Asperger Adulte et relation à l'alcool ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
philippe1100
Forcené
Messages : 895
Enregistré le : dimanche 4 août 2013 à 3:41

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#121 Message par philippe1100 » vendredi 21 août 2015 à 1:04

hapycius a écrit :
Georges-André a écrit :
Je me félicite de ne jamais avoir eu envie de "faire comme les autres - parce que ça se fait".
:) Moi j'ai vite vu que même en essayant de faire comme les autres on m'acceptait pas plus, alors du coup j'ai toujours fait ce que j'ai voulu en me foutant de l'opinion des autres, et si possible en faisant exprès de pas faire comme les autres :mrgreen: Les choses "que tout le monde fait", j'ai toujours trouvé ça chiant par essence :mrgreen:

Bienvenue compatriote! :)

bien que certain truc , je me sens comme cela . il me que cela me manque de boire une bière . pouvoir prendre une bière sur une terrasse et discuté de rien et de tout avec du monde . le genre de truc que cela prend pour entrer dans un cercle d'ami .
philippe diagnostiqué syndrome asperger .
vivant au Québec

Avatar du membre
Meddio
Passionné
Messages : 418
Enregistré le : jeudi 29 mars 2018 à 7:16
Localisation : PACA

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#122 Message par Meddio » mardi 10 avril 2018 à 3:52

********
Modifié en dernier par Meddio le jeudi 19 avril 2018 à 23:08, modifié 1 fois.
Diagnostiqué SA et HPI

neige blanche
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : lundi 19 mars 2018 à 22:10

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#123 Message par neige blanche » mardi 10 avril 2018 à 10:30

dpld a écrit :Dans les tribu il est parfois commun de consommer des alcools fermentés (le fermenté est important) lors de moments particuliers où les gens se retrouvent et partagent ensembles des évènement particuliers et festifs... Ici il semble que les gens consomment seuls et tristement des boissons distillées avec une forte teneur en alcool . Revenons au système tribal ( sur tous les plans....) Le partage est indispensable à notre état d'être même si le SA est là une communication n'est pas impossible. Je sais ce n'est pas clair mais normal c'est moi. :lol:
Flower a écrit :@Lilette: Bah ce que tu décris me semble tout à fait normal. Moi à une époque pendant l'hiver je buvais une ou deux fois par semaine un chocolat chaud avec une bonne dose d'amaretto, et il m'arrive même de me faire un cocktail pour moi toute seule. (Le seul truc que je ne fais pas, c'est ouvrir une bouteille de vin juste pour moi, parce que pour un verre, ça ne vaut pas la peine.)
misty a écrit :Je viens de rentrer, il fait une chaleur atroce (pour moi) et là, rien de tel (pour moi) qu'une bonne bière... :wink:
Socialement, ça m'aide beaucoup: je n'arrive pas à passer une soirée entre amis sans boire au moins un verre (mais rarement plus de 3 ou 4, après je contrôle plus et j'aime pas), parce que ça me détend. Ca ralentit un peu mon cerveau, et ça me permet de profiter de la présence d'autres personnes avec moins de stress (sinon c'est ingérable).
:bravo: :bravo: :bravo:
Atypique perchée avec phobie sociale à peu près bien vécue
(Sans diagnostic)

Avatar du membre
Cjay
Fidèle
Messages : 106
Enregistré le : lundi 26 février 2018 à 20:46

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#124 Message par Cjay » dimanche 29 avril 2018 à 18:51

Je buvais pas mal aussi étant ado et étais très excentrique en soirée, à parler à tout le monde.
Dès lors que j'ai décidé d'arrêter de boire de l'alcool, j'ai également arrêté de sortir de manière automatique.
L'ivresse m'a fait faire/dire n'importe quoi et ma copine était là à chaque fois pour me dire que "tu n'aurais pas du dire ça, parler fort de ceci/cela".
Avec l'alcool, en bref, on n'est pas moins autiste, on fait les mêmes bourdes en société, sauf qu'on les accumule de manière encore plus assumée :)
En Psychologie spécialisée TSA: ADI-R passé, et diagnostic TSA posé selon DSM + comorbidités.
Il me reste à confirmer ce diagnostic auprès d'un psychiatre (CRA? Libéral, à voir)...

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4238
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#125 Message par lulamae » dimanche 29 avril 2018 à 19:11

Entre 17 ans et 30 ans, j'ai eu un "léger" problème d'alcool : j'avais besoin de boire lorsque je sortais, pour réussir à m'intégrer, me désinhiber, et avoir l'impression de m'amuser un peu. J'ai ainsi fait trois comas éthyliques dans ma jeunesse...

Je n'éprouve plus le besoin de sortir, ou d'essayer de me mêler à des situations qui ne me plaisent pas, et bien sûr, je n'ai plus le même âge. Désormais, j'apprécie le vin rouge pour la dégustation, j'aime goûter de bons vins (je me souviens d'un lacryma christi dans un restau italien, vin produit à partir de vignes qui poussent sur les côteaux du Vésuve - à vous tirer des larmes en effet), j'aime un cocktail comme caïpirinha, margarita ou mojito pour l'apéritif. Je ne bois toutefois jamais seule, mais en famille, par exemple, du vin rouge avec le fromage, et je n'aime pas la bière (sauf Guiness, et seulement en Irlande, à la pression). Je suis devenue une épicurienne et c'est très agréable. :D
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

perdue
Régulier
Messages : 38
Enregistré le : jeudi 19 avril 2018 à 16:07

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#126 Message par perdue » dimanche 29 avril 2018 à 22:18

misty a écrit : Socialement, ça m'aide beaucoup: je n'arrive pas à passer une soirée entre amis sans boire au moins un verre (mais rarement plus de 3 ou 4, après je contrôle plus et j'aime pas), parce que ça me détend. Ca ralentit un peu mon cerveau, et ça me permet de profiter de la présence d'autres personnes avec moins de stress (sinon c'est ingérable).
C'est exactement pareil pour moi. Ça rend la soirée gérable et me permet de pouvoir apprécier un minimum alors que sans c'est juste une horreur. Mais je reste toujours très peu loquace.

Et pour le ralentissement du cerveau c'est exactement ça. J'ai l'impression d'avoir le temps de suivre mes pensées.
En attente de rendez-vous au CRA (délai d'attente de 18-20 mois...)

sylvainm
Fidèle
Messages : 193
Enregistré le : mercredi 12 octobre 2016 à 21:54
Localisation : Malemort du Comtat (84)
Contact :

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#127 Message par sylvainm » vendredi 11 mai 2018 à 19:31

J'ai essayé de me socialiser en allant a quelques soirées (en terminale la veille du bac pour les 1ères fois), j'ai un peu tout testé, mais j'ai rien approuvé, je suis actuellement au comité champagne, je n'ai fait qu'une dégustation de vin de Grèce et bu une coupe chez un vigneron en me forçant comme pas possible, avant que mon chef me sauve en me demandant de verser tout ce que j'ai dans mon verre dans le sien :lol:

Le goût dans la bouche je peux presque le tolérer, mais le goût dans l'oesophage et l'estomac est pour moi INSUPPORTABLE.

Je ne consomme aucune boisson à bulles, alors forcément le champagne...
27 ans, TSA diagnostiqué Janvier 2019
Consultant informatique chez Auticonsult depuis avril 2019 jusqu'à mai 2020
Responsable validation climatologique CRIIAM Sud à partir de juin 2020

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28949
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#128 Message par freeshost » vendredi 11 mai 2018 à 22:54

Ouais, pourquoi bois-je de l'alcool ? Voilà-t-y une bonne question !

Est-ce pour éventuellement faciliter la socialisation (avec la désinhibition) ? Ben... ça peut faciliter éventuellement. Mais ça n'élimine pas les difficultés à long terme.

Le trop gazeux, c'est vrai que... ça fait gonfler le vendre... il y a des avantages et des inconvénients à chaque boisson alcoolisée, mais ceci est un autre sujet... :mrgreen:

Pour ma part, ces derniers temps, c'est goûter à des bières locales (éventuellement "bio"), pour le plaisir gustatif surtout, pas des bières mainstream grosse production (comme Heineken, Carlsberg, Super Bock & cie). Forcément, ça coûte plus cher, mais pas tant que ça... c'est comme la nourriture en vrac...

La Guinness, même si pas très locale en Suisse, en pression, a l'avantage d'être une bière moins gazeuse. Si je veux moins gazeux... vin (non mousseux), amaretto, whisky, mais il y a plus d'alcool (et souvent de sucre).

Tenez, maintenant, en ce vendredi soir, je suis en train de trinquer (pas dans le train, ce n'est pas mon train-train quotidien) du vin rouge pas trop cher, qui se vaut (avec des potes qui ne sont pas à ça près...). Les bières valaisannes et vaudoises suivront. :P
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Cjay
Fidèle
Messages : 106
Enregistré le : lundi 26 février 2018 à 20:46

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#129 Message par Cjay » samedi 12 mai 2018 à 14:28

Ah les bières locales !
Je fréquente souvent une petite cave à bières calme sur Paris qui propose plein de bières artisanales de petites brasseries.
C'est mon havre de paix et les habitués sont très gentils!
Je conseille cet établissement à tous les parisiens de ce forum qui veulent siroter une bière de qualité (les prix ne sont pas exorbitants) dans un endroit calme rythmé à la musique (pas trop forte) rock et metal :)
En Psychologie spécialisée TSA: ADI-R passé, et diagnostic TSA posé selon DSM + comorbidités.
Il me reste à confirmer ce diagnostic auprès d'un psychiatre (CRA? Libéral, à voir)...

mayasoleil7
Habitué
Messages : 69
Enregistré le : dimanche 30 septembre 2018 à 10:35

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#130 Message par mayasoleil7 » vendredi 23 novembre 2018 à 21:33

j'ai l'impression de faire figure de poivrot te à vous entendre. ma première cuite ce fut à 25 ans a une fête de travail juste à la date anniversaire de mon mariage raté avec un ex mari alcoolique et violent.
mon actuel mari est aussi alcoolique même si cela fait plusieurs mois qu'il a beaucoup réduit suite aux remontrances de sa mère qui vit avec nous.
mon problème d'alcool est venu tout doucement sans crier gare, peut être parce que j'étais entourée d'alcoolique, peut être parce que mon mari me reversait allègrement du rosé dans mon verre en prétextant que j'étais plus ouverte à toute sexualité. pourtant pendant des années, j'ai fui toute boisson alcoolisé, mais je suis tombée malgré moi dedans pendant plus de quatre ans. quatre an de cachoteries, quatre ans de solitude, de honte , de dépression, et prise de poids faramineuse. à boire parfois une bouteille à moi toute seule dans la soirée, surtout où je savais que mon mari s'absentait pour aller boire au pub, comblant mon sentiment d'abandon...il m'arrive encore parfois de craquer mais rien de comparable avec le passé, ou sinon juste un verre le soir avant le retour de mon mari...et tout cela malgré la prise de médicaments...je sais maintenant que je suis une alcoolique. pour moi l'alcool en solitaire n'est pas du tout festif, mais pour combler une solitude pesante, et un sentiment d'abandon immense. moi c'est le rosé mélangé à un peu de sirop de framboise ou de fraise comme il s'en vend actuellement dans les supermarchés.
je fais apparemment figure d'exception dans ce topic au vue de votre aversion à l'alcool, mais apparemment tous les autistes ne sont pas forcement intolérant à l'alcool...mon problème c'est que cela entraine tellement de culpabilité qu'il m'est arrivé après avoir bu, de me punir en m'automutilant... et surtout quand je ne buvais pas, je passais d'une addiction à une autre comme l'anorexie. quand j'étais anorexique, je ne buvais pas et une fois la phase d'anorexie finie, je recommençais à boire.
désolé d'étaler ma souffrance ici
maman bipolaire et pré diagnostiquée autiste, enfants, 1 avec un tsa et cyclothymique, Un autre enfant dysgraphique et un troisième tdah

EnHans
Forcené
Messages : 2250
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#131 Message par EnHans » vendredi 23 novembre 2018 à 22:46

Bourré ou pas, c'est inadmissible et glauque la raison qui a poussé ton mari à te faire boire, j'aurais été radical à ta place mais je ne le suis pas. Tu dois trouver une sortie sinon tu vas dans le mur.
Je pense que c'est le genre de lutte que tu ne pourras jamais mener seule, impossible d'arrêter si ton mari continue de boire, je pense... Je ne sais pas si une association comme les alcooliques anonymes peuvent vous aider ? Je connais quelqu'un qui a réussi comme ça. Il ne s'agit pas de réduire, il faut arrêter complètement. L'alcool est une plaie mais ce n'est qu'une conséquence, il faut soigner les causes. Lister tous les problèmes, trouver du soutien, ne pas continuer comme ça.
Un enfant diag en 2012

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28949
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#132 Message par freeshost » samedi 24 novembre 2018 à 0:31

mayasoleil7 a écrit :ma première cuite ce fut à 25 ans a une fête de travail
Moi, ce fut plus tôt. Seize ans. Cela dit, ce fut ma seule cuite avant l'âge de dix-neuf ans.
mayasoleil7 a écrit :à boire parfois une bouteille à moi toute seule dans la soirée
Faut voir en combien d'heures ? :mrgreen: Et quel bouteille (taux d'alcool, quantité) ?

Bon, je ne suis pas là pour cautionner l'abus. :mrgreen: [En plus, en ce moment, avec des potes non autistes chez moi, ... :lol: ]. Encore moins la combinaison avec des combinaisons.

Pas facile de faire table rase du passé. On se dit facilement que l'avenir pourrait être dissonant avec le passé... osons les incohérences. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

romain444
Habitué
Messages : 70
Enregistré le : vendredi 16 février 2018 à 2:16

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#133 Message par romain444 » samedi 24 novembre 2018 à 3:35

mayasoleil7 a écrit :
vendredi 23 novembre 2018 à 21:33
je fais apparemment figure d'exception dans ce topic au vue de votre aversion à l'alcool
Comme toi l'alcool est omniprésent dans ma vie.

Je pense qu'il faut dissocier l'alcoolique de l'ivrogne (ou peut être que c'est juste pour trouver des excuses :mryellow: )

Avant (enfin y a pas si longtemps) c'était cuite sur cuite (seul) chaque soir avec les cachetons pour dormir, puis c'est devenu du réveil au couché, non stop, bourré H24. Et j'en suis sortie "facilement" quand j'ai attaqué de plein front le mur la cause, alors comme dit plus haut si tu souhaites arrêter l'alcool c'est pas avec un compagnon qui te force a boire pour assouvir ses besoins sexuels ou pour ne pas se sentir seul dans sa connerie que tu vas t'en sortir...

Je ne me suis jamais renseigné sur ce genre de démarche mais peut être envisager une cure ? Il existe aussi des traitements pour arrêter en douceur (c'est pas le top, mais ces médocs te donne des effets similaire...)
Diag TSA le 16/10/18

mayasoleil7
Habitué
Messages : 69
Enregistré le : dimanche 30 septembre 2018 à 10:35

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#134 Message par mayasoleil7 » samedi 24 novembre 2018 à 13:55

Les causes sont multiples. Dans ma vie, J'ai énormément souffert: maltraitée par mon pere, violée par mes cousins et un petit ami qui me partageait, ex mari alcoolique , violent et violeur aussi face à mon.aversion pour le sexe du fait de mon passé et de des violences physiques aussi, beau père qui m'a fait des attouchements. Autant dire que je n'ai toujours eu aucune estimé de moi meme. Du fait de l'alcoolisme de mon.ex, je ne supportais pas l'alcool, puis de temps en temps à mon travail il y avait des fêtes et l'alcool voulait à flot et c'est la que J'ai eu une fois et unique fois fait une surdose à l'alcool au champagne qui m'a conduite aux urgences. Au début de ma vie avec mon mari actuel, je ne buvais pas non plus.
Je suis tombée dedans sûrement à cause du fait qu' à force de repas festif, J'ai pris goût à certains vins notamment le chablis et le rose
Je suis tombée enceinte de mon troisième enfant lors d'une soirée bien arrosée où mon.mari me reversait allègrement du rosé car il me trouvait plus drôle et plus ouverte au sexe. Et peu après la naissance de mon dernier fils, J'ai commencé à consommer de l'alcool. Quelques verres par ci puis phase l'anorexie puis en 2014 jusqu' en 2017, J'ai sombré dans l'alcool. Je buvais en journée et le soir en cachette de tout le monde. Et la pire année ce fut vers 2017 quand mon mari qui ne buvait que lorsqu' il.n'y avait que des invités à commencé à beaucoup boire en rencontrant des copains au bar du coin où il.allait en rentrant du travail.
J'ai arrêté quand J'ai commencé à avoir des insomnies et des maux de tête.
Actuellement je ne bois que deux verres lorsqu'il y a des invités qui viennent tous les 6 mois. Et je me sors une bouteille dans la semaine qui des fois traîné jusqu'a ce que je la boive le vendredi soir, soir où je suis toute seule mais j'ouvre maintenant une bouteille environ.deux fois dans le mois.
Et mon mari aussi s'est calmé et ne sort qu'une fois par semaine, généralement le vendredi soir.
maman bipolaire et pré diagnostiquée autiste, enfants, 1 avec un tsa et cyclothymique, Un autre enfant dysgraphique et un troisième tdah

romain444
Habitué
Messages : 70
Enregistré le : vendredi 16 février 2018 à 2:16

Re: Asperger Adulte et relation à l'acool ?

#135 Message par romain444 » samedi 24 novembre 2018 à 16:20

mayasoleil7 a écrit :
samedi 24 novembre 2018 à 13:55
Autant dire que je n'ai toujours eu aucune estimé de moi même.
Je ne suis pas une femme et je n'ai jamais vécu ce que tu décris, mais c'est pour cela que tu n'as aucune estime de toi même ? Parce qu'a ta place avec toute ces épreuves et le courage que cela demande pour se traîner vers le futurs, je serais très fière de moi !

Si vous buvez moins c'est déjà cool ... Après boire une fois par semaine ou un verre tous les soires ce n'ai pas un problème...
Diag TSA le 16/10/18

Répondre