Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4719
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#31 Message par Manichéenne » mardi 29 octobre 2013 à 21:24

Le début de mes soucis alimentaires à été pour une raison simple : je ne voulais plus aller à la cantine au Lycée. Trop de bruit, trop de gens, trop seule...
J'imagine que ça n'entre pas non plus dans la définition classique de l'anorexie.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

cosima
Forcené
Messages : 1037
Enregistré le : mardi 8 octobre 2013 à 21:25
Localisation : Vaucluse

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#32 Message par cosima » mardi 29 octobre 2013 à 21:46

Les troubles alimentaires commencent bien à un moment donné pour une raison particulière. Ils n'arrivent pas ex nihilo :shock: Il y a forcément un facteur déclenchant :?:
Pour ma part je n'ai pas de souvenir précis. C'était l'année de mes 17 ans, j'étais très seule, très isolée.
Ensuite le problème vient quand les troubles deviennent envahissant et que toute la vie quotidienne se structure autour d'eux.
Neuro pas du tout typique, diagnostiquée hqi, ne souhaite pas faire de diagnostic SA

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4719
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#33 Message par Manichéenne » mardi 29 octobre 2013 à 21:57

cosima a écrit :Ensuite le problème vient quand les troubles deviennent envahissant et que toute la vie quotidienne se structure autour d'eux.
...ou à l'inverse, quand toute la vie se structure sans.
C'est un problème quand c'est dangereux, et pourtant ça peut ne prendre aucune place dans la vie quotidienne. L'anorexie peut consister à faire attention à chaque calorie et à faire du sport à outrance, comme il peut s'agir d'oublier de manger et ne pas réaliser sa maigreur. Dans le 2ème cas, le terme "envahissant" ne me semble pas convenir.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

cosima
Forcené
Messages : 1037
Enregistré le : mardi 8 octobre 2013 à 21:25
Localisation : Vaucluse

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#34 Message par cosima » mardi 29 octobre 2013 à 22:35

Dans le cas "oublier de manger", je suis d'accord. Mais est-ce bien de l'anorexie alors? Ou bien un autre type de trouble?
L'anorexique n'oublie pas de manger, elle se restreint, mais toute sa vie tourne autour de la nourriture, même si elle ne mange pas.
Neuro pas du tout typique, diagnostiquée hqi, ne souhaite pas faire de diagnostic SA

Avatar du membre
meï
Forcené
Messages : 4891
Enregistré le : lundi 9 août 2010 à 22:08
Localisation : Bretagne

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#35 Message par meï » mardi 29 octobre 2013 à 23:44

moi je 'n ai pas d'appétit. ca me pose vraiment problème. :roll:
et je ne bois pas assez.(mais je me force à boire des tisanes etc.)
je ne suis donc pas vraiment anorexique no lus, c'est vrai (c'est utilisé souvent pour moi a cause de mon poids faible souvent) mais je ne me trouve pas "grosse" ni ne pense a la nourriture, (au contraire;.)
Maman 44 ( Aspie, hpi, diag CRA 2012) de 3 garçons (20, 18( [trans hpi ) ,16 ans( hpi, TSA aspie diag cra 2016)) et d'une puce 4 ans ( hpi[) .
http://folensemble.fr
https://cieharmonieautiste.jimdo.com/

Avatar du membre
Mizton
Forcené
Messages : 909
Enregistré le : vendredi 13 janvier 2012 à 14:18
Localisation : Nantes

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#36 Message par Mizton » mercredi 30 octobre 2013 à 9:48

L'anorexie au sens commun désigne en fait ce que les psychologues nomment l'anorexie mentale. Cependant, l'anorexie mentale ne doit pas être confondue avec l'anorexie provoquée par certaines maladies physiologiques.
L'anorexie mentale est une conduite dite de restriction alimentaire. Cela signifie que la personne anorexique fait preuve d'une réelle volonté de ne pas se nourrir.
Réelle volonté qui disparait dans la maladie et qui devient - contrairement à ce que l'anorexique pense - totalement hors-contrôle. (s'il suffisait de vouloir manger pour sortir de l'anorexie, ça se saurait -__-)
Du coup, aux vues de tout ce que vous dites concernant vos troubles alimentaires, ceux liés à l'autisme en tout cas, c'est vraiment pas la même chose, et pourtant c'est pas "moins grave" pour autant si ça prend des proportions. Parce que bon, le résultat c'est une sous-alimentation, des carences (même s'il y a aussi des métabolismes différents et certaines personnes pouvant très bien vivre en mangeant peu), et des risques réels pour la santé...

ça pourrait être intéressant, dans l'idée des "groupes d'habileté sociale" et compagnie, d'avoir des espaces de rééducation du comportement alimentaire pour aspies. Parce que les routines/habitudes peuvent être déconstruites et/ou modifiées, en y allant petit à petit, donc pourquoi pas celles liées à l'alimentation ?
Un enfant à qui l'on proposerait de manger dans une pièce en retrait à la cantine serait par exemple peut-être moins sujet à vouloir supprimer ce moment dans sa journée...

Pour l'exemple de l'aversion pour l'amertume, il faut aussi savoir qu'il existe des trucs pour supprimer l'amertume d'aliments (un collègue cuisinier me disait qu'il cuisinait les légumes avec un petit peu de sucre pour ses enfants, ça les caramélisait légèrement et ses gosses mangeaient absolument de tout ainsi... même si en soi le sucre n'est pas une solution, si c'est remplacé par du miel ou du sirop d'agave c'est déjà surement mieux :p et le résultat est le même). La façon dont sont cuisinés un même légume peuvent en changer le goût du tout au tout. L'exemple qui me vient là : celui de l'endive. Cuite, c'est souvent très amer. J'en ai mangé une fois, non sans réticence, et après je voulais me resservir tellement c'était doux. C'est vraiment principalement la façon de cuisiner l'aliment qui détermine son degré final d'amertume, d'acidité, etc.

Faut savoir aussi que manger toujours la même chose favorise la dépression.... Si si ! C'est - entre mille autres choses - une des raisons pour laquelle il est fortement conseillé de manger varié ^^.

J'aimerais beaucoup pouvoir travailler dans ce sens avec des gens qui éprouveraient ce genre de problèmes vis à vis de l'alimentation, pour voir ce qu'il est possible de faire en fonction des habitudes/routines, goûts/dégoûts de chacun etc. Parce que manger varié (mais si possible de saison, ce qui en soi fait que pendant trois mois grosso-modo c'est les mêmes fruits/légumes qui reviendront, donc c'est une semi-routine :p), ne serait-ce que pour éviter les carences, c'est super important. Et manger tout court aussi :/ Se laisser entrainer dans la spirale de l'anorexie est la pire chose qui puisse arriver, vraiment.. parce qu'après pour en sortir, c'est plus d'une vie qu'il faudrait... Si vous avez besoin de raisons claires pour vous motiver à manger en quantité suffisante (vu qu'apparemment les aspies ont besoin d'avoir des raisons argumentées qui justifieraient leurs actions), je peux vous en donner à foison... :?

Et la phrase "l'appétit vient en mangeant" n'est vraiment pas une connerie.. Tout comme "l'absence d'appétit vient en arrêtant de manger"...
Compagnon NPTT (neuro-pas-très-typique) d'aspicot :)
Et Annihilator assumé :p

Cailla
Habitué
Messages : 87
Enregistré le : vendredi 13 septembre 2013 à 16:03

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#37 Message par Cailla » mercredi 30 octobre 2013 à 10:29

moi je 'n ai pas d'appétit. ca me pose vraiment problème. :roll:
et je ne bois pas assez.(mais je me force à boire des tisanes etc.)
je ne suis donc pas vraiment anorexique no lus, c'est vrai (c'est utilisé souvent pour moi a cause de mon poids faible souvent) mais je ne me trouve pas "grosse" ni ne pense a la nourriture, (au contraire;.)
Voilà c'est exactement ça.

J'ai accepté le terme anorexie suite à mes lectures en lien avec les aspies mais il est clair pour moi que si on peut parler d'anorexie ce n'est pas l'anorexie "classique". Il s'agit en tout cas d'un trouble du comportement alimentaire. En fait l'anorexie vraie touche assez peu de personnes, mais des troubles de types anorexiques sont plus fréquents.
le TCA est une pathologie qui répond aux critères suivants :
o la conduite alimentaire est différente de celle usuellement adoptée par les individus du même environnement socio-culturel et nutritionnel,
o le comportement alimentaire présente un retentissement péjoratif sur la santé physique (obésité, dénutrition, carences) ou psychologique (impression d'anormalité, monomanie, exclusion sociale, dépressivité...).

En marge de 2 catégories - l'anorexie mentale et la boulimie nerveuse - apparait un 3e groupe rassemblant tous les troubles qui ne répondent pas aux critères d'un TCA spécifique. Il s'agit des Troubles des Conduites Alimentaires Non Spécifiés (TCANS) également appelés Troubles des Conduites Alimentaires Atypiques (TCAA) ou Eating Disorder Not Otherwise Specified (EDNOS). Ils recouvrent, entres autres, les formes subsyndromiques (c'est-à-dire ne répondant pas exactement aux critères définis) d'anorexie mentale ou de boulimie nerveuse
http://innocenceendanger.e-monsite.com/ ... taire.html
Si on suit les signes évocateurs d'une anorexie chez l'adulte ("tableau 1" http://www.legeneraliste.fr/Sync/Media/ ... fmc-t1.pdf du document suivant http://www.legeneraliste.fr/layout/Rub_ ... icle=34983 ) je les ai tous (sauf la baisse d’érection :wink: )

Je pense que de l'extérieur on pourrait croire que je refuse de m'alimenter correctement (suffisamment). Mais ce n'est pas du refus, si on me fait à manger, je mange.

Je pense que mes collègues le pense (ils me rappellent à chaque fois d'aller manger et me font comprendre que mon assiette est bien petite) Je pense par ailleurs qu'un psy ou autre me classerait très facilement dans la nouvelle mode des orthorexiques. Je suis végétarienne depuis mes 17 ans et la recherche de l'alimentation saine (ou plutôt des critères éthique et écologique que l'on pourrait penser excessif dans mon cas), l'éviction d'un tas de produits que je ne considère pas comme de l'alimentation, la lecture drastique des étiquettes etc., fait parti de mon parcours. Il m'est impensable de manger un produits industriel contenant des pesticides, des additifs, de l'huile de palme ou du sirop de glucose par exemple. Je fais aussi attention à la provenance et à bien d'autres critères. En conséquence de quoi dans un supermarché seulement une poignée de produits me conviennent, et en magasin bio le choix est tout juste un peu plus grand et effectivement je préfère sauter un repas que d'acheter/manger des produits qui ne correspondent pas à mes critères. Je peux faire un effort en situation sociale (mes troubles alimentaires ne m'empêche pas de manger hors de chez moi à condition que l'on respecte mon végétarisme), mais seule non.

Bref j'ai un rapport particulier avec la nourriture :roll:
Si vous avez besoin de raisons claires pour vous motiver à manger en quantité suffisante (vu qu'apparemment les aspies ont besoin d'avoir des raisons argumentées qui justifieraient leurs actions), je peux vous en donner à foison...
Oui je pense qu'il faut les avoir ces raisons. Mais les avoir ne suffit pas forcément. Ma mère pense que la solution pour moi serait quelqu'un qui vient me faire à manger tous les jours aussi longtemps que nécessaire... Mais je ne veux pas de quelqu'un pour cela ni d'être dépendante pour quelque chose d'aussi trivial que s'alimenter...
ça pourrait être intéressant, dans l'idée des "groupes d'habileté sociale" et compagnie, d'avoir des espaces de rééducation du comportement alimentaire pour aspies. Parce que les routines/habitudes peuvent être déconstruites et/ou modifiées, en y allant petit à petit, donc pourquoi pas celles liées à l'alimentation ?
Un enfant à qui l'on proposerait de manger dans une pièce en retrait à la cantine serait par exemple peut-être moins sujet à vouloir supprimer ce moment dans sa journée...
:bravo:

Edit. Et effectivement je déteste les endives, sous toutes ses formes et modes de cuisson (en tout cas personne n'a réussi à me les faire apprécier). ;)

Avatar du membre
meï
Forcené
Messages : 4891
Enregistré le : lundi 9 août 2010 à 22:08
Localisation : Bretagne

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#38 Message par meï » mercredi 30 octobre 2013 à 11:31

Mizton a écrit : ça pourrait être intéressant, dans l'idée des "groupes d'habileté sociale" et compagnie, d'avoir des espaces de rééducation du comportement alimentaire pour aspies. Parce que les routines/habitudes peuvent être déconstruites et/ou modifiées, en y allant petit à petit, donc pourquoi pas celles liées à l'alimentation ?
Un enfant à qui l'on proposerait de manger dans une pièce en retrait à la cantine serait par exemple peut-être moins sujet à vouloir supprimer ce moment dans sa journée...
:bravo: ah oui ca serait super.mes plus grosses angoisses alimentaires concernent les moments de repas "en groupe".depuis toujours. les reps de famille, puis les repas a l'école (beuh), puis les selfs au travail, a la fac, je fuyais ça:! (le bruit, la foule, ça me et dans une angoisse!..j'aime bien y aller aujourd'hui parce que je sais pourquoi et je ne me force plus a a voir l'air normale je vais ds un coin e je mange, opint. mais avant j'avais aussi peu de la vu des autres , la pression sociale, etc etc..un calvaire!)
alors les gamins au self scolaire, oui!..si c'etait possible d'en proteger qulques uns qui souffrent de ce type de chose, ça aiderait ...
et très bonne idéee ls groupes d'"habileté alimentaire"...

(deja qu'ici on a rien du tout, pas de groupes de quoi que ce soit, c'est dommage.jle souçis c'est que je me trouve dans une drole de situation, trop "bien "pour être aidée (enfin visiblement), pas assez pour me débrouiller dans toutes les situations de la vie... :mryellow: faut que je gère.)
Maman 44 ( Aspie, hpi, diag CRA 2012) de 3 garçons (20, 18( [trans hpi ) ,16 ans( hpi, TSA aspie diag cra 2016)) et d'une puce 4 ans ( hpi[) .
http://folensemble.fr
https://cieharmonieautiste.jimdo.com/

Cailla
Habitué
Messages : 87
Enregistré le : vendredi 13 septembre 2013 à 16:03

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#39 Message par Cailla » mercredi 30 octobre 2013 à 12:30

angoisses alimentaires concernent les moments de repas "en groupe".depuis toujours. les reps de famille, puis les repas a l'école (beuh), puis les selfs au travail, a la fac
Au travail j'ai toujours mangé seule, en me baladant.

Je discutais il y a peu avec un copain du fait que c'était quand même dingue que pour voir des gens (famille, amis etc.) la plupart du temps il fallait se voir autour d'un repas qui dure des heures, pourquoi pas d'autres activités ? En tout cas moi ça m'aiderait à avoir envie de les retrouver.
trop "bien "pour être aidée (enfin visiblement), pas assez pour me débrouiller dans toutes les situations de la vie... :mryellow: faut que je gère
Même dilemme ici (l'alimentation n'est pas le seul).

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8315
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#40 Message par Mars » mercredi 30 octobre 2013 à 14:24

la "culture française" des grands repas est épouvantable pour vous (et pour moi aussi, c'est ma hantise). C'est très mal vu de ne pas être content d'y aller.
Je ne comprends pas comment on peut y prendre du plaisir :?
Pour les enfants autistes, j'ai expérimenté le repas en solitaire (et pas à la cantine ou alors dans un coin réservé). C'est difficile de faire accepter l'idée et, par ailleurs, les locaux manquent (ainsi que des surveillants, bien entendu). En tant que documentaliste, j'ai accueilli, dans une petite salle du CDI, des élèves autistes avec leur pique-nique.
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

Manduleen
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : samedi 8 octobre 2011 à 14:32
Localisation : France

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#41 Message par Manduleen » jeudi 31 octobre 2013 à 17:22

meï a écrit :je suis une anorexique latente. j'ai des périodes d'anorexie mais pas vraiment d'obsession du poids, je suis plus dans le manque d'appetit tout simplement. (je n'ai meme pas de balance!)
la je mange a peu près (bien que 'jai perdu tout le poids de grossesse très très vite. comme d'hab...je suis revenue a un poids pourtant meilleur pour moi, 55kg.avant j'étais ds les 45/50 max..ça varie.))et je tente de garder ce poids mais je sens que je fonds très vite.je ne reussis pas a m'interesser a manger .
par contre j'aime bien cuisiner!! (pour mes proches.)

je me susi posé la question pour lautisme et la nourriture.
Lors de mon bilan au CEDA, le neuropsychiatre m'a demandé si je faisais de l'anorexie. Je lui ai répondu que non, mais que par moment, quand j'étais en grand stress, je n'avais pas faim, pas d'appétit, mais que ce n'était pas un truc que je m'imposais. Alors il m'a regardé avec des yeux tous ronds et il m'a dit : "connaissez-vous la définition de l'anorexie ? L'anorexie, étymologiquement c'est une absence d'appétit, rien à voir avec une volonté quelconque de refuser de manger". Donc selon sa définition, je fais de l'anorexie. Quand je suis stressée de façon intense ou même lorsque je suis très très bien (de façon intense aussi).

Il n'y a donc pas "d'anorexie mentale" mais plutôt une "anorexie comportementale" (se contrôler à l'excès) à opposer à l'anorexie tout court qui elle ne se "contrôle" pas...
Manduleen

Neuro-pas-typique, HPI bilantée, diagnostiquée Syndrome Ehlers-Danlos (SED)... Deux loustics neuro-pas-typiques et SED aussi.

Avatar du membre
Mizton
Forcené
Messages : 909
Enregistré le : vendredi 13 janvier 2012 à 14:18
Localisation : Nantes

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#42 Message par Mizton » jeudi 31 octobre 2013 à 17:40

Le truc c'est que l'anorexie débutant d'une intention/volonté (consciente ou non) de réduire son alimentation au minimum devient rapidement hors-contrôle et donc une "absence d'appétit" couplée à un dégoût de s'alimenter, même si on a l'intention/la volonté de reprendre du poids (ne serait-ce que pour une question de vie ou de mort....) :/ Donc finalement c'est assez lié.

Mais tout à fait d'accord avec la distinction que tu fais entre anorexie comportementale (dans le cas des aspies par exemple) et l'anorexie mentale.


Pour Cailla : Euh, tu sais que des pesticides sont présents dans absolument TOUS les produits, même les frais, ceux du marché et.. même les bios malheureusement (à moins d'avoir la chance d'avoir une exploitation à l'abri du vent et donc des pesticides provenant des champs voisins...mais je suis persuadé que les champs même sont pollués donc bon...)
N'importe qui, même quelqu'un-e qui ne mangerait jamais de produits industriels a dans son sang une multitude de traces de pesticides, c'est affolant :/
Compagnon NPTT (neuro-pas-très-typique) d'aspicot :)
Et Annihilator assumé :p

Avatar du membre
Betta splendens
Forcené
Messages : 512
Enregistré le : dimanche 19 septembre 2010 à 21:42
Localisation : Dans les nuages

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#43 Message par Betta splendens » jeudi 31 octobre 2013 à 18:18

Mizton a écrit :
Pour Cailla : Euh, tu sais que des pesticides sont présents dans absolument TOUS les produits, même les frais, ceux du marché et.. même les bios malheureusement (à moins d'avoir la chance d'avoir une exploitation à l'abri du vent et donc des pesticides provenant des champs voisins...mais je suis persuadé que les champs même sont pollués donc bon...)
N'importe qui, même quelqu'un-e qui ne mangerait jamais de produits industriels a dans son sang une multitude de traces de pesticides, c'est affolant :/
il y a quand même beaucoup moins de pesticide dans les produit bio que les non conventionnel en moyenne (je n'ai plus les chiffre en tête , il me semble que les urine des enfants en bas age nourris au bio contiennent en moyenne 5* mois de pesticide que ceux nourrie au conventionnel)et en moyenne plus de vitamine et autre nutriment dans le bio, ça a aussi été démontré

Mais bon il est vrai que pour en être totalement dépourvue il faudrait allez les chercher sur une autre planète, et il n'y a pas que dans les aliment que l'on retrouve des polluant mais aussi dans l'eau(énormément de pesticide dans les eau souterraine) et l'aire.
Neuro-atypique (TSA) diagnostiquée à 21 ans, plusieurs soupçon de TSA dans la familles, un cousin diagnostiqué et 2 cousines en attentes de diagnostique.

Manduleen
Adepte
Messages : 210
Enregistré le : samedi 8 octobre 2011 à 14:32
Localisation : France

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#44 Message par Manduleen » jeudi 31 octobre 2013 à 18:35

Mizton a écrit :Le truc c'est que l'anorexie débutant d'une intention/volonté (consciente ou non) de réduire son alimentation au minimum devient rapidement hors-contrôle et donc une "absence d'appétit" couplée à un dégoût de s'alimenter, même si on a l'intention/la volonté de reprendre du poids (ne serait-ce que pour une question de vie ou de mort....) :/ Donc finalement c'est assez lié.

Mais tout à fait d'accord avec la distinction que tu fais entre anorexie comportementale (dans le cas des aspies par exemple) et l'anorexie mentale.
Non, ce n'est pas ce que j'ai expliqué. Quand il y a anorexie d'après la définition de mon neuropsychiatre, il n'y a aucune volonté consciente ou pas de réduire l'apport alimentaire, ce n'est pas une intention mais un fait biologique, je ne sais pas comment exprimer ça mais ce n'est pas un truc psychologique, c'est physiologique. Si je prends mon exemple, en cas de stress intense (qu'il soit positif ou négatif), je ne ressens plus la faim, donc je ne pense pas à m'alimenter. Ce n'est pas une volonté de ne plus consommer, d'autant plus lorsque par exemple c'est du stress positif et que la situation fait que je vais aller au restaurant en bonne compagnie ou autre... De toute façon ça paraît logique, le stress déclenche la production de cortisol, et cette hormone influence elle même la glycogénèse au niveau du foie, le corps "fabrique" son glucose à partir des réserves lipidiques et protéiques... donc pas étonnant que l'appétit baisse, ou disparaisse, le corps "n'a pas besoin" d'apport d'aliment. Mais comme pour toute réaction de stress cette situation ne peux pas durer dans le temps car le corps n'a pas des réserves illimités.

Autre chose, je n'ai pas dit que les aspie ont une anorexie comportementale. Pour moi une anorexie comportementale c'est la personne qui va contrôler à l'excès son alimentation, ça je veux bien qu'on dise que ça relève de la psychologie et je ne pense pas que cela concerne uniquement des aspies.

Dans le cas que définit Meï ou le mien, c'est plus de l'anorexie tout court, une réaction physiologique au stress.
Manduleen

Neuro-pas-typique, HPI bilantée, diagnostiquée Syndrome Ehlers-Danlos (SED)... Deux loustics neuro-pas-typiques et SED aussi.

Avatar du membre
Mizton
Forcené
Messages : 909
Enregistré le : vendredi 13 janvier 2012 à 14:18
Localisation : Nantes

Re: Un lien entre anorexie mentale et autisme ?

#45 Message par Mizton » jeudi 31 octobre 2013 à 21:45

Pardon Manduleen, je n'avais pas bien lu ta dernière phrase effectivement ! :crazy:


L'anorexie mentale c'est justement entre autre le contrôle à l'excès (au sens large du terme, pas forcément "contrôle de son poids"), et le dysmorphisme, donc ce n'est pas "comportemental". oO
Enfin disons que je prenais le "comportemental" dans le sens habitudes, attitudes, "comportements quotidiens" qui induiraient un dérèglement et/puis/ou des TCA.

Ensuite, si on prend par exemple la merde wikipédia, on peut y lire
Dans les faits, le terme [anorexie] est abusivement utilisé pour désigner l'anorexie mentale qui est un trouble psychopathologique complexe et spécifique, au cours duquel il n'y a pas de perte de l'appétit mais au contraire une lutte active contre la faim.
or c'est débile de réduire ça à cela, vu que l'anorexie mentale débouche logiquement sur la perte d'appétit ! (ce qui recoupe ce que je disais dans mes messages précédents, qu'anorexie mentale et "anorexie au sens étymologique du terme" se recoupent de toute façon)
Cette croyance du "ah t'es anorexique, bah t'as qu'à manger !" me fout hors de moi car non seulement c'est faux mais en plus ça fait beaucoup de mal aux personnes concernées, comme si au final ça niait le fait que c'est une maladie, et que ben "si elles veulent, elles peuvent".

Enfin de toute façon dans tout les cas il s'agit (ou "ça aboutit à" ) d'anorexie. Mais à moins que tu stresses 24h/24h (je ne dis pas que c'est impossible hein), le manque d'appétit lié au stress (ce qui est assez récurrent chez tout le monde) ne suffit pas à lui seul à rendre quelqu'un pathologiquement anorexique (car on ne va pas s'amuser à qualifier d'anorexique - par soucis de correspondance étymologique - toute personne n'ayant pas d'appétit lorsqu'elle stresse). Il ne me semblait pas avoir compris que Meï parlait exclusivement de stress comme cause de son manque/absence d'appétit, mais je me trompe peut-être.

Voile de Chine : oui je suis d'accord que c'est toujours mieux de manger du bio, mais bon ya bio et bio, et ce qui se cache derrière le label bio est assez bancal aussi malheureusement (quand les industriels s'emparent du truc...). Quand je parlais de champs pollués c'était au niveau des sols... donc lié à l'eau souterraine (et les retombées d'eau de pluie j'imagine?)
Compagnon NPTT (neuro-pas-très-typique) d'aspicot :)
Et Annihilator assumé :p

Répondre