[Etude] Mémoire autisme, musique et synesthésie

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Aby
Forcené
Messages : 2579
Enregistré le : vendredi 16 janvier 2015 à 8:51
Localisation : Pays de la Loire

Re: [Etude] Mémoire autisme, musique et synesthésie

#31 Message par Aby » jeudi 14 février 2019 à 15:54

Althaïs a écrit :
jeudi 14 février 2019 à 13:18
Je m’émerveille pour un rien...

Tu n'as surtout pas à en rougir. :wink: Ce serait au contraire tellement triste de ne plus s'émerveiller d'un rien.
(Je ne sais pas si tu parlais de la synesthésie, mais cela a un côté merveilleux surtout quand on ne se rend pas bien compte des inconvénients que cela peut engendrer).

Edit : quand je disais "surtout quand on ne se rend pas bien compte des inconvénients que cela peut engendrer", je parlais pour moi. Le "on" pouvait prêter à confusion.
Modifié en dernier par Aby le jeudi 14 février 2019 à 21:44, modifié 1 fois.
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom, 12 ans, diagnostiqué TSA (AHN) en janvier 2016,
avec dysgraphie - TDA confirmé par les tests en mars 2017
Egalement épouse d'un homme au fonctionnement "atypique".

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25501
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: [Etude] Mémoire autisme, musique et synesthésie

#32 Message par freeshost » jeudi 14 février 2019 à 19:55

Althaïs a écrit :
jeudi 14 février 2019 à 13:18
Je m’émerveille pour un rien... :oops:
Et moi, je fais parfois le casseux d'party (le rabat-joie, le brise-merveille). :lol:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

moicemoi
Nouveau
Messages : 6
Enregistré le : lundi 4 mars 2019 à 21:28

Re: [Etude] Mémoire autisme, musique et synesthésie

#33 Message par moicemoi » lundi 4 mars 2019 à 23:22

Je ne sais pas si je suis synesthète... mais je suis musicien et plasticien. L'association de plusieurs sens dans ces deux domaines m'est naturel. La musique à des formes, des arabesques, des courbes, des angles, des notes peuvent être pointillistes (à l'image d'un tableau), entre autres choses, avec quelque chose de gestuel, dessiné dans l'espace. Des couleurs, aussi, par l'intermédiaire des humeurs qu'elle suscite. Ces notions sont invariables, et ne sont pas liées à un moment ou un autre, différents en sensibilité... en même temps je n'écouterai ni ne jouerai les mêmes choses selon mon état d'esprit de l'instant. Et puis par ailleurs, je la ressens physiquement, notamment dans la colonne vertébrale et la nuque, ce qui enfant pouvait m'amener à me cacher pour que personne ne voit ces mouvements et postures involontaires. A l'inverse, les images, les formes, abstraites ou naturelles comme les paysages ou les lumières, peuvent me suggérer fortement des sons, dont la qualification de musique ou pas reste question d'interprétation. Je parlerai plus spontanément d'harmonie (bien que ce ne soit pas à prendre au sens strict des règles musicales classiques occidentales ou autre). Pas sûr que ça réponde à la question pour autant. C'est tellement personnel et pas aussi net que le sous-tend l'intitulé : je ne "peins" pas une musique, il n'y pas d'image globale, mais des moments de "suivi" de telle ou telle série de notes jouée par tel ou tel instrument d'une orchestration, sautant de l'un à l'autre, de l'une à l'autre selon les écoutes, avec les formes et couleurs associées, donc rien de "global". Une sorte d'extension de l'oreille harmonique, d'une certaine manière, qui me permet "d'entendre" ou "d'isoler" certaines notes différentes de celles jouées (ou sur la partition, c'est pareil) à l'intérieur d'un spectre sonore... très pratique pour les arrangements et l'orchestration par rapport à un thème initial.
SA HPI diagnostiqué

Ogam
Occasionnel
Messages : 13
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: [Etude] Mémoire autisme, musique et synesthésie

#34 Message par Ogam » mardi 12 mars 2019 à 0:26

Je suis musicien depuis une quizaine d'années où je joue de la bombarde (de la famille du hautbois) et depuis deux ans, du biniou-kozh (dont une année pour vraiment apprendre à maîtriser cet instrument) qui est une petite cornemuse. Je ne pense pas être synesthésiste, même si j'ai une représentation mentale (chantonnée intérieurement) de la musique.

Je ne pense pas avoir l'oreille absolue car je n'ai jamais fait de solfège. En revanche, dès que je chantonne les premières notes d'un thème, je peux te rechanter du début jusqu'à la fin, la suite qui m'intéresse et que j'ai pu entendre sur un CD (avec le tempo associé et les variations des musiciens). D'ailleurs, comme beaucoup sur ce forum, je peux écouter pendant des heures le même CD, voire le même morceau du CD pour me sentir mieux, m'évader où pour avoir l'impression de connaître les moindres détails du morceau. Ou bien pour avoir l'impression de me retrouver dans un cocon et ne pas avoir à penser, me relaxer.

Pour la musique à proprement parlé, j'ai appris à automatiser la lecture d'une partition (reconnaissance des notes et de la rythmique dès le 1er coup d'oeil) en 2 mois et depuis 2016, je ne joue quasiment qu'à l'oreille. A partir de maintenant, on me joue un morceau et j'arrive à le jouer du premier coup par rapport aux sons des notes et aussi par rapport au doigté du musicien qui joue à côté de moi. J'ai même été jusqu'à jouer dans des boeufs où je devais apprendre des morceaux en direct tout en les jouant pour faire danser les danseurs. D'ailleurs les musiciens professionnels étaient étonnés de ma capacité à m'adapter et à improviser alors que dans ma vie de tous les jours, ça me provoque un stress incroyable et je serais chamboulé.

Maintenant, la question essentielle : pourquoi la musique et qu'est-ce que cela m'apporte? Je peux le dire aujourd'hui après y avoir réfléchi : la musique m'apporte une capacité à exprimer et à montrer qui je suis réellement sans avoir besoin de parler, je ressens un sentiment de liberté mais aussi, cela me permet de rencontrer, discuter, jouer avec des gens formidables qui pour certains, sont devenus des amis. La musique bretonne a cela de particulier que c'est une musique pour faire danser les gens. Avoir les danseurs et les musiciens qui se retrouvent comme dans une transe, en symbiose, me procurent une joie intense et un état de plénitude total. Je trouve gratifiant de faire danser les gens et qu'ils te remercient. Enfin, je ne sais pas si comme beaucoup de gens, vous vous sentez en symbiose avec votre instrument mais moi, avec le biniou, j'ai l'impression d'être né pour jouer de cet instrument. Quand je joue avec un compère à la bombarde (le biniou joue deux fois la même phrase d'un thème à savoir une fois avec la bombarde et une autre fois seul pour permettre au joueur de bombarde de respirer : on appelle cela la réponse du biniou), la réponse au biniou me permet d'avoir mon moment comme soliste ce qui est un peu mon moment de "gloire " (mais cela implique de ne pas se louper).

Voilà, j'ai essayé de résumer ce que représentait pour moi la musique, mes rapports avec elle ainsi que les spécificités de la musique bretonne et ma relation avec mon instrument. En aucun cas, je ne me considère comme un autiste savant ou un virtuose. En revanche, je suis doué mais je travaille aussi énormément pour m'améliorer. D'ailleurs, quand j'apprends ou joue un morceau avec un copain, je suis très perfectionniste et surtout, je suis exigeant. Je cherche à ce que le copain s'améliore mais ce que je ne dis jamais, c'est que si je suis exigeant (par les conseils, les remarques ou le fait de répéter lentement 4-5 fois le même morceau) et bienveillant, je suis 10 fois plus exigeant envers moi-même.
En trois mots, je suis passionné tout simplement.
En cours de diagnostique au CRA depuis l'envoi du dossier en décembre 2018 et suspicion d'autisme asperger grâce à des psychologues spécialisés.

Répondre