De l'utilité de la psychanalyse ...

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: Freude et sa psychanalyse?

#46 Message par Mars » vendredi 30 août 2013 à 0:48

J'essaie de faire passer un message.
Je m'en suis bien rendue compte !
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

Syberia
Forcené
Messages : 889
Enregistré le : samedi 15 décembre 2012 à 12:28
Localisation : Pas ici

Re: Freude et sa psychanalyse?

#47 Message par Syberia » vendredi 30 août 2013 à 7:40

Tugdual a écrit :C'est curieux chez les psys ce besoin de faire des phrases ...
:lol:
NT avec faille narcissique.

Syberia
Forcené
Messages : 889
Enregistré le : samedi 15 décembre 2012 à 12:28
Localisation : Pas ici

Re: Freude et sa psychanalyse?

#48 Message par Syberia » vendredi 30 août 2013 à 8:37

La psychanalyse a du se déprendre de ses propres égarements, de ses propres déviations. Le début présumé de l’autisme se situant dans les premiers instants, les premiers mouvements de l’enfance, la théorie analytique a cru pouvoir y lire […]
Face d'amorce : le locuteur semble faire amende honorable et construire un discours sur la base d'une réconciliation entre la psychanalyse « d'hier » et les connaissances actuelles en matière de d'autisme. D'ailleurs les praticiens ne sont visés en tant que tel mais c'est « la psychanalyse » qui l'est. Ce ne sont donc pas les psychanalystes qui se sont « perdus » mais la théorie elle-même.
[…] le début présumé de l’autisme se situant dans les premiers instants, les premiers mouvements de l’enfance, la théorie analytique a cru pouvoir y lire avec certitude la carence et la défaillance d’un autre dont la relation est d’autant plus indispensable que l’enfant est jeté au monde dans un état de détresse du fait de sa prématuration. […]
L'autisme apparaîtrait donc dans les  « premiers instants » et « mouvements » de l'enfance, à savoir ce que cela signifie : in-utero ou à la naissance (ce n'est pas très clair). Toutefois les indices tentent à porter qu'il s'agirait bien d'un « problème » postnatal puisqu'il y aurait une « carence » et une « défaillance » « d'un autre ». Dans se cas la première personne qui est visée est la mère puisqu'elle est la première a établir une relation, autrement-dit on continue dans la psychanalyse traditionnelle et la culpabilisation de la génitrice. De plus, la notion de « prématuration » tente à affirmer qu'un enfant autiste n'est rien d'autre qu'un humain défectueux (il n'est pas mûr).
[…] La longue construction de l’infantile par le névrosé trouvait ainsi sa vérification empirique par le moyen d’une observation qui se fondait sur une théorie du développement confondant le registre de la causalité avec celui de l’événementiel. L’autisme se présentait alors sur le versant d’une défaillance, d’une fixation, d’un défaut qu’il s’agissait de rectifier en ayant recours à l’illusoire d’une régression réparatrice. Si le défaut était au fondement de l’autisme, défaut pour certains irrémédiable, la faute, elle, entachait l’Autre, les premiers autres que l’enfant refusaient de rencontrer afin de s’en préserver. Il ne restait plus alors qu’à réinscrire ce traumatisme initial dans l’histoire du sujet en donnant sens à la suite insensée des aventures du sujet. La dépression de la mère ordonnait ce récit de toute sa puissance fantasmatique. Rouillon
Ce discours des plus abscons n'évoque rien d'autre que les banalités psychanalytiques que l'on peut entendre partout : « névrose », « fixation », « faute », l'Autre »... L'auteur évoque bien à un moment « l'illusoire […] régression réparatrice » mais ne donne aucune alternative, aucune autre pensée ou même une miette d'idée nouvelle.

Alors je me demande en quoi ce texte est-il si novateur ? Rien ne le détache d'un autre, ou plutôt si celui d'avoir eu l’audace, sous des airs fallacieux, de faire une une critique de la psychanalyse en la légitimant encore plus et tout cela sans aucun argument. L'utilisation de phrases bourrées d'un faux langage savant afin d'asseoir sa supériorité intellectuelle est d'un risible. Encore un pétard mouillé.
NT avec faille narcissique.

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: Freude et sa psychanalyse?

#49 Message par stef_asper » vendredi 30 août 2013 à 9:18

@lou morgan
Mais je m'arrête tout de suite, parce que depuis quelques temps certaines interventions à la limite de la provoc' de certaines personnes me tape sur le système, ce qui me fait fuir petit à petit le forum
Je suis etonné car j'ai la perception contraire.

J'ai souvent eu des conversations interessantes avec les gens, de plus ca m'a aidé à progresser dans la connaissance de moi meme. :D

Quand à Jacline je trouve qu'elle apporte une fraicheur meme si comme tout le monde elle a ses avis propres

Avatar du membre
chawacee
Forcené
Messages : 996
Enregistré le : mercredi 15 mai 2013 à 16:05

Re: Freude et sa psychanalyse?

#50 Message par chawacee » vendredi 30 août 2013 à 11:37

Je pense que chacun, un peu enfermé dans son propre historique, a forcément des idées très tranchées sur cette question de la psychanalyse. Tant et si bien que vous ne pouvez plus être en mesure de vous "écouter" mutuellement. Des avis tranchés aussi sur "qui" est la personne en face..

Je n'ai jamais été convaincue de la méthode "unique" pour faire progresser les enfants/adultes autistes.

Je pense que la thérapie réeducative est intéressante parce qu'elle donne des billes techniques pour évoluer en société.
Je pense que la psychothérapie est AUSSI intéressante dans le sens que pour mon fils, par exemple, le fait de vivre dans un monde "trop" dans tous les sens lui a développé des angoisses indicibles, profondes, qui l'usent et lui accentuent ses TOC et crises de nerf.
C'est à ce moment là (à mes yeux) qu'intervient un BON psychanalyste.. ou psychiatre ou autre psy.. Un capable de l'aider à gérer les angoisses issues de sa différence.

Si les deux étaient capable de bosser ensemble, et non l'un contre l'autre, je pense qu'on aurait quelque chose de très très cohérent...

Mais en France, tu dois faire un choix.
Ou tricoter vaguement pour essayer d'être raccord avec (en ce qui me concerne) les caractéristiques de MON enfant (avant de le qualifier d'autiste, c'est mon garçon avec son caractère propre, ses qualités et ses faiblesses).


Il y aurait vraiment encore sacrément matière à discuter..
Maman d'un enfant TED diagnostiqué au CRA de Reims.
Je ne suis pas très typique, sans avoir pourtant creusé la question d'une façon ou d'une autre.

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: Freude et sa psychanalyse?

#51 Message par stef_asper » vendredi 30 août 2013 à 11:38

@Syberia,
Dans se cas la première personne qui est visée est la mère puisqu'elle est la première a établir une relation, autrement-dit on continue dans la psychanalyse traditionnelle et la culpabilisation de la génitrice.
Tu cherches la comprehension intellectuelle à ce sujet en lisant plein de trucs mais c'est pas ca qui permet la prise de conscience. Comprendre intellectuellement ca a plutot le caractere d'une "prise". Or, prendre conscience est plutot précédé par un "lacher prise".

Tu surintellectualises.

C'est ton erreur.

Je te souhaite une bonne journée :wink:

Jacline
Passionné
Messages : 455
Enregistré le : samedi 5 janvier 2013 à 15:53
Localisation : 49

Re: Freude et sa psychanalyse?

#52 Message par Jacline » vendredi 30 août 2013 à 12:32

Anty28 a écrit :Je soupçonne à la fois le film d'avoir un parti-pris très particulier
Oui Anty, un parti-pris très particulier de père. J'ai répondu à Mars pour la suite de vos propos.
Lou Morgan a écrit :Faut déjà partir de l'idée que les parents ont des manquements...
Oui, moi, vous, tous les parents en ont envers leurs enfants. C'est leur lot à assumer.
Tugdual a écrit :C'est curieux chez les psys ce besoin de faire des phrases ...
Pouvez-vous parler, écrire, sans faire de phrase Tugdual ? Votre réflexion est "curieuse".
Syberia a écrit :Alors je me demande en quoi ce texte est-il si novateur ? Rien ne le détache d'un autre..
La citation ne se découpe pas. Si vous la découpez, c'est que vous n'avez pas compris ce qu'elle dit. Hypothèse : Vous lisez très très vite !
C'est novateur par rapport à ce qui se répète ici.

stef_asper a écrit :Quand à Jacline je trouve qu'elle apporte une fraicheur meme si comme tout le monde elle a ses avis propres
Merci Stef ! Il s'agit sans doute de ma naïveté. Qu'ici je revendique !
chawacee a écrit :Je n'ai jamais été convaincue de la méthode "unique" pour faire progresser les enfants/adultes autistes.
Entièrement d'accord avec vous, Chawacee ! C'est ce que je soutiens aussi. J'ai une amie avec un garçon autiste. Je l'ai soutenue pour le maintien scolaire quand il était petit. J'ai conseillé une approche avec une eurythmiste avec qui l'échange a été fructueux pour les deux (trois)...
chawacee a écrit :Si les deux étaient capable de bosser ensemble, et non l'un contre l'autre, je pense qu'on aurait quelque chose de très très cohérent...
C'est un point important. Je m’interroge dessus depuis 23 ans. Pourquoi autant de batailles à propos de l'autisme. Alors que eux (nous) les autistes ne le sont (sommes) pas tant, batailleurs.
chawacee a écrit :Ou tricoter vaguement pour essayer d'être raccord avec (en ce qui me concerne) les caractéristiques de MON enfant (avant de le qualifier d'autiste, c'est mon garçon avec son caractère propre, ses qualités et ses faiblesses).
D'accord avec vous encore. Je laisserais les « caractéristiques » à l'autisme et je lui donnerai du caractère, une personnalité à votre fils. Mais votre formulation devient très juste aussitôt.
stef_asper a écrit :@Syberia,
Tu cherches la comprehension intellectuelle..
Oui, c'est une de nos "caractéristiques" dont moi aussi j'ai à me corriger... Et la découpe du texte, Syberia, est plutôt un mode analytique.

Bon soleil à tous !
Jacline
"autisme très marqué" Professeur Sizaret en 1953 / "trouble envahissant du développement" CRA Nantes 2012
Psycholoque clinicienne à la retraite. Oui, oui !

stef_asper
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : dimanche 30 juin 2013 à 20:59

Re: Freude et sa psychanalyse?

#53 Message par stef_asper » vendredi 30 août 2013 à 12:49

C'est sur que ce que j'ai dis à Syberia sur l'intellectualisation ca peut s'appliquer à plein de personnes et surement moi le premier. :crazy:

Jacline
Passionné
Messages : 455
Enregistré le : samedi 5 janvier 2013 à 15:53
Localisation : 49

Re: Freude et sa psychanalyse?

#54 Message par Jacline » vendredi 30 août 2013 à 12:53

Et même à beaucoup de psychanalystes ! :)
Jacline
"autisme très marqué" Professeur Sizaret en 1953 / "trouble envahissant du développement" CRA Nantes 2012
Psycholoque clinicienne à la retraite. Oui, oui !

Syberia
Forcené
Messages : 889
Enregistré le : samedi 15 décembre 2012 à 12:28
Localisation : Pas ici

Re: Freude et sa psychanalyse?

#55 Message par Syberia » vendredi 30 août 2013 à 12:54

stef_asper a écrit :Tu surintellectualises.

C'est ton erreur.
Jacline a écrit :La citation ne se découpe pas. Si vous la découpez, c'est que vous n'avez pas compris ce qu'elle dit. Hypothèse : Vous lisez très très vite !
Jacline a écrit :Et la découpe du texte, Syberia, est plutôt un mode analytique.
Je n'ai qu'une chose à dire : :lol:
NT avec faille narcissique.

Jacline
Passionné
Messages : 455
Enregistré le : samedi 5 janvier 2013 à 15:53
Localisation : 49

Re: Freud et sa psychanalyse ?

#56 Message par Jacline » vendredi 30 août 2013 à 13:02

Voilà Syberia !
Mieux vaut la joie que la dérision.
Jacline
Modifié en dernier par Jacline le lundi 13 janvier 2014 à 22:47, modifié 1 fois.
"autisme très marqué" Professeur Sizaret en 1953 / "trouble envahissant du développement" CRA Nantes 2012
Psycholoque clinicienne à la retraite. Oui, oui !

Syberia
Forcené
Messages : 889
Enregistré le : samedi 15 décembre 2012 à 12:28
Localisation : Pas ici

Re: Freude et sa psychanalyse?

#57 Message par Syberia » vendredi 30 août 2013 à 13:12

Sauf que la définition n'est pas "joie" mais "riant". Et franchement me taxer de "sur-intellectualisation" (encore un truc freudien d'ailleurs) ça me fait bien rire. Vous me reprocher d'utiliser mon cerveau pour comprendre les choses, selon vous je devrais cesser d'utiliser mon sens critique afin de gober des énormités. Si c'est ça la psychanalyse c'est pas joli joli...
NT avec faille narcissique.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22840
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Freude et sa psychanalyse?

#58 Message par Tugdual » vendredi 30 août 2013 à 13:24

Jacline a écrit :
Tugdual a écrit :C'est curieux chez les psys ce besoin de faire des phrases ...
Pouvez-vous parler, écrire, sans faire de phrase Tugdual ? Votre réflexion est "curieuse".
Private joke ...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22840
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Freude et sa psychanalyse?

#59 Message par Tugdual » vendredi 30 août 2013 à 13:27

Syberia a écrit :[...] Et franchement me taxer de "sur-intellectualisation" (encore un truc freudien d'ailleurs) ça me fait bien rire. Vous me reprocher d'utiliser mon cerveau pour comprendre les choses, selon vous je devrais cesser d'utiliser mon sens critique afin de gober des énormités. [...]
Mais pourquoi, aussi, te fatigues-tu à "sur-intellectualiser" ?
Alors qu'il est si simple (et moins fatigant) de "sous-intellectualiser" ...
:lol:
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Syberia
Forcené
Messages : 889
Enregistré le : samedi 15 décembre 2012 à 12:28
Localisation : Pas ici

Re: Freude et sa psychanalyse?

#60 Message par Syberia » vendredi 30 août 2013 à 13:30

Tugdual a écrit :
Jacline a écrit :
Tugdual a écrit :C'est curieux chez les psys ce besoin de faire des phrases ...
Pouvez-vous parler, écrire, sans faire de phrase Tugdual ? Votre réflexion est "curieuse".
Private joke ...
Ca peut flinguer une réflexion ! :lol:
Tugdual a écrit :Mais pourquoi, aussi, te fatigues-tu à "sur-intellectualiser" ?
Alors qu'il est si simple (et moins fatigant) de "sous-intellectualiser" ...
:lol:
Ouais, faut que j'apprenne à régresser... :lol:
NT avec faille narcissique.

Répondre