Page 5 sur 9

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 13 octobre 2014 à 15:45
par KoaKao
Après faut ce dire que le nombre d'autiste n'égale pas et n'égalera surement jamais le nombre de non-autiste.. dans les statistique approximatif de la France c'est 1 enfants sur 150 soit 0,5% donc environ 500 000 autistes...

Moi je dirais plutôt intuitivement environ 10% réel soit un peu plus de 6 000 000 d'autistes.. par rapport au 66 000 000 habitant de France ça n’égalise pas donc ont est encore loins de l’évolution... Et il ne faut pas non plus oublier les autres trouble mentaux comme les TDA/H, les dépressions et la schizophrénie par exemple qui sont (presque) aussi courant que l'autisme.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 13 octobre 2014 à 17:37
par Betta splendens
ben justement à propos de trouble mentaux :? :

http://www.cerveau.ca/notre-adn-peut-elle-etre-modifie/

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 13 octobre 2014 à 18:04
par Manichéenne
Wombat a écrit :Moi je dirais plutôt intuitivement environ 10% réel soit un peu plus de 6 000 000 d'autistes.. par rapport au 66 000 000 habitant de France ça n’égalise pas donc ont est encore loins de l’évolution... Et il ne faut pas non plus oublier les autres trouble mentaux comme les TDA/H, les dépressions et la schizophrénie par exemple qui sont (presque) aussi courant que l'autisme.
10%, je ne pense pas. Si une personne sur 10 était autiste ce serait mieux connu, mieux toléré... Ca voudrait dire qu'il y en a dans presque toutes les classes ! Non, vraiment, à moins de juger que toute personne introvertie est autiste, impossible à mon avis d'arriver à ce chiffre.
La dépression est beaucoup plus fréquente que l'autisme, mais c'est un état passager. D'ailleurs, je ne vois donc pas ce que ces autres troubles viennent faire là, pourquoi dis tu qu'il ne faut pas les oublier ? Je ne comprends pourquoi tu évoques des troubles si différents dans ce sujet, je pense qu'il y a un lien logique que tu n'as pas expliqué et qui n'est pas évident.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 13 octobre 2014 à 22:20
par KoaKao
Pas 10% non j'ai dit environ mais enfaîte moins mais 0,5 % me paraît trop peu à vrai dire je voulais dire 10% avec les autres trouble mentaux mais je me suis embrouiller...

Je n'est jamais été très bon dans ce qui est des statistique... mais ce que je voulais dire grosso modo c'est que je pense qu'il y a plus que 1% d'autiste en France et de même pour le TDA/H et d'autres pathologie.

Et puis de toute façon si je dit qu'il y a 10% c'est moins pire que de dire que les autistes vont remplacer les NT.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : mardi 14 octobre 2014 à 10:46
par Manichéenne
C'est beaucoup plus clair, merci. :)
La dépression a elle seule touchant 5% de la population mondiale, et un peu plus en France, on arrive facilement aux 10% et même au delà si on inclut les troubles mentaux et neurologiques, effectivement.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 8 décembre 2014 à 19:21
par Jean
Wombat a écrit :Et il ne faut pas non plus oublier les autres trouble mentaux comme les TDA/H, les dépressions et la schizophrénie par exemple qui sont (presque) aussi courant que l'autisme.
La schizophrénie concerne 1% de la population mondiale : c'est un pourcentage stable.

TDA/H et dépressions : c'erst beaucoup plus important - et plus variable suivant les sources.

Il y a aussi les TSA (troubles spécifiques des apprentissages) : différentes formes de Dys (en plus du TDA/H). Cela concerne plus de personne que les TED.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 8 décembre 2014 à 19:25
par freeshost
Jean a écrit :Il y a aussi les TSA (troubles spécifiques des apprentissages)
Mince ! ils utilisent la même abréviation que pour Troubles du Spectre Autistique. Cela peut porter à confusion, cette profusion d'abréviations diffuses (que je refuse).

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 18 mai 2015 à 21:12
par Jean
Autism phenotype versus registered diagnosis in Swedish children: prevalence trends over 10 years in general population samples
Sebastian Lundström, postdoctoral researcher, Abraham Reichenberg, professor, Henrik Anckarsäter, professor, Paul Lichtenstein, professor, Christopher Gillberg, professor
http://www.bmj.com/content/350/bmj.h1961

Ce nouvel article portant sur un million d'enfants (!) suggère qu'il n'y a tout simplement pas d'épidémie d'autisme (en tous cas en Suède). Sur dix ans, les diagnostics ont augmenté (lignes rouge et verte), mais pas les symptômes mesurés objectivement (ligne bleue).
F1.large.jpg
Commentaire : http://www.sciencealert.com/new-study-s ... m-epidemic

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 18 mai 2015 à 22:28
par bidouille
Manichéenne a écrit :
Wombat a écrit :Moi je dirais plutôt intuitivement environ 10% réel soit un peu plus de 6 000 000 d'autistes.. par rapport au 66 000 000 habitant de France ça n’égalise pas donc ont est encore loins de l’évolution... Et il ne faut pas non plus oublier les autres trouble mentaux comme les TDA/H, les dépressions et la schizophrénie par exemple qui sont (presque) aussi courant que l'autisme.
10%, je ne pense pas. Si une personne sur 10 était autiste ce serait mieux connu, mieux toléré... Ca voudrait dire qu'il y en a dans presque toutes les classes ! Non, vraiment, à moins de juger que toute personne introvertie est autiste, impossible à mon avis d'arriver à ce chiffre.
La dépression est beaucoup plus fréquente que l'autisme, mais c'est un état passager. D'ailleurs, je ne vois donc pas ce que ces autres troubles viennent faire là, pourquoi dis tu qu'il ne faut pas les oublier ? Je ne comprends pourquoi tu évoques des troubles si différents dans ce sujet, je pense qu'il y a un lien logique que tu n'as pas expliqué et qui n'est pas évident.
Pour le TDAH on tourne autours de 5% de la population , y'a donc au moins un enfants par classe etc 'est pas mieux connu, énormément de préjugés et de stigmatisation sur ce trouble.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : mercredi 20 mai 2015 à 17:52
par Jean
Autisme : la hausse du nombre de cas due à un meilleur diagnostic
Elsa MAUDET 20 mai 2015 Libération

L'ÉTUDE De nouveaux travaux suédois publiés dans le «British Medical Journal» accréditent la thèse selon laquelle la proportion de personnes autistes ne serait pas en augmentation.

La question de la prévalence de l’autisme fait souvent débat. En France, on estime qu’elle concerne une naissance sur 150. Une sur 100, voire, selon les études, une sur 50 dans d’autres pays. Et on parle toujours de chiffres en hausse. Les uns pointent une multiplication du nombre de cas, notamment à cause de facteurs environnementaux (pollution, vaccins, alimentation…), quand d’autres estiment que ce n’est que le fait d’un meilleur dépistage. Une étude suédoise publiée dans le British Medical Journal et relayée par le Figaro vient apporter de l’eau au moulin des seconds.

La prévalence des troubles du spectre autistique était faible dans les années 70, évaluée à moins de 0,05% de la population. Aujourd’hui, les estimations ne descendent jamais sous la barre de 1%, atteignant, selon différentes études, 2% aux Etats-Unis, 2,5% en Suède ou 2,6% en Corée du Sud. Pour autant, indiquent les travaux suédois (menés par l’Université de Göteborg, l’Institut Karolinska de Stockholm et l’école de médecine de Mont Sinaï de New York), il n’existe pas de preuve selon laquelle la hausse du nombre de cas signalés correspond à une augmentation du nombre de cas réels. Au contraire, ceux-ci semblent stables.

Des différences d’évaluation

D’abord parce que les critères menant au diagnostic de l’autisme ont évolué au fil des ans, rendant les comparaisons difficiles. Ensuite parce que l’amélioration des connaissances sur les troubles du spectre autistique a permis d’améliorer les diagnostics. On estime ainsi que la hausse de la prévalence de l’autisme entre 1996 et 2004 est due pour un tiers à une modification de diagnostic : nombre de personnes que l’on croyait avoir des difficultés d’apprentissage ou un retard mental étaient en fait autistes. Enfin, il existe des différences de méthodologie dans l’évaluation de l’autisme ou d’accès aux données, qui altèrent in fine la prévalence. Bref, «la hausse de la prévalence des troubles du spectre autistique demeure difficile à interpréter», résume l’étude.

Or «le fait de déterminer si la prévalence augmente réellement a d’importantes conséquences en termes de santé publique, notamment dans l’attribution d’allocations adaptées et dans les efforts en matière de recherche sur les causes des troubles du spectre autistique», note l’étude. On le voit d’ailleurs avec les enfants dits agités, même si les problématiques sont différentes : de plus en plus sont diagnostiqués hyperactifs et les prescriptions de Ritaline, médicament qui parvient à les calmer, s’envolent. Non sans poser un certain nombre de questions en termes de surconsommation médicamenteuse ou même de validité scientifique.
Elsa MAUDET

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : mercredi 20 mai 2015 à 17:54
par Jean
Autisme : vous avez dit « épidémie » ? (Roseline Peluchons, Journal International de Médecine du 4/05 2015)
http://proaidautisme.org/autisme-vous-a ... -405-2015/
  • La comparaison des deux cohortes permet de mettre en parallèle l’évolution sur 10 ans du nombre de diagnostics d’autisme et celle de la prévalence des symptômes d’autisme relevée chez les enfants de 9 à 12 ans. Cette dernière s’avère stable au cours de la période de 10 années considérée, alors qu’il apparaît une augmentation régulière de la prévalence des diagnostics d’autisme consignés dans le registre national. Ce constat suggère que cette augmentation est sans doute le résultat des modifications des critères de diagnostic plutôt que celui d’une réelle augmentation du nombre de cas d’autisme. Les auteurs estiment que ces données doivent rendre prudents quant à la tentation de se préoccuper de façon disproportionnée d’une inquiétante mais hypothétique « épidémie d’autisme ».

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : vendredi 22 mai 2015 à 22:02
par Manette
Jean,
cette étude est intéressante, mais le fait qu'elle va à l'encontre de la plupart des autres travaux de recherche qu'on peut consulter au plan international mérite qu'on s'y arrête un peu plus. Tout d'abord, il convient de vérifier que cette étude n'est pas subventionnée par IKEA (qui pourrait vouloir démontrer l'absence d'impact neurotoxique des colles utilisées dans les meubles de chambre d'enfant....), non, je plaisante... Quoique...
Je veux dire, il s'agit d'une étude circonscrite dans une durée assez réduite et dans un pays particulier, la Suède... Il n'est pas certain du tout que le constat d'une stabilisation de la prévalence de l'autisme en Suède, même si il est scientifiquement prouvé, soit transposable en l'état au monde entier. En effet, il me semble que ce pays est à la fois spécifique sur le plan géographique (à l'écart des zones les plus peuplées de l'Europe, subissant des agressions environnementales peut-être plus ciblées comme l'exploitation de la forêt et industries liées...) et sur le plan des politiques en faveur de l'environnement, qui d'après le document de l'OCDE joint, comptent parmi les plus actives et efficaces du monde....
Ainsi, l'étude pourrait, si son exactitude est confirmée, ne pas contredire la thèse d'une augmentation fulgurante de la prévalence de l'autisme partout où l'environnement se dégrade (particules fines automobiles, exposition au mercure, pesticides et autre cochonneries...), puisque le corollaire de cette thèse est bien que lorsque des mesures environnementales efficaces sont mises en oeuvre (exemple, à confirmer, de la Suède...), alors "l'épidémie" est jugulée.... Puisque ne subsiste "que" la part de la génétique.
Ce qui finalement serait à la fois une bonne nouvelle et un rappel de l'urgence pour agir en faveur de l'environnement : qualité de l'eau et de l'air, déplacements non motorisés, gestion des déchets, interdiction de saloperies comme le Round Up, etc.

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : vendredi 22 mai 2015 à 22:13
par G.O.B.
Manette a écrit :(...) le fait qu'elle va à l'encontre de la plupart des autres travaux de recherche qu'on peut consulter au plan international (...)
Lesquels ?

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : samedi 23 mai 2015 à 11:40
par Manette
Sur l'impact des différents toxiques présents dans l'environnement sur "l'écosystème" corporel que représente le microbiote (rôle des bactéries et conséquences sur l'axe cerveau - intestin, et par suite sur les troubles neurodéveloppementaux, quand cet équilibre est touché). Ces articles sont parfois ardus, et en plus en anglais, le dernier que je viens de télécharger (pièce jointe) aborde, en 2013, la question d'un herbicide bien connu, le roundup. On est impressionné par l'importance des références de l'article, qu'on ne peut soupçonner d'être subventionnées par Monsanto !
Pour en savoir plus, il y a un colloque le 18 juin à Paris sur "pathologies neurodéveloppementales et environnement", réservé a priori aux professionnels, mais j'y serai quand même. Je pourrai faire un petit compte-rendu si cela vous intéresse.
J'en étais pour ma part rester à la conviction suivante (mais toute argumentaire scientifique contraire sera bienvenu) : 50% de causes génétiques, 50% de facteurs environnementaux (peut-être plus), les 2 se combinant suivant une alchimie complexe et variant selon les personnes et les types d'autisme, selon des mécanismes encore très largement inexpliqués, mais dont la clef semble être le macrobiote, exactement de la même façon qu'une agression environnementale durable engendre une perte de biodiversité et des tentatives plus ou moins heureuses des espèces pour s'adapter (mutations génétiques). Les scientifiques trouveront que je simplifie ou caricature, mais c'est en gros ce que j'ai compris (je ne suis pas scientifique).

Re: Prévalence des troubles du spectre autistique

Posté : lundi 25 mai 2015 à 9:18
par G.O.B.
Manette a écrit :Je pourrai faire un petit compte-rendu si cela vous intéresse.
Oui ça m'intéresse.

L'étude de Stephanie Seneff ne me semble pas bien sérieuse, elle qui a déclaré qu'un enfant sur 2 serait autiste en 2025 et mélange quand ça l'arrange corrélation et causalité...

EDIT : un article qui démonte son étude précédente. Si elle n'a pas de lien avec Monsanto, le fait d'être anti-vaccin et anti-OGM est également un conflit d'intérêt...