Conseils et ressources pour l'emploi

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#31 Message par Benoit » jeudi 15 décembre 2011 à 22:07

Jean a écrit :en tout cas, çà ne vient pas de Benoît. Le premier (stimulis)est dans l'original, le deuxième provient de l'OCR et m'a échappé. :hotcry:
C'est pour ça que je le relève. (Merci d'avoir nettoyé les self-insertions dans mon texte).

Edition: stimuli est quand même bien orthographé deux fois sur trois.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#32 Message par Jean » samedi 17 décembre 2011 à 12:35

Sur le même sujet, une présentation faite au comité technique régional autisme Bretagne le 13 décembre.
PrésentationCTRA3.pdf
26 diapos - 558 Ko
(557.75 Kio) Téléchargé 149 fois
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
meï
Forcené
Messages : 4903
Enregistré le : lundi 9 août 2010 à 22:08
Localisation : Bretagne

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#33 Message par meï » samedi 17 décembre 2011 à 12:58

très bien fait ce document, bravo!.. :bravo:
Maman 1973 ( Aspie, hpi, diag CRA 2012) de 4 enfants (tsa, hpi, trans.)
https://cieharmonieautiste.jimdo.com/

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#34 Message par Jean » mercredi 11 janvier 2012 à 20:47

Publié sur le site de l'Université du Missouri
Employment Expert Says Job Seeking Will Not Work for Autism
Un expert de l'emploi dit que la recherche de travail ne fonctionne pas pour l'autisme

Traduit d'Autism Works, Novembre 2010
Extraits :

Au lieu de cela, Griffin propose un modèle appelé Emploi Personnalisé [Customized]. Cette approche commence par construire un profil approfondi des connaissances de la personne avec autisme (ou autre handicap), en définissant les "conditions idéales d'emploi" pour cette personne en particulier, et ensuite par attirer l’intérêt d’employeurs potentiels – en se fondant sur des négociations qui révèlent les avantages que l'embauche d'une personne spécifique aura pour les deux parties.

«Nous devons exploiter les conditions et fournir l’équipement pour les entreprises avec opportunités d'emploi», commente Griffin. Cela consiste à examiner quels sont les besoins de ressources, de fournitures et de services des entreprises locales et comment l'individu en particulier pourrait les fournir. Griffin propose souvent différents types de travail autonome comme des solutions personnalisées d'emploi. Et son approche réalise de grands succès.

Un exemple qu'il montre est celui d'un jeune homme autiste nommé Jason. Jason dirige une entreprise de stérilisation de serviettes qui dessert les salons de coiffure locaux, salons de bronzage, et salons de beauté dans une région métropolitaine importante. En utilisant le modèle d'emploi personnalisé, l'équipe d’assistance de Jason a d'abord défini les "conditions idéales d'emploi" pour une compréhension claire de ce que serait le travail de Jason. Le père de Jason est coiffeur, ce qui a contribué à affiner la conception des affaires. Aujourd'hui Jason n'a pas seulement une entreprise florissante, il a aussi un employé à temps partiel qui fait des livraisons et des ramassages avec Jason, et qui gère les ventes. Jason n'a pas seulement trouvé un emploi, il a aidé les entreprises localesà être rentables et a créé un emploi pour quelqu'un d'autre.

Dans un autre exemple, un jeune homme autiste nommé James a de solides compétences en informatique, mais vit dans une zone rurale. L’Équipe d’assistance de James a noté qu’il y avait une société moyennement grande avec de nombreux petits bureaux dispersés à travers la zone rurale. Chaque bureau avait besoin d'une personne pour le soutien technique informatique, mais la compagnie ne pouvait pas se permettre d'avoir quelqu'un sur place dans tant de bureaux. James répond maintenant à ce besoin en fournissant des diagnostics d’ordinateur à distance. Quand un employé de la société a un problème, il ou elle appelle James. James prend le relais de son ordinateur via Internet, diagnostique le problème en utilisant un logiciel spécialisé, et corrige le problème ou envoie un autre membre de l'équipe pour effectuer la réparation.

Griffin affirme que ces approches personnalisées - à la fois individualisées de la personne avec autisme et des besoins des entreprises locales -, sont la meilleure solution pour l'emploi:
  • «L'approche traditionnelle de développement d'emplois, c'est comme le commerce de détail - à la recherche d'emplois qui existent déjà et sont sur des étagères. C'est comme si vous disiez : " Je veux acheter une boîte d'emplois. " Cela ne fonctionne pas bien. Pour un emploi réellement efficace, les emplois devront être hors grille. Ce devra être quelque chose qui correspond aux besoins et aux compétences que chaque personne autiste peut apporter au poste. "
Grâce, en partie, aux quelque 25 projets de conseil de la société Griffin, cette approche personnalisée de l'emploi se répand à travers le pays.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#35 Message par Jean » lundi 30 avril 2012 à 11:46

Traduction de fiches d'information publiées sur le site de la Image
Fiches d'information pour les employeurs
Emploi: conseils pour un entretien avec des gens avec autisme et syndrome d'Asperger
Traduction
Les gens avec autisme ou syndrome d'Asperger réussissent dans un environnement structuré et bien organisé et ont de nombreux atouts qui sont avantageux pour un employeur, comme l'exactitude, l’œil pour le détail, la fiabilité et l'application méticuleuse des tâches de routine.

Recruter quelqu'un avec un TSA
Traduction
En tant qu'employeur, vous pouvez ne pas réaliser que les personnes ayant certains troubles du spectre autistique (TSA) peuvent être hautement compétentes et qualifiées, et être extrêmement employables. Cette section explique les avantages d'employer une personne atteinte d'un TSA, et offre des conseils pour le recrutement et les entrevues.

Fiche d'information pour l'employeur: Qu'est-ce qu'un trouble du spectre autistique?
Traduction
Travailler avec quelqu'un avec un trouble du spectre autistique (TSA) peut être source de confusion si vous ne comprenez pas comment la condition les affecte. Cette fiche d'information explique ce qu'est un TSA.

Fiche d'information pour l'employeur: Encadrer une personne avec TSA
Traduction
Travailler avec quelqu'un avec un trouble du spectre autistique (TSA), y compris le syndrome d'Asperger, peut être une expérience enrichissante, mais elle peut aussi présenter certains défis. Cet article explique comment les éviter ou surmonter les difficultés, afin d'assurer des relations de travail agréables et efficaces.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#36 Message par Jean » lundi 30 avril 2012 à 11:49

Fiche d'information pour l'employeur: Qu'est-ce qu'un trouble du spectre autistique?
Source : National Autistic Society

Travailler avec quelqu'un avec un trouble du spectre autistique (TSA) peut être source de confusion si vous ne comprenez pas comment la condition les affecte. Cette fiche d'information explique ce qu'est un TSA, et offre quelques conseils pratiques pour vous aider à comprendre et à mieux communiquer avec un collègue avec TSA.

Que veut dire «trouble du spectre autistique»?

Les Troubles du spectre autistique (TSA) sont le nom pour une série de conditions qui influent sur la façon dont une personne voit le monde, traite l'information et interagit avec d'autres personnes.

Les personnes atteintes d'un TSA ont généralement de la difficulté à développer des relations sociales, de communiquer avec les autres et de penser dans l'abstrait. Souvent, la condition est presque imperceptible, et les gens peuvent ne pas être diagnostiqués jusqu'à ce qu'ils soient dans la vingtaine, la trentaine ou la quarantaine.

Les TSA sont appelés troubles envahissants du développement, qui affectent toutes les parties de la vie d'une personne. Dans le lieu de travail, même lorsque leurs qualifications et leurs niveaux de compétence sont parfaitement adaptés à l'ouvrage concerné, une personne TED peut avoir des difficultés pour des interactions avec des collègues, et cela peut affecter sa capacité à occuper un emploi.

Le TSA est un spectre, ce qui signifie qu'il peut varier de difficultés à peine perceptibles à un handicap sévère. Les diagnostic portés sur le spectre autistique sont variés et comprennent:
  • - L'autisme classique: certaines personnes atteintes d'autisme ont une déficience d'apprentissage qui l'accompagne, qui est habituellement définie comme ayant un QI inférieur à 70
    - Le syndrome d'Asperger: les personnes atteintes du syndrome d'Asperger ont souvent des niveaux moyens ou supérieurs à la moyenne de l'intelligence, et sont souvent très instruits, mais ils peuvent éprouver d'importantes difficultés sociales
    - l’autisme de haut niveau: ce terme est souvent utilisé de façon interchangeable avec le syndrome d'Asperger.
Les TSA traversent les barrières culturelles et linguistiques. Ils touchent environ six fois plus les hommes que les femmes, et les gens trouvent parfois que les difficultés sociales vécues par les femmes atteintes de la condition sont moins perceptibles.

Les personnes atteintes de TSA sont plus susceptibles que la population générale d'avoir des problèmes qui accompagnent telles que la dyslexie (difficulté avec la lecture, l'orthographe et / ou l’écriture), la dyspraxie (difficulté sévère avec les tâches nécessitant des habiletés motrices fines telles que le dessin ou l'écriture) et des problèmes digestifs. Ils sont également vulnérables pour développer des problèmes de santé mentale comme la dépression et l'anxiété.

Quelles sont les causes de TSA?

Les causes des TSA sont encore à l'étude. De nombreux experts estiment que le style de comportement à partir duquel un TSA est diagnostiqué ne peut résulter d'une cause unique. Il existe des preuves pour suggérer que les TSA peuvent être causés par une variété de facteurs physiques, qui tous affectent le développement du cerveau. Les TSA ne sont pas dus à une carence affective ou à la façon dont une personne a été élevée.

Il existe des preuves pour suggérer que les facteurs génétiques sont responsables de certaines formes de TSA. Un TSA est susceptible d'être causé par plusieurs gènes qui interagissent plutôt que par un seul gène. Depuis quelques années, les scientifiques ont tenté d'identifier les gènes qui pourraient être impliqués dans les TSA.

Quelles sont les caractéristiques générales d'une personne atteinte d'un TSA?

Chaque personne ayant un TSA a des dons individuels, des points forts et des difficultés, comme tout le monde. Toutefois, une personne sera diagnostiquée comme ayant un TSA si, à un degré plus ou moins grand, elle montre une partie de toute une sériee de caractéristiques typiques. Les trois domaines dans lesquels les personnes TED font souvent l’expérience de difficultés sont dans la communication sociale, l'interaction sociale et l'imagination sociale généralement connues sous le nom de la « triade des déficiences ».
  • La communication sociale

    La personne peut interpréter le langage d'une manière littérale, peut avoir de la difficulté à interpréter les termes idiomatiques telles que «Elle doit avoir des yeux derrière le crâne», et ne peut pas savoir quand quelqu'un plaisante ou est sarcastique.

    Ils peuvent avoir un langage officiel ou guindé, ou une voix d'un ton monotone.

    Une personne avec TED ne peut pas percevoir la communication non verbale comme les gestes, les expressions faciales ou le ton de la voix, ou elle peut les interpréter mal. Ils peuvent aussi ne pas reconnaître les émotions, motivations ou attentes des autres personnes. En particulier, ils ignorent peut-être des règles tacites de comportements tels que savoir instinctivement ce qu'il pourrait être considéré comme impoli de parler de certaines choses. Ils peuvent également trouver qu'il est difficile de maintenir un contact visuel.

    L'interaction sociale

    La personne peut trouver qu'il est difficile de former ou de maintenir des amitiés.

    Ils peuvent avoir du mal avec certaines situations sociales et à faire la conversation.

    Ils peuvent ne pas remarquer que la personne à qui ils parlent ne s'intéresse pas à ce qu'ils disent.

    L'imagination sociale

    La personne peut se sentir plus à l'aise avec les faits qu’à imaginer des situations hypothétiques (si?), ou à penser d'une manière abstraite ou conceptuelle.

    Ils peuvent trouver difficile de se mettre dans la peau d'autres personnes et de comprendre les perceptions ou points de vue des autres.

    Leurs points forts peuvent se trouver à suivre des procédures ou des routines plutôt qu’à faire face spontanément à des situations.

    Ils peuvent avoir une gamme étroite d'intérêts.

    Autres éléments

    La personne peut également être sensible au bruit, à l'odeur, au goût ou au toucher.

    Ils peuvent devenir anxieux, si une routine ou un processus est interrompu.

    Ils peuvent avoir des intérêts spéciaux comme un passe-temps auquel ils s’intéressent de façon obsessionnelle.
La liste ci-dessus donne un aperçu des diverses difficultés que les gens qui découvrent des TSA. Cependant, il est important de rappeler que chaque individu avec un TSA aura un mélange unique d’éléments, et que l'ensemble de ce qui précède ne sera pas présent. Ces éléments seront combinés avec toutes les caractéristiques habituelles qui contribuent à la personnalité de quelqu'un. Chaque individu est différent. Il est donc important d'être conscient de ce que la condition signifie pour eux, et de les traiter selon leur propre mérite.

Quelles sont les forces que peut avoir quelqu'un avec un TSA ?

Avoir un TSA peut causer à une personne quelques problèmes dans certaines domaines, mais les
caractéristiques associées aux TSA signifient qu’il y a certaines choses qu'ils peuvent être en mesure de faire mieux que d'autres personnes. De nombreuses personnes atteintes d'un TSA, particulièrement celles avec le syndrome d'Asperger, sont intelligentes, avec des niveaux de QI élevé.

Les collègues de personnes avec TED ont décrit une variété de points forts, qui comprennent souvent:
  • Ø la précision ;
    Ø l’œil pour le détail et la fiabilité ;
    Ø une excellente mémoire des faits et des chiffres ;
    Ø la capacité à réussir dans un environnement de travail structuré, bien organisé.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#37 Message par Jean » mardi 1 mai 2012 à 9:20

fin de la fiche d'information :
Histoire de Joseph

Quand les gens rencontrent pour la première fois Joseph, ils ne se rendent souvent pas compte qu'il a des difficultés. Joseph voulait désespérément s'intégrer à l'école, et se sentait frustré parce qu'il ne pouvait pas participer à certaines activités sociales. Il n'a jamais été pris pour les équipes scolaires, et ne savait pas comment s’y joindre dans la cour de récréation. Cependant, il était très bon en maths et en informatique, a obtenu de bonnes notes au certificat général de l'enseignement secondaire avec le niveau A, et il se trouve qu'il pouvait amuser ses pairs avec son excellente mémoire pour les blagues.

À 18 ans, Joseph a reçu un diagnostic de syndrome d'Asperger. Il a ensuite été diagnostiqué avec dyspraxie et souffre aussi de dépression. Quand il a passé à l'âge adulte, Joseph a trouvé qu'il est difficile d'étudier à la fac, jusqu'à ce qu'il lui soit donné un certain soutien spécialisé. Il a trouvé qu'il est difficile de trouver un emploi jusqu'à ce qu'il ait reçu une formation spéciale en techniques d'entretien et, une fois qu'il a obtenu un emploi, il avait besoin d'aide pour organiser sa journée de travail. Ce soutien lui a ouvert beaucoup plus d’opportunité et ses employeurs l'ont trouvé assidu au travail et très efficace, avec un grand souci du détail.

Conseils: communiquer efficacement avec quelqu'un atteint de TSA

Prendre des mesures pour comprendre les TSA et faire en sorte que les autres membres du personnel qui travaillent avec eux les comprennent aussi, si la personne avec TSA consent à la divulgation peut augmenter considérablement leurs chances de succès dans le milieu de travail.

Si la personne avec TSA répond d'une manière qui semble inappropriée ou insensible, rappelez-vous que ce n'est pas délibéré. Il peut être utile d’expliquer en douceur ce qu'une réponse plus appropriée pourrait être dans une situation similaire.

Rappelez-vous que la personne peut avoir à travailler plus dur que d'autres à des aspects sociaux de son travail, et il peut être difficile de faire la conversation. Assurez-vous que les autres membres du personnel sont au courant de cela (si la personne consent à ce que cela leur soit dit) et encouragez-les à engager de manière proactive la personne dans la conversation.

Si la personne ne rit pas aux blagues des gens ou ne participe pas aux plaisanteries au travail, cela ne signifie pas nécessairement qu'elle n'a pas le sens de l'humour. Les personnes ayant un TSA souvent interprètent le langage très littéralement, ce qui peut rendre difficile pour eux de comprendre l'humour tel qu’un jeu de mots ou un sarcasme.

Essayez de traiter la personne comme un individu, en se concentrant sur ses forces, ses capacités et compétences, et d'éviter les hypothèses au sujet de son rendement probable parce qu'il a un TED. De nombreuses personnes atteintes de TSA réussissent dans des emplois exigeant des compétences relationnelles, y compris les réceptionnistes, les guides touristiques ou les éducateurs.

Rappelez-vous que ce ne sont pas seulement les personnes ayant un TSA qui se débattent avec la communication et les relations sociales - nous trouvons tous ces choses difficiles à certains moments. C'est juste que les personnes ayant un TSA sont plus susceptibles de trouver ces situations plus difficiles, surtout si elles se sentent stressées. Mais rappelez-vous que nous avons tous mal lu des indices, mal jugé ce qui est la «bonne» chose à dire, ou été mal à l'aise dans certaines situations sociales, et nous avons tous besoin de soutien de temps en temps.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#38 Message par Jean » mardi 1 mai 2012 à 22:01

Managing someone with an ASD
Encadrer une personne avec TSA

Travailler avec quelqu'un avec un trouble du spectre autistique (TSA), y compris le syndrome d'Asperger, peut être une expérience enrichissante, mais elle peut aussi présenter certains défis. Cet article explique comment les éviter ou surmonter les difficultés, afin d'assurer des relations de travail agréables et efficaces.

Conseils: éviter les malentendus en sensibilisant

Il peut y avoir des occasions où des problèmes se posent pour la personne - en particulier dans les interactions sociales, où la communication peut tomber en panne. Si vous avez connaissance d’un de ces problèmes, essayez de les traiter rapidement et avec tact, et de mettre les collègues au courant de la possibilité d’un malentendu.
  • - Si la personne semble à l'écart ou inintéressant à parler à des collègues, ou dit souvent la «mauvaise» chose, souvenez-vous (et, le cas échéant, rappelez-le aux collègues) que ce n'est probablement pas volontaire et que c’est susceptible d'être dû à des difficultés de communication de la personne.

    - Si la personne essaie trop fort de s'intégrer et irrite ses collègues, en paraissant «s’immiscer» dans une conversation, soyez patient, et expliquez les limites, si nécessaire. Rappelez-vous que le renforcement des limites peut ne pas être simplement nécessaire pour la personne atteinte d'un TSA – on peut également avoir besoin de rappeler à d’autres membres du personnel que leurs attitudes peuvent avoir un fort impact sur le rendement au travail de leur collègue avec TSA.

    - Si la personne devient anxieuse pour une raison quelconque, essayez de trouver ce qui cause le problème. Des séances seul à seul sont probablement la meilleure situation pour le faire. Vous devrez peut-être avoir une approche originale. Par exemple, le stress peut ne pas être causé par une difficulté dans le travail, mais par un collègue qui n’est pas explicite dans les instructions, par des choses qui ne fonctionnent pas efficacement (comme un ordinateur en panne), ou par des difficultés à se rendre au travail. Essayez de penser autour du problème immédiat peut aider, ainsi que poser au salarié des questions spécifiques (mais pas envahissantes) pour essayer d'atteindre la racine du problème.
Le Handicap et la loi

Les adaptations décrites dans cet article seraient considérés comme des « aménagements raisonnables », que les employeurs sont tenus de faire en vertu de la Loi sur l'égalité de 2010 [Equality Act 2010]. Pour plus d'informations, sur cette Loi, veuillez consulter le bureau gouvernemental de l’égalité et la Commission des droits de l’homme et de l’égalité.

Quels sont les défis que doit affronter une personne avec TSA?

Les personnes atteintes de certains troubles du spectre autistique (TSA), tels que le syndrome d'Asperger, sont souvent qualifiées pour le travail, et beaucoup sont employées avec succès dans des rôles allant de comptable à adjoint administratif, de journaliste à statisticien. Toutefois, afin de parvenir à ces succès, ils ont besoin de surmonter certaines difficultés - en particulier dans les trois domaines suivants:
  • - la communication sociale
    - l'interaction sociale
    - l'imaginaire social.
Ils peuvent aussi avoir quelques difficultés à adapter leurs compétences et connaissances existantes à de nouvelles tâches ou environnements. Ces difficultés peuvent rendre l'environnement de travail difficile pour que la personne s’en occupe. Elles peuvent aussi causer des malentendus avec les autres membres du personnel - en particulier parce que le TSA est une condition «invisible». Si le personnel n’est pas familier avec les formes que peut prendre un TSA, il peut mal interpréter le comportement de la personne comme grossier, insensible ou hostile. Cependant, les bonnes nouvelles sont qu'il y a beaucoup de façons simples de faire en sorte que la personne bénéficie de l'appui dont elle a besoin et d'assurer de bonnes relations de travail positives.
« J'ai du mal à détecter les indices sociaux, et de la difficulté à savoir quoi faire quand je me trompe. »
Personne avec TSA
Comment pouvons-nous aider à surmonter ces défis?

Il y a deux types d'activités que les employeurs peuvent réaliser pour aider à surmonter les défis auxquels un employé avec un TSA devra faire face:

Les activités formelles - Le soutien formel proposé va des accompagnateurs [joab coach] aux initiatives financées par l'Etat visant à aider pour les coûts supplémentaires tels que des aménagements dans le lieu de travail. Prospects Employment Service peut fournir plus d'informations sur toutes les options disponibles.

Les activités informelles - En plus de fournir un soutien formel, vous pouvez faire beaucoup dans votre entreprise pour aider à vous assurer que la communication est claire et que le soutien nécessaire est à portée de main. Beaucoup de ces activités sont extrêmement simples et faciles à fournir, et sont détaillées plus loin dans cet article.

Comment pouvons-nous assurer que tout fonctionne bien?

Assurez-vous que les instructions sont concises et précises. Essayez de donner à la personne des instructions claires dès le départ sur comment exactement mener à bien chaque tâche, du début à la fin, car cela permettra de jeter les bases pour de bonnes pratiques de travail. Ne présumez pas que la personne va déduire une signification des instructions informelles - par exemple, plutôt que de dire «donnez à chacun une copie de cela», dire «Faites trois photocopies de cela, et donnez-en une à chacun : Sam, Mary et Ahmed». Vous pouvez également choisir de fournir des instructions écrites. Il peut être utile de demander à la personne de répéter les instructions pour être sûre qu'elle a compris.

Assurez-vous que l'environnement de travail est bien structuré. Certaines personnes avec TSA ont besoin d'un environnement de travail assez structuré. Vous pouvez les aider en travaillant avec eux pour prioriser les activités de l'entreprise, en organisant les tâches dans un calendrier pour les activités quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles, et en découpant les grandes tâches en petites étapes. Certaines personnes apprécieront des informations précises sur les délais de début et de fin, et seront aidées en entrant dans une routine avec des pauses et les déjeuners.

Clarifiez les attentes de l'emploi. Vous devrez peut-être être plus explicite au sujet de vos attentes pour un membre du personnel avec un TSA. Comme la description du poste, vous avez besoin d'expliquer l'étiquette et les règles non écrites du milieu de travail. Faites bien comprendre que toutes les adaptations pour eux dans le lieu de travail sont là pour les aider à continuer à faire leur travail, et non pas parce qu'ils ne sont pas assez bons.

Fournissez un feedback délicat mais direct. Les personnes atteintes de TSA ont souvent du mal à capter les indices sociaux, alors assurez-vous que votre feedback est honnête, constructif et cohérent. Si la personne remplit une tâche de manière incorrecte, ne faites pas allusion, ou implicitement, à un problème - au contraire, expliquez avec tact, mais clairement pourquoi c’est incorrect, vérifiez qu'il a compris, et exposez exactement ce qu'il doit faire à la place. Soyez conscient du fait que la personne peut avoir une faible estime de soi ou l'expérience d'être victime harcèlement, de sorte que toute critique est délicate, et donnez un feedback positif le cas échéant.

Examinez régulièrement la performance. Comme avec n'importe quel employé, les cadres hiérarchiques devraient avoir régulièrement un tête-à-tête avec la personne pour discuter et examiner les performances et donner des commentaires généraux et des suggestions. Dans l’encadrement d'une personne avec TSA, des examens fréquents, brefs , peuvent être mieux que des séances plus longues à des intervalles moins fréquents.

Aidez les autres membres du personnel à être plus conscients. L'expérience montre que si la personne avec TSA consent à ce que sa condition soit divulguée, alors fournir aux collègues de l'information et des conseils sur les TSA peut profiter aux deux parties. Parfois, un employé avec TSA peut trouver utile de rédiger un document pour les autres salariés expliquant comment son TSA l’affecte et quel genre de choses il trouve difficile. Vous pouvez choisir de distribuer quelques fiches du Prospects Employment Service ou d'autres ressources à votre personnel, ou lui fournir une formation sur les questions liées au handicap en général, ou plus précisément sur les TSA. Prospects peut vous y aider.

Offrez formation et suivi. Quand une personne avec TSA commence un travail ou prend de nouvelles responsabilités, une formation claire et structurée est inestimable. Cela peut être assuré de façon informelle sur le tas, par un cadre, des collègues ou un mentor, ou peut prendre la forme d'une formation plus formelle. Diverses organisations et programmes offrent des accompagnateurs, et le financement de ce type de formation peut être disponible auprès du ministère du Travail et des Pensions.

En plus de la formation, la personne peut bénéficier d'un mentor ou d’un camarade sur le lieu de travail - un collègue empathique auquel il peut s’adresser s’il se sent stressé, anxieux ou confus. Avoir quelqu'un vers qui la personne peut se tourner dans les moments de stress peut aider à tuer tous les problèmes dans l'œuf, et est une expérience précieuse pour le mentor aussi.

Rassurez dans des situations stressantes. Les personnes avec TSA peuvent être très méticuleuses, et peuvent devenir anxieuses si leur performance n'est pas parfaite. Cela signifie qu'ils peuvent devenir très stressés dans une situation comme une panne informatique. Vous pouvez aider en donnant des solutions concrètes à ces situations - par exemple, en expliquant: «Si le photocopieur se casse, utilisez celui du troisième étage." De même, rassurez la personne sur le fait que si elle arrive parfois en retard à cause de problèmes de transport ou d'autres facteurs inévitables, ce n'est pas un problème.
« J'ai une excellente mémoire des faits et des chiffres, par exemple, les plaques d'immatriculation et les calendriers. Je n'ai jamais besoin de noter les numéros de téléphone. J'ai une excellente mémoire des anecdotes, des blagues et même des scripts entiers de films. » Personne avec TSA
L'histoire de David et Jacqui

David a déjà travaillé dans mon équipe en tant qu'assistant de vente clientèle lorsque je suis devenu son supérieur hiérarchique en 2002. Je n'avais aucune expérience antérieure de travail avec des personnes atteintes d'un TED, j'ai donc un peu lu sur le sujet et l’intervenant de Prospects pour David est entré et s’est présenté dès le début, ce qui a été vraiment utile.

David est très bon avec les clients et possède d'excellentes compétences interpersonnelles. Quand j'ai travaillé avec lui, nous n'avons pas vraiment eu de difficultés particulières à surmonter, surtout parce que Prospects nous a montré comment prévenir d'éventuelles difficultés qui pourraient survenir au départ. Mais il est bon de savoir qu'ils sont toujours là pour appuyer, si nous en avons besoin. Je sens que je suis très chanceux d'avoir quelqu'un comme David dans mon équipe. L’encadrer m'a appris que tout le monde est différent, avec ses propres forces individuelles. Tout le monde dans l'équipe apprécie David en tant que membre de notre famille de travail.

Jacqui Copas, Responsable réception de la clientèle au First Great Western Railways
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#39 Message par Jean » mercredi 13 juin 2012 à 23:28

A prendre au mot dans le programme présidentiel:
>> Je ferai des gestes forts en direction des formes moins reconnues de handicap, autant de jalons vers leur inclusion dans la cité. Ainsi, je proposerai que l’autisme soit la « grande cause nationale » pour 2012, et je favoriserai la création d’un service de Pôle emploi destiné aux adultes avec autisme, sur le modèle anglais et scandinave.
http://fh2012.francoishollande.fr/dossi ... haque-loi/
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#40 Message par maho » vendredi 22 juin 2012 à 20:17

Beh....on ne l'a pas vu hein?
Mais pris mot par mot, des "gestes forts" c'est gestuelle, donc tout le monde peut lever leur poing et le brandir vers le PE.
Inclusion dans le Cité???? On est assez prés du Cité deja, je veux pas etre inclus!!§

Service Pole Emploi...( :lol: ) destiné ( :lol: ) aux adultes avec autisme...( :lol: :lol: :lol: ) Ah il me manquait de quoi rire ce soir!!!
Sur le modele anglais? Il a vu ca jouer ou ca???
Bref l'année "grande cause nationale" avance, et on parle que de voter!! Je crois qu'on a eté un peu lesé sur l'année choisie.
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
jakesbian
Forcené
Messages : 2933
Enregistré le : vendredi 17 août 2007 à 17:33
Localisation : plounéventer
Contact :

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#41 Message par jakesbian » vendredi 29 juin 2012 à 16:36

merci jean
:)
"petits bouts par petits bouts... les bouts étant mis bout à bout."
"en chacun de nous sommeille un dragon... il faut y croire." (devise "bat-toi florent")

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#42 Message par Jean » mercredi 12 septembre 2012 à 21:25

L'article du "Monde" sur l'entreprise Specialisterne a suscité une réaction sur le thème que çà concerne seulement les aspies, et que d'ailleurs les aspies trouvent tous du travail. Un extrait de ma réaction :

Il n'est pas nécessaire entre nous de caricaturer la question de l'emploi des TED en en rajoutant dans l'opposition entre le syndrome d'Asperger et le reste du spectre autistique.

Ce qui se dit sur l'emploi en matière de syndrome d'Asperger concerne aussi bien les autistes sans déficience intellectuelle (de « haut niveau » de fonctionnement).

La problématique des capacités cognitives particulières concerne tous les autistes, d'après les études publiées par Laurent Mottron. Je crois qu'il faut s'appuyer sur ces points forts et les intérêts spécifiques pour orienter dans l'emploi. Evidemment, les possibilités d'emploi dépendront aussi du niveau intellectuel.

Je préfère cette orientation à la tendance d'orienter vers des travaux répétitifs simples au motif que les autistes ont besoin de routines. Mais ils peuvent aussi s'emmerder dans un boulot chiant et décrocher.

Les exemples de sociétés comme Specialisterne et Passwerk montrent aussi que si la rémunération est correcte, il s'agit pour l'essentiel d'emplois à temps partiels. Or, ces deux entreprises sélectionnent sévèrement leur personnel … Preuve s'il en était que l'emploi de TED même aspies, même dans l'économie sociale et avec des aides publiqsues, n'est pas si facile.

D'ailleurs, à 20 ans, je ne vois pas beaucoup de différences entre autistes de haut niveau et aspies, et donc sur les perspectives d'emploi en fonction du niveau de leurs études.

Une revue des études existantes publiée le 27/08 dans "Pediatrics" indique : « la période où les adolescents autistes quittent l'école secondaire peut être particulièrement difficile . Qui plus est, la plupart des adultes avec autisme vivent avec leurs parents ou dans des maisons d'accueil, un tiers a un emploi et ceux qui sont au travail ont des emplois peu rémunérés. Prises ensemble, ces études suggèrent que le soutien à l'emploi augmente les taux d'emploi des jeunes adultes autistes, et améliore leur qualité de vie et leur fonctions cognitives. »
Source : http://sfari.org/news-and-opinion/blog/ ... ng-support

Voir aussi des éléments statistiques au début de ce sujet.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#43 Message par Jean » vendredi 14 septembre 2012 à 20:49

Le potentiel inexploité des autistes

La société et le marché découvrent peu à peu qu’ils pourraient tirer parti d’une particularité des autistes, notamment des personnes atteintes du syndrome d’Asperger: leur extrême méticulosité.

Par Catherine Riva - Largeur.com - 11/09/2012

Certains secteurs économiques, surtout l’informatique, ouvrent peu à peu leurs portes aux autistes, notamment aux personnes atteintes du syndrome d’Asperger, dont souffrait entre autres Albert Einstein. Motif: les «Aspies» ont beau avoir du mal avec les interactions sociales et être facilement déstabilisés par les situations imprévues, en matière de persévérance, de méticulosité et d’aptitude à repérer les erreurs ou les anomalies, ils sont très souvent meilleurs que ceux qu’ils surnomment les «neurotypiques» (comprenez: les gens normaux).

Si certains secteurs ont déjà réalisé qu’ils pouvaient tirer profit de ces qualités pour améliorer leurs produits et leurs services, les compétences des Asperger restent largement méconnues et sous-exploitées. C’est ce qu’affirme Judith Sitruk, qui les coache pour qu’ils réussissent leur entrée dans le monde du travail: «Lorsqu’ils ont la possibilité de travailler dans leur domaine d’expertise et de prédilection, et si le cadre tient compte de leurs particularités, ils peuvent abattre des quantités de travail exceptionnelles, avec une qualité remarquable.»

Par ailleurs, le projet Opportunité Asperger de l’association Compagnie des TED à Grenoble, auquel collabore Judith Sitruk, souligne que les secteurs potentiellement «Aspie-compatibles» sont très nombreux: dessin technique, comptabilité, droit, recherche, traduction, traitement du signal, mécanique de précision, contrôle qualité… «J’ai eu l’occasion d’accompagner un apprenti cuisinier autiste, raconte Judith Sitruk. Comme a pu le constater son chef, il était complètement dépassé en cas de «coup de feu», mais capable de confectionner 500 canapés tous identiques et impeccables, et il éprouvait un profond plaisir à le faire.»

Rigueur et perfectionnisme dans un domaine d’élection spécifique sont donc des traits que ces autistes semblent avoir en commun, au-delà de leur individualité. «Le déficit des Asperger, c’est l’implicite, résume Annie Raymond, mère d’un jeune Asperger de 18 ans. Leur besoin d’explicitation est donc absolu. La connaissance hyperdétaillée des systèmes et des règles, c’est pour eux le seul moyen de rendre le monde intelligible et d’avancer.»

Cette particularité serait liée au système cognitif des Asperger: «Le traitement des informations sensorielles est très perturbé chez les autistes, tantôt hypersensibles, tantôt hyposensibles, précise Evelyne Thommen, professeure à la Haute Ecole de travail social et de la santé — EESP — Lausanne. Ainsi, certains autistes peuvent discriminer des éléments que nous sommes incapables d’identifier, comme les quarts de ton en musique, certaines nuances de couleur, ou les figures cachées dans des graphies complexes. Alors que le neurotypique a une pensée globale, en vertu de laquelle le tout est plus que la somme des parties, l’autiste, lui, pense en détails et pour lui, le tout n’est que la somme des parties.»

Autre particularité: les Asperger auraient un déficit de la «théorie de l’esprit». Il leur manquerait donc la capacité d’identifier les sentiments des autres, et donc l’effet qu’ils ont sur eux. Un déficit très handicapant, étant donné l’importance des interactions sociales pour être accepté. Un entraînement spécifique vise à leur faire apprendre par cœur le répertoire des expressions et leur signification respective: regarder son interlocuteur dans les yeux, dire bonjour, bref, «huiler les rouages».

Cette adaptation, qui suppose une impressionnante mémoire à long terme, capable d’emmagasiner une foule de détails, est d’ailleurs sans doute la stratégie compensatrice spontanément adoptée depuis longtemps par les Asperger non diagnostiqués, ayant trouvé leur place dans certaines niches professionnelles. «Ceux qui ont été bien soutenus par un enseignant ou un mentor sans être diagnostiqués font parfois des carrières, dans la recherche ou en indépendants, confirme Evelyne Thommen. Leurs compétences permettent de faire passer au second plan leur inadéquation relationnelle.»

Mais les Asperger qui s’en sortent sans diagnostic, ou les autistes exceptionnellement brillants comme Daniel Tammet ou Temple Grandin, ne doivent pas faire oublier tous ceux qui sont en difficulté aujourd’hui, faute d’avoir été identifiés de manière adéquate. «Actuellement, tous les Asperger adultes ne sont pas employables, souligne Judith Sitruk. Nombre d’entre eux ont eu un parcours difficile. En plus d’avoir vécu le rejet et le harcèlement sans avoir les moyens de se défendre au cours de leur scolarité, ils n’ont pas été soutenus correctement sur la base de leur potentiel et de leurs aptitudes. Ces personnes doivent d’abord se reconstruire.»

De fait, les spécialistes s’accordent aujourd’hui sur les avantages d’un diagnostic précoce permettant de mettre en place une prise en charge individuelle, afin d’identifier le plus tôt possible les potentiels de l’enfant. «Des personnes en souffrance gagneraient à mettre un nom sur leurs difficultés pour mieux évoluer, estime Véronique Zbinden Sapin, professeure à la Haute Ecole fribourgeoise de travail social. Les professionnels, pédiatres et enseignants, psychologues, logopédistes et psychomotriciens travaillant dans les services scolaires, devraient mieux connaître ce syndrome. Sur ce plan, comme pour l’intégration et l’exploitation du potentiel des autistes, le travail à accomplir reste énorme.»

Les parents d’enfants autistes sont très seuls aujourd’hui, et régulièrement confrontés à l’ig­norance et au manque de souplesse de l’environnement médical et scolaire. Résultat: des diagnostics erronés ou tardifs, une pénurie de dispositifs de soutien et la rigidité des institutions éducatives, qui peinent à composer avec ces enfants particuliers.

Pourtant, les autistes de haut niveau ne cessent de marteler la nécessité de les envisager sous l’angle de leur potentiel et non de leur déficit. Sans nous, affirment-ils, les arts et les sciences n’existeraient pas. Comme l’a exprimé Temple Grandin avec son franc-parler légendaire: «Si l’autisme avait été éradiqué de la surface terrestre, les hommes seraient encore en train de bavarder devant un feu de bois à l’entrée d’une caverne.» D’aucuns pensent que même le premier feu, c’est à un autiste que l’humanité le doit.
_______

Le syndrome d’Asperger en 5 points

- Forme d’autisme sans déficience intellectuelle ni retard de langage, qui fait partie des TED (troubles envahissants du développement).

- Désordre du développement d’origine neurobiologique qui concerne plus fréquemment les garçons que les filles.

- Affecte la manière dont ces personnes interagissent avec les autres.

- Décrit pour la première fois en 1943 par le pédiatre viennois Hans Asperger, remis en valeur par la psychiatre Lorna Wing en 1981 et reconnu officielle­ment en 1994 par le DSM IV (manuel de diagnostic de l’association psychiatrique américaine).

- Prévalence: 1 à 250 pour 10’000 enfants, voire 1 enfant pour 300 selon les estimations.

_______

Asperger célèbres

Albert Einstein, Glenn Gould, Bill Gates, John Forbes Nash, Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig Wittgenstein, Marie Curie, Georg Mendel, Béla Bartok…

_______

Entreprises misant spécifiquement sur le syndrome d’Asperger

- Asperger Informatik, Zurich
- Passwerk, Berchem, Belgique
- Specialisterne (DK, GB, CH, IS, A, USA)
_______

Une version de cet article est parue dans la revue Hémisphères (no 3).
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20748
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#44 Message par Jean » dimanche 2 décembre 2012 à 14:44

Une présentation faite dans plusieurs établissements, dans le cadre du mois du handicap (120 participants).
PrésentationAL.pdf
(562.48 Kio) Téléchargé 86 fois
Les TED ne sont pas présentés, parce que l'information était diffusée après une conférence d'une heure et un film de 20 mn - et puis, beaucoup avaient vu "Le Cerveau d'Hugo".

C'est un premier essai. Nous sommes partis d'un diaporama présenté au CTRA de Bretagne en décembre 2011, en adaptant les métiers possibles à l'entreprise en cause.

Premiers résultats : proposition de prendre des TED en stage (dès que possible, par exemple en 3ème).

Je crois qu'il faudra être plus concret sur les difficultés et les aménagements.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Michelle
Forcené
Messages : 601
Enregistré le : lundi 14 novembre 2005 à 11:03
Localisation : quimper

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#45 Message par Michelle » dimanche 2 décembre 2012 à 14:55

Je vais lire tout ça Jean , merci pour l'info :kiss:
Image
Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance,
Que lorsque nous aimons

Répondre