La dépression

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Loup
Forcené
Messages : 7616
Enregistré le : jeudi 9 août 2012 à 21:11
Localisation : Entre les ombres de la pluie
Contact :

La dépression

#1 Message par Loup » mardi 12 août 2014 à 12:41

Modération (Tugdual) : Déplacement du sujet depuis "À propos de l'autisme et du S.A."


J'ouvre un sujet sur la dépression...
Pour des articles, des informations, les notes personnelles de chacun, les témoignages.


_________

La dépression : une maladie fréquente mais taboue
Sciences et Avenir | Santé | 12/08/2014

Elle provoque des crises d’angoisse, des changements d’humeur, une profonde tristesse, mais aussi, et c'est moins connu, une surmortalité.

Image


MORTALITÉ. Profondément invalidante, la dépression est une maladie grave. Elle entraîne chez les sujets atteints des crises d’angoisse, des changements d’humeur ou des états de grande tristesse, mais aussi une surmortalité peu évoquée au sein de notre société. En France, chaque année, on décompte quelque 2,5 millions de personnes souffrant de dépression.

Cette maladie, qui peut devenir très handicapante tant d’un point de vue social que professionnel, est souvent mal connue, et rarement appréhendée comme une maladie mentale. Elle est davantage assimilée à un certain laisser-aller, ou à une faiblesse de caractère.

Mais comme nous l’explique le Professeur Courtet, spécialiste de la maladie et des conduites suicidaires, la dépression n’a rien à voir avec cela. Il revient, dans cette vidéo de 5 minutes signée Thinkovery, sur les symptômes caractérisant la maladie, les dysfonctionnements du cerveau qu’elle entraîne, sans oublier les dangers - mortels - qu’elle fait courir aux personnes atteintes de ce mal.

______

C'est dur pour les autres de croire à cette fatigue, et ce manque de désir...
("fais des activités, bouge, va faire un tour!")
29 ans, autiste cru 2013, Brest. AVS, artiste, diplômé des Beaux-Arts de Lorient. Propriétaire d'un Loup intérieur et dérapeur de réalité. ⚥
"Sire, sire, on en a gros!"

En bordure du bout du monde + La manufacture des loups + BANG! + Ouroboros

Avatar du membre
Loup
Forcené
Messages : 7616
Enregistré le : jeudi 9 août 2012 à 21:11
Localisation : Entre les ombres de la pluie
Contact :

Re: La dépression

#2 Message par Loup » mardi 12 août 2014 à 13:06

Être déprimé VS Faire une dépression
Le Pharmachien | 05/05/2013

Image

Être déprimé, ça arrive à tout le monde : mauvaise journée, chicane de couple, difficultés au travail, parents en visite pour une semaine… bref, il y a des tonnes de raisons de se sentir « down ».

Faire une dépression, par contre, c’est tout autre chose. La personne dépressive perd tout intérêt pour les activités qu’elle aime. Elle n’a plus de plaisir. Elle est profondément fatiguée, anxieuse et dort mal. Elle peut même penser qu’il vaudrait mieux qu’elle soit morte… Bref, c’est une condition de santé grave qui doit rapidement faire l’objet d’une intervention médicale et psychologique.

Malheureusement, de nombreux préjugés existent au sujet de la dépression. Combien de fois avez-vous entendu des réflexions du genre :

« Il n’est pas vraiment en dépression… il fait juste semblant pour avoir un congé de maladie! »

« Dépressive, elle? Nous on travaille 10 fois plus fort qu’elle et on n’est pas en dépression! Elle est juste faible et elle ne veut pas se prendre en main. Elle aime ça faire pitié. »


Même s’il est vrai que les fraudes en matière de congés de maladie représentent un réel problème, et que les personnes dépressives doivent souvent se prendre en main pour diverses raisons, des préjugés de la sorte ne font rien pour améliorer la situation.

Comme cette semaine (6 au 12 mai 2013) est la Semaine nationale de la santé mentale, j’ai préparé cette bande dessinée pour faire le point sur la situation.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

http://lepharmachien.com/depression/
29 ans, autiste cru 2013, Brest. AVS, artiste, diplômé des Beaux-Arts de Lorient. Propriétaire d'un Loup intérieur et dérapeur de réalité. ⚥
"Sire, sire, on en a gros!"

En bordure du bout du monde + La manufacture des loups + BANG! + Ouroboros

Avatar du membre
FloretteRanou
Forcené
Messages : 1219
Enregistré le : mercredi 5 juin 2013 à 21:45

Re: La dépression

#3 Message par FloretteRanou » mardi 12 août 2014 à 13:51

Cela fait un moment que je réfléchis aux effets positifs de la dépression et notamment son lien avec la créativité / développement de la personnalité.

La dépression est-elle une maladie à éliminer ou est-elle la contrepartie nécessaire au génie créatif et aux grandes réalisations ?

Aristote lui-même affirmait que ceux qui sont éminents en philosophie, en politique, en poésie ou dans les arts ont tous eu des tendances mélancoliques.

En effet, beaucoup de grands hommes dans la philosophie, politique, les arts souffraient de dépression. Parmi ces hommes, on peut citer Nietzsche, Abraham Lincoln, Kurt Cobain et, actualité brulante, Robin Williams.

Il existe une théorie utilisée par les HPI pour décrire le développement de leur personnalité : la théorie de désintégration positive de Dabrowski : http://wiki.zebras-crossing.org/doku.ph ... :dabrowski

Cette théorie affirme que le développement de la personnalité se fait par un ensemble de crises « existentielles » et certaines personnes plus sensibles auraient des prédispositions à se développer d’avantage.

Par ailleurs, le fait de considérer la dépression comme une maladie mentale ne permettrait pas de diminuer la stigmatisation qui lui est associée bien au contraire :
http://www.cfhi-fcass.ca/publicationsan ... bb991.aspx

Autres articles intéressants que j’ai trouvé concernant ces sujets :
http://www.takepart.com/article/2013/05 ... depression

http://www.theatlantic.com/features/arc ... in/372299/

http://www.webnietzsche.fr/folie.htm
Aspie
---

Fraîcheur et fantaisie ;)

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4566
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: La dépression

#4 Message par Ixy » mardi 12 août 2014 à 15:12

Merci Florette. Je pense qu'on peut passer par de très longues étapes de dépression en étant concerné par le SA et que de rester bloquer dans les conceptions habituelles de la dépression n'aide pas.

Image

On dit qu'un aspie peut être dans un état dépressif sans s'en rendre compte. J'ai du mal à savoir si c'est une part de déni (ce qu'on dit souvent à propos de la dépression) ou du fait qu'il est difficile pour un aspie de décrypter ses émotions.
Etudiant en doctorat maths&info, 26ans. Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
Loup
Forcené
Messages : 7616
Enregistré le : jeudi 9 août 2012 à 21:11
Localisation : Entre les ombres de la pluie
Contact :

Re: La dépression

#5 Message par Loup » mardi 12 août 2014 à 15:51

FloretteRanou a écrit :Cela fait un moment que je réfléchis aux effets positifs de la dépression et notamment son lien avec la créativité / développement de la personnalité.

La dépression est-elle une maladie à éliminer ou est-elle la contrepartie nécessaire au génie créatif et aux grandes réalisations ?
Ça ne va pas toujours de pair avec un esprit créatif.
Et personnellement, j'aimerais éviter de vivre toute ma vie avec des idées très noires et suicidaires. Tu finis par être tellement épuisée que tu n'as plus envie de créer, tu es fatiguée à l'idée de te lever et de dessiner, une des seules choses qui te tenait debout.

La mélancolie que tu décris est quelque chose qui peut être positif, et participe à l'évolution de notre maturité personnelle.
La dépression (donc celle qui enlève les plaisirs petit à petit, amène les idées noires, suicidaires -voire qui conduit au suicide-, empêche de dormir, t'angoisse, te ronge, t'épuise), c'est différent, parce que ça détruit beaucoup de choses, sur des années (le plus souvent). Alors oui, j'ai grandi, très vite même. Mais à quel prix? Je ne dis pas que c'est complètement négatif non plus. Mais il y a différents niveaux.
Il y a des dépressions réactionnelles, existentielles, saisonnières, chronique, masquée, majeure...
Personnellement, c'est passé de dépressions de temps à autres, à chronique, puis sévère, grave par certaines périodes en une dizaine d'années. Le médecin du CRA a qualifié ça de troubles dysthymiques.

La dysthymie est un trouble de l'humeur chronique impliquant un spectre dépressif. Elle est considérée en tant que dépression chronique, mais moins sévère qu'une dépression clinique. Ce trouble est une maladie chronique et persistante1. Le terme est crédité par James Kocsis durant les années 19702.
[...]
La dysthymie est une forme chronique persistante de dépression partageant les mêmes symptômes caractéristiques de la dépression clinique majeure (forme de catégorisation de la mélancolie). Cette forme est moins intense cependant que la dépression majeure4. Ces signes et symptômes peuvent inclure :

  • Sentiment de désespoir
  • Sentiment d'inutilité (sans espoir)
  • Insomnie ou hypersomnie
  • Baisse d'énergie ou asthénie
  • Faible estime de soi
  • Difficultés de concentration ou difficultés à prendre des décisions
  • Irritabilité


En gros, tu es dans un état dépressif plutôt élevé de manière constante et avec des hausses (et plus rarement, des moments relativement plus légers).
FloretteRanou a écrit :Il existe une théorie utilisée par les HPI pour décrire le développement de leur personnalité : la théorie de désintégration positive de Dabrowski : http://wiki.zebras-crossing.org/doku.ph ... :dabrowski

Cette théorie affirme que le développement de la personnalité se fait par un ensemble de crises « existentielles » et certaines personnes plus sensibles auraient des prédispositions à se développer d’avantage.
Je connais, oui.
Mais ça parle bien de "crise", une crise est quelque chose qui ne s'étale pas dans le temps par définition...
FloretteRanou a écrit :Par ailleurs, le fait de considérer la dépression comme une maladie mentale ne permettrait pas de diminuer la stigmatisation qui lui est associée bien au contraire :
http://www.cfhi-fcass.ca/publicationsan ... bb991.aspx
Soi-même, on a du mal à admettre qu'on est malade au début. Alors comment qualifier ça?
Ixy a écrit :On dit qu'un aspie peut être dans un état dépressif sans s'en rendre compte. J'ai du mal à savoir si c'est une part de déni (ce qu'on dit souvent à propos de la dépression) ou du fait qu'il est difficile pour un aspie de décrypter ses émotions.
J'ai passé au moins quatre ans dans le flou avant qu'on me dise que c'était de la dépression... :shock:
Je croyais que c'était normal de passer par là en fait. Je pense qu'effectivement, il y a une difficulté à reconnaître les signes, les identifier (donc les émotions aussi), et à comparer avec les autres, vu que ça nous fait défaut à la base.
29 ans, autiste cru 2013, Brest. AVS, artiste, diplômé des Beaux-Arts de Lorient. Propriétaire d'un Loup intérieur et dérapeur de réalité. ⚥
"Sire, sire, on en a gros!"

En bordure du bout du monde + La manufacture des loups + BANG! + Ouroboros

Avatar du membre
FloretteRanou
Forcené
Messages : 1219
Enregistré le : mercredi 5 juin 2013 à 21:45

Re: La dépression

#6 Message par FloretteRanou » mardi 12 août 2014 à 16:08

@Loup, je comprends ton point de vue.
Je m'attendais à ce genre de réponse.

Mon message était volontairement "provocateur" pour faire réfléchir à la question sous un autre angle.

Mais je parlais bien de dépression chronique telle que tu la décris qui peut avoir avoir des effets très positifs comme dévastateurs voire mortels si une certaine limite est franchie
Aspie
---

Fraîcheur et fantaisie ;)

Avatar du membre
Loup
Forcené
Messages : 7616
Enregistré le : jeudi 9 août 2012 à 21:11
Localisation : Entre les ombres de la pluie
Contact :

Re: La dépression

#7 Message par Loup » mardi 12 août 2014 à 16:13

Dans ce cas, ça reste tout de même dangereux pour un individu...
Je ferai passer personnellement le côté négatif avant.
S'il y a des effets positifs tels que la remise en question, la maturité qui évolue, ou une meilleure compréhension des choses, de soi-même, c'est tant mieux. Mais avec quelqu'un sur le fil rouge...

Es-tu passée par la dépression par curiosité personnelle, si oui, quel genre?
29 ans, autiste cru 2013, Brest. AVS, artiste, diplômé des Beaux-Arts de Lorient. Propriétaire d'un Loup intérieur et dérapeur de réalité. ⚥
"Sire, sire, on en a gros!"

En bordure du bout du monde + La manufacture des loups + BANG! + Ouroboros

Cryptobiose
Forcené
Messages : 3395
Enregistré le : vendredi 1 août 2014 à 21:28

Re: La dépression

#8 Message par Cryptobiose » mardi 12 août 2014 à 16:26

Message supprimé
Modifié en dernier par Cryptobiose le jeudi 25 février 2016 à 17:15, modifié 1 fois.
TSA Image TDA

Avatar du membre
Loup
Forcené
Messages : 7616
Enregistré le : jeudi 9 août 2012 à 21:11
Localisation : Entre les ombres de la pluie
Contact :

Re: La dépression

#9 Message par Loup » mardi 12 août 2014 à 16:28

Atom a écrit :Personnellement j'ai un tempérament à être souvent déprimée en raison de mon hypersensibilité, mais j'ai plusieurs dépressions dans ma vie et je fais clairement la différence.

Autant la déprime/mélancolie, peut être dans une certaine mesure productrice artistiquement parlant, autant la dépression, pas du tout.

C'est un avis personnel, bien sûr, mais de mon point de vue, la dépression, c'est s'accrocher désespérément à sa ptite branche au milieu d'un ouragan en croisant les doigts très fort pour que ça finisse par passer et en priant le ciel pour avoir la force mentale de pas se jeter dans le vide en attendant. Tout ça entrecoupé de moment de GRAND RIEN, de "néaaaaaaant" comme dans l'histoire sans Fin.

Du coup ça laisse peut de place pour penser à autre chose que juste, survivre ?
Là, j'adhère...
C'est ça.
Je vois vraiment la différence aussi.
29 ans, autiste cru 2013, Brest. AVS, artiste, diplômé des Beaux-Arts de Lorient. Propriétaire d'un Loup intérieur et dérapeur de réalité. ⚥
"Sire, sire, on en a gros!"

En bordure du bout du monde + La manufacture des loups + BANG! + Ouroboros

Pupuce
Forcené
Messages : 5330
Enregistré le : vendredi 3 janvier 2014 à 3:44

Re: La dépression

#10 Message par Pupuce » mardi 12 août 2014 à 16:53

Loup a écrit :
Atom a écrit :Personnellement j'ai un tempérament à être souvent déprimée en raison de mon hypersensibilité, mais j'ai plusieurs dépressions dans ma vie et je fais clairement la différence.

Autant la déprime/mélancolie, peut être dans une certaine mesure productrice artistiquement parlant, autant la dépression, pas du tout.

C'est un avis personnel, bien sûr, mais de mon point de vue, la dépression, c'est s'accrocher désespérément à sa ptite branche au milieu d'un ouragan en croisant les doigts très fort pour que ça finisse par passer et en priant le ciel pour avoir la force mentale de pas se jeter dans le vide en attendant. Tout ça entrecoupé de moment de GRAND RIEN, de "néaaaaaaant" comme dans l'histoire sans Fin.

Du coup ça laisse peut de place pour penser à autre chose que juste, survivre ?
Là, j'adhère...
C'est ça.
Je vois vraiment la différence aussi.
J'adhère aussi. La véritable dépression bien sévère te coupe tout! Y compris la créativité. Pour créer, il faut en avoir envie! Qui dit avoir envie dit avoir encore un moteur. En dépression profonde, le moteur a calé(je ne veux pas dire cassé, car j'ai encore de l'espoir :lol: ). Ca m'est arrivé une fois à 27/28 ans. C'est horrible, le néant, le rien. Chez moi, c'est devenu chronique. Elle n'est pas trop sévère dans le sens que j'arrive à faire un minimum de choses et surtout, le moteur tourne. Mais pour un oui ou pour un non, l'état dépressif me rattrape, me donnant envie de disparaître, mais même si ça ne dure pas trop longtemps, heureusement que maintenant je sais que cet état de désespoir passe. Je ne sais même pas si ce que j'ai maintenant est une véritable dépression ou plutôt un état de fatigue lié à ma situation(réactionnelle, donc).
Officiellement non-autiste

"J'aurais pas été besoin" Nikos Aliagas, philosophe grec des Lumières

Cryptobiose
Forcené
Messages : 3395
Enregistré le : vendredi 1 août 2014 à 21:28

Re: La dépression

#11 Message par Cryptobiose » mardi 12 août 2014 à 16:55

Message supprimé
Modifié en dernier par Cryptobiose le jeudi 25 février 2016 à 17:15, modifié 1 fois.
TSA Image TDA

Avatar du membre
Ixy
Forcené
Messages : 4566
Enregistré le : jeudi 20 mars 2014 à 20:59
Localisation : 92

Re: La dépression

#12 Message par Ixy » mardi 12 août 2014 à 16:58

Est ce que tu peux expliquer ce que tu entends par s accrocher a sa branche Atom ?
Etudiant en doctorat maths&info, 26ans. Je n'ai pas de diagnostic /!\
Ce que tu as la force d'être, tu as aussi le droit de l'être - Max Stirner

Avatar du membre
G.O.B.
Forcené
Messages : 7724
Enregistré le : vendredi 27 décembre 2013 à 22:07

Re: La dépression

#13 Message par G.O.B. » mardi 12 août 2014 à 17:02

Quelques numéros d'écoute :

Suicide écoute : 01 45 39 40 00 Ligne d'écoute nationale permanente pour ceux qui sont dans la détresse morale.

SOS Suicide - Phénix : 7J/7 au 0825 120 364 (16h-23h) et 7J/7 au 01 40 44 46 45 (12h-24h)

Bien sur, pas la solution idéale pour un autiste, le téléphone...

D'après la discussion que j'ai eu avec la fameuse psy ce week end, les autistes ont rarement tendance à se louper lorsqu'il y a tentative de suicide contrairement aux NT qui essaient souvent de faire "exprès" de se manquer pour appeler à l'aide.

Je ne pense pas qu'il y ait du déni chez un autiste dépressif, c'est vraiment difficile de détecter les signes avant coureurs. Tony Attwood lorsqu'il est venu en France dernièrement disait :
Les personnes asperger peuvent déprimer sans se rendre compte. Ils ne demanderont pas de l'aide. Ils vont lutter contre cette déprime avec la solitude et une augmentation de l'obsession par leurs intérêts restreints. Ce sont là deux signes d'un possible état dépressif chez un asperger. Les "attaques" de dépression d'un asperger peuvent apparaître en quelques heures et provoquer un passage à l'acte.
F84.5 | Things go wrong so that you appreciate them when they're right, you believe lies so you eventually learn to trust no one but yourself, and sometimes good things fall apart so better things can fall together.

Avatar du membre
Loup
Forcené
Messages : 7616
Enregistré le : jeudi 9 août 2012 à 21:11
Localisation : Entre les ombres de la pluie
Contact :

Re: La dépression

#14 Message par Loup » mardi 12 août 2014 à 17:12

La création étant la structure même de mon esprit, j'arrive à la maintenir (enfin à peu près).
Sans ça, j'y passe.

Avec des moments de vide terribles...
Mais c'est clairement ce qui me sauve (au-delà de mon entourage).

Je crois -et ma psy aussi- que j'ai une certaine énergie, assez effrayante, qui me permet de tenir (si elle était canalisée autrement...), et encore de lutter même sans la croyance (ce qui est paradoxal et me rend profondément perplexe). Ça reste un peu mécanique dans l'ensemble.
Ce moment, où on a passé une certaine limite (comme en sport par exemple, dans un marathon), t'as mal, t'en peux plus, mais t'avance, un pas après l'autre. Beh, c'est à peu près ça. Et tout le mouvement est douloureux, te pique les yeux, te fait grogner. Tu poses. Tu respire et tu repars.
Mais il suffit d'une bosse, d'un creux pour manquer de te faire chavirer... Et parfois, il y a le ravin, à pic, tu dégringoles, et avec un peu de bol, tu rattrapes la route en-dessous ou alors, ça continue, et tu ne sais pas où ça s'arrête.

Et tu vois les autres te dépasser, le souffle fluide, une bonne foulée...
29 ans, autiste cru 2013, Brest. AVS, artiste, diplômé des Beaux-Arts de Lorient. Propriétaire d'un Loup intérieur et dérapeur de réalité. ⚥
"Sire, sire, on en a gros!"

En bordure du bout du monde + La manufacture des loups + BANG! + Ouroboros

Cryptobiose
Forcené
Messages : 3395
Enregistré le : vendredi 1 août 2014 à 21:28

Re: La dépression

#15 Message par Cryptobiose » mardi 12 août 2014 à 17:14

Message supprimé
Modifié en dernier par Cryptobiose le jeudi 25 février 2016 à 17:16, modifié 1 fois.
TSA Image TDA

Répondre