TCC = Thérapie comportementale et cognitive

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26293
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: TCC = Thérapie comportementale et cognitive

#106 Message par freeshost » jeudi 5 avril 2018 à 12:47

Ah ! Okay... dans le canton de Vaud en Suisse, il y a l'association Bénévolat Vaud qui met à disposition gratuitement (avec réservation à l'avance) ses locaux lausannois, par exemple. Donc, pour certaines discussions, on va là-bas.

Parfois, pour certaines rencontres, nous allons chez une personne Asperger (quand nous ne sommes pas trop nombreux).
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 2387
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: TCC = Thérapie comportementale et cognitive

#107 Message par lepton » jeudi 5 avril 2018 à 14:06

Pour moi, la TCC a donné des résultats très positifs, mais avec beaucoup de temps, de persévérance, et d’argent. Il m’a fallu 6 mois à raison de deux séances par mois pour en tirer des bénéfices. J’ai failli arrêter après quelques séances en pensant que ça ne servait à rien, mais ça aurait été dommage…

On a surtout travaillé sur mes blocages / paniques lors de certaines situations sociales imprévues ou inhabituelles : paralysie si un inconnu me parle dans la rue ou au supermarché, crises de panique avant de faire les courses (voire pendant…), ou si je vais dans un endroit inhabituel…

Perso, mes séances m’ont permis de me rendre compte que je gérais relativement bien les situations sur le moment, mais que mon cerveau reconstituait une image désastreuse de l’interaction dans les minutes qui suivent, créant de la peur et de l’appréhension pour les interactions similaires ultérieures.

Le truc, c’est de noter (d’abord mentalement, puis sur un papier) le contexte, ce qu’il s’est dit, les émotions ressenties, les manifestations physiques, leur intensité. Et cela juste après l’interaction, pas 1 h après.

Chaque petite victoire crée un semblant de confiance en soi, et en amène une autre, qui donne encore un peu plus de confiance. Le fameux renforcement positif…

Le top, c’est d’arriver à se trouver dans une démarche de défi, avec des objectifs réalisables.
Ça peut paraître ridicule, mais mon psychologue a réussi à me faire traverser un rayon de supermarché en demandant aux gens de pousser leur chariot s’il me gênait. Tout en analysant la réaction des gens, et en constatant que j’y arrive, et que ça ne se passe finalement pas si mal. Ce qui pour moi a été une très grosse victoire et m’a donné confiance en mes capacités.
J’aurais été complètement incapable de le faire il y a quelques mois.

De même, si on vient me parler au rayon légumes pour me dire que les tomates sont trop chères (pourquoi diable les gens ont ce besoin de discuter au rayon légumes ???), je m’en sors bien, parce que je me suis rendu compte que je ne m’en sortais pas si mal les fois précédentes.


Mon psychologue m’a aussi appris quelques techniques de méditation, à pratiquer pour attaquer (plus ou moins) sereinement les situations délicates.

Résultat, cela fait longtemps que je n’ai pas fait de crise de panique en faisant les courses, et je ne prends plus d’anxiolytiques juste avant.

Je parle du supermarché parce que c’est l’endroit où j’ai le plus de chance d’avoir des problèmes, mais même en dehors de ce contexte je me sens beaucoup plus en confiance.
Il y a quelque semaines, je me suis pris la tête avec une personne dans le train pour une histoire de réservation de places. Auparavant ça m’aurait anéanti, mais là je m’en suis tellement bien sorti, que je me suis senti très ben après. J’étais tellement excité que j’ai soûlé ma femme toute la soirée avec ça.

Bref, on crée un sentiment de confiance qui donne le courage d’affronter d’autres situations à problème. Et chaque victoire redonne encore un peu plus de confiance…



Quant au déroulement d’une séance :
On évoque les faits marquants survenus depuis la séance précédente. On discute de la manière dont on a abordé les situations, les ressentis avant, pendant et après… Le psychologue fait constater ce qui a été positif, et les progrès réalisés. Il donne des explications sur ce qui n'a pas été compris pendant les interactions. Il donne quelques trucs et astuces pour mieux aborder la même situation dans l’avenir…
On fait quelques exercices de méditation. Typiquement, dérouler le film d'une interaction passée en se plaçant en pleine conscience. Pendant la méditation, le psychologue nous fait constater nos ressentis, mais on les perçoit avec un certain détachement, sans que les émotions nous envahissent. C'est génial, la pleine conscience...

En fin de séance, il donne un peu de travail, quelques exercices, jusqu’à la prochaine séance.

Ah oui, sans oublier le fameux chèque de 50€, indispensable au bien-être du thérapeute... :mrgreen:
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Avatar du membre
Zebra3
Fidèle
Messages : 109
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: TCC = Thérapie comportementale et cognitive

#108 Message par Zebra3 » dimanche 8 avril 2018 à 1:31

@Misty : C’était en effet de la curiosité, pas une demande de justification :) .
Parce que c’est intéressant de voir quelqu’un dire « je devrais », ou « j’ai besoin de » voire « envie de » mais qui en même temps n’y arrive pas, une sorte de conflit avec soi-même.
Et je pense que c’était très bien expliqué^^

En fait le feeling que j’avais en te lisant c’était « pourquoi se prend-elle la tête avec ces cafés alors que visiblement, à part l’étiquette asperger, rien dans leur organisation ne semble correspondre à son fonctionnement perso ? ».
Un peu comme quelqu’un qui aime les sports individuels mais qui se prendrait la tête à se sentir obligé de faire un sport d’équipe.
Si t’as d’autres activités et que tu rencontres des gens par d’autres moyens, c’est cool.
Après, si comme tu le dis tu en ressens le besoin et peut-être l’envie alors c’est probablement positif de continuer à travailler ça en thérapie, et y arriver serait preuve de grands progrès, mais il n'est peut-être pas non plus nécessaire de se stresser.

Perso’ j’ai des difficultés plus ou moins similaires, en moins marquées : Rencontrer des gens sans entremetteur et sans « but prédéfini » est très compliqué pour moi, par la passé je pouvais rester seul debout dans mon coin sans engager la parole à qui que ce soit.
Je ne sais même pas si j’ai envie de rencontrer des gens en fait… ou j'ai perdu l'intérêt par éloignement de mes émotions et incompréhension des relations sociales.
A une rencontre professionnelle je sais qu’on va parler travail, donc c’est jouable, mais aller dans un café et engager la conversation avec des inconnus, je ne saurais même pas dire si j’en suis capable puisque je ne me vois même pas me mettre dans la situation.
Bon un café asperger (ou surdoué, ou hypersensible, puisque je n'ai pas de diag TSA) j’en serais peut-être capable puisqu’on parlerait probablement de ces spécificités justement, ça donne un fil conducteur et ça ne me pose pas de problème de parler de ça.
Ce que j’arrive mieux c’est les sports individuels en groupe, genre VTT, équitation, ski. Je n’ai pas de diag mais mes (rares) relations ont tendance à être utilitaires (basées sur un centre d’intérêt commun), et dans ces activités on sait qu’on va pouvoir parler de ce centre d’intérêt, mais j’ai énormément de mal à pousser la relation plus loin, hors de cette activité.
C’est paradoxal, mais je préfèrerais encore rencontrer des gens par le biais du travail ou d’une colocation (en gros, dans le cadre de quelque-chose qui m'y oblige, et qui dure dans le temps, me permettant d'aller à mon rythme, c'est à dire très lentement), que d’aller moi-même à un événement où l'on rencontre des gens, et où en 2h il faut avoir échangé les contacts si l'on veut se revoir.

Je trouve que l’idée d’organiser un café asperger dans un lieu bruyant et animé n’est pas judicieuse, ce n’est peut-être pas facile à organiser autre part mais bon, vu les problèmes sensoriels qui ont tendance à toucher les aspies, c’est pas malin, c'est pas à toi de te stresser/dévaloriser avec ça, moi-même je suis hypersensible des oreilles, alors les bars, même peu bruyants, si tôt que tout le monde parle en même temps ça me casse la tête.

Je ne sais pas comment sont organisés ces cafés mais peut-être que tu peux te mettre une limite de temps par exemple, si tu sais qu’au bout de tant de minutes/heures « les plombs sautent », tu n’y vas qu’un certain temps, voire tu préviens que tu ne pourras pas rester.
Perso des fois je dis non à une proposition de covoiturage car je ne veux pas être dépendant des autres, je veux pouvoir partir quand je veux, sans attendre qu’un autre soit prêt, etc…

@Lepton, intéressant ça notamment : "Perso, mes séances m’ont permis de me rendre compte que je gérais relativement bien les situations sur le moment, mais que mon cerveau reconstituait une image désastreuse de l’interaction dans les minutes qui suivent, créant de la peur et de l’appréhension pour les interactions similaires ultérieures."
Ca montre comme une personne peut se saboter toute-seule par des mécanismes cérébraux inadaptés.
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

matriochka
Nouveau
Messages : 1
Enregistré le : lundi 27 mai 2019 à 17:08

AVIS SUR TCC

#109 Message par matriochka » vendredi 5 juillet 2019 à 18:00

...................
Modifié en dernier par matriochka le lundi 8 juillet 2019 à 1:01, modifié 1 fois.
.........................

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3132
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: TCC = Thérapie comportementale et cognitive

#110 Message par hazufel » vendredi 5 juillet 2019 à 19:16

Bonjour et bienvenue Matriochka !

Peux-tu, s’il te plaît, mettre à jour ta signature (dans ton profil) avec ton statut quant au diagnostic (voir notre charte, chapitre 1.2) ?
En temps que parent, tu peux indiquer par exemple parent d’une fille diagnostiquée autiste.
Spoiler : Pour modifier la signature : 
  • cliquer (en haut à droite) sur ton pseudo ;
  • dans le menu qui apparaît, cliquer sur "Panneau de l'utilisateur" ;
  • cliquer sur l'onglet "Profil" ;
  • cliquer (à gauche) sur "Modifier la signature" ;
  • préciser ton statut dans la zone d'édition
    (exemples : suspicion de TSA, TSA diagnostiqué, parent...) ;
  • cliquer (en bas) sur "Envoyer".
Une petite présentation serait également la bienvenue : Forum Présentation

Merci d’avance !

J’ai déplacé ton message sur le fil consacré aux TCC, où tu trouveras déjà quelques réponses.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Répondre