Specialisterne et Passwerk : entreprises pour autistes

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Specialisterne et Passwerk : entreprises pour autistes

#1 Message par Jean » mercredi 11 novembre 2009 à 23:09

L’entrepreneur Thorkil Sonne : ce que vous pouvez apprendre d'employés atteints d'autisme

Une conversation avec Thorkil Sonne par Susan Donovan

Il y a quatre ans Thorkil Sonne se rendit compte que son jeune fils autiste possédait une mémoire extraordinaire et un œil exercé pour les détails. Ces caractéristiques sont fréquentes chez les personnes autistes, et Sonne vit une occasion d'aider les personnes atteintes de ce trouble à trouver un emploi productif. En tant que directeur technique d'une entreprise danoise de logiciel, il savait ces qualités déterminantes pour les testeurs de logiciels. Il a donc volé de ses propres ailes et a lancé Specialisterne, à Copenhague, entreprise d’essai de logiciels, qui a maintenant 51 employés, dont 37 atteints d'autisme, et des recettes de 2 millions de dollars.

Vous avez démarré votre entreprise pour améliorer la vie des personnes atteintes d'autisme. Pourquoi ne pas avoir créé seulement une entreprise sans but lucratif axée sur la recherche d’emploi ou la formation professionnelle?

J'ai voulu faire plus que fournir un milieu de travail protégé pour personnes handicapées. Mon but est de créer des opportunités pour les personnes atteintes d'autisme à l’échelle internationale. On peut trouver des fonds pour soutenir un travail en milieu protégé en Scandinavie, mais pas en Pologne, en Espagne ou au Brésil. Pour étendre sa portée, notre organisation a besoin du type de financement que seule une entreprise à but lucratif peut générer. Il faut réussir aux conditions du marché.

Est-il difficile de concilier les deux missions - service aux clients et aider les personnes ayant un handicap?
specialisterne.GIF
On nous demande constamment si nous soutenons les clients ou une cause. Nous voulons faire les deux, bien sûr, mais nous luttons toujours contre le soupçon que nous sommes simplement un organisme de bienfaisance. Notre profil d’entreprise à responsabilité sociale pourrait ouvrir les portes avec les PDG, mais les cadres en charge des tests logiciels ne sont pas évalués sur la RSE (« responsabilité sociale de l’entreprise »), mais seulement sur l’argent qu’ils rapportent à l'entreprise. Pour diminuer leurs doutes, nous devons dépasser les attentes de rendement à chaque fois.

Tous nos contrats proviennent du secteur privé. Parce que le Danemark n'a pas de tradition d'entreprises sociales, le gouvernement ne réserve pas des contrats pour les compagnies comme la nôtre et ne leur donne pas des avantages fiscaux. Nous sommes en concurrence frontale.

Comment l’encadrement de travailleurs autistes diffère de celui d'autres personnes?

La plupart de nos consultants autistes ont une forme bénigne appelée syndrome d'Asperger et sont de haut niveau. Pourtant, parce qu'ils sont souvent hypersensibles aux bruits, ils peuvent être mal à l'aise dans les bureaux open space sans portes ni murs. Ils ont aussi du mal à travailler en équipe et à comprendre les signes sociaux, comme les gestes, les expressions faciales et le ton de la voix. Vous devez être précis et direct avec eux, être très précis sur vos attentes, éviter les sarcasmes et la communication non verbale. Bien que nous attendions des employés qu’ils fassent bien leur travail, nous ne leur demandons pas d'exceller socialement ou d'interagir tout le temps avec les autres. Nous leur trouvons juste un rôle adapté, qui leur convient. Cela leur enlève énormément de stress. Je pense que la normalité est ce que la majorité décide qu'elle sera, et dans notre entreprise, les personnes atteintes d'autisme sont la norme.

Traduction Asperansa d'un article paru en anglais :
http://hbr.harvardbusiness.org/2008/09/ ... utism/ar/1

Le site de l'entreprise : http://www.specialisterne.com/[img]http ... rne_03.gif[/img]

Un cours sur l'entreprise : http://cb.hbsp.harvard.edu/cb/product/608109-PDF-ENG
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#2 Message par Jean » mercredi 11 novembre 2009 à 23:11

et aussi :
Specialisterne ou comment transformer l’autisme en avantage compétitif
http://lesocialbusiness.fr/blog/2009/07 ... ompetitif/

Image

L’entreprise Specialisterne est une compagnie danoise qui utilise les caractéristiques des personnes souffrant d’autisme comme avantage compétitif sur le marché !

Cette entreprise innovante propose des services tels que le test de logiciels, le contrôle qualité ou encore la conversion de données aux plus grandes entreprises au Danemark.

De plus, Specialisterne accompagne et forme les personnes autistes à s’adapter au monde de l’entreprise et à se conformer aux exigences du milieu professionnel. Elle leur propose un environnement de travail où il est « normal » d’être autiste et où le rôle du management est de créer le meilleur environnement possible pour ces personnes.

Specialisterne fut créée par le visionnaire Thorkil Sonne. Son fils étant lui-même atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, il connaît les particularités des personnes autistes mais également les difficultés qu’elles rencontrent face à l’emploi. Déterminé à trouver une solution aux problèmes que rencontrait son fils ainsi que près d’1% de la population, Sonne a décelé dans ces «dysfonctionnements » une formidable opportunité. C’est son expérience dans le secteur des nouvelles technologies qui lui a permis de prendre conscience de la valeur que les compétences spécifiques très poussées des personnes autistes – capacité à systématiser, propension aux routines répétitives, etc pouvaient représenter pour un certain nombre d’activités.

Aujourd’hui, Specialisterne compte plus de 50 employés, dont environ 75% de personnes autistes, et travaille avec des entreprises danoises et internationales telles que Microsoft ou Oracle.

Mais Specialisterne ne se contente pas de fournir aux entreprises des services nécessitant une grande précision et une attention particulière aux détails au travers de son Business Centre. L’Enabling Centre propose aux employés des programmes d’entraînement leur permettant d’améliorer leurs capacités personnelles, sociales et professionnelles. Ces capacités sont en effet très peu développées chez les personnes autistes ce qui constitue une véritable barrière à leur intégration au sein de la société. Enfin, l’Academy Centre se concentre sur la diffusion du savoir inédit de Specialisterne : l’art de transformer les faiblesses en force grâce à une méthode de pensée positive.

En décembre dernier, Thorkil Sonne a créé la Specialist People Foundation à laquelle il a attribué la totalité des parts de Specialisterne, dont une filiale devrait prochainement voir le jour à Glasgow.

Voilà un exemple de social business qui devrait en inspirer plus d’un à changer de perspective et voir des opportunités inouïes dans les plus sérieux problèmes de notre temps.

Specialisterne fait l’objet d’une étude de cas de la Harvard Business School.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#3 Message par bernard » jeudi 12 novembre 2009 à 1:05

Une belle initiative qu'il était bon de citer.
J'espère qu'en France, on aura aussi des cas identiques.
Une majorité de SA ou de AHN dans une entreprise française, cela sera une révolution.
C'est bien de montrer que cela marche au Danemark.
Espérons que cela donnera des idées à d'autres en France.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#4 Message par Jonquille57 » jeudi 12 novembre 2009 à 1:42

bernard a écrit :Espérons que cela donnera des idées à d'autres en France.
... peut-être dans 50 ans, comme d'habitude... :?

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#5 Message par Jean » jeudi 12 novembre 2009 à 23:31

7.3 Étude de cas: Specialisterne - Une entreprise pour les personnes autistes, en partenariat avec TDC
Specialisterne est un exemple vibrant d'ouverture du marché du travail, soutenue par une grande entreprise, à des groupes minoritaires, grâce à la mise en place de partenariats avec des fournisseurs exclusifs. Specialisterne est la première entreprise du monde créée pour répondre aux besoins de personnes autistes et pour transformer les caractéristiques associées à cette maladie - sous toutes ses formes: syndrome d'Asperger, troubles d'apprentissage non-verbaux (NLD), autisme atypique ou infantile - en un avantage compétitif. Fondée en 2004, la société a été constituée sur la base d'un contrat avec TDC.
TDC a ainsi contracté et payé par anticipation un irnportant volume de travaux à réaliser par Specialisterne - principalement dans le cadre de tests de logiciels, afin de permettre au fondateur de Specialisterne de créer l'entreprise. Specialisterne réalise des travaux nécessitant concentration, persévérance, répétition, recherche d'erreurs et systématisation. Elle apporte une précieuse contribution à la phase de développement, assure la qualité et la réalisation des tests avec un sens aigu du détail et enrichit l'optique commerciale et marketing des consultants et des employés des clients.
Les employés de cette entreprise proposent un service de haute qualité, dans ses locaux comme dans ceux des clients, dans les domaines suivants : Opération et maintenance saisie, conversion et tri de données; tests tous types de tests ; préparation de la documentation des tests, révision, relecture; Construction de réseaux conception, programmation et mise en place de réseaux et de serveurs.
Specialisterne emploie actuellement 23 personnes autistes, dont la plupart n'avaient auparavant aucune expérience professionnelle. Pendant leur période d'essai, les employés continuent de percevoir les allocations versées par L'Etat. Specialisterne souhaite créer pour ces personnes plus de 100 emplois au Danemark et plus de 1000 emplois au niveau international. Specialisterne a prouvé qu'en se focalisant sur les aspects positifs de l'autisme, il était possible de créer une situation gagnant-gagnant pour les employés et les entreprises.

Extrait du document sur la diversité en Europe dans les entreprises de télécommunication :
http://www.union-network.org/uniibitsn. ... ure_FR.pdf
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#6 Message par maho » vendredi 13 novembre 2009 à 6:26

dont la plupart n'avaient auparavant aucune expérience professionnelle. Pendant leur période d'essai, les employés continuent de percevoir les allocations versées par L'Etat
Et voila une idée qui ne mange pas de pain!! Je cogitait moi meme cette idée hier, en me disant que si l'Etat continuait a payer les personnes handicapés pendant une periode d'essai en entreprise, peut etre que les entreprises seront plus acceuillant!!
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#7 Message par Jean » vendredi 13 novembre 2009 à 21:05

Parce que le Danemark n'a pas de tradition d'entreprises sociales, le gouvernement ne réserve pas des contrats pour les compagnies comme la nôtre et ne leur donne pas des avantages fiscaux.
En France, il y a le secteur des entreprises adaptées et les ESAT. Un point de mieux que le Danemark ...
Mais c'est à nous de créer ces structures adaptées pour personnes avec autisme.
Ces entreprises ne sont pas tombées du ciel, elles ont été créées sous l'initiative (ou la pression) des parents concernés.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Passwerk, une entreprise pour autistes

#8 Message par Jean » vendredi 13 novembre 2009 à 21:27

Passwerk

Elle n'est pas danoise, elle est belge.
Ils voient les arbresImage
Dominique Vanneste et ses deux collègues passent leur temps, depuis la mi-juillet, à faire des ‘copier-coller’ au départ d’une banque de données pour alimenter un nouveau site que le SPF Affaires étrangères souhaite mettre en ligne très bientôt. Ce ne sont pas des fonctionnaires, mais des extérieurs qui ont été engagés pour l’occasion par l’intermédiaire de la société Passwerk qui met à disposition des personnes dotées de ‘talents spéciaux’.
Le SPF Économie a lui aussi fait appel à ces travailleurs. Ce fut même le premier, par l’intermédiaire de Frank De Saer (directeur ICT), à avoir découvert leurs atouts si particuliers, qui se sont révélés plus qu’utiles lors de la conception du tout nouveau site web du SPF Économie mis en ligne depuis peu.
Version PDF

L'autiste, perle des testeurs de logiciels - 26 mai 2008 -- Kristof Van der Stadt
Passwerk croît plus vite que prévu - 23 avril 2009 -- Kristof Van der Stadt

« Les autistes travaillent avec précision, minutie, efficacité et concentration. Toutes ces qualités en font de brillants ingénieurs test. »

L’ENTREPRISE SOCIALEMENT RESPONSABLE AVEC PASSWERK
Je suis autiste et je teste vos logiciels

article de Beyond Ordina - 3 pages
Ben X est peut-être passé à un cheveu d’une nomination aux Oscars, mais ce film a entretemps placé l’autisme sous les feux des projecteurs. Les personnes souffrant d’un trouble du spectre autistique (TSA) éprouvent des difficultés à
gérer les relations sociales et une communication normale. Cela ne doit pourtant pas empêcher leur intégration sociale. Preuve en a été faite par la société danoise Specialisterne. Des autistes doués d’une intelligence normale y testent des logiciels
pour les clients. Et ils s’en sortent avec panache, car les autistes brillent par leur
logique, leur rigueur et leur minutie. Grâce à Passwerk, l’initiative danoise est aujourd’hui imitée en Belgique. Existe-t-il un Oscar de l’entreprise socialement
responsable ?
Publicité Des autistes comme ingénieurs tests
En 2008, Ordina Belgium a co-fondé Passwerk : une organisation spécialisée dans le software testing qui emploie des personnes d’intelligence normale souffrant d’un trouble de type autistique. Les autistes travaillent avec sérieux, précision, efficacité et concentration. De plus, ils aiment les tâches répétitives et les missions de longue durée. Cela fait d’eux d’excellents ingénieurs tests.
http://www.passwerk.be/
Image
http://www.handimobility.org/blog/?p=5951
Image
http://www.lanouvellegazette.be/magazin ... 1991.shtml
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: Passwerk, une entreprise pour autistes

#9 Message par bernard » vendredi 13 novembre 2009 à 21:51

J'ai déjà lu des infos sur la société Passwerk.
Leur idée est bonne. Utiliser les talents là où ils sont.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#10 Message par maho » lundi 16 novembre 2009 à 8:03

Je n'ai pas eté assez loin dans mes cogitations Jean.
Je prends l'exemple de Loic (et beaucoup d'autres Aspies et AHN adultes) qui travaille en ESAT car le monde "ordinaire" et meme EA est trop stressant (entre autre)
Je me dit qu'il a eu son BAC Compta Gestion, et si l'ESAT pourrait continuer a le prendre en charge tout en le "pretant" a une entreprise peut etre un jour par semaine pour commencer, il y aura peut etre une chance qu'il puisse progresser, et ainsi liberer sa place en ESAT pour un autre.
Les entreprise ne veulent pas prendre la risque d'embaucher et payer les charges si la personne ne convient pas, mais en faisant des essais qui ne coute rien a l'entreprise ca pourrait marcher.
Ces echanges se font (trés peu) mais en restant dans le monde "handicap" entre CAJ et ESAT ou ESAT et EA.
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#11 Message par jakesbian » lundi 16 novembre 2009 à 14:42

c'est vrai que c'est une bonne idée, ce prêt "de compétences"; çà fait avancer tout le monde;
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Specialisterne : une entreprise pour SA

#12 Message par Jean » lundi 16 novembre 2009 à 18:59

ce système marche. On parle d'ESAT "hors les murs".

Dans ma boîte, il y avait comme çà un travailleur d'ESAT intégré au service courrier. "Petit problème", la direction a externalisé le courrier ... :twisted:

Autre exemple :
Imprimerie Cloître. Quatre ouvriers handicapés intégrés Le Télégramme - 22 novembre 2008
L'imprimerie Cloître vient d'intégrer, dans l'un de ses ateliers, une cellule de quatre personnes handicapées de l'Esat de Plabennec.L'imprimerie de Saint-Thonan emploie 110 salariés dont trois personnes handicapées. Depuis plusieurs années, elle sous-traite l'entretien de ses espaces verts et certains travaux de finition qui sont réalisés dans les ateliers des Établissements de services et d'aide par le travail (Esat). « Nous avons voulu aller plus loin en proposant à une équipe d'intégrer l'atelier de façonnage de l'imprimerie tout en étant salarié de l'Esat de Plabennec », explique Jean-Yves Le Normand, le P-Dg de l'entreprise. « On commence par dire "cela est impossible" pour se dispenser de tenter et cela devient impossible, en effet, parce qu'on ne tente pas », souligne Éric Godet, directeur de l'Esat.

Des compétences exploitées
Il ajoute : « C'est pourtant sur fond de morosité économique que nous avons décidé d'investir dans les compétences humaines et parier sur ce nouveau challenge. L'entreprise ose diversifier ses recrutements et s'enrichir de profils venants d'horizons différents. C'est un vecteur d'intégration aussi sociale pour la personne qui contribue à modifier le regard sur le handicap. Mais cette initiative ne doit pas faire oublier la nécessité de développer toujours plus l'emploi des personnes handicapées ».

De quatre à six travailleurs
Ce projet, instauré au sein de l'Esat, était basé sur le volontariat. Huit candidats ont postulé en écrivant une lettre au directeur de l'établissement. Quatre ont donc été recrutés pour l'instant mais les autres devraient toutefois être satisfaits dans leur motivation car ils bénéficieront d'un stage en entreprise. Une convention a été signée, hier, entre les deux parties reposant sur la mise à disposition de quatre ouvriers pour l'instant. Deux autres personnes pourront venir grossir l'équipe qui est accompagnée d'un moniteur. Le contrat est de 35 heures par semaine. Le partenariat est signé pour un an et reconductible chaque année. Pour l'équipe qui a démarré en atelier, il y a un mois, c'est aussi une vraie reconnaissance professionnelle malgré leur sous-qualification couplée au handicap. Elle a investi le secteur du façonnage, pliages, encartonnage, mise sous plis mais aussi conditionnement à l'entrée et à la sortie des machines. Hier après-midi, Jaoua, Morgane, Caroline et Thierry ne cachaient pas leur fierté d'appartenir à cette entreprise : ils ont officiellement reçu leurs tenues spécifiques et se sont mis au travail.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Passwerk, une entreprise pour autistes

#13 Message par Jean » jeudi 31 décembre 2009 à 19:48

Jean a écrit :L’ENTREPRISE SOCIALEMENT RESPONSABLE AVEC PASSWERK
Je suis autiste et je teste vos logiciels

article de Beyond Ordina - 3 pages
La dernière page de la revue n'est pas complète. L'article intégral (dans la revue complète) :
Passwerk, créé en mars 2008, est le fruit d’une collaboration unique entre organisations profit et social profit. Ordina Belgium et M2Q, du groupe Cronos, ont apporté la majorité du capital de départ. Parmi les autres participants financiers, citons le Centre de Formation professionnelle De Ploeg, Auticura vzw, Ergasia vzw et le centre Dr. Leo Kannerhuis (Pays-Bas). Plusieurs business angels participent au capital variable. Passwerk est également en négociations avec différentes administrations en vue d’obtenir des moyens supplémentaires pour aider à financer la croissance visée.

L’entreprise socialement responsable avec Passwerk
Je suis autiste et je teste vos logiciels


Ben X est peut-être passé à un cheveu Ben X est peut-être passé à un cheveu d’une nomination aux Oscars, mais ce film a entretemps placé l’autisme sous les feux des projecteurs. Les personnes souffrant d’un trouble du spectre autistique (TSA) éprouvent des difficultés à gérer les relations sociales et une communication normale. Cela ne doit pourtant pas empêcher leur intégration sociale. Preuve en a été faite par la société danoise Specialisterne. Des autistes doués d’une intelligence normale y testent des logiciels pour les clients. Et ils s’en sortent avec panache, car les autistes brillent par leur logique, leur rigueur et leur minutie. Grâce à Passwerk, l’initiative danoise est aujourd’hui imitée en Belgique. Existe-t-il un Oscar de l’entreprise socialement responsable ?

Les tests sont une phase incontournable dans le trajet de développement des logiciels. Des tests approfondis et méthodiques permettent d’éviter les cafouillages des processus business dus à des erreurs dans les logiciels, vous épargnant ainsi retards, utilisateurs ulcérés et autres gros frais de gestion. Et pourtant, les testeurs spécialisés ne courent pas les rues. Passwerk répond à ce manque pressant avec des personnes dont le handicap constitue précisément le meilleur atout.

Intégrés dans le business


“Tout le monde a le droit de participer pleinement à la société et à l’économie”, déclare Nico De Cleen, directeur général. “C’est pourquoi Passwerk combine ses objectifs pratiques à une dimension sociale. Passwerk aide des personnes normalement douées souffrant de TSA à trouver un job adapté dans le domaine des tests de logiciels. L’entreprise socialement responsable (ESR) reste souvent une préoccupation isolée dans les firmes. Pas chez Passwerk, qui ancre l’ESR dans le business du client. Voilà une approche plutôt innovatrice. Ce modèle donne en outre aux personnes atteintes de TSA une réelle perspective d’indépendance financière durable.”

L’autisme comme un atout

L’autisme est victime de quantité de méprises et de préjugés. “Une gestion correcte de leurs limitations laisse apparaître leurs qualités”, explique Dirk Rombaut, coordinateur lancement. “Les autistes aiment la structure, la clarté et la prévisibilité. Ils excellent donc dans le travail routinier et les projets à long terme. Ils travaillent avec précision, minutie, efficacité et concentration. Toutes ces qualités en font de brillants ingénieurs test.”

Garantie de qualité

La qualité du service prime. Les ingénieurs test travaillent de préférence sur site chez les clients finaux, ce qui oblige Passwerk à placer très haut la barre de l’embauche, de la formation et de l’encadrement. “Le candidat-testeur doit passer par une procédure de sélection très poussée”, explique Dirk Rombaut. “Après un premier entretien de prise de contact, une intake team lui fait passer des tests et d’autres entretiens. Si les résultats sont satisfaisants, il passe alors une évaluation de deux ou trois semaines, au cours desquelles sont testées ses capacités à devenir ingénieur test. Cette évaluation permet également de déterminer l’impact du trouble du spectre autistique sur le fonctionnement du candidat. Si le candidat réussit cette phase d’évaluation, il peut alors passer à la dernière étape : la formation professionnelle proprement dite. Des coachs professionnels encadrent testeurs et clients pendant les projets. Ils travaillent en collaboration avec les coordinateurs de test, qui assurent le soutien technique et le planning.”

Saine ambition

Passwerk se donne cinq ans pour se constituer un vivier de 75 ingénieurs test motivés. Actuellement, Passwerk se concentre essentiellement sur les tests fonctionnels et les tests de régression. Les tests fonctionnels consistent à vérifier si le programme fait bien ce pour quoi il a été conçu. Les adaptations apportées à un programme entraînent parfois une régression : des erreurs se glissent dans des parties non modifiées. Les tests de régression visent à éviter ce genre de problèmes. “J’espère que nous pourrons ultérieurement diversifier nos activités”, déclare Nico De Cleen. “Cela pourrait entraîner de nouvelles spin-offs. Nous pouvons transposer notre modèle business à d’autres groupes-cibles et à d’autres activités. Mais je serais déjà très heureux si nous arrivons à faire de Passwerk une réussite !”

Autisme : http://www.psycho-edu.be/html_nl/film_nl_autis.html
Passwerk: http://www.passwerk.be
Auticura: http://www.auticura.be
CFP De Ploeg: http://www.deploeg.be
Ergasia: http://www.ergasia.be
Leo Kannerhuis: http://www.leokannerhuis.nl
Business Angels Vlaanderen: http://www.ban-vlaanderen.be

http://www.ordina.be/Upload/Beyond_nr01_FR.pdf
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Specialisterne et Passwerk : entreprises pour autistes

#14 Message par Jean » samedi 2 janvier 2010 à 18:55

L’entreprise qui a renversé le «handicap» en atout
Par Cahal Milmo - Lundi 12 Octobre 2009
http://www.independent.co.uk/life-style ... 01627.html
The company that turned 'disability' into an asset - The Independant


Article signalé par la revue documentaire d'Autistes dans la cité

Image
Photo :Anders Birch

Lorsque Thorkil Sonne a appris que son fils de trois ans était autiste, le spécialiste danois de services informatiques a parcouru toute la gamme classique des réponses pour les parents d'un enfant autiste, de la colère qu'un médecin ne pouvait rendre son petit garçon heureux avec l'étiquette d’une incapacité permanente, à un désir de tout apprendre sur la maladie.

Cependant, peu vont aussi loin que de se lancer dans une "mission d'un seul homme" pour révolutionner l'attitude d’exclusion de la société à l’égard des autistes en créant une société avec un personnel presque entièrement par des « malades » qui a quelques-uns des plus importantes entreprises mondiales, dont Microsoft et Cisco Systems, faisant la queue pour acheter ses services.

Specialisterne, qui a un chiffre d'affaires de £ 2 millions et emploie plus de 40 personnes avec un trouble du spectre autistique (TSA) au Danemark, est prête à ouvrir sa première opération internationale à Glasgow l'année prochaine comme essai pour une stratégie d'expansion qui verrait des gens atteints de TSA travaillant comme consultants IT dans le monde entier.

The Independent croit savoir que le financement pourrait être accordé pour le projet le mois prochain, ouvrant la voie à la première société en Grande-Bretagne qui, non seulement emploie surtout des autistes, mais utilise les points forts de son personnel -- niveau phénoménal de numérisation [numeracy], concentration et mémoire - pour concurrencer ses rivaux dans l'une des industries les plus compétitives du monde.

Inspiré par les talents de son fils Lars, qui a déjà étonné son père en reproduisant de mémoire une carte routière de l'Europe, M. Sonne a fondé Specialisterne (Spécialistes en anglais) il y a six ans, préoccupé par l'exclusion du travail des personnes avec autisme et se rendant compte que les traits des autistes de "haut niveau" correspondent aux exigences des fabricants de logiciels.

M. Sonne, 49 ans, père de trois enfants, dit: «Je voulais que Lars [ait] les mêmes chances que ses frères. Quand vous parlez d’autisme la plupart des gens pensent au film, « Rainman », et la perception courante est que n'importe qui avec une telle condition est inemployable.

«J’en suis venu à réaliser que cela était très loin de la vérité. Tant que quelqu'un avec autisme pourrait se sentir à l'aise dans un milieu de travail et a la confiance sociale pour effectuer un travail, alors il aurait des compétences qui le rendait plus apte que d'autres à effectuer certaines tâches qui requièrent beaucoup de précision, de mise au point et de rappel de mémoire. "


Après l'hypothèque sur sa maison et le recrutement de six employés avec le type d'autisme appelé syndrome d'Asperger, M. Sonne persuadé son précédent employeur, la société de communications danoise TDC, de lui accorder un contrat pour tester des applications de téléphonie mobile et des jeux.

Quand il est devenu clair que l'équipe pourrait tester le logiciel à plusieurs reprises à un niveau que des «généralistes» - terme de M. Sonne pour les personnes sans TSA – ne pourraient pas soutenir, la demande pour les services de Specialisterne et de ses "consultants" a décollé. La société a été employée afin de tester la version danoise de Microsoft Windows XP Media Centre et ses clients s’étendent du CSC, société mondiale de services informatiques, à Nordea, la plus grande banque de Scandinavie.

Parmi les techniques que Specialisterne a mises au point, il y a l'utilisation d'une forme complexe de Lego pour apprécier les aptitudes des employés potentiels, dont l'état veut dire que l'interaction sociale lors d'un entretien formel est souvent impossible.

M. Sonne a déclaré: « Ce n'est pas pour offrir du travail au rabais ou une sorte d’ergothérapie. Nous facturons aux taux du marché, nos consultants reçoivent un salaire au taux du marché, et ceci parce qu'ils font tout simplement un meilleur travail. Si vous avez un morceau de logiciel qui nécessite des tests répétés, un étudiant payé pour le faire en Grande-Bretagne ou en Inde va se lasser et perdre sa concentration à la cinquième ou sixième tentative. »

«Nos consultants goûtent le défi de cette répétition et ils peuvent détecter des anomalies dans une grande quantité de données que d'autres auraient du mal à faire. Nous ne pouvons pas être parfaits, mais notre taux d'erreur est de 0,5 % par rapport aux 5% pour les autres contrôleurs."

La société va à l’encontre de toute inquiétude qu'elle soit en train de ghettoïser ses travailleurs, en faisant remarquer que 70 % de son personnel travaille dans les locaux du client. Un tuteur de Specialisterne veille à ce que l’environnement le plus approprié - une absence de bruit soudain et fort, des instructions claires et une semaine de travail moyenne d'environ 25 heures - soit fourni par l'hôte.
C'est une recette pour la réussite (la société a réalisé un bénéfice de 100.000 £ l'an dernier qui a été réinvesti dans la fondation de bienfaisance qui possède Specialisterne) que M. Sonne a l'intention de répéter en Ecosse. Il est entendu que les entreprises de logiciels et de saisie de données du nord de la frontière ont déjà manifesté leur intérêt pour les services de l'entreprise.

La National Autistic Society (NAS), qui travaille avec l’ entrepreneur danois et d'autres organismes en Ecosse à mettre en place l'entreprise, dit que les techniques révolutionnaires de l’entreprise pourraient être un outil essentiel pour aider les autistes au travail. Une recherche qui doit être publiée par l'organisme de bienfaisance cette semaine montre que 80 % des personnes atteintes d'autisme qui reçoivent des prestations d'incapacité aimeraient travailler. Seulement 15 % des 500.000 autistes en Grande-Bretagne sont employés à temps plein.

Raemond Charles, de la NAS, dit: «Il existe un vaste réservoir de potentiel inexploité là-bas que nous manquons tout simplement. Une branche de Specialisterne au Royaume-Uni serait une étape très importante dans l'ouverture des lieux de travail aux autistes."

Entre-temps, M. Sonne dit que s’il fallait démonter les avantages du travail de société, alors il n’y a pas à chercher plus loin que son personnel. Il dit: «J'ai vu des personnes. Un de nos consultants n'avait pas travaillé pendant 24 ans. Maintenant, il effectue des tests pour Cisco Systems. Il se sent enfin faire partie de la société et respecté. Il peut parler à des réunions de famille. Il a récemment trouvé une petite amie. Lars veut travailler pour nous en tant que formateur. Je ne vois pas pourquoi finalement ceux qui sont à des niveaux plus bas dans le spectre autistique ne devraient pas travailler aussi. "

Les autistes « condamnés à la pauvreté » Par Jeremy Laurance - The Independant -Lundi 12 Octobre 2009

Moins d'un autiste sur six a un emploi à temps plein et un tiers vit sans emploi ni prestations, déclare la National Autistic Society. Dans un rapport, l'organisme accuse le gouvernement de condamner les autistes à une vie de pauvreté.

Beaucoup de personnes avec cet état sont obligées de compter sur leur famille et leurs amis pour un soutien, souvent depuis des années. Il y a 300.000 adultes avec autisme en âge de travailler en Grande-Bretagne. Bien qu'ils soient très désireux de travailler, ils sont freinés par un manque de compréhension de leur état par les employeurs et une pénurie de conseillers à l'emploi spécialistes. Mark Lever, le président de l’association, a déclaré: "Il est absolument vital qu’ils soient en mesure d'accéder à l'aide et aux services appropriés pour la recherche d’un emploi et qu’ils soient soutenus financièrement quand ils ne peuvent pas travailler. Il est scandaleux, par conséquent, que des milliers de personnes atteintes de cette affection grave, permanente et invalidante soient relégués à la misère par un système complexe et contre-productif d’indemnités. Nous allons continuer la campagne jusqu'à ce que l’engagement «aucun radié » du Gouvernement soit une réalité pour les autistes. "
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20754
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Specialisterne et Passwerk : entreprises pour autistes

#15 Message par Jean » dimanche 17 janvier 2010 à 15:36

Un commentaire sur Specialisterne, par
Testing as an Autistic Skill
Test comme compétence autiste
16 juin 2008

sur le blog NTs Are Weird (les NT sont bizarres) - An Autistic’s View of the World par Joël Smith

Un article paru dans « Harvard Business School Working Knowledge » décrit en détail la société néerlandaise [danoise en fait] Specialisterne. Cette société se concentre sur les tests de logiciels, en utilisant des travailleurs autistes. Ils ont trouvé que les travailleurs autistes ont souvent des compétences très fortes pour tester des logiciels.

Cet article présume que cela est dû à un travail «routinier» plutôt que «créatif». Je ne suis pas sûr que ce soit le cas - je pense qu'il est plus probable que cela relève du point fort des autistes pour voir les détail et le tout à la fois. Beaucoup d’autistes semblent capables de retenir une énorme quantité d'éléments à la fois, sans avoir autant besoin de les "grouper" en un objet de plus haut niveau. Nous n’oublions pas la forêt pour les arbres, nous voyons la forêt parce que nous voyons les arbres. Ce n'est pas une meilleure façon de penser (il y a des moments où les détails se mettent en travers du chemin, et il vaut mieux prendre du recul sur les détails et se concentrer sur la «forêt»), mais c'est aussi pas la pire façon de penser. C'est une façon différente de penser.

D'après mon expérience personnelle, je sais qu’au moins cette façon autiste est très bonne pour trouver des failles. Je suis compétent pour me souvenir des centaines ou des milliers de détails concernant un réseau informatique, en voyant leurs interactions dans ma tête, et à mettre le doigt sur le motif pour lequel certains paquets ne se placent jamais entre une ville et une autre. J'ai fait la même chose avec des travaux de base de données et de programmation, ce qui nécessite de fortes habiletés pour se rappeler les détails et voir le problème.

Je pense que je pourrais aussi faire bien dans d'autres domaines - je pense que je serais une bonne personne pour assurer la qualité dans une usine (en fait, je connais un autiste qui excellait dans l'assurance qualité dans une usine de peinture - il pouvait dire si c’était exactement la couleur prévue, quelque chose qui est important pour toute personne qui peint sa maison). J'ai fait du travail de sûreté de l'information, qui exige le même type de capacités à "trouver des fautes". J'imagine que je pourrais bien faire en tant que vérificateur, à condition bien sûr que j'étais payé pour vérifier, non pour représenter des opinions politiques.

Mais ... c'est le problème avec ces carrières. Par exemple, considérez un inspecteur de la sécurité alimentaire: son travail, sur le papier, est de s’assurer que la nourriture est sans danger. La réalité de l'industrie alimentaire (comme toute personne qui y a jamais travaillé le sait) est qu'il existe des violations des lois sur la sécurité alimentaire dans presque chaque établissement lié à l’alimentation. La plupart du temps, ils sont relativement mineurs dans l'ordre des choses, et pas une menace énorme pour la sécurité des personnes mangeant de la nourriture. Cependant, ils constituent toujours des violations, et c’est un problème. Le problème auquel doivent faire face de nombreux autistes dans ce type de profession est qu'il y a une attente non écrite avec ce travail. C’est, "Ne donnez pas d’avertissements significatifs que si cette affaire est très grave ou si c’est politiquement attendu. Mais ne fermez pas tous les établissements de restauration rapide, fermez un peu seulement les pires. " Donc, maintenant, quand l’inspecteur en alimentation remarque que la nourriture en conserve est sur le sol (plutôt que sur une plate-forme surélevée), que le réfrigérateur ne dispose pas d'un thermomètre, que les employés ne se lavent pas toujours les mains, et que de la nourriture a été laissée sur le comptoir à la température ambiante, il devrait seulement donner un avertissement mineur pour avoir laissé la nourriture à l'extérieur et peut-être l'un des autres éléments, mais dire seulement oralement au gestionnaire de traiter les autres choses. Mais, ce n'est pas comme çà que se lit la description d'emploi pour ce poste - elle ne dit pas "et ce poste nécessite le discernement pour déterminer les avertissements adaptés au climat politique actuel concernant la sécurité alimentaire." Elle dit que vous êtes là pour conserver la nourriture sûre. Rigoureusement, et il y a des cases à cocher sur le formulaire pour chaque violation possible. Il s'agit de "oui ou non» sur le formulaire, non "Oui, çà n'allait pas, mais ce n'est pas assez important pour nous pour l’écrire vraiment sur ce formulaire."

C'est là que nous pouvons avoir des ennuis. Nous pensons que nous avons été embauchés pour, disons, trouvez des bugs dans les logiciels, les livres comptables de vérification, ou s’assurer que les procédures sanitaires de transport des aliments sont suivies. Pourtant, ce que les gens veulent, c'est quelqu'un pour dire que le logiciel fonctionne (il peut donc l’expédier et faire de l'argent), dire aux actionnaires que les livres sont au-dessus du bord [above-board ] (afin que le Conseil ne soit pas débarqué), et dire au public que le restaurant est un endroit sûr pour manger (ainsi qu’ une entreprise locale qui ne ferme pas ses portes). Et c'est là le défi.

Oui, il y a vraiment des postes où nos compétences de « contrôle » peuvent faire l’objet d’utilisations intéressantes, parfois même dans ces situations. J'imagine que, quelque part, il existe un poste d'inspecteur de l’alimentation qui est vraiment « noir et blanc ». Mais, malheureusement, ce type de poste est rare. Ma plus grande question est: comment pouvons-nous le trouver?
Image
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Répondre