Troubles du sommeil, mélatonine ...

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19392
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Mélatonine et troubles du sommeil

#346 Message par Jean » lundi 25 décembre 2017 à 15:48

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5735101/
Heritability of the melatonin synthesis variability in autism spectrum disorders
Marion Benabou,1,2,3,4 Thomas Rolland,1,2,4 Claire S. Leblond,1,2,4 Gaël A. Millot,5 Guillaume Huguet,1,2,4 Richard Delorme,1,2,4,6,7 Marion Leboyer,7,8,9 Cécile Pagan,3,10 Jacques Callebert,3,10 Erik Maronde,11 and Thomas Bourgeron

Héritabilité de la variabilité de la synthèse de la mélatonine dans les troubles du spectre de l'autisme
http://autisme-info.blogspot.fr/2017/12 ... de-la.html
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3970
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Bizarre ...

#347 Message par misty » mercredi 10 janvier 2018 à 16:01

Faraday a écrit :Si vous lisez l'anglais, je vous recommande ce numéro de Spectrum News qui est entièrement dédié aux troubles du sommeil et que j'ai trouvé vraiment très très intéressant :
https://spectrumnews.org/features/speci ... -168542705
Je ne l'ai pas vu passer (déconnectée de spectrum autant que du reste, hélas...) et c'est vraiment un dossier très intéressant. Peut-être serait-il plus visible dans le sujet concernant les troubles du sommeil?
Autre question: y-a-t-il des non anglophones qui seraient intéressés si je traduis les articles?


Modération (Tugdual) : Déplacement de message.
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21276
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#348 Message par Tugdual » jeudi 11 janvier 2018 à 10:38

Je rappelle ici l'article proposé par Faraday :
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19392
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Bizarre ...

#349 Message par Jean » mardi 16 janvier 2018 à 22:45

misty a écrit :
Faraday a écrit :Si vous lisez l'anglais, je vous recommande ce numéro de Spectrum News qui est entièrement dédié aux troubles du sommeil et que j'ai trouvé vraiment très très intéressant :
https://spectrumnews.org/features/speci ... -168542705
Je ne l'ai pas vu passer (déconnectée de spectrum autant que du reste, hélas...) et c'est vraiment un dossier très intéressant. Peut-être serait-il plus visible dans le sujet concernant les troubles du sommeil?
Autre question: y-a-t-il des non anglophones qui seraient intéressés si je traduis les articles?
Modération (Tugdual) : Déplacement de message.
Oui, je pense que ce serait très intéressant d'assurer la traduction de ce dossier.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19392
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#350 Message par Jean » mardi 16 janvier 2018 à 22:50

Publié le 05/12/2017 - JIM (Journal International de Médecine)
Enfin un consensus sur la mélatonine !

Le congrès du sommeil a été l’occasion d’une conférence de consensus attendue sur la mélatonine. On constate en effet ces dernières années une augmentation de la consommation de cette molécule, en grande partie due à l’engouement des patients pour les compléments alimentaires (1,4 millions de boites vendues par an), en dehors de toute prescription. Les indications et les modalités de prescription restent cependant peu claires en l’absence de recommandations. Cette conférence a donc pour intérêt d’uniformiser les pratiques, et de diffuser plus largement l’utilisation de ce traitement, qui a pour avantage majeur de ne pas présenter les effets indésirables des benzodiazépines et ses apparentés, molécules encore massivement prescrits dans les troubles du sommeil. 

En raison de la coexistence de la mélatonine sous différents statuts, dosages et formes galéniques, il existe un flou tant chez les patients que chez les professionnels de santé :
  • -    Les compléments alimentaires : ils contiennent moins de 1mg de mélatonine en libération immédiate (LI). La mélatonine y est généralement associée à des d’autres composants, comme des extraits à base de plante. Le consensus ne recommande pas l’utilisation de ces compléments alimentaires, dont le contrôle qualité est moins stricte que pour les médicaments. 
    -    La mélatonine en « préparation magistrale » (LI) : ce traitement n’est plus remboursé depuis  la mise sur le marché de la mélatonine à libération prolongée (Circadin®). L’agence du médicament recommande que toute prescription d’une préparation magistrale de mélatonine à libération immédiate soit préparée à partir de du broyat de comprimé de Circadin 
    -    La mélatonine LP, disponible dans la spécialité Circadin® 2mg. Il s’agit d’un médicament de classe II, disponible uniquement sur ordonnance, non remboursé,  et indiqué pour le traitement de l’insomnie primaire chez les patients de plus de 55 ans.
    -    Circadin dispose également d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) pour les troubles du rythme de veille/sommeil dans le syndrome de Rett, de Smith-Magenis, d’Angelman, de scléreuse tubéreuse, et les troubles du spectre autistique (seules indications pour lesquelles la mélatonine est remboursée).
Deux effets différents pour une seule molécule

La mélatonine est une hormone dont la sécrétion est stimulée par l’obscurité. Le sommeil survient en moyenne deux heures après le début de sa sécrétion. Son rôle est de synchroniser le système circadien. La mélatonine thérapeutique peut avoir deux différents effets suivant son utilisation : 
  • -    Un effet « soporifique » : augmentation de la somnolence et baisse de la température centrale par vasodilatation périphérique. Il est obtenu en donnant une dose importante (entre 2 et 5 mg), peu avant le coucher (1/2 à 1h). Elle contribue également au maintien du sommeil (en particulier avec la forme LP). 
    -    Un effet « chronobiotique » : une petite dose de mélatonine (1mg) peut induire une avance de phase (prise à partir de 15h) ou un retard de phase (jusqu’à 14h). Ainsi, la prise de 1mg de mélatonine LI 6h avant l’heure souhaitée de l’endormissement avance le début de la sécrétion de mélatonine.  
    -    Attention, une dose trop forte (supérieure à 5mg) durant la deuxième partie de journée peut avoir un effet qui persiste encore le lendemain matin, entrainant une somnolence matinale (c’est l’effet « spill over »). 
Il existe une variabilité interindividuelle du métabolisme de la mélatonine, en fonction notamment des polymorphismes du CYP450 1A2 (métaboliseurs rapides et métaboliseurs lents). Des effets indésirables sont possibles, liés essentiellement à la vasodilatation périphérique (céphalées). Il existe des interactions avec d’autres médicaments métabolisés par ce cytochrome (notamment les anti-vitamines K). Le métabolisme de la mélatonine est très rapide, ce qui a conduit à la mise au point de la mélatonine LP (Circadin). Ainsi, le profil pharmacocinétique de la mélatonine LP mime la production endogène contrairement à la mélatonine LI dont la demi-vie est d’environ 30 minutes. 

Mélatonine LI et LP : des spectres d’utilisation mieux définis

Dans l’insomnie non comorbide (en particulier non associée à un trouble du rythme circadien), seule la mélatonine LP (Circadin 2mg) est indiquée, une heure avant le coucher. Elle permet de diminuer nettement la latence d’endormissement et d’augmenter le temps total de sommeil. Le Circadin 2mg peut être utilisé en première intention. La mélatonine LI n’a pas montré son efficacité dans l’indication de l’insomnie de l’adulte.  

La mélatonine LI ou LP est également recommandée dans l’insomnie comorbide des troubles de l’humeur (en particulier le trouble dépressif saisonnier) et des troubles schizophréniques. Elle pourrait également être utilisée dans l’épisode maniaque en cas de composante saisonnière. 
Dans les troubles du sommeil associés à la démence, la mélatonine permet une augmentation du temps total de sommeil ainsi qu’une diminution de l’agitation nocturne. L’association avec la luminothérapie le matin est recommandée. Les formes LI et LP peuvent être utilisées. La mélatonine est également indiquée dans les troubles du sommeil associés à un déficit cognitif léger (Mild Cognitive Impairment). 

Dans le syndrome de retard de phase la mélatonine à libération immédiate peut être utilisée, et a surtout un effet sur la latence d’endormissement. On peut commencer par un effet chronobiotique (1 mg de mélatonine LI, 6h avant le coucher), éventuellement associé à un effet soporifique (2 à 5 mg de mélatonine LI une heure avant le coucher). Le traitement dure 4 à 6 semaines. Au-delà de cette durée, l’arrêt du traitement durant une semaine est préconisé pour évaluer l’évolution du trouble sous-jacent. Le traitement doit être réévalué une fois par an et doit toujours être associé à des conseils d’hygiène du sommeil, notamment l’éviction des écrans au moins 2h avant l’heure du coucher. 

Enfin, la mélatonine est très efficace dans le traitement du trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP), en LI à 3mg, 30mn avant le coucher, durant 4 semaines. Elle peut également être utilisée pour le traitement de la douleur au cours des troubles somatoformes, ainsi que pour le traitement de l’anxiété pré-opératoire. 

Chez l’enfant : particulièrement efficace dans l’autisme

Dans l’insomnie de l’enfant, la mélatonine ne doit pas être débutée avant l’âge de 1 an, et doit être utilisé avec précaution avant 2 ans. Elle n’a pas d’indication dans l’insomnie aiguë transitoire. La mélatonine LI à 1 mg au coucher peut être débutée en deuxième intention dans l’insomnie rebelle (après échec des mesures d’hygiène du sommeil) en cas de retard de phase, de répercussion diurne majeur, et en particulier si les parents sont également en retard de phase. En cas d’effet insuffisant après 4 semaines de traitement, on peut augmenter la posologie au coucher (par exemple 3 mg) et/ou avancer la phase en proposant 0,5 mg 4h avant le coucher. En cas de persistance de réveils nocturnes, on peut considérer l’utilisation de la mélatonine LP (Circadin 2mg). Après 2 à 3 mois de sommeil stable, il faut arrêter progressivement le traitement (il n’y a pas d’effet rebond). Si les troubles réapparaissent, un traitement au long cours est possible, avec nécessité d’une réévaluation annuelle, par exemple durant les grandes vacances. 

La mélatonine LI est également recommandée dans le TDAH associé à des troubles du sommeil (insomnie d’endormissement avec retentissement significatif sur les symptômes diurnes). 

La mélatonine LI ou LP peut être utilisée dans le trouble du spectre autistique (TSA) avec d’excellents résultats sur le temps total de sommeil et la latence d’endormissement.  Il peut être remboursé en RTU entre 6 et 18 ans dans cette indication. Enfin, il faut savoir que la mélatonine n’est pas contre-indiquée dans l’épilepsie de l’enfant mais peut avoir des interactions avec les traitements antiépileptiques.  

Le compte-rendu complet de ce groupe de travail devrait être publié au cours des prochains mois, et devrait notamment préciser entre autres la place de la mélatonine par rapport aux autres traitements disponibles. Le message à retenir est la bonne tolérance de la mélatonine, ainsi que ses différents types d’effets (chronobiotiques et soporifiques) qui peuvent être utilisés en fonction des indications. Dans l’insomnie non comorbide, la mélatonine LP constitue une alternative efficace aux benzodiazépines, sans en partager les nombreux effets délétères (somnolence, risque de chute, rebond de l’insomnie à l’arrêt…). Le groupe de travail a également insisté sur l’effet synergique d’une association du traitement avec la luminothérapie.  

Dr Alexandre Haroche
RÉFÉRENCE
Mélatonine : les indications et comment la prescrire. Atelier petit-déjeuner de la SFRMS. Sous la coordination du Pr C.Schröder et du Dr M-A.Quera-Salva. Congrès du Sommeil (Marseille) : 23 au 25 novembre 2017.
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3970
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#351 Message par misty » mardi 16 janvier 2018 à 23:43

Jean a écrit :Oui, je pense que ce serait très intéressant d'assurer la traduction de ce dossier.
Ok je commence dans les jours qui viennent. :wink:
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25495
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#352 Message par freeshost » mercredi 17 janvier 2018 à 0:09

misty a trouvé sa vocation de traductrice. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3970
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#353 Message par misty » jeudi 18 janvier 2018 à 15:02

Voici le premier article (présentation du dossier):
Sleepless on the spectrum trad.pdf
(63.5 Kio) Téléchargé 40 fois
A suivre "How to get children with autism to sleep"...
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21276
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#354 Message par Tugdual » jeudi 18 janvier 2018 à 15:08

Merci pour la traduction ...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
MlleHulotte
Forcené
Messages : 529
Enregistré le : samedi 1 octobre 2016 à 16:30

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#355 Message par MlleHulotte » jeudi 18 janvier 2018 à 18:04

Merci Misty.
diagnostiquée autiste

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3970
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#356 Message par misty » vendredi 9 février 2018 à 13:04

Traduction de: https://spectrumnews.org/features/deep- ... ism-sleep/ terminée :)
Comment aider les enfants avec autisme à dormir.pdf
(164.38 Kio) Téléchargé 39 fois
Pour le prochain, je pensais opter pour https://spectrumnews.org/opinion/viewpo ... ms-autism/ (="Comment le fait d'agir sur le sommeil pourrait atténuer toutes les formes d'autisme")

Si quelqu'un est intéressé par un autre article qu'il voudrait que je traite en priorité n'hésitez pas :wink:
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 2110
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#357 Message par hazufel » vendredi 9 février 2018 à 17:54

Merci beaucoup Misty.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21276
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#358 Message par Tugdual » mercredi 11 avril 2018 à 9:46

Vu ce jour sur Le Monde : L'article de l'ANSES :
Spoiler : Article de l'ANSES : 
L’Anses recommande à certaines populations d’éviter la consommation
de compléments alimentaires contenant de la mélatonine


Dans le cadre du dispositif national de nutrivigilance, des signalements d’effets indésirables susceptibles d’être
liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine ont été rapportés à l’Anses.
Une analyse rétrospective de ces signalements, renforcée par le niveau de consommation de ce type de
compléments, a conduit l’Anses à mener une évaluation des risques potentiels pour la santé. Dans l’avis publié
ce jour, l’Agence met en effet en évidence l’existence de populations et de situations à risque pour lesquelles
la consommation de mélatonine sous forme de complément alimentaire doit être évitée ou soumise à l’avis
d’un médecin. Il s’agit en particulier des femmes enceintes et allaitantes, des enfants et des adolescents,
des personnes souffrant de maladies inflammatoires, auto-immunes, d’épilepsie, d’asthme, de troubles de
l’humeur, du comportement ou de la personnalité, ainsi que des personnes suivant un traitement médicamenteux.
La consommation est également déconseillée pour les personnes devant réaliser une activité nécessitant
une vigilance soutenue chez lesquelles une somnolence pourrait poser un problème de sécurité.


En France, la mélatonine est utilisée dans des médicaments, des préparations magistrales et des compléments
alimentaires. La mélatonine est une hormone sécrétée naturellement pendant la nuit dont une des fonctions
physiologiques est de favoriser l’endormissement. En plus de ses effets sur l’horloge biologique, la mélatonine
possède d’autres propriétés : modulation de l’humeur et du système immunitaire, régulation de la température
corporelle et de la motricité intestinale. Elle possède également une action vasodilatatrice, vasoconstrictrice
et pro-inflammatoire. Ces effets physiologiques peuvent, dans certaines conditions, ou lors d’interaction avec
d’autres substances, conduire à l’apparition d’effets indésirables.

Quatre-vingt-dix cas d’effets indésirables survenus à la suite de la prise de compléments alimentaires contenant
de la mélatonine ont été transmis au dispositif national de nutrivigilance porté par l’Anses. Les effets rapportés
sont variés : des symptômes généraux (céphalées, vertiges, somnolence, cauchemars, irritabilité), des troubles
neurologiques (tremblements, migraines) et gastroentérologiques (nausées, vomissements, douleurs abdominales).
Chaque cas a fait l’objet d’une analyse individuelle, dont les conclusions ont été partagées avec les déclarants
et les fabricants.

L’analyse rétrospective d’ensemble de ces signalements a conduit l’Anses à lancer une évaluation des risques
liés à la consommation de ces compléments alimentaires. Ces risques ont pu être caractérisés par une analyse
approfondie de la littérature et conduisent l’Anses à émettre des recommandations à l’attention des producteurs
/fabricants, des consommateurs et des professionnels de santé.

Les recommandations de l’Agence à l’attention des consommateurs

L’analyse des cas signalés et de la littérature scientifique amène l’Agence à recommander aux personnes souffrant
de maladies inflammatoires ou auto-immunes, aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants, aux adolescents
et aux personnes devant réaliser une activité nécessitant une vigilance soutenue et pouvant poser un problème
de sécurité en cas de somnolence de ne pas consommer de mélatonine sous forme de compléments alimentaires.

Pour les personnes épileptiques, asthmatiques, souffrant de troubles de l’humeur, du comportement ou de la
personnalité ou suivant un traitement médicamenteux, la consommation de compléments alimentaires contenant
de la mélatonine doit être soumise à un avis médical.

En l’absence de données suffisantes sur les effets à long terme de la consommation de mélatonine, l’Agence
recommande de limiter la prise de ces compléments alimentaires à un usage ponctuel.

L’Agence recommande plus généralement aux consommateurs de prendre conseil auprès d’un professionnel de
santé avant de consommer des compléments alimentaires et de signaler à son médecin la prise de compléments
alimentaires.

Autres recommandations

En France, la réglementation autorise la commercialisation de compléments alimentaires apportant moins de 2 mg
de mélatonine par jour. Au regard de la variabilité du statut et des limites réglementaires encadrant l’usage de
la mélatonine au sein de l’Union européenne, et en l’absence de données suffisantes sur l’innocuité de la consommation
quotidienne de 2 mg de mélatonine, l’Agence s’interroge sur la place de la mélatonine sur le marché sous forme de
complément alimentaire à des doses comparables à celles du médicament. Elle estime nécessaire qu’un cadre réglementaire
harmonisé soit défini au niveau européen sur la base d’études de sécurité conduites pour des doses inférieures à 2 mg.

L’Agence rappelle aux professionnels de santé la nécessité de déclarer auprès du dispositif national de nutrivigilance
les effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires dont ils ont connaissance.

Enfin, elle souligne l’intérêt de mettre en œuvre une coopération internationale sur la surveillance des effets indésirables
associés à la consommation des compléments alimentaires.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

bidouille
Forcené
Messages : 3035
Enregistré le : lundi 16 janvier 2012 à 7:15
Localisation : region parisienne
Contact :

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#359 Message par bidouille » jeudi 12 avril 2018 à 12:01

j'ai vu cela aussi, mais bon on parle de 90 cas recensé , sur combien de personne qui en prennent?
Les effets secondaire remontés ne semblent pas mechants, maux de tete, cauchemard...
Maman bizarroïde d'un grand boud de 11 ans (EIP TDA) et d'un ptit bouyou de 9 ans Asperger TDAH.
En cours de diagnostic pour une myasthenie grave
Tous différents , tous humains!

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 2110
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Troubles du sommeil, mélatonine ...

#360 Message par hazufel » jeudi 12 avril 2018 à 12:28

Pour avoir tenter d'utiliser une dosée à 1mg conseillée par ma pharmacie (sans lire la liste des effets secondaires, pour ne pas être inconsciemment "influencée"), afin de lisser mon sommeil chaotique, j'ai eu des maux de tête atroces, comme rarement (alors que je déclenche des migraines à nombre de stimuli sensoriels ou certains aliments) qui m'ont clouée toute la journée. Maux de tête doublés de cauchemars qui laissent une grande sensation d'angoisse toute la journée, en plus d'une grande fatigue.
Après ce n'est pas courant, mais c'est quand même, un peu "méchant".
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Répondre