Recherches sur le bumétanide

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Papillons
Fidèle
Messages : 155
Enregistré le : dimanche 11 décembre 2016 à 9:06

Re: Recherches sur le bumétanide

#496 Message par Papillons » mercredi 15 mars 2017 à 14:54

Bonjour Jean,
Je vois que nous avons les mêmes sujets de lecture depuis hier :). https://www.sciencesetavenir.fr/sante/a ... que_111268

Et merci pour le lien pour le Pr. Lemonnier, je m'étais demande si j'avais posé une question qu'il ne fallait pas poser.
Bonne journée à tous!
maman d'un garcon de 11 ans diagnostiqué TED NS.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#497 Message par Jean » vendredi 17 mars 2017 à 0:40

Papillons a écrit :Et merci pour le lien pour le Pr. Lemonnier, je m'étais demande si j'avais posé une question qu'il ne fallait pas poser.
Dr, pas Pr !

Je me suis permis de donner son e-mail, parce qu'il figure dans les publications scientifiques.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#498 Message par Jean » vendredi 17 mars 2017 à 0:41

Une interview de Yezkhel Ben Ari
41 mn 30
Pr. Y. Ben Ari, neuroarcheologie, autisme, Parkinson et épilepsie, interview intégrale, Live Doctors
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#499 Message par Jean » vendredi 17 mars 2017 à 10:35

https://www.mypharma-editions.com/servi ... s-lautisme

Servier et Neurochlore vont développer un médicament dans l’autisme
Publié le mercredi 15 mars 2017

Image
Servier et Neurochlore vont développer un médicament dans l'autismeLe laboratoire pharmaceutique Servier et la biotech marseillaise Neurochlore ont annoncé hier la signature d’un accord de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de la bumétanide dans l’autisme chez l’enfant en Europe. Un médicament qui pourrait devenir le premier traitement global des symptômes clés de ce trouble neurodéveloppemental complexe.

Selon les termes de l’accord, Servier développera et commercialisera le produit en Europe et Neurochlore conservera les droits pour les USA. Les droits pour les autres pays sont en négociation. Le plan de développement inclut 3 études de phase 3 avec une formulation liquide orale destinée à l’enfant. Un dépôt de demande d’Autorisation de Mise sur le Marché est envisagé fin 2021.

Le professeur Ben-Ari travaille depuis plusieurs années sur le mécanisme d’action de la bumétanide. En 2014, ses travaux, publiés dans la revue Science, ont montré qu’il était possible, dans des modèles animaux, en traitant des femelles gestantes avec de la bumétanide, de prévenir des comportements autistiques chez leurs descendants. La bumétanide agit sur les concentrations élevées de chlore dans les neurones observées dans certaines maladies neurodéveloppementales comme l’autisme. Ces travaux ont rapidement ouvert la voie à des études cliniques chez l’homme.
Une étude de phase 2A a tout d’abord été réalisée par le Dr E. Lemonnier, puis un essai de phase 2B multicentrique a été mené par la société Neurochlore dans 6 centres en France sur près de 90 enfants (2-18 ans). Cette étude vient de montrer des résultats encourageants en faveur de la bumétanide sur plusieurs échelles d’autisme. Ces résultats, publiés ce jour (1), permettent d’envisager une prise en charge globale du trouble et particulièrement de ses symptômes clés, le déficit social et les comportements stéréotypés.

L’utilisation prolongée chez l’enfant de la bumétanide peut être envisagée car son acceptabilité chez l’adulte est bien documentée, ce produit étant utilisé dans l’insuffisance cardiaque et les oedèmes d’origine rénale et hépatique depuis de nombreuses années.

L’autisme est un trouble neurodéveloppemental complexe qui touche environ un enfant sur 100, avec une prévalence quatre fois plus forte chez les garçons. Les causes de ce trouble restent inconnues à ce jour et aucun traitement n’est disponible. La prise en charge est uniquement symptomatique et passe par des thérapies éducatives personnalisées.

« Je suis ravi de voir que les recherches fondamentales que nous menons depuis plusieurs décennies sur le développement des courants ioniques vont aboutir au traitement d’un syndrome qui n’en a pas à l’heure actuelle. Cela illustre l’importance de la recherche fondamentale de type cognitif et de la collaboration avec des médecins et psychiatres comme le Dr E. Lemonnier. J’ai toujours considéré que les recherches expérimentales doivent être centrées sur des concepts majeurs sans préjuger d’une application qui peut éventuellement et ultérieurement survenir de façon inattendue, » a déclaré le Pr. Yehezkel Ben-Ari, Président de Neurochlore. « La compréhension du développement des réseaux neuronaux dans des conditions pathologiques ouvre ainsi la piste à de nouvelles approches thérapeutiques de maladies cérébrales, surtout lorsqu’il s’agit de syndromes ayant une origine intrautérine.»

Christian de Bodinat, Directeur du pôle R&D des maladies neuropsychiatriques chez Servier, conclut : « Nous sommes enthousiastes à l’idée de participer au développement d’un produit qui a le potentiel d’être le premier traitement des symptômes clés de l’autisme. Cet accord témoigne de notre volonté de focaliser notre recherche sur des pathologies à très fort besoin médical et d’apporter des solutions thérapeutiques innovantes pour les patients souffrant de maladies neurodéveloppementales. »

1 Translational Psychiatry (2017) 7, e1056; doi:10.1038/tp.2017.10; published online 14 March 2017

Source : Servier
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Nanar02
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : samedi 1 octobre 2016 à 17:37

Re: Recherches sur le bumétanide

#500 Message par Nanar02 » vendredi 17 mars 2017 à 18:29

Ce laboratoire SERVIER n'a pas une réputation de premier ordre (scandale du médiator si je ne me trompe)
Diagnostiqué Asperger 01/04/2019

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#501 Message par Jean » samedi 18 mars 2017 à 15:35

Bumétanide - Interview du Dr Eric Lemonnier
17 mars 2017 Par Jean Vinçot - Mediapart.fr

Les résultats favorables d'un essai multicentrique sur l'utilisation d'un diurétique dans l'autisme viennent d'être publiés. Une interview du Dr Eric Lemonnier, à l’origine de cette utilisation, suite à une conférence du Pr Ben-Ari à une université d'automne de l'ARAPI il y a 10 ans.

Question : d'où vient l'idée des recherches sur le bumétanide ?
Image

Eric Lemonnier : C’est à l’occasion de la présentation de ses travaux par Y. Ben-Ari aux universités d’automne de l’ARAPI que l’idée de cette approche thérapeutique a vu le jour. Rencontre de la recherche fondamentale et de la clinique.

Image
extrait bulletin ARAPI

http://www.arapi-autisme.fr/pdf/BS/21/B ... noglou.pdf


Q. : Quel est le principe biologique ?

EL : Le GABA est un neurotransmetteur qui agit en ouvrant un canal chlore. Les neurones GABA ont la particularité d’avoir une action différente selon le taux intracellulaire de chlore : lorsque ce taux est élevé, le chlore sous l’action du GABA sort de la cellule provoquant une polarisation ; lorsque le taux est bas, le GABA permet une entrée de chlore provoquant une dépolarisation.

Durant la phase fœtale de développement, le taux de chlore est élevé, le GABA est polarisant entraînant une excitation qui participe à la migration des autres neurones. Puis arrivé à maturité, le taux de chlore est bas, entraînant une inhibition qui permet la synchronisation des neurones cibles. Dans l’autisme, certains de ces neurones GABA ont un taux de chlore élevé, si bien que l’inhibition est absente.

Le taux de chlore des neurones GABA est dépendant d’un double système de pompes (NKCC1 qui font entrer le chlore dans la cellule et KCC2 qui le font sortir). En bloquant les pompes NKCC1, il est possible d’abaisser le taux de chlore avec la bumétanide (antagoniste NKCC1) dans ces neurones, leur permettant de recouvrir une activité inhibitrice et donc de synchronisation.

Q. : Quels sont les premiers essais et les premiers résultats ?

EL : Un premier essai s’est déroulé au CHU de Brest, randomisé en double aveugle qui a montré l’efficacité de la bumétanide dans l’autisme. Il s’agissait d’un essai de phase II, dit de validation de concept (3)

Q. : C'est quoi un essai de phase 2B ?

EL : Durant cette phase, il s’agit de préciser la pharmacocinétique, et de voir si il existe un effet dose

Q : Pourquoi pas d'essai de phase 1 ?

EL : La phase 1 est pré-clinique chez des volontaires sains. Le burinex (formule commerciale du bumétanide) est utilisé depuis plus de 40 ans. Cette phase devient inutile ici

Q. : Quelle différence entre le premier essai randomisé à Brest et le dernier ?

EL : Ce dernier essai toujours randomisé en double aveugle est multicentrique

Q. : Comment à été financé le dernier essai ?

EL : par la Simons Foundation.

Q. : Que signifie l'accord de la FDA?

EL : C'est l'accord de la Food and Drug Administration, agence nord-américaine du médicament. Il faudra un accord de la FDA pour une commercialisation aux USA, et il viendra après un essai aux USA

Q : Pourquoi faire un accord avec le labo Servier ? Parce qu'il est sans scrupules ?:

EL : La phase III demandée par l’agence médicale européenne nécessite plus de 350 patients dans plusieurs pays européens. Les coûts nécessaires à cet essai ne peuvent être assumés que par un laboratoire pharmaceutique. Seul Servier s’est montré intéressé.

Commentaire personnel : et si çà avait été SANOFI, qui a promu la Dépakine ?

Q. : Encore 5 ans, c'est long... Pas possible d aller plus vite ?

EL : Le temps de la recherche est long. Si les recrutements de volontaires pour les essais avancent vite, ce sera un peu plus rapide.

Q. : Pourquoi pas d'études pour les adultes ?

EL : L’agence médicale européenne ne nous les a pas demandées.

Q. : Une ATU (autorisation temporaire d'utilisation) est elle demandée ? Pourquoi ?

EL : Non. La crainte est de ne pas pouvoir recruter de patients pour le futur essai si ATU.

Q. : Y a-t-il des recherches sur les mécanismes à l’œuvre avec le bumétanide ?

EL : Elles sont en cours avec la thèse de Mohamed Boudjarane sur les aspects sensoriels.(6)

Q. :Autres pathologies ? Bases théoriques ? Recherches ? Publications ?

EL : Elles sont en cours pour la maladie de Parkinson. Il y a une première publication dans la schizophrénie. Étude à venir. (5)

Q. : Sur le plan financier, qui est intéressé au brevet ?

EL : l'INSERM, le CHRU de Brest, Y. Ben-ari et E. Lemonnier

Q. : Contre indications ?

EL : hypersensibilité connue aux sulfamides, encéphalopathie hépatique, obstacle sur les voies urinaire, hypovolémie, grossesse et allaitement, insuffisance rénale ou hépatique, prise de lithium, diphémanil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sultopride, vincamine, les antibiotiques de la classe des aminoglycosides, épilepsie associée et mal équilibrée

Q. : Rappel des précautions

EL : Surveillance régulière clinique et biologique des effets secondaires, état d’hydratation, ionogramme, fonction rénale et hépatique, glycémie, NFS

Q. Quelles sont les doses efficaces ?

EL : Il apparaît que la posologie la mieux adaptée (il s’agit toujours d’un équilibre entre effets secondaires et bénéfices) est de 1mg matin et fin d’après midi chez les enfants de plus de 25 kg. La dose est adaptée chez les enfants plus jeunes.

Q. : Les échelles d'analyse des résultats sont-elles les mêmes que pour le 1er essai randomisé ?

EL : Oui concernant la CARS et la CGI. On a ajouté la SRS

CARS : échelle d’intensité des symptômes de l’autisme
CGI : échelle d’impression clinique d’efficacité et des effets secondaires
SRS : échelle de compétence sociale

Q. : L'effet diurétique ne vicie-t-il pas le test en double aveugle ?

EL : Pour limiter cette difficulté, la mesure de l’effet est faite par un clinicien qui n’intervient pas dans la prescription et le suivi.

Q. : N y-a-t-il pas des risques à long terme ? Pour les adultes ? Pour les enfants ?

EL : Les risques sont liés aux effets secondaires et doivent donc faire l’objet d’une stricte surveillance médicale (clinique et biologique)

Q : Autres traitements dignes d intérêt ?

EL : Je n’ai pas d’idée, ces essais n’ont pas été fait sen double aveugle ni randomisé

De plus, un premier essai donne une indication, mais la confirmation vient par la réalisation de nouveaux essais multicentriques, toujours randomisés et en double aveugle.

C’est ce que nous avons fait. En plus, l’effet de la bumétanide a aussi été rapporté par une équipe chinoise

Nous avons également le travail de Nouchine Hadjikhani sur l’imagerie cérébrale (4).

Q. : Avez-vous un suivi sur le long terme des patients qui continuent à prendre du bumétanide ?

EL : Oui, l’aspect facilitateur se poursuit avec des progrès qui se font alors au fil du temps. A l’arrêt, cet effet facilitateur se perd, mais il n’y a pas de régression de ce qui est acquis

Q : Les effets du traitement disparaissent après son arrêt. Il y a la crainte d'avoir un traitement à vie. Est-il possible d'interompre le traitement, puis de le reprendre ?

EL : Je pense que ce traitement devra être poursuivi le plus longtemps possible. Il est toujours possible de reprendre ce traitement s'il n'y a pas de contre indication

1 - Le diurétique bumétanide diminue le comportement autistique pour 5 enfants traités pendant 3 mois sans effets secondaires. 1er juillet 20102
2 -Des diurétiques pour traiter l’autisme : l’histoire riche d’enseignement d’une découverte Automne-hiver 2011
3 - A randomised controlled trial of bumetanide in the treatment of autism in children Décembre 2012 Vidéo
4 -Improving emotional face perception in autism with diuretic bumetanide:A proof-of-concept behavioral and functional brain imaging pilot study avril 2014
5 _Failure of the Nemo Trial: Bumetanide Is a Promising Agent to Treat Many Brain Disorders but Not Newborn Seizures Avril 2016
6 -Effet d’un traitement médicamenteux chez des enfants autistes : aspects cognitifs et neurosensoriels Octobre 2015
7 _Effects of bumetanide on neurobehavioral function in children and adolescents with autism spectrum disorders 14 mars 2017
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#502 Message par Jean » samedi 18 mars 2017 à 15:44

Autisme - Testé à Limoges, un médicament diurétique suscite l'espoir
Publié le 15/03/2017 - Le populaire

Au CHU de Limoges, une douzaine d'enfants ont participé à un essai clinique prometteur afin d'atténuer les troubles autistiques. C'est le résultat d'une étude publiée le 14 mars, et menée notamment par le docteur Eric Lemonnier, responsable du centre expert autisme du Limousin.

Un simple diurétique qui diminue les symptômes de l'autisme ? L'idée peut étonner. C'est pourtant le résultat porteur d'espoir d'un test clinique mené sur 88 enfants dans six centres français (*), dont celui de Limoges qui compte une douzaine de participants. Cette expérimentation au long cours a été rendue publique le 14 mars, avec une parution dans la revue Translational Psychiatry.
Une amélioration des symptômes, pas une guérison

Âgés de 2 à 18 ans, les trois quarts des jeunes patients, autistes à divers degrés (du retard mental au syndrome d'Asperger), ont ingéré de la bumétadine, pendant trois mois, deux fois par jour, sous forme de sirop ; le quart restant a pris un placébo. Chez la majorité de ceux qui ont bénéficié de la molécule, une efficacité a pu être constatée aussi bien par les médecins que par les parents.

« On a évalué différents critères et remarqué une baisse des troubles », explique le docteur Eric Lemonnier, pédopsychiatre et responsable du centre expert autisme du Limousin, co-auteur de cette étude avec Yehezkel Ben-Ari, neurobiologiste émérite à l’Inserm de Marseille. « Et de leur côté, les familles ont trouvé que leur enfant était "plus présent", plus en mesure d'être en contact avec les autres et de faire des choses au quotidien », poursuit le médecin qui oeuvre au CHU de Limoges. Une amélioration qui s'estompe si le traitement est arrêté et qui ne signifie pas pour autant guérison.

Une action sur le taux de chlore dans les cellules

Mais comment un diurétique peut-il agir sur l'autisme ? La bumétadine est en effet un médicament utilisé depuis une quarantaine d'années pour traiter des oedèmes ou de l'hypertension artérielle. Rien à voir donc avec les troubles du développement et de l'interaction sociale présentés par les personnes atteintes d'autisme.

Image
Eric Lemonnier, centre expert autisme de Limoges

« Cette susbtance, explique le docteur Lemonnier, fait baisser le taux de chlore dans certains neurones, ce qui semble améliorer le fonctionnement des cellules du cerveau et le traitement de l'information. » Précédemment, dans ses recherches fondamentales, le co-auteur de cette étude, Yehezkel Ben-Ari, fondateur de l'Institut de neurobiologie de Méditerranée, a travaillé sur l'hypothèse qu'un des mécanismes à l'origine de l'autisme pouvait être la concentration de chlore restée anormalement élevée dans les neurones immatures, en cours de développement in utero.

Un futur essai à l'échelle européenne

La bumétadine ne doit en tout cas pas être prise « sans stricte surveillance médicale », selon Eric Lemonnier. « Les effets secondaires, comme la déshydratation ou encore une baisse de potassium, sont bien connus mais nécessitent une vigilance. »

La prochaine étape sera un nouvel essai sur environ 350 enfants, à l'échelle européenne, a priori en 2018. Une mise sur le marché d'un nouveau médicament pourrait être envisagée en 2022.

Hélène Pommier

(*) Marseille, Brest, Lyon, Nice et Rouen en font aussi partie.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Papillons
Fidèle
Messages : 155
Enregistré le : dimanche 11 décembre 2016 à 9:06

Re: Recherches sur le bumétanide

#503 Message par Papillons » dimanche 19 mars 2017 à 21:24

Merci pour ces informations.:)
maman d'un garcon de 11 ans diagnostiqué TED NS.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#504 Message par Jean » lundi 20 mars 2017 à 10:22

Une interview de Yezkhel Ben Ari

Interview audio de 10 mn 36 - France Inter - "La Tête au carré" - sur les procédures de recherche, les objectifs de Neurochlore

https://www.franceinter.fr/emissions/la ... -mars-2017
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#505 Message par Jean » samedi 25 mars 2017 à 15:00

père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Recherches sur le bumétanide

#506 Message par philigram » samedi 25 mars 2017 à 17:34

Merci pour ces infos, intéressant. A voir sur le long terme et les effets secondaires. Mais ça semble prometteur pour certains cas d'autisme lié au problème du chlore.
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

Galatara
Habitué
Messages : 85
Enregistré le : lundi 20 janvier 2014 à 2:12

Re: Recherches sur le bumétanide

#507 Message par Galatara » dimanche 26 mars 2017 à 5:45

Et un article dans le Monde du lundi 20 mars :
http://www.lemonde.fr/sciences/article/ ... 50684.html

Et comment se porter volontaire pour la dernière phase ?
Maman de 2 adorables p'tits gars : un "grand" de 9 ans, autiste typique (sévère, avec DI, suivant tant bien que mal le CE1), et un "petit grand" de 7 ans, HP.

Aby
Forcené
Messages : 2622
Enregistré le : vendredi 16 janvier 2015 à 8:51
Localisation : Pays de la Loire

Re: Recherches sur le bumétanide

#508 Message par Aby » dimanche 26 mars 2017 à 23:23

Je suis aussi ce sujet, ça donne de l'espoir.
Il y a peut-être quelque chose qui m'a échappé mais je me demandais pourquoi il n'y avait pas eu d'essais réalisés avec des adultes...
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom, 12 ans, diagnostiqué TSA (AHN) en janvier 2016,
avec dysgraphie - TDA confirmé par les tests en mars 2017
Egalement épouse d'un homme au fonctionnement "atypique".

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19712
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur le bumétanide

#509 Message par Jean » lundi 27 mars 2017 à 0:27

Réponse plus haut dans l interview de Lemonnier.

La recherche de Nouchine Hadjikhani - avec IRM - a été faite avant et après 10 mois de traitement chez des adultes.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Papillons
Fidèle
Messages : 155
Enregistré le : dimanche 11 décembre 2016 à 9:06

Re: Recherches sur le bumétanide

#510 Message par Papillons » lundi 27 mars 2017 à 10:17

Bonjour,
il y a plusieurs témoignages qui remontent à 2010 et suite sur la prise de bumétanide. C'est ici: http://forum.asperansa.org/viewtopic.ph ... it=burinex
Bonne lecture!
(si des personnes qui en prennent encore ou en donnent encore à leurs enfants passent par ici, je suis preneuse pour avoir des nouvelles :)).
maman d'un garcon de 11 ans diagnostiqué TED NS.

Répondre