ou regarder des vidéos, il y a plein d'ouvrages ici... :mrgreen: À toi de voir lesquels pourraient être adaptées à être.

Il est éventuellement aussi possible de lui parler d'abord du spectre autistique avant de parler de toi.
Geogaddi a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 2:40
Cas 3: Je portais un masque social au lycée, à jouer la personne extravertie etc. Résultat, j'avais beaucoup de potes. Sauf qu'une fois à la fac, je me suis retrouvée incapable de continuer à jouer ce rôle-là, donc j'ai lâchement préféré ignorer les invitations et les prises de nouvelles. Je sais néanmoins que je serai amenée à recroiser certaines personnes, et je veux qu'ils sachent pourquoi j'ai agis ainsi. Je ne me vois pas revenir leur parler, 4/5 ans après pour leur dire "salut, je suis autiste !". Je pensais donc écrire un post sur facebook le jour de la journée de sensibilisation à l'autisme (en limitant la visibilité aux personnes concernées, bien sûr !) en me disant que comme ça, ça permettait d'expliquer au plus grand nombre sans avoir à l'annoncer individuellement en face à face pendant une soirée gênante... Pensez-vous que ce soit risqué?
Je ne suis pas très fan des fèces de bouc. :lol:

En plus, avec les écrits (qui restent tandis que les paroles s'envolent), dont l'internet, tu ne maîtrises pas l'ensemble des allocutaires (destinataires) puisque celui-ci peut évoluer (dans l'avenir, d'autres personnes pourront lire tes messages). Bon, dans l'oral, tu ne maîtrises pas non plus (ton parrain comme ton pote peut en parler à autrui qui va en parler à autrui qui va ...), mais c'est moins facile de copier-coller.

Hmmm... faut que tu vois plus précisément à quelles personnes (liste précise) tu veux en parler... Ensuite, voir si tu le leur annonces séparément (un-à-un) ou en "plénière". Enfin, vois ce que tu vas dire exactement et par quels canaux.

Car, comme dit Flower, peut-être que, parmi les copains d'avant, il y en peut-être ben qui t'ont oublié... Puis tu n'es pas sûr de les revoir...

Puis même si je les revoyais, pas sûr que je mette à parler du spectre autistique, de mon autisme. Cela dit, ça pourrait être une occasion de leur en parler si tu penses que le jeu en vaut la chandelle.

Ensuite, vois tes trois questions de manière globale. Les personnes parlent entre elles. Vas-tu dire à ton parrain et à ta marraine, à ta grand-mère et à tes potes le tout dans la même semaine ?

Hmmm... bon... si ta mère a déjà une vision bucolique de l'autisme... ne faudrait-il pas déjà lui partager les nuances du spectre autistique, de la population spectro-autiste ? Rencontrer d'autres personnes spectro-autistes ? :mrgreen: La population spectro-autiste n'est pas homogène, pas plus que la population spectro-alliste. :idea:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Flower
Forcené
Messages : 3991
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Coming out Aspie

#58 Message par Flower » vendredi 1 mars 2019 à 15:48

Après si tu veux partager des informations sur l'autisme par exemple à l'occasion du 2 avril, rien ne t'empêchera de le faire sans pour autant préciser que tu es concernée. ;)

Je comprends mieux pour le parrain et la marraine. Cela me fait penser à un truc qui te paraîtra peut-être totalement absurde, mais tu ne peux pas les appeler en douce pour leur dire et les prévenir que ta mère a prévu de leur annoncer pendant un repas, que ça te met un peu mal à l'aise parce qu'elle a tendance à en faire tout un plat et que du coup tu voulais prendre les devants et leur expliquer un peu mieux de quoi il s'agit? Pas forcément la façon idéale de faire, je suis d'accord, mais tu es adulte et c'est donc à toi de décider ce qui tu dis à qui quand et de quelle façon, pas à ta mère.
Détectée HQI à 7 ans, diagnostiquée aspie le 07/07/2015.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25504
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Coming out Aspie

#59 Message par freeshost » vendredi 1 mars 2019 à 15:59

Flower a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 15:48
mais tu ne peux pas les appeler en douce pour leur dire et les prévenir que ta mère a prévu de leur annoncer pendant un repas, que ça te met un peu mal à l'aise parce qu'elle a tendance à en faire tout un plat et que du coup tu voulais prendre les devants et leur expliquer un peu mieux de quoi il s'agit?
En plus, on ne doit pas parler la bouche pleine. Alors parler du spectre autistique pendant un repas... (ou alors c'est le plat qui refroidit dans ton assiette...) :lol:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Gianna
Occasionnel
Messages : 19
Enregistré le : jeudi 31 août 2017 à 23:43
Localisation : Espagne

Re: Coming out Aspie

#60 Message par Gianna » vendredi 1 mars 2019 à 17:45

Je réagis car je me trouve à peu près dans la même phase et avec les mêmes questionnements.
Manichéenne a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 12:17
Avis perso : tu viens d'être diagnostiquée. Prends le temps avant de l'annoncer à la terre entière, ce n'est pas réversible.
Voilà qui me semble un conseil très sensé. En fait mon psy me pousse à en parler à mes collègues de travail qui me reprochent régulièrement mes fails en communication mais j'ai trop peur de leur réaction.

Pour l'instant je voudrais le dire seulement à mes parents, mes frères et soeurs et personne d'autre, mais pour ça je préfère attendre de les voir en face à face, ce qui n'est pas si fréquent car je suis expatriée.
Manichéenne a écrit :
vendredi 1 mars 2019 à 12:17
Avec le temps, j'ai pas mal changé d'avis, et appris de mes erreurs. A refaire, ce serait très différent.
Ce que tu dis est très intéressant, que ferais-tu de différent ?
septembre 2017 : Débutant, en phase de questionnement
janvier 2019 : Diagnostiquée TSA en libéral

Répondre