Délinquance et autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 21806
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Délinquance et autisme

#271 Message par Jean » vendredi 5 août 2022 à 19:39

tvanouvelles.ca
Contacts inappropriés avec des adolescentes: piégé deux fois pour leurre par un agent d’infiltration
Nicolas Saillant | Journal de Québec

Arrêté une première fois en 2015 avec des condoms et du lubrifiant alors qu’il s’apprêtait à rencontrer une adolescente qui était en fait une agente d’infiltration, un jeune homme a de nouveau été reconnu coupable de leurre dans le même contexte.

• À lire aussi: Leurre informatique: récidive pour un jeune Asperger

Jeune adulte, Samuel Croteau s’était fait prendre la main dans le sac par des enquêteurs de Québec en 2015 après une première dénonciation.

L’homme de 21 ans, qui souffre du syndrome d’Asperger, contactait des adolescentes sur Facebook et entamait avec elles des conversations explicites.

Informés de cette situation troublante, les policiers avaient chargé une agente d’infiltration de contacter le suspect avec le faux compte Facebook d’une adolescente, en lui donnant ultimement un rendez-vous dans le stationnement d’un restaurant.

Croteau avait été arrêté en possession de condoms et de lubrifiant et une sentence de 90 jours de prison lui avait été imposée pour ses gestes.
Récidive

Or, le jeune homme a récidivé à l’été 2020 en contactant d’abord une jeune fille de 16 ans.

L’accusé manifestait son désir d’avoir des relations intimes avec elle en lui disant que « son âge ne le dérange pas », malgré les refus répétés de l’adolescente.

Une plainte a donc été déposée à la police, qui a utilisé le même stratagème qu’en 2015 pour identifier Croteau.

Un agent d’infiltration a donc utilisé un faux compte d’une enfant de 13 ans pour contacter l’homme, qui avait alors 26 ans.

Ce dernier est tombé dans le panneau en mentionnant qu’il voulait une « relation sérieuse » avec l’adolescente, tout en indiquant savoir que ce n’était pas légal.

Un rendez-vous, encore une fois dans le stationnement d’un restaurant, a été fixé et Samuel Croteau a alors été appréhendé par les policiers.
Sur internet sans surveillance

En plus d’une accusation de leurre, l’homme maintenant âgé de 28 ans qui est détenu a plaidé coupable à quatre bris, notamment pour être allé sur internet sans surveillance.

Sa mère devait le superviser, mais il s’avère que le délinquant utilisait internet sans surveillance depuis sa sortie de prison à la fin de sa première sentence.

Samuel Croteau recevra sa peine cet automne.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 21806
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Délinquance et autisme

#272 Message par Jean » vendredi 5 août 2022 à 19:48

lemonde.fr
Affaire Sébastien Raoult : qui sont les ShinyHunters, ces cybercriminels spécialisés dans le vol et la vente de données ?
Gabriel Thierry

En enquêtant sur ce gang spécialisé dans le hameçonnage ciblant particulièrement les développeurs présents sur GitHub, le FBI met un pied dans l’underground français du piratage informatique. Outre Sébastien Raoult interpellé au Maroc, deux autres Français sont visés par la justice américaine.


Selon un acte d’accusation daté du 23 juin 2021, consulté par « Le Monde », les ShinyHunters seraient impliqués dans la vente de données appartenant à plus de soixante entreprises.

Il y a encore trois ans, les ShinyHunters n’étaient encore qu’un terme de jargon réservé aux initiés de la communauté des Pokémon, cette saga culte originaire du Japon. Mais à partir d’avril 2020, comme le relève la société de cybersécurité Intel471, un groupe de cybercriminels particulièrement virulent va faire une « OPA » sur l’expression. Avec des objectifs bien plus sombres que la chasse aux petits monstres : le vol et la vente de données.

Visés par une enquête de la police fédérale américaine (FBI), les ShinyHunters ont peut-être connu un sérieux coup d’arrêt judiciaire. Comme dévoilé par L’Obs, Sébastien Raoult, un Français de 21 ans, a été interpellé le 31 mai à l’aéroport de Rabat-Salé, au Maroc. Il est visé par une demande d’extradition envoyée par la justice américaine, qui le soupçonne d’être un membre du cybergang et d’avoir participé ainsi à plusieurs piratages informatiques.

Lire aussi : Sébastien Raoult, Français incarcéré au Maroc, menacé d’extradition aux Etats-Unis où il risque une lourde peine

Selon son avocat, Philippe Ohayon, qui souhaite que le jeune homme soit plutôt jugé en France, Sébastien Raoult encourt désormais une peine d’emprisonnement de 116 ans outre-Atlantique. Soit la somme des peines prévues pour les neuf chefs de prévention visés.

Un important tableau de chasse

Selon un acte d’accusation daté du 23 juin 2021, consulté par Le Monde, les ShinyHunters seraient impliqués dans la vente de données appartenant à plus de soixante entreprises. Soit, selon un second document judiciaire récapitulant les charges contre Sébastien Raoult daté du 10 juin 2022, dont Le Monde a eu également copie, des dégâts se chiffrant en millions de dollars. Un montant estimé plus précisément par Intel471 à « des dizaines de millions de dollars », au vu du tableau de chasse des cybercriminels, qui se sont attaqués, entre autres, à l’application de retouche de photo Pixlr, à l’enseigne de vêtements Bonobos, au service d’édition de PDF Nitro, au site d’e-commerce indonésien Tokopedia ou encore à Big Basket, une entreprise indienne de la grande distribution.

Les développeurs ciblés étaient ainsi d’abord contactés par courriel, avec des messages qui contenaient des liens vers les sites de hameçonnage

Les pirates de ShinyHunters avaient une méthode bien rodée, remarque le FBI. Leur mode opératoire reposait sur le hameçonnage, cette technique consistant à usurper une identité pour tromper sa victime. Les cybercriminels visaient plus particulièrement des utilisateurs de GitHub, une plate-forme rachetée par Microsoft en 2018 qui permet aux développeurs de stocker et de partager des projets informatiques. Les développeurs ciblés étaient ainsi d’abord contactés par courriel, avec des messages qui contenaient des liens vers les sites de hameçonnage. Ces derniers imitaient le portail de connexion de GitHub, ce qui permettait aux attaquants de faire main basse sur les identifiants de leur victime, avant de s’emparer des ressources accessibles. Les cybercriminels profitaient de ce premier accès pour tenter ensuite de rebondir vers le réseau de l’entreprise à laquelle appartenait le développeur visé.

Une façon d’opérer qui ressemble fort à celle décrite dans l’affaire GateHub, un piratage d’une plate-forme de cryptomonnaie commis en juin 2019. Avec l’équivalent de 9,5 millions d’euros dérobés, c’était à l’époque le plus gros cybercasse suivi par la justice française. Une affaire de jeunes hackeurs immatures, toujours à l’information judiciaire à Paris, qui a au moins un deuxième point commun avec le dossier ShinyHunters.

Un suspect déjà impliqué dans d’autres dossiers

L’un des principaux mis en cause dans le piratage de GateHub, Gabriel B., est en effet également visé, avec Sébastien Raoult et un troisième Français, Abdel-Hakim E., par l’acte d’accusation du 23 juin 2021 contre les ShinyHunters. Selon la justice américaine, les trois hackeurs se seraient montrés trop bavards, laissant derrière eux des échanges en ligne compromettants.

Gabriel B., hackeur originaire de Tarbes, s’était ainsi illustré dans le piratage de la chaîne américaine Vevo, sur YouTube, en avril 2018

Agé seulement de 23 ans, Gabriel B., alias « Kuroi’sh » ou « Gnostic Players », est bien connu de la cyberjustice française. Ce hackeur originaire de Tarbes, atteint du syndrome d’Asperger, s’était ainsi illustré dans le piratage de la chaîne américaine Vevo, sur YouTube, en avril 2018. Poursuivi, il avait toutefois été déclaré irresponsable pénalement dans cette affaire. De source judiciaire, il est l’un des Français récemment auditionnés, à la demande du FBI, par les policiers de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux techniques de l’information et de la communication (OCLCTIC). Soit une longue garde à vue de trois jours, concomitante à l’arrestation de Sébastien Raoult

Lire aussi Youtube : « Despacito » supprimé et plusieurs chaînes d’artistes perturbées par un piratage

Egalement connu sous les pseudos de « Sezyo Kaizen », « Sebkzn » ou « seb », Sébastien Raoult vivait depuis quelques mois au Maroc. Selon les magistrats américains, cet ancien étudiant en informatique à Nancy aurait utilisé son propre compte GitHub pour développer et tester des e-mails de hameçonnage en lien avec les sites utilisés par les ShinyHunters. Et en mars 2022, à la suite d’informations communiquées par GitHub, les enquêteurs du FBI ont remarqué que la même adresse IP (Internet Protocol, adresse unique d’un appareil sur le réseau) avait été utilisée pour accéder à deux sites malveillants et au compte personnel de « Sezyo » sur GitHub.

Si la lourde condamnation dont peut faire l’objet Sébastien Raoult aux Etats-Unis reste relativement théorique, les peines réelles étant généralement éloignées des peines maximales cumulées, son avocat dénonce tout de même le risque « d’un traitement inhumain et dégradant ». Un argument pour demander des poursuites dans l’Hexagone, où l’addition judiciaire ne serait assurément pas aussi élevée.

Gabriel Thierry
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Répondre