Crises, meltdown/shutdown...

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
TheTrucker
Fidèle
Messages : 104
Enregistré le : mercredi 14 novembre 2018 à 15:24

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#166 Message par TheTrucker » jeudi 16 mai 2019 à 15:57

lulamae a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 13:50
J'ai toutefois une question : est-ce qu'un meltdown peut survenir aussi à cause d'un trop-plein d'émotions non traitées, non identifiées, ou de sollicitations exagérées, au-delà des forces que j'ai, et cela entraînerait une incapacité en retour à supporter des stimuli sensoriels même normaux ?
En ce moment, j'ai l'impression que du fait de mes soucis, de la tristesse de voir ma fille cadette pleurer, en crises, je ne supporte plus rien, ni qu'on me parle, ni qu'on me touche, mais pire même : j'ai "mal à la peau", le fait même que quelqu'un soit assis à côté de moi, dans le même espace physique (quoique sans me toucher) m'insupporte, j'ai envie de taper les gens.
Je pense que de manière générale cela peut être provoqué par beaucoup de choses: émotions, sens, sollicitations, informations.
Et donc, au delà de "l'émotif" je penche surtout pour le dernier point: l'information.
Je peux avoir énormément de "shutdown/coupure" quand j'apprend quelque chose. Et en ce moment avec tout ce que je lis sur l'autisme (et je n'ai absolument pas l'habitude de sujet aussi complexe) ça m'arrive beaucoup.

J'ai fais des crises assez sérieuses devant mon boss car je devais apprendre à utiliser une citerne spéciale. Ils étaient tous super étonnés de ma mémoire et de comment je maniais le truc au bout de deux jours sans erreurs mais j'ai totalement pété un plombs après... Jusqu'à m'enfouir de mon boulot.

C'est comme cela que j'ai analysé la chose: Informations théoriques +++ Informations sensorielles +++ Informations émotionnelles (peur) +++ --> Meltdown qui survient de lui-même à un mauvais moment, la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
J'ai fait ma crise devant tous les autres chauffeurs qui venaient livrer l'usine de chocolat, à hurler sur mon chef en pleurs alors que je n'avais même pas encore de contrat fixe, je venais de débuter. Mon autre collègue m'a dit que je lui avais fait peur et qu'il se demandait ce qu'il m'arrivait car j'avais l'air d'être sur une autre planète.
Après, pendant longtemps, j'ai eu l'odeur du chocolat et de la betterave (je livrais du sucre) dans mon nez, même à la maison, et cette odeur me terrifiait intérieurement. Pourtant j'ai passé la majorité de mon travail dans le transport d'acide et le sucre était une petite période. Ici ils voulaient me mettre au sucre car c'est un produit et des clients qui demande d'être méticuleux et moi je voulais rester à l'acide mais je n'ai pas osé dire non.

J'essaie donc maintenant de faire attention à cela. A mesurer le nombre d'informations auxquelles je suis confrontée en même temps. Si c'est trop, je m'isole, je mets ma musique au casque pour ne plus rien entendre d'autre et je joue plusieurs heures à mon jeux sur ma tablette (et je coupe messenger :mrgreen: ).
Après avoir quitté mon boulot je n'ai plus parlé à personne pendant 3 mois (y compris mes parents qui contactaient mon compagnon pour voir si j'allais bien)... Des amis ont cru que j'avais eu un accident de camion...

Je pense qu'il faut voir les émotions et les sens comme des informations à traiter, s'en prémunir quand on peut et s'isoler quand on est en surcharge pour éviter d'en arriver à la situation que je viens de décrire ci-dessus. D'où le fait que mon psy me parle de faire de multiples petits moments de relaxation par jour pour quand je reconduirais + m'adonner à mes comportements répétitifs plusieurs fois par jour aussi mais moins longtemps. Pour se prémunir un maximum des informations qu'on ne maîtrise pas et qui sont inutiles. Se focaliser sur des informations que l'on connaît bien et qui ne nécessitent pas de traitement de l'information en saturant le cerveau de ces infos maîtrisées de manière à ce qu'il ne "remarque" pas le reste. (Exemple: j'écoute ma musique en boucle en fermant les yeux pendant 10 minutes, cela "repose" mon cerveau; autre exemple je crois, les gilets à pression et autre "gadget" sensoriels qui sont des infos rassurantes et connues pour le cerveau mais qui sont quand même envahissantes, on se concentre alors automatiquement sur cela et on se focalise moins sur le reste)

Concernant le "j'ai mal à la peau" je m'en plains depuis toujours... J'ai l'impression que ma peau brûle partout. J'ai identifié cela à mes nerfs qui sont "en alerte" partout. C'est pour moi clairement un signe de saturation car en général après j'avais une crise violente. Juste d'avoir quelqu'un assis à côté de moi me donne l'impression que je "le sens" comme s'il avait un halo d'énergie autour de lui qui me touchait... et je veux qu'il parte.

J'imagine à quel point cela doit être perturbant quand on a cela vis-à-vis de ses enfants. (Je n'ai pas d'enfant)
Dis toi juste que ce n'est pas de ta faute, c'est physiologique et ça n'est pas du tout lié à l'amour. J'ai souvent eu cette question pour mes proches au sens général, c'est dur pour l'estime de soi et il faut vraiment accepter l'idée que ce n'est pas de notre faute...
Ca paraît bête mais depuis que je sais tout cela "j'assume" mieux mes crises et leurs conséquences et de savoir que c'est physiologique me permet d'en diminuer la fréquence petit à petit. Surtout en dosant le nombre d'informations. (Même si elles ne partiront jamais totalement si j'ai bien compris)

Essaie peut-être de trouver un moyen de faire garder tes filles quelques jours pour te reposer, même en restant chez toi seule. Mais je sais que c'est compliqué... C'est dur de donner des conseils quand soi-même on n'a pas d'enfant.
Penses aux boules Qies aussi. Même à la maison avec tes proches. Je fais ça souvent quand je commence à sentir que les sons s'amplifient et m'irritent les tympans. Mon compagnon parle plus fort si nécessaire mais en général je suis tellement sensible à ce moment là que j'entend encore tout avec les boules Qies, juste un poil moins fort :mrgreen:

Désolée je parle beaucoup sur ce sujet mais c'est vraiment un truc que j'ai besoin de comprendre pour avancer dans ma vie, pour moi c'est le plus problématique dans ma vie car ça me bloque dans mes propres passions qui sont très "sensorielles" je ne sais pas trop comment expliquer :)
C'est pas une question de m'intégrer ou de faire plaisir aux autres, c'est vraiment juste pour moi-même, pour atteindre mes buts. (Et conduire des convois exceptionnels :lol: )
Détectée HP en décembre 2017 suite au passage du test WAIS IV.
Pré-diagnostic par le psychologue du CRA de ma région en avril 2018 pour un trouble du spectre autistique.
Sur liste d'attente pour le diagnostic officiel courant 2020.
J'ai 41 ans.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 2115
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#167 Message par lulamae » jeudi 16 mai 2019 à 18:14

TheTrucker a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 15:57
Je pense qu'il faut voir les émotions et les sens comme des informations à traiter, s'en prémunir quand on peut et s'isoler quand on est en surcharge pour éviter d'en arriver à la situation que je viens de décrire ci-dessus. D'où le fait que mon psy me parle de faire de multiples petits moments de relaxation par jour pour quand je reconduirais + m'adonner à mes comportements répétitifs plusieurs fois par jour aussi mais moins longtemps. Pour se prémunir un maximum des informations qu'on ne maîtrise pas et qui sont inutiles. Se focaliser sur des informations que l'on connaît bien et qui ne nécessitent pas de traitement de l'information en saturant le cerveau de ces infos maîtrisées de manière à ce qu'il ne "remarque" pas le reste. (Exemple: j'écoute ma musique en boucle en fermant les yeux pendant 10 minutes, cela "repose" mon cerveau; autre exemple je crois, les gilets à pression et autre "gadget" sensoriels qui sont des infos rassurantes et connues pour le cerveau mais qui sont quand même envahissantes, on se concentre alors automatiquement sur cela et on se focalise moins sur le reste)
Tes idées sont intéressantes, je n'aurais pas pensé à recourir à des informations familières comme la musique dans ces moments-là - peut-être aussi à cause de ma surdité, et du fait que je deviens également hypersensible aux sons. C'est aussi une fatigue intellectuelle (donc surabondance d'information, oui, ça se tient), parce que je n'ai plus la force de me concentrer pour écouter. Même mettre la radio dans la voiture devient trop.
Sur le site donné en lien au-dessus par @hazufel, il y a un lien à la fin de l'article vers cette autre page du blog, avec des conseils pour se "soigner", dans le sens de s'épargner, se reposer :
https://joydemenil.com/2018/05/05/check ... de-stress/
CelineTheTrucker a écrit : Concernant le "j'ai mal à la peau" je m'en plains depuis toujours... J'ai l'impression que ma peau brûle partout. J'ai identifié cela à mes nerfs qui sont "en alerte" partout. C'est pour moi clairement un signe de saturation car en général après j'avais une crise violente. Juste d'avoir quelqu'un assis à côté de moi me donne l'impression que je "le sens" comme s'il avait un halo d'énergie autour de lui qui me touchait... et je veux qu'il parte.

J'imagine à quel point cela doit être perturbant quand on a cela vis-à-vis de ses enfants. (Je n'ai pas d'enfant)
Dis toi juste que ce n'est pas de ta faute, c'est physiologique et ça n'est pas du tout lié à l'amour. J'ai souvent eu cette question pour mes proches au sens général, c'est dur pour l'estime de soi et il faut vraiment accepter l'idée que ce n'est pas de notre faute...
Ca paraît bête mais depuis que je sais tout cela "j'assume" mieux mes crises et leurs conséquences et de savoir que c'est physiologique me permet d'en diminuer la fréquence petit à petit. Surtout en dosant le nombre d'informations. (Même si elles ne partiront jamais totalement si j'ai bien compris)

Essaie peut-être de trouver un moyen de faire garder tes filles quelques jours pour te reposer, même en restant chez toi seule. Mais je sais que c'est compliqué... C'est dur de donner des conseils quand soi-même on n'a pas d'enfant.
Penses aux boules Qies aussi. Même à la maison avec tes proches. Je fais ça souvent quand je commence à sentir que les sons s'amplifient et m'irritent les tympans. Mon compagnon parle plus fort si nécessaire mais en général je suis tellement sensible à ce moment là que j'entend encore tout avec les boules Qies, juste un poil moins fort :mrgreen:
Au contraire, je te remercie pour ce partage. Ce que tu décris à propos du halo d'énergie c'est tout à fait ça.
J'arrive en général à épargner mes filles (malgré de très grosses colères la première année du divorce avec leur père), ce sont les dernières personnes auprès de qui je me laisserais aller en ce sens.
J'ai fait par exemple une crise hier au téléphone à ma mère, parce que j'essayais de lui expliquer la situation avec ma fille (à sa demande en plus, moi je déteste appeler au téléphone), et elle m'a interrompue 3 fois pour parler à sa femme de ménage ou à son chien... :crazy: Je n'arrivais plus à aligner deux idées, et j'ai raccroché après m'être fâchée.

Les boules Quies j'ai déjà essayé, mais je ne les supporte pas. Mais ça va, mes filles sont grandes maintenant, et très calmes. Tout le monde les trouve anormalement discrètes (= plongées dans leurs activités perso). J'ai de la chance. C'est juste que je dois veiller à ne pas rapporter de l'extérieur des perturbations qui rejaillissent sur elles, et quand il y en a de tous les côtés, ça devient plus poreux.
Mais après tout, le fait d'être sourde fait peut-être ça naturellement... :mryellow:
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel SED) ; HPI en 2016.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Fift
Forcené
Messages : 573
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#168 Message par Fift » jeudi 16 mai 2019 à 21:43

Bonsoir à tou(te)s,

Mini-crise hier, chez le médecin* : il me faisait le test des petits coups de marteau pour tester les réflexes à pas mal d'endroits (coudes, genoux, tendons d'achille, etc). Il n'a pas été décu ...
Déjà parce que selon ses propres mots il n'a jamais vu quelqu'un réagir comme ça (j'étais un peu stressé par le rdv mais tout de même). Et surtout que plus il tapait, plus je stressais. J'ai terminé en pleurs et en position foetale pour que ça s'arrête.
En fait, j'avais l'impression d'entrer en résonance avec le rythme auquel il donnait les coups de marteau, avec des réactions de plus en plus fortes.

(meltdown ou shutdown, je n'arrive pas à retenir la différence).

* je continue mes investigations, le diag TSA étant négatif.
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

Dumbo
Habitué
Messages : 68
Enregistré le : dimanche 5 mai 2019 à 21:01

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#169 Message par Dumbo » jeudi 16 mai 2019 à 22:02

Bonjour,

Je ne sais pas si cela peut s'apparenter à une crise. Ces temps-ci, j'ai été forcée à modifier une routine que j'avais eu beaucoup de mal à mettre en place. Maintenant, je ne sort que très peu de chez moi et je passe mes journée seule.
Le souci est que je me sent vraiment très seule. Le truc, c'est que quand je vois mes parents le soir, j'ai juste envie de me réfugier dans mon coin et pleurer :innocent: Je ne parle pas vraiment. M'isoler me fait du bien mais me rend très mal suite au sentiment d'isolement...
Je suis sous tension et stressée et je n'arrive pas à évacuer cela :( Par moment dans la journée, j'ai tendance à me balancer, à parler seule et a bouger dans tous les sens (marche + gestes) mais ce n'est pas suffisant.
Quelqu'un aurait-il un ou plusieurs conseils ?
Merci d'avance :bravo:
Suspicion d'autisme vers 3 ans sans démarches entreprises.
Suspicion de TSA-Asperger depuis le mois de janvier 2019.
Psychiatre : phobie sociale probable.
En cours de diagnostique TSA-Asperger.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2255
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#170 Message par olivierfh » jeudi 16 mai 2019 à 22:21

Fift a écrit :
jeudi 16 mai 2019 à 21:43
J'ai terminé en pleurs et en position foetale pour que ça s'arrête.
[...]
(meltdown ou shutdown, je n'arrive pas à retenir la différence).
Alors pour l'aspect linguistique:
melt down "fondre" (cf. melting-pot "creuset de fonderie"): c'est le réacteur nucléaire qui fond, la grosse catastrophe / colère
shut down "fermer" (cf. shut up "ferme-la"): c'est le rideau métallique qui ferme le magasin, on n'est plus là pour l'extérieur / replié sur soi-même
Donc ce que tu évoques c'est la catégorie shutdown.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Fift
Forcené
Messages : 573
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#171 Message par Fift » jeudi 16 mai 2019 à 22:25

Merci Olivier.

Pour moi, c'est marrant, le meltdown évoquait plutôt la liquéfaction. Ok, je retiens l'exemple du réacteur nucléaire !
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

Avatar du membre
Lilas
Modérateur
Messages : 2958
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#172 Message par Lilas » vendredi 24 mai 2019 à 23:02

Un article de blog très intéressant sur le sujet : https://pourquoipasautrement.wordpress. ... arle-t-on/
Lilas - TSA (AHN) - Quiet as a mouse

Avatar du membre
hazufel
Modérateur
Messages : 2760
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Crises, meltdown/shutdown...

#173 Message par hazufel » vendredi 24 mai 2019 à 23:32

Lilas a écrit :
vendredi 24 mai 2019 à 23:02
Un article de blog très intéressant sur le sujet : https://pourquoipasautrement.wordpress. ... arle-t-on/
L’article est intéressant.
L’explosion est ce qui est communément appelé meltdown.
L’effondrement évoque de ce qui est appelé dans la littérature anglophone le shutdown.
Mais les descriptions sont vraiment très parlantes et expliquent bien les deux types de « crises ».
Le lien donné en fin explique bien aussi : shutdown et meltdown
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Répondre