[Recherche] Optimisation des modalités de participation des personnes autistes à un projet de recherche qualitative

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.

Afin de participer à un protocole de recherche, quelle modalité d'entretien préfèreriez-vous ?

Entretient en face à face
7
44%
Entretien téléphonique
0
Aucun vote
Entretien par messagerie instantanée
4
25%
Entretien par échange d'e-mails
5
31%
Autre (Précisez en répondant au message initial)
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 16

Message
Auteur
Nerya
Occasionnel
Messages : 16
Enregistré le : mardi 11 février 2020 à 16:52

Re: [Recherche] Optimisation des modalités de participation des personnes autistes à un projet de recherche qualitative

#16 Message par Nerya » mercredi 12 février 2020 à 21:50

Arcane a écrit :
mercredi 12 février 2020 à 20:26
Moi, l'entretien en face à face ne me gênerait pas.
[...]
Je préfère le face à face au téléphone qui reste impersonnel. Par contre, si après une première rencontre en face à face, le ou la personne a besoin d'informations complémentaires, le téléphone pourrait être une solution faisable qui me dérangerait moins. Mais pas en première intention.
Merci pour votre réponse Arcane !
Professionnelle de santé et chercheuse dans le domaine des troubles du neurodéveloppement

lucius
Fidèle
Messages : 191
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: [Recherche] Optimisation des modalités de participation des personnes autistes à un projet de recherche qualitative

#17 Message par lucius » jeudi 13 février 2020 à 17:42

Je dirais que les premiers échanges par mails seront préférables.
Les raisons sont que par écrit notre interlocuteur et nous-mêmes pouvons passer plus de temps à faire attention à la rédaction de nos messages. Cela permet un de donner le temps de réflexion à nos réponses ou nos questionnements. Cela permet aussi de faire attention à la formulation de ce que l'on écrit pour offrir plus de clarté et de précision.
Le point négatif, à force d'y penser, les messages peuvent devenir très longs.

Puis si il y a un échange face à face ou par téléphone, il serait important de préciser en détail les sujets qui vont être discutés avant de démarrer ces échanges. Certains ayant des TSA ne sont très à l'aise à répondre avec quelqu’un en face durant un temps imparti (celle de la durée de l'entretien).

Il sera nécessaire de tenir compte que dans les échanges, la personne ayant un TSA pourra avoir des difficultés à comprendre des questions ou à être capable d'y répondre.
Des questions ayant des réponses comme oui/non ne sont pas les plus faciles à répondre. Si on demande à quelqu'un si il lit de la poésie, il pourrait répondre non mais qu'il lit en général et qu'il aime la poésie.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Nerya
Occasionnel
Messages : 16
Enregistré le : mardi 11 février 2020 à 16:52

Re: [Recherche] Optimisation des modalités de participation des personnes autistes à un projet de recherche qualitative

#18 Message par Nerya » jeudi 13 février 2020 à 22:45

Merci pour votre réponse Lucius.

J'apporte quelques précisions concernant la méthodologie, qui peuvent être utiles :
lucius a écrit :
jeudi 13 février 2020 à 17:42
Je dirais que les premiers échanges par mails seront préférables.
Les raisons sont que par écrit [...] Cela permet un de donner le temps de réflexion à nos réponses ou nos questionnements. Cela permet aussi de faire attention à la formulation de ce que l'on écrit pour offrir plus de clarté et de précision.
Le fait que les réponses soient moins spontanées et plus intellectualisées est un inconvénient pour certains chercheurs qui font de la recherche qualitative.
lucius a écrit :
jeudi 13 février 2020 à 17:42
Le point négatif, à force d'y penser, les messages peuvent devenir très longs.
Ce n'est pas négatif en soit, l'objectif étant d'obtenir des informations les plus complètes possibles.
lucius a écrit :
jeudi 13 février 2020 à 17:42
Certains ayant des TSA ne sont très à l'aise à répondre avec quelqu’un en face durant un temps imparti (celle de la durée de l'entretien).
La durée de l'entretien n'est pas obligatoirement fixée à l'avance mais peut être discutée lors de la programmation du rendez-vous (il peut alors être décidé en concertation que l'entretien aura une durée définie, qu'il prendra fin lorsque le chercheur n'aura plus de questions ou que le participant aura besoin d'y mettre un terme, qu'il peut être scindé en deux avec programmation d'un second rendez-vous au besoin ...)
lucius a écrit :
jeudi 13 février 2020 à 17:42

Il sera nécessaire de tenir compte que dans les échanges, la personne ayant un TSA pourra avoir des difficultés à comprendre des questions ou à être capable d'y répondre.
Cela me semble être applicable quelle que soit la modalité de l'échange, mais il faut effectivement le prendre en compte dans tous les cas.
lucius a écrit :
jeudi 13 février 2020 à 17:42

Des questions ayant des réponses comme oui/non ne sont pas les plus faciles à répondre. Si on demande à quelqu'un si il lit de la poésie, il pourrait répondre non mais qu'il lit en général et qu'il aime la poésie.
La recherche qualitative fait rarement appel à des questions fermées en l’occurrence. Les questions sont généralement ouvertes, de sorte à obtenir le point de vue des participants sans qu'il ne soit influencé par la question elle-même.
Professionnelle de santé et chercheuse dans le domaine des troubles du neurodéveloppement

Avatar du membre
Scb1917
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 1 juillet 2019 à 8:54
Localisation : Marseille

Re: [Recherche] Optimisation des modalités de participation des personnes autistes à un projet de recherche qualitative

#19 Message par Scb1917 » lundi 17 février 2020 à 19:38

Je me retrouve dans la plupart des propos de lepton, Arcane et lucius.

Dans un premier temps j'aurais besoin d'échanger par mail ou par messagerie instantanée. Ensuite il serait envisageable d'avoir une rencontre en face-à-face mais en connaissant le maximum d'informations à l'avance pour pouvoir gérer mon anxiété, comme par exemple :
- Le lieu (et qu'il soit au calme)
- Le déroulement
- Éventuellement, si cela ne porte pas atteinte à l'étude elle-même, connaître les grandes lignes des questions à l'avance...
Premiers questionnements en janvier 2019.
Bilan psychologique en septembre 2019 avec une psychologue spécialisée.
Pré-diagnostic de TSA niveau 1/Asperger en octobre 2019.
Diagnostic de TSA niveau 1/Asperger validé par un psychiatre en février 2020.

Répondre