Personne Asperger et image sociale

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Ametrine
Occasionnel
Messages : 21
Enregistré le : jeudi 5 mai 2016 à 21:20

Personne Asperger et image sociale

#1 Message par Ametrine » mercredi 11 mai 2016 à 9:01

Modération (Tugdual) : Déplacement du sujet depuis "À propos de l'autisme et du S.A."


Bonjour ,

J'ai une question concernant l'image sociale. Je m'explique : une personne Asperger peut-elle renvoyer une bonne image sociale? C'est à dire semblait bien dans ses baskets, plutot sociale et souriante, donc indetectable aux yeux des autres?

Suite au diagnostic d'Asperger de mon fils de 8 ans, j'ai beaucoup feuilleté sur le sujet. Certains traits m'evoquaient parfaitement mes difficultés et troubles. Je me retrouvais egalement dans ses difficultés à lui. Un burnout avec dissociation m'a fait perdre le fil. J'ai fait une grosse depression avec l'impression de ne plus me sentir en phase avec moi-même. Je ressentais depuis longtemps ce gros décalage entre ce que je suis au fond de moi et l'image que je renvoie aux autres. J'ai fait de la question "qui suis-je?" Le fil conducteur de ma guérison. Il faut que je sache ce que je suis vraiment au fond pour ne plus sentir ce décalage qui me hante. Faire que mon moi intérieur et mon exterieur soient les mêmes. Ne plus me soucier du regard des autres (je fais toujours tout en pensant à ce que vont penser les autres, même des choses insignifiantes...)

Mon entretien avec la psy spécialisée dans l'autisme de mon fils reflète mes difficultés et symptômes du syndrome d'Asperger. Hypersensorialité, hyper-émotivité, le fait de voir en blanc ou noir et d'avoir du mal à gerer ses émotions, maitrise obsessionnelle, tocs... Bref pour elle je rentre dans le cadre et nous devons creuser.

Je renvoie l'image d'une femme à l'aise en société, je pense que j'y ai beaucoup travaillé depuis l'adolescence en empruntant un costume et un masque qui n'etait pas le mien, donc je maitrise parfaitement les codes.
En dessous de cela, je travaille quand je dois m'exprimer devant d'autres personnes (maitrise de mon souffle, refaire le speech dans ma tête...) pour m'eviter tous les désagréments qui découlent de ces prises de parole (rougissement, sensation de sortir de son corps et ne plus maitriser ses paroles, confusion...). Mais ca c'est invisible. Comme le fait de ne pas forcément me sentir à l'aise avec d'autres personnes ou de preferer être seule chez moi plutôt qu'entourée.

Pour vous, cela est-il compatible avec le SA? Certains d'entre vous sont-ils dans ce cas-là?

J'ai tellement investi mon "rôle" que finalement j'ai du mal à savoir qui je suis.

Merci à tous.
Amétrine, 34 ans, maman d'un petit garçon Asperger de 8 ans et d'une petite fille de 6 ans.
Je suis non diagnostiquée mais suspicion d'Asperger, suivie par une psychologue spécialisée dans l'autisme.

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4810
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Personne Asperger et image sociale

#2 Message par Manichéenne » mercredi 11 mai 2016 à 9:12

Je pense que la compensation doit permettre de passer pour quelqu'un de relativement sociable avec des gens qu'on fréquente peu. Mais plus les personnes sont proches, moins c'est possible.
Ce n'est qu'un avis personnel, mais je n'imagine pas qu'un conjoint puisse se tromper à ce point, ou des parents. Par contre le collègue du bureau d'à côté avec qui on s'efforce de discuter 2 minutes le matin en arrivant, c'est tout à fait possible. Entre les deux, je ne sais pas, et je ne voudrais pas faire généralité de mon cas.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Moonygirl
Forcené
Messages : 950
Enregistré le : jeudi 28 mai 2015 à 22:47
Localisation : Rennes

Re: Personne Asperger et image sociale

#3 Message par Moonygirl » mercredi 11 mai 2016 à 9:17

Je suis d'accord avec Manichéenne.
Renvoyer une bonne image de soi oui, mais dans la durée ... pas vraiment. Les gens décèlent la différence, même inconsciemment, je trouve.
TSA, TDA, Dyspraxie neuro-visuelle (08/12/15)

Ametrine
Occasionnel
Messages : 21
Enregistré le : jeudi 5 mai 2016 à 21:20

Re: Personne Asperger et image sociale

#4 Message par Ametrine » mercredi 11 mai 2016 à 9:26

Moonygirl a écrit :Je suis d'accord avec Manichéenne.
Renvoyer une bonne image de soi oui, mais dans la durée ... pas vraiment. Les gens décèlent la différence, même inconsciemment, je trouve.
Mon mari est le seul je pense à me connaitre réellement. Pour lui, le diagnostic de SA n'est pas étonnant. Pour mes soeurs non plus.
Mais je pense que pour mes amis ca le serait. (Enfin je suppose car je n'en parle pas avec eux)
Amétrine, 34 ans, maman d'un petit garçon Asperger de 8 ans et d'une petite fille de 6 ans.
Je suis non diagnostiquée mais suspicion d'Asperger, suivie par une psychologue spécialisée dans l'autisme.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8547
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Personne Asperger et image sociale

#5 Message par Benoit » mercredi 11 mai 2016 à 9:31

J'ai une question concernant l'image sociale. Je m'explique : une personne Asperger peut-elle renvoyer une bonne image sociale? C'est à dire semblait bien dans ses baskets, plutot sociale et souriante, donc indetectable aux yeux des autres?
Euh, ouais ? Mais non ? On ne pourrait pas remplacer "bonne" par un autre terme donnant l'impression que les relations sociales sont moins superficielles.

Pour moi, quelqu'un qui a une bonne image sociale c'est quelqu'un dont on parle en bien pour ses qualités, pas pour son apparence.

Et pour moi toujours c'est le contraire, par définition on ne peut faire qu'une première impression et les aspis vont en donner une (plus ou moins) mauvaise quels que soient leurs efforts, mais ensuite ils ont la capacité de faire valoir ce qui se trouve au dela des apparences. (Ils gagnent à être connus).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Flower
Forcené
Messages : 3991
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Personne Asperger et image sociale

#6 Message par Flower » mercredi 11 mai 2016 à 9:47

On pourrait probablement dire que oui, j'y arrive un peu, étant donné les retours que j'ai eu récemment de mon chef sur mon "caractère facile" et mes bonnes capacités relationnelles. (En gros, je suis gentille et polie et j'essaie d'être souriante...) En revanche, les amis à qui j'ai parlé de mon diagnostic n'ont pas été surpris. D'ailleurs c'est même un ami qui m'a poussé à faire la démarche au départ! Il y a encore 4, 5 ans, j'étais aussi moins invisible au travail, vu que j'avais eu de gros problèmes relationnels, mais j'ai ensuite fait un gros effort pour mieux apprendre les codes de mon milieu professionnel.
Ce qu'on ne voit pas, mais que je commence à avoir de plus en plus de mal à cacher, c'est à quel point tout cela m'épuise et à quel point j'ai atteint mes limites...
Détectée HQI à 7 ans, diagnostiquée aspie le 07/07/2015.

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4810
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Personne Asperger et image sociale

#7 Message par Manichéenne » mercredi 11 mai 2016 à 10:12

Un "détail" aussi : on peut avoir l'impression de s'en sortir plutôt bien, et se tromper complètement. Difficile de se juger soi-même, et il y a un code social qui empêche les gens de dire systématiquement à quel point on est bizarre/en décalage/dans son coin/autre.
Donc, mieux vaut éviter de se dire qu'on est totalement parfait dans notre rôle de caméléon si on n'a pas eu une discussion franche avec une personne honnête ayant pu nous observer dans des situations sociales.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Ametrine
Occasionnel
Messages : 21
Enregistré le : jeudi 5 mai 2016 à 21:20

Re: Personne Asperger et image sociale

#8 Message par Ametrine » jeudi 19 mai 2016 à 13:09

Merci à tous de vos reponses.
Je suis d'accord sur le fait qu'on peut aussi se tromper sur ce qu'on pense de l'idée des autres.
J'ai eu rdv avec la psy spécialisée cette semaine, pour elle le SA ne fait aucun doute. Je lui ai donc parlé de ce thème là. Pour elle, le fait qu'on puisse être plus ou moins à l'aise en société depend d'une part de notre personnalité (plutôt extravertie ou introvertie) et d'autre part, de notre capacité à memoriser et intellectualiser les situations sociales pour les restituer. Par exemple, je sais que ca ne se fait pas de ne parler que de soi lors d'une conversation et qu'il ne faut pas monopoliser la parole donc je fais en conséquence, quitte à être frustrée. J'ai integré les codes et je les applique, même si c'est difficile.
Je réalise petit à petit que certaines situations que je pensais communes à tous ne le sont pas et qu'elles découlent du SA.
C'est un soulagement que de pouvoir donner une explication à ce qui me gache la vie depuis tant d'années...
Amétrine, 34 ans, maman d'un petit garçon Asperger de 8 ans et d'une petite fille de 6 ans.
Je suis non diagnostiquée mais suspicion d'Asperger, suivie par une psychologue spécialisée dans l'autisme.

Avatar du membre
Cjay
Fidèle
Messages : 103
Enregistré le : lundi 26 février 2018 à 20:46

Re: Personne Asperger et image sociale

#9 Message par Cjay » lundi 30 avril 2018 à 23:12

Ametrine a écrit :Merci à tous de vos reponses.
Je suis d'accord sur le fait qu'on peut aussi se tromper sur ce qu'on pense de l'idée des autres.
J'ai eu rdv avec la psy spécialisée cette semaine, pour elle le SA ne fait aucun doute. Je lui ai donc parlé de ce thème là. Pour elle, le fait qu'on puisse être plus ou moins à l'aise en société depend d'une part de notre personnalité (plutôt extravertie ou introvertie) et d'autre part, de notre capacité à memoriser et intellectualiser les situations sociales pour les restituer. Par exemple, je sais que ca ne se fait pas de ne parler que de soi lors d'une conversation et qu'il ne faut pas monopoliser la parole donc je fais en conséquence, quitte à être frustrée. J'ai integré les codes et je les applique, même si c'est difficile.
Je réalise petit à petit que certaines situations que je pensais communes à tous ne le sont pas et qu'elles découlent du SA.
C'est un soulagement que de pouvoir donner une explication à ce qui me gache la vie depuis tant d'années...
Je suis un peu dans ta situation. Je m'efforce toujours d'être agréable en société, d'être rigolo. Faire rire les autres est une énorme source d'euphorie pour moi mais les personnes notamment mes collègues comprennent moins lorsque je suis très fatigué et donc presque muet.
De la même manière que toi, ma psy m'a dit que ma personnalité expensive me permettait de faire le clown en société et que le fait que je sois HP m'a permis de mieux intégrer les codes sociaux. Mais j'ai toujours un peu de mal à parler de la pluie et du beau temps.
En Psychologie spécialisée TSA: ADI-R passé, et diagnostic TSA posé selon DSM + comorbidités.
Il me reste à confirmer ce diagnostic auprès d'un psychiatre (CRA? Libéral, à voir)...

Avatar du membre
Meddio
Passionné
Messages : 418
Enregistré le : jeudi 29 mars 2018 à 7:16
Localisation : PACA

Re: Personne Asperger et image sociale

#10 Message par Meddio » mardi 1 mai 2018 à 5:04

Plus jeune, devant ma nonchalance physique et mentale (en terme de vêtements, de façon de se tenir, de mollesse, de manque de dynamisme, de lenteur de parole, d'absence de conversation) on m'a répété que l'apparence était très importante, surtout la première image donnée.

Je m'étais donc décidé, entrant dans l'âge adulte, pour ne pas être en marge, et pour partir sur de bonnes bases, de tout miser sur cette première impression, sachant que de toute façon, je ne pourrais pas tenir dans la durée.

Je m'étais dit : si on m'associe d'emblée à quelqu'un de "cool", j'aurais beaucoup moins d'efforts à faire par la suite.

Un peu comme avec une classe : on met une heure de colle dès le premier cours, ce qui permet d'être associé à quelqu'un de dur et de sévère, et d'avoir un contrôle relatif tout le reste de l'année - précieux conseil donné par un collègue et qui s'est vérifié. Mais les rapports sociaux sont bien plus simple avec une classe.


(Au collège, élève, j'avais d'ailleurs fait le triste constat que rien ne fonctionnait pour les bonnes raisons, que rien ne reposait sur du concret, mais sur du superficiel (la plupart des "racailles" ne faisait qu'aboyer et ne mordait jamais, dire une chose était plus important que le faire, les gens considérés comme beaux, étaient en fait les mieux habillés/maquillés, avec des marques, etc.). j'étais persuadé que pour dire quelque chose, il fallait être légitime. Ex : pour moi, les pseudo-racailles qui parlaient mal et intimidaient les autres, ça allait de soi, étaient de spécialistes de bagarre ou d'arts martiaux car sinon, elle ne se permettraient pas d'agir comme tel - bien sûr il n'en était rien.

C'est à partir de la fin du collège que j'avais adhéré à la devise du théâtre du globe (de Shakespeare) : Totus Mondus Agit Histrionem = tout le monde se conduit comme un acteur.)


Du coup, entrant dans l'âge adulte, j'avais voulu avoir les meilleurs habits possibles (type costume, car pour moi, c'était ça, bien s'habiller), parler vite, fort, me tenir bien droit, avoir l'air sûr de tout, etc. en étant persuadé d'être accepté par tous. Seulement, je pense que j'en ai trop fait ou que j'ai été maladroit car ça a été le résultat inverse. De plus, il n'a pas fallu longtemps pour que mon impulsivité mal contrôlée reprenne le dessus : à la première situation déstabilisante, je me mets à parler avec un nœud dans la gorge, de façon saccadée, sans trouver mes mots* ... Un fiasco.

Pour avoir longtemps cherché à jouer des rôles avec plus ou moins de succès, je pense pour mon cas, maintenant que je sais que ce n'est pas de ma faute et que je n'ai pas à systématiquement essayer d'imiter, que le mieux, pour être accepté/pas rejeté, est de ne rien dire/faire et de ne "compenser" (je ne sais pas si on peut parler de compensation dans ce cas) qu'en ce qui concerne la politesse et la bienséance là où on s'en rend compte et où on peut se maîtriser.

Pour conclure, d'après moi :
- Il est possible d'avoir une bonne image sociale en jouant un rôle mais ça ne tient pas dans la durée
- On** peut de plus se tromper sans s'en rendre compte et ça aura tout l'effet inverse
- Le mieux est de ne pas essayer car on n'a pas à le faire, ce n'est quand même pas de notre faute si certains sont trop fermés pour ne pas nous accepter à moins qu'on mette un costume qui ne nous va pas de toute façon
- Il faut quand même veiller, dans la mesure du possible, à respecter au maximum les règles sociales qu'on peut comprendre/appliquer car la communauté repose là-dessus
** Le nous/on est un nous/on général qui n'engage que moi mais permet d'impliquer qui voudra s'y reconnaître



*Sans parler de ma façon d'être "trop protocolaire" quant aux règles (dixit supérieur hiérarchique), de "ne pas vouloir m'intégrer" car je ne mangeais pas avec les autres (ça, ça avait été la blague de l'année, chez les geeks, on dirait What the fuck ? mais grâce à d'autres témoignages, j'ai vu que ce genre de reproches étaient courants dans le monde du travail, même à quelqu'un de consciencieux et qui travaille bien), d'être "impoli" (car je demandais l'âge des gens), "agaçant" pour poser plein de questions afin d'être sûr à l'avance de bien pouvoir faire les choses, etc. qu'on ne s'est pas gêné de me faire remarquer (même si parfois, peut-être avec bienveillance) - et je ne parle même pas des soi-disant "manques de respect" pour la hiérarchie, car apparemment, il vaut mieux dire tout dans le dos pour discréditer quelqu'un de façon vicieuse et improductive, que de lui dire en face afin de régler les problèmes. Je m'arrête car je transforme mon message en "coup de gueule"
Diagnostiqué SA et HPI

Avatar du membre
Mélimélo5
Fidèle
Messages : 198
Enregistré le : vendredi 27 avril 2018 à 19:58

Re: Personne Asperger et image sociale

#11 Message par Mélimélo5 » mardi 1 mai 2018 à 12:34

Je compte aller voir un psy pour lui parler de mes problèmes relationnels. Enfin un psychiatre car la consultation est remboursée, mais il faut passer par le médecin. .ca me démotive.

Autant à mon ancien boulot je passais pour la fille sympa, agréable, non conflictuelle, sociable.
Autant à mon nouveau boulot ça accroche avec certaines, je suis à fleur de peau, je prends tout mal. Une catastrophe. J'essaie de prendre sur moi mais si ça continue je vais changer de boîte.

Tout dépend du contexte, dans certaines je vais me sentir compétente et utile, j'aurai envie de m'investir dans mon boulot, de favoriser la bonne ambiance, de faire fonctionner le groupe.
Autant quand je ne me sens pas à ma place, je pense que j'ai inconsciemment envie que les choses ne marchent pas, que les dysfonctionnements et la mauvaise ambiance ( qui étaient déjà là ) restent.
Quelque part je veux pas me donner la peine de les faire avancer si ils ne me plaisent pas et ne m'inspirent pas confiance. Je suis juste en mode repli sur moi pour me protéger. Je le vis mal.

Je précise je suis manager.
Personnalité complexe sans savoir l'origine? Asperger ou personnalité indigo suspectés.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2105
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Personne Asperger et image sociale

#12 Message par olivierfh » mardi 1 mai 2018 à 13:33

Mélimélo5 a écrit :un psychiatre car la consultation est remboursée, mais il faut passer par le médecin
Pas sûr, à confirmer.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Fift
Passionné
Messages : 413
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Personne Asperger et image sociale

#13 Message par Fift » mercredi 9 mai 2018 à 14:02

Consultation remboursée pour moi, et pour mes enfants également, sans passer par la case "généraliste" avant :wink: .
HPI en questionnement aspie / non aspie ? Diag en cours.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

Avatar du membre
minicil
Fidèle
Messages : 116
Enregistré le : mardi 3 avril 2018 à 17:10

Re: Personne Asperger et image sociale

#14 Message par minicil » jeudi 10 mai 2018 à 10:01

Bonjour Ametrine,

Je me reconnais à 100% dans ce que dit Manichéenne.

Je me permets de partager un lien en français vers la traduction (avec fautes d'orthographe...) d'une étude sur le camouflage comme une stratégie de compensation.
https://femmesautistesfrancophones.com/ ... utistique/
Cette étude a été citée dans une discussion par Olivierfh le 30.01.18 (entre autres).

Le camouflage, que je comprends comme hyper-adaptation ou imitation, est quelque chose que j'ai très fortement pratiqué par peur voire terreur de la solitude, je dirais même par survie car je n'ai pas grandi dans un foyer sécurisant qui m'aurait peut-être permis d'assumer un peu mieux ma spécificité (c'est une hypothèse que je dois encore examiner).
Le prix que j'ai payé est, en autres :
- l'épuisement (burnout à 34 ans),
- l'étrangeté à moi-même,
- un fond dépressif,
- des troubles alimentaires pour compenser ces compensations.
Diagnostiquée Asperger en Janvier 2016 à 35 ans

Avatar du membre
Grisha
Adepte
Messages : 222
Enregistré le : lundi 13 août 2018 à 19:10
Localisation : Lyon

Re: Personne Asperger et image sociale

#15 Message par Grisha » mercredi 5 septembre 2018 à 22:19

Je ne suis pas diagnostiquée mais c’est mon cas : j’ai l’air très à l’aise, avec des tonnes de blagues et de sourires. Un côté dingue, hyperactif qui est souvent remarqué. J’aime rire et j’aime faire rire, c’est mon masque social depuis le collège et il est très efficace. Étant très volubile et dynamique et ayant, je crois, de grandes capacités dans l’intellectualisation des situations sociales, je me débrouille très bien avec les gens que je connais et par lesquels je me sais appréciée, respectée. Mais comme Ametrine, je préfère être seule ; et je ne suis pas à l’aise avec n’importe qui. J’ai besoin de tout contrôler pour me sentir bien. Sinon : tachycardies, sueur, mains qui tremblent, visage rouge. Mon anxiété sociale ressurgit généralement dans les situations où je suis censée avoir une attitude normale, sobre. Or, sans mon exubérance habituelle, j’ai du mal à assurer. :?
Pas de diagnostic, en questionnement sur : autisme Asperger, anxiété sociale, douance.
25 mars : rendez-vous avec une psychologue spécialisée pour un premier entretien.

Répondre