orientation sexuelle

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Nova
Forcené
Messages : 2022
Enregistré le : mardi 19 novembre 2013 à 15:40

Re: orientation sexuelle

#526 Message par Nova » jeudi 24 août 2017 à 18:54

Calme a écrit :@Kallark Est-ce que cela t'ennuierais d'apporter autre chose que ta seule opinion pour envenimer la discussion ?

Débarquer au beau milieu d'un échange, que l'on prenne fait et cause pour l'un, pour l'autre, ou aucun des partis et se contenter d'un jugement qui, non-étayé, n'a pas de consistance, cela s'appelle jeter de l'huile sur le feu.
Spoiler :  : 
Et à quiconque serait tenté de considérer ma précédente intervention comme relevant du travers sus-cité, je tiens à signifier que j'estime non pertinent de devoir justifier du fait qu'un être vivant n'est pas un truc. S'il se révélait nécessaire qu'on doive argumenter à ce sujet, je le ferai avec plaisir par MP. Pour l'heure, chers non-trucs, je vous salue.
Considérer des faits comme une opinion.... étrange...

Je quitte le fil

Tu pourras donc pleinement faire valoir ce qui n'est pas ton opinion
Đī@gnőstįqué

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: orientation sexuelle

#527 Message par MrsJack » jeudi 24 août 2017 à 19:25

Bloat a écrit :Historiquement, dans les années 60-70, homosexuel prend la place d'homophile dans une revendication des différences et un militantisme de la fierté qui s'inscrivent dans le contexte de la libération sexuelle. C'est donc un terme introduit et répandu à la place du terme existant avant tout par les personnes s'en réclamant. Mais la présence de -sexuel dans le mot a probablement freiné l'acceptation par la société :
désigner et réduire l'attirance sentimentale à la sexualité amène à percevoir les homosexuels comme des obsédés
la sexualité homosexuelle est depuis longtemps perçue comme une pratique déviante perverse et les homosexuels sont du coup perçus comme des déviants pervers
avec l'explosion du sida en Occident, la sexualité différente des homosexuels est montrée du doigt comme la cause de l'épidémie et l'on devient dangereux.
Bref, les homophiles des 70's qui commençaient à devenir « simplement » des hommes qui aiment les hommes ou des femmes qui aiment les femmes, deviennent rapidement dans les 80's des homosexuels obsédés pervers déviants et dangereux.
Pas top pour se faire accepter et vingt ans de perdus
Une remarque au passage, cette explication (forte intéressante) résonne sur moins d'un demi siècle, c'est un discours adapté à ce forum mais très très restreint en terme de temporalité.
La place des homosexuels (peu importe comment on les appelle) varie énormément d'une époque à l'autre en Europe, avec des périodes beaucoup plus tolérantes qu'aujourd'hui (il y a bien sûr l'exemple antique grec, puis romain, et si certains sont curieux vous pouvez vous documenter sur le "mal florentin" à la Renaissance, toute cette période est d'ailleurs tiraillée entre une généralisation de pratiques sexuelles variées acceptées officieusement par la société et une répression sévère officielle et publique de l'Eglise).

Je ne suis pas d'accord avec le fait que la difficulté d'acceptation soit liée au changement de mot entre les années 70 et 80, enfin si mais c'est pas vraiment le mot le problème, mais le contexte historique. La libération sexuelle des années 70 a permis de prendre le mot "homosexuel", c'est une époque où le sexe n'est plus tabou donc pas de soucis. Mais avec le retour à la pudeur et du sexe caché 'homosexuel" devient un vilain mot pour les raisons que tu as évoquées (moi qui suis cinéphile je trouve assez dingue cette course à la dissimulation des parties intimes et des poils depuis le début des années 90, le sexe est suggéré mais rarement montré clairement, c'est particulièrement flagrant quand on regarde certains remakes immédiatement après leur version originale, par exemple "Carrie" ou le premier "Terminator").

Et pour compléter ton propos, je dirais que le côté pervers du mot homosexuel et de la pratique homo dans l'imaginaire collectif hétéro s'applique avant tout et surtout à l'homosexualité masculine, à cause du phallus (société patriarcale oblige). C'est l'idée de la pénétration (surtout par l'orifice anal) qui domine, c'est une vision très machiste. D'ailleurs à travers l'histoire, c'est presque exclusivement l'homosexualité masculine qui a fait l'objet de textes "documentaires" et de réglementations.
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

thiloup
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : mardi 18 juillet 2017 à 23:04
Localisation : Paris
Contact :

Re: orientation sexuelle

#528 Message par thiloup » jeudi 24 août 2017 à 19:50

Le terme transexuel est en effet démodé et on pale de transgenre, parce que tous les transgenres ne veulent pas changer de sexe (en fait d'organe génital). Ce n'est pas safe de l'imposer.

Oui il y a plusieurs hypothèses mais la sexualité est surement multifactoriel avec une grosse base biologique, elle peut aussi changer on ne définit l'orientation sexuelle que sur un comportement sexuel stable dans le temps et avec le type de partenaires.

Sur la partie biologie, il y a des différences bien sûr (psychologiques, médicales, comportement) entre deux pôles mâle/femelle avec un continuum (on a le cas des intersexes mais ça va de 2 pour mille à 2% donc y a pas de consensus sur le sujet sur leur réelle représentativité, comme pour les trans) . Mais, Tout n'est pas affaire de moyenne : la distribution et la variabilité entre individus compte, du coup ça peut parfois se chevaucher et s'inverse entre hommes/femmes en apparence.

En tout cas le sexe est rentré dans un vocabulaire courant, mais en biologie il signifie seulement la fécondation. Sinon nos parties génitales sont des organes... Il y a aussi les gonosomes, mais de plus en plus on se rend compte que les cellules ne sont pas toutes XX pour une femelle. A toutes les échelles (avec le niveau hormonal également) il y a des différences ce qui induit une grande variabilité. Et l'expression des gènes n'est aussi activé que dans un environnement donné. Celui ci peut donc changer.

Donc culturel oui, mais surtout multifactoriel avec une base biologique évidente, et il n'y a pas besoin de prouver une égalité H/F au niveau biologique/psychologique pour défendre l'égalité des droits/réelle, ce serait contre productif. Les questions de morale et de philosophie sont indépendantes d'une question scientifique en voulant absolument se baser sur la biologie ou les SHS pour défendre des droits ou de la sémantique...
03/10/17 : Diagnostiqué Autiste (TSA) en libéral ainsi que dys (langage, coordination).

Avatar du membre
Bloat
Forcené
Messages : 502
Enregistré le : vendredi 7 juillet 2017 à 16:38

Re: orientation sexuelle

#529 Message par Bloat » jeudi 24 août 2017 à 20:24

MrsJack a écrit :Une remarque au passage, cette explication (forte intéressante) résonne sur moins d'un demi siècle, c'est un discours adapté à ce forum mais très très restreint en terme de temporalité.
Oui, je ne parle que de la période concernée par le remplacement d'homophile par homosexuel :wink:
diagnostiqué « trouble du spectre de l'autisme sans déficit intellectuel [...] associé à un profil cognitif haut potentiel »

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: orientation sexuelle

#530 Message par MrsJack » jeudi 24 août 2017 à 20:47

Oui j'avais bien noté :) , d'ailleurs j'avais du mal à arranger mon propos donc je me suis arrêtée mais j'en suis venue à me demander, puisque tu disais que le terme homosexuel était perçu plus négativement qu'homophile, ce qu'il en était aux autres périodes de l'histoire ? Je ne connais que le mot pédéraste qui correspond à une pratique bien particulière et sodomite, mais c'est à peu près tout.
Je me rend compte que je ne sais même pas comment se dit homosexuel en latin (romain puis médiéval).
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2372
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: orientation sexuelle

#531 Message par olivierfh » jeudi 24 août 2017 à 22:35

MrsJack a écrit :Je me rend compte que je ne sais même pas comment se dit homosexuel en latin (romain puis médiéval).
En latin médiéval effectivement il doit y avoir principalement "sodomite", sodomiticus/sodomesticus, et en grec ancien bien sûr παιδεραστής/paiderastês "qui aime les enfants/les garçons".
Mais l'Antiquité romaine ne voyait pas comme distinction principale "de même sexe / pas de même sexe" mais "qui pénètre / qui est pénétré" sous divers noms ("An adult male's desire to be penetrated was considered a sickness (morbus); the desire to penetrate a handsome youth was thought normal.")
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: orientation sexuelle

#532 Message par MrsJack » jeudi 24 août 2017 à 22:48

Oui, sans avoir les mots exacts, je connaisais le phénomène chez les Romains (celui qui est pénétré est un être soumis donc inférieur à celui qui pénètre, c'est en rapport avec la hiérarchie et la virilité, un concept très présent dans la culture romaine) d'où le surnom de reine de Bithynie donné à César qui était soit disant le mignon du roi Nicomède.
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

Mister K
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 20 août 2017 à 15:10
Localisation : Saint-Brieuc, un peu à l'ouest :)

Re: orientation sexuelle

#533 Message par Mister K » vendredi 25 août 2017 à 22:26

Tiens j'ai entendu quelque chose de très intéressant à la radio aujourd'hui -encore de la Transcommunication lol ; nan mais sérieux si vous saviez le nombre de fois où la radio "me parlait" :) ) -
et c'était un type qui disait que davantage que d'homosexualité, il faudrait parler d'homo-affectivité ou d'homo-socialisation. Très intéressant je trouve, pas vous ?
Bon allez, il faut dire ce qui est, le sexe c'est quelque chose lol, mais quand même, ce point de vue est séduisant, non ?

Je finis ma p'tite bière et je vais discuter de cela avec moi-même, mais je crains fort que la discussion ne tourne court, chui fatigué !
Je cause je cause, faut croire que j'en ai besoin, faut que j'aille voir quelqu'un, mais qui lol ?

En attente de diagnostic, mais je me demande ce que j'en attends en fait...

Un peu HPI par ailleurs, mais non élitiste :)

Avatar du membre
Mizton
Forcené
Messages : 910
Enregistré le : vendredi 13 janvier 2012 à 14:18
Localisation : Nantes

Re: orientation sexuelle

#534 Message par Mizton » samedi 26 août 2017 à 11:58

Hm le terme "homosexualité" (et homosexuel-le) date de 1868-1869 et ne vient pas de milieux militants / de personnes concernées. Il a rapidement été repris par la médecine pour qualifier une "déviance pathologique"... En sachant qu'à l'origine "hétérosexualité" était AUSSI la dénomination d'une pathologie perverse ("Passion sexuelle morbide pour une personne de sexe opposé").. Merci Freud... ça comprenait tout ce qui était sexe non-reproductif (et or mariage, va sans dire)...

@MisterK, Je sais pas trop quoi penser du terme "homoaffectivité" ou "homosocialisation" parce que que l'affectivité n'implique pas d'attirance romantique ou sexuelle... Dans de + en + d'endroit/milieux, on distingue l'attirance romantique de l'attirance sexuelle, ce qui permet de nommer plus clairement les attirances. Parce que bon, j'ose espérer qu'on est peut potentiellement toustes être affecti-f-ve-s et/ou socialiser avec des personnes indépendamment de leur-s genre-s.. o_O (et si on va plus loin : lorsqu'on est en relation romantique et/ou sexuelle, on a une probabilité + grande de connaître le genre de la/les personnes avec qui on est, que lorsqu'on socialise ou éprouve de l'affection pour quelqu'un-e non? :p)
Perso j'aime beaucoup cette distinction, ça permet aussi de déconstruire l'idée selon laquelle on serait forcément amoureu-x-ses des personnes qui nous attirent sexuellement, et vice versa...!
Compagnon NPTT (neuro-pas-très-typique) d'aspicot :) -> HPI confirmé
Et Annihilator assumé :p

Avatar du membre
Lilas
Modératrice
Messages : 3513
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: orientation sexuelle

#535 Message par Lilas » samedi 26 août 2017 à 14:00

J'aurai une question (que m'a inspirée la polémique autour de l'utilisation du terme transsexuel), mais je ne suis pas sûre de savoir l'exprimer clairement, alors je m'excuse par avance si je suis maladroite.

Je me demandais donc s'il existait une orientation sexuelle (et un terme pour la désigner) consistant en une attirance pour les personnes transgenres ou non-binaire.
Si oui, est-elle revendiquée ouvertement ou considérée comme "pathologique" ?
Enfin, un couple se forme-t-il plutôt parce que le(la) partenaire est attiré(e) par les personnes transgenres, ou est-ce principalement la rencontre d'une personne avant tout, dont la caractère transgenre est secondaire (et dans ce cas quelle importance prend-il ? comment est-il vécu ?).

Bon, je ne suis pas sûre que la meilleure place pour ces questions soit sur un forum dédié à l'autisme, mais c'est le seul endroit où je me sens légitime pour les poser.
Lilas - TSA (AHN)

"Je suis sur la terre comme dans une planète étrangère où je serais tombé de celle que j’habitais" - Jean-Jacques Rousseau

Avatar du membre
Lilette
Forcené
Messages : 10545
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: orientation sexuelle

#536 Message par Lilette » samedi 26 août 2017 à 14:06

Je dirais Pansexuel, mais je ne suis pas certain/e :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pansexualit%C3%A9
TSA.

Avatar du membre
Lilas
Modératrice
Messages : 3513
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: orientation sexuelle

#537 Message par Lilas » samedi 26 août 2017 à 14:57

En fait j'aurais du dire préciser : existe-il un terme pour désigner une attirance exclusive pour les personnes transgenres ou non-binaires ?
Lilas - TSA (AHN)

"Je suis sur la terre comme dans une planète étrangère où je serais tombé de celle que j’habitais" - Jean-Jacques Rousseau

Avatar du membre
Lilette
Forcené
Messages : 10545
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: orientation sexuelle

#538 Message par Lilette » samedi 26 août 2017 à 14:59

Ouep j'avais bien compris comme ça, c'est pour cela que j'écrivais que je n'en étais pas sûre ;)
Mizton ?
TSA.

Mister K
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 20 août 2017 à 15:10
Localisation : Saint-Brieuc, un peu à l'ouest :)

Re: orientation sexuelle

#539 Message par Mister K » samedi 26 août 2017 à 23:04

Lilas a écrit :En fait j'aurais du dire préciser : existe-il un terme pour désigner une attirance exclusive pour les personnes transgenres ou non-binaires ?
coucou :) Alors là j'en sais rien, pourtant j'ai l'impression d'être un peu au jus sur ces questions, sans mauvais jus de mot. Euh je voulais dire "jeu" lol.
J'ai bien envie de tenter une réponse, mais je vais m'abstenir car j'ai peur de glisser.
Mince un peu de courage que diable !
Tiens j'en ai une : l'envie de s'affirmer Transgenre soi-même ?
Autre réponse : Le Transgenrisme ?
J'assimilerai un peu ça à une perversion, s'il s'agissait de quelque chose d'uniquement sexuel, en dehors donc du fait d'être ou vouloir s'affirmer à un moment Transgenre soi-même. Les gens qui ne voudraient se taper que du Trans, pardonnez moi l'expression, tout en se prétendant hétéro sont à mon avis un peu maboule lol, et ont un gros problème avec eux-même. (à vous de me dire le contraire)
Avoir envie d'un joli travesti ou d'un trans je le conçois tout à fait, tomber amoureux ou faire sa vie avec pourquoi pas non plus, mais qu'il s'agisse d'homme (le plus courant il me semble, des hommes qui se féminisent) ou de femme (qui donc se masculiniseraient, ça existe et c'est sûrement fréquent aussi) à mon avis se "réduit" tout simplement à une homosexualité/bisexualité soit avérée soit latente ou non affirmée, rien de grave donc lol.

Allez, même pas peur, mais perso je me suis toujours considéré comme un peu des deux sexes.
Si j'avais eu réellement la possibilité de changer sans que ça ne change rien, j'aurais préféré être une femme. Je trouve un peu relou de me confier comme ça, et après tout qu'en ai-je à foutre, mais j'aime le jeu de rôle si vous voulez et j'aime aussi faire l'homme car j'ai quand même des côtés masculins certains. J'ai un ami, si on peut dire, j'en sais rien en fait s'il est vraiment mon ami, ou s'il profite juste de mon côté bi - et ça doit bien me plaire quelque part et j'aime jouer à ce petit jeu pour moi de l'autre moi. J'aime mon côté transgenre, sans genre véritable ou ouvert finalement -mince je vois à quoi vous pensez.... je ne sais pas à quoi me sert ce "coming out", je souhaite juste trouver une réponse à ta question.

Alors essayons d'écarter toute considération morale ou que sais-je, pourrions nous appeler cela de la Transgenrephilie ? Sans doute :)

Tu as lu ce que j'écrivais plus haut, le type qui parlait d'homo-affectivité ou homo-sociabilisation ? Finalement on pourrait aussi décliner ça avec les trans : Trans-affectivité et Trans-sociabilisation.

Allez j'ai une question à vous poser à tous, enfin ceux qui voudront bien répondre -réponse pas trop longue si possible lol - et je vous la pose à la suite.
Je cause je cause, faut croire que j'en ai besoin, faut que j'aille voir quelqu'un, mais qui lol ?

En attente de diagnostic, mais je me demande ce que j'en attends en fait...

Un peu HPI par ailleurs, mais non élitiste :)

Mister K
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 20 août 2017 à 15:10
Localisation : Saint-Brieuc, un peu à l'ouest :)

Re: orientation sexuelle

#540 Message par Mister K » samedi 26 août 2017 à 23:07

Donc ma question :
Êtes-vous très branchés sexe ? parce que personnellement, d'aussi loin que je m'en souvienne, je l'ai toujours été : besoin de me connecter ? (et donc pallier à un déficit de connexion à autrui par ailleurs ?)

Edit : je précise que j'ai toujours été fidèle dans mes relations, mais je n'ai jamais pu m'empêcher de regarder la carte comme on dit, et beaucoup fantasmé. D'ailleurs aujourd'hui ça commence à me faire suer cette "érotomanie" lol...
Je cause je cause, faut croire que j'en ai besoin, faut que j'aille voir quelqu'un, mais qui lol ?

En attente de diagnostic, mais je me demande ce que j'en attends en fait...

Un peu HPI par ailleurs, mais non élitiste :)

Répondre