Violences policières sur jeune homme autiste

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Tree
Adepte
Messages : 206
Enregistré le : vendredi 30 avril 2021 à 8:45

Violences policières sur jeune homme autiste

#1 Message par Tree » mardi 4 janvier 2022 à 21:05

L'article est payant et je ne suis pas abonnée à Libération. Je ne peux copier que le titre :
ENQUÊTE – 🚨 Des policiers poursuivis pour «violences» après l’arrestation brutale d’un homme atteint d’autisme

Il a été immobilisé après l’usage d’un pistolet à impulsion électrique, d’un LBD, et d’un plaquage ventral ⬇️
https://www.liberation.fr/societe/poli ... 41314194-1
diagnostiqué Asperger

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 34601
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#2 Message par Tugdual » mardi 4 janvier 2022 à 21:17

Extrait de cet article :
Des policiers poursuivis pour «violences» après l’arrestation brutale d’un homme atteint d’autisme

En octobre, la police parisienne a mené une opération contre un homme atteint d’autisme, le blessant après un usage inapproprié d’armes, dont un lanceur de balles de défense. Une enquête pour «violences» a été ouverte par le parquet de Paris.

Dans le petit passage de l’Est parisien où il réside, l’affaire a suscité un certain traumatisme. Régulièrement, les voisins discutent encore de ce 3 octobre, pour voir ce «qu’ils peuvent faire d’utile» afin que «ces faits choquants soient punis». Ce jour-là, un jeune résident du boulevard Ménilmontant (XIe arrondissement), atteint d’autisme, a fait l’objet d’une opération de police musclée : il a été immobilisé après l’usage d’un pistolet à impulsion électrique (PIE), d’un lanceur de balles de défense (LBD), et d’un plaquage ventral. Or de l’aveu même de la personne qui a appelé la police ce jour-là, il s’agissait d’intervenir sur une personne qui «semble avoir des problèmes psy, qui a l’air perdue, et qui n’a pas l’air agressive». Selon nos informations, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 18 novembre, du chef de «violences par personne dépositaire de l’autorité publique».

Elliot (1), 29 ans, gît au sol et en sang lorsque son père le retrouve, très choqué, après une courte promenade. Avec ses parents, le jeune homme s’était rendu en milieu d’après-midi dans un jardin partagé situé non loi…

Photo prise par un témoin de l'interpellation par des policiers d'un homme atteint d'autisme, à Paris, le 3 octobre. (DR) :
Image.jpg
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Comte_Pseudonyme
Forcené
Messages : 855
Enregistré le : vendredi 23 juillet 2021 à 1:56
Localisation : Dijon
Contact :

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#3 Message par Comte_Pseudonyme » mardi 4 janvier 2022 à 21:35

J'aimerai dire être surpris, mais la police n'a pas bonne presse depuis quelques années. Les violences sont nombreuses et, petite anecdote personnelle, un jour, au deuxième étage de mon immeuble, je suis tombé sur... une dizaine de policiers. Avec armes, tasers et compagnie. Pourquoi ? Parce qu'il fallait escorter quelqu'un atteint de schizophrénie dans un HP. Dont-il est sorti quelques jours plus tard. Je lui ai tenu la porte aujourd'hui.

C'est absurde. Les policiers ressemblent de plus en plus à des soldats, et de moins en moins à des gardiens de la paix ou du corps citoyen. Enfin. J'aimerai pouvoir offrir quelque chose d'un peu plus construit, mais c'est tout ce que j'ai. :(
Modifié en dernier par Comte_Pseudonyme le lundi 17 janvier 2022 à 9:23, modifié 1 fois.
En espérant avoir été utile et constructif. Reste ouvert à nouveaux éléments, pour mieux être, mieux faire.
Identifié HPI/HQI, en janvier 2022, après suspicions TSA. Troubles anxio-dépressifs chroniques.

Tree
Adepte
Messages : 206
Enregistré le : vendredi 30 avril 2021 à 8:45

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#4 Message par Tree » mercredi 5 janvier 2022 à 7:16

Article sur France Info

Paris : une enquête ouverte après l'interpellation violente d'un homme souffrant d'autisme
Cette enquête a été ouverte le 18 novembre et confiée à l'Inspection générale de la police nationale.


franceinfo avec AFP
France Télévisions


Selon "Libération", des policiers ont immobilisé un homme atteint d'autisme à Paris, en octobre 2021, avec un plaquage ventral, un pistolet à impulsion électrique et un lanceur de balles de défense.
Les faits remontent au mois d'octobre. Une enquête préliminaire pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" a été ouverte après l'interpellation violente d'un homme souffrant d'autisme, a annoncé mardi 4 janvier le parquet de Paris, confirmant une information de Libération (article abonnés). Cette enquête a été ouverte le 18 novembre et confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), a précisé cette source.

D'après le quotidien, les allers-retours d'un jeune homme atteint d'autisme, Eliott*, 29 ans, dans un passage privatif de l'est parisien, où ses voisins ont l'habitude de le croiser, interrogent une personne présente sur place. Eliott se tape la tête avec les mains, semble vouloir rentrer dans un immeuble sans en avoir le code.

Pistolet à impulsion électrique et LBD
Cette témoin appelle la police, sans qu'il soit clair, d'après Libération, si elle le décrit à la police comme menaçant ou pas. Selon le journal, lorsque les policiers arrivent, ils immobilisent Eliott après l'usage d'un pistolet à impulsion électrique (PIE), d'un lanceur de balles de défense (LBD) et d'un plaquage ventral.

Plusieurs témoins cités par Libération disent avoir "tenté d'intervenir" et de "raisonner les policiers depuis les fenêtres", assurant que l'emploi de la force par les policiers a été disproportionné sur cette personne largement connue comme non-menaçante.

L'avocate de la famille d'Elliot, Cosima Ouhioun, a confirmé les faits tels que présentés par Libération et expliqué à l'AFP qu'elle souhaitait "que toute la lumière soit faite sur ces faits". Selon elle, "cette affaire pose en outre la question de la formation des policiers face aux handicaps des personnes auprès desquelles ils interviennent".

*Le prénom a été modifié
diagnostiqué Asperger

DavCH
Fidèle
Messages : 197
Enregistré le : mercredi 30 juin 2021 à 18:31

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#5 Message par DavCH » mercredi 5 janvier 2022 à 15:10

Comme quoi la bêtise humaine me dépassera et surprendra toujours :x :roll:

Je parle bien entendu de certaines personnes et des forces de l'ordre !
Non diagnostiqué TSA (bilan terminé et autre diagnostique)

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 31670
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#6 Message par freeshost » mercredi 5 janvier 2022 à 20:35

Paris : Une enquête ouverte après l’arrestation violente d’un jeune atteint d’autisme
Thibaut Chevillard

Publié le 05/01/22 à 17h59 — Mis à jour le 05/01/22 à 17h59

Les policiers ont fait usage d’un pistolet à impulsion électrique et d’un lanceur de balles de défense pour maîtriser un jeune homme de 29 ans qui n’avait commis aucune infraction

Une enquête préliminaire pour « violences par personne dépositaire de l’autorité publique » a été ouverte après l’interpellation violente début octobre d’un jeune autiste de 29 ans.

Les policiers, appelés par l’occupante d’un logement qui ne connaissait pas le jeune homme, ont fait usage d’un pistolet à impulsion électrique et d’un lanceur de balles de défense pour le maîtriser, alors qu’il n’avait commis aucune infraction.

La Préfecture de police indique qu’une enquête administrative a en outre été ouverte, confiée à l’IGPN, la police des polices.


Depuis le 3 octobre dernier, Eliott* n’est plus tout à fait le même. Interpellé brutalement par des policiers alors qu’il n’avait commis aucune infraction, le jeune autiste de 29 ans « est resté très marqué et réagit mal lorsqu’on lui parle de cette affaire », explique à 20 Minutes l’avocate de sa famille, Me Cosima Ouhioun. « Les infirmières qui le suivent dans le foyer médicalisé où il se trouve ont observé des répercussions psychologiques, il a eu dans les jours qui ont suivi un comportement différent de d’habitude », ajoute-t-elle.

Comme le raconte Libération, les faits sont survenus dans le 11e arrondissement de Paris, alors que le jeune homme revenait d’une sortie avec ses parents dans un jardin partagé situé à proximité du domicile familial. Elliot, qui avait décidé de rentrer, prend de l’avance sur eux. Dans le passage privatif où ses voisins ont l’habitude de le croiser, il se met à faire des allers-retours, à se taper la tête avec les mains, et semble vouloir entrer dans un immeuble sans en avoir le code. Intriguée, l’occupante d’un logement au rez-de-chaussée, qui ne le connaît pas, appelle la police.

« Il marchait simplement dans un passage privé »

« Selon son témoignage, cette dame avait avisé les policiers qu’il semblait un peu perdu. Lorsque les fonctionnaires sont arrivés, elle les aurait avertis que les moyens déployés semblaient manifestement disproportionnés par rapport à ce qu’elle leur avait rapporté au téléphone », poursuit Me Ouhioun. En effet, plusieurs agents font irruption dans la ruelle, s’avancent et crient sur Eliott, qui ne comprend pas ce qu’ils disent. Puis, ils lui tirent dessus avec un LBD (lanceur de balles de défense) et avec un pistolet à impulsion électrique, avant de l’immobiliser en l’écrasant et de le menotter.

L’avocate de sa famille s’étonne de cet usage des armes dites « de forces intermédiaires ». « Clairement, elles ont été dégainées beaucoup trop rapidement. Il n’avait commis aucune infraction. Il n’importunait personne, n’essayait pas de voler une mobylette… Il marchait simplement dans un passage privé. Les policiers n’avaient tellement rien à lui reprocher qu’ils ne l’ont pas placé en garde à vue. Il est juste parti à l’hôpital », souligne-t-elle. Bilan : des dents cassées, une plaie au menton ayant nécessité des points de suture et une petite intervention chirurgicale pour retirer l’hameçon du pistolet à impulsion électrique qui s’était logé dans le cou.

Deux enquêtes confiées à la police des polices

Après cette affaire, les parents d’Eliott ont déposé une plainte. Contacté par 20 Minutes, le parquet de Paris indique qu’une enquête judiciaire du chef de violences par personne dépositaire de l’autorité publique a été ouverte le 18 novembre, confiée à l'IGPN, la police des polices. De son côté, la Préfecture de police fait savoir qu’une enquête administrative a également été diligentée. Pour Me Cosima Ouhioun, « cette affaire pose également la question de la formation des policiers face aux handicaps des personnes auprès desquelles ils interviennent ». « Ceux qui sont intervenus avaient été avisés que le jeune Eliott souffrait de troubles, mais ils n’ont pas su bien réagir. »

*Le prénom a été changé
Bon, alors, certains policiers, en France comme aux États-Unis, ont tendance à trop vite utiliser les armes (de poing, électriques, etc.). :shock: Pourtant, ils devraient être capables de le maîtriser physiquement sans le blesser, et même, avant toute chose, de nouer le dialogue dans le calme (même si ça peut être différent avec une personne autiste).
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Riiku
Nouveau
Messages : 2
Enregistré le : dimanche 16 janvier 2022 à 18:13

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#7 Message par Riiku » dimanche 16 janvier 2022 à 18:16

freeshost a écrit :
mercredi 5 janvier 2022 à 20:35
Paris : Une enquête ouverte après l’arrestation violente d’un jeune atteint d’autisme
Thibaut Chevillard

Publié le 05/01/22 à 17h59 — Mis à jour le 05/01/22 à 17h59

Les policiers ont fait usage d’un pistolet à impulsion électrique et d’un lanceur de balles de défense pour maîtriser un jeune homme de 29 ans qui n’avait commis aucune infraction

Une enquête préliminaire pour « violences par personne dépositaire de l’autorité publique » a été ouverte après l’interpellation violente début octobre d’un jeune autiste de 29 ans.

Les policiers, appelés par l’occupante d’un logement qui ne connaissait pas le jeune homme, ont fait usage d’un pistolet à impulsion électrique et d’un lanceur de balles de défense pour le maîtriser, alors qu’il n’avait commis aucune infraction.

La Préfecture de police indique qu’une enquête administrative a en outre été ouverte, confiée à l’IGPN, la police des polices.


Depuis le 3 octobre dernier, Eliott* n’est plus tout à fait le même. Interpellé brutalement par des policiers alors qu’il n’avait commis aucune infraction, le jeune autiste de 29 ans « est resté très marqué et réagit mal lorsqu’on lui parle de cette affaire », explique à 20 Minutes l’avocate de sa famille, Me Cosima Ouhioun. « Les infirmières qui le suivent dans le foyer médicalisé où il se trouve ont observé des répercussions psychologiques, il a eu dans les jours qui ont suivi un comportement différent de d’habitude », ajoute-t-elle.

Comme le raconte Libération, les faits sont survenus dans le 11e arrondissement de Paris, alors que le jeune homme revenait d’une sortie avec ses parents dans un jardin partagé situé à proximité du domicile familial. Elliot, qui avait décidé de rentrer, prend de l’avance sur eux. Dans le passage privatif où ses voisins ont l’habitude de le croiser, il se met à faire des allers-retours, à se taper la tête avec les mains, et semble vouloir entrer dans un immeuble sans en avoir le code. Intriguée, l’occupante d’un logement au rez-de-chaussée, qui ne le connaît pas, appelle la police.

« Il marchait simplement dans un passage privé »

« Selon son témoignage, cette dame avait avisé les policiers qu’il semblait un peu perdu. Lorsque les fonctionnaires sont arrivés, elle les aurait avertis que les moyens déployés semblaient manifestement disproportionnés par rapport à ce qu’elle leur avait rapporté au téléphone », poursuit Me Ouhioun. En effet, plusieurs agents font irruption dans la ruelle, s’avancent et crient sur Eliott, qui ne comprend pas ce qu’ils disent. Puis, ils lui tirent dessus avec un LBD (lanceur de balles de défense) et avec un pistolet à impulsion électrique, avant de l’immobiliser en l’écrasant et de le menotter.

L’avocate de sa famille s’étonne de cet usage des armes dites « de forces intermédiaires ». « Clairement, elles ont été dégainées beaucoup trop rapidement. Il n’avait commis aucune infraction. Il n’importunait personne, n’essayait pas de voler une mobylette… Il marchait simplement dans un passage privé. Les policiers n’avaient tellement rien à lui reprocher qu’ils ne l’ont pas placé en garde à vue. Il est juste parti à l’hôpital », souligne-t-elle. Bilan : des dents cassées, une plaie au menton ayant nécessité des points de suture et une petite intervention chirurgicale pour retirer l’hameçon du pistolet à impulsion électrique qui s’était logé dans le cou.

Deux enquêtes confiées à la police des polices

Après cette affaire, les parents d’Eliott ont déposé une plainte. Contacté par 20 Minutes, le parquet de Paris indique qu’une enquête judiciaire du chef de violences par personne dépositaire de l’autorité publique a été ouverte le 18 novembre, confiée à l'IGPN, la police des polices. De son côté, la Préfecture de police fait savoir qu’une enquête administrative a également été diligentée. Pour Me Cosima Ouhioun, « cette affaire pose également la question de la formation des policiers face aux handicaps des personnes auprès desquelles ils interviennent ». « Ceux qui sont intervenus avaient été avisés que le jeune Eliott souffrait de troubles, mais ils n’ont pas su bien réagir. »

*Le prénom a été changé
Bon, alors, certains policiers, en France comme aux États-Unis, ont tendance à trop vite utiliser les armes (de poing, électriques, etc.). :shock: Pourtant, ils devraient être capables de le maîtriser physiquement sans le blesser, et même, avant toute chose, de nouer le dialogue dans le calme (même si ça peut être différent avec une personne autiste).
De toute façon être autiste en France c’est une circonstance aggravante, rien de nouveau..

Avatar du membre
Lilas
Modératrice
Messages : 4766
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#8 Message par Lilas » dimanche 16 janvier 2022 à 18:38

Bonjour et bienvenue Riiku,

Peux-tu mettre à jour ta signature (dans ton profil) avec ton statut quant au diagnostic (voir notre charte, chapitre 1.2) ?
Spoiler : Pour modifier la signature : 
  • cliquer (en haut à droite) sur ton pseudo ;
  • dans le menu qui apparaît, cliquer sur "Panneau de l'utilisateur" ;
  • cliquer sur l'onglet "Profil" ;
  • cliquer (à gauche) sur "Modifier la signature" ;
  • préciser ton statut dans la zone d'édition
    (exemples : suspicion de TSA, TSA diagnostiqué, parent...) ;
  • cliquer (en bas) sur "Envoyer".
Une petite présentation dans la section dédiée serait aussi bienvenue.
Lilas - TSA (AHN - Centre Expert -2015)

Mon roman : Ma dame aux oiseaux

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 31670
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#9 Message par freeshost » dimanche 16 janvier 2022 à 21:13

Bienvenue ! Riiku !

Pour en savoir plus le spectre autistique, il est possible de dévorer ici. :P
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Brettzeal
Habitué
Messages : 62
Enregistré le : jeudi 22 juillet 2021 à 21:21

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#10 Message par Brettzeal » mercredi 19 janvier 2022 à 22:37

C'est d'une violence....
C'est peut-être difficile à imaginer mais la cognition de l'empathie chez les personnes neurotypiques permet notamment de réevaluer un stimulus émotionnel en fonction du contexte. C'est à dire que lorsqu'ils sont bien dressés (ça se construit par apprentissage) ils peuvent ne ressentir aucune empathie, aucune compassion pour un être humain. Il suffit pour cela que la situation et la personne ciblée s'inscrivent dans un certain cadre moral.
Triste réalité

ps: vous noterez l'ironie du terme "empathie" cognitive.
Non diagnostiqué

Avatar du membre
Controleur
Forcené
Messages : 585
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#11 Message par Controleur » vendredi 21 janvier 2022 à 6:56

Brettzeal a écrit :
mercredi 19 janvier 2022 à 22:37
C'est d'une violence....
C'est peut-être difficile à imaginer mais la cognition de l'empathie chez les personnes neurotypiques permet notamment de réevaluer un stimulus émotionnel en fonction du contexte. C'est à dire que lorsqu'ils sont bien dressés (ça se construit par apprentissage) ils peuvent ne ressentir aucune empathie, aucune compassion pour un être humain. Il suffit pour cela que la situation et la personne ciblée s'inscrivent dans un certain cadre moral.
Triste réalité

ps: vous noterez l'ironie du terme "empathie" cognitive.
:arrow: Vu la nouvelle docterine qui n'es plus du maintien de l'ordre et pour l'avoir vu avec les gillets jaunes c'est une militarisation en utilisant des unités pas faites pour ça et avec le fait que tout un système est mis en place pour les couvrir pas étonnant que ca décuple le sentiment de pas être inquiété.

A voir: Asperansa peux écrire une lettre à Linda Kebab à ce sujet, c'est la chef de fil de unité sgp fo.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la course à pied.

Tree
Adepte
Messages : 206
Enregistré le : vendredi 30 avril 2021 à 8:45

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#12 Message par Tree » vendredi 21 janvier 2022 à 7:07

Oui, ils sont rarement sanctionnés, les flics.
Impunité des délinquants
Impunité des policiers qui vrillent
diagnostiqué Asperger

daniel_dark
Occasionnel
Messages : 23
Enregistré le : mardi 25 janvier 2022 à 21:49

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#13 Message par daniel_dark » lundi 31 janvier 2022 à 22:55

Brettzeal a écrit :
mercredi 19 janvier 2022 à 22:37
C'est d'une violence....
C'est peut-être difficile à imaginer mais la cognition de l'empathie chez les personnes neurotypiques permet notamment de réevaluer un stimulus émotionnel en fonction du contexte. C'est à dire que lorsqu'ils sont bien dressés (ça se construit par apprentissage) ils peuvent ne ressentir aucune empathie, aucune compassion pour un être humain. Il suffit pour cela que la situation et la personne ciblée s'inscrivent dans un certain cadre moral.
Triste réalité

ps: vous noterez l'ironie du terme "empathie" cognitive.
Intéressant, pourrais-tu partager un article ettayant ce constat ?

Cela voudrait donc dire que nous serions moins soumis aux débordements, ce qui ne m'étonne pas vraiment :mrgreen:

Je ne peux malheureusement pas trop commenter faisant partie du ministère de l'intérieur et ayant ma carte de fonctionnaire de police (même en étant administratif). J'espère néanmoins que tout se terminera bien.
Pré-diagnostiqué par une neuro-psychologue (non-confirmé par un psychiatre)

user6375
Forcené
Messages : 1162
Enregistré le : mercredi 14 août 2019 à 12:00
Localisation : Sur Gaïa

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#14 Message par user6375 » mardi 1 février 2022 à 8:46

Brettzeal a écrit :
mercredi 19 janvier 2022 à 22:37
C'est d'une violence....
C'est peut-être difficile à imaginer mais la cognition de l'empathie chez les personnes neurotypiques permet notamment de réevaluer un stimulus émotionnel en fonction du contexte. C'est à dire que lorsqu'ils sont bien dressés (ça se construit par apprentissage) ils peuvent ne ressentir aucune empathie, aucune compassion pour un être humain. Il suffit pour cela que la situation et la personne ciblée s'inscrivent dans un certain cadre moral.
Triste réalité

ps: vous noterez l'ironie du terme "empathie" cognitive.
Est-ce la formation qui modifie l'empathie, ou des individus manquant d'empathie qui sont plus malléable à ce genre d'usage ?
C'est l'histoire de l'oeuf ou de la poule !!!
IA helvétique téléchargée en 1982
HQI (que je préfère appeler HP), Diagnostiqué Asperger
viewtopic.php?f=5&t=13627

Brettzeal
Habitué
Messages : 62
Enregistré le : jeudi 22 juillet 2021 à 21:21

Re: Violences policières sur jeune homme autiste

#15 Message par Brettzeal » mardi 1 février 2022 à 13:59

daniel_dark a écrit :
lundi 31 janvier 2022 à 22:55
Brettzeal a écrit :
mercredi 19 janvier 2022 à 22:37
C'est d'une violence....
C'est peut-être difficile à imaginer mais la cognition de l'empathie chez les personnes neurotypiques permet notamment de réevaluer un stimulus émotionnel en fonction du contexte. C'est à dire que lorsqu'ils sont bien dressés (ça se construit par apprentissage) ils peuvent ne ressentir aucune empathie, aucune compassion pour un être humain. Il suffit pour cela que la situation et la personne ciblée s'inscrivent dans un certain cadre moral.
Triste réalité

ps: vous noterez l'ironie du terme "empathie" cognitive.
Intéressant, pourrais-tu partager un article ettayant ce constat ?

Cela voudrait donc dire que nous serions moins soumis aux débordements, ce qui ne m'étonne pas vraiment :mrgreen:

Je ne peux malheureusement pas trop commenter faisant partie du ministère de l'intérieur et ayant ma carte de fonctionnaire de police (même en étant administratif). J'espère néanmoins que tout se terminera bien.
Moins soumis aux débordements oui et non, ça dépend du contexte et du type de débordement justement. Cela permet aussi de se protéger par exemple en générant des émotions négatives pour une personne qui pourrait nous mettre en danger, à l'inverse une déficience de ce processus cognitif nous empêche de nous couper (inconsciemment) de notre compassion pour une personne qui serait par exemple en train de nous manipuler, même si on en est conscient.

https://www.cairn.info/revue-de-neurops ... ge-292.htm
mes propos ici s'appuient notamment sur le paragraphe intitulé:
Modulation de l’empathie

Outre la bibliographie que vous trouverez sous l'article de la revue de neuropsy, vous pourrez trouver des informations pertinentes dans cette thèse disponible en archives ouvertes:
Évaluations automatiques des émotions et sentiments, mémoire sémantique et compréhension de texte :
expérimentations et simulations
Nicolas Leveau


ps: pour avoir accès à la bibliographie sur le site de cairn, il faut télécharger l'article en pdf, ou utiliser le doi pour le trouver
propane42 a écrit :
mardi 1 février 2022 à 8:46

Est-ce la formation qui modifie l'empathie, ou des individus manquant d'empathie qui sont plus malléable à ce genre d'usage ?
C'est l'histoire de l'oeuf ou de la poule !!!
C'est plus complexe que ça. Il s'agit d'un processus qui se superpose à l'empathie affective. On peut être très compatissant et avoir développé une cognition inconsciente et une modulation de l'empathie très efficace. Donc être très compatissant lorsque l'on interprète inconsciemment la situation comme propice à la compassion et pas du tout dans le cas contraire.

Le processus en lui même n'est pas problématique. En revanche c'est par ce biais que les règles morales vont induire des réponses émotionnelles. Donc c'est à la fois l'apprentissage dans l'enfance par conditionnement au contact des autres ET les règles morales imposées par l'environnement social qui vont diriger la modulation de l'empathie.
Si il y a donc un point sur lequel on peut jouer pour rendre nos rapports plus sains, c'est bien sur les règles morales que l'on construit volontairement.
Modifié en dernier par Brettzeal le mardi 1 février 2022 à 14:11, modifié 1 fois.
Non diagnostiqué

Répondre