besoin de compagnie

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
alexis
Adepte
Messages : 268
Enregistré le : lundi 21 janvier 2008 à 19:17
Localisation : Lille

besoin de compagnie

#1 Message par alexis » jeudi 9 avril 2009 à 0:27

Je suis d'une famille de 4 enfants, même si j'ai eu un comportement solitaire pendant toute mon enfance, j'ai quand même eu l'habitude de vivre en permanence avec des gens autour de moi.

Il y a 4 ans, quand je suis devenu autonome avec mon propre appartement, j'ai apprécié pendant un temps le calme et la possibilité de faire ce que je veux sans avoir de compte à rendre.

Mes problèmes de retard au travail, sans doute de manque de motivation sont apparus il y a 2 ans. A l'époque je travaillais dans un endroit agréable où les collègues semblaient unis comme une bande de copains. Ils parlaient couples, enfants, amis, loisirs etc.

De toutes mes réflexions pour essayer de comprendre qui je suis, je reviens toujours au même constat : avoir besoin d'une vie sociale et en même temps avoir peur des gens.

Depuis 6 mois, je suis revenu chez les parents. Quand ils sont là, j'apprécie leur compagnie, je me sens un peu mieux. Le bug, c'est qu'en même temps, il y a dans leur manière d'être quelques chose qui me stresse de manière inconsciente. Au fil des mois, j'ai récupéré la plupart des tocs et manies que j'avais perdu du jour au lendemain en les quittant il y a 4 ans.

Je fréquente depuis un an et demi un groupe d'entraide pour des personnes surdouées. J'ai eu l'occasion de rencontrer des gens avec des parcours, des comportements et des difficultées assez divers. Je me suis rendu compte qu'il y avait certaines personnes qui du simple fait d'être assis à côté de moi, me faisaient perdre tout mes moyens. Et que d'autres au contraire me libéraient, comme ça sans rien faire.

J'aime beaucoup mes parents, mais je me rends compte qu'ils font parti du groupe de gens qui me stresse. Ils n'ont rien à se repprocher, ils sont juste eux-même, hors normes eux aussi.

J'ai eu une amie le printemps dernier. On s'est senti bien ensemble pendant une journée. Puis on s'est enfoncé mutuellement pendant les 3 mois qui ont suivi sans comprendre ce qui n'allait pas. Ce que je retiens de cet échec aujourd'hui, c'est que moi aussi sans m'en rendre compte, je peux faire parti du groupe de gens qui me stressent si je devais me rencontrer.

Depuis 6 mois ça va mieux au travail, à la fois grâce au soutien des parents à la maison, mais aussi pour beaucoup aux efforts que j'ai réussi à faire pour me socialiser, être agréable avec les autres (principalement une bonne connaissance de soi et de la bonne volonté). Mon contrat se termine à la fin du mois, et les collègues font pression auprès du patron pour qu'il me garde. Dans leur manière de me parler, je crois qu'ils me percoivent comme une présence agréable. Dans mes précédents emplois, j'ai eu beaucoup de problèmes car j'étais perçu négativement.

Tout ça pour dire qu'aujourd'hui, j'ai envie et je me sens prêt pour franchir une étape de plus dans ma socialisation.

Une fois changé d'employeur, je vais reprendre un appartement. D'un côté je vais retrouver un peu d'intimité, mais en même temps j'ai peur de re-déprimer parce que tout seul. Je me pose la question de la collocation. Ca pourrait me permettre d'être en compagnie de gens assez rapidement et sans formalité.

Vivre en couple me semble encore inaccessible, car je manque encore de stabilité pour construire une relation dans la durée et aussi parce que j'en suis encore à faire fuir les filles qui recherchent toutes le prince charmant idéal.

Est-ce que des aspergers ont déjà essayé la collocation (entre eux ou avec des NT) ? Quelles difficultées ont ils rencontré ? Sur quels points faut-il être vigilant ? Quels règles faut-il mettre en place dès le départ pour éviter les bugs ?

Ca me tente, mais j'hésite parce que je reste toujours aussi anxieux par rapport au comportement à tenir avec les gens. Je ne veux pas me résigner à la seule compagnie des chats (même si j'aime bien et que j'en ai eu plein ado).

De mon côté, je n'ai que Grey's Anatomie et des souvenirs lointains de quelques épisodes de Friends comme référence, mais je ne suis pas sûr que ça reflète la réalité.

laura
Passionné
Messages : 332
Enregistré le : mercredi 28 janvier 2009 à 5:53
Localisation : Paris
Contact :

#2 Message par laura » jeudi 9 avril 2009 à 2:40

Je vis en colocation avec mon amoureux depuis 2 ans et ça se passe bien. C'est une histoire de confiance mutuelle et de respect, rien de plus, pas besoin d'être "sociable", juste être vivable suffit en général.

En fait depuis près d'un an je cherche à louer un appartement en dehors de Paris (genre par exemple à Lille :wink: ) et la question de la collocation je me la suis posée des centaines de fois, et à chaque fois la réponse était oui. Oui parce que c'est une expérience intéressante, saine et constructive, je trouve.

Moi aussi il y a très peu de personnes qui parviennent à me supporter sur le long terme et c'est toujours des gens hors normes :) On est peut être fait pour s'entendre qui sait ?:wink:

à l'époque où je bossai à plein temps je me sentai terriblement seule le week end et le soir, et c'était vachement dur à supporter et pourtant comme toi j'ai vraiment du mal à supporter pas mal de gens.

À une époque j'aurai voulu aller à une rencontre de gens surdoués, genre mensa... mais ça ne c'est pas (encore) concrétisé.
"Sans la liberté de lier, il n’est point d’internet."

Répondre