Le diagnostic : comment ça s'est passé pour vous ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Loner
Forcené
Messages : 933
Enregistré le : jeudi 20 octobre 2011 à 21:03

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#316 Message par Loner » mardi 14 janvier 2020 à 22:58

Clovis a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 17:53
J'ai dû expliquer à mon médecin généraliste - pourtant pas très âgée - pourquoi, après avoir consulté neuropsychologue et psychomotricienne, je devais passer par la case psychiatre pour un éventuel diagnostic. Elle ne semblait pas savoir qu'un neuropsychologue ne peut pas poser de diagnostic... :crazy:

Elle ne connaissait pas non plus l'existence du CRA local, elle pensait que ça n'existait qu'à Paris.
Comme quoi, il y a encore du boulot...
Question : il faut passer par le généraliste pour aller voir un psychiatre ? Moi j ai pris directement un rendez vous.
HQI, Dyspraxique.
Autiste Asperger
Épileptique

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#317 Message par freeshost » mardi 14 janvier 2020 à 23:20

Je ne suis pas passé par quelque généraliste.

Le généraliste chez lequel j'allais, ben... la dernière fois que je l'ai vu... j'avais moins de dix-huit ans... :lol:

Ça se passe comment pour mon dossier ? Et s'il est décédé ? :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 3205
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#318 Message par lepton » mercredi 15 janvier 2020 à 5:51

Loner a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 22:58
Question : il faut passer par le généraliste pour aller voir un psychiatre ? Moi j ai pris directement un rendez vous.
Tu n'es pas obligé, mais dans ce cas tu es moins bien remboursé...
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Avatar du membre
Elinounette
Passionné
Messages : 368
Enregistré le : dimanche 14 avril 2019 à 11:41

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#319 Message par Elinounette » vendredi 17 janvier 2020 à 18:25

Voici mon retour sur le diag.

J'ai passé mes tests à la Salpêtrière avec une recommandation de ma psy. Le personnel était vraiment attentionné et le repas était dégueu. Mais ça c'est davantage la faute au gouvernement.
Je rentre tout juste des tests qui sont positifs. Je suis exténuée et en même temps pleine d'une sorte d'énergie. Je suis soulagée d'avoir été "vue" ^^
Je suis apparemment un super caméléon.

NIveau technique : j'ai passé un entretien pré-test en septembre. La psy que j'ai vu m'a conseillée que ma psychiatre me mette sous AD pour que les tests soient moins faussés par ma dépression. J'ai donc suivi son conseil et je suis depuis sous Fluvox*mine.
J'ai passé les tests aujourd'hui et j'avoue avoir beaucoup plus la pèche maintenant qu'à mon entretien. Merci les AD. Je ne donnerai pas plus d'infos sur le contenu pour ne pas fausser les résultats de celleux qui vont passer les tests. Je précise juste que ça a duré de 9h30 à 16h30, que c'était intense. Il y avait des tests de QI et des tests cognitifs. J'ai eu des résultats très hétérogènes. Il faut dire que ce n'est pas forcément évident de rester concentré sur la longueur surtout que j'étais déjà fatiguée par la marche de 45min pour me rendre à l’hôpital.
Autiste - diag le 17/01
Suivie par la SPASM depuis le 01/2020
Hypersensorielle, troubles anxieux, possible TDAH

-----------------------------------
Ghost plus vite que son ombre

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 711
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#320 Message par daphnée » samedi 18 janvier 2020 à 11:16

Loner a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 22:58

Question : il faut passer par le généraliste pour aller voir un psychiatre ? Moi j ai pris directement un rendez vous.
Pour ce qui est du remboursement:
Le psychiatre (ou le neuropsychiatre) est en accès direct jusqu'à 25 ans, sinon c'est sur prescription si tu veux un remboursement correct.

En pratique, le professionnel peut faciliter ton remboursement. Moi j'ai vu un psychiatre avant 25 ans et après… il a continué à me faire rembourser de la même manière sans passer par le généraliste.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 711
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#321 Message par daphnée » samedi 18 janvier 2020 à 11:20

freeshost a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 23:20
Je ne suis pas passé par quelque généraliste.

Le généraliste chez lequel j'allais, ben... la dernière fois que je l'ai vu... j'avais moins de dix-huit ans... :lol:

Ça se passe comment pour mon dossier ? Et s'il est décédé ? :mrgreen:
:lol: Tu peux demander au secrétariat de récupérer ton dossier. Il y a parfois des formalités (carte d'identité + demande écrite + remise en mains propres).

S'il est décédé, le médecin a peut-être transmis ses dossiers à un autre généraliste, auquel cas normalement la secrétaire t'en informe, ou à défaut la secrétaire du nouveau cabinet. Si tu a l'impression que son cabinet n'existe plus et que tu n'as été informé de rien, tu peux toujours te renseigner auprès des médecins de ta ville (souvent ils se connaissent entre eux) pour savoir qui a repris sa patientèle.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 711
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#322 Message par daphnée » samedi 18 janvier 2020 à 11:26

Elinounette a écrit :
vendredi 17 janvier 2020 à 18:25
Voici mon retour sur le diag.

J'ai passé mes tests à la Salpêtrière avec une recommandation de ma psy. Le personnel était vraiment attentionné et le repas était dégueu. Mais ça c'est davantage la faute au gouvernement.
Je rentre tout juste des tests qui sont positifs. Je suis exténuée et en même temps pleine d'une sorte d'énergie. Je suis soulagée d'avoir été "vue" ^^
Je suis apparemment un super caméléon.

NIveau technique : j'ai passé un entretien pré-test en septembre. La psy que j'ai vu m'a conseillée que ma psychiatre me mette sous AD pour que les tests soient moins faussés par ma dépression. J'ai donc suivi son conseil et je suis depuis sous Fluvox*mine.
J'ai passé les tests aujourd'hui et j'avoue avoir beaucoup plus la pèche maintenant qu'à mon entretien. Merci les AD. Je ne donnerai pas plus d'infos sur le contenu pour ne pas fausser les résultats de celleux qui vont passer les tests. Je précise juste que ça a duré de 9h30 à 16h30, que c'était intense. Il y avait des tests de QI et des tests cognitifs. J'ai eu des résultats très hétérogènes. Il faut dire que ce n'est pas forcément évident de rester concentré sur la longueur surtout que j'étais déjà fatiguée par la marche de 45min pour me rendre à l’hôpital.
Bonne nouvelle ! Ils t'ont bien prise en charge. Contente que tu sois soulagée.
C'était un CRA ?

J'aurais pensé que les anti-dépresseurs pouvaient justement fausser les tests. J'ai fais le contraire alors! Je m'empêchais d'en prendre dans la période du diag… bon je n'en prends quasi-jamais mais en l'occurrence, j'étais tellement déprimée que j'en aurais eu besoin.

Je suis encore fâchée contre le CRA… Moi j'ai à peine passé une heure de tests, et assez faciles en +...
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Clovis
Forcené
Messages : 675
Enregistré le : samedi 2 mai 2009 à 20:36
Localisation : Ouest

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#323 Message par Clovis » samedi 18 janvier 2020 à 18:47

freeshost a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 23:20
Je ne suis pas passé par quelque généraliste.

Le généraliste chez lequel j'allais, ben... la dernière fois que je l'ai vu... j'avais moins de dix-huit ans... :lol:
Je peux comprendre. Après le départ de chez mes parents je ne suis pas allé chez le dentiste pendant 14 ans... Ce n'est que grâce à ma compagne nettement plus sérieuse au niveau médical que j'ai progressivement retrouvé le chemin des médecins (j'ai trouvé un généraliste l'année dernière, ça m'a permis de faire mon rappel de vaccin antitétanique avec quelques années de retard...).
Diagnostiqué TSA en 2020.

Avatar du membre
Elinounette
Passionné
Messages : 368
Enregistré le : dimanche 14 avril 2019 à 11:41

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#324 Message par Elinounette » samedi 18 janvier 2020 à 21:34

daphnée a écrit :
samedi 18 janvier 2020 à 11:26
Elinounette a écrit :
vendredi 17 janvier 2020 à 18:25
Voici mon retour sur le diag.

J'ai passé mes tests à la Salpêtrière avec une recommandation de ma psy. Le personnel était vraiment attentionné et le repas était dégueu. Mais ça c'est davantage la faute au gouvernement.
Je rentre tout juste des tests qui sont positifs. Je suis exténuée et en même temps pleine d'une sorte d'énergie. Je suis soulagée d'avoir été "vue" ^^
Je suis apparemment un super caméléon.

NIveau technique : j'ai passé un entretien pré-test en septembre. La psy que j'ai vu m'a conseillée que ma psychiatre me mette sous AD pour que les tests soient moins faussés par ma dépression. J'ai donc suivi son conseil et je suis depuis sous Fluvox*mine.
J'ai passé les tests aujourd'hui et j'avoue avoir beaucoup plus la pèche maintenant qu'à mon entretien. Merci les AD. Je ne donnerai pas plus d'infos sur le contenu pour ne pas fausser les résultats de celleux qui vont passer les tests. Je précise juste que ça a duré de 9h30 à 16h30, que c'était intense. Il y avait des tests de QI et des tests cognitifs. J'ai eu des résultats très hétérogènes. Il faut dire que ce n'est pas forcément évident de rester concentré sur la longueur surtout que j'étais déjà fatiguée par la marche de 45min pour me rendre à l’hôpital.
Bonne nouvelle ! Ils t'ont bien prise en charge. Contente que tu sois soulagée.
C'était un CRA ?

J'aurais pensé que les anti-dépresseurs pouvaient justement fausser les tests. J'ai fais le contraire alors! Je m'empêchais d'en prendre dans la période du diag… bon je n'en prends quasi-jamais mais en l'occurrence, j'étais tellement déprimée que j'en aurais eu besoin.

Je suis encore fâchée contre le CRA… Moi j'ai à peine passé une heure de tests, et assez faciles en +...
Pour les AD, je pensais aussi. Quelques semaines après le début de la prise des AD, je commençais à avoir moins de rituels. Enfin, disons plutôt que certains semblaient beaucoup moins importants. Par exemple, celui de me coucher à des heures comme 20h20, 21h12 ou 21h21. Auparavant, j'avais cette impression que j'allais forcément faire des cauchemars si je ne me couchais pas à ces heures. Maintenant, je tique juste dessus mais l'appréhension est comme étouffée. C'est surement pour différencier des rituels sans TSA, juste associés à des troubles anxieux/dépression.

Une heure de tests, c'est court. ^^' Mais peut-être que tu n'avais pas les tests de QI. Il me semble qu'il n'est pas obligatoire, non ?

J'ai passé mes tests à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris. Ils étaient vraiment très à l'écoute de mes besoins. J'ai même pu déjeuner dans une pièce toute seule et ils faisaient en sorte que je n'ai qu'un interlocuteur alors qu'ils étaient 3. J'ai du mal à suivre une conversation à plusieurs. La personne qui décompile les tests semble particulièrement calée sur l'autisme au féminin et prend en considération le fait que les résultats peuvent être faussés par la suradaptation. Même dans le cas où certains résultats sont en dessous du seuil de validation de l'autisme, si tu présentes des TSA qui ne peuvent être expliqués par aucun diagnostic différentiel, elle considère que tu es autiste avec une grande capacité de suradaptation. Elle a fait pas mal de colloques pour expliquer les particularités de l'autisme au féminin.
Autiste - diag le 17/01
Suivie par la SPASM depuis le 01/2020
Hypersensorielle, troubles anxieux, possible TDAH

-----------------------------------
Ghost plus vite que son ombre

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 711
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#325 Message par daphnée » dimanche 19 janvier 2020 à 14:34

Elinounette a écrit :
samedi 18 janvier 2020 à 21:34
daphnée a écrit :
samedi 18 janvier 2020 à 11:26
Elinounette a écrit :
vendredi 17 janvier 2020 à 18:25
Voici mon retour sur le diag.

J'ai passé mes tests à la Salpêtrière avec une recommandation de ma psy. Le personnel était vraiment attentionné et le repas était dégueu. Mais ça c'est davantage la faute au gouvernement.
Je rentre tout juste des tests qui sont positifs. Je suis exténuée et en même temps pleine d'une sorte d'énergie. Je suis soulagée d'avoir été "vue" ^^
Je suis apparemment un super caméléon.

NIveau technique : j'ai passé un entretien pré-test en septembre. La psy que j'ai vu m'a conseillée que ma psychiatre me mette sous AD pour que les tests soient moins faussés par ma dépression. J'ai donc suivi son conseil et je suis depuis sous Fluvox*mine.
J'ai passé les tests aujourd'hui et j'avoue avoir beaucoup plus la pèche maintenant qu'à mon entretien. Merci les AD. Je ne donnerai pas plus d'infos sur le contenu pour ne pas fausser les résultats de celleux qui vont passer les tests. Je précise juste que ça a duré de 9h30 à 16h30, que c'était intense. Il y avait des tests de QI et des tests cognitifs. J'ai eu des résultats très hétérogènes. Il faut dire que ce n'est pas forcément évident de rester concentré sur la longueur surtout que j'étais déjà fatiguée par la marche de 45min pour me rendre à l’hôpital.
Bonne nouvelle ! Ils t'ont bien prise en charge. Contente que tu sois soulagée.
C'était un CRA ?

J'aurais pensé que les anti-dépresseurs pouvaient justement fausser les tests. J'ai fais le contraire alors! Je m'empêchais d'en prendre dans la période du diag… bon je n'en prends quasi-jamais mais en l'occurrence, j'étais tellement déprimée que j'en aurais eu besoin.

Je suis encore fâchée contre le CRA… Moi j'ai à peine passé une heure de tests, et assez faciles en +...
Pour les AD, je pensais aussi. Quelques semaines après le début de la prise des AD, je commençais à avoir moins de rituels. Enfin, disons plutôt que certains semblaient beaucoup moins importants. Par exemple, celui de me coucher à des heures comme 20h20, 21h12 ou 21h21. Auparavant, j'avais cette impression que j'allais forcément faire des cauchemars si je ne me couchais pas à ces heures. Maintenant, je tique juste dessus mais l'appréhension est comme étouffée. C'est surement pour différencier des rituels sans TSA, juste associés à des troubles anxieux/dépression.

Une heure de tests, c'est court. ^^' Mais peut-être que tu n'avais pas les tests de QI. Il me semble qu'il n'est pas obligatoire, non ?

J'ai passé mes tests à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris. Ils étaient vraiment très à l'écoute de mes besoins. J'ai même pu déjeuner dans une pièce toute seule et ils faisaient en sorte que je n'ai qu'un interlocuteur alors qu'ils étaient 3. J'ai du mal à suivre une conversation à plusieurs. La personne qui décompile les tests semble particulièrement calée sur l'autisme au féminin et prend en considération le fait que les résultats peuvent être faussés par la suradaptation. Même dans le cas où certains résultats sont en dessous du seuil de validation de l'autisme, si tu présentes des TSA qui ne peuvent être expliqués par aucun diagnostic différentiel, elle considère que tu es autiste avec une grande capacité de suradaptation. Elle a fait pas mal de colloques pour expliquer les particularités de l'autisme au féminin.
Ben franchement, merci pour toutes ces explications, j'hésiterai pas demander un avis à Paris alors.
parce que j'ai vraiment pas l'impression qu'on m'ait prise au sérieux.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
geybuss
Fidèle
Messages : 111
Enregistré le : samedi 18 janvier 2020 à 19:15
Contact :

Re: Le diagnostic: comment ça s'est passé pour vous?

#326 Message par geybuss » lundi 20 janvier 2020 à 19:09

bonjour,

Pour ma part, mon diagnostic officiel date de vendredi dernier.
Il y a quelques années, ayant rencontré une aspergirl assez sévère, j'ai trouvé certains points communs entre elle et moi. Je m'étais alors renseigné auprès du CRA Bretagne (Brest) pour envisager un diagnostic (sachant que j'étais diagnostiquée bipolaire), ce souhait de diagnostic n'était pas une lubie ou un caprice, dans le sens où ma vie n'est pas simple et a bcp d'aspect douloureux.
On m'a répondu à l'époque : 1 an 1/2 d'attente... J'ai laissé tombé, surtout que je pensais (à tort), qu'il était comme prétentieux de chercher ce diagnostic alors que je n'ai rien d'un génie. Je ne suis pas stupide mais pas non plus géniale.
Au printemps dernier, un de mes neveux de 18 ans a été diagnostiqué asperger. Mon neveu n'est pas stupide, mais pas un génie non plus, en tout cas, pas encore ! C'est ainsi que j'ai appris que l'on pouvait être asperger sans avoir un QI hors du commun, et sans avoir de dons particuliers.

J'ai donc pris le taureau par les cornes. De Rennes, je suis allée au Mans chez un psychopraticien subir les tests toutes une journée. Ces tests ont abouti au pré diagnostic TSA.

J'ai repris contacte avec le CRA de Brest.... Deux ans et 1/2 d'attente....
Sur Rennes, je n'ai trouvé aucun psychiatre spécialisé TSA asperger adulte pouvant valider mon diagnostic.
Je suis donc montée sur Paris vendredi dernier, rencontré un psychiatre spécialisé TSA asperger adulte, ayant trouvé son nom sur le blog d'une aspergirl "célèbre".

Le psychiatre parisien a validé le diagnostic sans hésitation. je vais pouvoir ajouter ce dernier à mon déjà gros dossier MDPH.

Du coup, pour moi (pour l'instant, pourvu que ça dure), c'est le soulagement. Rien n'est solutionné mais tout s'explique.
J'ai l'impression d'être arrivée enfin chez moi.... et à 47 ans, de pouvoir enfin poser mon sac, mon fardeau. Fini je l'espère, l'errance médicale... puisque je m'accepte comme je suis. Je dirai même que depuis mon début de diagnostic, je m'aime comme je suis, par rapport à moi, et non plus par rapport aux autres.
Désolée si ce n'est pas le lieu pour dire/écrire cela, mais ça fait tellement du bien de pouvoir l'écrire....
47 ans, diagnostiquée TSA Asperger par tous les tests (en octobre 2019) + psychiatre (le 17 janvier 2020)

Avatar du membre
pikaia
Habitué
Messages : 81
Enregistré le : dimanche 13 janvier 2019 à 23:52

Re: Le diagnostic : comment ça s'est passé pour vous ?

#327 Message par pikaia » lundi 23 mars 2020 à 12:48

Des éléments de contexte (avant le diagnostic)
Spoiler : 
J'ai pour ma part reçu le diagnostic assez tardivement. Je n'ai jamais eu véritablement d'enfance que l'on qualifierait de "chaotique", malgré des débuts à l'école difficiles et des visites au Centre de Guidance Infantile à la suite de particularités qui inquiétaient mes parents ("communication étrange, anxiété, crises longues, violentes et inexpliquées" selon leurs dires, et difficultés à m'alimenter, entre autres). Ces derniers avaient d'ailleurs lâché l'affaire parce qu'on ne leur apportait pas vraiment de réponse, et je n'ai plus jamais revu de psy au cours de mon enfance (à l'époque je me disais "tant mieux", parce que c'était un peu un cauchemar pour moi et que je redoutais d'y aller....). Il n'y a qu'au lycée que j'ai "retenté" un suivi psychologique, au CMP cette fois, mais cela ne m'aidait pas et j'ai vite arrêté d'y aller.

Ce n'est qu'un soir au cours de mon année de Terminale (j'avais 17 ans et vivais mal mon adolescence, d'autant plus que j'avais été harcelée au collège) que j'ai entendu parler de l'autisme "Asperger" pour la toute première fois : ma mère m'avait montré des vidéos de "Super Pépette" (Julie Dachez). Et si je m'étais effectivement reconnue sur un certain nombre de points, sur le coup je n'avais pas poussé la recherche plus loin. Je me disais "ah oui c'est peut-être possible" mais ne voyais rien d'assez significatif pour que ça tilte dans mon cerveau au point de vouloir entamer une démarche de diagnostic, dont l'intérêt était finalement assez "obscur" et loin de mes préoccupations... Le sujet est donc passé temporairement à la trappe, même si ces vidéos ont eu le mérite de désamorcer des stéréotypes que j'avais accumulé sur l'autisme (je pensais qu'être autiste signifiait forcément être incapable de parler par exemple).

Viennent ensuite les années de fac, période où j'ai dû emménager dans une autre ville. La première année s'est mal passée. Une dépression, peut-être ? (en fait j'en sais rien, j'étais dans le même état d'esprit qu'à l'adolescence mais en pire). Je pleurais tous les jours, toutes les nuits, ne faisait rien de mes journées faute d'énergie, si ce n'est ressasser les mêmes idées noires et me lamenter sur le vide intersidéral de mon existence. La 2e année, ça allait beaucoup mieux (me faire de nouveaux amis et être moins isolée à cette période a dû m'aider...). Mais ensuite, en 3e année, rebelote, mais là c'était surtout à cause de mes difficultés en classe et au travail. C'est d'ailleurs à ce moment-là que j'ai commencé à (re)consulter des psys, au SIMPPS de l'université. C'est l'une d'elles qui m'a dirigée sur la piste de l'autisme ; au départ j'étais peu convaincue mais l'année suivante j'ai entamé les démarches au CRA, à qui la psy avait adressé un courrier.
Le CRA... La première fois que j'ai mis les pieds dans ce bâtiment, c'était pour apporter le dossier et poser quelques questions (dont je ne me souviens plus et tant mieux, sinon je suis sûre que j'aurais encore digressé !). Je me souviens que, ce jour-là, j'avais bien flippé à cause des portes et que j'ai "par surprise" rencontré la psychiatre, chose assez intimidante (même si elle avait l'air gentille, comme le reste du personnel :) )
J'ai eu les RDV plus rapidement que prévu, puisqu'un nouveau dispositif de "consultation 18-25 ans" a été instauré en cours de route. Au total je n'ai patienté "que" 8 mois, pour un diagnostic à 22 ans.
Concernant la passation du diagnostic :

- Le 1er RDV comportait un entretien préalable avec moi, puis l'observation filmée (ADOS-2) suivi de l'anamnèse avec ma mère (ADI-R). L'ADOS en particulier fut très éprouvant pour moi, j'ai même pleuré au beau milieu de l'entretien. Car si j'étais, de base, extrêmement stressée avant même d'entrer dans la pièce (en plus de ça j'avais l'impression d'être un bourrin dans un magasin de porcelaine, j'ai involontairement "shooté" dans des jouets de la salle d'attente avant de faire tomber un ventilateur (je précise qu'on était en janvier, il était éteint et rangé sur le côté, mais j'ai quand même trouvé le moyen de le renverser :roll: )), les activités et questions posées n'ont pas arrangé les choses et m'ont mise face à des difficultés auxquelles je ne m'attendais pas. Je n'avais pas prévu que cet examen se déroulerait ainsi, je pensais qu'il allait reposer sur des exercices différents, plus "carrés", plus "faciles", bref des exercices à la suite de quoi on m'aurait dit "rien d'anormal dans votre comportement". Or ça ne s'est pas passé comme ça et j'ai finalement eu l'impression de me prendre la tête sur des trucs tout bêtes. Et le pire dans tout ça résidait dans mon incapacité à articuler mes réponses correctement, ce qui redoublait encore le sentiment de frustration, d'angoisse et d'échec...

- Les 2 autres RDV étaient consacrés au bilan neuropsychologique : on m'a fait passer le WAIS-IV et d'autres exercices (la "Tour", des activités "fluence de dessins" et de mots, et d'autres trucs dont j'ai oublié les noms) pour évaluer mes compétences adaptatives. Je suis entrée dans le bureau avec de l'appréhension et des maux de crâne (mon sommeil étant déjà calamiteux à la base, il a quand même fallu que mon cerveau s'endorme vers 2-3h du matin pour se réveiller à 6h, donc autant dire que je n'étais pas au top de ma forme ce jour-là) pour en ressortir avec l'impression d'être une bonne à rien (en plus d'être fatiguée et stressée, je me suis également "auto-censurée" pour certaines questions par manque de confiance en moi >< (surtout que, je ne vais pas vous mentir : je plaçais beaucoup d'enjeux derrière ce test : je savais que derrière ce WAIS-IV on parlait de test de "Quotient Intellectuel" ce qui m'angoissait prodigieusement ; et quand bien même la neuropsy disait "il ne s'agit pas de réussir ou d'échouer le test", elle parlait quand même d'une "évaluation des forces et des faiblesses", ce qui revient au même au final (avoir des forces dans un domaine implique une + grande chance de réussir dedans, et inversement). Et puis si j'avais "des faiblesses" partout, comment je le vivrais ? Bref à mes yeux ses tentatives de me rassurer étaient truffées de contradictions et ne m'empêchaient en aucun cas de me mettre la pression, bien au contraire.
Au final il en est ressorti un profil hétérogène (inter voire intra indices), qui retranscrivait plutôt bien la plupart des choses que je vivais au quotidien, je pense.
La neuropsychologue m'a également donné le questionnaire BRIEF en 2 exemplaires (un pour moi, un pour un proche). Je ne savais pas toujours quoi mettre mais il a confirmé (surtout avec les réponses de ma mère) des difficultés d'organisation, de concentration et de gestion des émotions que je connaissais déjà très bien :?

Et après tous ces tests j'ai eu le RDV de restitution. Pour les professionnelles du CRA, aucun doute : mon cas relevait bel et bien d'un TSA (même si leur "verdict" était déjà clairement établi rien qu'après l'ADOS et l'ADI-R, selon elles...)

Après le diagnostic :
Mon ressenti est assez ambigu :
- Apaisée, d'une part, parce que mes difficultés s'expliquent enfin par quelque chose de tangible et de concret, et que je pourrai donc plus facilement trouver de l'aide. J'ai trouvé des réponses à mes questions :) Mais je me sens triste et abattue d'autre part (attention ce qui va suivre risque peut-être de "remuer le couteau dans la plaie" chez certaines personnes, je mets donc en spoiler :!: )
Spoiler : 
- L'impression d'être une autiste un peu "ratée". Mon bilan, je l'ai un peu vu comme une énumération de défauts, sans vraiment avoir de compensation positive, et quand je vois des propos sur le net mettant en avant le "positif autistique" je ne m'y reconnais pas. C'est compliqué de ne pas se comparer aux autres autistes que je rencontre, même si c'est nul de faire ça, je sais :?
- Ce qui me peine c'est aussi le côté "condamnation gravée dans le marbre". L'autisme, on le garde à vie. Même si je m'améliore progressivement, je ne serais jamais aussi compétente dans certaines tâches que la plupart des gens... Idem pour le WAIS-IV. Apparemment les chiffres de QI ne changent pas. Cela voudrait dire que je serais toujours une bonne à rien en mémoire de travail, par exemple ? Que je ne pourrai jamais améliorer ce "potentiel" si limité dans certaines choses ? Est-ce que ça va continuer à me pourrir des aspects de ma scolarité, voire de ma vie future ? Ce n'est pas très rassurant de se dire qu'on aura moins de facilités que la moyenne pour toujours... (surtout quand ce sont des domaines auxquels on accorde soi-même + d'importance qu'à d'autres : par exemple, pour moi mémoriser, bien se concentrer et avoir de bons raisonnements logiques c'est un peu le Graal de l'intellect (et sûrement utile dans ce que je veux faire), par contre ma bonne vitesse de traitement graphique pour des tâches demandant si peu de réflexion je m'en fous complètement :innocent: )
Bref je sens bien que tout ça tend à accentuer ma faible estime de moi-même...
Modifié en dernier par pikaia le samedi 28 mars 2020 à 13:15, modifié 15 fois.
TSA (diagnostiquée au CRA de ma région)

Avatar du membre
Nanar02
Forcené
Messages : 1390
Enregistré le : samedi 1 octobre 2016 à 17:37

Re: Le diagnostic : comment ça s'est passé pour vous ?

#328 Message par Nanar02 » lundi 23 mars 2020 à 14:52

Je me retrouve beaucoup dans tes commentaires et tes difficultés.
Diagnostiqué Asperger 01/04/2019

espoiransa
Habitué
Messages : 70
Enregistré le : lundi 9 mars 2020 à 11:40

Re: Le diagnostic : comment ça s'est passé pour vous ?

#329 Message par espoiransa » jeudi 26 mars 2020 à 23:20

(surtout quand ce sont des domaines auxquels on accorde soi-même plus d'importance qu'à d'autres : par exemple, pour moi mémoriser, bien se concentrer et avoir de bons raisonnements logiques c'est un peu le Graal de l'intellect (et sûrement utile dans ce que je veux faire), par contre ma bonne vitesse de traitement graphique pour des tâches demandant si peu de réflexion je m'en fous complètement :innocent: )
Bref je sens bien que tout ça tend à accentuer ma faible estime de moi-même...[/spoiler]
[/quote]


si c'est pas indiscret tu as eu quels résultats aux 4 indices ? Ca m'intéresse car si je comprends bien tu as eu un ivt elevé et une memoire de travail faible ?
En recherche de réponses - questionnements sur moi-même (autisme ou pas) - SED

Avatar du membre
pikaia
Habitué
Messages : 81
Enregistré le : dimanche 13 janvier 2019 à 23:52

Re: Le diagnostic : comment ça s'est passé pour vous ?

#330 Message par pikaia » vendredi 27 mars 2020 à 10:51

@espoiransa : je t'ai envoyé un MP
TSA (diagnostiquée au CRA de ma région)

Répondre