Ocytocine, la molécule du "bonheur"

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Ocytocine, la molécule du bonheur

#31 Message par manu » mercredi 17 février 2010 à 10:51

Jean a écrit : De précédentes études qui ont mesurées le taux de cette hormone dans le sang des patients ont montré qu'elle était déficitaire chez les patients atteints d'autisme.
Alors je suis bien forcé d'accepter que ça peut tenir du rééquilibrage.

Reste ce que dit jakesbian, sur l'action des drogues qui se substituent au circuit interne, sauf que là curieusement, j'ai au contraire tendance a croire qu'un apprentissage peut se refaire. Ces deux situation antagoniste "adrénaline et fuite / ocytocine et lien" sont on le devine modulable et adaptable au fur et a mesure de la vie. Par exemple l'ocytocine a l'accouchement embraye la machine du lien, on sait que les premières heures sont très importante pour que le lien mère-enfant puisse s'établir convenablement; et a l'inverse un accident de voiture peut définitivement entrainer un rejet chronique de tout ce qui roule, une forme d'apprentissage aussi. Dans les deux cas un événement et l'hormone crée un mécanisme qui perdure.
Je crois donc plutôt en un très fort pouvoir d'apprentissage, plus qu'à un risque de dépendance, formidable béquille donc s'il rééquilibre une lacune.

Si l'orientation vers la tendance fuite n'est due qu'a un défaut d'ocytocine alors alléluia, si elle est due a autre chose mais que l'ocytocine ré-équilibre un effets délétère alors c'est très bien, reste que si le message d'alerte est due a autre chose, un défaut d'échange par exemple, ça vas juste faire ré-expérimenter en toute confiance l'expérience de la mé-communication, et après coups, en analysant la situations, ré-intensifier le réflexe de fuite encore plus fort pour compenser avec le message d'apaisement envoyé artificiellement.
Les trois cas sont possible, mais la simple possibilité du troisième me parais réellement effrayante.
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Ocytocine, la molécule du bonheur

#32 Message par manu » mercredi 17 février 2010 à 12:43

Pendant que certain élaborent des théories (moi) d'autre trouves des trucs pour savoir de quoi on parle : annemarie a trouvé des liens pas inintéressant sur le mode d'action qui n'est pas en opposition directe avec l'adrénaline mais avec le cortisol.
(par exemple "L’ocytocine diminue le stress et la production de cortisol" (source) ou encore "L’ocytocine agit en faveur d’une diminution de la réaction de stress par une diminution de l’ACTH et du cortisol"(source), c'est pas les meilleures sources mais elles convergent toutes pour ce qui est du rapport au cortisol)
Or le cortisol aussi nommé hormone du stress semble être déréglé dans le cas du syndrome d'asperger comme dans celui du stress post-traumatique (source que j'ai déjà sortie ailleurs).
l'ACTH est une hormone pivot sur laquelle se règlent pas mal d'autres, et en particulier le cortisol lui même.
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

Re: Ocytocine, la molécule du bonheur

#33 Message par jakesbian » mercredi 17 février 2010 à 16:54

wait and see.
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du bonheur

#34 Message par Jean » mercredi 17 février 2010 à 21:36

Promoting social behavior with oxytocin in high-functioning autism spectrum disorders

1. Elissar Andaria,
2. Jean-René Duhamela,
3. Tiziana Zallab,
4. Evelyn Herbrechtb,
5. Marion Leboyerb, and
6. Angela Sirigua,1

L'article en anglais) est librement disponible :
http://www.pnas.org/content/suppl/2010/ ... 0249SI.pdf
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#35 Message par Jean » mercredi 17 février 2010 à 22:33

Dans le concert sur l'ocytocine, une critique ravageuse de Michelle Dawson sur son blog. Vous pouvez retrouver les différents liens en vous reportant à son blog.
17 février 2010
Oxytocin versus autism: A cure for altruism
http://autismcrisis.blogspot.com/2010/0 ... e-for.html
Ocytocine contre l’autisme : un remède pour l'altruisme

Image
Le message largement répandu résultant de Andari et al. (sous presse) est que l’hormone ocytocine, "peut être une arme puissante dans la lutte contre l'autisme» ou des termes de ce genre.

Le cœur de cette étude est une version de jeu vidéo de capture qui semble impliquer quatre joueurs humains. Quand un joueur a lancé la balle, il doit alors le jeter à un autre joueur de son choix. Chaque fois qu'un joueur reçoit la balle, il reçoit un peu d'argent.

Dans Andari et al. (sous presse), des petits groupes d'adultes autistes et non-autistes ( "P") jouent individuellement à ce jeu avec trois étrangers ( "A" "B" "C"). Beaucoup est fait pour convaincre les participants autistes et non-autistes que les étrangers, qui sont en fait minutieusement programmés, sont des êtres humains réels, présents également, tout près (dans les cabines adjacentes), prenant des décisions.

Les trois étrangers commencent par distribuer de façon égale le ballon pour les autres joueurs. Ensuite, le programme élaboré entre en action: A et C de plus en plus favorable à un joueur (P et B, respectivement), en rejetant les autres. Le comportement de B ne change pas.

Dans une manifestation prototypique de pensée de "nous-contre-eux", les P non-autistes ont réagi en se liguant avec A pour récolter les gains sociaux et monétaires d'une alliance étroite fondée sur l'exclusion de la moitié des joueurs.
Les participants autistes en revanche ne présentaient pas un tel comportement égoïste et discriminatoire. Ils ont continué à lancer la balle aux autres joueurs dans une proportion égale, en ignorant leur propre intérêt au profit du maintien de l'inclusion équitable de tous les acteurs.

En outre, les estimations subjectives des autres joueurs faites par les autistes ont révélé que les P autistes n'ont pas eu le genre de préjugés qui sont couramment appelés hypocrisie. Ils ne jugent pas C, qui a partagé la plupart avec B, comme pire ou moins fiable que A, qui a partagé plus avec eux-mêmes.

Selon Andari et al. (sous presse), les autistes "ne peuvent pas comprendre ou s’engager dans des situations sociales», comme en témoigne la performance remarquablement altruiste des autistes dans ce jeu. C'est ce déficit social profond, ce comportement autistique altruiste, qui a été ciblé pour un traitement.

Et en effet, le traitement a réussi. Les autistes qui avaient, au hasard, reçu une vaporisation nasale contenant de l’hormone ocytocine, plutôt qu'un placebo salin, se sont nettement améliorés. Ils sont devenus prêts à travailler avec l'un des joueurs dans un effort pour esquiver et discriminer les deux autres, et ainsi obtenir plus que leur juste part d'argent et d'attention. Ils sont devenus prêts à voir le joueur qui a partagé avec eux comme bon et digne de confiance, et le joueur qui a partagé avec quelqu'un d'autre comme mauvais et indigne de confiance. Ils ont appris et affiché l'égoïsme et l'hypocrisie et la pensée de "nous-contre-eux". Leur objectivité, l'équité et l'altruisme ont été - temporairement - guéris.

Ensuite, cette conclusion a été reproduite dans un deuxième petit groupe d'adultes autistes qui a effectué la même tâche, mais sans récompenses monétaires.

Succès! C’est le signal d’une avalanche de blogs et d’articles dans les médias. Uta Frith dit, "Cela pourrait être révolutionnaire."

Il y a plus dans Andari et al. (sous presse), qui rapporte également sur deux tâches impliquant des images de visage, au sujet desquelles quelques notes rapides:
  • 1. Il y a peu de preuves écologiques [dans un environnement réel et non expérimental] que les autistes évitent les images du visage ou ne font pas de contact visuel avec des images du visage.

    2. De nombreuses autres études (quelques exemples ici, ici, ici, ici) qui présentent des dessins forts (par exemple, l'utilisation de la fixation des croix) ont trouvé une répartition typique des fixations visuelles et / ou de l'attention typique de la région des yeux des images du visage chez les autistes.

    3. Pour les participants non-autistes, le temps total rapporté de fixation visuelle aux images de la face - la mesure essentielle - dépasse de beaucoup la durée totale d'exposition (pour les deux tâches), ce qui, pour une seule tâche, me fait gratter la tête.

    4. Pour l'instant il n'y a aucune preuve que les changements mesurés signalés liés à l'ocytocine dans les temps de fixation visuelle pour faire face à des images seraient globalement plus bénéfiques que néfastes pour les autistes.

    5. Dans d'autres études (exemples ici et ici) des temps de fixation visuelle par saccades plus rapides et plus courtes, présumés par Andari et al. (sous presse) pour être une très mauvaise chose, ont été associés à des performances accrues chez des autistes.
Tout cela est dit aussi à sa manière, mais çà ne peut égaler les résultats spectaculaires rapportés à l’égard de l'autisme et de l'altruisme. À cet égard Andari et al. (sous presse), même avec ses limites évidentes dans la conception, est un article extrêmement précieux. Il y a beaucoup à révéler sur la façon dont les autistes sont considérés, et sur la nature et les conséquences de la lutte contre l'autisme.

Pour en savoir plus sur la pensée « nous-contre-eux » chez les autistes et les non-autistes, je recommande le livre prémonitoire de Tyler Cowen, Create Your Own Economy [Créez votre propre économie], ainsi que cette vidéo qui y est liée.

Des interprétations de Andari et al. (sous presse) qui ne ressemblent en rien à ce qui précède peuvent être trouvées ici, ici, et ici.
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/co ... 01984.html
http://news.sciencemag.org/sciencenow/2 ... utism.html
http://scienceblogs.com/notrocketscienc ... utisti.php
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#36 Message par Jean » mercredi 17 février 2010 à 23:12

père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#37 Message par Jean » jeudi 18 février 2010 à 19:49

Extrait d'un article du 10 novembre 2008
The Oxytocin Cure
Will oxytocin cure shyness, autism, and other disorders?


Contrairement aux personnes souffrant de trouble d'anxiété sociale, il a été démontré que les personnes atteintes d'autisme avaient de faibles niveaux d'ocytocine. Dr. Eric Hollander au Mt. Sinai Hospital de New York City a eu un succès relatif en matière de réduction des comportements stéréotypés et d'amélioration de la sociabilité en donnant à des autistes de haut-niveau de l’ocytocine par voie intranasale. Des études d'imagerie cérébrale ont montré que l'ocytocine réduit l'activité des régions du cerveau qui produit l'anxiété. Les personnes atteintes d'autisme et d’ autres désordres sociaux sont souvent très anxieuses et lorsque ces patients reçoivent de l’ocytocine, l’anxiété diminue.

Alors, peut-on soulager l’anxiété sociale en mettant l'ocytocine dans le nez? Il existe des moyens pour amadouer vos cerveaux en le faisant libérer davantage de sa propre ocytocine. Il s'agit notamment de :

1. L'utilisation des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), médicaments généralement utilisés pour traiter la dépression, tels que le Prozac ou le Paxil. La sérotonine et l'ocytocine se libèrent ensemble dans le cerveau, ce qui accroît la sérotonine comme probablement l’ocytocine, aussi. Parlez-en à un psychiatre à ce sujet.

2. Prendre un chien. Caresser un chien libère de l'ocytocine chez le chien et l'humain. Commencer par un compagnon canin peut aider certains patients à devenir plus à l'aise avec une compagnie humaine.

3. Dans la recherche de mon laboratoire publiée en Septembre 2008, nous avons montré qu’un massage de pression modérée prépare le cerveau pour libérer de l'ocytocine et stimule les interactions avec les étrangers.

Après je suis passé par cette liste avec Ethel, elle m’a dit quelque chose d'étonnant. Sa fille avait quitté récemment son poste d'entreprise - elle ne pouvait supporter les interactions sociales stressantes. Elle était maintenant à l'école pour devenir massothérapeute. Sa fille dit que la seule fois où elle a senti qu'elle pouvait aisément se connecter à une autre personne était tout en donnant un massage. A mon avis, c’est un diagnostic d'une dysfonction de l'ocytocine.

Serons-nous guérir la timidité, l’anxiété sociale ou d'autisme avec l'ocytocine? Malheureusement, non. Nous sommes, cependant, en train d’obtenir de mieux comprendre comment le cerveau humain fait de nous les êtres sociaux que nous sommes, et de nouvelles façons d'appliquer ces connaissances aux patients.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#38 Message par Jean » jeudi 18 février 2010 à 19:54

Sur le thème des chiens, de l'autisme ... et de l'octocine, extrait d'un article :
http://www.mira.ca/fr/r-amp-d/10/le-chi ... s_102.html
Odendaal (2000) a formulé l’hypothèse qu’il devrait être possible de mesurer la réponse de l’interaction positive entre les humains et les chiens par des changements dans les niveaux de certaines substances neurochimiques très spécifiques dans le sang. Chez les humains et les chiens, les 3-endorphines, l’ocytocine, la prolactine, l’acide phénylacétique et la dopamine augmentaient significativement. Le niveau de cortisol (l’hormone associée au stress) diminuait significativement chez les humains. Ces résultats ont été comparés à ceux obtenus par les participants lors de la simple lecture tranquille d’un livre. Il n’y avait pas de différences significatives dans les relevés
neurochimiques entre la lecture tranquille d’un livre et l’interaction positive avec un chien à l’exception de l’ocytocine, de la prolactine et des 3-endorphines qui étaient plus élevées au cours des interactions avec le chien qu’au cours de la simple lecture tranquille d’un livre.
Dans une autre étude, Odendaal et Meintjos (2003) ont confirmé les observations de la précédente. Ils ont observé que durant les interactions positives entre les humains et les chiens, il y avait une augmentation de b-endorphine, ocytocine, prolactine, bphényléthylamine et dopamine autant chez les humains que chez les chiens. Tout comme dans l’étude précédente, le cortisol diminuait chez les humains alors qu’il demeurait stable chez les chiens.
Voir aussi, par exemple,
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/viv ... stress.php

Jim Sinclair : http://web.archive.org/web/200801240619 ... ~jisincla/
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#39 Message par Jean » jeudi 18 février 2010 à 21:19

Extrait d'un des articles signalés par Michelle Dawson. J'ai traduit la partie où il y avait des réserves ...

http://scienceblogs.com/notrocketscienc ... utisti.php

Un manque de contact des yeux est l'un des principaux problèmes d'autisme et la capacité de l'ocytocine pour renverser celà est certainement prometteuse. Mais regarder dans les yeux dans un test de laboratoire ne se traduit pas nécessairement dans les comportements du monde réel. Entre celà et un très petit échantillon, il n’est pas surprenant de constater que d'autres scientifiques se méfient des résultats. Tous ceux à qui j’en ai parlé ont dit que l’étude avait besoin d’être répétée avec davantage de personnes dans des environnements réels.

Cependant, beaucoup de gens sont optimistes. Larry Young de l'Université Emory décrit le travail d’Andari comme "prometteur" et "un des meilleurs articles" dans ce domaine. Toutefois, il ajoute: «Je voudrais mettre en garde le public dans leur interprétation que ce n'est certainement pas un remède. Ils n'ont pas fait ces tests dans un dispositif de laboratoire très contrôlé et ils ont besoin d'études plus sophistiquées de situations sociales réelles. Est-ce que l'ocytocine aide les gens à lire le langage du corps? Vont-ils vraiment plus regarder les yeux? "

Uta Frith de l'University College London est d'accord. «Contre mon scepticisme initial ... j'ai trouvé l’article très persuasif », dit-elle. Mais elle rejoint les préoccupations de Young, et elle veut savoir exactement comment l'ocytocine produit un résultat afin que des traitements appropriés puissent être élaborés. «Néanmoins", dit-elle,« cette forme d'intervention pharmacologique serait une première dans le traitement des troubles sociaux clés des troubles autistiques. Cela pourrait être révolutionnaire. "

Frith veut aussi voir si l'ocytocine pourrait fonctionner sur tous les autistes ou simplement sur ceux de haut-niveau. Même dans l'étude d’Andari, certaines des recrues ont fermement répondu à l'ocytocine, mais d'autres ont été totalement indifférents. D'autres scientifiques ont essayé de classer les personnes autistes, en fonction de leur style d'interactions sociales, et il peut se faire que l'ocytocine ne «fonctionne» que pour certains de ces groupes.

Par exemple, Andari a noté que la plupart de ceux qui ont montré des améliorations dans le jeu de balles à lancer seraient classés comme «actif-mais-bizarre" - ils abordent normalement d'autres personnes mais gauchement. En revanche, la plupart des gens qui ne montrent pas d'améliorations tomberait dans la catégorie « à l'écart » - ils évitent tout contact étroit et rejettent activement les avances sociales.

George Anderson du Yale Child Study Centre est plus sceptique quant au potentiel futur de l'ocytocine. Il note que l'hormone ne peut pas atteindre facilement le cerveau, elle ne dure pas longtemps dans le sang. Elle a une demi-vie de seulement quelques minutes. Même si les études futures reproduisent les résultats d’Andari, il n'est pas certain que l'ocytocine pourrait jamais être utilisée en pratique.

Young est d'accord et dit: «Je ne pense pas que ce traitement particulier sera largement utilisé. " Il considère ces expériences comme point de départ pour développer des médicaments qui imitent l'effet de l'ocytocine naturelle, mais avec une plus longue demi-vie. "Nous pourrions essayer de cibler la voie de l'ocytocine avec d'autres médicaments qui pénètrent le cerveau et qui ont une demi-vie plus longue. Mais je pense personnellement que ce genre de traitement peut être plus avantageux quand il est combiné avec des séances de thérapie comportementale, avec leurs dispositions définies ".
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#40 Message par Jean » jeudi 18 février 2010 à 21:54

Traduction d'une partie des commentaires sur le texte de Michelle Dawson:
Cheri dit ...
Je ne sais pas comment ne pas être en mesure de dire la différence entre une personne qui est prête à travailler avec vous et une personne qui veut profiter de vous : laquelle est altruiste? . Le comportement pro-social n'est pas forcément altruiste. Être capable d'adhérer avec des gens qui ont vos intérêts à cœur est un comportement pro-social.

Je donnerais n'importe quoi pour que mon fils autiste adulte puisse faire la différence entre les gens qui font vraiment attention à lui et les gens qui sont juste là pour profiter de lui. Il a failli mourir de la main d'un tyran "qu'il croyait être son ami. Cet incident ne l'empêche pas de s'associer avec d'autres vautours.

S'ils étaient à trouver et à fabriquer un médicament ocytocine qui aiderait mon fils à apprendre à se socialiser au mieux, je l'encouragerait à le prendre. Cela pourrait réellement permettre de lui sauver la vie.

Aussi, je n'ai jamais connu mon fils ou un de ses pairs autistes d'être un terrible altruiste.


Michelle Dawson dit ...
En réponse à Chéri, l'étude que j'ai décrite ne fournit pas de preuves que les participants autistes non traités ont été inconscients de ce qui se passait.

Elle fournit la preuve que les autistes qui agissent par altruisme ou honnêtement ont très peu de chances d'être reconnus comme tel, quelque chose que Cheri confirme.

Aussi, je suis d'accord que ce qui est appelé «le comportement pro-social» n'est pas altruiste.


Michelle Dawson dit ...
En y repensant ... pendant que ma façon de voir l'observation de Chéri parle pour elle-même, je vais aller de l'avant et relever ce qui est manifeste.

Je n'ai aucune compréhension, aucune, de l'hypothèse que, quand un intimidateur nuit gravement à un autiste, ce sont les autistes qui ne disposent pas des capacités sociales et ont besoins d'un traitement.

Je ne comprends pas. Cela signifie-t-il que j'ai besoin d'un traitement?
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#41 Message par jakesbian » vendredi 19 février 2010 à 14:46

assez d'accord avec les messages plus haut... pas un remède, mais une aide ponctuelle intéressante;

l'histoire du chien m'a fait pensé aux massages, ronronnements du chat et aux méthodes de relaxation en général...

... quelqu'un aurait-il lu ou entendu quelque part des choses pratiquées en ce sens? déjà plus durable qu'une "aspersion" d'ocytocine, des méthodes anti-stress auto-pratiquée serait intéressante... encore faut-il les connaitre.
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

annemarie
Passionné
Messages : 350
Enregistré le : mardi 2 février 2010 à 9:20

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#42 Message par annemarie » vendredi 19 février 2010 à 20:24

Si j'ai bien compris ce que dit M. Dawson, et en poussant le raisonnement plus loin, il faudrait soigner les victimes de psychopates parce qu'elles ne sont pas fichues de se défendre et laisser les psychopates en libertés.
Je ne pense pas que les autistes soient crédules, naïfs et tout ce qu'on veut, simplement, ce jeu d'interactions humain qui consiste à tester l'autre pour savoir jusqu'où on peut le manipuler à son propre profit, n'a aucun sens pour eux, et si ça fait sens, c'est une direction qu'ils n'ont nulle envie de prendre.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20615
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#43 Message par Jean » vendredi 19 février 2010 à 21:27

Dans le journal suisse "Le Temps" du 16 février, une présentation des informatiosn sur l'ocytocine. Je note particulièrement :
«L’ocytocine déclenche l’interaction sociale ainsi que la compréhension de cette interaction», souligne Angela Sirigu. Il se peut aussi, estime-t-elle, que ces capacités soient latentes chez les personnes atteintes d’autisme mais qu’elles ne les emploient pas. L’ocytocine abaisserait suffisamment leur niveau de stress – ou augmenterait leur niveau de confiance, c’est selon – pour qu’elles se décident à utiliser ces facultés.
Des chercheurs israéliens ont par ailleurs montré que l’ocytocine n’a pas que des effets positifs. Au cours d’expériences basées sur des jeux d’argent, elle a rendu les cobayes plus susceptibles de pavoiser après la victoire, ou plus envieux en cas de défaite. Selon les chercheurs, il se peut que l’hormone rende plus sensible aux signaux sociaux, qu’ils soient bons ou mauvais.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#44 Message par manu » vendredi 19 février 2010 à 21:51

«L’ocytocine déclenche l’interaction sociale ainsi que la compréhension de cette interaction»,
mouai, alors là je demande a voir, ça sent le raccourci fumeux ça!
Le plaisir déclenche l'apprentissage alors si on vas par là (les liens sont démontré) donc plus besoin d'école on vas s'injecter de la dopamine à la place.
Quelles sont les facultés dont on parle ici, ne serrait-ce pas de toute façon précisément ce qui ne fonctionne pas à la base?
plus susceptibles de pavoiser après la victoire, ou plus envieux en cas de défaite.
... ou plus apte a se lâcher, a laisser parler ces pulsions, a montrer a ce qui est caché d'habitude pour ne pas perdre le lien avec l'autre, sauf que là shooté a là confiance ils sont capable de se montrer ... asocial non?
On aimerait bien que ça soit la molécule du sociale, sauf que c'est pas aussi simple, loin de là!

(au passage c'est un vrais plaisir de voir toutes ces infos arriver ici, merci jean pour le boulot)
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

annemarie
Passionné
Messages : 350
Enregistré le : mardi 2 février 2010 à 9:20

Re: Ocytocine, la molécule du "bonheur"

#45 Message par annemarie » vendredi 19 février 2010 à 21:55

Il y a les interactions non appropriées, du point de vue général, qui rendent suspect;
c'est le classique "délit de sale gueule"
Il y a l'innocent qui a force d'être pris pour un coupable, en a l'air; c'est l'effet stress.
Il y a en matière de justice deux modes opératoires: la présomption d'innocence ou la présomption de culpabilité. Lorsque la justice est individuelle, l'un ou l'autre mode est utilisé, selon la peur que ressent celui qui veut la rendre. C'est pour ça que des lois ont été mises en place et que jamais la victime ne doit " se faire justice".
Lorsqu'un autiste fait peur, en raison de son caractère étrange, il tombe sous le coup de la présomption de culpabilité, comme les noirs, les arabes, bref, tout ce qui n'est pas comme moi.
Je cois que les autistes fonctionnent, eux, sur le mode "présomption d'innocence", et jusqu'à ce qu'il ait la preuve de la nuisance délibérée, ne réagit pas. Ce qui laisse largement le temps à l'autre de l'enfoncer.
Le problème n'est pas la confiance, ce n'est qu'un effet, c'est le fonctionnement différent.

Répondre