4ème Plan Autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: 4ème Plan Autisme

#241 Message par Benoit » mercredi 3 avril 2019 à 18:05

Merci pour les infos.

Tout ce que j'avais lu de lui jusqu'ici semblait plutôt de bonne facture. Ou alors, je confonds avec un autre journaliste de libé.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4331
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: 4ème Plan Autisme

#242 Message par misty » mercredi 3 avril 2019 à 18:53

Jean a écrit :
mercredi 3 avril 2019 à 17:53
Le parangon de la psykk, c'est le journaliste de Libé, Eric Favereau.

La secrétaire d'Etat est un peu abrupte dans ses commentaires.

La consultation spécialisée à 60 € ne concerne que les généralistes et les pédiatres.

Sophie Cluzel fait surtout référence à la volonté de sortir les personnes autistes en long séjour des HP.
Je pense que c'est contre-productif qu'elle le fasse comme ça, parce que pour ce qui est de l'inadéquation des longs séjours la plupart des psychiatres me semblent d'accord, par contre d'une ils n'ont aucun moyen de faire autrement (structures adaptées) et de deux ils sont mis dans le même sac que des gens avec qui ils ne sont pas du tout en phase. Du coup, il se sentent vulnérables et je peux le comprendre. Si la secrétaire d'état tape sur toute une profession, les gens ne vont pas trier et ça encourage les discours type "les psychiatres ne connaissent rien à l'autisme" qui eux même encouragent parfois du grand n'importe quoi en termes de thérapie (ou de non-thérapie voire déni de diagnostics).

J'ai lu récemment dans un bouquin qui parait sérieux qu'il ne faut pas forcément tenir compte des diagnostics posés par des psys sur des enfants, je trouve déjà ça grave mais si le gouvernement n'est pas plus clair sur tout ça on peut pas reprocher aux gens de ne rien comprendre à l'autisme. :?
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: 4ème Plan Autisme

#243 Message par Benoit » mercredi 3 avril 2019 à 18:58

Spoiler :  : 
"les psychiatres ne connaissent rien à l'autisme"
Déjà rien qu'ici on le lit souvent pour des questions de (post)-diag, alors c'est pas fini d'être le b****l, ça oui.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19938
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: 4ème Plan Autisme

#244 Message par Jean » mercredi 3 avril 2019 à 19:38

Autisme : Les plate-formes pour les enfants avec troubles du neurodéveloppement

La mesure principale du 4ème plan autisme consiste à la mise en oeuvre de ces plate-formes en vue du diagnostic et de l'intervention précoce. Quelques commentaires.
Image

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... eloppement
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: 4ème Plan Autisme

#245 Message par Benoit » mercredi 3 avril 2019 à 20:00

au moins 5 % des enfants à naître chaque année pourraient être repérés avant 6 ans.???
Je suppose que ces 5% correspondent à l'estimation au doigt mouillé de la proportion de la population concernée par le dispositif.

Ca ne m'étonnerait pas que quelqu'un ait l'idée "géniale" de faire du "préventif" sur tous les autistes de moins de 6 ans, quitte à mettre en danger leurs courbes - variables - de développement normal.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 328
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: 4ème Plan Autisme

#246 Message par Controleur » mercredi 3 avril 2019 à 21:10

Benoit a écrit :
mercredi 3 avril 2019 à 20:00
au moins 5 % des enfants à naître chaque année pourraient être repérés avant 6 ans.???
Je suppose que ces 5% correspondent à l'estimation au doigt mouillé de la proportion de la population concernée par le dispositif.

Ca ne m'étonnerait pas que quelqu'un ait l'idée "géniale" de faire du "préventif" sur tous les autistes de moins de 6 ans, quitte à mettre en danger leurs courbes - variables - de développement normal.
Un genre d'opération, de pilule magique?

Tu sais la ritaline a beau être prescrite dès qu'on évoque déficit d'attention mais on ne regarde jamais sur ce que l'enfant vit lui à vraie dire.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: 4ème Plan Autisme

#247 Message par Benoit » mercredi 3 avril 2019 à 21:14

Désolé, j'oublie pour les "sous-entendus".

Quand je dis qu'il risque d'y avoir une politique préventive pour tous les autistes, ça signifie une politique désastreuse parce qu'ignorante de la façon dont s'effectue le développement réel.
Je ne pense pas que la population soit actuellement capable de comprendre qu'un enfant de 4 ans "en avance pour son âge" puisse au final s'avérer présenter une déficience, et qu'inversement un enfant de 3 ans "en retard pour son âge" puisse au final s'avérer "profil Asperger (ancienne appelation).
Et effectivement, vouloir aligner tout le monde sur la courbe moyenne, ça va être un jeu de massacre.
Quand à la méthode, ABA systématique, remèdes de cheval, orthophonie, sortie de la scolarité "normale", je fais confiance à l'imagination débordante.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2372
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: 4ème Plan Autisme

#248 Message par olivierfh » vendredi 5 avril 2019 à 20:00

Jean a écrit :
mercredi 3 avril 2019 à 15:23
liberation.fr
Autisme, quand la secrétaire d'Etat déclare illégale la psychiatrie
Par Eric Favereau

La phrase est passée presque inaperçue. Interrogée par Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, lundi, veille de la «journée mondiale de l’autisme», la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a eu ces mots qui se voulaient explicatifs sur la stratégie du gouvernement: «Avec notre plan, il s’agit de ne plus placer des enfants autistes devant des psychiatres.» Et encore: «Face à un spectre de l’autisme très large, il faut que l’on arrête de parler de psychiatrie.» Mettre «l’accent sur la détection et la prise en charge précoce des enfants autistes» et en finir avec «des prises en charge inadéquates dans des hôpitaux psychiatriques où ils n’ont rien à faire».
À comparer à la vidéo de "Bourdin direct" de ce lundi 1er où Sophie Cluzel explique et où tout ce que j'ai vu est:
(à 0'27) "Qu'on arrête de parler de psychiatrie et qu'on parle vraiment d'une bonne prise en charge."
(à 8'52) [les adultes] "Ils sont dans des prises en charge inadéquates, en hôpital psychiatrique où ils ont rien à faire."
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19938
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: 4ème Plan Autisme

#249 Message par Jean » dimanche 7 avril 2019 à 0:16

Autisme - Soutien à Sophie Cluzel

Quand Sophie Cluzel définit quelques objectifs de bon sens concernant l'autisme, les associations de la corporation se dressent pour demander des excuses ! Mais sans le moindre retour critique sur les pratiques nuisibles aux personnes autistes et à leurs familles.

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... hie-cluzel
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19938
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: 4ème Plan Autisme

#250 Message par Jean » lundi 8 avril 2019 à 18:29

informations.handicap.fr
Cluzel : "Je n'ai jamais déclaré illégale la psychiatrie"

La secrétaire d'Etat Sophie Cluzel, "choquée de l'interprétation" faite de ses déclarations sur RMC le 1er avril, et indique qu'elle "n'a jamais déclaré illégale la psychiatrie" qui doit figurer "à sa juste place" dans la stratégie pour l'autisme.


Sophie Cluzel, qui présentait les premiers résultats de la stratégie nationale sur l'autisme, avait demandé le 1er avril 2019, sur RMC, "qu'on arrête de parler de psychiatrie, et qu'on parle vraiment d'une bonne prise en charge, très précoce" (article en lien ci-dessous). "Je n'ai jamais déclarée illégale la psychiatrie", souligne Mme Cluzel auprès de l'AFP, faisant référence à un titre du quotidien Libération ("Autisme, quand la secrétaire d'Etat déclare illégale la psychiatrie"). Onze syndicats et sociétés savantes de psychiatres avaient dénoncé le 5 avril les propos "irresponsables" et "indignes" de la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées.
Une juste place

"Il n'y a rien d'irresponsable à dire que nous voulons une prise en charge très précoce avec une intervention pluridisciplinaire. La psychiatrie a sa place, mais sa juste place, en coopération et en concertation avec l'ensemble des médecins, des généralistes, médecins de PMI et intervenants médicosociaux." "Il faut absolument que la psychiatrie accélère dans le diagnostic des adultes qui sont en hôpitaux psychiatriques de façon inadéquate" souligne Mme Cluzel, qui estime que les psychiatres "ne collaborent pas assez vite avec le médicosocial. Il y a encore énormément d'adultes qui sont en hôpitaux psychiatriques et il faut qu'on accélère le diagnostic, en collaboration avec le médicosocial, pour pouvoir travailler sur la sortie de ces adultes". Sur les réseaux sociaux, la majorité des personnes concernées avaient d'ailleurs abondé dans son sens.

Des appréciations brutales

Le Conseil national professionnel de psychiatrie (CNPP), qui regroupe ces 11 organisations, avait pourtant reproché à Mme Cluzel des "appréciations brutales" qui "découragent et affligent" une profession sur laquelle "une membre du gouvernement se permet de jeter l'opprobre", au lieu de "rester en cohérence avec la ministre de la Santé et le président de la République". Fin février, Emmanuel Macron a promis de "réinvestir" dans la psychiatrie, en particulier pour "redonner une perspective à la pédopsychiatrie"
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19938
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: 4ème Plan Autisme

#251 Message par Jean » mardi 9 avril 2019 à 11:30

lequotidiendumedecin.fr
Autisme : les psychiatres pointent les « déclarations indignes » de Sophie Cluzel

Les propos de la secrétaire d’État aux Personnes handicapées, la semaine dernière, au micro de Jean-Jacques Bourdin, n’ont pas manqué de faire réagir les psychiatres. À la veille de la Journée mondiale de l’autisme, le 2 avril, Sophie Cluzel s’était exprimée sur la prise en charge psychiatrique des personnes souffrant de cette pathologie.

Une « vindicte dopée à l'audimat »


Selon elle, avec le plan gouvernemental, « il s’agit de ne plus placer des enfants autistes devant des psychiatres (...) Face à un spectre de l’autisme très large, il faut que l’on arrête de parler de psychiatrie ». Plus tard dans ce même entretien, elle a mis en avant des « prises en charge inadéquates dans des hôpitaux psychiatriques où [les personnes autistes] n’ont rien à faire ».

Sur le site du « Quotidien », le Dr Michel David, psychiatre et vice-président du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH), s’étonnait alors de propos « excessifs ». Son organisation est allée plus loin depuis et dénonce, dans un communiqué, une « vindicte dopée à l’audimat » et une « curée antipsychiatrique », donnant une « image repoussante » des hôpitaux psychiatriques et de ceux qu’elle nomme les « toubibs ».

La condamnation du CNPP


Lui reprochant d’alimenter la « stigmatisation des personnes souffrant de troubles psychiques », le SPH rappelle les « interventions pluri professionnelles » et la « coopération pluridisciplinaire » qui président à la prise en charge d’un « nombre croissant de personnes, dont l’intensité des troubles peut constituer un “handicap psychique” ».

De son côté, le Conseil national professionnel de psychiatrie (CNPP), qui regroupe onze syndicats et sociétés savantes de psychiatres, exige le retrait de ces « déclarations indignes ». Un communiqué commun « condamne à l’unanimité et avec la plus grande fermeté les propos irresponsables et scandaleux de la Secrétaire d’État ». Selon le CNPP, « ces appréciations brutales découragent et affligent » la profession. Plutôt que de « jeter l’opprobre » sur cette même profession, le communiqué appelle Sophie Cluzel à « rester en cohérence avec la ministre de la Santé et le président de la République ». Ces derniers ont récemment affiché leur volonté de « réinvestir » dans la psychiatrie et de « redonner une perspective à la pédopsychiatrie ».
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: 4ème Plan Autisme

#252 Message par Benoit » mardi 9 avril 2019 à 11:44

C'est difficile de faire preuve de distinction et de précision, surtout chez Bourdin, mais je me demande si la secrétaire d'état a compris que les psychiatres qui maintiennent enfermés injustement des adultes autistes ne sont pas ceux dont il est question dans les approches pluridisciplinaires de prise en charge infantile (et pas que infantile). Et que c'est un message important à faire passer. Est-ce qu'il y a des gens diagnostiqués par une équipe ne comprenant pas de psychiatre ?
La psychiatrie a sa place, mais sa juste place, en coopération et en concertation avec l'ensemble des médecins, des généralistes, médecins de PMI et intervenants médicosociaux.
Les TSA relèvent à l'instant T de la psychiatrie. Difficile en conséquence de lui donner autre chose que la place principale. D'autant plus quand les médecins généralistes ne se donnent pas la peine de venir aux formations dispensées (par les psychiatres) en TSA, mais peut être que ça a récemment changé...

Personnellement, je trouverais cool que (par exemple) on les transfère vers les neurosciences mais ça pose de gros soucis (financier) et pas que financiers. Ca m'étonnerait par ailleurs fortement que les neuroscientifiques aient les compétences et l'envie de traiter de façon "empathique" les TSA.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4331
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: 4ème Plan Autisme

#253 Message par misty » mardi 9 avril 2019 à 11:55

Mme Cluzel, qui estime que les psychiatres "ne collaborent pas assez vite avec le médicosocial. Il y a encore énormément d'adultes qui sont en hôpitaux psychiatriques et il faut qu'on accélère le diagnostic, en collaboration avec le médicosocial, pour pouvoir travailler sur la sortie de ces adultes".
La sortie vers où? Quelles structures? Avec quels moyens? Ceux des parents qui ne peuvent pas travailler et ne touchent rien à passer leurs journées à s'occuper de leurs enfants adultes absolument pas autonomes?
Sur les réseaux sociaux, la majorité des personnes concernées avaient d'ailleurs abondé dans son sens.
Qui sont les personnes concernées? Concernées par quoi? Qui abonde dans son sens? Les personnes autistes "sévères/non-verbales" internées en psychiatrie qui discutent sur les réseaux sociaux?
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2372
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: 4ème Plan Autisme

#254 Message par olivierfh » mardi 9 avril 2019 à 12:32

Jean a écrit :
mardi 9 avril 2019 à 11:30
lequotidiendumedecin.fr
Selon elle, avec le plan gouvernemental, « il s’agit de ne plus placer des enfants autistes devant des psychiatres (...) Face à un spectre de l’autisme très large, il faut que l’on arrête de parler de psychiatrie ».
En fait tout ceci est la réécriture par Éric Favereau du tout début de l'entretien où ce qui est dit est: (0'08-1'15)
Jean-Jacques Bourdin: Alors, 700 000 personnes autistes en France, 100 000 enfants, c'est l'institut Pasteur qui donne ces chiffres, il va falloir qu'on arrête une bonne fois pour toutes de placer ces enfants autistes devant des psychiatres.
Sophie Cluzel: Complètement d'accord avec vous. C'est bien pour ça qu'on change la donne, qu'on arrête de parler de psychiatrie et qu'on parle vraiment d'une bonne prise en charge, très très très précoce...
JJB: Oui. Oui, un enfant autiste n'est pas un fou, n'est pas un enfant qui a perdu la raison, absolument pas.
SC: Non, il a des troubles de la communication.
JJB: Voilà.
SC: Il a des troubles d'interaction avec ses pairs, et donc c'est comme ça qu'on change la donne. Vous avez raison, il y a plus de 35 000 enfants autistes et troubles neuro-développementaux et permettez-moi juste de m'arrêter sur ce terme, plus largement vous avez un spectre de l'autisme très large, vous pouvez avoir des enfants qui ont de la déficience intellectuelle ou pas, vous pouvez avoir des enfants qui ont des troubles d'apprentissage, donc on élargit justement notre intervention. Monsieur Bourdin, il est capital de faire de l'intervention précoce, d'arrêter ces errances de diagnostic pour les familles. C'est bien pour ça qu'on met un forfait d'intervention précoce. Dans tous les autres pays européens, dès qu'on a un signe d'alerte, de retard de développement, on agit, et c'est ce qu'on va faire...

misty a écrit :
mardi 9 avril 2019 à 11:55
Mme Cluzel, qui estime que les psychiatres "ne collaborent pas assez vite avec le médicosocial. Il y a encore énormément d'adultes qui sont en hôpitaux psychiatriques et il faut qu'on accélère le diagnostic, en collaboration avec le médicosocial, pour pouvoir travailler sur la sortie de ces adultes".
La sortie vers où?
[...] Qui abonde dans son sens?
La rapporteuse spéciale de l'ONU sur les droits des personnes handicapées: "En l’absence du soutien et des moyens d’existence voulus, les personnes handicapées sont placées dans des institutions ou dans des établissements de santé mentale comme s’il n’y avait pas d’autre possibilité."
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4331
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: 4ème Plan Autisme

#255 Message par misty » mardi 9 avril 2019 à 12:55

"En l’absence du soutien et des moyens d’existence voulus, les personnes handicapées sont placées dans des institutions ou dans des établissements de santé mentale comme s’il n’y avait pas d’autre possibilité."
Mais est-ce qu'il y a d'autres possibilités (et pas de l'ordre de 25 places pour un département entier)?
C'est bien ce à quoi je pense, et je suis d'accord avec ce rapport, mais le souci c'est que le soutien et les moyens d'existence voulus ils ne sont pas là. Je ne comprends pas comment on peut appauvrir autant le secteur de la psychiatrie publique pour ensuite lui reprocher de manquer de moyens, c'est tout.
Au CMP que je fréquente, il y a un gros souci de surpopulation de patients, de sous-population de personnel (tous contractuels, il n'y a plus de budget pour de vraies embauches), et évidemment que la direction ne demande que ça, de "dés-hospitaliser" les personnes autistes et apparentées. Mais il n'y a rien d'autre pour eux et leurs parents ne peuvent (voire ne veulent) pas s'en occuper. Donc c'est ça ou la rue en roue libre, parfois... :innocent:

Lits supprimés, budgets mal distribués, manque de lieux spécialisés : les "gigantesques déficits" de la France en psychiatrie

C'est exactement le souci pointé dans le documentaire de Sandrine Bonnaire: tout critiquer sans rien proposer. Evidemment que les personnes autistes n'ont rien à faire en HP, la plupart des psychiatres sont d'accord avec ça (je le répète) et ne demandent que ça d'enrayer la saturation de leurs services. Mais pourquoi taper sur les psychiatres au lieu de proposer de vraies solutions? Que fait-elle de concret? Les espaces d'accueil adaptés en cours de construction, le personnel en train d'être formé en masse il sont où pendant qu'elle enchaîne les truismes et les généralités abusives?
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Répondre