Conseils et ressources pour l'emploi

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2899
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#841 Message par olivierfh » samedi 8 février 2020 à 13:03

ブノワ a écrit :
samedi 8 février 2020 à 12:22
Est-ce que cette formation s'applique aussi aux responsables RH et de labo affilié au CNRS ?
Surtout à eux. :mryellow:
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#842 Message par Jean » jeudi 26 mars 2020 à 12:31

Maintenant, on embauche : ce dont les personnes autistes ont besoin pour réussir sur le lieu de travail

Les personnes autistes ont de grandes difficultés d'insertion sur le marché du travail. Quelques exemples réussis dans divers secteurs.

"Les personnes autistes sont plus déconnectées de l'emploi que les personnes souffrant d'autres handicaps". Anne Roux

"La majorité des personnes autistes, avec le soutien adéquat et des attentes élevées, peuvent travailler comme le reste de la population." Dianne Malley

spectrumnews.org Traduction de "Now hiring: What autistic people need to succeed in the workplace" par Lina Zeldovich / 4 mars 2020

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... de-travail
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#843 Message par Jean » vendredi 24 avril 2020 à 17:55

Télétravail : 8 conseils pour les professionnels autistes (et « à ceux qui ne le sont pas assez »*)

Les deux tiers de notre équipe sont autistes. C'est ce qui nous aide à survivre au coronavirus

David Aspinall, PDG d'Auticon US - publié le 16 avril 2020


Dans ce contexte un peu surnaturel face au coronavirus , de nombreuses entreprises sont passées à ce nouveau fonctionnement qui est le télétravail. Ce dispositif peut être en réalité particulièrement autism-friendly. 8 conseils par "Auticonsult". Et un article du PDG de son correspondant, Auticon US.
https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... -sanitaire
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#844 Message par Jean » jeudi 30 avril 2020 à 12:12

Traduction - Extraits de nationalgeographic.com
‘Zoom fatigue’ is taxing the brain. Here's why that happens

En revanche, le passage soudain aux appels vidéo a été une aubaine pour les personnes qui ont des difficultés neurologiques à échanger en personne, comme les personnes autistes qui peuvent être submergées par les conversations de plusieurs personnes.

John Upton, rédacteur en chef de l'agence de presse Climate Central, basée dans le New Jersey, a récemment découvert qu'il était autiste. À la fin de l'année dernière, il se débattait avec la charge mentale que représentent la participation à des conférences bondées, les réunions en personne et les discussions de fond qui sont monnaie courante sur les lieux de travail. Il dit que ces expériences ont provoqué "une tension ambiguë, une forme d'anxiété".

En conséquence, il a souffert d'un épuisement autistique et s'est efforcé de traiter des informations compliquées - ce qui, selon lui, est normalement sa force - ce qui l'a conduit à des sentiments d'impuissance et de futilité. Pour lutter contre ce problème, il a commencé à travailler principalement à domicile et à cumuler toutes les réunions en personne le jeudi, pour les éliminer.

Maintenant que la pandémie a poussé ses collègues à être également dans des situations d'éloignement, il a observé que leurs appels vidéo entraînent une diminution du nombre de personnes qui parlent et des conversations bouche-trou au début et à la fin de chaque réunion. M. Upton affirme que son sentiment de tension et d'anxiété a été réduit au point d'être négligeable.

Ce résultat est confirmé par la recherche, affirme Claude Normand, de l'Université du Québec en Outaouais, qui étudie la façon dont les personnes souffrant de troubles du développement et de déficience intellectuelle socialisent en ligne. Les personnes atteintes d'autisme ont tendance à avoir des difficultés à comprendre quand c'est leur tour de parler dans des conversations en direct, note-t-elle. C'est pourquoi le décalage fréquent entre les interlocuteurs lors des appels vidéo peut en fait aider certaines personnes autistes. "Quand on zoome en ligne, on sait clairement à qui c'est le tour de parler", explique Normand.

Cependant, d'autres personnes autistes peuvent encore avoir des difficultés avec le chat vidéo, car il peut exacerber les déclenchements sensoriels tels que les bruits forts et les lumières vives, ajoute-t-elle.

Dans l'ensemble, le chat vidéo a permis aux connexions humaines de s'épanouir d'une manière qui aurait été impossible il y a quelques années à peine. Ces outils nous permettent d'entretenir des relations à distance, de relier des lieux de travail à distance et, même aujourd'hui, malgré l'épuisement mental qu'ils peuvent générer, de favoriser un certain sentiment d'unité pendant une pandémie.

"Fatigue de Zoom" : Un avant-goût de l'expérience autistique

S'appuyant sur les critiques portés par des neurotypiques de l'utilisation du logiciel de visoconférence Zoom, une personne autiste estime que c'est pourtant une version atténuée de ce que vivent les autistes dans la vie, tous les jours, dans un monde NT..

thinkingautismguide.com Traduction de ""Zoom Fatigue": A Taste of The Autistic Experience" par Maxfield Sparrow (UnstrangeMind.com)
https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... autistique
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#845 Message par Jean » vendredi 1 mai 2020 à 12:30

npaa.org.uk
Blog des invités : L'autisme et le travail dans la police du Hampshire | National Police Autism Association
par NPAA

Je m'appelle Lee Barnard et je suis membre du Hampshire Constabulary au sein de l'ACRO Criminal Records Office. Je travaille au sein de la police depuis septembre 2010, et j'ai reçu un diagnostic d'autisme en novembre 2015.

Depuis lors, l'ACRO a utilisé mes particularités pour tester de nouveaux logiciels, créer et réviser des guides de procédures et être un point de contact unique pour des tâches spécifiques.

Ils ont travaillé avec moi pour apporter des aménagements raisonnables, comme la prise en compte de pauses régulières dans ma journée de travail afin que je ne sois pas débordé, ou encore la mise à disposition d'une personne formée pour l'accès au travail pour une auto-assistance et un apprentissage guidés.

En plus de ce qui précède, j'ai été autorisé à suivre un cours d'ambassadeur pour l'autisme, afin de sensibiliser les gens à mon état. Dans le cadre de ce cours, j'ai fait huit présentations, en m'appuyant sur mes propres expériences de vie pour faire mieux comprendre et accepter mon état au sein de la police.

Dans le cadre de la Semaine nationale de l'inclusion en 2019, j'ai participé à une table ronde avec un inspecteur en chef, un officier de police et un aumônier bénévole, qui ont parlé de nos expériences de vie individuelles et répondu aux questions du public. J'ai également animé une séance de sensibilisation et une présentation au personnel qui souhaitait en savoir plus. Ces activités ont été bien accueillies jusqu'à présent et ont fait l'objet de commentaires très pertinents.

L'Equality & Inclusion Team du Hampshire Constabulary souhaite remercier Lee et les autres ambassadeurs de l'autisme pour leur travail de sensibilisation à l'autisme dans le Hampshire et l'île de Wight. Nous reconnaissons qu'ils cherchent continuellement à améliorer les conditions de travail internes et les services externes au public.
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#846 Message par Jean » dimanche 10 mai 2020 à 14:56

Crise sanitaire : l'heure du déconfinement

Des tutoriels, des guides pour le déconfinement; la reprise de l'école, la reprise du travail, les modalités du télétravail. Une sélection de ressources (comprendre l'autisme, CRA, DIA ...) et quelques remarques.

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... onfinement
conseils reprise TSA.png
Guide TT Ministère travail.png
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#847 Message par Jean » mardi 12 mai 2020 à 17:37

Justice 10 : "Ma vie a été vécue derrière un écran invisible"

Dossier autisme, police et justice : deux témoignages de policiers britanniques autistes, membres de la National Police Autisme Association.

npaa.org.uk Traduction de "My life has been lived behind an unseen screen" | National Police Autism Association

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... -invisible
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#848 Message par Jean » vendredi 29 mai 2020 à 17:07

Que peuvent apprendre les personnes autistes aux entreprises sur la distanciation sociale ? Le Centre Jefferson rassemble les réponses

Les personnes autistes sont censées apprendre comment être social. Certaines personnes autistes peuvent apprendre aux neurotypiques comment faire en respectant des règles de distanciation sociale.

Traduction de "Jefferson Autism Center soliciting social distancing advice from those on the spectrum - Philadelphia Business Journal"
https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... on-sociale
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#849 Message par Jean » samedi 30 mai 2020 à 10:12

Autisme et UE : quotas et politiques antidiscriminatoires - Examen dans 7 pays

onlinelibrary.wiley.com Traduction de "Quotas, and Anti‐discrimination Policies Relating to Autism in the EU: Scoping Review and Policy Mapping in Germany, France, Netherlands, United Kingdom, Slovakia, Poland, and Romania"

Danielle Bunt, Robin van Kessel, Rosa A. Hoekstra, Katarzyna Czabanowska, Carol Brayne, Simon Baron‐Cohen, Andres Roman‐Urrestarazu

Quotas et politiques antidiscriminatoires concernant l'autisme dans l'UE : Examen de la portée et cartographie des politiques en Allemagne, en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Slovaquie, en Pologne et en Roumanie

Résumé

Les faibles taux d'emploi des personnes autistes dans l'Union européenne (UE) sont en partie dus à la discrimination. Les États membres ont adopté différentes approches pour augmenter le taux d'emploi au cours des dernières décennies, y compris des quotas et une législation anti-discrimination, mais les implications pour les personnes autistes sont inconnues. L'objectif de cette étude était de fournir un aperçu complet de l'histoire de ces politiques de l'emploi dans sept États membres de l'UE (Allemagne, France, Pays-Bas, Royaume-Uni [avant la sortie], Slovaquie, Pologne et Roumanie), en explorant l'interdépendance des politiques internationales et de l'UE, à l'aide d'une analyse de dépendance. Les résultats indiquent qu'au niveau international, un changement d'orientation a eu lieu en faveur de la législation anti-discrimination, bien que des quotas d'emploi soient restés en place dans six des sept États membres afin de traiter la question de l'emploi des personnes handicapées en combinaison avec les nouvelles lois anti-discrimination.

Résumé vulgarisé

La discrimination est en partie responsable du faible taux d'emploi des personnes atteintes d'autisme. Plusieurs approches ont été adoptées ces dernières années, telles que des lois anti-discrimination et la fixation d'un nombre obligatoire de personnes handicapées devant être employées. Cette étude montre qu'au niveau international et dans l'Union européenne, l'accent a d'abord été mis sur l'utilisation de quotas, puis progressivement sur l'antidiscrimination, les deux étant utilisés simultanément.

Introduction

Les troubles du spectre autistique (ci-après, l'autisme) constituent un groupe hétérogène d'affections neurodéveloppementales permanentes dont la nature et la gravité des caractéristiques, telles que les difficultés persistantes d'interaction sociale, de communication et les modèles répétitifs inhabituels de comportement, d'intérêts ou d'activités, s'inscrivent dans un continuum [American Psychiatric Association, 2013]. La prévalence de l'autisme est estimée à 1 à 2 %, les hommes étant trois fois plus souvent touchés que les femmes [Lai, Lombardo et Baron-Cohen, 2014 ; Loomes, Hull et Mandy, 2017]. Environ 30 à 45 % des personnes autistes présentent également une déficience intellectuelle [Lai, Lombardo & Baron-Cohen, 2014 ; Baio et al., 2018]. Les effets à long terme des personnes autistes sont variables, bien que cette condition soit globalement associée à un mauvais bilan à l'âge adulte [Howlin, Goode, Hutton, & Rutter, 2004 ; Howlin, Moss, Savage, & Rutter, 2013]. En particulier, les personnes autistes sont confrontées à des défis liés à la santé physique et mentale, au développement d'amitiés ou de relations amoureuses et à l'obtention et au maintien d'un emploi [Billstedt, Gillberg, & Gillberg, 2005, 2007 ; Eaves & Ho, 2008 ; Farley et al. 2009 ; Howlin, et al. 2004]. Il en résulte une mauvaise inclusion sociale et une qualité de vie moindre [van Heijst & Geurts, 2015]. En outre, différentes études affirment une augmentation significative du taux de mortalité des personnes autistes par rapport à la population générale [Gillberg, Billstedt, Sundh, & Gillberg, 2010 ; Mouridsen, Brønnum-Hansen, Rich, & Isager, 2008], ainsi qu'un risque accru de mourir par suicide [Cassidy et al., 2018 ; Hirvikoski et al., 2016 ; Zahid & Upthegrove, 2017]. Ainsi, les personnes autistes sont vulnérables et l'amélioration de leur bien-être est essentielle et constitue un sérieux défi de santé publique.

Le chômage est un facteur de risque bien connu de problèmes de santé et de mauvaise santé [Cassidy, et al., 2018 ; Janlert, Winefield, & Hammarström, 2014 ; Norström, Virtanen, Hammarström, Gustafsson, & Janlert, 2014 ; Yur'yev, Värnik, Värnik, Sisask, & Leppik, 2012]. Inversement, il a été rapporté que l'emploi rémunéré pourrait améliorer la qualité de vie des personnes autistes, puisque l'emploi comporte de multiples avantages individuels et sociaux [Fleming, Fairweather, & Leahy, 2013 ; García-Villamisar, Wehman, & Navarro, 2002 ; Gerhardt & Lainer, 2011]. Premièrement, le fait d'avoir un emploi a un effet bénéfique sur la santé mentale et physique [Ross & Mirowsky, 1995 ; van der Noordt, IJzelenberg, Droomers, & Proper, 2014]. Deuxièmement, l'emploi implique de s'intégrer dans un réseau social, de contribuer à la société et d'être perçu comme faisant partie d'une société, ce qui augmente le statut social de l'individu [Roux et al., 2013]. Troisièmement, un emploi rémunéré peut donner plus de confiance et d'indépendance aux personnes autistes [Roux et al., 2013], et peut réduire la dépendance aux programmes financés par l'État, bien qu'un taux d'emploi plus élevé des personnes autistes puisse nécessiter le passage du financement des prestations à celui des programmes de soutien aux personnes autistes sur le lieu de travail [The National Autistic Society, 2016]. Néanmoins, l'emploi reste l'une des réalisations les plus souhaitables pour les personnes autistes [Roux et al., 2013 ; Wilczynski, Trammell, & Clarke, 2013].

T

Bien que les effets bénéfiques de l'emploi sur la qualité de vie des personnes autistes et sur la société en général soient connus depuis plusieurs années [García-Villamisar, et al., 2002 ; Roux et al., 2013], les taux d'emploi des personnes autistes sont encore très faibles par rapport à d'autres handicaps et affections [Shattuck et al., 2012]. Alors que le taux d'emploi total des personnes handicapées en 2011 dans l'Union européenne (UE) était de 47,3 %, Autisme-Europe indique un taux d'emploi global pour les personnes autistes aussi bas que 10 % [Autisme-Europe, 2014]. Les enquêtes réalisées par des personnes autistes ou pour le compte de personnes autistes indiquent des taux d'emploi allant de 32 % au Royaume-Uni [The National Autistic Society, 2016] à 45 % aux Pays-Bas [Scheeren, Begeer, Van Wijngaarden, Van Der Jagt, & Mataw, 2019]. Malheureusement, les données ne sont pas disponibles dans tous les États membres de l'UE. Bien qu'un emploi rémunéré ne soit pas possible pour toutes les personnes autistes, une enquête de la National Autistic Society a montré que 77 % des participants au chômage souhaitent travailler [The National Autistic Society, 2016]. Les obstacles à l'emploi identifiés sont en partie de même nature que les caractéristiques de l'autisme, notamment les difficultés de communication et d'interaction sociale, mais la discrimination et la stigmatisation par les employeurs et les collègues de travail jouent également un rôle majeur [Autism-Europe, 2014 ; Graetz, 2010 ; Johnson & Joshi, 2016 ; Lorenz, Frischling, Cuadros, & Heinitz, 2016].

La Déclaration universelle des droits de l'homme, largement acceptée, a proclamé en 1948 que toute personne a droit au travail et à la protection contre le chômage [Nations unies, 1948], ce qui en fait un problème de droits de l'homme en plus d'un défi de santé publique si les personnes autistes se voient refuser ou entraver (l'accès à) l'emploi. Les analyses de la politique d'éducation spécialisée pour les enfants autistes réalisées par le Consortium européen pour les chercheurs en autisme dans l'éducation [EDUCAUS, 2019] ont montré que le droit à l'éducation qui a été intégré dans la DUDH a été développé par d'autres textes internationaux et mis en œuvre par la suite dans la politique nationale [Roleska et al. 2018 ; van Kessel, Roman-Urrestarazu, et al. 2019 ; van Kessel, Walsh, et al. 2019]. On peut donc s'attendre à ce que ce soit également le cas pour les droits relatifs à l'emploi - même si cela n'a pas encore fait l'objet d'une étude approfondie.

Les États membres de l'UE ont en effet pris différentes mesures pour tenter de garantir l'emploi des personnes handicapées. La majorité des pays européens disposent d'une forme de quota d'emploi, avec l'obligation d'employer un pourcentage minimum de travailleurs handicapés dans une entreprise ou un service [Greve, 2009 ; Waddington, 2000]. En outre, en 1996, Waddington a fait valoir qu'au moment de la publication, les politiques de quotas d'emploi ont été remplacées par des politiques anti-discrimination [Waddington, 1996]. La loi anti-discrimination est basée sur l'idée que les personnes handicapées sont égales aux personnes non handicapées et adopte donc une approche plus sociale que médicale du handicap [Waddington, 1996]. Elle interdit aux employeurs de faire une distinction sur la base d'un handicap et pourrait donc être d'une grande utilité dans la lutte contre le chômage des personnes autistes [Sayce, 2003].

Près de 25 ans plus tard, la question se pose de savoir si l'évolution des politiques au sein de l'UE a continué dans la même direction que celle décrite par Waddington en 1996. Depuis cette publication, 13 pays ont rejoint l'UE, et la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, qui garantit le droit de chacun à exercer une activité professionnelle dans son article 15, a été introduite et a reçu la même valeur juridique que les traités de l'UE [Union européenne, 2000]. En outre, les changements sociaux et les conventions internationales ont peut-être influencé les politiques du travail dans l'UE. Les recherches dans ce domaine sont rares, notamment en ce qui concerne les implications des politiques de l'emploi pour les personnes autistes. Auparavant, Roleska et Roman-Urrestarazu et al. ont identifié les politiques éducatives au sein de l'UE applicables aux personnes autistes et les moments critiques au niveau international et européen pour le développement de ces politiques, cependant, celles-ci ne sont pas nécessairement identiques pour les politiques de l'emploi [Roleska et al., 2018]. L'analyse de l'historique des politiques de l'emploi au sein de l'UE et de leur valeur pour les personnes autistes peut être utile pour comprendre les circonstances qui ont conduit à la situation actuelle de l'emploi et, par extension, pour identifier les domaines qui devraient être privilégiés dans les développements politiques futurs, tels que les programmes d'emploi pour la communauté des personnes autistes ou les programmes qui informent la profession sur la manière de traiter l'autisme [Waddington, Priestley, & Yalcin, 2016].

Par conséquent, l'objectif de cette étude est de dresser la carte des politiques relatives aux quotas d'emploi et à la lutte contre la discrimination dans l'UE et d'étudier la transition entre les premières et les secondes.

Il vise également à identifier les implications de chaque politique respective pour l'emploi des personnes autistes en particulier. À l'aide d'une étude de cadrage avec un cadre méthodologique de dépendance au cheminement, cette étude évalue comparativement les politiques de quotas et de lutte contre la discrimination en matière d'emploi au niveau international, de l'UE et des États membres de 1944 à 2019.

Méthodes

Cette étude a utilisé la méthode d'examen de la portée de l'étude par Arksey & O'Malley pour recueillir des données, ce qui constitue une méthode rigoureuse, transparente et rapide pour identifier de manière exhaustive toutes les politiques et la littérature pertinentes [Arksey & O'Malley, 2005 ; Levac, Colquhoun, & O'Brien, 2010]. Elle est particulièrement adaptée à l'objectif de cette étude, compte tenu de la nature hétérogène et complexe du sujet [Arksey & O'Malley, 2005 ; Pham et al., 2014].

Une méthode de dépendance au cheminement a été intégrée à l'analyse de l'étude de cadrage pour analyser l'interdépendance de la politique internationale, de la politique de l'UE et de la politique des États membres, et pour identifier les moments critiques qui pourraient conduire à un changement dans l'élaboration des politiques de l'emploi. La théorie de la dépendance à la trajectoire fournit un cadre analytique pour expliquer et évaluer les résultats en constante évolution, tels que les politiques [Antonelli, 2009]. Elle souligne l'importance de l'histoire des institutions et de leur interdépendance et suppose que les décisions du passé affectent encore les processus du futur [Liebowitz & Margolis, 1995 ; Pierson, 2000 ; Schmidt & Spindler, 2002]. Il s'agit d'une méthodologie particulièrement adaptée aux politiques publiques au sein de l'UE, en raison de la structure de gouvernance à plusieurs niveaux, qui crée de nombreuses voies pouvant s'influencer mutuellement [Holzinger & Knill, 2002]. Étant donné qu'en matière de dépendance des voies, les conditions nécessaires aux résultats actuels se sont produites dans le passé, un moment crucial est celui du point critique, ou événement déclencheur, qui a lancé le développement le long d'une voie particulière [Pierson, 2000]. C'est le but de la dépendance à l'égard de la trajectoire de développement de trouver ces points critiques. La combinaison d'un examen de la portée et d'une analyse de la dépendance à l'égard du sentier comme modèle conceptuel pour l'analyse des politiques a été validée par Roleska et Roman-Urrestarazu et al. en 2018.

Collecte de données

Sept pays ont été choisis pour fournir un échantillon de différentes initiatives en matière de politique de l'emploi dans l'UE, sur la base de la date d'adhésion à l'UE (un précurseur), de la taille de l'économie en raison de sa relation avec l'emploi et du produit intérieur brut (PIB) par habitant . Il s'agit de l'Allemagne (adhésion en 1958), de la France (adhésion en 1958), des Pays-Bas (adhésion en 1958), du Royaume-Uni (adhésion en 1973, sortie en 2020, après l'analyse de cette étude), de la Pologne (adhésion en 2004), de la Slovaquie (adhésion en 2004) et de la Roumanie (adhésion en 2007) [Parlement européen, 2018]. L'Allemagne, le Royaume-Uni et la France ont les plus grandes économies parmi les pays étudiés, la Pologne a la plus grande économie de tous les pays de l'élargissement de 2004 et 2007 et la Roumanie a une économie plus importante que la Bulgarie, qui a également rejoint l'UE en 2007 [Eurostat, 2019b]. Les Pays-Bas et la Slovaquie ont un PIB par habitant relativement élevé par rapport aux pays ayant la même date d'entrée dans l'UE [Eurostat, 2019a]. En outre, les Nations unies (ONU) et l'UE ont été incluses en raison de leur influence directe et indirecte sur les politiques publiques. L'évaluation comparative de ces institutions internationales et de ces pays permet d'explorer le rôle des différentes institutions et histoires dans l'élaboration des politiques de l'emploi pour les personnes autistes.

Afin d'identifier toutes les politiques pertinentes, une recherche documentaire à plusieurs niveaux a été effectuée. Toutes les bases de données ont été consultées entre le 23 mai et le 13 juin 2019. Une base de données juridique a été consultée pour les Nations unies (http://www.ohchr.org), ainsi que pour l'UE (http://eur-lex.europa.eu), deux pour la France (https://www.legifrance.gouv.fr/ & https://recherche.conseil-constitutionnel.fr), une pour l'Allemagne (http://www.gesetze-im-internet.de/), le Royaume-Uni (http://www.legislation.gov.uk/), les Pays-Bas (https://wetten.overheid.nl/), la Slovaquie (https://www.slov-lex.sk/), la Roumanie (http://legislatie.just.ro/), et trois bases de données pour la Pologne (http://monitorpolski.gov.pl/, http://dziennikustaw.gov.pl/ et http://isap.sejm.gov.pl/). Deux recherches ont été effectuées par base de données, en utilisant les termes suivants : (a) "emploi ET handicap" et (b) "autisme" et traduits dans la langue officielle de la base de données nationale sur laquelle porte la recherche. Les termes de recherche ont évolué au cours de la recherche afin de tenir compte des différences linguistiques [Arksey & O'Malley, 2005]. Une deuxième stratégie de recherche a été créée pour les bases de données électroniques MEDLINE/PubMed (1946-présent) et Web of Science (1988-présent), afin de couvrir largement les disciplines du handicap et de l'emploi. La recherche suivante a été effectuée et adaptée en fonction de la base de données et du pays, mais les termes de recherche n'ont pas été traduits à ce stade : "emploi* OU travail OU emploi" ET "autisme OU ASC OU TSA OU handicap OU handicap" ET "politique OU loi OU législation OU législation" ET [nom du pays].

Enfin, des informations complémentaires ont été trouvées grâce à une recherche de référence supplémentaire des documents retrouvés après les deux premières étapes de la collecte des données. Tous les documents récupérés ont été gérés dans Excel (Microsoft). Les documents dans une langue autre que l'anglais, le néerlandais ou l'allemand ont été traduits avec le service de traduction électronique Google Translate.

Critères d'éligibilité

Un aperçu des critères d'éligibilité est fourni dans le tableau I. Nous avons choisi de ne pas utiliser de documents provenant de la République démocratique allemande car, après l'unification, cette partie de l'Allemagne a utilisé les anciennes politiques de la République fédérale d'Allemagne. En tant que telles, les politiques de la République démocratique allemande n'ont pas été jugées appropriées pour l'analyse de la dépendance à l'égard des parcours. En outre, comme cet article implique une révision de la définition du champ d'application, aucune évaluation des critères de qualité n'a été effectuée [Arksey & O'Malley, 2005].

Tableau I. Les critères d'éligibilité utilisés dans cette étude

Spécification des critères

Documents d'inclusion publiés à partir de 1944, considérés comme le début de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Documents gouvernementaux et articles scientifiques

Le champ d'application des documents inclus était limité aux politiques relatives à l'emploi et au handicap

Les politiques nationales doivent être juridiquement contraignantes, bien que les politiques internationales et européennes n'aient pas ce critère

Documents issus des bases de données juridiques et de la recherche de références, qui ont été publiés dans l'une des 24 langues officielles de l'Union européenne aa Basé sur une vue d'ensemble de l'Union européenne [2016].

Documents provenant des bases de données de recherche uniquement lorsqu'ils sont rédigés en anglais, en raison de contraintes de temps

Pour l'Allemagne, les documents de la République fédérale d'Allemagne Exclusion Les documents de la République démocratique allemande ont été exclus

a Basé sur une vue d'ensemble de l'Union européenne [2016].

Analyse des données

L'analyse des données a été menée conformément au cadre de dépendance de la trajectoire. Tous les documents politiques récupérés ont été stockés et analysés séparément en fonction de leur source : ONU, UE et chacun des sept États membres. L'étape suivante de l'analyse a consisté à diviser les données en groupes de (a) quotas d'emploi, (b) politique anti-discrimination ou (c) autres législations liées à l'emploi. Au sein de ces groupes, les politiques ont été analysées par pays et par groupe, afin d'améliorer l'analyse de l'interdépendance avec d'autres niveaux ou pays. Par la suite, les passages concernant l'emploi et le handicap ont fait l'objet d'une évaluation critique des effets et des implications.

Résultats

Les recherches initiales dans la base de données ont permis d'identifier 4 553 documents politiques et 3 193 articles et rapports, ce qui a donné lieu à un total de 7 746 résultats. Une recherche de référence de ces documents a permis d'inclure 33 autres documents. Après le filtrage des titres, 557 documents ont été inclus, suivis par l'extraction de 30 doublons. L'examen du texte intégral a permis d'exclure 308 autres documents, ce qui a donné 219 documents inclus. Le processus d'inclusion est présenté dans un organigramme PRISMA adapté (Fig. 1).

image

Aperçu du processus d'inclusion des données. Adapté du groupe PRISMA (2009).

La section suivante présente les résultats des politiques produites. Tout d'abord, nous présentons les conjonctures internationales et européennes en matière d'emploi, de handicap, d'autisme et de droits (anti)discriminatoires (tableau II). Ensuite, les quotas et la législation anti-discrimination des politiques extraites sont expliqués par pays (tableau III). En outre, le cas échéant, ces politiques ont été placées dans le contexte d'autres législations liées à l'emploi, telles que les constitutions.

Tableau II. Synthèse des politiques ratifiées par les Nations Unies et l'Union européenne sur le thème de l'emploi des personnes handicapées
Tableau II Emploi et autisme.pdf
(77.77 Kio) Téléchargé 8 fois
Traduction à suivre
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#850 Message par Jean » lundi 1 juin 2020 à 12:12

suite :

Tableau III. Synthèse de chacune des politiques respectives de tous les pays étudiés, avec une distinction entre les politiques axées sur les quotas et la lutte contre la discrimination
Tableau III Emploi et autisme.pdf
(198.68 Kio) Téléchargé 36 fois




Politique des Nations unies et de l'Union européenne

Plusieurs documents ont été adoptés par les Nations unies qui établissent les droits des personnes handicapées en matière d'emploi et de protection contre la discrimination [Nations unies, 1948, 1969, 1971, 1975, 1981, 2006a ; Hurst, 2003]. En outre, avec le développement de l'UE, une série de droits pour les personnes handicapées a été établie [Autisme-Europe, 1992 ; Conseil de l'Union européenne, 1971, 1986, 2000 ; Commission européenne 1981, 1994 ; Parlement européen, 2015 ; Union européenne 1997, 2000, 2010].

Allemagne

L'Allemagne a adopté plusieurs lois qui établissent des quotas d'emploi pour les personnes handicapées [République fédérale d'Allemagne, 1953, 1974, 2001], ainsi que des lois axées sur la lutte contre la discrimination [République fédérale d'Allemagne, 1994, 2001, 2002, 2006 ; Köbsell, 2006]. Il est à noter qu'il n'existe pas de lois spécifiques à l'autisme. Au contraire, toutes les lois identifiées concernent le handicap en général.

France

Des lois sur les quotas [République française, 1957, 1973, 1975, 1987, 2005 ; Besner, 1994], ainsi que sur la lutte contre les discriminations [République française, 1958, 1973, 1990, 2005] à l'égard des personnes handicapées ont été adoptées en France.

Il convient de noter qu'en 1987, le taux d'emploi moyen était déjà de 6 % en France et que, par conséquent, la loi de 1987 sur l'emploi des travailleurs handicapés n'avait pas pour but d'augmenter le taux d'emploi des personnes handicapées, mais plutôt de normaliser l'emploi des personnes handicapées [Besner, 1994]. Une autre façon de respecter le quota était possible par l'emploi indirect de travailleurs handicapés, par exemple sous la forme d'un contrat de partenariat avec des institutions qui fournissaient des emplois protégés aux travailleurs handicapés. En outre, aucune législation spécifique à l'autisme n'a été identifiée, mais seulement une législation qui se concentre sur l'emploi des personnes handicapées en général.

Pays-Bas

Au fil du temps, les Pays-Bas ont adopté, abandonné et réadopté de nombreuses politiques de quotas [Pays-Bas, 1947, 1981, 1986, 2014, 2015], ainsi que des mesures visant à prévenir la discrimination [Pays-Bas, 1983, 2003, 2016].

Bien que le secteur privé ait créé un nombre suffisant de lieux de travail pour les personnes handicapées, le secteur public n'en a pas créé au cours des dernières années [Pays-Bas, 2018]. Toutefois, jusqu'à présent, aucune amende n'a été imposée et une proposition visant à suspendre le prélèvement de quotas jusqu'en 2022 est en cours d'élaboration [Pays-Bas, 2019]. Comme l'Allemagne et la France, les Pays-Bas n'ont adopté qu'une politique générale en matière de handicap dans le domaine de l'emploi.

Royaume-Uni

Au départ, le Royaume-Uni a adopté plusieurs politiques qui visaient à instaurer des quotas [Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, 1944, 1995]. Cependant, après 1995, ce système a été abandonné et l'accent a été mis sur la lutte contre la discrimination [Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, 1995, 2003, 2005, 2010].

La loi sur l'emploi des personnes handicapées était conforme à l'approche plus contraignante du gouvernement britannique, adoptée depuis le début de la Seconde Guerre mondiale, dans certains domaines tels que l'emploi, qui était auparavant une prérogative du marché [Woodhams & Corby, 2007]. Entre 1949 et 1975, seules six poursuites ont été engagées sur la base de cette loi, dont cinq condamnations ont donné lieu à des amendes insignifiantes [Sargeant, Radevich-Katsaroumpa, & Innesti, 2018]. Les employeurs n'ont pas respecté la loi en raison de l'absence de poursuites et de la méconnaissance de la loi, ce qui a donné le sentiment que la déclaration des personnes handicapées était inutile. Le nombre de demandes d'enregistrement a donc été insuffisant, ce qui a finalement conduit à une situation dans laquelle les employeurs ne pouvaient pas se conformer à la loi [Sargeant, et al., 2018]. Néanmoins, toutes ces politiques restent des politiques générales en matière de handicap - aucune d'entre elles ne vise spécifiquement l'autisme.

Pologne

La Pologne a adopté diverses politiques visant à instaurer des quotas [République de Pologne, 1967, 1991, 1997c] et à lutter contre la discrimination [République de Pologne, 1952, 1997a, 1997b, 1996, 2004, 2010].

L'ordonnance de 1967 n'a pas fixé de pourcentage pour le recrutement de ces travailleurs handicapés. Une grande partie des personnes handicapées étaient en fait employées dans des établissements ordinaires jusqu'à la fin des années 1980, bien qu'il s'agisse de personnes qui pouvaient obtenir une capacité de travail élevée [Thornton, 1998]. Les employeurs ont essayé d'éviter les personnes les plus gravement handicapées, ce qui a entraîné l'isolement des personnes gravement handicapées. À la suite des changements sociaux et économiques survenus vers 1990 en Pologne et dans d'autres pays d'Europe de l'Est, qui sont passés d'une économie socialiste à une économie de marché, de nombreuses entreprises ordinaires se sont effondrées [Thornton, 1998]. Une majorité de travailleurs handicapés ont perdu leur emploi et le taux d'emploi global a diminué. En conséquence, l'ensemble du système juridique et formel dans lequel s'inscrivait la formation professionnelle, la réhabilitation sociale et l'emploi des personnes handicapées a cessé d'exister [Thornton, 1998]. Comme dans les autres pays cependant, la politique polonaise ne vise pas spécifiquement l'autisme, mais seulement le handicap en général.

Slovaquie

L'ancienne Tchécoslovaquie et la Slovaquie ont toutes deux mis en œuvre des politiques visant à instaurer des quotas [République socialiste tchécoslovaque, 1990 ; République slovaque, 1996, 2004b] et à lutter contre la discrimination [République socialiste tchécoslovaque, 1965, 1991 ; République slovaque 1992, 2001, 2004a, 2004b]. Quoi qu'il en soit, ces politiques ont ciblé le handicap dans son ensemble, plutôt que l'autisme en particulier.

Roumanie

La Roumanie, comme les autres pays étudiés, a adopté des politiques de quotas [Roumanie, 1999, 2004, 2006, 2017] et de lutte contre la discrimination [Roumanie, 1964, 1971, 1976, 1991, 2003a, 2003b, 2006].

La loi sur la protection et la promotion des droits des personnes handicapées ne mentionne pas si les revenus supplémentaires provenant des amendes des entreprises qui respectaient auparavant le quota en achetant des produits auprès d'ateliers protégés sont redistribués à ces ateliers protégés. Dans la pratique, les entreprises sont plus susceptibles de payer l'amende que d'employer des personnes handicapées [Bungău, Ţiţ, Popa, Sabău, & Cioca, 2019]. Dans l'ensemble, la Roumanie, comme les autres pays étudiés, ne s'intéresse qu'au handicap en général et ne spécifie pas l'autisme dans ses politiques.

Discussion

La Seconde Guerre mondiale peut être considérée comme le premier moment critique pour les politiques européennes modernes de l'emploi, car elle a conduit à la réglementation des quotas dans de nombreux pays, ainsi qu'à la création de la Déclaration universelle des droits de l'homme. La guerre a laissé de nombreux soldats handicapés et a détruit l'économie. Dans le cadre des efforts de reconstruction de l'économie, de nombreux gouvernements ont considéré qu'il était de leur devoir de pourvoir aux besoins des vétérans handicapés qui avaient perdu une partie de leur capacité de travail en se battant pour leur pays. L'Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont tous introduit des politiques de quotas d'emploi pour les personnes handicapées dans les années qui ont suivi la guerre, soit exclusivement soit avec une préférence pour les victimes de guerre [République fédérale d'Allemagne, 1953 ; République française, 1957 ; Pays-Bas, 1947 ; Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, 1944]. Par la suite, parce qu'un environnement de plein emploi - une situation où il y a peu ou pas de chômage involontaire [Beveridge, 1944] - a été maintenu et considéré comme une situation souhaitable [Lindbeck, 1997], le champ d'application des quotas s'est développé pour inclure toutes les personnes handicapées, y compris l'autisme.

En revanche, la fin de la Seconde Guerre mondiale n'a pas eu le même effet sur la Pologne, la Slovaquie et la Roumanie (les États de l'Est), où il n'y avait pas d'économie de marché à cette époque et où les citoyens avaient l'obligation de travailler. Des quotas ont été établis dans les trois pays inclus dans les années 1990, dans lesquels le régime communiste de ces pays a pris fin et l'économie est passée à une économie de marché libre (République de Pologne, 1991 ; Roumanie, 1999 ; République slovaque, 1996). De nombreuses personnes ont perdu leur emploi au cours de la période de transition, en particulier les personnes handicapées, et en réponse à cette situation, les gouvernements ont mis en place des systèmes de quotas. Par conséquent, la fin du communisme peut être considérée comme un moment critique pour les politiques de l'emploi dans ces pays.

La Déclaration universelle des droits de l'homme a également été créée au lendemain de la guerre, introduisant le droit universel au travail et à la protection contre le chômage, sans distinction aucune [Nations unies, 1948]. Cette déclaration peut être considérée comme un point critique dans le temps pour les politiques d'emploi des personnes autistes, en accord avec les conclusions de Roleska et Roman-Urrestarazu et autres [2018] pour son rôle crucial dans le développement des politiques d'éducation pour les personnes autistes. Elle a jeté les bases d'une législation moderne de lutte contre la discrimination et son influence peut être identifiée dans toutes les Constitutions analysées, ainsi que dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, juridiquement contraignante [2000].

Bien qu'au niveau international, dans les années 1970 et 1980, une prise de conscience progressive des (violations des) droits des personnes handicapées ait eu lieu, avec la Déclaration des droits des déficients mentaux, la Déclaration des droits des personnes handicapées et l'Année internationale des personnes handicapées, et que la France ait adopté une approche plus globale avec la loi d'orientation sur le handicap de 1975, aucune législation anti-discrimination n'a été prévue spécifiquement pour les personnes handicapées dans l'emploi avant 1990. La loi française sur la protection des personnes contre les discriminations a érigé en infraction pénale le fait de discriminer des personnes en raison de leur handicap dans l'emploi [République française, 1990]. Cette loi a été suivie d'une série de modifications en cascade, dont l'amendement de la Constitution allemande, interdisant de défavoriser les personnes en raison de leur handicap en 1994 [République fédérale d'Allemagne, 1994], la loi sur la discrimination fondée sur le handicap au Royaume-Uni en 1995 [Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, 1995] et enfin l'amendement du code du travail polonais de 1996 [République de Pologne, 1996], tous interdisant la distinction fondée sur le handicap. Avec la loi britannique sur la discrimination fondée sur le handicap, l'ancien système de quotas a été abandonné.

À la suite de ces changements au sein de l'UE, et consciente qu'une différence dans les politiques de discrimination en matière d'emploi pourrait entraver la libre circulation au sein du marché unique, l'UE a modifié son traité en 1997, en acquérant des compétences dans le domaine de la lutte contre la discrimination [Union européenne, 1997]. En conséquence, la Commission a introduit la directive 2000/78/CE [Conseil de l'Union européenne, 2000], qui a établi un cadre pour l'égalité de traitement dans l'emploi et le travail, ressemblant à la loi britannique sur la discrimination à l'égard des personnes handicapées et reprenant les droits fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l'homme, ce qui a conduit à (l'amendement de) la législation anti-discrimination complète pour les personnes handicapées dans l'emploi dans chaque État membre. Pour la Pologne, la Slovaquie et la Roumanie, cette directive a été mise en œuvre à peu près au moment de l'adhésion à l'UE et, par conséquent, l'adhésion à l'UE et l'année d'adhésion ont été d'une grande importance pour la législation nationale sur l'emploi en ce qui concerne les handicaps. Compte tenu de ce qui précède, l'harmonisation en cours de la législation anti-discrimination remonte à l'acquisition de compétences par le traité d'Amsterdam de 1997, et c'est donc un autre moment critique qui a influencé la législation sur la politique de l'emploi protégeant les personnes autistes.

Bien que la Convention relative aux droits des personnes handicapées soit incontestablement importante pour l'amélioration du bien-être des personnes handicapées, elle a eu peu d'impact sur les politiques de l'emploi des États membres de l'UE en raison des dispositions déjà mises en œuvre de la directive 2000/78/CE. Par conséquent, seuls des ajustements mineurs ont dû être apportés pour ratifier la Convention relative aux droits des personnes handicapées dans le domaine de l'emploi [Nations unies, 2006b].

L'abolition du système de quotas par le Royaume-Uni en 1995 et les Pays-Bas en 2005, suite à l'introduction de la loi anti-discrimination, a donné l'impression que l'accent mis par l'Europe sur la législation anti-discrimination finirait par remplacer complètement les systèmes de quotas. Or, il s'est avéré que ce n'était pas le cas. Les pays de l'Est ont tous créé des quotas dans les années 1990, ressemblant au système de prélèvement allemand, et ceux-ci, ainsi que les systèmes de quotas allemand et français, sont toujours en vigueur. En fait, les Pays-Bas ont récemment réintroduit un quota d'emploi pour les personnes handicapées [Pays-Bas, 2015]. En outre, les Pays-Bas, l'Allemagne, la Slovaquie et la Roumanie n'ont adopté une législation anti-discrimination sur le marché du travail qu'en application de la directive européenne. Cela montre que, bien qu'un changement d'orientation ait été opéré dans les années 1990 et au début de l'année 2000 en faveur d'une législation anti-discrimination au niveau international et européen, conformément à la description de Waddington [1996], les politiques de quotas restent utilisées à l'époque moderne. En outre, en raison de la coexistence de ces politiques et du renforcement récent d'un système de quotas aux Pays-Bas, il est possible que les politiques anti-discriminatoires n'aient pas permis d'augmenter les taux d'emploi des personnes handicapées, contrairement aux attentes de Sayce [2003]. En se basant sur les faibles taux d'emploi des personnes autistes [Autisme-Europe, 2014], il est donc recommandé d'étudier des mesures et des options de soutien supplémentaires pour la promotion de l'emploi des personnes autistes, en particulier au niveau politique.

Toutefois, Waddington et ses collaborateurs (2016) expliquent que, quelle que soit la mise en œuvre de la politique de lutte contre la discrimination, on constate une faible amélioration de l'emploi des personnes handicapées et qu'il en va de même pour les systèmes de quotas. Ils suggèrent qu'une combinaison d'initiatives politiques pourrait être la clé pour aborder la question de l'emploi des personnes handicapées. Leur classification des initiatives politiques comprend trois catégories : (a) la fourniture de services publics de l'emploi ; (b) la formation à l'emploi qui aide les personnes à accroître leurs compétences professionnelles ; et (c) les subventions visant à encourager le recrutement et les possibilités d'expérience professionnelle. Lorsque l'on compare ces catégories aux politiques identifiées dans les pays étudiés, il apparaît que très peu de ces catégories se reflètent dans la politique nationale. Au lieu de cela, la politique nationale est toujours très axée sur les droits de l'homme. Nous pouvons donc affirmer qu'en termes de politique nationale, l'emploi des personnes handicapées en est encore à ses débuts et nécessite davantage de travail, comme la création de services d'emploi et de formation pour les personnes handicapées.

Les conclusions de cette étude doivent être considérées à la lumière de certaines limites. Tout d'abord, un parti pris des chercheurs a pu jouer un rôle dans les conclusions de cette étude qualitative. En se concentrant uniquement sur la législation relative aux quotas et à la discrimination, un biais de confirmation pourrait avoir affecté les résultats. Afin de réduire ce biais, tous les résultats rapportés ont été confirmés par un second auteur indépendant. Une deuxième limite de l'étude a été la traduction électronique de documents dans des langues autres que le néerlandais, l'anglais et l'allemand, en raison du risque d'interprétation erronée.

Pour en tenir compte, les locuteurs de toutes les langues des pays étudiés, à l'exception de la Slovaquie et de la Roumanie, ont vérifié les résultats par rapport aux documents originaux. Des erreurs similaires auraient pu se produire lors de la collecte des données avec la stratégie de recherche et le filtrage des titres, bien que cette partie de la recherche ait été basée sur des mots clés individuels ou des phrases clés courtes, pour lesquels les services de traduction en ligne sont adaptés [Groves & Mundt, 2015]. Troisièmement, les bases de données juridiques ont toutes été consultées par voie électronique et ne contenaient peut-être pas tous les documents juridiques historiques. Pour surmonter cette limitation, la collecte de données a également permis de rechercher des articles scientifiques, mais cela ne garantit pas totalement l'exhaustivité des données. Quatrièmement, les bases de données PubMed et Web of Science contenaient une quantité limitée d'informations contextuelles sur la Pologne, la Slovaquie et la Roumanie, en comparaison avec les autres pays. Cela pourrait avoir faussé les résultats. Cinquièmement, aucun de ces pays ne disposait d'une législation spécifique à l'autisme. C'est pourquoi nous avons dû utiliser la politique générale en matière de handicap comme substitut à l'analyse. Si la politique en matière de handicap reste pertinente pour l'autisme, elle est moins spécifique et peut être considérée comme moins utile que les politiques spécifiques à l'autisme. Enfin, seules les lois sur les quotas et la lutte contre la discrimination ont été abordées, sans tenir compte des autres politiques d'emploi éventuellement pertinentes pour les personnes autistes, ce qui limite les implications de la recherche.

Malgré un cadre établi de législation anti-discrimination dans les politiques européennes et nationales de l'emploi depuis 2000, les quotas d'emploi sont toujours en vigueur dans six des sept pays. Cette étude montre la poursuite du changement d'orientation vers une approche sociale et anti-discriminatoire de l'emploi des personnes handicapées, indépendamment de la présence de mécanismes de quotas. Cependant, il est clair qu'aucune des politiques n'a assuré l'inclusion complète des personnes autistes sur le marché du travail européen. Par conséquent, des recherches plus approfondies devraient se concentrer sur des mesures supplémentaires visant à augmenter le taux d'emploi, telles que des programmes d'emploi axés sur le conseil aux personnes autistes pour les aider à s'intégrer dans le monde du travail et/ou des programmes qui sensibilisent la main-d'œuvre à la manière d'aborder un collègue de travail autiste [Waddington et al., 2016]. Pour ce faire, la toute première mesure à prendre est la collecte de données sur le taux d'emploi des personnes autistes dans chaque État membre afin d'établir et d'échanger les meilleures pratiques, car celles-ci font encore défaut. Il est du devoir de l'UE et de ses États membres de s'attaquer au problème du chômage des personnes autistes, afin de respecter le droit à l'emploi tel qu'il est établi dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, la Charte des droits fondamentaux de l'UE, la directive 2000/78/CE et la Convention relative aux droits des personnes handicapées, ainsi que dans de nombreuses Constitutions et politiques, pour permettre aux personnes autistes d'être pleinement intégrées dans la société.

Conclusion

Cette étude a porté sur les politiques de l'emploi des Nations unies, de l'UE et de sept États membres de l'UE différents, avec quatre dates d'adhésion à l'UE différentes. Le développement des politiques de l'emploi relatives aux personnes autistes semble être différent pour les États membres, bien que tous partagent l'objectif d'adopter des politiques de quotas aux premiers stades de leur développement. Des moments critiques sous la forme de politiques des Nations unies et de l'UE ont progressivement permis une harmonisation de manière à ce que les priorités politiques soient fixées sur le thème de l'emploi des personnes handicapées. Dans six États membres, des quotas d'emploi sont en vigueur ou renforcés, ainsi que de vastes cadres nationaux de lutte contre la discrimination dans l'emploi, qui trouvent leur fondement dans une directive européenne. Cependant, les taux d'emploi des personnes autistes ne sont toujours pas égaux à ceux des personnes non autistes, ce qui indique la nécessité de prendre des mesures supplémentaires.

Remerciements

Nous tenons à remercier tous les contributeurs, y compris les évaluateurs anonymes, pour leur contribution à ce manuscrit. Le projet qui a conduit à cette demande a reçu un financement de l'entreprise commune (EC) de l'Initiative en matière de médicaments innovants 2 dans le cadre de la convention de subvention n° 777394. L'EC reçoit le soutien du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne et de l'EFPIA et AUTISM SPEAKS, Autistica, SFARI. Les travaux du Dr Andres Roman-Urrestarazu ont reçu un financement de la bourse Gillings pour la recherche sur la santé publique mondiale et l'autisme, bourse YOG054. Simon Baron-Cohen a été soutenu par l'Autism Research Trust, Autistica, et le MRC pendant la période de ces travaux.

Conflit d'intérêt

Il n'y a pas d'intérêts concurrents entre les auteurs qui collaborent à cette étude.

Contributions des auteurs

L'auteur A était chargé de la rédaction du manuscrit. L'auteur B a révisé le manuscrit après sa remise comme thèse et l'a édité pour qu'il soit conforme aux normes de la revue. Tous les autres auteurs ont examiné le manuscrit à ses différentes étapes et ont respectivement apporté leur contribution, notamment en contribuant à l'interprétation correcte de la langue originale utilisée dans la législation, en suggérant des documents supplémentaires à examiner qui n'avaient pas été trouvés lors de la recherche initiale par l'auteur principal et en suggérant des révisions au texte du manuscrit.

Disponibilité des données

Bien que toutes les données soient accessibles au public, une liste des documents utilisés avec leur source a été incluse.

Approbation éthique et consentement à participer

Toutes les données étant publiquement disponibles et déjà en vigueur dans les États membres respectifs, les résultats de cette étude n'ont pas d'implications éthiques. En outre, comme l'étude a été entièrement basée sur des données publiques, il n'y a pas eu de situation dans laquelle il a été nécessaire de demander le consentement. Enfin, ni la taille des échantillons ni les principales caractéristiques démographiques (hormis la taille de la population) n'étaient applicables à l'étude en question. En tant que telles, elles ne sont pas signalées.

Abréviations

EU/EU Union européenne
UK/RU Royaume-Uni
GDP/PIB Produit intérieur brut
UN/ONU Nations Unies

Traduction de l'article complet :
Emploi et autisme mai 2020.pdf
(446.3 Kio) Téléchargé 13 fois
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#851 Message par Jean » mardi 2 juin 2020 à 19:52

Vous pouvez vous inscrire :

https://us02web.zoom.us/webinar/registe ... rVqV5OwffQ


'Entreprise Inclusive à l'heure du déconfinement

Description
Madame Marie-Anne Montchamp, Ancien ministre et Présidente d'Entreprises & handicap, a le plaisir de vous inviter à un séminaire dématérialisé sur le thème :
"L'entreprise inclusive à l'heure du déconfinement"

en présence de :
Monsieur Denis Beau 1er Sous-gouverneur de la Banque de France
Monsieur Olivier Théophile Directeur de la Responsabilité Sociale de LVMH
Monsieur Josef SchovanecPhilosophe et écrivain
Heure

9 juin 2020 06:30 PM
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#852 Message par Jean » jeudi 25 juin 2020 à 18:57

Webinaire sur le Trouble du Spectre de l'Autisme en milieu professionnel

2h16

Visio-conférence de Josef Schovanec :
Sensibilisation au trouble du spectre de l'autisme pour mieux comprendre ses conséquences et impacts en milieu professionnel
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
ブノワ
Passionné
Messages : 399
Enregistré le : jeudi 16 mai 2019 à 18:42

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#853 Message par ブノワ » mercredi 8 juillet 2020 à 21:21

Il y a des gens ici qui ont lu ou pratiqué le Guide de l'Emploi Accompagné ?
https://handicap.gouv.fr/IMG/pdf/guide_ ... 4-2018.pdf

Je souhaite en particulier un retex sur les volets "evolution professionnelle sans maintien à poste", je pense que dans un tel cadre, une telle entreprise n'aurait en plus aucun risque d'être "refusée" vu que ça n'a absolument rien à voir avec les ex-Samsah.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20682
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#854 Message par Jean » jeudi 9 juillet 2020 à 21:50

Insertion professionnelle des personnes avec autisme : présentation du Kit'com

https://www.craif.org/insertion-profess ... kitcom-636

père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2899
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#855 Message par olivierfh » vendredi 10 juillet 2020 à 8:03

Jean a écrit :
jeudi 9 juillet 2020 à 21:50
https://www.craif.org/insertion-profess ... kitcom-636
Et donc, dans la fiche indiquée la version écrite (pas vidéo ni cartes à jouer) "support de présentation «Emploi et autisme» (version numérique)", à quelle adresse web est-elle disponible?
(je ne vois pas cette information essentielle alors qu'il y a une page de "présentation" et une "fiche"?)
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Répondre