Problèmes gastro-intestinaux

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#31 Message par Jean » samedi 3 décembre 2011 à 15:12

alexis a écrit :à jean : je préfère ma direction thérapeutique actuelle même si elle est marginale et non reconnue ni scientifiquement ni par consensus medical et autorités. Surtout que niveau travail elle m'offre déjà de très bons résultats. Manger viendra en temps voulu et je sais quand et comment.
Effectivement, si çà te satisfait, si çà ne t'impose pas trop de contraintes, il n'est pas nécessaire d'aller plus loin.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
manu
Forcené
Messages : 1794
Enregistré le : mercredi 27 janvier 2010 à 13:44
Localisation : montceau les mines

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#32 Message par manu » samedi 3 décembre 2011 à 20:29

alexis a écrit :En effet, détournements de propos, hors-sujets, neuneuseries et masturbation intellectuelle au menu.
Merci, je sais maintenant que si je continue a croire que j’étais pas hors sujet c'est que je suis neuneu.

Ca me plais bien, je lis nœud-neoud, et c'est effectivement ma façon de penser qui consiste a croiser les sujets, pour viser le global plus que le détail, d'où la référence à la systémique, l'approche scientifique par le globale.

Elle t'a pas plus, mais pour moi c'était une vraie réponse.
Chacun défend comme il peut sa liberté d'expression.
Reconnu humain à la naissance.
Aucun diagnostique plus pertinent depuis!


"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#33 Message par Benoit » jeudi 26 janvier 2012 à 22:54

L'article de µbiology mentionné sur un autre fil doit relever du sujet.
Trop récent (ou trop complexe) pour que j'en trouve la traduction:

http://mbio.asm.org/content/3/1/e00261-11.full.pdf+html
ABSTRACT Gastrointestinal disturbances are commonly reported in children with autism and may be associated with compositional changes in intestinal bacteria. In a previous report, we surveyed intestinal microbiota in ileal and cecal biopsy samples from children with autism and gastrointestinal dysfunction (AUT-GI) and children with only gastrointestinal dysfunction (Control-GI). Our results demonstrated the presence of members of the family Alcaligenaceae in some AUT-GI children, while no Control-GI children had Alcaligenaceae sequences. Here we demonstrate that increased levels of Alcaligenaceae in intestinal biopsy samples from AUT-GI children result from the presence of high levels of members of the genus Sutterella. We also report the first Sutterella-specific PCR assays for detecting, quantitating, and genotyping Sutterella species in biological and environmental samples. Sutterella 16S rRNA gene sequences were found in 12 of 23 AUT-GI children but in none of 9 Control-GI children.
Phylogenetic analysis revealed a predominance of either Sutterella wadsworthensis or Sutterella stercoricanis in 11 of the individual Sutterella-positive AUT-GI patients; in one AUT-GI patient, Sutterella sequences were obtained that could not be given a species-level classification based on the 16S rRNA gene sequences of known Sutterella isolates. Western immunoblots revealed plasma IgG or IgM antibody reactivity to Sutterella wadsworthensis antigens in 11 AUT-GI patients, 8 of whom were also PCR positive, indicating the presence of an immune response to Sutterella in some children.

IMPORTANCE Autism spectrum disorders affect ~1% of the population. Many children with autism have gastrointestinal (GI) disturbances that can complicate clinical management and contribute to behavioral problems. Understanding the molecular and microbial underpinnings of these GI issues is of paramount importance for elucidating pathogenesis, rendering diagnosis, and administering informed treatment. Here we describe an association between high levels of intestinal, mucoepithelial-associated Sutterella species and GI disturbances in children with autism. These findings elevate this little-recognized bacterium to the forefront by demonstrating that Sutterella is a major component of the microbiota in over half of children with autism and gastrointestinal dysfunction (AUT-GI) and is absent in children with only gastrointestinal dysfunction (Control-GI) evaluated in this study. Furthermore, these findings bring into question the role Sutterella plays in the human microbiota in health and disease. With the Sutterella-specific molecular assays described here, some of these questions can begin to be addressed.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#34 Message par Jean » dimanche 26 février 2012 à 22:35

Un article commentant cette recherche : résumé sur Autisme Information Science
extrait :
Dans un article récent, Williams et al. [B. L. Williams, M. Hornig, T. Parekh, et WI Lipkin, Mbio 3 (1): e00261-11, 2012] ont fourni une telle étude de l'autisme avec les comorbidités GI en présentant des preuves de variétés de Sutterella dans les spécimens muqueux iléiques de biopsie de patients diagnostiqués TSA mais pas chez les enfants du groupe contrôle présentant des symptômes gastro-intestinaux, ce qui suggère un rôle spécifique pour Sutterella en matière de TSA.
Les séquences Sutterella représentaient ~ 1 à 7% des séquences bactériennes totales, et c'est une effet de taille très important sur la composition de la muqueuse iléale du phénotype d'autisme, rivalisant ou peut-être dépassant l'effet de taille du phénotype de la maladie de Crohn.


Source : A microbial association with autism. Benach JL, Li E, McGovern MM.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#35 Message par Jean » lundi 9 avril 2012 à 23:44

Conference report : BioAutism 2012
Extraits du compte-rendu d’une conférence sur le blog Cracking The Enigma - Traduction Asperansa

Modèle murin : Le modèle murin est un modèle d'expérimentation animale utilisant la souris.
Dysfonctionnement intestinal dans un modèle murin de l'autisme

Un deuxième exemple d'une approche légèrement bizarroïde était le travail présenté par Elisa Hill, également de l’Université de Melbourne. Comme d'autres groupes de recherche à travers le monde, elle et ses collègues se sont penchés sur le comportement des souris avec une mutation du gène neuroligine et les effets de différents médicaments sur ces comportements.

Mais ils ont aussi été voir comment les mutations génétiques affectaient les intestins de ces souris. Il s'avère que nous (comme chez nous vertébrés) avons un système nerveux complet dans nos intestins, connu sous le nom du système nerveux entérique , et que les gènes exprimés dans le cerveau sont également exprimés dans l'intestin. Hill et ses collègues ont disséqué les colons de certaines des souris et ont mesuré les contractions musculaires coliques en réponse à des solutions différentes de médicaments. Les contractions musculaires ont été réduites chez les souris mutantes, ce qui suggère que la mutation a affecté la façon dont l'intestin fonctionne.

C'est assez intéressant parce que beaucoup de gens avec autisme présentent des problèmes gastro-intestinaux, ce qui conduit à l'hypothèse que les problèmes intestinaux ont en quelque sorte provoquer l'autisme. Les résultats préliminaires de Hill orientent vers une autre explication pour ce lien - certaines mutations qui causent l'autisme pourraient également conduire à un dysfonctionnement de l'intestin.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#36 Message par Jean » lundi 2 juillet 2012 à 23:39

Suite à une recherche sur le scientifique canadien qui intervient dans "Autisme, la piste bactérienne", le documentaire passé sur ARTE

Un Gène de l'autisme lié à des problèmes intestinaux
Kelly Rae Chi - 20 Mars 2009

Problèmes intestinaux: Certaines variations génétiques MET sont plus fréquentes chez les personnes qui ont à la fois autisme et problèmes gastro-intestinaux.

Une variante unique d'un gène se retrouve plus souvent chez les personnes qui ont à la fois autisme et troubles gastro-intestinaux que chez les témoins sains, et pourrait aider à expliquer le lien mystérieux entre l'autisme et l'intestin, selon une étude publiée dans le numéro de Mars [2009} de "Pediatrics" .

Curieusement, la variante n'est pas associée avec les familles touchées par l'autisme, mais sans troubles gastro-intestinaux.

Les chercheurs disent que la découverte renforce le point de vue émergent que l'autisme est un regroupement de différents troubles distincts, chacun avec des mécanismes sous-jacents.

La relation exacte entre l'autisme et l'intestin n'est pas claire, mais les gens avec autisme rapportent fréquemment des problèmes intestinaux. Par exemple, une étude de 2006 estime que 70 % des enfants autistes souffrent de douleurs abdominales, de constipation et de vomissements à un certain point par rapport à 28 % des enfants sains.

En 2006, des chercheurs dirigés par Pat Levitt ont signalé que certaines variations du gène MET doublaient le risque d’autisme. Levitt et ses collègues plus tard ont liés deux autres gènes - PLAUR et SERPINE1 - dans le réseau MET à l’autisme.MET joue un rôle dans la régulation du système immunitaire et la prolifération des cellules épithéliales qui tapissent l'intestin - un processus crucial pour la réparation des plaies induites, par exemple, par certains aliments.

Dans l'étude actuelle, étant donné le rôle connu du gène MET dans la réparation cellulaire intestinale et l'autisme, le groupe de Levitt s'est penché sur les variations du gène dans 214 familles multiplex qui ont deux ou plusieurs personnes avec d'autisme. Les chercheurs ont ensuite relié ces données aux troubles gastro-intestinaux en utilisant les enregistrements sur les antécédents médicaux de l'Autism Genetic Resource Exchange, un service de garde pour les échantillons biologiques et les données cliniques de familles touchées par l'autisme.

La variante, un changement de nucléotide simple dans le gène MET, est plus fréquente chez 118 des 214 familles ayant des antécédents de maux d'autisme et de l'intestin. En revanche, la variante ne montre pas d'association avec l'autisme dans les 96 familles touchées par l'autisme, sans accompagnement par des symptômes gastro-intestinaux."Il est important de montrer qu'il y a des autismes différents qui peuvent avoir différents causes et mécanismes, et éventuellement différents traitements», explique Derrick MacFabe, directeur du Groupe recherche sur l'autisme Kilee Patchell-Evans à l'Université de Western Ontario, qui n'a pas participé à l’étude.

Il sera également important d'étudier si des gènes tels que le MET transmettent une susceptibilité accrue à des facteurs environnementaux, tels que des infections intestinales bactériennes opportunistes, imaginées pour jouer un rôle dans le déclenchement de l'autisme chez certaines personnes, dit MacFabe.

Dans les dernières années, son groupe a développé un modèle de rat d'autisme par l'administration d'acide propionique - un métabolite produit par de nombreuses bactéries opportunistes dans l'intestin - dans le liquide céphalo-rachidien du rat. Les rats montrent les changements du cerveau et du comportement, comme l'augmentation de l'inflammation du cerveau et des diminutions de l'interaction sociale, similaires à ceux observés chez les personnes atteintes d’autisme.Prises dans leur ensemble avec l'étude de Levitt, les observations suggèrent que l'interaction entre facteurs génétiques et environnementaux sera la clé pour comprendre les mécanismes sous-jacents à l'autisme, dit MacFabe.

Bien que les études de MacFabe donnent à penser qu’un déséquilibre des bactéries intestinales stimulent certaines fonctions du cerveau et du comportement propres à l'autisme, on ne sait pas exactement comment le cerveau et l'intestin pourraient s’influencer l’un l’autre au cours du développement et au-delà.

Liens incertains:
La variation MET appuie un lien entre l'autisme et les problèmes gastro-intestinaux chez certaines personnes, mais la nature de ce lien n'est pas claire parce que le gène semble jouer des rôles distincts dans le développement du cerveau et de la fonction intestinale.

Pendant le développement du cerveau, MET aide les neurones à migrer vers les cibles appropriées du cortex cérébral. Une fois qu’un neurone a migré, il régule le nombre de connexions que le neurone fait avec d'autres cellules dans le cortex cérébral.

On en sait beaucoup moins sur le rôle de MET dans l'intestin, explique Daniel Campbell, professeur assistant de recherche de pharmacologie à l'Université Vanderbilt et principal auteur de la nouvelle étude.

Certaines études chez le rat ont montré que l'activation du gène réduit la sévérité de certains troubles intestinaux comme la maladie inflammatoire de l'intestin et la diarrhée."Ce que nous pensons qui se passe, c'est que, simultanément, vous obtenez des changements dans la façon dont le cerveau se développe, et c'est ce qui apparaît comme le phénotype d'autisme, et vous obtenez des changements dans la façon dont l'intestin répond à différents types d'outrages, y compris différents types d'aliments, " dit Campbell.

Le Groupe de Campbell travaille à améliorer la principale limitation de cette étude: le recours à la capacité des parents de se rappeler les derniers épisodes de constipation, de diarrhée et d'autres symptômes. L'équipe mène actuellement une étude sur un ensemble plus vaste de participants, qui verront un gastro-entérologue pour des diagnostics plus précis.(…)
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#37 Message par Jean » mardi 3 juillet 2012 à 19:26

Aliments pour une opinion
Par Virginia Hughes - 12 Janvier 2010
Les enfants autistes ont des problèmes gastro-intestinaux, et des régimes spéciaux peuvent aider à résoudre ces problèmes.

Cette idée est pratiquement acceptée comme un fait par les parents, les avocats et les scientifiques. Beaucoup de parents d'enfants autistes rapportent que les enfants ont des maux d'estomac fréquents, constipation ou reflux acide, et certains attribuent ceux-ci à des problèmes de digestion du gluten ou des protéines laitières.

Dans une étude publiée lundi dans « Pediatrics », un groupe important et diversifié d’experts en pédiatrie stipule sans équivoque qu'il n'y a aucune preuve pour soutenir l'idée de problèmes gastro-intestinaux spécifiques à l’ autisme ou d'un soi-disant «intestin qui fuit" qui ne laisserait pas les enfants avec le désordre digérer correctement les nutriments.

La revue publie périodiquement ces rapports de consensus pour tenter de résoudre les questions controversées de façon objective, et pour aider les médecins à faire des diagnostics et des bons plans de traitement. Pour celui-ci, le comité comptait 28 médecins ayant une expertise dans, entre autres choses, la psychiatrie des enfants, l'épidémiologie, les allergies, la nutrition et la douleur.

La recommandation finale du groupe est de traiter les problèmes gastro-intestinaux chez les enfants autistes comme vous les traiteriez chez n'importe quel enfant. La seule différence entre les deux groupes peut être dans la façon dont l'enfant répond: un mal de ventre peut rendre un enfant typique un peu grincheux, mais provoquer plus de crises graves chez un enfant souffrant d'autisme.

Le panel n'exclut pas la possibilité que les recherches futures pourraient révéler des problèmes intestinaux spécifiques à l’autisme, en soulignant que les études à ce jour sont un peu difficiles à interpréter. Par exemple, une étude estime que plus de 70 % des enfants atteints d'autisme ont des troubles gastro-intestinaux, tandis qu’une autre fixe ce nombre à un maigre 9 %.

Le Comité recommande que des études se concentrent pour calculer plus précisément cette prévalence, et à enquêter sur les questions intestinales en tant que causes profondes de la maladie.

Dans l'intervalle, les experts affirment qu'il est préférable d'éviter les régimes spéciaux poussés par la communauté de médecine alternative. Ils n'ont montré aucun avantage pour les enfants autistes, notent-ils, et, s’ils sont pris à l'extrême, pourraient conduire à une malnutrition nuisible.

Traduction des énoncés de l’étude de “Pediatrics” : http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?p=26281#p26281
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#38 Message par Jean » mardi 3 juillet 2012 à 19:33

Des études impliquent des bactéries intestinales dans l'autisme
Emily Anthes - 7 Mars 2011
Réaction intestinale : Des niveaux élevés de bactéries Clostridium déclenchent des problèmes gastro-intestinaux chez les enfants atteints d'autisme, et peuvent également affecter le développement du cerveau.

L'autisme, avec sa constellation de symptômes comportementaux et cognitifs, pourrait sembler être tout dans le cerveau. Mais d’intrigantes nouvelles études suggèrent que certains aspects de la maladie pourraient provenir de l'intestin.

Pendant des décennies, les médecins ont entendu des rapports anecdotiques selon lesquels les enfants autistes ont souvent des problèmes gastro-intestinaux, souffrant de ballonnements, de douleurs abdominales, de constipation, la diarrhée et plus.

La dernière recherche, menée au cours des dernières années, explore la possibilité controversée que tout ce qui ne va pas dans l'intestin n'est pas seulement un symptôme de l'autisme, mais une des causes. Le travail est une émanation de l'intérêt scientifique croissant dans le microbiome humain, le ragoût des bactéries qui établissent domicile dans nos étendues gastro-intestinales.Une nouvelle étude, publiée le 31 Janvier [2011] dans les « Proceedings of the National Academy of Sciences”, donne à penser que ces résidents microbiens peuvent orienter le développement du cerveau, en fin de compte en façonnant le comportement (1).

«C'est une grande révélation," dit le principal chercheur Sven Pettersson, professeur de microbiologie à l'Institut Karolinska en Suède. "Si vous aviez dit il y a 20 ans que les bactéries auraient quelque chose à voir avec le fonctionnement du cerveau, les gens auraient ri de vous."

Les intestins en bonne santé sont le siège d’un grand nombre de bactéries, d'une variété de différentes espèces. "Vous avez plus de bactéries dans votre intestin que vous n’avez de cellules dans votre corps», explique Derrick MacFabe, directeur du Kilee Patchell-Evans Autism Research Group à l'Université de Western Ontario au Canada, qui n'a pas participé à l'étude.Loin d'être pathologiques, ces passagers clandestins microscopiques sont des acteurs importants dans le fonctionnement biologique normal.

Passagers microbiens :

Certaines études ont montré une incidence plus élevée de troubles gastro-intestinaux chez les enfants atteints d'autisme. Une étude de 2006 a révélé, par exemple, que 70 % des enfants atteints d'autisme souffrent de problèmes gastro-intestinaux, comparativement à seulement 28 % des enfants au développement typique (2).

En 2005, Anne McCartney, chercheuse microbiologiste et senior à l'Université de Reading au Royaume-Uni, a trouvé que les enfants atteints d'autisme présentent des concentrations supérieures à la normale de bactéries Clostridium, un groupe microbien qui peut produire des neurotoxines. D'autres chercheurs ont rapporté des résultats similaires (3).

"Ce ne semble pas être un prétexte que de penser que le nombre et le type de certaines bactéries dans l'intestin sont différents chez les enfants autistes et non-autistes," dit McCartney.

Armés de ces conclusions, les chercheurs ont commencé à explorer si des changements dans la flore intestinale, plutôt que d'être de simples symptômes de l'autisme, contribuent à la maladie. Des preuves anecdotiques suggéraient que çà pourrait être le cas - les parents ont souvent signalé que le comportement de leurs enfants semblait s'aggraver lorsque leurs symptômes gastro-intestinaux étaient exacerbés.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont essayé de déterminer si les microbes intestinaux peuvent façonner le développement du cerveau. Ils ont examiné deux groupes de souris: un groupe a un éventail normal des microbes, tandis que l'autre a des intestins d’une propreté irréprochable dépourvus de bactéries.

En comparant le comportement de ces deux groupes, les chercheurs ont constaté que les rongeurs libres de bactéries sont plus hyperactifs et plus enclins à prendre des risques que ceux avec des microbes. Les souris stériles montrent également des anomalies dans l'expression de plusieurs dizaines de gènes et la façon dont elles traiter plusieurs neurotransmetteurs, y compris la noradrénaline, la dopamine et la sérotonine.

Afin de déterminer si les microbes intestinaux sont responsables de ces différences, les scientifiques ont exposés des petits libres de bactéries à une gamme complète de microbes prélevés sur les souris normales. Les souris stériles n’ont plus grandi comme des adultes hyperactifs et avec prise de risque. En fait, elles ont agi comme des souris nées avec des bactéries intestinales normales.

Bien que Pettersson et ses collègues n'ont pas examiné spécifiquement l'autisme, l'étude fournit des preuves convaincantes que les microbes dans nos ventres peuvent influencer le comportement, peut-être en guidant le développement du cerveau."Ce phénomène semble se produire très tôt dans la vie," dit Pettersson. En effet, la transfusion de souris adultes sans bactéries avec des microbes intestinaux n'a aucun effet sur leur comportement. "Un des résultats les plus frappants est que, pour changer le modèle de comportement des animaux, nous devons exposer les souris à un jeune âge à des bactéries», dit Pettersson.

Modèles d'autisme :

La prochaine étape pour les chercheurs consiste à démêler le mécanisme sous-jacent ce lien intestin-comportement.

Une possibilité est que les microbes influencent le développement du cerveau en modifiant le niveau d'hormones circulant dans le sang. Alternativement, les bactéries intestinales pourraient être en communication avec le cerveau via le nerf vague, qui va de la tête tout le long de l'abdomen.

MacFabe enquête pour savoir si les microbes intestinaux peuvent influer sur le cerveau d'une manière qui expliquent les symptômes des troubles du spectre autistique. Il utilise des rats pour étudier les acides gras produits par les microbes qui vivent dans l'intestin, en se concentrant en particulier sur l'acide propionique, qui est produit par le « Clostridium », la bactérie qui semble être présente à des niveaux plus élevés chez les enfants atteints d'autisme.

Lorsque MacFabe et ses collègues ont injecté l'acide propionique directement dans le cerveau des rats, ils sont devenus hyperactifs, ont commencé à s'engager dans des comportements répétitifs et ont perdu tout intérêt pour les interactions sociales (4).

Des études ultérieures ont confirmé ces constatations. Chez les jeunes rats et les adultes, l'acide propionique semble provoquer des comportements répétitifs et antisociaux, des troubles cognitifs et des modèles d'inflammation du cerveau qui ressemblent à ceux observés chez les enfants avec autisme (5, 6,7).

"Il y a des composés qui font que des bactéries de l'intestin peuvent faire faire des choses très bizarres à des animaux», dit MacFabe, "des choses très spécifiques qui sont similaires à l'autisme."

La recherche est provocatrice, mais il y a encore beaucoup à faire avant que les microbes de l'intestin puissent être établis comme de vrais contributeurs à l'autisme. Même si la connexion tient le coup, on ne sait pas si le changement de l'environnement gastro-intestinal aurait des avantages pour les enfants atteints d'autisme. «Je ne suis pas convaincu à ce moment que nous pouvons dire,« Si nous modulons la flore intestinale, nous pouvons atténuer l'autisme," dit McCartney.

Références:
1 - Diaz Heijtz R. et al. Proc. Natl. Acad. Sci. USA Epub ahead of print (2011) Full text
2 - Valicenti-McDermott M. et al. J. Dev. Behav. Pediatr. 27, S128-36 (2006) PubMed
3 - Parracho H.M. et al. J. Med. Microbiol. 54, 987-991 (2005) PubMed4 - Shultz S.R. et al. Neuropharmacology 54, 901-11 (2008) PubMed
5 - MacFabe D.F. et al. Am. J. Biochem. Biotechnol. 4, 146-166 (2008) Abstract
6 - Shultz S.R. et al. Behav. Brain Res. 200, 33-41 (2009) PubMed
7 - MacFabe D.F et al. Behav. Brain Res. 217, 47-54 (2011) PubMed
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#39 Message par Jean » mardi 3 juillet 2012 à 19:37

Recherche clinique: des études ajoutent à la confusion sur le lien entre l'intestin et l’autisme
Jessica Wright - 11 mai 2011
Troubles intestinaux: Les enfants avec autisme sévère ont plus de problèmes gastro-intestinaux, tels que la constipation et la diarrhée, que ceux avec des symptômes d'autisme plus légers.

Dans la population générale, les gens qui ont de graves problèmes gastro-intestinaux durant l'enfance ne sont pas plus susceptibles d'avoir des symptômes d'autisme que ne le sont des témoins sains, ont rapporté des chercheurs dans une étude prévue pour le numéro de mai [2011] de « Developmental Medicine and Child Neurology » (1).

Cependant, les enfants atteints d'autisme sévère ont plus d’affections gastro-intestinales que ceux présentant des symptômes d'autisme plus légers, selon une petite étude publiée en Mars dans « BMC Gastroenterology » (2).

Les résultats contradictoires laissent non résolue la question de savoir si les symptômes gastro-intestinaux sont une caractéristique inhérente des troubles du spectre autistique.

Des études ont rapporté une incidence élevée de problèmes gastro-intestinaux, tels que la constipation, la diarrhée, des douleurs abdominales ou des ballonnements, des reflux ou des vomissements - chez les enfants qui ont l'autisme.

Une étude de Janvier a suggéré que l'intestin peut effectivement influencer le comportement: des souris avec moins de bactéries de l'intestin que les contrôles sont plus hyperactives et plus enclines à prendre des risques.

La première nouvelle étude a dépisté 804 jeunes adultes dont les mères avaient été recrutées dans le cadre d'une vaste étude en cours de grossesses australiennes. Les participants ont répondu à des questions sur le Quotient du Spectre Autistique: une enquête avec auto-déclaration qui évalue le niveau des symptômes du type de l'autisme. Les personnes qui présentaient des symptômes gastro-intestinaux qui ont nécessité des soins médicaux entre 1 et 5 ans n'ont pas plus de symptômes semblables à l'autisme à l’âge de 20 ans, selon l'étude.

Si les symptômes gastro-intestinaux et les troubles du spectre autistique avaient une origine commune - ou si des problèmes intestinaux conduisaient à l'autisme - il y aurait une association entre les deux troubles dans un groupe de cette taille, notent les chercheurs.

Pourtant, la deuxième étude a révélé que les enfants autistes qui obtiennent de plus hautes notes sur une mesure des symptômes gastro-intestinaux ont des caractéristiques plus sévères d'autisme, sur la base de la Autism Treatment Evaluation Checklist. Cette étude est beaucoup plus petite, cependant, avec seulement 58 enfants autistes et 39 témoins.

Prises dans leur ensemble, les deux études présentent des résultats non concluants sur le lien entre les problèmes gastro-intestinaux et l'autisme, mais suggèrent que des études à plus grande échelle chez les individus atteints d'autisme sont nécessaires.

Références:
1 - Whitehouse A.J. et al. Dev. Med. Child Neurol. 53, 457-462 (2011) PubMed
2 - Adams J.B. et al. BMC Gastroenterol. 11, 22 (2011) PubMed
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#40 Message par Jean » mardi 3 juillet 2012 à 19:43

La recherche clinique: les bactéries intestinales qui prévalent dans l'autisme
Jessica Wright -9 Mars 2012

Commun colonisateur: Sutterella wadsworthensis est présent dans les intestins des enfants atteints d'autisme, où il pourrait remplacer des bactéries bénéfiques.

Un certain type de bactéries est très répandu dans les intestins des enfants qui ont à la fois des symptômes d’ autisme et gastro-intestinaux (GI), mais est absente dans les contrôles, selon une étude publiée le 10 Janvier dans « mBio »(1).

Les symptômes gastro-intestinaux comme la constipation, la diarrhée, des douleurs abdominales et les ballonnements sont fréquents chez les enfants atteints d'autisme. Mais il est difficile de savoir si les affections gastro-intestinales sont une caractéristique essentielle de l'autisme ou une conséquence d'une alimentation pointilleuse ou d'autres symptômes de la maladie.

Des études ont également montré des altérations du profil du microbiome intestinal - la gamme complète des bactéries commensales qui vivent dans le tube digestif - chez les enfants atteints du trouble. Et des études chez la souris suggèrent que les bactéries intestinales peuvent réellement influer sur le comportement: une absence de bactéries commensales dans les entrailles de souris conduit à l'hyperactivité, et alimenter les souris avec des probiotiques les aide à mieux faire face aux situations stressantes.
  • [Commensal : S'applique spécifiquement aux micro-organismes qui colonisent l'organisme (généralement la peau ou les muqueuses) sans provoquer de maladie.]


L'année dernière, des chercheurs ont montré que 7 des 15 enfants atteints d'autisme et aucun des 9 témoins, qui avaient tous des symptômes gastro-intestinaux, transportaient Alcaligenaceae, une grande famille de bactéries, dont certains membres peuvent conduire à des infections telles que la coqueluche (2).

Dans la nouvelle étude, les mêmes chercheurs ont utilisé une technique appelée PCR - une méthode d'amplification et de séquençage de régions choisies de l'ADN – pour identifier le type d’Alcaligenaceae présente chez ces enfants. Les chercheurs ont utilisé des biopsies de la muqueuse de l'intestin pour cataloguer les bactéries qui colonisent l'intestin au lieu d'utiliser des échantillons de selles, qui contiennent des inhibiteurs qui peuvent interférer avec la PCR.

Au total, les chercheurs ont étudié des biopsies de 23 enfants autistes et 9 contrôles. Douze des enfants atteints d'autisme avaient Alcaligenaceae, qui étaient tous du genre Sutterella, a révélé l'étude. Aucune preuve d’ Alcaligenaceae n’a été détectée par la PCR dans les contrôles.

Les chercheurs ont isolé Sutterella à partir d’infections, telles que l'appendicite, et de personnes atteintes de la maladie de Crohn, une maladie auto-immune qui entraîne l'inflammation du domaine GI. Cependant, on ne sait pas si les bactéries sont une cause ou une conséquence de ces infections, ou si elles sont toujours présentes chez les individus sains.

Lorsque Sutterella est présent dans les intestins des enfants atteints d'autisme, il est très répandu, allant d'environ de 2 à 7 % de toutes les bactéries et de la troisième à la huitième des espèces les plus communes dans le microbiome intestinal, a révélé l'étude. On ne sait pas si les symptômes gastro-intestinaux des enfants sont causés par Sutterella, mais les bactéries peuvent remplacer des bactéries commensales bénéfiques, conduisant à des symptômes, disent les chercheurs.

Onze des enfants atteints d'autisme et un du groupe contrôle transportent aussi des anticorps qui réagissent à Sutterella, une indication d'infection et d'inflammation. Trois de ces enfants n'étaient pas positifs pour Sutterella en se basant sur l'analyse PCR, ce qui suggère qu’un total de 15 personnes pouvait transporter les bactéries.

Références:
1: Williams B.L. et al. MBio 3, e00261-11 (2012) PubMed
2: Williams B.L. et al. PLoS One 6, e24585 (2011) PubMed
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
robpiso
Régulier
Messages : 32
Enregistré le : mardi 26 juin 2012 à 11:44

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#41 Message par robpiso » mardi 3 juillet 2012 à 20:49

Bonjour Jean.

Pourriez-vous me dire dans quelle cellule se trouve le MET ?


Sinon:
MET
http://bit.ly/MLLl6M
Autres gènes liés à l'autisme:
http://bit.ly/MYxpm9
Carte des paramètres de l'autisme (cliquez sur la carte et utilisez le controle):
http://www.g2conline.org/#Autism

__________________

Le genre Sutterella et l'espèce Sutterella wadsworthensis ont été validement publiés le 9 janvier 1996 pour des souches bactériennes ressemblant à Campylobacter gracilis mais se différenciant des Campylobacter sp. par leurs caractères génotypiques et phénotypiques. Les souches de Sutterella wadsworthensis n'ont été isolées que chez l'homme, notamment chez des sujets présentant une appendicite, une péritonite, une entérite ou des abcès du rectum. Cette espèce a également été isolée des fèces d'un individu sain.
Le genre Sutterella est considéré comme l'un des genres de la famille des ¤ Alcaligenaceae (ordre des ¤ Burkholderiales, classe des ¤ Betaproteobacteria, phylum des ¤ "Proteobacteria", domaine ou empire des "Bacteria" ou des "Eubacteria").

_______________

Micro-organismes ou microbes
http://bit.ly/KRWPQZ
Modifié en dernier par robpiso le jeudi 5 juillet 2012 à 18:21, modifié 6 fois.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#42 Message par Jean » mardi 3 juillet 2012 à 21:53

Je peux traduire - approximativement - des articles, mais il ne vaut mieux pas me demander des explications scientifiques. Je ne sais pas où est le gène MET (ni même si c'est un gêne :lol: ).
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
robpiso
Régulier
Messages : 32
Enregistré le : mardi 26 juin 2012 à 11:44

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#43 Message par robpiso » mardi 3 juillet 2012 à 22:45

Merci pour toutes ces excellentes traductions et toutes ces infos qu'elles nous apportent.

Chapeau !

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#44 Message par Jean » dimanche 8 juillet 2012 à 20:41

Jean a écrit :Un Gène de l'autisme lié à des problèmes intestinaux
Kelly Rae Chi - 20 Mars 2009

Problèmes intestinaux: Certaines variations génétiques MET sont plus fréquentes chez les personnes qui ont à la fois autisme et problèmes gastro-intestinaux.
Sur le même site SFARI, un article du 6 juillet qui reparle de ce gène, en le liant à la reconnaissance des émotions :
Genetics: Study links MET gene to emotion recognition.
Conclusion
Pris dans leur ensemble, les résultats suggèrent que le gène MET est impliqué dans le traitement par le cerveau des émotions faciales, une compétence qui va souvent de travers chez les personnes avec autisme.

Cependant, la variation MET liée à l'autisme ne semble pas avoir une quelconque influence sur la perception des émotions. C'est peut-être parce que la nouvelle étude a recruté des participants chinois Han de Taiwan, alors que les études précédentes se sont essentiellement fondées sur des blancs d'Italie et des Etats-Unis
Et la description du gène MET : https://gene.sfari.org/autdb/humangene/detail/MET
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20641
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Problèmes gastro-intestinaux

#45 Message par Jean » mercredi 18 juillet 2012 à 21:49

Sur le sujet des rapports entre alimentation et maladies intestinales (il ne s'agit pas d'autisme)
MICI : le lait concentré, un détonateur inattendu
lequotidiendumedecin.fr 18/06/2012

Le régime alimentaire dit « occidental » riche en graisses saturées n’a pas fini d’être soumis à la vindicte médicale. Très utilisé dans l’industrie agro-alimentaire, le lait concentré pourrait déclencher la survenue d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) chez des sujets génétiquement prédisposés. Des chercheurs de l’université de Chicago viennent de montrer comment les graisses saturées du lait altèrent la flore intestinale bactérienne et comment le microbiote ainsi modifié perturbe l’équilibre du système immunitaire.

Les chercheurs ont mené leurs travaux sur un modèle murin proche des MICI humaines. Lors d’une délétion de l’IL10, la survenue de colite est augmenté de 20 % en cas de régime hypolipidique ou riche en lipides polyinsaturés. En cas de régime riche en graisses saturées, le risque de colite est triplé en l’espace de 6 mois, ce qui correspond à une augmentation de plus de 60 %. Sans compter que la survenue, la gravité et l’étendue de la colite sont bien plus élevées que ce qui est observé en cas de régime hypolipidique.

Une odeur de soufre

L’équipe de Chicago a constaté également que les lipides du lait favorisent la croissance bactérienne d’une espèce rare, la Bilophila Wadswothia. Alors qu’elle est indétectable en cas de régime hypolipidique, elle représente environ 6 % de l’ensemble des bactéries intestinales en cas de régime gras. Comment ce type d’alimentation peut-il entraîner la pullulation bactérienne ? Tout simplement parce que Bilophila Wadswothia se multiplie en présence de soufre, dont la bile produite en réponse à une alimentation peu digeste est riche. « Ces bactéries sont délétères, poursuit le Pr Chang, l’auteur principal. (...) Elles sont capables d’activer le système immunitaire de sujets génétiquement prédisposés. »

Cette étude suggère que des facteurs environnementaux peuvent déclencher la maladie chez des patients à risque élevé. « Nous ne pouvons pas actuellement faire grand-chose pour corriger les gènes de prédisposition, explique le Pr Chang. Et tandis que nous pourrions encourager les gens à modifier leur alimentation, c’est rarement efficace et toujours difficile. » L’équipe n’est pas en reste pour autant. « En revanche, le microbiote intestinal peut être "restructuré" de façon prolongée et prévisible, (...) sans avoir à toucher au mode de vie des sujets prédisposés. C’est ce que nous sommes d’ores et déjà en train de tester. »

› Dr I. D.

Nature, publié en ligne le 13 juin 2012.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Répondre