TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Cardamome
Forcené
Messages : 1884
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#16 Message par Cardamome » mercredi 20 avril 2022 à 7:43

Spoiler : 
je n'y suis pas retournée depuis un bon moment, mais le site des papillons zébrés souffrait d'à proximatisme et de généralisations qui m'avaient un peu gênée à l'époque. C'était le début du site et de l'asso.

Ça a peut être progressé depuis en prévision et en sérieux mais ça faisait très amateur recopiage de ci de là amalgame pour tenter de regrouper HP et TSA.
Je me souviens notamment du fameux "asperger= TSA+HP" pour eux. Cela avait été rectifié mais... :?
Je n'y suis guère retournée depuis.
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
Curiouser
Modératrice
Messages : 3398
Enregistré le : mardi 3 septembre 2019 à 9:43
Localisation : Temporairement dans les cartons
Contact :

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#17 Message par Curiouser » mercredi 20 avril 2022 à 11:13

Spoiler : 
Cardamome a écrit :
mercredi 20 avril 2022 à 7:43
Spoiler : 
je n'y suis pas retournée depuis un bon moment, mais le site des papillons zébrés souffrait d'à proximatisme et de généralisations qui m'avaient un peu gênée à l'époque. C'était le début du site et de l'asso.

Ça a peut être progressé depuis en prévision et en sérieux mais ça faisait très amateur recopiage de ci de là amalgame pour tenter de regrouper HP et TSA.
Je me souviens notamment du fameux "asperger= TSA+HP" pour eux. Cela avait été rectifié mais... :?
Je n'y suis guère retournée depuis.
Sur ce point, cela a été modifié, en tout cas de ce qu'on peut en lire sur cette page.
Diagnostiquée TSA en janvier 2021. Conjoint diagnostiqué TSA en octobre 2020.

Site : Tout Sur l'Autisme (ressources et documents)

Cardamome
Forcené
Messages : 1884
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#18 Message par Cardamome » mercredi 20 avril 2022 à 15:22

Curiouser a écrit :
mercredi 20 avril 2022 à 11:13
Spoiler : 
Cardamome a écrit :
mercredi 20 avril 2022 à 7:43
Spoiler : 
je n'y suis pas retournée depuis un bon moment, mais le site des papillons zébrés souffrait d'à proximatisme et de généralisations qui m'avaient un peu gênée à l'époque. C'était le début du site et de l'asso.

Ça a peut être progressé depuis en prévision et en sérieux mais ça faisait très amateur recopiage de ci de là amalgame pour tenter de regrouper HP et TSA.
Je me souviens notamment du fameux "asperger= TSA+HP" pour eux. Cela avait été rectifié mais... :?
Je n'y suis guère retournée depuis.
Sur ce point, cela a été modifié, en tout cas de ce qu'on peut en lire sur cette page.
Spoiler : 
je leur avais envoyé un message car ça me choquait de lire ça :? :oops: en page d'accueil à l'époque et ils avaient rectifié très vite en effet.
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
Flower
Forcené
Messages : 4832
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#19 Message par Flower » vendredi 22 avril 2022 à 11:18

Je suis (a priori) les deux. Le HQI m'a probablement permis de masquer le TSA pendant assez longtemps, mais il y a un autre point à prendre en compte: c'est très difficile de prendre soi-même la mesure de ses difficultés ! Lors de la procédure de diagnostic, je me suis dit que ça allait probablement aboutir à une conclusion du genre "traits autistiques mais en-dessous du seuil de diagnostic". Finalement, il s'est avéré que pour le médecin, c'était assez évident que je sois concernée par un TSA... Et j'ai eu ce genre de retour de la part d'autres professionnels.

Le fait que tu ne te retrouves pas dans tous les traits ne veut donc pas dire grand-chose. Seul un professionnel saura faire la différence.

Concernant le test de QI, effectivement ce n'est pas recommandé pendant un épisode dépressif car la dépression entraîne une baisse des capacités intellectuelles. Même si je connais des gens qui ont eu les résultats pour le HQI malgré une dépression...
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Winona
Forcené
Messages : 802
Enregistré le : lundi 17 septembre 2018 à 0:07
Localisation : France

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#20 Message par Winona » samedi 23 avril 2022 à 21:42

*Eulalie* a écrit :
dimanche 17 avril 2022 à 22:25
Le test de QI... franchement, je n'en vois pas l'intérêt maintenant, dans le sens où ça me semble trop tard.
Cela m'a vraiment intéressée de passer le test de QI, cela m'a apporté des éléments pour mieux connaître mon mode de fonctionnement. A toi de voir.
*Eulalie* a écrit :
dimanche 17 avril 2022 à 22:25
J'en avais justement parlé avec la psychiatre en question et elle m'avait objecté que ce n'était pas dans ces milieux qu'on trouvait les personnes les plus équilibrées...
C'est quoi pour elle une personne équilibrée ? Une personne dite "normale" ? Une personne NT sans doute ? Je pense que c'est avec des personnes ayant le même profil que nous-mêmes que la compréhension est la meilleure, même s'il y a toujours des exceptions.
*Eulalie* a écrit :
dimanche 17 avril 2022 à 22:25
De toute façon, comme j'ai l'intention de faire une évaluation diagnostique de l'autisme, il y aura sûrement un test de QI à passer.
Il ne me semble pas que ce soit automatique. Beaucoup de personnes sur ce forum n'ont pas passé de tests de QI.
• Diagnostiquée autiste Asperger (centre expert, 2019) + QI hétérogène
• Diag SEDh (centre expert MOC, 2021)
(errance médicale + diag tardif pour les 2 diag)

Annuaire Autisme / Lexique / Livres sur le TSA / Tutos

Carapa
Adepte
Messages : 241
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#21 Message par Carapa » dimanche 24 avril 2022 à 19:27

*Eulalie* a écrit :
mardi 19 avril 2022 à 20:23
je constate que lors de sa première passation du WISC, l'enfant était à 120, et qu'il a franchi la barre des 130 la deuxième fois... Comment est-ce possible ? Tout ce que j'ai lu jusque-là sur les tests de QI stipule que le résultat d'un test de QI est fiable, avec un "intervalle de confiance" d'environ cinq points
En ce qui me concerne, je suis passé de 114 à 131 entre deux versions du WAIS (4 et 5), donc je suis un peu sceptique sur l'intervalle de confiance de 5 points. Mais il semblerait que mon cas soit assez inhabituel.
Curiouser a écrit :
mardi 19 avril 2022 à 21:13
Je ne suis pas du tout spécialiste des tests de QI (même si je m'y suis intéressée il y a une dizaine d'années), mais, de ce qu'on peut lire de ce témoignage, en 2011, l'enfant avait un QIT (QI Total) « non homogène » (ce qui veut dire que, techniquement, s'il y a trop de points d'écarts entre les différents subtests, on ne peut pas, en théorie, calculer de QIT. Mais cela semble varier assez fortement selon les praticiens, il y en a qui ne vont pas conclure au HQI s'il y a trop d’hétérogénéité, alors que d'autres vont conclure à un HQI... Enfin, les pratiques se sont peut-être homogénéisées ces dernières années, je ne sais pas...).

Sur la question des scores hétérogènes, voir cet article: https://www.researchgate.net/publicatio ... _QI_eleves
(Il faut bien tenir compte du fait que plus les scores sont élevés, plus l'écart entre eux a tendance à être important: c'est un phénomène de base en statistiques).
Flower a écrit :
vendredi 22 avril 2022 à 11:18
Concernant le test de QI, effectivement ce n'est pas recommandé pendant un épisode dépressif car la dépression entraîne une baisse des capacités intellectuelles. Même si je connais des gens qui ont eu les résultats pour le HQI malgré une dépression...
Un autre problème de la dépression est qu'elle a tendance à gonfler le score à l'ADOS, et je ne sais pas dans quelle mesure les professionnels sont informés du fait (manifestement ils ne l'étaient guère en 2016, mais ça a peut-être changé depuis).
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Avatar du membre
*Eulalie*
Régulier
Messages : 38
Enregistré le : jeudi 27 janvier 2022 à 21:31

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#22 Message par *Eulalie* » lundi 25 avril 2022 à 19:27

Un grand merci à tous pour vos retours ! Flower, ton témoignage me rassure vraiment...
Flower a écrit :
vendredi 22 avril 2022 à 11:18
il y a un autre point à prendre en compte: c'est très difficile de prendre soi-même la mesure de ses difficultés !
Je me fais la même réflexion régulièrement. J'ai d'abord rejeté en bloc l'hypothèse diagnostique de l'autisme, il a fallu que des proches me fassent prendre conscience que ce n'était pas absurde du tout ; puis je me suis souvenue que je m'étais moi-même périodiquement posé la question bien avant que des professionnels l'évoquent, avant de la balayer très vite car je tombais, en cherchant superficiellement, sur des descriptions très stéréotypées de l'autisme ; et surtout, je me suis rappelé qu'une jeune femme autiste était carrément venue me voir quelques années auparavant en me suggérant que je pouvais être concernée (j'avais dû quitter brutalement une situation sociale bruyante car j'étais épuisée), et qu'une autre jeune fille autiste, lorsque je lui ai dit que cette hypothèse avait été posée, m'a d'emblée répondu : "ça ne m'étonne pas, je pense depuis le début que tu es concernée, mais je ne me suis pas sentie autorisée à te le dire" ; je repense aussi au fait que des personnes qui ont fréquenté de près des autistes m'ont dit que cette hypothèse leur semblait très crédible... Bien sûr, cela ne "prouve" rien, mais m'encourage en tout cas à aller au bout de la démarche...
Flower a écrit :
vendredi 22 avril 2022 à 11:18
Lors de la procédure de diagnostic, je me suis dit que ça allait probablement aboutir à une conclusion du genre "traits autistiques mais en-dessous du seuil de diagnostic". Finalement, il s'est avéré que pour le médecin, c'était assez évident que je sois concernée par un TSA... Et j'ai eu ce genre de retour de la part d'autres professionnels.

Le fait que tu ne te retrouves pas dans tous les traits ne veut donc pas dire grand-chose. Seul un professionnel saura faire la différence.
J'avoue, je m'attends aussi à la conclusion "traits autistiques, mais pas suffisamment pour être sur le spectre"... Je pense qu'il faut m'y préparer pour ne pas tomber de trop haut si l'hypothèse ne se confirmait pas (ce n'est pas que je tienne absolument à m'étiqueter, c'est simplement que j'ai besoin d'une explication quant à mon mal-être et à mes difficultés et, le cas échéant, des aides concrètes ad hoc ; je crois que toutes les personnes diagnostiquées le comprennent...), mais ton témoignage me rassure beaucoup dans le sens où les professionnels semblent suffisamment connaître la combinaison TSA/HPI (surtout maintenant où on parle beaucoup du HPI), ou déceler un TSA très compensé pour une raison ou pour une autre - j'avais jusque-là le témoignage de Julie Dachez affirmant qu'elle pensait qu'il y avait beaucoup de "faux négatifs", mais je ne sais pas de quand il date, et ce que je lis sur ce forum laisse penser que les choses ont plutôt bien évoluées.
Flower a écrit :
vendredi 22 avril 2022 à 11:18
Concernant le test de QI, effectivement ce n'est pas recommandé pendant un épisode dépressif car la dépression entraîne une baisse des capacités intellectuelles. Même si je connais des gens qui ont eu les résultats pour le HQI malgré une dépression...
Winona a écrit :
samedi 23 avril 2022 à 21:42

Cela m'a vraiment intéressée de passer le test de QI, cela m'a apporté des éléments pour mieux connaître mon mode de fonctionnement. A toi de voir.
C'est surtout mon état dépressif qui me retient, à vrai dire. Plus le temps passe, plus je regrette de ne pas avoir insisté auprès de ma psychiatre pour passer le test à une époque où je prenais quand même des médicaments, mais où j'allais beaucoup mieux que maintenant... J'imagine que cela viendra bien un jour !
Winona a écrit :
samedi 23 avril 2022 à 21:42
*Eulalie* a écrit : ↑
dimanche 17 avril 2022 à 22:25
De toute façon, comme j'ai l'intention de faire une évaluation diagnostique de l'autisme, il y aura sûrement un test de QI à passer.

Il ne me semble pas que ce soit automatique. Beaucoup de personnes sur ce forum n'ont pas passé de tests de QI.
Oui, je crois que ce sont principalement ceux qui sont passés par le libéral qui n'ont pas eu de test de QI. Comme j'ai fait une demande d'évaluation en diagnostique en Centre Expert, normalement, le bilan sera complet, test de QI compris (je crois que certains items évaluent l'intelligence sociale...) ; j'espère trouver un professionnel en libéral pour ne pas attendre deux ans avant d'avoir une réponse, mais rien ne m'interdit a priori de faire dans un deuxième temps une évaluation complète en Centre Expert où je suis sur liste d'attente : un bilan complet permet normalement de mieux orienter ensuite la prise en charge...
Winona a écrit :
samedi 23 avril 2022 à 21:42
*Eulalie* a écrit : ↑
dimanche 17 avril 2022 à 22:25
J'en avais justement parlé avec la psychiatre en question et elle m'avait objecté que ce n'était pas dans ces milieux qu'on trouvait les personnes les plus équilibrées...

C'est quoi pour elle une personne équilibrée ? Une personne dite "normale" ? Une personne NT sans doute ? Je pense que c'est avec des personnes ayant le même profil que nous-mêmes que la compréhension est la meilleure, même s'il y a toujours des exceptions.
Je pense que pour elle, une personne "équilibrée", neuro-typique ou neuro-atypique, c'est une personne bien dans sa peau, tout simplement, qui n'a pas besoin de prendre de médicaments psychotropes, qui n'a rien à prouver aux autres ou à elle-même, qui s'est bien insérée dans la société. Par définition, selon elle, ceux qui rejoindraient ces groupes ne rempliraient pas ces critères. Mais je me demande jusqu'à quel point je partage ce point de vue... Il me semble parfaitement normal que des personnes avec un même fonctionnement neuro-atypique cherchent à se rencontrer, car comme tu le dis, ils se comprennent mieux mutuellement. A la réflexion, la position de la psychiatre me semble refléter celle d'une personne à haut potentiel qui aurait grandi dans un environnement où sa différence, officiellement détectée ou pas, a été reconnue, comprise, et qui aurait par conséquent pu se développer de manière harmonieuse - notamment en rencontrant et en se liant avec d'autres personnes à haut potentiel, détectées ou pas, parce qu'elles faisaient partie de l'environnement "naturel". L'existence de ces groupes me semble finalement primordiale pour les personnes à haut potentiel qui n'ont pas grandi dans un milieu porteur et qui peinent à trouver leur place.
Carapa a écrit :
dimanche 24 avril 2022 à 19:27
En ce qui me concerne, je suis passé de 114 à 131 entre deux versions du WAIS (4 et 5), donc je suis un peu sceptique sur l'intervalle de confiance de 5 points. Mais il semblerait que mon cas soit assez inhabituel.
C'est aussi ce genre de témoignage qui alimente mes réticences. Sandrine Gianola, dans l'introduction de l'ouvrage collectif Les surdoués et les autres. Penser l'écart, a clairement, à propos des tests de QI, écrit quelque chose comme "chacun sait qu'on peut allègrement y sous-performer"... C'est aussi ce que m'avait laissé entendre ma psychiatre quand j'ai évoqué l'éventualité de le passer... Donc je ne sais vraiment que penser :innocent:
Carapa a écrit :
dimanche 24 avril 2022 à 19:27
Un autre problème de la dépression est qu'elle a tendance à gonfler le score à l'ADOS, et je ne sais pas dans quelle mesure les professionnels sont informés du fait (manifestement ils ne l'étaient guère en 2016, mais ça a peut-être changé depuis).


Effectivement, c'est une question que je me pose souvent : mes difficultés sociales sont-elles dues à mon état dépressif persistant ("dysthymie" dans l'ancien DSM), ou mon état dépressif est-il en partie engendré par mes difficultés sociales ?...
Si ce n'est pas indiscret, Carapa, qu'est-ce qui te fait dire que les professionnels n'étaient pas informés en 2016 du fait que la dépression a tendance à gonfler le score à l'ADOS ?...
Suspicion de TSA, en attente d'évaluation diagnostique en Centre Expert

Carapa
Adepte
Messages : 241
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#23 Message par Carapa » mardi 26 avril 2022 à 22:11

Carapa a écrit :
dimanche 24 avril 2022 à 19:27
En ce qui me concerne, je suis passé de 114 à 131 entre deux versions du WAIS (4 et 5), donc je suis un peu sceptique sur l'intervalle de confiance de 5 points. Mais il semblerait que mon cas soit assez inhabituel.
Deux petites corrections: il s'agissait des versions 3 et 4 du WAIS (je confondais avec les numéros des versions du DSM). Et mon score à la première version était de 113, ce qui aggrave encore l'écart...
*Eulalie* a écrit :
lundi 25 avril 2022 à 19:27
Effectivement, c'est une question que je me pose souvent : mes difficultés sociales sont-elles dues à mon état dépressif persistant ("dysthymie" dans l'ancien DSM), ou mon état dépressif est-il en partie engendré par mes difficultés sociales ?...
Si ce n'est pas indiscret, Carapa, qu'est-ce qui te fait dire que les professionnels n'étaient pas informés en 2016 du fait que la dépression a tendance à gonfler le score à l'ADOS ?...
Il me semble que les études documentant une influence de la dépression sur l'ADOS sont relativement récentes et n'étaient pas connues à l'époque. En tous cas ce point n'a pas été mentionné lors de mon bilan psychologique (passé en 2016) alors même que celui-ci mettait en évidence une dépression caractérisée. (La question du haut potentiel n'y a pas été abordée non plus, ce qui est un peu étrange vu le score de 131 au WAIS, mais je suppose que les spécialistes de l'autisme ne sont pas forcément au fait du sujet - la réciproque étant également vraie, d'ailleurs).
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Avatar du membre
Comte_Pseudonyme
Forcené
Messages : 1027
Enregistré le : vendredi 23 juillet 2021 à 1:56
Contact :

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#24 Message par Comte_Pseudonyme » mercredi 25 mai 2022 à 14:29

*Eulalie* a écrit :
dimanche 22 mai 2022 à 13:22
Oui, c'est exactement ça... J'ai lu pas mal de tes posts, Compte_Pseudonyme, j'ai vu que tu avais été identifié HPI à ta grande surprise, alors que tout semblait pointer vers le TSA, et que tu es loin d'être un cas isolé... Je m'interroge beaucoup sur le lien entre les deux, et sur l'origine de cette "confusion" ; comme on m'a parlé du HPI très tôt (sans que j'aie passé aucun bilan, car mon état psychologique ne s'y prêtait pas), j'ai très peur que ce ne soit "que" ça, et finalement, je ne serai pas plus avancée (puisque le HPI ne peut être à lui seul l'origine d'un mal-être) ; mais ce n'est pas le sujet de cette discussion.
Je pensais aussi qu'il y avait convergence entre TSA et HPI, mais apparemment, il n'y a pas de données pour supporter ça.

À noter que les gens qui viennent ici sont la minorité d'une minorité, et ceux qui parlent, une minorité par dessus cette minorité.

Il y a aussi un possible biais d'examen. Dans la plupart des CRA, un test TSA suppose aussi un test psychométrique. Là encore, il peut y avoir des biais liés à une sorte "d'hyper dépistage" pour une population donnée : puisque les HPI/TSA sont d'avantages pris en charge via le TSA, ils sont d’avantages identifiés comme HPI. Mais un HQI qui a juste une vie tranquille sans jamais de problème ne passera probablement jamais d'examen psychométrique.

Tout le monde ne va pas dans un CRA. Les adultes qui y vont, surtout s'ils ont effectivement un TSA, ont de bonnes chances d'avoir un QI normal/supérieur, tout simplement parce qu'il paraît que ceux qui ont un bon QI tendent à mieux se servir des outils qui existent dans la société (cf cette conf), ou tout simplement, se posent plus de questions. Ce que j'entends par là, c'est qu'un profil HPI/TSA est peut-être (je dis bien peut-être) plus apte à engager un parcours diagnostique de lui-même.

En espérant ne pas avoir dit de bêtise.
En espérant avoir été utile et constructif. Reste ouvert à nouveaux éléments, pour mieux être, mieux faire.
Identifié HPI/HQI, après suspicions de TSA. Troubles anxio-dépressifs chroniques. TPOC?

Avatar du membre
*Eulalie*
Régulier
Messages : 38
Enregistré le : jeudi 27 janvier 2022 à 21:31

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#25 Message par *Eulalie* » mercredi 25 mai 2022 à 18:53

Merci Compte_Pseudonyme pour ce retour.
Comte_Pseudonyme a écrit :
mercredi 25 mai 2022 à 14:29
Je pensais aussi qu'il y avait convergence entre TSA et HPI, mais apparemment, il n'y a pas de données pour supporter ça.
Je n'ai peut-être pas été assez claire dans ma manière de présenter les choses : je sais qu'il n'y a pas plus de personnes HPI parmi les autistes que dans le reste de la population, mais je demande comment se concrétise la combinaison de ces deux fonctionnements neuro-atypiques - et si un TSA chez une personne HPI serait plus difficile à déceler.

En revanche, la grande question qui demeure est : pourquoi donc a-t-on tendance à soupçonner un TSA chez une personne qui serait "simplement" HPI (j'ai lu dans une autre discussion de ce forum que beaucoup de personnes s'étaient inscrites car elle avaient une suspicion de TSA, mais s'étaient finalement révélées être HPI, ce serait donc une confusion relativement fréquente...) ?... Quels sont les points de convergence - et de divergence ?

J'ai lu une bonne partie de ton témoignage quant à ton expérience au CRA, comme tout le monde, je suis choquée que l'on t'y ait fait passer un test de Rorschach, et je me demande si le CRA en question ne serait pas à tendance psychanalytique (j'ai lu ici ou là que cela pouvait malheureusement être le cas de certains CRA...). Aussi, surtout si ton psychologue lui-même d'orientation psychanalytique a flairé le TSA chez toi, et a été étonné que le bilan du CRA soit négatif, je ne peux que t'encourager à chercher un professionnel en libéral pour avoir un deuxième avis (reste à en trouver un, et à trouver le bon...)

En tout cas, si tes difficultés te donnent d'ores et déjà droit à une ALD et à une RQTH, saisis-t'en - je souffre aussi de "troubles anxio-dépressifs" (i.e : la case fourre-tout quand on ne sait pas pourquoi la personne va mal) sans qu'aucun diagnostic n'ait pu être posé (à part l'hypothèse de l'autisme, mais je m'efforce de ne pas trop y "croire" pour ne pas déchanter si elle ne se confirmait pas), au point où je suis coincée à l'hôpital psy depuis plus d'un an maintenant à la suite d'un gros choc émotionnel (rechutes systématiques à chaque sortie qui se concrétisent par des crises suicidaires, quand ce ne sont pas de réelles tentatives de suicide), et il me semble qu'une dépression chronique, c'est un vrai handicap. Sens-toi légitime, tu as sûrement besoin de ces aides, autisme ou pas...
Suspicion de TSA, en attente d'évaluation diagnostique en Centre Expert

Avatar du membre
Comte_Pseudonyme
Forcené
Messages : 1027
Enregistré le : vendredi 23 juillet 2021 à 1:56
Contact :

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#26 Message par Comte_Pseudonyme » mercredi 25 mai 2022 à 19:12

*Eulalie* a écrit :
mercredi 25 mai 2022 à 18:53
En revanche, la grande question qui demeure est : pourquoi donc a-t-on tendance à soupçonner un TSA chez une personne qui serait "simplement" HPI (j'ai lu dans une autre discussion de ce forum que beaucoup de personnes s'étaient inscrites car elle avaient une suspicion de TSA, mais s'étaient finalement révélées être HPI, ce serait donc une confusion relativement fréquente...) ?... Quels sont les points de convergence - et de divergence ?
En ce qui me concerne, je suppose que c'était un part de biais d'examinateur, ainsi que de réelles similarités.

Mon psychologue, spécialisé dans le domaine de l'autisme, à trouvé que mes difficultés sociales étaient "autistiques" dans leur forme et leur expression. Vue qu'il connaissait le sujet, il à sans doute été facilement séduit par le fait qu'il connaissait une réponse toute prête.

À titre personnel, je suppose que la retard de socialisation et les handicaps sociaux des personnes avec TSA et HPI peuvent se recouper, non pas à cause de facteurs neurologiques, mais à cause de facteurs "éducatifs". Pour le dire platement : quand on à pas l'habitude, on à pas l'habitude.

Que ce soit à cause du TSA ou du HPI, il est plus difficile de nouer des relations sociales et donc il manque certains codes. Il me semble que c'est ça qui tend à confondre les psychologues.
En espérant avoir été utile et constructif. Reste ouvert à nouveaux éléments, pour mieux être, mieux faire.
Identifié HPI/HQI, après suspicions de TSA. Troubles anxio-dépressifs chroniques. TPOC?

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 3356
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#27 Message par Fluxus » mercredi 25 mai 2022 à 19:13

Yo, si ça peut aider à répondre à la question, sur un ancien sujet, on avait évoqué les différences entre plusieurs "neurodivergences" (pour rester "large" sans parler spécifiquement que de troubles) et en fin de compte, les seules explications que j'avais pu trouver en terme de similitudes entre une personne avec TSA (HPI ou non) et une personne HPI, c'est très certainement le décalage ressenti d'un point de vue social qui peut amener de l'isolement et le fait d'avoir parfois des centres d'intérêts qui divergent de ceux des autres. En gros, le sentiment de décalage avec la société, principalement.

Idem, j'avais aussi évoqué le fait que dans le TSA, d'un point de vue de "performances cognitives", on dit souvent que les scores d'une personne TSA ont tendance à être hétérogènes et peuvent présenter des pics d'habiletés, donc des scores dans certains indices qui se démarquent largement des autres.

Du coup, souvent, par abus de langage ou pas, le fait qu'il y ait des scores très élevés peut aussi pousser à la comparaison.

Après, lorsque la personne cumule TSA et HPI, on a souvent tendance à entendre que le HPI offre des capacités d'adaptation qui peuvent permettre de mieux compenser les difficultés du TSA...

Je ne saurai pas dire si c'est vrai ou si c'est faux, je pense que ça dépend énormément des personnes, du degré de leurs difficultés quotidiennes, de leur environnement, de leur façon de vivre et pleins d'autres facteurs mais je pense aussi que lorsqu'on cumule les deux, c'est très régulièrement les difficultés liées à l'autisme qui peuvent prendre le pas, HPI ou pas. En tout cas, c'est mon cas et très certainement celui de d'autres personnes aussi.

En espérant ne pas avoir dit trop de bullshit...
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage + trouble anxiodépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir.
Plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. ~Les Shadoks

Avatar du membre
*Eulalie*
Régulier
Messages : 38
Enregistré le : jeudi 27 janvier 2022 à 21:31

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#28 Message par *Eulalie* » samedi 28 mai 2022 à 22:11

Comte_Pseudonyme a écrit :
mercredi 25 mai 2022 à 19:12
Que ce soit à cause du TSA ou du HPI, il est plus difficile de nouer des relations sociales et donc il manque certains codes. Il me semble que c'est ça qui tend à confondre les psychologues.
Fluxus a écrit :
mercredi 25 mai 2022 à 19:13
les seules explications que j'avais pu trouver en terme de similitudes entre une personne avec TSA (HPI ou non) et une personne HPI, c'est très certainement le décalage ressenti d'un point de vue social qui peut amener de l'isolement et le fait d'avoir parfois des centres d'intérêts qui divergent de ceux des autres. En gros, le sentiment de décalage avec la société, principalement.
Fluxus a écrit :
mercredi 25 mai 2022 à 19:13
Idem, j'avais aussi évoqué le fait que dans le TSA, d'un point de vue de "performances cognitives", on dit souvent que les scores d'une personne TSA ont tendance à être hétérogènes et peuvent présenter des pics d'habiletés, donc des scores dans certains indices qui se démarquent largement des autres.

Du coup, souvent, par abus de langage ou pas, le fait qu'il y ait des scores très élevés peut aussi pousser à la comparaison.
D'une part, il y a effectivement le fait que l'on amalgame "autisme de haut niveau" (c'est-à-dire sans déficience intellectuelle) et "haut potentiel" ; et d'autre part, le sentiment de décalage commun aux HPI et aux TSA, et les difficultés sociales qui peuvent en découler (inévitables dans le cas d'un TSA, pas obligatoire pour un HPI)... ça se tient tout à fait, comme explication, Fluxus, merci pour cet éclairage !
Comte_Pseudonyme a écrit :
mercredi 25 mai 2022 à 19:12
En ce qui me concerne, je suppose que c'était un part de biais d'examinateur
Je me demande également si la vision de l'interne qui a beaucoup insisté sur l'hypothèse de l'autisme dans le troisième service de psychiatrie où cela a été évoqué (elle est allée jusqu'à me prêter La différence invisible de Julie Dachez) n'était pas aussi biaisée du fait qu'elle "accompagnait" une jeune fille autiste et à haut potentiel de 17 ans... en même temps, dans ton cas comme dans le mien, Comte_Pseudonyme, on peut aussi faire le raisonnement inverse : ton psychologue comme l'interne en question connaissent bien l'autisme, leur intuition a peut-être plus de chances d'être bonne. Encore une fois, tous les HPI (la majorité, à en croire Franck Ramus) n'ont pas de troubles psychiques anxio-dépressifs, ni de difficultés d'intégration sociale majeures. Et il semblerait, d'après ton témoignage, que le CRA où tu as effectué ton évaluation diagnostique ne soit pas des plus rigoureux, et serait plus ou moins imprégné de psychanalyse... à ta place, je ne m'en tiendrais pas là. Il pourrait être judicieux d'avoir un second avis en libéral (ou ailleurs... ? Je ne sais pas s'il est possible de demander une évaluation diagnostique en Centre Expert une fois qu'on est passé par un CRA...).
Après, il est aussi possible que du HPI combiné à un vécu compliqué "suffisent" à expliquer tes difficultés, mais si cela fait des années que tu es accompagné et que tu n'avances pas vraiment, tout comme moi, semble-t-il... j'sais pas :innocent: :cry:
Beaucoup de professionnels de santé partent quand même du principe qu'une dépression chronique cache forcément autre chose...
Suspicion de TSA, en attente d'évaluation diagnostique en Centre Expert

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 35258
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#29 Message par Tugdual » samedi 28 mai 2022 à 22:19

*Eulalie* a écrit :
samedi 28 mai 2022 à 22:11
[...] et d'autre part, le sentiment de décalage commun aux HPI et aux TSA, et les difficultés sociales qui peuvent en découler [...]
Attention : si le « sentiment de décalage » des HPI est très présent dans les médias et sur internet, il ne repose pas sur des bases scientifiques. Pas plus que le HPI serait une cause de difficultés.

Voir Franck Ramus...
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
*Eulalie*
Régulier
Messages : 38
Enregistré le : jeudi 27 janvier 2022 à 21:31

Re: TSA et HPI : la convergence de deux spectres ?

#30 Message par *Eulalie* » samedi 28 mai 2022 à 22:45

Tugdual a écrit :
samedi 28 mai 2022 à 22:19
Attention : si le « sentiment de décalage » des HPI est très présent dans les médias et sur internet, il ne repose pas sur des bases scientifiques. Pas plus que le HPI serait une cause de difficultés.
Mais alors, comment expliquer une telle confusion des professionnels qui voient de l'autisme là où il n'y aurait "que" du HPI ?... Cela a été le cas de pas mal de personnes qui se sont inscrites sur ce forum, d'après ce que j'ai lu sur le fil de telle ou telle discussion...
Suspicion de TSA, en attente d'évaluation diagnostique en Centre Expert

Répondre