L'empathie

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Salicorne
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : dimanche 15 novembre 2015 à 22:28

Re: "Autisme et empathie" - Rachel Cohen-Rottenberg

#286 Message par Salicorne » vendredi 20 janvier 2017 à 23:17

"Le processus d'empathie est fondamental pour ressentir du malaise."


Et vous, ressentez-vous facilement le malaise des autres :?:
Bilan clinique évoquant un possible Syndrome d'Asperger

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25055
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: "Autisme et empathie" - Rachel Cohen-Rottenberg

#287 Message par freeshost » samedi 21 janvier 2017 à 2:51

Je ressens du malaise face aux abus et aux discriminations sociales.

Mais le malaise dépend aussi de l'éducation, du vécu, de facteurs culturels, sociaux. Exemple avec : Why We Love Dogs, Eat Pigs, and Wear Cows ?
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Salicorne
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : dimanche 15 novembre 2015 à 22:28

Re: "Autisme et empathie" - Rachel Cohen-Rottenberg

#288 Message par Salicorne » samedi 21 janvier 2017 à 19:01

Le malaise que tu décris me semble plutôt provoqué par de la compassion, qui a incontestablement un lien avec l'empathie.

Cependant la vidéo parle de situations d'embarras pouvant entraîner un malaise contagieux ou, paradoxalement, une réaction de rire.

Par exemple, je n'avais pas compris où se trouvait le "malaise" de la première scène de la vidéo avant de comprendre que l'homme chargé de remettre la médaille de tir à l'arc au vainqueur avait en fait tenté de lui serrer la main (ce dernier n'ayant pas de main).

Assurément, comprendre ce type de scène exige, avant même d'évoquer l'empathie, une bonne détection ( :mrgreen: ) et une bonne compréhension de ce qui socialement peut ou pas provoquer un malaise.


Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (fin).
Bilan clinique évoquant un possible Syndrome d'Asperger

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20830
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Empathie

#289 Message par Tugdual » mardi 13 mars 2018 à 10:06

Sur Psychomedia :
Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (début).
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20830
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: L'empathie

#290 Message par Tugdual » jeudi 10 mai 2018 à 9:03

Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 1972
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: L'empathie

#291 Message par hazufel » jeudi 10 mai 2018 à 22:01

Une étude parue dans Science l'évoquait également (parmi d’autres encore) Littérature, empathie et intelligence émotionnelle.

Je pense que ce sont les livres qui m’ont le plus appris en matière d’échanges, de relations humaines, ces études ne m’étonnent pas du tout.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 886
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: L'empathie

#292 Message par Siobhan » jeudi 10 mai 2018 à 22:37

hazufel a écrit :Une étude parue dans Science l'évoquait également (parmi d’autres encore) Littérature, empathie et intelligence émotionnelle.

Je pense que ce sont les livres qui m’ont le plus appris en matière d’échanges, de relations humaines, ces études ne m’étonnent pas du tout.

Pareil Hazufel, la lecture a été pour moi l'occasion de prendre beaucoup de leçons de ce que j'appellerais de la "philosophie pratique", entre autre dans le domaine de la compréhension des alors étranges "zètres zumains." (je plaisante hein :D ).
Anciennement "MudBloodKnowItAll"

Homme avec autisme, diagnostiqué officiellement par un psychiatre en libéral en 2017.

lucius
Fidèle
Messages : 131
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: L'empathie

#293 Message par lucius » lundi 21 mai 2018 à 20:06

Je me suis toujours considéré comme étant quelqu’un d'empathique mais qui avait des difficultés à gérer la manière de réagir.

Lorsque je vois quelqu'un pleurer, je comprends facilement la raison de son tourment ou l'ampleur mais je ne sais pas dû tout comment réagir. cela me submerge des fois. je passe par plusieurs étapes en même temps: "Est-ce je dois le/la consoler? Que dois-je lui dire? Est-ce que l'on est assez proche pour que j'intervienne? Est-ce que cela serait déplacé si j'essaie de réconforter cette personne? Est-ce que je ne vais pas amplifier son chagrin avec un mot peut-être déplacé par mégarde?" Cela me tétanise des fois et je ne dis rien.

Il y a aussi d'autres fois, les pleurs de certaines de mes connaissances (et qui sont pénibles), je sais que c'est du cinoche pour tenter de me manipuler et me faire culpabiliser en se victimisant par les larmes. là, je suis froid et c'est là où on me reproche de manquer d'empathie.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Avatar du membre
Moof
Habitué
Messages : 60
Enregistré le : vendredi 11 mai 2018 à 20:06

Re: L'empathie

#294 Message par Moof » mercredi 23 mai 2018 à 1:04

Cool-D.jpg
Moof - Probablement asperger ou autisme de haut niveau

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25055
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: L'empathie

#295 Message par freeshost » mercredi 23 mai 2018 à 2:30

Par contre, mon empathie semble moins patente avec des personnes qui ne suivent pas (voire ne veulent pas apprendre) le second degré (avec humour).

Je suis terrassé par la difficulté à gérer mon emploi du second degré entre les personnes qui y sont aguerries (notamment des personnes non autistes) et les personnes qui ne captent pas cette longueur d'onde (des personnes autistes notamment).

Vive la diversité des fréquentation. Trop d'empathie tue l'empathie. Quand l'"empathie" ou l'adaptation devient auto-censure, peut-on encore parler d'empathie ?

Chassez le naturel, il revient au galop. Force est de constater que nous ne pratiquons pas toutes le même style de voltige.

Faut avouer que... quand on s'est habitué à interagir avec des personnes non autistes qui comprennent le second degré et qui savent le prendre avec humour et philosophie, sans se prendre la tête, on est ben mêlé quand on est, soudainement, confronté à des personnes qui ne captent pas (voire se croient incapables d'apprendre à capter) le second degré.

Faudra que je creuse ces relations et ces interactions entre humour(s) et empathie(s). Mes neurones sont tellement en fun pendant que d'autres sont tellement sur le qui-vive. Un décalage empathique ? An empathy lag ?
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Meddio
Passionné
Messages : 418
Enregistré le : jeudi 29 mars 2018 à 7:16
Localisation : PACA

Re: L'empathie

#296 Message par Meddio » mercredi 23 mai 2018 à 8:26

Quand l'empathie va tout va.

Spoiler :  : 
Diagnostiqué SA et HPI

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 886
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: L'empathie

#297 Message par Siobhan » mercredi 23 mai 2018 à 8:30

freeshost a écrit :Par contre, mon empathie semble moins patente avec des personnes qui ne suivent pas (voire ne veulent pas apprendre) le second degré (avec humour).

Je suis terrassé par la difficulté à gérer mon emploi du second degré entre les personnes qui y sont aguerries (notamment des personnes non autistes) et les personnes qui ne captent pas cette longueur d'onde (des personnes autistes notamment).

Vive la diversité des fréquentation. Trop d'empathie tue l'empathie. Quand l'"empathie" ou l'adaptation devient auto-censure, peut-on encore parler d'empathie ?

Chassez le naturel, il revient au galop. Force est de constater que nous ne pratiquons pas toutes le même style de voltige.

Faut avouer que... quand on s'est habitué à interagir avec des personnes non autistes qui comprennent le second degré et qui savent le prendre avec humour et philosophie, sans se prendre la tête, on est ben mêlé quand on est, soudainement, confronté à des personnes qui ne captent pas (voire se croient incapables d'apprendre à capter) le second degré.

Faudra que je creuse ces relations et ces interactions entre humour(s) et empathie(s). Mes neurones sont tellement en fun pendant que d'autres sont tellement sur le qui-vive. Un décalage empathique ? An empathy lag ?
Décalage empathique, décalage en pratique ?
Ce questionnement tant patent, de l'empathique.

:mryellow:


edit : Haha meddio :lol:
Anciennement "MudBloodKnowItAll"

Homme avec autisme, diagnostiqué officiellement par un psychiatre en libéral en 2017.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1149
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: L'empathie

#298 Message par lulamae » mercredi 23 mai 2018 à 9:53

MudBloodKnowItAll a écrit :
hazufel a écrit :Une étude parue dans Science l'évoquait également (parmi d’autres encore) Littérature, empathie et intelligence émotionnelle.

Je pense que ce sont les livres qui m’ont le plus appris en matière d’échanges, de relations humaines, ces études ne m’étonnent pas du tout.

Pareil Hazufel, la lecture a été pour moi l'occasion de prendre beaucoup de leçons de ce que j'appellerais de la "philosophie pratique", entre autre dans le domaine de la compréhension des alors étranges "zètres zumains." (je plaisante hein :D ).
Merci @Hazufel pour le lien. Je vais regarder ça, mais il y a fort à parier que les livres m'aient aussi tout appris, d'où peut-être une certaine tendance à dramatiser ou à exagérer... Si tu apprends la vie dans Dostoïevski (L'Idiot) à 17 ans, quelles chances ça te donne dans la vie de tous les jours ? :)
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1149
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: L'empathie

#299 Message par lulamae » mercredi 23 mai 2018 à 9:59

lucius a écrit :Je me suis toujours considéré comme étant quelqu’un d'empathique mais qui avait des difficultés à gérer la manière de réagir.

Lorsque je vois quelqu'un pleurer, je comprends facilement la raison de son tourment ou l'ampleur mais je ne sais pas dû tout comment réagir. cela me submerge des fois. je passe par plusieurs étapes en même temps: "Est-ce je dois le/la consoler? Que dois-je lui dire? Est-ce que l'on est assez proche pour que j'intervienne? Est-ce que cela serait déplacé si j'essaie de réconforter cette personne? Est-ce que je ne vais pas amplifier son chagrin avec un mot peut-être déplacé par mégarde?" Cela me tétanise des fois et je ne dis rien.

Il y a aussi d'autres fois, les pleurs de certaines de mes connaissances (et qui sont pénibles), je sais que c'est du cinoche pour tenter de me manipuler et me faire culpabiliser en se victimisant par les larmes. là, je suis froid et c'est là où on me reproche de manquer d'empathie.
Je ne sais pas si je suis autiste, mais je sais qu'en faisant le test asperger, j'ai pris une grosse claque avec le quotient empathique (7/80), alors que je croyais vraiment avoir de l'empathie ! Je crois que j'essaie d'aider rationnellement, en aidant la personne à formuler ses difficultés, et éventuellement en donnant des idées concrètes, des pistes d'action. En général si on me le demande, parfois spontanément (et souvent, là, je me plante). J'ai les mêmes inquiétudes que toi (dire ou avoir un geste déplacé, comme si le contact dans ces cas-là était en quelque sorte obscène, "trop"), je reste toute bête, raide.

Et pour ce que tu dis en 2ème temps, c'est que tu es insensible à la manipulation, c'est plutôt un plus... Tu démasques le chantage affectif sans le vouloir, en fait. Je vois ça comme ça, c'est mon interprétation.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1149
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: L'empathie

#300 Message par lulamae » mercredi 23 mai 2018 à 10:09

freeshost a écrit :Par contre, mon empathie semble moins patente avec des personnes qui ne suivent pas (voire ne veulent pas apprendre) le second degré (avec humour).

Je suis terrassé par la difficulté à gérer mon emploi du second degré entre les personnes qui y sont aguerries (notamment des personnes non autistes) et les personnes qui ne captent pas cette longueur d'onde (des personnes autistes notamment).
Je trouve très intéressant ce lien que tu fais, notamment parce qu'avec mon frère, l'humour au second degré a toujours été un moyen pudique de nous dire des choses gentilles, qu'on n'arriverait pas à se dire autrement. Bien sûr, ça peut provenir d'autre chose qu'un asperger (je ne suis pas diagnostiquée encore, et mon frère ne se pose pas la question). L'humour peut être parfois trash, je t'en donne un exemple en spoiler.
Spoiler :  : 
Une discussion après mon arrêt et difficultés dans le travail (je suis prof) :
S. (moi) - J'ai même pensé à m'immoler par le feu dans la cour du collège (pas vrai, mais je me sentais harcelée par la Principale, ce qui, s'est-il avéré, n'était pas le cas, ou plutôt, je ne sais toujours pas si elle était bienveillante ou malveillante !).
C. (mon frère) : - Tu aurais dû faire ça le jour où le ministre (Blanquer) est venu inaugurer ton collège... (véridique ! heureusement, je n'étais pas encore revenue pour les Portes ouvertes !). Et d'ailleurs, tu aurais aussi bien fait d'immoler le ministre par le feu. Ou alors, tu débarques avec une Kalashnikov en cours, t'inquiète qu'ils vont te reclasser vite fait !

J'avais prévenu, c'est de l'humour quotidien entre mon frérot et moi. On se parle "intimement" surtout sur ce mode, sauf si on parle de détails concrets sur notre vie.
J'ai la même impression que toi, de gérer plus facilement les rapports avec les gens par cet humour, et je n'avais pas fait le lien. Pourtant, quand j'ai commencé à lire que les autistes ne percevaient pas le second degré ou l'implicite, ça m'a fait douter.
A l'oral, sans signes clairs (genre mimique, clin d'oeil), je peux le rater malgré tout. Idem à l'écrit, sans smiley.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Répondre