Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#1 Message par Jean » jeudi 10 février 2011 à 23:01

Secrets of the MMR scare - How the case against the MMR vaccine was fixed
Les secrets de la panique du ROR
Comment a été préparée l'affaire contre le vaccin ROR

Brian Deer, journaliste - publié le 5 janvier 2011
http://www.bmj.com/content/342/bmj.c5347.full
Image

Dans la première partie d'une série spéciale de BMJ, Brian Deer expose les données fausses derrière les revendications qui ont lancé une alerte mondiale sur le vaccin de la rougeole, des oreillons et de la rubéole (ROR), et montre comment l'apparition d'un lien avec l'autisme a été fabriquée dans une école de médecine de Londres.

Quand j'ai révélé la nouvelle au père de l'enfant 11, dans un premier temps, il ne me croyait pas. "Wakefield nous a dit que mon fils était le 13ème enfant qu’ils ont vu », dit-il, en regardant pour la première fois le désormais tristement célèbre article de recherche qui a lié un soi-disant nouveau syndrome avec le vaccin de la rougeole, des oreillons et de la rubéole (ROR).« Il y a seulement 12 dans ce domaine. "

Ce document a été publié dans le « Lancet » le 28 Février 1998. Il a été rétracté le 2 Février 2010. Rédigé par Andrew Wakefield, John Walker-Smith, et 11 autres personnes de l'école médicale Royal Free, à Londres, il faisait un rapport sur 12 enfants déficients intellectuels, et a déclenché une panique de santé publique longue d’une décennie.

"L'apparition des symptômes comportementaux a été associée par les parents avec la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole chez huit des 12 enfants," commençaient les "conclusions" de l’article. Acceptant ces déclarations comme un fait, les «résultats» de l'article ajoutaient: «Chez ces huit enfants, l'intervalle moyen entre l'exposition et les premiers symptômes de comportement a été de 6,3 jours (extrêmes: 1-14). "

M. « 11 », un ingénieur américain, regarda de nouveau l’article : une série de cinq pages de cas de 11 garçons et d’une fille, âgés entre 3 et 9 ans. Neuf enfants, dit-il, avaient un diagnostic d’autisme «régressif», et tous sauf un ont été rapportés avec une «colite non spécifique." Le "nouveau syndrome" les a introduit ensemble, reliant les maladies du cerveau et de l'intestin. Son fils était l’avant-dernier cas.
Faisant courir son doigt sur les tableaux de l’article, autour d'un café à Londres, M. 11 semblait rassuré par l'âge de son fils anonymisé et d'autres détails. Mais il a souligné au tableau 2 - intitulé «diagnostic neuropsychiatrique" - et a objecté pour la seconde fois.

"Ce n'est pas vrai."

L’enfant n°11 était parmi les huit dont les parents ont apparemment blâmé leROR. L'intervalle entre sa vaccination et son premier "symptôme comportemental" était signalé d’1 semaine. Ce symptôme était dit comme étant apparu à l'âge de 15 mois. Mais son père, que j'avais retrouvé, a dit que c’était faux.

"D'après les informations que vous m'avez fournies sur notre fils, dont j'ai été choqué d'entendre qu’elles avaient été incluses dans leur étude publiée », m’écrivait-il, après notre nouvelle rencontre en Californie," les données apparaissent clairement déformées. "

Il a soutenu ses préoccupations avec les dossiers médicaux, y compris un résumé de sortie du Royal Free. Bien que la famille vivait à 5000 miles de l'hôpital, en Février 1997, le garçon (alors âgé de 5 ans) s’était envolé pour Londres et avait été admis pour le projet de Wakefield, dont l'objectif à ne pas divulguer était d'aider à poursuivre les fabricants de vaccin.

Le "syndrome" de Wakefield

Chose inconnue de M. 11, Wakefield travaillait sur une action en justice, pour laquelle il a sollicité un "syndrome" d'intestin-cerveau comme sa pièce maîtresse. Exigeant une rémunération non divulguée de £ 150 (€ 180, 230 $) par heure par l’entremise d’un juriste du Norfolk du nom de Richard Barr, il avait été confidentiellement mis sur la liste de paie deux années avant que l’article soit publié, obtenant éventuellement une recete brute de £ 435 643, plus frais.
Cependant, curieusement, Wakefield avait déjà identifié un tel syndrome avant le projet qui serait réputé le découvrir. «Les enfants atteints d'entérite / trouble désintégratif [une expression qu'il a utilisée pour l'inflammation intestinale et l’autisme régressif] font partie d'un nouveau syndrome », ont-ils expliqué – lui et Barr - dans une demande de subvention confidentielle au Bureau d’aide légale du gouvernement britannique avant qu’aucun enfant n’ait été étudié. "Néanmoins, la preuve est indéniablement en faveur d'une pathologie spécifique induite par le vaccin."

Les deux hommes avaient également pour but de montrer une soudaine "association temporelle" - preuve solide de la responsabilité du produit. "Le Dr Wakefield estime que si nous pouvons montrer un lien clair dans le temps entre la vaccination et l'apparition des symptômes», a dit Barr au Bureau d’aide légale, "nous devrions être en mesure de nous débarrasser de la suggestion selon laquelle il s'agit simplement d'une rencontre fortuite».

Mais le cas de l'enfant 11 doit avoir apporté une déception. Les dossiers indiquent que ses symptômes comportementaux ont commencé trop tôt. "Ses étapes du développement ont été normales jusqu'à l'âge de 13 mois", note le résumé de sortie. "Dans la période 13-18 mois, il a développé des modèles d’élocution lente et des mouvements répétitifs de la main. Au cours de cette période, ses parents ont observé une détérioration progressive lente. "

Ce qui met le premier symptôme deux mois plus tôt que rapporté dans « The Lancet », et un mois avant que l'enfant reçoive le vaccin ROR. Et ce n'était pas la seule anomalie pour attirer l'œil du père. Ce que l’article rapportait comme un «symptôme de comportement" a été noté dans les dossiers comme une infection pulmonaire.

"S'il vous plaît laissez-moi savoir si Andrew W a eu sa licence de médecin révoquée», a écrit M. 11, qui est convaincu que de nombreux vaccins et les polluants environnementaux peuvent être responsables de troubles du cerveau chez les enfants. "Sa fausse déclaration sur mon fils dans son article de recherche est inexcusable. Ses motifs pour cela, je ne le saurais jamais. "

Le père n'a pas besoin de s'inquiéter. Mon enquête sur la question du ROR a exposé les fraudes derrière la recherche de Wakefield. Déclenchant l’audience la plus longue jamais connue du UK General Medical Council sur l’aptitude à la pratique, et forçant le Lancet à rétracter l’article, cela a conduit, en mai dernier, à la radiation de l’ordre des médecins de Wakefield et de Walker-Smith.

Wakefield, 54 ans, qui n'a convoqué aucun témoin, a été qualifié de «malhonnête», «contraire à l'éthique» et «sans pitié». Walker-Smith, 74 ans, le clinicien aîné dans le projet, s'est révélé avoir présidé une recherche à "haut risque " sans indication clinique ou homologation éthique. On a découvert que les enfants déficients intellectuels de parents souvent vulnérables étaient traités comme des cobayes.

L’affaire test des poursuites

Mais M. 11 n'a pas été le premier parent avec un enfant dans l'étude que j'ai interrogé au cours de mes recherches. C’était Mme 2 : le premier parent à approcher Wakefield. Elle lui avait été adressée par une campagne anti-vaccin appelé JABS. Son fils avait un autisme régressif, des problèmes de longue date avec diarrhée, et a été le premier exemple du présumé syndrome de l'intestin et du cerveau - encore non étayé 14 années plus tard. Ce garçon apparaît dans les reportages de nombreux médias, et a été l'un des quatre "meilleurs" cas dans les poursuites de Barr.

Je suis allé à la maison familiale, 80 miles au nord de Londres, pour entendre parler de l'enfant 2 par sa mère. C'était en septembre 2003, lorsque le procès s'est effondré après que l'avocat qui représentait 1500 familles a déclaré que, selon les éléments de preuve, les prétentions d'autisme de Barr étaient mises en défaut. A ce moment, Mme 2 avait vu les dossiers médicaux de son fils et des rapports d'experts écrits pour son cas au procès.

Ses préoccupations concernant le vaccin ROR ont été notées par son médecin généraliste quand son fils avait 6 ans. Mais elle m'a dit que les troubles de l'enfant ont commencé après sa vaccination, qu’il a reçue à 15 mois. "Il criait toute la nuit, et il a commencé à se cogner la tête, ce qu’il n'avait jamais fait auparavant ", a-t-elle expliqué.

"Quand cela a commencé, pensez-vous?" ai- je demandé.

"Cela a commencé après une paire de mois, quelques mois après, mais il était encore, il a été mon sujet assez, je me souviens revenir en arrière. . . "

"Désolé. Je ne veux pas être, comme, massivement pointilleux, mais était-ce quelques mois, ou une paire de mois? "

"Cela ressemblait plus à quelques mois parce qu'il avait eu ce, genre, vous savez, glisser vers le bas. Il n'était pas bien. Il n'était pas bien. Avant qu'il ait commencé. "

"Pas plus vite que deux mois, mais pas plus de combien de mois? Qu'est-ce qu'on parle ici? "

«De mémoire, environ six mois, je pense."

Le lendemain, elle s’est plainte à mes éditeurs. Elle a dit que mes méthodes "semblaient plus proches de la presse à scandales." Mais je suis resté perplexe avec son histoire, car il n'y avait aucun cas dans le « Lancet » qui correspondait à son compte-rendu.

Selon l’article, l’enfant 2 a eu son "premier symptôme du comportement" deux semaines, et non pas six mois, après le ROR. Cela a été lié à l'histoire du Royal Free (citant «cognement de tête» et «hurlement» comme début) prise par Mark Berelowitz, un pédopsychiatre et co-auteur de l'article. Il a vu Mme 2 lors de l'admission de l'enfant, à l'âge de 8 ans, après avoir discuté de l'histoire de son fils avec Wakefield.

Comme je l'ai découvert plus tard, chaque famille du projet a été impliquée dans ces discussions avant d'avoir vu des cliniciens de l'hôpital. Wakefield leur a téléphoné à la maison, et doit les avoir interrogées au moins de façon suggestive, ce qui a eu potentiellement un impact sur l'histoire plus tard. Mais je savais peu de telles choses alors, et j'ai partagé ma confusion avec Walker-Smith, que j'ai rencontré peu de temps après Mme 2.

"Il n'y a aucun cas dans l’article qui est conforme à l'histoire du cas que [Mme 2] m'a donné », lui dis-je. «Il n'y en a tout simplement pas un."

"Eh bien cela pourrait être vrai», a répondu l'ancien professeur de gastro-entérologie pédiatrique, de façon désarmante. Il connaissait bien le cas, ayant admis le jeune garçon pour le projet et ayant rédigé des rapports pour Barr, qui lui a versé £ 23 000.

"Eh bien, soit ce qu'elle me dit n'est pas juste, soit l’article n’est pas fidèle."
"Eh bien je ne peux pas vraiment me prononcer, » dit-il. «Il faut vraiment aborder une question dont je ne pense pas qu’elle devrait être débattue comme cela. Et je pense que ces parents ont tort de discuter de ces détails, où vous pourriez être mis dans une position d'avoir beaucoup d'informations médicales et puis essayer de les faire correspondre avec cela, parce que c'est une question de confiance. "

Ce n'était pas seulement médicalement confidentiel, c’était également protégé par la loi : un double écran contre l'examen du public. Mais en réaction à mes premiers articles sur le ROR, dans le « Sunday Times » en Février 2004, le GMC a décidé d'enquêter sur les cas et a réquisitionné les dossiers des enfants.
Le principal objectif du régulateur était de savoir si la recherche était éthique. Le mien était de savoir si c'était vrai. Donc, comme la commission disciplinaire de 5 membres a passé au crible l'ensemble des dossiers, avec cinq avocats de la Reine et trois médecins défendeurs, je les ai comparés avec ce qui avait été publié dans le journal.

Divergences multiples

L’article donne l'impression que les auteurs avaient été scrupuleux dans la documentation des cas des patients. «Les enfants ont subi une évaluation gastroentérologique, neurologiques et de développement et l'examen des dossiers de développement," expliquait-il, précisant que les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux DSM IV ont été utilisés pour les diagnostics neuropsychiatriques. "Les histoires de développement comprenaient un examen des dossiers de prospective de développement de leurs parents, des visiteurs de santé, et des médecins généralistes."

Mais, lorsque les détails ont été disséqués devant la commission du GMC, des divergences multiples ont émergé. Un syndrome exige nécessairement au moins une certaine cohérence, mais, lorsque les dossiers ont été énoncés, celui de Wakefield est tombé en ruines.

La première fissure a été "l'autisme régressif," le fondement de ses allégations. "Gardez à l'esprit que nous avons affaire avec un autisme régressif de ces enfants, pas à l'autisme classique où l'enfant n'est pas bien dès le début, » a-t-il expliqué plus tard , par exemple, à un comité du Congrès des États-Unis.

Mais seul un enfant – l’enfant 2 - avait clairement un autisme régressif. Trois des neuf ainsi décrits ne l’avaient manifestement pas. Aucun de ces trois n’avaient même un diagnostic d'autisme, soit à l'admission - soit à la sortie du Royal Free.
L'article n'avait pas révélé que deux enfants de ce trio étaient frères, demeurant à 60 miles au sud de l'hôpital. Les deux avaient des antécédents de problèmes de crises et d'intestin enregistrés avant leur vaccination de ROR. L'aîné, enfant n° 6, âgé de 4 ans à l'admission, avait le syndrome d'Asperger, qui est distinct de l'autisme dans le DSM-IV, n'est pas régressif, et a été confirmé à la sortie. Son frère, enfant n° 7, a été admis à près de 3 ans sans diagnostic, et une lettre de post-sortie du chef de service de pédiatrie et co-auteur du « Lancet » David Casson résumait: «Il n'est pas pensé qu’il ait des caractéristiques de l'autisme ».

Le troisième dans le trio, enfant 12, a été inscrit sur l'avis de la mère des deux frères – qui a été signalée dans les médias comme activiste JABS [commission paritaire de recours], et qui avait elle-même blâmé « relativement récemment" le vaccin. L’Enfant 12 avait 6 ans lors de l'admission et avait déjà été évalué pour un syndrome d'Asperger possible au Guy's Hospital, à Londres, par une pédiatre du développement de renom. Elle avait diagnostiqué "une déficience à l'égard du langage» - un avis laissé intact par Berelowitz.

Mme 12 a été témoin lors de l’audition marathon de la GMC, qui, entre Juillet 2007 et mai 2010, a duré 217 jours. Elle a expliqué que la mère des deux frères l’avait rendue méfiante du vaccin ROR et lui avait donné les noms de Barr et Wakefield. Mme 12 s'approcha alors d'eux et a déposé une déclaration à l'aide juridique avant que son fils ait été examiné.

«C'était comme un puzzle - cela sembla tout à coup se mettre en place », a-t-elle déclaré à la commission, décrivant comment elle avait conclu, quatre ans après que le garçon ait été vacciné, que le ROR était à blâmer pour ses problèmes. «J'ai eu cet enfant tout à fait normal qui, comme j'ai pu le voir, a commencé sans raison apparente à ne pas être normal."

Les 12 enfants ont été admis entre Juillet 1996 et Février 1997, et d'autres avaient des liens non révélés dans l’article, presque aussi frappantes que celle du trio. Les parents de l'enfant 9 et de l’enfant 10 ont été des contacts de Mme 2, qui a dirigé un groupe qui faisait campagne contre le ROR. Et l'enfant 4 et l’enfant de 8 ont été admis - sans rendez-vous en ambulatoire - pour une iléocoloscopie et d'autres procédures invasives, d'une pratique générale Tyneside, à 280 miles de la Royal Free, après avis de militants anti-ROR.

Problèmes pré-existants

Les enfants 4 et 8 à la fois ont été parmi les huit enfants dont les parents auraient accusé le vaccin. Mais bien que le document précise que les 12 enfants étaient «auparavant normaux," les deux avaient des retards de développement, et aussi des dysmorphies faciales, notés avant la vaccination ROR.

Dans le cas de l'enfant 4, qui a reçu le vaccin à l'âge de 4 ans, Wakefield a minimisé les problèmes, ce qui suggère que les premières questions avaient été résolues. «L’Enfant 4 a été maintenu sous étude pour la première année de vie en raison de l'échelle de transition du nez », a-t-il indiqué dans le document. "Il est sorti du suivi comme développement normal à l'âge de 1 an."

Mais les dossiers médicaux, présentés par le GMC, donnent une image différente pour cet enfant. Les rapports de ses années de pré-ROR étaient parsemés de "préoccupations sur la tête et l'apparence," diarrhée "récurrente", "de retard de développement," "retard général», et de vocabulaire restreint. Et bien avant son renvoi à Wakefield sa mère avait posé des questions sur des dommages et intérêts pour le vaccin, ses dossiers comprennent un rapport d'une "délétion très petite au sein du gène de l'X fragile," et une note de l'avis de la mère que ses préoccupations au sujet de son développement avaient commencé quand il avait 18 mois.

«En général, sa mère pense qu'il s'est développé normalement d'abord, puis ses problèmes se sont aggravés, et il a perdu certaines de ses étapes, mais il s’est amélioré par la suite sur un régime restrictif d'exclusion», a écrit son médecin généraliste, William Tapsfield, en se référant au garçon, alors âgé de 9 ans, après une conversation téléphonique avec Wakefield. «Les professionnels qui l’ont connu [enfant 4] depuis la naissance ne sont pas entièrement d'accord avec cela, cependant, et il y a une suggestion que certains de ses problèmes ont peut-être commencé avant la vaccination."

De la même façon avec l'enfant 8, qui a également été décrit dans la revue « The Lancet » comme ayant à surmonter des problèmes enregistrés avant la vaccination. "La seule fille. . . a été notée pour être à développement lent par rapport à sa sœur aînée», a indiqué l’article. « Elle a ensuite été trouvée comme ayant une ‘coarctation’ de l'aorte. Après une réparation chirurgicale de l'aorte à l'âge de 14 mois, elle a progressé rapidement, et a appris à parler. La parole a été perdue plus tard. "

Mais Wakefield n'était pas un pédiatre. C’était un ancien chirurgien gastro-intestinal stagiaire avec un contrat d’école médicale non-clinique. Et son interprétation diffère de celle des consultants locaux (y compris un pédiatre du développement et un généticien) qui avaient effectivement pris en charge la jeune fille. Ses médecins ont mis la coarctation côte à côte avec le retard et une dysmorphie, et ont noté sur son vocabulaire, avant le ROR à 18 mois, qu’elle vocalise seulement "deux ou trois mots."

«La mère [de l’Enfant 8] est venue me voir et m’a dit que vous aviez besoin d'une lettre de recommandation de moi pour accepter [l'enfant 8] dans votre programme de recherche, » a écrit le médecin généraliste, Diana Jelley, à Wakefield au renvoi, lorsque la jeune fille était âgée de 3 ans et demi. "Je voudrais simplement réitérer. . . que l'hôpital et les membres de l'équipe de soins primaires impliqués avec [l’enfant 8] se préoccupaient beaucoup de son développement, quelques mois avant qu'elle n’ait le ROR ».

Les notes du médecin généraliste de la jeune fille donnent également un aperçu de l'historique des renvois des 12 enfants. Après qu’une ou des personne(s) inconnue(s) a/ont dit à Mme 8 que sa fille pouvait avoir des maladies inflammatoires de l'intestin, Jelley a écrit: «Maman la prenant au Dr Wakefield, Royal Free Hospital pour des tomodensitogrammes / biopsies intestinales ? maladie de Crohn - devra lettre réf - Dr W doit me téléphoner. Financé par l'aide juridique ».

L'enfant était "pâle"

Les cinq autres enfants n’ont pas mieux servi les prétentions de Wakefield. Il n'y avait toujours pas de syndrome ROR convaincant. L’Enfant 1, âgé de 3 ans quand il a été envoyé à Londres, a vécu à 100 miles de la Royal Free, et avait un frère aîné qui a été diagnostiqué comme autiste. L'histoire enregistrée de l’enfant 1 a commencé quand il avait 9 mois, avec une note d’un « nouveau patient " du médecin généraliste, Andrea Barrow. L'une des préoccupations de la mère était qu'il ne pouvait pas entendre correctement - ce qui pourrait ressembler à une présentation caractéristique de l'autisme classique, dont l'émergence est souvent insidieuse. En effet, un récit du Royal Free, par le neurologue et co-auteur Peter Harvey, a noté "des étapes normales" jusqu'à "18 mois ou plus».

L’Enfant 1 a été vacciné à 12 mois, cependant. Ainsi, ni 9 ni 18 mois n’aidait la cause de Wakefield. Mais dans le « Lancet », le "premier symptôme de comportement» a été signalé "1 semaine" après l'injection, apportant la preuve pour le procès sur une bonne voie.

A suivre ...
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du ROR - Brian Deer

#2 Message par Jean » dimanche 13 février 2011 à 23:25

Suite :

Étape 1 pour y parvenir: deux ans et demi après que l'enfant ait été vacciné, Walker-Smith a eu une histoire ambulatoire. Bien que la mère n’avait eu apparemment pas de soucis suite à la vaccination de son fils, le professeur a relaté que le garçon était "pâle" 7-10 jours après la piqûre. Il a également relaté que l'enfant avait eu "peut-être » de la fièvre, et «pouvait» avoir délirer, ainsi qu’être pale.

«Il est difficile d'associer un lien historique clair entre le ROR et la réponse à l'autisme», a écrit Walker-Smith au médecin généraliste, avec une lettre semblable à Wakefield, «bien que [Mme 1] ne croit pas que [l'enfant 1] avait une maladie 7-10 jours après le ROR, quand il était pâle,? la fièvre,? délire, mais n'avait pas réellement été vu par un médecin. "

Étape 2: pour le « Lancet », Wakefield a diminué les points d'interrogation, en tournant les questions de Walker-Smith en assertions. Et, bien que les documents d’admission et de décharge du Royal Free se reportaient à l'autisme «classique», étape 3, l'ancien chirurgien a déclaré «délire» comme premier "symptôme comportemental" d'autisme régressif, avec, étape 4, un "délai d'apparition" de 7 jours.

Donc, ici - derrière l’article - est de savoir comment Wakefield témoigne du «syndrome» pour la poursuite légale, et construit sa plate-forme pour lancer l'alerte vaccin.

"Il est significatif que ce syndrome n'est apparu avec l'introduction du vaccin ROR polyvalent en 1988 plutôt qu’avec le vaccin monovalent contre la rougeole en 1968 », a-t-il affirmé dans une série de brevets pris pour les entreprises qu’il a déposé pour la recherche . "Cela indique que le ROR est responsable de cette maladie plutôt que le virus de la rougeole."

Trois des quatre autres enfants ont été vus en ambulatoire, le même jour en Novembre 1996. Aucune de leurs familles n’a été signalées dans l’article comme blâmant le vaccin. L’Enfant 5, de Berkshire, âgé de 7 ans à l'admission, avait reçu le vaccin ROR à 16 mois. L’article fait état de préoccupations à 18 mois, mais les dossiers médicaux ont noté des coups et des préoccupations des parents à 11 mois. L’Enfant 9, 6 ans, de Jersey, a également eu le ROR à 16 mois. Sa mère datait ses problèmes de 18 à 20 mois. L’enfant 10, 4 ans, du sud du Pays de Galles, a contracté une infection virale, qui était soupçonnée par les parents et les médecins comme ayant causé sa maladie, quatre mois après son vaccination.
"Les changements de comportement incluaient comportement répétitif, désintérêt au jeu ou cognement de tête», indiquait un communiqué de questions et réponses émises par l'école de médecine, concernant le « Lancet » 12, le jour de publication du journal.

Une autre divergence à émerger lors de l'audience du GMC concernait le nombre de familles qui blâmaient le ROR. L’article précisait que huit familles (1, 2, 3, 4, 6, 7, 8 et 11) liaient les questions de développement au vaccin. Mais le total dans les dossiers était en fait 11. Les parents de l'enfant 5, 9, et 12 ont également été constatés à l'hôpital comme critiquant le vaccin, mais leurs croyances déclarées ont été omises de l’article.


La sélection des dossiers

La fréquence de ces croyances ne devrait pas avoir surpris Wakefield, engagé comme il l'était pour aider une action en justice. Dans le mois où Barr l'a engagé - deux ans avant que l’article soit publié - , l'avocat avait vanté le médecin dans un bulletin d'information confidentiel à ses clients et contacts ROR. "Il a des points de vue profondément déprimants au sujet de l'effet des vaccins sur les enfants de la nation», disait Barr. "Il est également inquiet pour organiser des essais à effectuer sur les enfants. . . qui présentent des symptômes d’une maladie possible de Crohn. Ce qui suit sont les signes à rechercher. Si votre enfant a souffert de tout ou partie de ces symptômes, pourriez-vous s'il vous plaît nous contacter, et il peut être approprié de vous mettre en contact avec le Dr Wakefield. "

Les symptômes énumérés comprenaient la douleur, la perte de poids, la fièvre et les ulcères de la bouche. Les clients et les contacts s’y sont rapidement référés. Ainsi, une association entre l'autisme, les problèmes digestifs, et les inquiétudes concernant le vaccin ROR – les éléments de preuve qui ont lancé la peur du vaccin - devaient être trouvés par les cliniciens du Royal Free parce que c'était la façon dont les enfants ont été sélectionnés.

En outre, par l'omission dans l'article des croyances de certains parents que le vaccin était à blâmer, le lien de temps pour les poursuites était rendu plus net. Avec les préoccupations enregistrées de 11 des 12 familles, le temps maximum donné pour l'apparition des symptômes présumés était une période de quatre mois (inutile sur le plan médico-légal). Mais, dans une version du document distribué à la Royal Free six mois avant la publication, les préoccupations rapportées étaient tombées à neuf sur 12 familles, mais avec un maximum de 56 jours - pas très utile . Enfin, Wakefield s’est fixé à 8 familles sur 12, avec un intervalle maximum de 14 jours dans les symptômes allégués.

Entre les deux dernières versions, des révisions ont également réduit le temps moyen des symptômes allégués - 14 à 6,3 jours. "Chez ces enfants, l'intervalle moyen entre l'exposition au vaccin ROR et le développement du premier symptôme de comportement était de six jours, ce qui indique une forte association temporelle », a-t-il souligné dans un brevet pour, entre autres choses, son propre vaccin prophylactique contre la rougeole, huit mois avant l'article du Lancet.

Cela oublie l'enfant 3. Il avait 6 ans ½ et vivait dans le Merseyside : 200 miles de l'hôpital. Il a reçu le ROR à 14 mois, avec les premières préoccupations consignées dans les notes du médecin généraliste de 15 mois après. Sa mère - qui 4 ans plus tard contacta Wakefield sur les conseils du JABS - m'a dit que son fils était devenu agressif envers un frère, et les dossiers disent que son vocabulaire ne s’était pas développé.

"Nous avons tous deux estimé que l'aiguille du ROR avait fait [l'enfant 3] aller dans le sens qu'il est aujourd'hui», ont écrit les parents à un neurologue pédiatrique local, Lewis Rosenbloom, 18 mois avant l’envoi de leur fils à London. Ils lui ont dit qu'ils voulaient " la justice »du fabricant du vaccin, et qu'ils avaient eu un refus pour l’aide juridictionnelle. « Bien qu'il soit dit qu’on n’a jamais prouvé que le ROR rendait les enfants autistes, nous croyons que l'injection a rendu l’[enfant 3] mentalement retardé, ce qui peut avoir déclenché l'autisme. "

J'ai visité deux fois cette famille. Leur fils touché était aujourd'hui un adolescent et un défi tant pour lui-même et que pour les autres. Sa mère a dit que son diagnostic était à l'origine "de graves difficultés d'apprentissage avec des tendances autistiques», mais qu'elle avait lutté pour qu’il soit remplacé par l’autisme.
Comme pour une connexion avec le ROR, il y avait seulement des soupçons. Je ne pense pas que sa famille était sûre, d'une façon ou d’une autre. Quand j'ai demandé pourquoi ils l'ont emmené au Royal Free, son père a répondu: "Nous étions vulnérables, nous étions à la recherche de réponses."

Ce qui était incontestablement vrai, c'est que l'enfant 3 avait des difficultés intestinales graves: constipation intraitable, toute la vie. C’était la caractéristique la plus cohérente entre les symptômes et indices des 12 enfants mais, étant le contraire d'une conclusion attendue dans les maladies inflammatoires, c’était mentionné nulle part dans l’article. Celle de ce jeune homme était si sévère qu'il était traité dans son école spécialisée, dit sa mère, avec jusqu’à cinq paquets de laxatifs par jour.

"Vous saviez toujours quand son estomac était pénible », me dit-elle, en termes repris au fil des ans par de nombreux parents impliqués avec Wakefield. «Il commençait par des coups de tête, coups de pied, tout casser dans la maison. Puis il allait aux toilettes et se relâchait. "

Pour l'équipe du Royal Free, cependant, dans les rapports sur ces patients, des questions telles que la motilité [capacité à faire des mouvements] ont été écartées dans la chasse pour le syndrome de Wakefield. Chez presque tous les enfants, ils ont noté des glandes souvent gonflées dans l'iléon terminal, et cela était indiqué comme "une colite non spécifique." En fait, comme je l'ai révélé dans le BMJ en avril dernier, les services de pathologie de l'hôpital trouvaient les colons des enfants en grande partie normaux, mais un "réexamen" de l’école de médecine a changé les résultats.

A suivre ...
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du ROR - Brian Deer

#3 Message par Jean » lundi 14 février 2011 à 22:10

Dans cette évolution de la pathologie intestinale notée dans les registres de ce qui a été publiée dans l’article, le cas de l'enfant 3 est un exemple parfait. Après une iléo-coloscopie (qui n'était pas, les poursuites du GMC et les experts de la défense l’ont convenu, cliniquement indiquée), les pathologistes de l'hôpital ont trouvé tous les échantillons coliques comme étant «dans les limites histologiques normales » . Mais trois ans après le garçon soit sorti, Walker-Smith a rappelé les dossiers et a modifié le diagnostic en «iléocolite indéterminée" .

"Je pense que, malheureusement, c’était le premier enfant visé, et l'aide à long terme que nous aurions pu donner pour traiter la constipation n'était pas là", a déclaré le panel GMC. "Cependant, nous avions exclu la maladie de Crohn et nous avions fait de notre mieux pour essayer d'aider cet enfant, mais à la fin nous ne le pouvions pas."

C'est donc le Lancet 12 : la fondation de la peur du vaccin. Aucun cas n'a été exempt de fausses déclarations ou d’altération. Pris ensemble, les dossiers NHS ne peuvent pas être conciliés avec ce qui a été publié, avec de tels effets dévastateurs, dans la revue (tableau).

Voir ce tableau:
Comparaison de trois caractéristiques des 12 enfants dans le document du « Lancet » avec les caractéristiques apparentes dans les registres du NHS, y compris ceux de l'hôpital Royal Free

Wakefield, cependant, nie des actes répréhensibles, en tout respect. Il dit qu'il n'a jamais prétendu que les enfants avaient un autisme régressif, ni qu'il ait dit qu'ils étaient auparavant normaux. Il n'a jamais rapporté ou changé de façon fallacieuse les conclusions de l'étude, et jamais breveté un vaccin contre la rougeole. Aucun des enfants n’étaient des clients de Barr avant la saisine de l'hôpital, et il n'a jamais reçu des paiements énormes de l'avocat. Il n'y avait pas de conflits d'intérêts. Il est la victime d'une conspiration. Il n'a jamais lié l'autisme avec le ROR.

"Les implications contre moi de M. Deer de fraude sont des allégations suivant lesquelles un médecin formé et chercheur de bon standing a brusquement décidé qu'il allait faire de fausses données pour son propre enrichissement », a-t-il dit dans une plainte aujourd'hui abandonnée contre moi à la Commission britannique des plaintes contre la presse. "Les autres auteurs ont généré et « préparé » toutes les données qui ont été rapportées dans la revue The Lancet. J'ai simplement mis leurs données dans des tableaux et une forme narrative dans le but de les soumettre pour publication. "

Mais, malgré la signature pour revendiquer le crédit pour un article dans le « Lancet », ses co-auteurs Walker-Smith et Murch ne savaient même pas de quel cas il s’agissait. Walker-Smith a déclaré qu'il avait "confiance" dans Wakefield. "Lorsque j'ai signé ce document, j'ai signé avec de bonnes intentions", a-t-il déclaré au jury du GMC. Niant toute malversation, il a soutenu que le rapport publié ne concernait pas le vaccin ROR, mais se bornait à décrire une nouvelle «entité clinico-pathologique». Il a dit que les admissions à la Royal Free étaient «entièrement liées à une maladie gastro-entérologique" et comment les enfants avaient une origine «non pertinente» et «immatérielle». Ses avocats ont déclaré qu'il a fait appel contre la décision du tribunal et que pour ces raisons, ils lui avaient conseillé de ne pas répondre à mes questions.

Le journal, quant à lui, a mis 12 ans à rétracter l’article, pendant lequel ses méfaits étaient répandus. Comme la confiance des parents revenait lentement en Grande-Bretagne, la panique décollait à travers le monde, déclenchant peur, culpabilité, et maladies infectieuses – et attisant des soupçons sur les vaccins en général. En plus des flambées de rougeole, d'autres infections ont resurgi, avec l'État de Californie origine de M. 11 qui a vu l'été dernier 10 bébés mourir de la coqueluche, dans la pire épidémie depuis 1958.

Wakefield, néanmoins, maintenant apparemment en ruine en tant qu’indépendant et professionnellement, reste défendu par une triste troupe de disciples. "Dr Wakefield est un héros", est de savoir comment une mère a pris cette disposition dans une récente enquête de « Dateline NBC TV », mettant en vedette l'histoire du médecin et la mienne. "Je ne sais pas où nous en serions sans lui."

Comment le lien a été fixé

L'article du Lancet est une série de cas de 12 patients enfants ; il fait état d'une proposition de "nouveau syndrome" d’autisme régressif et d’entérocolite en l’associant au ROR comme «événement déclencheur apparent." Mais en fait:
  • Trois des neuf enfants déclarés atteints d'autisme régressif n'ont pas eu d'autisme diagnostiqué. Seul un enfant avait clairement un autisme régressif. Malgré l’article qui faisait valoir que les 12 enfants étaient tous «auparavant normaux," cinq avaient documenté des préoccupations pré-existantes liées au développement.

    Certains enfants ont été signalés comme ayant connu les premiers symptômes de comportement dans les jours suivant le vaccin RRO, mais les dossiers documentent comme point de départ quelques mois après la vaccination.

    Dans neuf cas, les résultats de rien de particulier dans l'histopathologie du côlon - notant peu ou pas de fluctuations de populations de cellules inflammatoires - ont été modifiés après un "examen de la recherche" d’école de médecine pour «une colite non spécifique".

    Les parents de huit enfants ont été signalés comme critiquant le ROR , mais 11 familles avaient fait cette allégation à l'hôpital. L'exclusion de trois allégations - le tout donnant parfois l'apparition de problèmes en mois -, a contribué à créer l'apparence d'un lien temporel de 14 jours.

    Les patients ont été recrutés par des militants anti-ROR, et l'étude a été commandée et financée pour combiner le litige.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#4 Message par Jean » mardi 15 février 2011 à 21:44

Jean a écrit :Pris ensemble, les dossiers NHS ne peuvent pas être conciliés avec ce qui a été publié, avec de tels effets dévastateurs, dans la revue (tableau).

Voir ce tableau:
Comparaison de trois caractéristiques des 12 enfants dans le document du « Lancet » avec les caractéristiques apparentes dans les registres du NHS, y compris ceux de l'hôpital Royal Free
lien vers le tableau :
http://www.bmj.com/content/342/bmj.c534 ... nsion.html
tableauLancet.JPG
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#5 Message par Jean » samedi 19 février 2011 à 13:57

Comment la crise du vaccin visait à faire de l'argent
http://www.bmj.com/content/342/bmj.c5258.full

Dans la deuxième partie de la série spéciale du BMJ, Brian Deer révèle le plan secret d’une campagne pour se procurer des sommes énormes, campagne lancée d'une faculté de médecine de Londres, qui a fait des liens entre le vaccin ROR, l'autisme et une maladie intestinale.

John Walker-Smith, professeur de gastro-entérologie pédiatrique, courut au quartier Malcolm au sixième étage de l'Hôpital Royal Free de Londres, avec ce que tout médecin pense avoir de mauvaises nouvelles. Un garçon de 8 ans, admis pour cinq jours d'examens, avait été provisoirement diagnostiqué avec la maladie de Crohn. Mais lorsque la mère de l'enfant – ici anonymisée comme "Mme 2" – a raconté des années plus tard ce qui s'était passé, elle semblait heureuse d'avoir reçu des informations qu'elle attendait et a fait retentir comme si Walker Smith était lui aussi content.

« Il sauta dans cette salle comme un enfant de 2 ans », me dit-elle. Elle se souvenait qu’il a dit: «[Mme 2], vous aviez raison."

Peints de couleurs vives avec des peintures murales, le pavillon Malcolm était celui de Walker-Smith. Il est venu avec son contrat de travail. Exactement un an auparavant, en Septembre 1995, il avait été attiré à la Royal Free avec de nombreux avantages, dont celui-là. Auparavant, l'hôpital n’avait pas de service de l'intestin de l'enfant, mais avec lui il avait une chance de mieux.

L'initiative de le recruter, cependant, n'était pas venue de la direction. Il provenait d'un chercheur universitaire dans le département de gastro-entérologie: un ancien stagiaire chirurgien, Andrew Wakefield. Il voulait Walker-Smith, qui amènerait l'accès aux voies gastro-intestinales des enfants, pour l'aider à prouver une théorie personnelle : la maladie de Crohn était causée par des infections virales persistantes de la rougeole - et plus particulièrement, était-il venu à penser, des vaccins.

"Nous étions habitués à entendre les gens de Wakefield parler de la façon qu'ils pourraient gagner le prix Nobel pour cela", se souvient Brent Taylor, chef de la communauté de santé de l'enfant du Royal Free, souvent en conflit avec le couple. «L'atmosphère ici était extraordinaire."

Mais au lieu des honneurs, les deux hommes ont récolté la disgrâce. En Janvier et mai 2010, le General Medical Council du Royaume-Uni les a reconnus coupables d'une série de charges sur un projet impliquant l’enfant 2. Wakefield, maintenant 54 ans, a été jugé par un jury de cinq membres coupable de quelque 30 accusations, dont quatre chefs d'accusation de malhonnêteté et 12 d’avoir soumis des enfants à des procédures invasives qui ont été cliniquement injustifiées ; Walker-Smith, 74 ans, a été jugé irresponsable et contraire à l’éthique. Les deux ont été rayés de l’ordre des médecins et ont depuis déposé un appel devant la Haute Cour.


Travail sur un procès

Leur faute est née d'une expédition de pêche, dans lequel le pavillon Malcolm a été le bassin pour la théorie de la rougeole. En Février 1996, sept mois avant l'admission de l’enfant 2, Wakefield avait été engagé par un avocat du nom de Richard Barr, qui espérait intenter une poursuite contre les fabricants de vaccin. Barr était un avocat de haute volée, et un expert dans le transfert de propriété, mais agissait également pour un groupe anti-vaccin, JABS. Et, grâce à cette relation, l'homme aujourd'hui surnommé populairement le "médecin ROR" avait trouvé une offre de recherche de patients pour Walker-Smith.

"Ce qui suit sont les signes à rechercher», a écrit Barr dans un bulletin aux clients de sa plainte contre le vaccin, la plupart des parents d'enfants atteints de troubles du cerveau enrôlés par les médias, donnant une liste des symptômes de la commune maladie de Crohn. "Si votre enfant a souffert de tout ou partie de ces symptômes, pourriez-vous s'il vous plaît nous contacter, et il peut être approprié de vous mettre en contact avec le Dr Wakefield."

Le premier à être admis - en Juillet 1996 - était un garçon autiste de 3 ans. Mais, selon son dossier, examiné par le comité GMC, il était si constipé que, malgré deux tentatives, l'endoscopiste ne pouvait pas atteindre l'intestin grêle. Donc, l’enfant 2, qui avait une diarrhée (qui se trouvait en surplus de la constipation) a été le premier à avoir son iléon intubé.

L’Enfant 2 était également autiste, les premiers signes de ce qui est devenu "quelques mois" après la vaccination ROR. Sa mère a été envoyée à Wakefield par l'organisateur des JABS [commissions paritaires de recours], et le garçon ne serait pas seulement la tête de file dans les poursuites éventuelles de Barr, ratées, mais figurait avec 11 autres enfants dans un article aujourd'hui célèbre, rétracté, du « Lancet » faisant un lien entre le vaccin et les problèmes d'intestin et de cerveau.

Il avait été admis le dimanche 1er Septembre 1996 et avait subi une batterie éreintante d’investigations. Celles-là incluaient IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau, électroencéphalogramme et potentiels évoqués, test radioactif de Schilling, tests sanguins et urinaires, et une ponction lombaire - tous spécifiés dans un accord avec Barr.

Un diagnostic viral

Le lendemain, lundi, l’enfant 2 a eu une iléocoloscopie, que le jury du GMC n’a pas trouvée cliniquement justifiée, comme pour sept autres enfants indiqués dans l’article. Le mardi était le 40e anniversaire de Wakefield. Et le mercredi, avec les nouvelles que le garçon - resté dans le service – avait peut-être la maladie de Crohn, le médecin a produit un document remarquable. C'était un brouillon de 11 pages d'un plan en arrière de la crainte du vaccin, maintenant révélé pour la première fois dans son intégralité.

Le document était intitulé "Inventeur / école / réunion avec les investisseurs 1." Basé sur un brevet que Wakefield avait déposé en mars 1995 affirmant que «la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse peuvent être diagnostiquées par détection du virus de la rougeole dans les tissus intestinaux, les produits de l'intestin ou des liquides organiques, " il proposait de lancer une entreprise qui pourrait tirer d'énormes profits à partir de tests de diagnostics moléculaires viraux. Il prédisait un chiffre d'affaires jusqu'à £ 72.5 millions par an en Grande-Bretagne et Amérique.

"Compte tenu des services uniques offerts par la Société et sa technologie, en particulier pour le diagnostic moléculaire", note le document, "les dosages peuvent jouir de prix supérieurs."

Pour contribuer au financement de ce programme, Wakefield comparait au fonds d’aide légale public – qui a pour but de donner l'accès à la justice aux gens plus pauvres. Pour les sept derniers mois, l’enfant 2 avait été recruté par le cabinet de Barr, qui, depuis Février 1996 - deux ans avant la publication de l’article - avait payé le chercheur des honoaires cachés de 150 livres par heure, plus les frais.

«La capacité de la Société à commercialiser ses produits candidats," continuait le projet de plan, "dépend jusqu’à quelle mesure le remboursement du coût de ces produits sera validé par les autorités gouvernementales d’ administration de la santé, les prestataires de santé privés et, dans le cadre du diagnostic moléculaire, le Bureau d'aide légale."

Comme il s'est avéré plus tard, l’enfant 2 n'avait pas la maladie de Crohn, mais trois semaines après avoir esquissé ce plan, Wakefield a rencontré trois personnes pour en discuter. L'un était son mentor, Roy Pounder, professeur de gastro-entérologie du Royal Free et plus tard vice-président du Collège royal des médecins. Les autres étaient Bryan Blatch, secrétaire de la faculté de médecine, et Cengiz Tarhan, son agent financier.


L'argent de l'avocat

Les discussions à propos de l'entreprise ont continué au cours des années suivantes, mais l’implication de Wakefield avec Barr a vite été remarquée. En Octobre 1996, le doyen de la faculté de médecine, Arie Zuckerman, virologue, a dit que l'avocat avait offert de payer l'école pour une «étude scientifique et clinique», et avait envoyé une première tranche de £ 25 000. Elle a été tenue en suspens pendant que Zuckerman demandait un avis d’éthique confidentiel à l'Association médicale britannique (BMA), alors que Wakefield avait déjà commencé à la dépenser.

"Découlant de la large publicité récente faite à cette recherche », écrivait Zuckerman (qui m'a dit qu'il ne veut pas discuter de ces questions) au sujet des revendications déjà télévisés de Wakefield au sujet de la maladie de Crohn, « le Bureau d’aide légale a accordé son appui à un cabinet d'avocats représentant des personnes atteintes de la maladie de Crohn et nous avons été invités à faire un arrangement avec le personnel de la faculté de médecine, en particulier de procéder à une étude pilote de patients sélectionnés. "

La BMA a répondu tout à fait en Mars suivant, après que son comité d'éthique ait examiné la question. Il a dit que l'argent pouvait être accepté à condition qu'il soit sous bonne surveillance de la recherche et de la transparence des sources de financement et le patient. [ ?]

Mais le doyen est resté préoccupé et a ainsi conclu une entente avec le directeur général de l'hôpital, Martin Else, qui gérait une association caritative appelée Special Trustees. Else, maintenant directeur du Collège royal des médecins (qui m'a dit qu'il n'était "pas au courant de toute question importante soulevée"), a convenu que l'organisme de bienfaisance pouvait prendre le paiement de Barr et le tenir comme une subvention pour Wakefield. Ainsi, l’argent public (qui a finalement totalisé 50 000 livres et a ensemencé le plan d’affaires) a été déplacé de la faculté de médecine dans un compte numéroté de l’association caritative, puis versé pour la recherche de Wakefield sur le vaccin ROR – de retour à la faculté de médecine.

"Suite à notre conversation sur la création d'un fonds avec les Special Trustees pour vos recettes et dépenses associés à la recherche sur le ROR," a écrit Else à Wakefield, "je peux confirmer qu'une subvention sera établie à cet effet, compte tenu de votre confirmation écrite qu'il n'y a pas de conflit d'intérêts en cause ».

Wakefield engagé, mais l'arrangement a soulevé des questions sur l'implication des deux institutions dans la crise vaccinale. Quand l’article du « Lancet » a été publié en Février 1998, et que la panique s’est déclenchée lors d'une conférence de presse télévisée, personne ne savait que Wakefield avait reçu des subventions substantielles personnelles de Barr. Mais tant le doyen de la faculté de médecine et le directeur général de l'hôpital savaient que sa recherche était en partie financée par un avocat.

L’article lui-même, cependant, comprend une déclaration de financement, qu’Else m'a dit plus tard qu'il ne l’avait pas remarquée. "Cette étude a été soutenue par les Special Trustees », disait-elle, sans aucune mention de l'aide légale ou de Barr.

L'avocat a été, cependant, franc quand cela lui a été demandé plus tard. Il dit qu'il avait payé pour la recherche du Lancet. «Je me souviens d’avoir noté à l’époque que la reconnaissance pour le financement n'y était pas », me dit-il. "Mais cela ne semblait pas être un gros problème, parce que cela n'était pas précisément un gros problème en ces jours».

A suivre ...
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#6 Message par Jean » dimanche 20 février 2011 à 21:02

Derrière la conférence de presse

Ni la faculté, ni l'hôpital ne sont restés sur la touche. Ils ont jeté tout leur poids derrière Wakefield. Pour la préparation de la conférence de presse, ils ont installé des répondeurs et des lignes téléphoniques supplémentaires pour répondre à la panique prévue, et distribué aux personnalités de la radio-télévision une vidéo de 23 minutes présentant les prétentions de Wakefield. "Il y a suffisamment d'anxiété dans mon esprit pour la sécurité à long terme du vaccin polyvalent – ce qu'est la vaccination ROR en combinaison -, que je pense qu'il devrait être suspendu en faveur de vaccins simples », dit-il, dans l'une des quatre formulations similaires de l’enregistrement vidéo.

La conférence de presse et la vidéo ont stimulé les plans commerciaux, qui avançaient dans les coulisses. La semaine suivante, Wakefield amenait deux associés à la faculté pour une réunion déjà programmée avec le responsable des finances Tarhan. L'un était le père de l'enfant 10 dans l’article. L'autre était un « capital-risqueur ». Et deux jours après la réunion, ils ont soumis une proposition de 13 pages pour lancer une entreprise commune avec la faculté. Elle serait axée sur une nouvelle société, Immunospecifics Biotechnologies Ltd, visant non seulement à produire un test de diagnostic, comme c’était proposé 18 mois plus tôt, mais aussi "immunothérapie et vaccins."

Compte tenu de l’impulsion de la publicité de la semaine précédente, les projets de vaccination étaient délicats. Mais la faculté était au courant de cette ambition. Apparu d’abord dans le brevet de Wakefield en 1995 pour un test diagnostique de la maladie de Crohn, il a été étoffé en 1997, huit mois avant la conférence de presse, par un brevet pour une piqûre "plus sûre" pour la seule rougeole.

Le plan d'affaires révisé était ambitieux et détaillé, visant à faire lever £ 2.1m par les investisseurs. Il s'étend sur la détection de la maladie de Crohn, le traitement de l'autisme, et "un remplacement pour atténuer les vaccins viraux."

Les méthodes de test moléculaire pour la maladie de Crohn étaient assez nouvelles. Mais celles pour le traitement et les vaccins étaient démodées. Elles s'appuyaient sur le facteur de transfert, une technologie marginale largement abandonnée frange de déplacer les cellules immunitaires de personne à personne.

Néanmoins, la faculté est restée intéressée, et une fréquentation de deux années s’en est suivie. Même quand la panique du vaccin s’est intensifiée, provoquant un déluge de références à Walker-Smith, du personnel de Freemedic, branche commerciale de ce qu’était maintenant l'entité fusionnée Royal Free et University College Medical School, où affluaient contrats et les plans.

La commercialisation devait être menée par Carmel Healthcare Ltd – nommé d’après la femme de Wakefield. Fermement ancrée dans le procès de Barr, qui a fini par payer à Wakefield £ 435 643, plus les frais, l'entreprise devait être lancée sur le dos de la crise des vaccins, le diagnostic d'un prétendu - et encore sans substance - "nouveau syndrome." Celui-ci, Wakefield le revendiquait, comprenait à la fois des troubles du cerveau et de l'intestin, qu'il a baptisé«entérocolite autistique», après que la maladie de Crohn n’ait été trouvée chez aucun des enfants du « Lancet ».

"On estime que le marché initial pour le diagnostic sera le contentieux conduisant à tester des patients atteints de AE [entérocolite autistique] à la fois au Royaume-Uni et aux États-Unis», disait un prospectus "privé et confidentiel" de 35 pages, qui m'a été transmis par un de ses destinataires. Il visait à lever £ 700 000 de fonds d’ investisseurs et prévoyait des recettes extraordinaires. "On estime que d'ici 3 ans, les revenus de ce test pourraient s’élever d'environ £3.300.000 à £ 28.000.000 tant en tests de diagnostic qu’en régimes thérapeutiques mis en service».

Carmel a été enregistrée en République d'Irlande, où Wakefield est également devenu administrateur d'une autre entreprise. C’était Unigenetics Ltd, créé en Février 1999 avec un pathologiste de Dublin, John O'Leary. Après que Wakefield ait présenté un rapport confidentiel au Bureau d’aide légale, Unigenetics s’est vue attribuer - sans vérifications - 800 000 £ de l'argent des contribuables pour effectuer des tests de Polymerase Chain Reaction sur des échantillons de tissus intestinaux et de sang des enfants passant par le service Malcolm .

Les principaux acteurs dans Carmel étaient les mêmes que dans la première société, Immunospecifics, avec la répartition de fonds propres maintenant exposée. Wakefield obtiendrait 37%, et le père de l'enfant 10 22,2%. Le capital-risqueur obtiendrait 18%, Pounder 11,7%, et O'Leary 11,1%.

Certains s’étaient fait également attribué des fonds supplémentaires à l'avance, dans le projet de «frais de personnel exécutif et non-exécutif." Wakefield obtenait £ 40 000 par an, en plus de ses gains juridiques et du salaire de la faculté de médecine, avec un budget annuel de voyages de £ 50 000 pour l'entreprise.

Il y avait là un autre conflit d'intérêt frappant, mais Wakefield avait depuis longtemps clairement présenté ses attentes. "La Société veillera à ce que les principaux membres de son management et équipe scientifique sont convenablement incités par l'attribution d’actions et de stock-options », avait-il écrit en Septembre 1996, lorsque l'enfant 2 était toujours dans le service.

Carmel devait être basé à l'Hôpital des femmes Coombe, à Dublin, où l'argent de l’aide légale payait pour un laboratoire. Un prospectus décrit un effort de relations publiques visant deux publics "cibles": "les groupes de parents et avocats représentant les personnes touchées» et «les grandes sociétés pharmaceutiques."

"Une fois les travaux du professeur O'Leary et du Dr Wakefield publiés, soit à la fin de 1999 ou au début de 2000, qui fourniront des preuves irréfutables de la présence du vaccin contre la rougeole dans des échantillons de virus provenant de biopsie," dit le prospectus, «la pression publique et politique pour une enquête approfondie et de grande ampleur dans l'étiologie des conditions de l’intestin sera écrasante. »

"En conséquence de la pression publique, politique et juridique exercée, la demande pour un diagnostic capable de distinguer entre des souches de type sauvage et celles dérivées du vaccin contre la rougeole sera énorme."

Garder le secret


Pour faciliter les négociations, des lettres et des projets de contrats allaient et venaient au Royal Free. Un document principal a été terminé à l'automne 1999, nommant Wakefield, Pounder, Carmel, Biotechnologies Immunospecifics (IB Ltd), la faculté de médecine, Freemedic, une fondation américaine appelée Neuro Immuno Therapeutics, et son chef, Hugh Fudenberg, immunologiste.

"Royal Free et Immuno s’intègrent dans la lettre d'entente (tel que défini dans le présent Accord)," commençait une clause généralement substantielle. "Aux termes de celui-ci, Royal Free assigne à Immuno les droits de propriété intellectuelle subsistant dans les inventions. En contrepartie de cette cession Immuno a payé £10.000 à Royal Free, et a accordé à Freemedic une option, sur les actions représentant 10% du capital social émis d’Immuno ».

Tout cela allait de l’avant entre les parties en secret. Un autre document visait à museler la faculté. "RFUCMS et Freemedic conviennent de maintenir toutes les informations sur l'IB Ltd, son plan d'affaires, les propositions de levée de fonds etc fournis par IB Ltd. . . comme confidentielles, qu’elles ne seront pas divulguées à tout tiers et que l'accès sera restreint à la Direction et aux cadres supérieurs. "

Ce dernier document n'a jamais été signé, et n’a donc strictement aucun effet. Mais l'University College London (UCL) a rendu hommage à son esprit, s'assurant que le plan n’était pas signalé. Et lorsque j'ai été averti des accords commerciaux de Wakefield, le collège m'a combattu pendant trois ans malgré la Loi sur la liberté de l'information pour conserver sa participation cachée.

"L'UCL est parvenue à la conclusion," dit le collège à l'hôpital dans un courriel de février 2005, «que beaucoup de nos docs du dossier tombent sous l'exception prévue à l'article 36 de la Loi selon laquelle divulguer des renseignements ‘porterait ou serait susceptible de porter atteinte à la libre et franche prestation d'avis ; au libre et franc échange de vues dans la délibération ou la conduite efficace des affaires publiques’ ».

Les refus ont été autorisés par le prévôt de l'UCL, Malcolm Grant, professeur de droit de l'environnement. Ce n'est que lorsque Richard Thomas, à l'époque commissaire à l'information du Royaume-Uni, s’est rendu dans les bureaux du collège et l’a mis plus tard en demeure, qu’il m’ont remis en mains les documents.

Parmi les plus frappants sont ceux par lesquels la faculté pouvait nier toute implication dans le programme. "C'est-à-dire que si Freemedic choisit de ne pas être associé à la société dans la première circonstance, ils ne souhaitent pas exercer leurs options jusqu’à ce qu'ils soient prêts à être associés à un certain moment dans le futur," a écrit Tarhan au père de l'enfant 10 en juillet 1999, quand ils se partageaient le butin théorique. "Nous avons discuté des raisons pour cela."

Une autre lettre - à Wakefield - en Novembre 1999 dit : "Par conséquent, ni l'école ni Freemedic ne sont en aucune façon impliquées dans Carmel jusqu'à ce que ces options soient formellement exercées et les actions prises»

Pourquoi les investisseurs auraient pu hésiter

Mais dans toutes les études, préparées pour la présentation aux investisseurs, une question cruciale pour les apparentes inventions n'avait pas été abordée - que les produits ambitieux de la société pourraient ne pas fonctionner.

Des analystes financiers m'ont dit que la fin des années 1990 était un moment privilégié pour se procurer des liquidités à partir d’optimistes. «L'argent qui coulait dans la City post-déréglementation avait poussé les start-up d'une grande quantité de placements inexpérimentés en biotechnologie», a souligné l’un. "Très peu d'investisseurs en capital risque ont des connaissances techniques."

Les investisseurs auraient été encouragés par la crise croissante du vaccin et par l’appui du « Lancet » à Wakefield. Mais il y avait de curieux principes dans le programme secret que les meilleurs investisseurs avertis pouvaient avoir remarqués.

Tout d'abord, le facteur de transfert, pour les traitements proposés et les vaccins, avait été abandonné depuis longtemps par l'industrie. Proposé dans les années 1940 comme un remède de produits sanguins sur mesure, il avait été presque tué par le coût impraticable, le risque d'infection, et le manque de preuves ou de normes. Plus tard reformulé en qualité de comprimé de lait traité, comme dans les propositions telles que celles de Wakefield - qui s'appuyait sur le colostrum des chèvres enceintes – des experts suggèrent qu'il est thérapeutiquement inerte. Aujourd'hui, c’est promu sur Internet comme un remède à tout.

Deuxièmement, il y avait Hugh Fudenberg, immunologiste américain avec sa fondation Neuro Immuno Therapeutics. Il était l'objet de sanctions à l’époque de l’ordre de médecins local sur sa prescription et utilisation de médicaments contrôlés. Lorsque je l'ai interviewé en août 2004 pour un documentaire de Channel 4, il prétendait guérir l'autisme avec le facteur de transfert, dont il disait qu'il mettait en œuvre comme une pizza "étoffé de trois molécules" sur sa table de cuisine de Caroline du Nord.
  • «Et d’où cela vient-il?" demandai-je.

    "De ma moelle osseuse."

    "A partir de votre propre moelle osseuse personnelle?"

    "Oui."
Un autre défaut caché, qui n'apparut que plus tard, était les tests de Dublin contre la rougeole – sur lesquels les poursuites contre le vaccin en Grande-Bretagne et l'Amérique étaient fondées. On faisait la promotion de ces tests comme détectant le virus persistant provenant d’une ancienne vaccination ROR . Mais le sang des patients de Walker-Smith, analysé par O'Leary, échouait à donner des résultats cohérents.

Par exemple, l’enfant 2 avait tous les éléments de la théorie de Wakefield : autisme régressif, problèmes intestinaux (effectivement diagnostiqués comme une intolérance alimentaire), et une mère qui critiquait le ROR. Il a été vacciné à 15 mois en novembre 1989. Un test sanguin pour le virus 11 ans plus tard a été négatif. Puis, deux ans plus tard, un autre résultat de l'enfant a été positif. Puis, deux mois plus tard, un autre était négatif.

Préparation pour le lancement

En avance de tels résultats, Wakefield s'est appuyé sur ce qu'il appelait une série d’articles "imminents". "Une variété de sujets ont été discutés à la réunion en référence à la publication prochaine de l’article dans « Nature (date à confirmer)," disait un "programme de communication" confidentiel de Carmel, par exemple, qui m’a été passé par quelqu’un de présent.

Le lancement était prévu pour mars 2000, avec des acrobaties captant l’attention trois mois plus tôt. Aucun article n’apparut dans « Nature », et la plate-forme de Wakefield devait être une réunion de Londres de la Société pathologique de Grande-Bretagne et d'Irlande. Là, avec O'Leary et Pounder (qui ont tous deux refusé de commenter mes conclusions), il avait prévu de présenter la recherche revendiquant une percée. Basé sur les allégations de biopsies intestinales de patients de Walker-Smith -10 avec autisme et trois avec la maladie de Crohn - testées au laboratoire de Dublin, il a proclamé un "lien de causalité possible» et, offrant une présentation Wakefield, a promis une tempête comme pour la conférence de presse deux ans avant. Pendant ce temps, il entretenait des relations, avec le soutien de l'industrie des médicaments, y compris au plan des voyages à l'étranger. "S'il vous plaît trouver ci-joint un chèque de £ 2876,70 de Axcan Pharma Inc, en remboursement de mon billet d'avion en regard de mon voyage au Canada», dit-il aux Special Trustees, par exemple, comme il mettait la touche finale au programme. Il était également en négociation avec un conseil de Johnson & Johnson et avait des liens de longue date avec Merck et SmithKline Beecham.

Le projet se défait

Mais alors que les plans Carmel étaient finalisés, les chances de Wakefield se sont inversées. Au bord du lancement de son entreprise, elle a sombré.

L’effilochage a commencé après l'arrivée à la faculté d'une nouvelle tête de la médecine: Mark Pepys. Membre de la Royal Society et spécialiste des maladies amyloïdes, il a apporté d'énormes subventions et était aujourd'hui le plus grand nom de la faculté. Il fut stupéfait de voir fêter Wakefield. "J'ai dit que je ne transférerais pas mon unité s'il était là», me dit Pepys. "Et vous savez ce qu'ils ont fait? Ils l'ont promu. "

Avec Chris Llewellyn-Smith, physicien théorique et à ce moment prévôt de l'UCL, Pepys a frappé en décembre 1999, à peine deux mois après avoir commencé au Royal Free. Wakefield a été convoqué du campus de Hampstead au siège central du collège à Londres. Il était contesté sur le programme, sur le point d'aboutir, et avait reçu une lettre de deux pages.

"Nous restons préoccupés par un éventuel conflit d'intérêts grave entre votre emploi universitaire à l'UCL, et votre participation à Carmel, » disait-elle, en partie. "Cette préoccupation se pose à l’origine parce que le plan d'affaires de l'entreprise semble dépendre de la publication prématurée de résultats, scientifiquement injustifiée, qui n’est pas conforme aux normes universitaires et scientifiques de rigueur qui sont généralement attendues».

Cela a marqué la fin de tout accord commercial avec Wakefield, et le début de sa fin au Royal Free. Lorsque qu’il a été finalement évincé de son poste, il a dit, "j'ai été invité à m’en aller parce que mes résultats de recherche étaient impopulaires." Et en réponse à mon enquête, il allèguerait des complots sinistres pour l'empêcher de révéler ce qu'il prétend être les secrets des vaccins.

Mais les documents ne le montrent pas. Malgré tout ce qui s'était passé, l'UCL s'est portée volontaire pour soutenir son travail. On lui a offert de rester dans l’effectif, ou de prendre un congé payé d'un an, afin de tester ses théories sur le ROR. On lui a promis de l'aide pour une étude de 150 enfants (pour essayer de reproduire ses prétentions du « Lancet » avec seulement 12 enfants) et, en retour de se retirer de la conférence Janvier Londres, il serait tenu de la propriété intellectuelle libre.

"Les bonnes pratiques scientifiques», soulignait la lettre du prévôt, "aujourd'hui exigent que vous et d'autres cherchent à confirmer ou à réfuter, de manière fiable, robuste et surtout reproductible, les relations de causalité possible entre la vaccination ROR et l'autisme /« entérocolite autistique » / ou la maladie inflammatoire de l'intestin que vous avez postulées. "

À l'époque, Wakefield en a convenu. Ensuite, son employeur a attendu. Il l’a incité, a attendu plus longtemps, et pressé à nouveau. "Trois mois se sont écoulés », lui écrivit Llewellyn-Smith en Mars 2000, demandant un «rapport d'étape sur l'étude proposée» et «ne pas faire de déclarations publiques" entre-temps.

Mais l'étude ne s'est pas produite. La recherche de 1998 du « Lancet » avait été une comédie. Essayer de la reproduire avec un plus grand nombre aurait été sans espoir.

Wakefield, cependant, fit de sa non-conformité comme résultant de la faute de la faculté. «Il est clair que la liberté académique est essentielle, et qu’elle ne peut pas être marchandée," a-t-il finalement répondu en septembre 2000. "C'est la décision unanime de mes collaborateurs et collègues de travail qu'il est approprié que nous définissons nos objectifs de recherche, nous adoptons les études examinées et approuvées de la façon la plus adéquate, et nous décidons au fur et à mesure ce que nous jugeons un travail approprié pour la présentation à l’examen par les pairs».

Cela allait un peu trop loin, et en octobre 2001 Wakefield a été mis à la porte. Si je comprends bien, il a obtenu deux ans de paye, une déclaration l’innocentant de toute faute, la propriété intellectuelle pour £ 10, non perçus, et un bâillon sur tout commentaire du Royal Free. "Nous l’avons payé pour qu’il s'en aille», m’a dit Pepys. "Et, bien sûr, l'une de ses conditions pour qu’il s’en aille, c'était que je n'étais pas censé dire quoi que ce soit de critique à son égard à personne, pour toujours."

Wakefield n’aurait jamais effectué les recherches quelque part, ou prouver sa théorie de la rougeole. Ses plans de vaccination – de façon prévisible – sont allés nulle part. Et quand j'ai lui ai soumis ces questions, lui et ses avocats ont accusé réception mais n'ont donné aucune autre réponse.

Les craintes du public sur le vaccin n'avaient pas encore atteint leur apogée. Mon enquête ne commencera pas avant deux ans. Mais Wakefield n’occuperait plus jamais un poste universitaire, et le programme secret derrière la peur n'était plus là.

Fin du 2ème article
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#7 Message par Jean » vendredi 25 février 2011 à 22:02

Les deux jours du « Lancet » pour enterrer les mauvaises nouvelles
Dans la troisième partie de cette série spéciale du BMJ, Brian Deer révèle ce qui s'est passé quand il a signalé une faute dans la recherche sur le ROR d’Andrew Wakefield à la revue médicale qui l'avait publiée.

Se préparant à témoigner à Londres devant un jury du General Medical Council du Royaume-Uni pour l’aptitude à la pratique, Richard Horton, rédacteur en chef du «Lancet », a fait un signe de tête en direction des trois médecins accusés, assis auprès de leurs avocats à sa gauche. Tout d'abord, Simon Murch, presque à portée de main. Ensuite, John Walker-Smith, encore plus éloigné. Enfin, Andrew Wakefield, à l'extrémité de la salle d'audience. Chacun a souri finement et a hoché la tête en arrière.

Les quatre s’étaient réunis trois ans et demi avant, dans les bureaux de la revue « The Lancet », près de deux miles au nord. Là, ils avaient commencé le voyage qui maintenant les ont amené à se réunir ici, la plus longue enquête médicale disciplinaire. Se déroulant sur 217 jours, entre Juillet 2007 et mai 2010, elle a sondé la recherche et l’article qui a lancé l'alerte sur le vaccin ROR, et a conduit à la radiation de Wakefield et Walker-Smith.

Leur rencontre précédente avait eu lieu en 2004, dans l'après-midi du mercredi 18 Février. Ils s'étaient rassemblés dans le bureau de Horton pour faire face à mon d’une période de quatre mois d'enquête du Sunday Times. Pendant cinq heures, ce matin-là, j'avais informé les cadres supérieurs du Lancet à propos d'un désormais célèbre document de 1998 dans leur journal. Il faisait état de 12 enfants vus à l'hôpital Royal Free, au nord de Londres, et avait affirmé avoir découvert un éventuel "nouveau syndrome" impliquant l'autisme régressif, les maladies inflammatoires de l'intestin, et le vaccin ROR.

Généralement j’en suis resté là, à l'occasion sortant des documents, comme Horton, avec cinq rédacteurs en chef, prenait des notes. Je leur ai dit que le premier auteur de l’article, Wakefield, avait été retenu par un avocat et financé pour aider à poursuivre les fabricants de vaccins. Les critères d'admission pour l'étude avaient été manipulés et les garanties éthiques bafouées. Un groupe d'enfants déficients intellectuels des parents qui reprochaient au ROR avait été amené à l'hôpital pour créer un dossier contre le vaccin. J'ai dit que je pensais que l'étude avait été "truquée".

À un moment donné, j'ai dessiné un schéma de plaintes, qui avait été utilisé pour relier l'autisme avec les vaccins. Dans ce document, les parents de huit des 12 enfants avaient apparemment dit en effet que « C'était le ROR , docteur" je l'ai dit à la réunion, convoquée autour de la table de la salle de réunion de la revue. " Mais quand la série a été étendue à 30 enfants, pendant les vacances scolaires, seuls les parents de trois autres l’ont dit. Alors, pourquoi les allégations avaient été bottelées ensemble au début? "

Je pensais que quand je finissais, Horton dirait qu'une enquête était nécessaire pour démêler ces questions complexes. Il y avait au moins trois volets: une fraude scientifique possible, un traitement contraire à l'éthique d’enfants vulnérables, et les conflits d'intérêt de Wakefield à travers l'avocat. Mais dans les 48 heures, et en travaillant avec les trois auteurs principaux de l’article, la revue a publié une avalanche de 5000 mots de refus, dans des déclarations, non rétractées à ce jour.
Des années plus tard, dans la chaise du témoin à l'audience du GMC, Horton a rappelé ce matin. «C’étaient trois séries d'allégations qui allaient au cœur de la crédibilité de l’article, et étaient clairement des allégations d'inconduite dans la recherche", a déclaré Sally Smith, conseiller de la Reine pour le régulateur des médecins, le 7 août 2007. "Nous avons contacté le Dr Wakefield, le professeur Walker-Smith et le Dr Murch, et avons demandé aux trois de venir aux bureaux du Lancet afin que nous puissions discuter de ces allégations."

En observant la procédure du GMC, je me suis moi aussi rappelé ce jour-là. Wakefield était arrivé à la revue The Lancet avant que je quitte le bâtiment. Les trois auteurs étaient d'anciens membres du personnel du Royal Free, comme l’était Horton - un diplômé de la fin des années 1980. Une décennie avant la publication de Wakefield, il avait fait des recherches en hépatologie, dans le même couloir que Wakefield en gastro-entérologie.

Pendant les réunions de 2004 - d'abord avec moi, et puis avec les auteurs - Horton a été mis dans une impasse. Face à l'inquiétude du public sur le ROR et le scepticisme professionnel envers la recherche, depuis des années, il avait défendu son ancien collègue. "Je ne regrette pas la publication de l’article original de Wakefield », a-t-il dit dans un livre de 2003, au plus haut de la peur au Royaume-Uni. «Les progrès en médecine dépendent de la libre expression des idées nouvelles. En science, ce n'est que cet engagement à la liberté d'expression qui a secoué la libre mainmise de la religion sur la manière dont les êtres humains ont compris leur monde ».

En agitant le fantôme de Galilée, il ne pouvait pas alors savoir combien la recherche de Wakefield relevait de la liberté d'expression. Comme je l'ai montré dans le BMJ il y a deux semaines, il n’y a pas un cas dans la série des 12 enfants qui pourrait concilier l’article désormais retiré avec les dossiers du National Health Service. Et la semaine dernière, je ai indiqué le programme secret d'affaires de Wakefield, destiné à récolter des millions de la peur.

Horton, par ailleurs, était un ardent défenseur de l'intégrité et avait insisté pour des mesures sévères contre la fraude dans la recherche. En tant que force derrière le Comité international des rédacteurs de revues médicales et la commission d'éthique des publications, il avait fait campagne avec Richard Smith, alors rédacteur du BMJ, pour une surveillance légale de l'inconduite dans la recherche. Malgré leurs efforts, cependant, rien n'était advenu, et Horton a adopté alors une approche différente.
...
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#8 Message par Jean » dimanche 27 février 2011 à 23:17

Irrégularité refusée

"Dans ce cas particulier, a-t-il déclaré au tribunal GMC de trois médecins et deux autres membres, assis à sa droite lors de l'audience," nous sommes allés au vice-doyen du Royal Free, aménagé la nature du problème, et lui a demandé d'enquêter et de revenir à nous, du mieux qu'il pouvait, avec son propre jugement quant à la véracité ou non des allégations. En plus de cela, nous examinerons la documentation de notre mieux et tenter de former notre opinion quant à savoir si ces allégations étaient vraies. "

C'était une position qu'il a élaboré en mars 2010, après que les constatations de la commission d’enquête aient approuvé pleinement ce que je lui avais dit. "Nous avons demandé à l'établissement où le travail a été réalisé – le Royal Free Hospital - une enquête », a-t-il plaidé dans une déclaration écrite aux journalistes du magazine ‘Press Gazette’. «Ils l’ont fait, et ils ont innocenté Wakefield d'actes répréhensibles».

Mais les documents, e-mails, et les réponses obtenues en vertu du Freedom of Information Act ne révèlent pas de procédure formelle d'examen. Ce qui ressort est simplement une course de discréditer mes demandes dans les 48 heures, après que j’ai divulgué les informations. Ils montrent l'éditeur de la revue, les principaux auteurs de l’article, et la faculté de médecine du Royal Free, mobilisant frénétiquement contre moi. Sans le procès du GMC, qui a coûté £ 6m d’après la rumeur (7 M €; 9 millions de dollars), la fraude par laquelle Wakefield a concocté la peur du vaccin ROR n’aurait jamais été démentie et aurait été dissimulée.

La dénégation a commencé dès que j'ai quitté le « Lancet » ce mercredi de février 2004. Assis autour d'une table dans le bureau privé d’Horton, les quatre médecins ont partagé leurs réflexions et élaboré une stratégie. Wakefield a admis être engagé pour un procès et a nié avoir reçu lui-même de l'argent. Son rôle juridique, a-t-il dit, était de réaliser une recherche virale "tout à fait distincte», et non pas l'étude clinique qui a paru dans la revue.

Ses affirmations étaient fausses. Il a été personnellement payé plus de £ 435 000 par le biais de l'avocat, selon les comptes que j’ai plus tard obtenus. Et une "étude clinique et scientifique » correspondante, avec les mêmes protocole et principaux auteurs que l’article, a été présentée au Bureau d’Aide Légale du Royaume-Uni pour le financement avant que le premier des 12 enfants ait été admis. Il s'était engagé explicitement à monter un dossier contre le vaccin, comme une demande secrète de subvention l’a révélé.

"L'objectif », avaient écrit, lui et son avocat, dans la demande au bureau d’aide légale, « est de chercher des preuves qui pourront être acceptables dans une cour de justice de la connexion causale entre le vaccin soit des oreillons, de la rougeole et de la rubéole ou celui de la rougeole/rubéole et certaines conditions qui ont été signalées avec une fréquence considérable de la part des familles des enfants qui cherchent à obtenir réparation ».

Lors de leur rencontre avec Horton, les gastro-entérologues pédiatriques Walker-Smith et Murch ont également nié toute irrégularité. J'avais affirmé que certains enfants avaient été sollicités, plutôt que spontanément soumis. Cela a été nié. J'ai dit qu’il n'y avait pas eu d'approbation éthique. Nié. En bref, il n'y avait rien de mal, en dehors d'un conflit d'intérêt de Wakefield. Ils ont convenu d'émettre des déclarations par le biais de la revue pour rendre les choses claires.

«Ce fut aujourd’hui une réunion difficile mais utile," a écrit Walker-Smith ce soir-là quand il a rédigé le compte-rendu de leur discussion, dans une des avalanches de courriels entre les médecins. "On m'a demandé d'écrire quelque chose sur le renvoi [referral] pour notre déclaration combinée à la revue The Lancet. . . Simon je crois que vous répondrez en détail sur l'accusation de tromperie en ce qui concerne le comité d'éthique, l'accusation la plus grave de toutes et même pour nous tous. Andy vous traiterez les questions juridiques. "

Le lendemain matin, jeudi, Wakefield a répondu par un projet de contribution. Il était adressé à Walker-Smith, Murch et Horton - plus le publiciste personnel de Wakefield pour la campagne ROR, Abel Hadden de Bell Pottinger Communications dans Mayfair. «Abel», a-t-il déclaré dans un additif. "Je n'ai pas vos changements encore."
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#9 Message par Jean » mardi 1 mars 2011 à 20:45

Suite et fin des 3 articles du BMJ :

Pendant ce temps, d’ailleurs d'autres événements se déroulaient qui auraient pu faire la lumière dans l'esprit d'Horton. La veille de notre réunion, j'avais rencontré Evan Harris, à cette époque député du Parlement pour Oxford Ouest et Abingdon. Il était médecin et membre du comité d'éthique de la British Medical Association, et était intéressé par la controverse ROR. Il révéla alors qu’il observait ma présentation à « The Lancet », et par la suite a demandé des copies de mes documents.

À 13h16 le jeudi, j'ai envoyé mon accord, et Harris a retransmis à la revue. "S'il vous plaît voir ci-dessous pour l'autorisation de me faire parvenir les documents de Brian sur l'éthique de la recherche», écrit-il à Horton, 13 minutes plus tard, planifiant de s'appuyer sur le même matériau que le rédacteur en chef. "Il veut que je lui donne un avis et je l'ai expliqué que j'avais besoin des documents. J'espère qu'ils peuvent être faxés immédiatement sous l'autorité d'un de vos collègues. "

Horton, à l'époque, était au Royal Free avec Walker-Smith, Murch et Humphrey Hodgson, vice-doyen. Dans le bureau du sous-sol d’Hodgson, ils ont "examiné les allégations," a dit Horton au jury du GMC, et «ont décidé d'un plan d'action." Ensuite, "nous sommes tous allés jusqu'au département de gastro-entérologie pédiatrique," où les médecins «ont étudié» les dossiers des enfants . Il a expliqué que Walker-Smith est allé voir un registre de biopsie "pour établir des questions sur les modes d'aiguillage." Puis "un avis a été arrangé sur les éléments de preuve à l'appui, ou non, des allégations."

En bref, les accusés ont fait eux-mêmes l’enquête - une enquête qu’Horton aurait dit comme «innocentant Wakefield» .

"Je pense que vous avez dit que le professeur Walker-Smith a examiné le registre de biopsie," lui a demandé Sally Smith.

« Il a examiné le registre de biopsie, si je me souviens », répondit Horton, rédacteur en chef de la revue depuis 1995. "Dr Murch et M. Walker-Smith ont ensemble examiné les notes des cas. Je vais être honnête et dire que je ne me souviens pas si le Dr Wakefield a vérifié ou pas les notes lui-même. "

En fait, Wakefield n'avait pas été invité sur le campus du Royal Free, ayant été congédié de l'école deux ans auparavant. Mais il connaissait seul tous les noms des 12 enfants anonymes de l’article, et il a faxé une liste pour que les autres l’utilisent.

Ce jeudi après-midi, Horton est retourné à son bureau, où il a ensuite examiné la demande du député. Photocopiant mon e-mail à Harris et celui d’Harris à moi, il les a faxé à 16h27 à la faculté de médecine, avec un engagement écrit à la main au vice-doyen. «Humphrey», dit-il, se référant aux documents que j'avais accepté de partager. «Cette série de courriels démontre la collusion apparente entre Harris et Deer. Inutile de dire que je ne lui ai pas transmis, et ne le ferais pas, ces documents. "

Aucun médecin interrogé


La correspondance d’Harris n'a pas été lue au jury, mais les membres ont reçu des preuves de Horton avec intérêt. "Est-il habituel," a demandé Parimala Moodley, membre du conseil du Collège royal des psychiatres, "que pour une enquête sur une possible inconduite grave dans la recherche elle soit effectuée par les personnes qui sont aussi accusées de la faute?"

Horton fit une pause pour rassembler ses pensées. "Il est d'usage que l'institution mène une enquête et recueille des données qui impliqueront inévitablement ceux qui ont participé à l'examen », a-t-il répondu. "C’est alors de la responsabilité de l'institution de s'assurer qu'il y a une sorte de séparation entre son interprétation de ces résultats et ceux qui sont impliqués dans l'enquête qui sont en quelque sorte accusés d'une série d'allégations, et une fois que l'interprétation par l'institution a eu lieu et a été transmise à celui qui a porté les allégations à leur encontre, alors nous pouvons aller de l'avant. Donc, il devrait certainement y avoir séparation, ce qui explique pourquoi dans un premier temps je voulais avoir la réaction du Dr Wakefield, du professeur Walker-Smith, et du Dr Murch, mais après cela mon devoir était d'aller à la tête de l'institution, le vice-doyen, dans ce cas, le professeur Hodgson. "

Mais il n'y a eu ni séparation ni enquête indépendante, comme l'hôpital et la faculté de médecine l’ont confirmé plus tard. Aucun médecin n’a été interrogé, et aucun document n'a été produit. Il n'y a eu que le "processus informel" qui vient d'être décrit. Ce qui , m'a-t-on dit, a impliqué "discussion avec les cliniciens," leur "examen des documents cliniques pertinents», et l'étude du dossier du comité d'éthique. "Le résultat écrit de ce processus a été les déclarations faites par les cliniciens concernés et la faculté de médecine publiées dans The Lancet ».

La superficialité de ce processus a été exposé à l'audience GMC, où le jury a lu les dossiers hospitaliers des enfants. Les pages étaient pleines de preuves des renvois orchestrés et d’indications que l'objectif principal était la recherche. Une note de l'enfant 1 contenait une lettre d'aide juridique, et le dossier du comité d'éthique sentait le roussi.

Encore les circonstances d’aiguillage des patients pourraient avoir alerté un enquêteur impartial de la nécessité de creuser plus profondément dans les cas. Le jury a remarqué que l'enfant 2 et l’enfant 9 dans l’article ont été sollicités par Walker-Smith, à la demande de Wakefield. Les enfants 1, 5, 9 et 10, quant eux, ont été renvoyés aux gastro-entérologues du Royal Free, sans mention d'histoire des problèmes intestinaux. Et l'enfant 4 et l’enfant 8 ont été envoyés directement à Wakefield, dont le contrat interdisait un travail clinique.

"Merci de demander à voir ce jeune garçon," commençait la lettre de renvoi de l’enfant 3.

«Les parents de cet enfant autiste de 7 ¾ années ont été en contact avec le Dr Wakefield et m'ont demandé de le soumettre", disait celle de l'enfant 5.

«La mère [de l’Enfant 8] est venue me voir et m’a dit que vous aviez besoin d'une lettre de référence de moi pour accepter [l'enfant 8] dans votre programme d'enquête."

Pendant ce temps, les documents d'éthique, examinés par M. Hodgson, ne cadraient pas avec ce qui avait été publié dans la revue. Le dossier de l'hôpital mentionnait une étude de 25 enfants présentant un trouble désintégratif, une maladie dégénérative du cerveau exceptionnellement rare et grave. Cela affecte les enfants d'âge scolaire, et Walker-Smith avait dit au comité d'éthique que le pronostic pour ces patients était "sans espoir".

Mais aucun des 12 enfants n’a été diagnostiqué avec cette maladie : c’était un groupe hétérogène, signalé avec autisme pour la plupart. Et un patient – l’enfant 7 - avait été envoyé à l'hôpital sans diagnostic de développement.

Le dossier d'éthique, qui m'a été montré, comprenait aussi la correspondance produite après la publication du « Lancet ». David Hull, un ancien président de l'Association britannique de pédiatrie, a noté la batterie extraordinaire de tests endurée par les enfants. Cela comprenait iléocoloscopie, examens IRM (imagerie par résonance magnétique) du cerveau, électroencéphalogramme et potentiels évoqués, ponctions lombaires, ingestion de baryum et suivi de celui-ci. L’article précisait que ces "enquêtes ont été approuvées" par le comité d'éthique, ce qui pensait-il pouvait entrer en conflit avec les règlements exigeant pour les tests sur les enfants qu’ils soient cliniquement indiqués.

Afin de répondre à Hull, le président du comité, Michael Pegg, avait été consulté. Il a indiqué que l’article était faux. "Dans sa lettre, le professeur Hull déclare:« Je vois que les examens ont été approuvés par le Comité d'éthique, "a écrit Pegg dans une note du dossier étudié par Hodgson. «C'est, bien sûr, incorrect. Nous n'avons pas approuver les enquêtes. Nous avons approuvé la collecte des données des examens cliniquement indiqués. Il n'est pas, à l'heure actuelle, le rôle d'un comité d'éthique de contester le jugement des cliniciens sur quels sont et quelles ne sont pas des examens cliniquement indiqués. "

Néanmoins, pour me faire face, les médecins -maintenant cinq - continuaient la préparation de leurs déclarations. Wakefield, Walker-Smith, et Murch couvriraient leurs sujets qui leur étaient alloués, tandis que Hodgson répondrait uniquement sur l'éthique. Horton devait rassembler et formuler des jugements sur les matériaux et publier leurs explications dans son journal. Elles seraient livrées aux médias le vendredi après-midi.

Ils ont niés ce que le GMC a plus tard prouvé.

"Avant d'aller sur les déclarations faites par les médecins, qui ont été publiés dans le « Lancet », et par le Royal Free," dit Sally Smith à Horton lors de l'audience, "je peux vous demander, y-a-t-il eu d'autres occasions où vous avez eu à enquêter sur les allégations faites sur un article de recherche et sa justesse, en termes généraux? "
  • «Fréquemment».

    "Est-il coutumier de discuter et d’obtenir l’opinion de ceux contre qui les allégations sont faites?"

    "çà l’est."


En Février 2004, le trafic e-mail a fourni des preuves à quoi cette coutume a abouti. A 10 h 27 le vendredi matin, Wakefield a publié "une version mise à jour de ma réponse." Il l’a distribuée à son publiciste Hadden, plus Walker-Smith, Murch, Hodgson, et Richard Horton. «Richard, vous avez une version antérieure », a-t-il commenté dans le texte. "Celle-ci coupe des redites à la dernière allégation et présente plus succinctement l'argument."

A 12h 24, Horton télécopia à Hodgson six pages de "docs projet de déclaration." Et à 14h 12, il envoya un autre fax au vice-doyen, avec 13 pages de déclarations. Tout serait à lire à haute voix au jury du GMC, avec de nombreux points clés répétés.

"Le 18 Février 2004, de graves allégations d'inconduite en recherche au sujet d'un article que le Dr Andrew Wakefield et ses collègues ont publié dans le Lancet de Février 1998, ont été portées à l'attention de la rédaction en chef," dit Horton. "Les. . . allégations d'inconduite en recherche présumées ont reçu des réponses par des clarifications fournies par les auteurs principaux de ce travail. . . Nous ne jugeons pas qu'il y avait la moindre intention de cacher l'information ou de tromper les éditeurs, les commentateurs, ou les lecteurs sur la justification éthique de ce travail et la nature de l'aiguillage des patients. "

Hodgson a déclaré: «Nous sommes entièrement convaincu que les examens effectués sur les enfants indiqués dans l’article du Lancet avaient été soumis à un examen éthique approprié et rigoureux."

Tempête médiatique

L'écoute de ces déclarations, des années après qu'elles ont été émises, m’a ramené les souvenirs de ces jours. J'avais abordé le « Lancet » sur les instructions de John Witherow, rédacteur en chef du Sunday Times. Il avait dit à ses dirigeants que je parlerai de "dieu" [speak to »god »] sur le sujet, pour être certain que nous ferions bien les choses. J’ai fait une première tentative avec Richard Smith, l'ancien rédacteur du BMJ. Mais il était en vacances. J'ai donc téléphoné à Horton.

J'avais parlé de mes conclusions à la réunion de mercredi en confiance. Je m'attendais à une orientation et au moins un commentaire. J'ai pensé que Horton dirait qu'une enquête était nécessaire, et je supposais que cela pourrait prendre un certain temps. Mes demandes de renseignement à ce stade, avaient consommé 4 mois de recherche, accumulé des documents clés dans cinq classeurs, et la présentation avait duré de 9 heures à 14 heures.

Mais Horton ne dirait rien. Il a quitté la salle pour rencontrer les auteurs et a publié les déclarations sans me parler à nouveau. Il les a publiées, en outre, d'abord à tout le monde sauf à moi. Même le vice-doyen a formulé une opinion de pourquoi il en était.

«Les actions du rédacteur en chef du « Lancet » ont été de considérer les allégations. . . comme des allégations d'inconduite en recherche, et suivant le Code de rédaction médicale a procédé à une enquête conformément aux directives convenues, et a l'intention de publier les résultats de l'enquête à titre préventif », dit Hodgson à ses supérieurs de l’UCL dans une note ce vendredi. "Sans doute un motif - mais je crois que c’est le seul - est de préserver la réputation de la revue « The Lancet » en ripostant en premier, et en déflorant l'histoire".

Mais si c’était le but de Horton, cela s'est avéré une erreur. Ses actions ont déclenché une tempête médiatique. Bien que refusant toutes les plus sérieuses de mes conclusions (maintenant prouvées), il a concédé que Wakefield avait un conflit d'intérêts - et ce week-end a été ce que les journalistes appellent «slow».

La BBC était sur l'histoire dans la demi-heure de publication des déclarations. Independent Television News a appelé Harris. Et tous à Fleet Street connaissaient le coup d’une nouvelle à sensation imminente dans le « Sunday  Times », le journal du dimanche britannique de premier plan.

Le scandale a éclaté du vendredi au mercredi, et au-delà. Le triple vaccin a été l'ordre du jour une fois de plus. Cette fois, cependant, ce n’était pas la campagne de Wakefield, qui pendant des années avait exploité les craintes des parents. «Enquête pour faute sur le médecin dans la peur du ROR», claironnait la première page de l’Independent on Sunday. "GMC pour examiner le conflit d'intérêt."

Ma contribution du papier était une première page et une double page à l'intérieur, «Révélé : scandale de la recherche ROR". Et, avec le Daily Mail soutenant Wakefield, la rumeur publique faisait tellement rage que les conséquences de ce scandale ont été débattues. Le secrétaire d'Etat à la santé et le médecin-chef ont fait des déclarations. Tony Blair, le Premier ministre, a déclaré à la télévision du matin : «J'espère que, - maintenant que les gens voient que la situation est quelque peu différente de ce qu'ils ont été amenés à croire, - ils auront la piqûre triple car il est important de le faire» .

Wakefield a tenté de payer d'audace, de publier une déclaration à la suite aux médias. "Il a été proposé que mon rôle dans cette affaire devrait être étudié par le General Medical Council», a-t-il dit le lundi. "Non seulement je l’accueille, je le veux, et je serai en contact avec le GMC personnellement dans la semaine à venir."

Le même jour, un travailleur social pour le régulateur m'a appelé de Manchester. Avais-je un complément d'information? Et deux jours plus tard, à 12 h16 le mercredi, je lui ai envoyé les conclusions de mes recherches. J'ai résumé ce que j'avais dit au personnel de direction de la revue « The Lancet » et ait promis ma coopération, dans l'intérêt public.

Au cours des semaines et des mois suivants, le trafic d’e-mail a ruisselé, en particulier sur le campus du Royal Free. L'ancien doyen, Arie Zuckerman, qui avait connu l'avocat, a dit qu'il était conseillé par la Medical Defence Union. Walker-Smith, que le GMC avait à éclaircir de la malhonnêteté, a déclaré qu'il avait appris de moi les "détails financiers" de Wakefield. Un attaché de presse qui en 1997 avait proposé une conférence de presse pour l’article, a émis des déclarations pour l'hôpital et la faculté, me balayant.

«Je suppose que nous pourrions dire que si vous avez des préoccupations au sujet de la conduite de Brian Deer vous pouvez consulter la Press Complaints Commission », a-t-elle suggéré aux gérants répondant aux plaintes des partisans de Wakefield au sujet de mon accès au dossier du comité d'éthique.

Il y avait aussi un flux de documents internes, visant au comportement avec moi, pas les médecins. "Note d'information re Deer Brian e-mail du 12 Mars 2004 - limité aux questions de fond», s’intitulait un rapport. "Ligne 8. . . Ligne 16-19. . . Ligne 20. . . Ligne 22. . . Ligne 28 ... Ligne 30-35 ... Lignes 30-36 ... En ce qui concerne les questions spécifiques que Brian Deer demande maintenant, les questions sont (a) ... (B) ... (C) ... (D) ... (E )..."

Mais il n'y avait aucun changement de position sur le fond du scandale, que ce soit à l'établissement ou à la revue. Bien que ce soit encore huit mois avant que le GMC ait contacté l'accusé, trois ans avant qu'un "avis d'enquête" formel ait été délivré, et que les journaux avaient abandonné l’espoir de toutes accusations [ ?], les acteurs principaux sont restés figés dans les positions dont ils avaient convenu de février 2004.

En fin de compte, l'audience monstre est allée au fond des questions que j'avais soulevées six ans auparavant. Dans une décision de 143 pages de conclusions contre les trois auteurs, le comité présidé par le médecin généraliste Surendra Kumar, a jugé que la recherche avait été contraire à l'éthique et faussement présentée dans l’article, qui a été rétracté par The Lancet quatre jours plus tard. Murch, qui, au cours de l'audience a répudié sa déclaration de 2004, s'est révélé avoir montré un «aperçu» et n'a pas été radié. Mais Wakefield a été reconnu coupable de quatre chefs d'accusation de malhonnêteté, et Walker-Smith a été condamné pour avoir ordonné des procédures invasives sur les enfants sans motifs cliniques ou approbation éthique.

Dans sa déclaration plus tard à la « Press Gazette », Horton (qui n'a pas répondu à notre demande de commentaires) a dit qu'il se félicitait des résultats. «Nous sommes très heureux du résultat", a-t-il dit. "Malgré bien de débat passé, c'est la première fois qu’une enquête indépendante, officielle par un organisme de régulation reconnu a prouvé ces allégations. Elles sont les bienvenues car elles nous ont donné pleine autorité pour retirer l’article du Dr Wakefield».

Mais ce n'était pas l'humeur de l'éditeur avant le début de l'audience. Un bavardage électronique, une fois de plus, raconte l'histoire. "Le rôle de Brian Deer me laisse perplexe », a-t-il envoyé de son Blackberry à la mère de deux enfants de l’article, deux ans et demi avant qu'il ne prenne la chaise du témoin. "Mon opinion personnelle est que le GMC n’est pas l’endroit pour continuer ce débat. Mais le processus a commencé et il sera impossible de l'arrêter. "
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#10 Message par Jean » mardi 1 mars 2011 à 23:38

les 3 articles du BMJ.
Les secrets de la panique du vaccin.doc
(291.5 Kio) Téléchargé 105 fois
A suivre : l'éditorial du BMJ.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#11 Message par Jean » dimanche 6 mars 2011 à 20:04

et en attendant, quelques photos :
Image
Wakefield (centre) at the press conference to launch the Lancet research
Wakefield (au centre) à la conférence de presse pour annoncer l’article du « Lancet »

Image
Wakefield and his wife Carmel, after whom the doctor named one of his health businesses
Wakefield et sa femme Carmel, après que le docteur ait donné son prénom à une de ses affaires de santé.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#12 Message par Jean » samedi 16 avril 2011 à 19:26

Cet éditorial est l'introduction aux articles qui ont suivi (et qui ont d'abord été traduits).
Editorial - Wakefield’s article linking MMR vaccine and autism was fraudulent
L'article de Wakefield reliant le vaccin ROR à l'autisme était frauduleux
1. Fiona Godlee, editor in chief,
2. Jane Smith, deputy editor,
3. Harvey Marcovitch, associate editor

La preuve manifeste de la falsification des données doit maintenant fermer la porte à cette peur dommageable du vaccin

«La science est à la fois la plus interrogative et . . . la plus sceptique des activités et aussi celle de la plus grande confiance ", a déclaré Arnold Relman, ancien rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, en 1989. "Elle est extrêmement sceptique sur la possibilité d'une erreur, mais totalement confiante quant à la possibilité de fraude." Cela n'a jamais été aussi vrai que pour l'article de 1998 du Lancet qui a impliqué un lien entre le vaccin de la rougeole, des oreillons et de la rubéole (ROR) et un "nouveau syndrome" de trouble de l'autisme et de l'intestin.

Rédigé par Andrew Wakefield et 12 autres personnes, les limites scientifiques de l'article étaient claires quand il est paru en 1998. Comme la peur du vaccin qui s'en est suivi a décollé, les critiques ont rapidement fait remarquer que le document était une petite série de cas sans groupe contrôle, liés à trois conditions communes, et reliés aux souvenirs et croyances des parents. Au cours de la décennie suivante, les études épidémiologiques n'ont jamais trouvé de preuve d'un lien entre le vaccin ROR et l'autisme. Au moment où l'article a été finalement rétracté 12 ans plus tard, après une dissection médico-légale lors de l'audition la plus longue jamais faite sur la pratique au General Medical Council (GMC), peu de gens pouvaient nier que c’était voué à l'échec à la fois scientifiquement et éthiquement. Mais il a fallu le scepticisme diligent d'un homme, situé à l'extérieur de la médecine et de la science, pour montrer que l'article était en fait une fraude élaborée.

Dans une série d'articles à partir de cette semaine, et sept ans après la première recherche sur la peur du ROR, le journaliste Brian Deer montre maintenant l'ampleur de la fraude de Wakefield et la façon dont elle a été commise. S'appuyant sur des entretiens, des documents et des données rendues publiques lors des audiences du GMC, Deer montre comment Wakefield a modifié de nombreux faits au sujet des antécédents médicaux des patients afin de soutenir sa prétention d'avoir identifié un nouveau syndrome, comment son institution, la « Royal Free Hospital and Medical School » à Londres, l'a soutenu quand il cherchait à exploiter pour un gain financier la peur du ROR qui s'en est suivie, et comment les principaux acteurs ont négligé d'enquêter à fond dans l'intérêt public lorsque Deer le premier a fait part de ses préoccupations.

Deer a publié sa première enquête concernant l'article de Wakefield en 2004. Celle-ci révélait la possibilité d'une fraude dans la recherche, d'un traitement d'enfants contraire à l'éthique, et les conflits d'intérêt de Wakefield à travers sa participation à une action en justice contre les fabricants du vaccin ROR. S'appuyant sur ces constatations, le GMC a lancé sa propre procédure qui visait à déterminer si la recherche était éthique. Mais tandis que le comité de discipline examinait les dossiers médicaux des enfants en public, Deer les a comparés avec ce qui a été publié dans le Lancet. Son objectif était maintenant de savoir si la recherche était fidèle.
L'Office of Research Integrity aux États-Unis définit la fraude comme la fabrication, la falsification ou le plagiat. Deer a découvert des preuves claires de la falsification. Il a constaté que pas un seul des 12 cas rapportés dans l'article de 1998 du Lancet n’était exempt de fausses déclarations ou de retouche non révélée, et que dans aucun cas les dossiers médicaux ne pouvaient être pleinement conciliés avec les descriptions, les diagnostics, ou les histoires publiés dans le journal.

Qui a perpétré cette fraude? Il ne fait aucun doute que c’était Wakefield. Est-il possible qu'il avait tort, mais qu’il n’était pas malhonnête : qu'il était si incompétent qu'il a été incapable de décrire le dossier d’une manière acceptable, ou même de signaler l'un des 12 cas d’enfants avec précision? Non. La grande partie de la pensée et de l'effort doit être entrée dans la rédaction de l’article pour obtenir les résultats qu'il voulait : les anomalies conduisaient toutes dans une direction; les fausses déclarations étaient flagrantes. En outre, bien que l'importance des 217 jours de séance du GMC excluait des chefs d’accusation supplémentaires axés directement sur la fraude, le jury l’a reconnu coupable de malhonnêteté concernant les critères d'admission de l'étude, son financement par le Bureau d'aide juridique, et ses déclarations à ce sujet par la suite.

En outre, Wakefield a eu largement l'occasion soit de reproduire les résultats de l’article, soit de dire qu'il s’était trompé. Il a refusé de le faire. Il a refusé de se joindre à 10 de ses co-auteurs en rétractant l'interprétation de l’article en 2004, et a nié à plusieurs reprises avoir fait rien d’incorrect. Au lieu de cela, bien que maintenant déshonoré et dépouillé de ses certificats clinique et académique, il continue à mettre en avant son point de vue.

Pendant ce temps les dégâts pour la santé publique se poursuivent, alimentés par les reportages déséquilibrés des médias et une intervention inefficace du gouvernement, des chercheurs, des revues, et de la profession médicale. Bien que les taux de vaccination au Royaume-Uni ont légèrement repris de leur bas niveau de 80% en 2003-4, ils sont encore en dessous du seuil de 95% recommandé par l'Organisation mondiale de la santé pour assurer l'immunité générale. En 2008, pour la première fois en 14 ans, la rougeole a été déclarée endémique en Angleterre et au Pays de Galles. Des milliers d'enfants au Royaume-Uni sont actuellement sans protection en raison de la panique, et la bataille pour restaurer la confiance des parents dans le vaccin est en cours.

L’effet de la panique sur l'incidence des oreillons reste en question. En cas d'épidémie au Royaume-Uni, aux États-Unis et aux Pays-Bas, le pic de prévalence était dans les 18-24 ans, dont 70-88% avaient été vaccinés avec au moins une dose du vaccin ROR. Toute conséquence d'une chute dans l’utilisation après 1998 ne peut se manifester que dans les cohortes d'enfants affectés ayant atteint l’adolescence. Un indice vient d'une épidémie dans une école d’Essen, en Allemagne, fréquentée par des enfants dont les parents étaient opposés à la vaccination. Sur les 71 enfants infectés par les oreillons, 68 n'avait pas été immunisés.

Mais peut-être aussi important que l'effet de la panique sur les maladies infectieuses est l'énergie, l'émotion, et l'argent qui ont été détournés au détriment des efforts déployés pour comprendre les causes réelles de l'autisme et savoir comment aider les enfants et les familles qui vivent avec.

Il y a pour beaucoup de leçons difficiles dans cette saga très dommageable. Tout d'abord, pour les coauteurs. Le jury du GMC a été clair que c'était Wakefield seul qui avait écrit la version finale de l’article. Ses co-auteurs semblent avoir eu connaissance de ce qu'il faisait sous le couvert de leur nom et de leur réputation. Comme le jury du GMC l’a entendu, ils ne savaient même pas de quel enfant il s’agissait dans le texte et les tableaux anonymisés de l’article. Toutefois, cela ne les absous pas. Bien que seulement deux (John Walker-Smith et Simon Murch) ont été accusés par le GMC, et un seul, l'auteur principal de l’article Walker-Smith, a été jugé coupable d'inconduite, ils ont tous manqué à leurs devoirs en tant qu'auteurs. La satisfaction d'ajouter à son CV ne doit jamais porter atteinte à la responsabilité de veiller à ce que personne ne soit partie pour duper par une fraude. Cela signifie que les co-auteurs devront vérifier la source de données des études plus profondément que beaucoup ne le font actuellement - ou encore de décrire dans la déclaration du contributeur de quels morceaux précisément de la source de données ils assument la responsabilité.

Deuxièmement, les commissions d’éthique de la recherche doivent non seulement examiner les propositions, mais avoir des systèmes pour vérifier que ce qui est fait est ce qui est permis (avec une piste de vérification pour les changements) et travailler à une procédure de gouvernance qui peut imposer des sanctions lorsqu'une publication éventuelle prouve que ce n'était pas le cas. Enfin, il y a des leçons pour le Royal Free Hospital, la revue The Lancet, et l'ensemble de la communauté scientifique. Ceux-ci seront pris en compte dans les articles à venir.

Et les autres publications de Wakefield ? À la lumière de ces nouvelles informations, leur véracité doit être interrogée. L'expérience nous apprend que l'inconduite en recherche est rarement un comportement isolé. Au fil des ans, le « BMJ » et ses revues soeurs « Gut » et « Archives of Disease in Childhood » ont publié un certain nombre d'articles, y compris les lettres et les résumés, de Wakefield et ses collègues. Nous avons écrit au vice-recteur de l'UCL, John Tooke, qui a maintenant la responsabilité de l'ancien établissement de Wakefield, pour demander une enquête sur l'ensemble de son travail afin de décider si plus d’articles doivent être rétractés.

L'article du Lancet a bien sûr été rétracté, mais pour une faute bien plus étroite que celle qui est maintenant évidente. La déclaration de retrait cite les conclusions du GMC suivant lesquelles les patients n'ont pas été adressés consécutivement et l'étude n'avait pas eu l'approbation éthique, laissant la porte ouverte pour ceux qui veulent continuer à croire que la science, si imparfaite qu'elle ait toujours été, est encore debout. Nous espérons qu’en affirmant que l’article est une fraude, cela fermera la porte pour de bon.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#13 Message par Jean » dimanche 7 août 2011 à 15:28

Un bon résumé (le texte semble avoir été publié en février 2009) :
http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/wakefield.html
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19339
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#14 Message par Jean » samedi 10 septembre 2011 à 10:55

Un autre résumé (sur le site de "Sciences et Avenir")
Vaccination et autisme: histoire d'un faux

La fabrication d'un faux: c'est cela que relate un journaliste britannique qui a enquêté sur le travail d'Andrew Wakefield, celui qui en 1998 accusait le vaccin contre la rougeole d'augmenter le risque d'autisme chez les enfants. Une histoire étonnante.

La publication en 1998 d’une étude liant la vaccination ROR avec l’autisme a durablement marqué les esprits, faisant baisser dans certains pays le taux de vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Dans une série publiée par le British Medical Journal, un journaliste qui enquête depuis des années sur cette affaire de santé publique démontre comment l’auteur principal de l’étude, le Britannique Andrew Wakefield, a véritablement fabriqué ses résultats pour parvenir à établir un lien entre la vaccination ROR et un nouveau syndrome associant troubles intestinaux et problèmes de développement chez l’enfant.

Rétraction en deux temps

Certes, l’article publié par Wakefield dans le Lancet a été officiellement retiré l’année dernière par l’éditeur du fameux journal médical, après une première rétractation des autres signataires en 2004. Wakefield et un autre auteur, Wake-Smith, ont été interdits d’exercice de la médecine en Grande-Bretagne. De nombreuses études ont montré que les résultats n’étaient pas reproductibles et que l’hypothèse d’une épidémie de cas d’autisme liée à la vaccination n’était étayée par aucune donnée.

Malgré cela, lire le premier épisode de la série écrite par le journaliste Brian Deer est édifiant. Il charge encore plus lourdement Andrew Wakefield que la commission d’enquête du Conseil de l’ordre des médecins britannique, montrant comment celui qui exerçait au Royal Free Hospital de Londres a tordu et falsifié les données.

Conflit d’intérêt

A la source, il y a un conflit d’intérêt majeur. Deux ans avant la publication du papier, Wakefield avait été embauché par un avocat, Richard Barr, pour préparer un procès contre des fabricants du vaccin contre la rougeole. La plupart des coauteurs de l’étude l’ignorent. Avant même le début de l’étude, les deux hommes expliquaient dans un document que des enfants vaccinés souffraient d’un syndrome d’entérocolite autistique. Le travail de Wakefield associe des problèmes intestinaux avec un autisme dit "régressif".

Le recrutement des 12 enfants concernés par l’étude ne respecte pas les règles éthiques en vigueur (ce qui a en partie motivé la rétraction par The Lancet). De son côté Brian Deer relate que certains parents sont orientés vers le service de Wakefield par des militants anti-vaccination.

Description médicale modifiée

Vient ensuite la distorsion des données : en comparant la description de cas dans l’étude avec les dossiers médicaux des enfants que le Conseil de l’ordre s’est procurés, Deer montre que les faits sont altérés. Des problèmes antérieurs à la vaccination ne sont pas rapportés ; les délais avant l'apparition des symptômes sont modifiés. Le papier ne précise pas non plus que deux garçons sont frères et que l’un a un syndrome d’Asperger (une forme d’autisme), etc..

Quant au délai moyen entre le vaccin et l’apparition des symptômes, il change au fil des versions de l’article. De quatre mois maximum d’après les rapports des parents, il passe à 56 jours (en ne tenant compte que d’un certain nombre de cas), puis à 14 jours, puis finalement à 6,3 jours pour la version publiée. Selon Brian Deer, c’est Wakefield qui finalise l’article, sans que les co-auteurs aient la main sur le résultat final.

Questions

Cette affaire suscite de nombreuses questions. On peut se demander comment 12 co-auteurs ont laissé faire Wakefield. Comment ce papier, d’emblée marqué par des failles méthodologiques et la petitesse de sa cohorte, a pu passer le filtre de la relecture par les pairs d’une revue comme The Lancet. On peut s’interroger sur le temps et l’argent investis par d’autres à tenter de reproduire ou de vérifier ces conclusions (cf cette synthèse en français). Et sur les conséquences, en termes de santé publique, sur la baisse du nombre d’enfants vaccinés suite aux inquiétudes profondes créées par l’étude de Wakefield.

Cécile Dumas - Sciences et Avenir.fr - 07/01/11
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

Re: Les secrets de la panique du vaccin ROR - Brian Deer

#15 Message par Murielle » mercredi 30 mai 2012 à 11:54

Le sujet n'est pas clos et surtout pas si simple...Les avis divergent et ce qui s'est passé à ce tribunal en est la preuve:
http://www.initiativecitoyenne.be/artic ... 29856.html
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Répondre