Conseils et ressources pour l'emploi

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#796 Message par Benoit » jeudi 22 novembre 2018 à 17:07

Je comprends ça comme la façon dont notre bon président explique qu'il faut "inclure" tous les handicapés, travail (imposé) ou plus d'aides.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 312
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#797 Message par Controleur » vendredi 23 novembre 2018 à 7:15

Le PDG d'andros veux dire tout simplement à ses homologues du patronnat d'arréter de considérer un travailleur autiste comme un incapable quand il regarde le cv, la lettre de motivation et l'entretien d'embauche mais comme quelqu'un qui a des aptitudes pour exercer un emploi.

Si il fallait interdire de tous les métiers toutes les personnes avec une dysphasie, une dyslexie, une dyspraxie, des troubles de l'humeurs, de l'attention bref toute chose qui implique qu'ils soient perçus comme hors moule bah ça ferait beaucoup beaucoup de monde à qui faudrait payer des indemnités et des allocations handicap.

Le PDG d'andros me l'as dit en personne le jour du salon de l'autisme en france, le même ou notre premier ministre et edouard philippe sont venus: c'est un choix délibéré de sa part donc de son groupe de se focaliser sur cette partie des autistes.

Bonne idée que des gradés de la grande muette aillent voir ce qui se fait en israël , jusqu'à présent au sein de la grande muette, la politique vis à vis de l'autisme c'était surtout des emplois civils pas d'emplois militaires impliquant tests sportifs, tests au tir et formation à l'école avec des manoeuvres à faire .

L'autisme touche d'ailleurs les familles des militaires eux mêmes voir même des policiers. A quand une opération conjointe avec les syndicats de la police nationale pour que l'autisme ne soit plus un facteur de recalage pendant le concours?
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19618
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#798 Message par Jean » mercredi 24 avril 2019 à 19:39

letelegramme.fr
Vannes - Vannes. Autisme et travail. Un gisement pour les entreprises
Sophie Paitier
Publié le 24 avril 2019 à 17h33
Image
Thibault (au centre), entouré de son patron, François Cartron (à gauche) et de son collègue, Vincent. (Le Télégramme/Sophie Paitier)

Embaucher un salarié atteint d’autisme, François Cartron, boulanger-pâtissier, n’y aurait pas pensé il y a dix ans. Mais ça, c’était avant. Avant Thibault. Le jeune homme travaille depuis 2010 dans l’entreprise. Pour son plus grand bonheur, celui de son patron et de ses collègues boulangers.

François Cartron est catégorique. La présence de Thibault dans son entreprise de pâtisserie boulangerie est une richesse. Embaucher un salarié souffrant de Trouble du spectre autistique (TSA) ne lui aurait pas effleuré l’esprit, avant que le papa de Thibault ne lui demande de prendre son fils en apprentissage, il y a dix ans. Thibault est autiste et atteint d’un léger handicap moteur. François Cartron le reconnaît aujourd’hui : « Je ne connaissais pas le handicap. Mais son papa (NDLR décédé depuis) était professeur de charcuterie au CFA de Vannes et on s’y croisait souvent ». François accepte de dépanner son collègue artisan, non sans, reconnaît-il encore, une certaine appréhension. « Je me demandais si ça n’allait pas troubler le poste de travail. Quand Thibault a commencé chez nous, il avait du mal à parler, avait un problème de préhension. Ça n’était pas facile pour prendre les sacs de farine ou les cartons de beurre. J’avais des inquiétudes pour l’intégration dans l’équipe ».

«
Au fur et à mesure du temps, on l’a vu progresser. On a pris beaucoup de plaisir à le voir évoluer et on est très satisfait de son travail
».

La boulangerie Cartron, c’est une quarantaine de salariés, répartis sur cinq sites, que François gère avec son frère Dominique. Il y a les deux sites de Vannes : la boulangerie-pâtisserie de la rue Saint-Vincent et celle de la zone du Poulfanc, où est situé le laboratoire qui alimente tous les points de vente. Et deux autres points de vente, à Auray et Saint-Avé. Une entreprise qui tourne bien. « On l’a d’abord pris en stage, pour l’aider à repasser son CAP, en se disant, si ça marche on le garde », se remémore François. « Ça a marché. Quand il l’a décroché, on l’a gardé. Au début, on a eu la chance d’avoir un salarié, Yves, parti en retraite depuis, qui avait une grande sensibilité vis-à-vis du monde du handicap. Le lien a été facilité. Yves l’a pris en charge. Les craintes se sont levées petit à petit. Il est à la fabrication des pâtes : feuilletées, brioches, pain au lait, viennoiseries… Il est très attentif. Au fur et à mesure du temps, on l’a vu progresser. On a pris beaucoup de plaisir à le voir évoluer et on est très satisfait de son travail ».

«
Parfois, j’ai peur de ne pas y arriver. J’en parle avec mes collègues et souvent je me reprends de moi-même »
.

Entre deux pâtons, dans le laboratoire du Poulfanc, Thibault parle de son métier avec enthousiasme et toujours avec un sourire radieux. « J’aime bien être au début de la fabrication, pétrir la pâte, mettre les pains de mis dans les moules. Je le fais tout seul. Je commence à 5 h et je travaille jusqu’à midi. Parfois, j’ai peur de ne pas y arriver. J’en parle avec mes collègues et souvent je me reprends de moi-même. Les gens ici sont bienveillants. On m’encourage et on me tire vers le haut ».

Pour François Cartron, employer une personne autiste, « c’est une richesse dans l’environnement de l’équipe, qui doit adapter son discours. Sa présence favorise la cohésion. Il y a les discussions au café le matin. Tout le monde rigole, lui le premier. Il a une mémoire d’éléphant et est passionné de sport. Il est imbattable sur les scores des équipes de foot. Même si ça n’a pas toujours été très facile au début, on a reçu l’aide de psychologues qui le suivaient. En cas de problème, on en discutait avec l’équipe, juste dix minutes, en fin de travail. C’était un défi. Et c’est très gratifiant d’être arrivés à ce résultat-là ».
Image

Thibault aime préparer les différentes pâtes de boulange. Il faut être précis et méticuleux : des qualités que lui confère son handicap.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19618
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#799 Message par Jean » lundi 20 mai 2019 à 14:46

ESAT et autisme - mission IGF/IGAS - 4ème plan

Les ministères ont confié à l'Inspection Générale des Finances (IGF) et à l'IGAS (Inspection générale des Affaires Sociales)une mission concernant les ESAT.. Sans poser la question de la place de l'autisme dans les ESAT. Image
Le 4ème plan autisme est également plutôt léger sur la question, malgré le nombre de personnes concernées.Image
Remarques et propositions.
  • il y a beaucoup d'adultes autistes dans les ESAT ;
    il est nécessaire de les identifier pour améliorer leur accompagnement ;
    les ESAT doivent apprendre à s'adapter aux capacités cognitives, sociales et sensorielles de leurs usagers autistes ;
    les emplois peuvent être diversifiés ;
    il y a des possibilités d'évolution vers le milieu ordinaire ;
    il faut créer un dispositif pour impulser l'évolution des emplois proposés, tant en milieu ordinaire qu'en milieu spécialisé.

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... -4eme-plan
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Répondre