[Asperger et travail] Le handicap de la fatigabilité

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26614
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Asperger et travail] Le handicap de la fatigabilité

#16 Message par freeshost » jeudi 12 septembre 2019 à 0:08

Pour ma part, j'ai très peu travaillé en entreprise. :mrgreen:

Et je ne cherche pas à y travailler. :lol:

Mes cours d'appui privés à domicile me conviennent très bien : peu de bruit, élèves motivés (pas comme à l'école), une certaine liberté quant aux supports de cours et d'exercices, prix convenus. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Space
Habitué
Messages : 82
Enregistré le : samedi 26 janvier 2019 à 10:54

Re: [Asperger et travail] Le handicap de la fatigabilité

#17 Message par Space » samedi 14 septembre 2019 à 0:09

LoonyKata a écrit :
jeudi 5 septembre 2019 à 12:19
[...] il m'est très difficile de trouver un emploi, car sans surprise, mon Master 2 et mon joli CV ne changent rien [...].

Je m'explique. [...] j'ai bien sûr des difficultés au niveau de la communication et des interactions sociales. Or [...], j'ai appris à compenser et camoufler une grosse partie de ces différences. Je [...] loupe [...] certaines blagues, il faut que les consignes soient très précises [...] mais j'ai beaucoup étudié sur la communication humaine et je commence à savoir ce qu'il faut dire ou ne pas dire dans les situations du quotidien... [...] Je sais même plutôt bien me vendre en entretien. [...]

Mon principal problème - et ce qui m'empêche de travailler normalement - c'est mon immense fatigabilité. Je suis hypersensible et je me vide de mon énergie à me sur-adapter tout le temps. Je ne peux pas travailler dans un openspace (à cause du bruit, des gens qui passent autour, de la lumière, etc.) [...]. Il me faut impérativement un bureau isolé sur place et ou du télétravail [...].
Je suis titulaire de deux bac+2, un bac+5 et plusieurs formations. Beaucoup de métiers me sont accessibles techniquement mais je ne peux pas les exercer parce que je suis clairement inadaptée pour tout le reste : communication, interactions sociales et environnement de travail. De plus, mes approches et méthodes singulières dérangent souvent ma hiérarchie que je remets involontairement en cause et mes collègues.

Tout comme toi j’excelle aux entretiens d'embauches (ma mère m'ayant brillamment briefé pour cela) et je suis appréciée pour mon assurance mais une fois en poste c'est une autre histoire. Au bout de quelques semaines je m'épuise et tout se complique. Cela commence par les salutations : quand et comment ? Faire la bise : mon Dieu non s'il vous plait ! Puis il faut prendre sur soi encore et passer outre les mensonges, les mesquineries, les rumeurs, les critiques, les pauses café à rallonge, les réunionites : ce monde que je ne comprends pas et qui m'agace. Je ne peux pas non plus travailler en openspace : tous ces bruits, toutes ces discussions, toutes ces lumières, toutes ces sonneries, toutes ces odeurs.

LoonyKata a écrit :
jeudi 5 septembre 2019 à 12:19
Je ne serais jamais virée de mon poste pour avoir mal parlé à quelqu'un, par exemple.
Moi si et parce que je suis trop "dans ma bulle"...
06/2019 : suspicion Asperger (psychologue)
05/2019 : sur liste d'attente du CRA de ma région
12/2016 : diagnostiquée HQI

Avatar du membre
LoonyKata
Occasionnel
Messages : 19
Enregistré le : vendredi 30 décembre 2016 à 0:30

Re: [Asperger et travail] Le handicap de la fatigabilité

#18 Message par LoonyKata » samedi 14 septembre 2019 à 11:27

Space a écrit :
samedi 14 septembre 2019 à 0:09
Moi si et parce que je suis trop "dans ma bulle"...
Haha, on me virerais pour ça aussi :) (En tout cas c'est en grande partie pour ça qu'on n'a pas prolongé mon CDD ni embauchée après mon stage...) Je voulais parler du problème de la franchise, qui empêche beaucoup d'aspies de garder leur travail : comme plus jeune j'ai eu énormément de problèmes en disant tout haut ce que tout le monde pensait tout bas, j'ai appris à me montrer plus diplomate. Mais ce n'est finalement pas si utile, dans la mesure où malgré cet effort le résultat est le même : on me trouve bizarre, trop timide, trop comme ci, pas assez comme ça...

Plus ça va, et plus j'ai l'impression que les aspies qui peuvent bosser ne sont heureux qu'en bossant à leur compte. A moins de trouver une entreprise exceptionnelle dans sa politique, mais c'est super difficile voire impossible selon là où on vit. En tout cas pratiquement tous ceux qui me disent être heureux au boulot sont auto-entrepreneurs, artistes, etc. (Et ici ça a l'air d'être globalement le cas aussi.)
- Septembre 2015 : Bilan psychologique révélant un haut potentiel intellectuel
- Mai 2018 : Diagnostic de TSA du type syndrome d'Asperger en clinique libérale (probablement avec dyspraxie)

Répondre