Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupes ?

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1607
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupes ?

#1 Message par Siobhan » dimanche 12 mai 2019 à 21:53

Un sujet qui me tient à coeur :

Comment les hommes autistes perçoivent-ils, en moyenne, les femmes autistes.

Comment les femmes autistes perçoivent-ils, en moyenne, les hommes autistes.

Et si le rapport de taille de 4:1 ou de 3:1 entre les tailles de populations d'hommes autistes et de femmes autistes est conforme à la réalité :

Comment cette asymétrie se répercute-t-elle, ou bien au contraire, ne se répercute pas, dans le point de vue moyen d'un membre d'un des deux groupe sur l'autre, et réciproquement ?


Y aurait-il des données fiables sur ce sujet ?
Modifié en dernier par Siobhan le mardi 14 mai 2019 à 2:16, modifié 1 fois.
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

"(...)Please believe in gentle dreams
The sweetness of people
Whistling in their sleep(...)"

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1607
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#2 Message par Siobhan » mardi 14 mai 2019 à 2:15

Bon, je commence quand même par un avis à l'emporte pièce :

Il ne m'étonnerait pas qu'une proportion importante des harceleurs et agresseurs de femmes autistes soient des hommes autistes.

Ce qui pourrait je pense, par réaction, provoquer des sortes de "guerre des clans sexués" dans le domaine de la psychiatrie et par extension dans le domaines de l'autisme.


Cf par exemple la très grande proportion de professionnels et de patients féminins dans les soit-disants "Thérapies de mémoire retrouvée" (cf. "memory wars" de Frederic Crews).
Soit-disant thérapie de mémoire retrouvée qui peuvent facilement je pense corrompre la mémoire de personnes autistes ou de leur entourage. (cf. les travaux d'Elisabeth Loftus sur les "Faux souvenirs induits")
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

"(...)Please believe in gentle dreams
The sweetness of people
Whistling in their sleep(...)"

Mfifi
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2018 à 22:21

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#3 Message par Mfifi » mardi 14 mai 2019 à 9:52

Je pense que ton postulat de départ sur la proportion est faux. Car la proportion se réduit à l'âge adulte et je crois que pour asperger c'est le plus flagrant. Les préjugés de genre faussent les diagnostics.

J'ai pas compris ta question sur la perception de l'autre genre en moyenne. Peux tu expliciter plus ?
Diagnostiquée HQI en 2005 et Asperger le 28.05.2019

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 2644
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#4 Message par lepton » mardi 14 mai 2019 à 10:09

Un peu de lecture en anglais...

https://www.spectrumnews.org/news/autis ... explained/
https://www.spectrumnews.org/news/estim ... s-new-low/

(À ajouter sur la liste des articles à traduire ! :mrgreen: )
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Mfifi
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2018 à 22:21

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#5 Message par Mfifi » mardi 14 mai 2019 à 10:19

Je viens de lire (très rapidement) pour moi le ratio était supposé inférieur. Par contre je ne comprend toujours pas ta question de sujet (relation moyenne)
Diagnostiquée HQI en 2005 et Asperger le 28.05.2019

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1607
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#6 Message par Siobhan » mardi 14 mai 2019 à 14:57

Mfifi a écrit :
mardi 14 mai 2019 à 10:19
Je viens de lire (très rapidement) pour moi le ratio était supposé inférieur. Par contre je ne comprend toujours pas ta question de sujet (relation moyenne)
Deux illustrations :

On pourrait imaginer d'étudier la nature du point de vue moyen d'un britannique "statistiquement moyen" sur les personnes françaises, et vice versa.

Ou encore, on pourrait imaginer d'étudier la nature du point de vue moyen d'une personne gauchère (main directrice gauche) sur les personnes droitières (main directrice gauche), et vice versa.
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

"(...)Please believe in gentle dreams
The sweetness of people
Whistling in their sleep(...)"

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1607
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#7 Message par Siobhan » mardi 14 mai 2019 à 14:58

lepton a écrit :
mardi 14 mai 2019 à 10:09
Un peu de lecture en anglais...

https://www.spectrumnews.org/news/autis ... explained/
https://www.spectrumnews.org/news/estim ... s-new-low/

(À ajouter sur la liste des articles à traduire ! :mrgreen: )
Merci beaucoup pour les références Lepton !
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

"(...)Please believe in gentle dreams
The sweetness of people
Whistling in their sleep(...)"

Carapa
Adepte
Messages : 212
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#8 Message par Carapa » mardi 14 mai 2019 à 21:06

Siobhan a écrit :
mardi 14 mai 2019 à 2:15
Il ne m'étonnerait pas qu'une proportion importante des harceleurs et agresseurs de femmes autistes soient des hommes autistes.
Cela me semble extrêmement peu probable, pour de simples raisons statistiques: les autistes représentent une minorité, et il n'a jamais été prouvé - à ma connaissance - qu'ils soient plus enclins au harcèlement que les autres.
Mfifi a écrit :
mardi 14 mai 2019 à 9:52
Je pense que ton postulat de départ sur la proportion est faux. Car la proportion se réduit à l'âge adulte et je crois que pour asperger c'est le plus flagrant. Les préjugés de genre faussent les diagnostics.
Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris (la formulation n'est pas très claire) mais je vois pas très bien comment la proportion pourrait se réduire à l'âge adulte...
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Mfifi
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2018 à 22:21

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#9 Message par Mfifi » mardi 14 mai 2019 à 21:20

Je parle d'une réduction de rapport pour deux raisons :
- le sexisme et préjugé à l'encontre des femmes de la part du corps médical font que les femmes restent souvent dans une errance de diagnostique beaucoup plus longue. Ex pour une maladie rare le temps moyen entre les premiers symptômes et le diagnostique est de 6mois pour les hommes et de 5ans pour les femmes.
- asperger féminin ne s'exprimant pas exactement comme pour les hommes elles sont ignorées plus longtemps, et souvent vers la trentaine elles sont diagnostiquées d'où la réduction d'écart à l'âge adulte
Diagnostiquée HQI en 2005 et Asperger le 28.05.2019

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#10 Message par Benoit » mercredi 15 mai 2019 à 9:33

Je m'en voudrais de relancer la polémique stérile, mais je pense qu'il faudra trouver d'autres termes que "Asperger féminin" et "Asperger masculin" pour les deux (principales?) formes de S.A. les plus populaires. (même si le DSM 5 fait la démarche contraire, de personnaliser).

Cette définition a été donné par T. Attwood dans un contexte culturel anglo-saxon très spécifique, qui n'a pas vraiment d'application globale à mon avis.

Concernant les relations "d'attirance" entre homme et femmes aspies, pour faire de l'humour je parodierais le titre d'un vieux navet :
- 3 hommes, 1 femme, zéro possibilités.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3079
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#11 Message par lulamae » mercredi 15 mai 2019 à 10:12

lepton a écrit :
mardi 14 mai 2019 à 10:09
Un peu de lecture en anglais...

https://www.spectrumnews.org/news/autis ... explained/
https://www.spectrumnews.org/news/estim ... s-new-low/

(À ajouter sur la liste des articles à traduire ! :mrgreen: )
Rhaa @lepton, mais alors, il faut le mettre dans "traductions à faire" ! :lol:

Enfin, je ne suis pas dispo avant un moment, j'avance trèèèèès lentement sur mes 12 pages, donc... :innocent: Mais il y aura peut-être une autre bonne âme ?
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4333
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#12 Message par misty » mercredi 15 mai 2019 à 12:33

Carapa a écrit :Cela me semble extrêmement peu probable, pour de simples raisons statistiques: les autistes représentent une minorité, et il n'a jamais été prouvé - à ma connaissance - qu'ils soient plus enclins au harcèlement que les autres.
Je crois bien que si, un peu quand même... :? Le souci c'est que dans les relations affectives les personnes ont du mal à être franches, pour les neurotypiques c'est un fait et ils sont assez conscients du "jeu" que ça implique, alors que les autistes auront toujours du mal. Il y a l'exemple du fameux "tu sais je t'aime vraiment beaucoup, tu es quelqu'un que j'apprécie énormément mais blablablablabla..." => en gros ça peut vouloir dire plus ou moins "je ne veux plus te voir" mais le souci c'est que ça dit le contraire.
Or, pour une personne autiste, il faudrait arriver à dire "je ne veux plus te voir" mais socialement c'est très mal vu donc les gens ne le disent pas et brodent. L'inverse est valable aussi, il y a plein de formulations très nuancées qui sont censées exprimer un très fort intérêt voir un sentiment amoureux, mais c'est tellement alambiqué que c'est inaccessible à la personne autiste (à qui il faudrait dire "bon, je crois que je suis vraiment très amoureux de toi" pour être sûr qu'elle capte).

Le harcèlement affectif, je crois que chez les autistes c'est souvent juste un manque de clarté et qu'ils n'ont pas conscience de harceler (surtout si la personne reste souriante et n'est jamais ferme dans ses refus).
A tout ça s'ajoutent les ressources 100% débilos qu'on trouve partout, et que les autistes qui n'osent pas parler de leurs difficultés à ce sujet gobent bêtement et au 1er degré. Les trucs type "une fille en jupe est toujours dans la séduction" (perso je ne supporte pas du tout d'avoir les bas des pantalons mouillés dont je suis vraiment toujours en jupe quand il pleut, ça ne signifie pas que je veux séduire tous les hommes que je croise les jours de pluie...Image), ou alors le truc de se toucher les cheveux... Enfin un beau paquet d'âneries sorties d'usines à machos mal dégrossis mais comme c'est tout ce qui existe ben les jeunes hommes autistes se servent dedans :innocent: . Tu as même des trucs genre "si elle dit non, ça peut signifier qu'elle a envie quand même" ou autres discours affligeants, perso ça me fait très peur et j'imagine les dégâts dans la population autistique.

A côté de ça, c'est vrai que de par leur nature/éducation/difficultés à s'affirmer et à comprendre les enjeux les filles autistes peuvent manquer de ressources pour se protéger aussi. Cependant, je nuancerais beaucoup le constat de départ car le profil de harceleur on le retrouve vraiment dans quasi tous les types de troubles psychiques. Pour différentes raisons (un individu à tendance psychotique pourra par exemple déchiffrer un refus mais aussi s'enfermer dans sa réalité alternative où ce refus n'existera pas), mais le résultat sera peu ou prou le même. Sans oublier qu'en dehors des "cas relevant d'une pathologie x ou y" il y a également des individus très narcissiques de par leur personnalité, sans que ça aille jusqu'au trouble mental, qui auront ce profil là aussi parce qu'ils sont dans une logique de rapport de force et ne pourront pas gérer un refus/rejet.

Questionnement intéressant donc, mais vraiment compliqué je trouve. Ce qui est certain c'est qu'il faudrait vraiment des supports d'apprentissage adaptés, et des vraies formations pour les gens qui enseignent les habiletés sociales. Ca me paraît un des enjeux les plus urgents actuellement, je ne comprends pas que personne n'en parle ou si peu. :(

edit (oubli):
Siobhan a écrit :Ce qui pourrait je pense, par réaction, provoquer des sortes de "guerre des clans sexués" dans le domaine de la psychiatrie et par extension dans le domaines de l'autisme.
Pour moi c'est juste la continuité de ce qui se passe dans la société en général: face à des psychiatres hommes (j'en ai vu très peu cela dit) j'ai ressenti vite un inconfort de leur part dès qu'il s'agissait de profil lié à une intelligence soi-disant supérieure, et l'autisme est très connoté "génie" quand même. Ca m'a frappée, ainsi que le fait qu'ils soient visiblement déroutés par des femmes qui ne semblent pas dans un rapport de séduction du tout, ou très détachées de leur image. Je crois que dans la plupart des troubles psys qu'ils voient souvent chez les femmes, c'est le contraire (beaucoup besoin de se rassurer ou autres enjeux liés au fait de plaire) et un psychiatre m'a déjà avoué que c'était très très bizarre pour eux. :mryellow:
*Diag TSA*


"You, sent out beyond your recall,
go to the limits of your longing.
Embody me.
Flare up like a flame
and make big shadows I can move in.
Let everything happen to you: beauty and terror.
Just keep going. No feeling is final..."

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22840
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#13 Message par Tugdual » mercredi 15 mai 2019 à 13:52

misty a écrit :
mercredi 15 mai 2019 à 12:33
A tout ça s'ajoutent les ressources 100% débilos qu'on trouve partout, [...].
Tu as même des trucs genre "si elle dit non, ça peut signifier qu'elle a envie quand même" ou autres discours affligeants, perso ça me fait très peur et j'imagine les dégâts dans la population autistique.
Plus que ces "ressources" (j'imagine que tu penses à ces sites/coatch déjà évoqués sur le forum), la littérature et le cinéma sont pleins de ces ambiguïtés présentées comme normales, de ces négations à ne pas écouter, à ne pas prendre en compte. C'est carrément le pitch de toute comédie romantique...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1607
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#14 Message par Siobhan » mercredi 15 mai 2019 à 18:17

Merci à tous pour vos réponses.

Et (pardon à ceux que ça choquerait) merci à Benoît pour la blague. :lol:


(edit précision : Il y a beaucoup de choses dans vos messages sur lesquelles j'aimerais rebondir, mais je préfère attendre que le maximum de gens donnent leur avis avant.)
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

"(...)Please believe in gentle dreams
The sweetness of people
Whistling in their sleep(...)"

Mfifi
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2018 à 22:21

Re: Si proportion hommes/femmes aspies 3:1 ou 4:1, quelles conséquences sur les relations moyennes entre les deux groupe

#15 Message par Mfifi » mercredi 15 mai 2019 à 18:27

Benoit a écrit :
mercredi 15 mai 2019 à 9:33
Je m'en voudrais de relancer la polémique stérile, mais je pense qu'il faudra trouver d'autres termes que "Asperger féminin" et "Asperger masculin" pour les deux (principales?) formes de S.A. les plus populaires. (même si le DSM 5 fait la démarche contraire, de personnaliser).

Cette définition a été donné par T. Attwood dans un contexte culturel anglo-saxon très spécifique, qui n'a pas vraiment d'application globale à mon avis.

Concernant les relations "d'attirance" entre homme et femmes aspies, pour faire de l'humour je parodierais le titre d'un vieux navet :
- 3 hommes, 1 femme, zéro possibilités.
Pourquoi penses tu qu on devrait nommer ça autrement ? Les femmes ont longtemps ps été diagnostiquée à cause du mélange préjugés et aptitudes différentes et caractéristiques différentes. Ce matin encore au centre de diagnostique le médecin m'a expliqué que la distrophie de genre ou le fait de ne s'assimiler à aucun genre ni à une sexualité particulière était vraiment plus typique des aspergers femmes. Il y a donc une distinction à faire. Non ?
Diagnostiquée HQI en 2005 et Asperger le 28.05.2019

Répondre