Causes environnementales de l'autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#31 Message par Jean » dimanche 31 juillet 2011 à 22:15

Jean a écrit :Are Antidepressants Linked to Autism?
Traduction : G.M.
Les antidépresseurs sont-ils liés à l'autisme?
Traduction d'un autre article à partir de la même étude :
http://www.cnn.com/2011/HEALTH/07/04/an ... tism.risk/
L’utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse peut augmenter le risque d'autisme
Par Anne Harding, Health.com - 6 juillet 2011

L'étude est la première à examiner l'association entre l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse et le risque d'autisme.
  • FAITS SAILLANTS
    · L'étude ne prouve pas la prise d'ISRS pendant la grossesse provoque directement l'autisme
    · Les résultats devront être confirmés dans des études futures
    · Les femmes ne devraient pas être dissuadées de commencer ou de continuer à prendre les ISRS
    · La dépression non traitée durant la grossesse a ses propres risques, tels que la naissance prématurée

A suivre
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#32 Message par Jean » lundi 1 août 2011 à 21:41

(Health.com) - Les enfants dont les mères prennent le Zoloft, Prozac, ou des antidépresseurs durant la grossesse sont deux fois plus susceptibles que les autres enfants d'avoir un diagnostic d'autisme ou de troubles liés, selon une nouvelle étude petite, la première à examiner la relation entre les antidépresseurs et le risque d'autisme.

Cette classe d'antidépresseurs, appelés inhibiteurs sélectifs du recapture de la sérotonine (ISRS), peut être particulièrement risquée au début de la grossesse, suggère l'étude. Les enfants qui ont été exposés au médicament durant le premier trimestre ont été de près de quatre fois plus susceptibles de développer un trouble du spectre autistique (TSA) par rapport aux enfants non exposés, selon l'étude, qui paraît dans les Archives of General Psychiatry.

L'étude a inclus moins de 300 enfants avec un diagnostic de TSA et ne prouve pas que la prise d'ISRS pendant la grossesse provoque directement un TSA, qui touche environ 1% des enfants aux Etats-Unis Les résultats devront être confirmés dans des études plus vastes, et ne devraient pas dissuader les femmes de commencer ou de continuer à prendre les ISRS, disent les experts sur l'exposition prénatale à la drogue et la santé mentale.

«Une mauvaise santé mentale de la mère pendant la grossesse est un problème majeur de santé publique», déclare Tim Oberlander, MD, professeur de pédiatrie du développement à l'Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver. "L’absence de traitement n'est pas une option. Bien que certains enfants pourraient être à risque du fait d’une exposition à un ISRS, et nous ne savons pas qui, et comment cela fonctionne - il y a beaucoup de mères et leurs enfants aussi qui vont en bénéficier."

L'auteur principal de l'étude, Lisa Croen, Ph.D., directeur de la recherche sur l'autisme chez Kaiser Permanente en Californie du Nord, un grand dispositif de santé à but non lucratif basé à Oakland, insiste sur le caractère préliminaire des résultats de son équipe. «Cette étude est la première du genre à regarder l'association, et les résultats doivent être interprétés avec beaucoup de prudence", dit-elle. "Nous ne pouvons pas détecter la causalité d'une seule étude."

La dépression non traitée durant la grossesse comporte ses propres risques, tels que la prématurité et des problèmes de croissance, ajoute Croen, et "les risques potentiels pour l'enfant doivent vraiment être équilibrés avec le risque pour la maman non traitée. Nous ne voulons pas que les gens se précipitent et cessent de prendre des antidépresseurs s'ils en ont. Ils ont vraiment besoin de parler à leur médecin au sujet du rapport bénéfice-risque. "

Max Wiznitzer, MD, neurologue pédiatrique au Rainbow Babies & Children Hospital et professeur agrégé de neurologie pédiatrique à la Case Western Reserve University School of Medicine, les deux à Cleveland, affirme que l'étude est trop petite pour en tirer des conclusions. L'étude est un «signal», dit-il, "mais avec un groupe vraiment petit."

En utilisant les bases de données des patients de Kaiser Permanente, qui comprennent plus de 3,2 millions de personnes, Croen et son équipe ont identifié 298 enfants avec un TED qui sont nés entre 1995 et mi-1999, et leur correspondance avec les 1507 enfants non autistes qui ont à peu près le même âge et sont nés dans les mêmes hôpitaux.

Les auteurs ont ensuite recoupés si leurs mères, dans l’année avant l’acouchement, avaient eu des prescriptions d’un ISRS, y compris le Prozac, le Zoloft, Luvox, le Celexa, le Paxil (ou leurs versions génériques). Les chercheurs ne pouvaient cependant pas confirmer si les mères ont réellement pris le médicament.

A suivre ...
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#33 Message par Jean » lundi 1 août 2011 à 21:58

Suite et fin :
Vingt des enfants avec un TED (ou 6,7 %) ont été exposés aux ISRS dans le ventre de leur mère, contre 50 (3,3 %) des enfants du groupe contrôle. Après prise en compte d'autres facteurs qui pourraient influer sur le risque d'autisme à la fois et de l'utilisation des ISRS (comme l'âge de la mère, l'ethnicité et des antécédents de dépression ou autre maladie mentale), les chercheurs ont constaté que toute exposition au médicament dans le ventre augmente le risque de diagnostic de TSA de 2,2 fois, tandis que pendant le premier trimestre une exposition accroît le risque de 3,8 fois.

Environ 12 % des mères dont les enfants avaient un TED ont été diagnostiquées avec une dépression ou autre trouble mental. Des recherches antérieures ont signalé une augmentation du risque d'autisme chez les enfants de mères souffrant de troubles mentaux, mais la nouvelle étude n'a pas trouvé une telle relation chez les mères qui n'ont pas aussi pris les ISRS.

Un peu plus de 2 % des cas d'autisme chez les enfants nés dans les années 1990 pouvaient être attribués à une exposition ISRS, suivant l’estimation de Croen et de ses collègues. Ce pourcentage pourrait être plus élevé aujourd'hui, dit Croen, parce que l'utilisation des ISRS pendant la grossesse est devenue plus courante. Une grande étude de 2005 a révélé que 6,5 % des femmes enceintes ont pris des médicaments.

Croen et ses collègues ont pensé à enquêter sur un possible lien autisme-ISRS pour deux raisons. Tout d'abord, la hausse des taux d'autisme au cours des dernières décennies, qui pourrait être due à de meilleurs prise de conscience et diagnostic, plutôt qu’à une véritable augmentation des cas à peu près parallèle à la croissance de l'utilisation des ISRS pendant la grossesse. (Le premier ISRS, le Prozac, a été approuvé aux États-Unis en 1987.)

Deuxièmement, les résultats d'études antérieures suggèrent que les personnes atteintes d'autisme présentent des anomalies dans les niveaux et la régulation de la sérotonine, une substance chimique du cerveau impliquée dans l'humeur et de nombreux autres processus biologiques. Les ISRS sont pensés pour augmenter la disponibilité de la sérotonine dans le cerveau, et puisque les médicaments passent par le placenta, ils pourraient éventuellement influencer le développement du système de la sérotonine d'un bébé.

Dans les études animales, les changements dans les niveaux de sérotonine pendant la grossesse ont été montré pour avoir des «effets aval» sur le développement du fœtus et de la progéniture, dit M. Oberlander.

Si des effets similaires se produisent chez les êtres humains, ils peuvent varier en fonction de la constitution génétique d'un enfant, ajoute M. Oberlander, soulignant que la grande majorité des enfants de l'étude qui ont été exposés aux ISRS dans l'utérus ne développent pas un autisme. «Il y a beaucoup d'enfants qui ont une exposition prénatale ISRS qui sont vraiment très résistants, et je pense qu'une partie de notre travail est de déterminer qui est à risque et qui ne l'est pas», dit-il.

La Food and Drug Administration (FDA) a affecté à la plupart des ISRS une catégorie «C» pour la sécurité pendant la grossesse. Lorsqu'ils sont administrés à forte dose, les médicaments de cette catégorie ont été reliés à des défauts de naissance dans les études animales, mais ils n'ont pas été prouvés sûrs ou dangereux chez les humains, car peu d'études ont été menées. Les femmes enceintes devraient les utiliser "seulement si le bénéfice potentiel justifie le risque potentiel pour le foetus», selon la FDA.

Nouchine Hadjikhani, MD, un expert des TSA et professeur associé de radiologie à la Harvard Medical School, à Boston, exhorte les femmes enceintes à ne pas se tromper sur le côté de la prudence. Les études animales fournissent des preuves solides que l'exposition à des niveaux élevés de sérotonine dans le ventre produit des comportements semblables à l'autisme, et des changements dans la structure du cerveau, dit-elle.

«Je pense qu'il faut être conscient des risques potentiels de prendre ces types de médicaments pendant la grossesse, et vraiment réfléchir à deux fois avant de le permettre pendant la grossesse», explique Hadjikhani, auteur d'un article de 2010 spéculant que les niveaux de sérotonine en excès dans la grossesse en raison de l’utilisation d'ISRS pourrait être derrière la hausse des taux d'autisme.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

Re: Causes environnementales de l'autisme

#34 Message par bernard » mardi 2 août 2011 à 13:20

Qui de la poule ou de l'œuf ?
C'est un peu à quoi me fait penser ce type d'étude.

Depuis la thèse d'Hans Asperger, on sait que l'on retrouve parfois des signes de TSA chez l'un des parents.
Hans parle souvent du père atteint, et la mère dans ce cas souffre de dépression (on peut deviner pourquoi).
Ramené à nos jours, la mère dépressive, va prendre des médicaments antidépresseurs de type ISRS.
Puis quand l'enfant naitra autiste, la conclusion sera que c'est la faute de l'ISRS !
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

snip
Fidèle
Messages : 170
Enregistré le : vendredi 20 août 2010 à 6:48

Re: Causes environnementales de l'autisme

#35 Message par snip » mardi 2 août 2011 à 23:52

Quoi qu'on en pense il y a une question prégnante sur ce qu'il convient de penser sur l'analyse ou sur les analystes.

L'austisme a été inculpé à des mères "frigidaires".

Cette soit-disante analyse est affectée d'un grave défaut d'analyse démonstratif du charlatanisme des prétendus analystes.

L'autisme étant clairement d'origine génétique avec variantes environnememtales et se manifestant de de manière très différenciée suivant le genre (le sexe) il est évident que des mères porteuses des gènes favorisant l'autisme peuvent manquer d'empathie et que leurs enfants ont de bonnes raisons génétiques d'appartenir au spectre autistique sans pour celà que les mères soient diagnostiquées comme appartenant au spectre autistique.

Considérer que ce manque d'empathie d'origine génétique est un problème psychologique pouvant engendrer l'autisme est clairement une "analyse" qui discrédite les promoteurs de ce type d'analyse.

Mais culpabiliser les mères est une source de business pérenne comme d'ailleurs l'a été en son temps la différence de l'homosexualité alors pourquoi se priverait-t-on de culpabiliser les mères puisque c'est le meilleur moyen d'alimenter son tiroir-caisse.

Sans analyse économique les réactions sociétales au phénomène autistique sont incompréhensibles.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#36 Message par Jean » dimanche 7 août 2011 à 12:40

Weak Association Found Between ASD, SSRI Use in Pregnancy
Leslie Sinclair - 5/08/2011
http://pn.psychiatryonline.org/content/46/15/1.2.full
Image
Faible association observée entre les TSA et les ISRS pendant la grossesse
Traduction Asperansa

Les données des études existantes sur les jumeaux et les familles suggèrent une forte composante génétique des troubles du spectre autistique, mais il est possible que des facteurs environnementaux, tels que l'exposition à l’ISRS, jouent également un rôle ; une nouvelle étude le suggère.

L'exposition aux inhibiteurs sélectifs du recapture de la sérotonine (ISRS), surtout durant le premier trimestre de la grossesse, peut augmenter modestement le risque d'un enfant de développer un trouble du spectre autistique (TSA).

De nouvelles informations sur les ISRS et d'alarme peuvent TSA femmes qui sont ou envisagez de le devenir enceintes, mais les chercheurs soulignent que les résultats sont préliminaires et une étude plus approfondie est nécessaire.

C'est la conclusion d'un groupe de chercheurs basé en Californie, qui a récemment effectué une étude rétrospective, basée sur une population cas-témoin de 298 enfants atteints de TSA et de leurs mères et les ont comparés à 1507 enfants « contrôle » choisis au hasard et leurs mères. La population étudiée a été tirée des membres du Kaiser Permanente Medical Care Program en Californie du Nord.

L'équipe de recherche, composée de membres du Kaiser Permanente de Californie du Nord, de la Direction des enquêtes de la santé environnementale du département californien de la santé publique et de l'Institut et Hôpital neuropsychiatrique de l'Université de Californie à Los Angeles, a cherché à évaluer systématiquement si l'exposition prénatale à des antidépresseurs est associée à un risque accru de TSA.

Dans leur groupe d'étude, 20 des enfants avec un TSA diagnostiqué et 50 des enfants du groupe contrôle avaient des antécédents d'exposition prénatale à des médicaments antidépresseurs. L'analyse statistique a déterminé qu'il y avait un double risque accru de TSA associé à un traitement par un ISRS de la mère pendant l'année avant l’accouchement, avec le plus d'effet associé en cas de traitement pendant le premier trimestre de la grossesse. Aucune augmentation du risque n'a été trouvée pour les enfants de mères qui avaient des antécédents de traitement de maladie mentale en l'absence d’une exposition prénatale aux ISRS.

Lisa Croen, Ph.D., directeure du programme Autism Research du Kaiser Permanente et principale auteure de l'étude, et ses collègues ont pris soin de formuler leurs conclusions en termes de précaution, de peur que les lecteurs sautent trop rapidement à la conclusion que les femmes enceintes devraient se voir refuser l'ISRS en raison du risque pour le fœtus. "Le risque potentiel associé à l'exposition doit être équilibré avec le risque pour la mère ou du fœtus de troubles de santé mentale non traités», disent-ils. «Des études complémentaires sont nécessaires pour reproduire et étendre ces résultats."

Pat Levitt, Ph.D., directeur de l'Institut Neurogénétique Zilkha à la Keck School of Medicine de l'Université de Californie du Sud, a examiné les conclusions - et leurs limites signalées par les auteurs de l'étude -, dans un éditorial accompagnant la publication: «Avant d'adopter celui-ci en tant que nouveau facteur causal ... les auteurs prennent soin de souligner dans une longue discussion les nombreuses réserves dans leurs résultats. Ils reconnaissent que, compte tenu de l'histoire des [liens prétendus entre les] TSA et les facteurs environnementaux (vaccinations, mercure), ce type d’article est susceptible d'être surintéprété par les professionnels et le public. "

Levitt convient que l'explication neurobiologique pour les conclusions de Croen et ses collègues a du sens. «Peut-être est-ce une coïncidence que le ratio de chances pour le risque de TSA dans l'étude ... augmente quand le premier trimestre d’exposition aux ISRS est le seul facteur. Toutefois, c'est exactement ce moment du développement du cerveau humain au cours duquel les populations neuronales corticales et sous corticales sont produites, migrant vers leur destination finale et le début du long processus de câblage. Alors que beaucoup se produit plus tard, la création d'une base solide de développement peut être une composante essentielle du développement sain du cerveau. "

Un résumé de "prise d'antidépresseurs pendant la grossesse et troubles de l'enfance du spectre autistique» est affiché à < http://archpsyc.ama-assn.org/cgi/conten ... ry.2011.73 >.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#37 Message par Jean » samedi 13 août 2011 à 12:21

J'hésite à mettre cette page dans ce sujet :
Les champs électromagnétiques favorisent l’autisme / Orange s’investit contre l’autisme... cherchez l’erreur

On croit rêver lorsque la Fondation Orange, le front haut, s'investit dans l'aide aux personnes autistes...
http://www.agoravox.fr/actualites/sante ... ques-98681
En effet, les références indiquées n'indiquent pas de lien avec l'autisme. Et le reste, ce sont des foutaises très répandues sur les vaccins et les métaux lourds.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#38 Message par Jean » lundi 15 août 2011 à 13:15

Jean a écrit :extrait : Comme on s'y attendait, les chercheurs ont trouvé une incidence d'autisme importante parmi les jumeaux monozygotes: 77 pour cent des jumeaux et 50 pour cent des jumelles souffraient tous deux d'autisme. Chez les jumeaux dizygotes, ces taux étaient de 31 pour cent chez les garçons et de 36 pour cent chez les filles.

Des études précédentes avaient décelé que de 10 à 20 pour cent des frères et soeurs plus jeunes d'enfants souffrant d'autisme étaient susceptibles eux aussi de souffrir de la maladie.

La nouvelle étude jette toutefois un éclairage novateur sur le problème, puisque l'incidence élevée détectée chez les jumeaux dizygotes démontre que la grossesse est une période importante pendant laquelle des facteurs environnementaux semblent avoir un impact.
L'étude parue dans Pediatrics le 15/08 tendrait à nuancer cette interprétation concernant les jumeaux dizygotes, puisque les taux seraient plus proches.

En relisant l'article de Brigitte Chamak sur la question des jumeaux, je remarque que les "cohortes" étudiées comportent quelques dizaines d'enfants. La nouveauté de l'étude de Pediatrics ne porterait pas tellement sur les taux - qui ne me semblent pas très étonnants - , mais sur le nombre d'enfants concernés par l'étude (dix fois plus).
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#39 Message par Jean » lundi 15 août 2011 à 21:22

Traduction d'un extrait de la notice Wikipedia sur la [baronne] Susan Greenfield
Controverses

Greenfield a exprimé la crainte que la technologie moderne, et en particulier les sites de réseaux sociaux, peuvent avoir un impact négatif sur le développement des enfants. [11] [12] [13]

À cet égard, elle a été critiquée par Ben Goldacre pour avoir proclamé que la technologie a des effets néfastes sur le cerveau humain, sans avoir entrepris des recherches ou bien avoir évalué les preuves disponibles. Goldacre l’a appelée à «[formellement] rédiger sur ses préoccupations au sujet des ordinateurs endommageant le cerveau des enfants", à laquelle elle a répondu qu'il est "comme les gens qui ont nié que le tabagisme causait le cancer» [14]. Dorothy Bishop, professeur de neuropsychologie à Oxford , a fait des critiques similaires de Greenfield [15].

Susan Greenfield Causes Autism - 8 août 2011 - Neuroskeptic
Susan Greenfield provoque l'autisme

http://neuroskeptic.blogspot.com/2011/0 ... utism.html
Traduction Asperansa

La neuroscientifique britannique Susan Greenfield a provoqué une tempête avec sa suggestion que la récente hausse de l'utilisation de l'Internet et les médias sociaux peuvent être liés à la récente hausse de l'autisme.
  • « Je montre du doigt l'augmentation de l'autisme et également l'utilisation d'Internet. C'est tout. Établir une relation de causalité est très dur, mais il y a des tendances là auxquelles nous devons penser. »
Image
Cela a conduit un collègue neuroscientifique d’Oxford Dorothy Bishop de BishopBlog d’écrire une lettre ouverte lui demandant de "s'il vous plaît, s'il vous plaît, arrêter de parler de l'autisme». Twitter a été animé par # greenfieldism tels que "Je montre du doigt la hausse de Rebecca Black et la crise de la dette souveraine grecque, c'est tout."

Cependant, dans un « Neuroskeptic » exclusif, je peux révéler que la situation est bien pire que quiconque ne le craignait. Greenfield n'a pas seulement propagé des spéculations injustifiées au sujet de la récente hausse des diagnostics d'autisme.

Elle a provoqué cette croissance.

Le graphique ci-dessus montre le nombre total de citations scientifiques des articles de Susan Greenfield, au fil du temps. C'est assez bon comme mesure de l'influence que Greenfield a eu sur notre culture.

La tendance est évidente, la croissance est spectaculaire, et la corrélation avec l'épidémie d'autisme moderne est indéniable.

:mryellow: :mrgreen: :mryellow: :mrgreen:
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

snip
Fidèle
Messages : 170
Enregistré le : vendredi 20 août 2010 à 6:48

Re: Causes environnementales de l'autisme

#40 Message par snip » lundi 15 août 2011 à 23:33

Bof, c'est qu'une question d'époque avant c'était la télé, maintenant le wifi et internet.

Comme l'autisme est présent avant 2ans çà doit être l'usage de l'internet pendant cette période que cette sachante doit incriminer.

Pas utile de nourrir plus le troll.

La seule chose que j'en retiens c'est la sagacité de certains autistes :

Albert Einstein
"Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue. "

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#41 Message par Jean » lundi 15 août 2011 à 23:45

l'usage du téléphone portable in utero est encore plus dangereux :crazy:

Une autre critique des déclarations de Susan Greenfield
http://crackingtheenigma.blogspot.com/2 ... on-to.html
Maintenant, mon fils de quatre ans a bien pigé Internet. Il peut démarrer un ordinateur, cliquer avec la souris puis cliquer sur le favori « Boowa et Kwala ». Mais c'est tout. Il n'a pas de compte Facebook, il ne tweete pas, et sa messagerie instantanée se limité à taper à plusieurs reprises le mot «zoo». Qu'il suffise de le dire, il n'obtient pas d'interaction sociale de l'internet et je pense qu'il est juste de dire que c'est la même chose d'à peu près tous les gamins de son âge, y compris les enfants autistes.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Re: Causes environnementales de l'autisme

#42 Message par Jonquille57 » mardi 16 août 2011 à 9:15

L'autisme n' a pas fini de faire couler beaucoup d'encre... :roll:

Avatar du membre
omega
Forcené
Messages : 1669
Enregistré le : lundi 18 janvier 2010 à 17:22

Re: Causes environnementales de l'autisme

#43 Message par omega » mardi 16 août 2011 à 16:07

Jean a écrit :l'usage du téléphone portable in utero est encore plus dangereux :crazy:
Image
Hé ben, mais ils commencent de plus en plus tôt! :lol:

Pour le reste, je partage l'ironie de Jonquille.
«Nous sommes tous des farceurs: nous survivons à nos problèmes.» (Cioran)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Causes environnementales de l'autisme

#44 Message par Jean » dimanche 28 août 2011 à 16:01

Usage du valproate (depakine) sur les ouris :
http://autisme-info.blogspot.com/2011/0 ... ed-by.html
Un modèle animal de l'autisme induit par l'exposition prénatale au valproate
Extrait de la traduction :
Les jeunes rats du groupe VPA ont présenté une approche aberrante à un rat étranger, diminution de la place préférentielle conditionnée accordée aux congénères, un apprentissage spatial normal et un manque de flexibilité pour changer leur stratégie.
En tant qu'adultes, ils ont présenté une approche sociale inappropriée à un rat étranger, diminution de la préférence pour la nouveauté sociale, reconnaissance sociale d'apparence normale et pas de déficit de l'apprentissage spatial.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

Re: Causes environnementales de l'autisme

#45 Message par maho » mercredi 31 août 2011 à 8:17

Et si je mange des cereales ce matin, il y a des risques de donner l'autisme a mes arriere petits enfants?
Non mais, c'st un peu de n'importe quoi, on sait bien que tout ce qu'on touche, respire, mange, utilise va nous donner le cancer, ou un autre maladie ou handicap, mais il faut arreter de les produire a ce moment la.
Il y a un magot de prevu pour le premier qui trouve la raison de l'autisme?
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Répondre