Accepter sa différence

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

Accepter sa différence

#1 Message par Jonquille57 » dimanche 7 septembre 2008 à 9:36

Quand je lis des posts de Lila, Bernard ou Fred, je les sens à la fois proches et très éloignés de Florent. Mais j'ai enfin compris une chose : je pense qu'ils ont accepté leur différence ( enfin, si je me trompe, dites-le moi... ).

Florent a honte d'être autiste. Et c'est là toute la différence. Et je pense que c'est ce qui l'empêche d'avancer.

J'aimerais savoir, Lila, Bernard, Fred ou toute autre personne autiste, si vous avez toujours accepté votre différence, ou bien si il y a eu un déclic un jour , ou bien encore si cela est venu petit à petit...

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#2 Message par bernard » dimanche 7 septembre 2008 à 10:50

C'est un peu compliqué.
Avant que je connaisse le syndrome, j'avais conscience de ma différence et je l'assumais. Et même au contraire, j'essayais d'amener les autres (principalement les NT) à ouvrir les yeux et à voir comme moi, le monde différemment.

Depuis 2003 où j'ai mis un nom dessus et j'ai pu lire tous les livres qui en parlaient, j'accepte cette différence et quand je rencontre un(e) aspie qui se dévalorise, je lui explique tous les atouts qu'il (elle) a par rapport à la masse des NT qui ne sont que normaux. Par exemple, si l'aspie voit les moindres détails, à la mémoire photographique, ou d'autres dons un peu hors du commun, j'en parle, et j'essaye de leur expliquer comment s'en servir. On fait par exemples quelques exercices pour qu'ils soient impressionnés des qualités que n'ont pas les NT. Et l'aspie prend confiance en lui (elle) et se voit différemment.
Même ceux qui pensaient n'avoir rien qu'un défaut, finissent par retrouver une différence positive qu'ils doivent exploiter.

Je les mets aussi en garde contre la jalousie des autres qui n'ont pas la possibilité de penser comme eux. Par exemple, trouver des méthodes de raisonnement ou de calculs que le cerveau d'un NT n'est pas capable de tenir.

Pour terminer, je leur parle de la difficulté qu'on a de comprendre un NT par ses mimiques et comment on peut se tromper en interprétant naïvement les expressions faciales des autres ou ce qu'ils entendent derrière un code social qu'ils nous montrent. Je leur dis alors qu'ils ont un cerveau qui leur permet de compenser ce petit défaut, mais que ce n'est pas facile. Qu'il faudra réfléchir un moment avant de foncer tête baissée ... dans le piège. Mais je leur montre aussi qu'entre aspie, on n'a pas encore ouvert la bouche que l'autre a déjà compris ce qu'on allait dire.

Quand l'aspie a repris confiance en lui (elle), je leur montre les pièges où on tombe tous, puis on en rit. Ensuite, chacun trouve un exemple qu'il a connu où alors qu'il semblait bien faire, il a vu à la réaction de l'autre (NT), que cela n'a pas plu, donc ce ne devait pas être ce qu'il attendait.

Avec les jeunes, on cite des exemples scolaires. D'eux mêmes les aspies donnent des exemples qui viennent de leur arriver : "j'ai expliqué au prof par une méthode qu'elle ne connaissait pas, j'étais contente, et j'ai vu que la prof pensait que je trichais, et j'ai été déçue ...". Donc on reprend son raisonnement, et je lui montre que l'autre (NT) a été surpris de son raisonnement, et n'ayant pas la capacité de comprendre comment on fait, dès que c'est étranger, c'est suspicieux, voire dangereux, donc à supprimer pour revenir dans un mode habituel de NT.

En gros, je leur explique qu'il nous faudra éduquer les NT aux méthodes qu'on emploie, mais en parallèle, faire attention à ce que notre comportement ne les gêne pas car cela va déclencher la jalousie, la haine, le rejet. Il faut se servir de notre petit plus, pour être plus malin qu'eux et ne pas en arriver là. Et puis je leur dit aussi que chaque aspie peut avoir sa méthode. Moi c'est celle que j'utilise depuis bientôt un demi-siècle, mais plein d'autres existent certainement et sont à découvrir.

Enfin, le dernier message c'est de rester positif. La dépression est souvent notre ennemi mortel, et il faut toujours rester la tête hors de l'eau, pour ne pas tomber dans le cycle en question. Positif, positif, positif. En parler à d'autres aspies qui comprennent, mais ne pas se couper du contact des NT qui sont les plus nombreux. Surtout que de nombreux NT ont des traits autistiques par lesquels on peut établir un lien provilégié (n'est-ce pas Sue ?), et que même sans ces traits, les mères ont aussi un 6ème sens (n'est pas Brigitte ?) qui leur fait ressentir des détails que mêmes les psys spécialisés ne verront pas si facilement et si rapidement.

Je laisse la parole à Lila, Mark et Fred, et aux autres aspies inscrits qui parlent peu ici. C'est peut-être l'occasion d'aider ici les NT qui nous posent une question ....
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#3 Message par maho » dimanche 7 septembre 2008 à 21:26

:shock:
Dis Murielle.... Tu n'as pas pensé a inviter Bernard en tant qu'intervenant????
Il m'epate!!!
Bravo Bernard, j'ai hate de te rencontrer.
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
pierre
Fidèle
Messages : 183
Enregistré le : dimanche 13 avril 2008 à 21:07
Localisation : grenoble

#4 Message par pierre » mardi 9 septembre 2008 à 10:37

Bernard, je suis complètement d'accord avec toi et suis bien content de t'entendre dire ça.
Concernant le diagnostique, je pense qu'il est enrichissant pour la personne porteur de la pathologie, par contre je ne suis pas sur qu'il soit necessaire d'en faire part lors d'une explication. Je pense qu'il faut mieux paraitre comme quelqu'un de surdoué ou précoce plutot que quelqu'un de différent de tel manière qu'on va attirer l'admiration. La différence susite souvent la peur et l'incompréhension ce qui provoque également le rejet.
Dans un autre sens, comme le dit Chris, la différence apporte aussi de la compréhension et évite les jujement attif (négatifs). Donc je suis entrain de me contrdire totalement :lol: :lol: :lol:
En outre, je voudrais quand même rappeler que tout le monde n'a pas les même facilités, facultés que toi Bernard. Les Aspie comme les N.T sont tous différent et ont des niveaux variable. Mais je trouve bien de dire qu'on peut penser différemment et d'aider les gens à essayer d'expliquer pourquoi... c'est positif...
papa de Lena (Ted)
et expert en orthographe (mdr)...

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#5 Message par Murielle » mardi 9 septembre 2008 à 14:22

C'est rigolo ce que tu dis Sue.!!!! :lol:
Pendant que je lisais le dernier "post" de Bernard,j'étais en même temps en train de me dire : C'est fou ce qu'il est doué pour expliquer raisonnablement et "presque" facilement une méthode claire pour rassurer les Aspergers...." Un "vrai" remède à LUI tout seul.!
Bernard, je pense aussi comme Pierre que tous n'ont pas les "facilités" qui ont dû t'aider à traverser la jungle des NT.En revanche, tes facultés sont drôlement précieuses .Ce que dit Sue, tu pourrais sûrement (comme le fait très bien aussi Geoges Huard) aider les Aspies et leurs parents sur leur pathologie.
En quelques sorte tu serais "notre" :oops: G.Huard Français.!(Pour ceux qui l'ignorent, Georges est canadien.! :wink: )
D'ailleurs, lui aussi est très doué en informatique et lorsqu'il témoigne , il a avec lui son logiciel pour expliquer et donner du "vivant" à son témoignage....C'est franchement génial.!Pour ma part, j'ai beaucoup appris de lui en l'écoutant raconter (comme tu le fais Bernard) son enfance , son adolescence et sa vie d'adulte.
A l'époque, je ne pouvais même pas imaginer léo sachant lire ou écrire.!Pourtant, il m'a rassuré par son expérience et aujourd'hui, je réalise à quel point il avait raison.!
Je ne sais pas si vous êtes très nombreux à pouvoir faire ces témoignages, mais je crois très sincèrement que tu pourrais être une personne tout à fait parfaite cher Bernard.!Tu as une vision assez juste (je trouve) de la façon dont nous comprenons les choses (nous, les NT) et tu as celle des Aspies.!C'est extra-ordinaire.!!!!
Quelle chance nous avons de pouvoir te lire.!
Si tu étais d'accord pour témoigner, je pense que de nombreuses personnes pourraient s'enrichir à t'écouter.!
Merci encore à toi.! :D
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#6 Message par bernard » jeudi 11 septembre 2008 à 21:50

Murielle a écrit :...C'est fou ce qu'il est doué pour expliquer raisonnablement et "presque" facilement une méthode claire pour rassurer les Aspergers...." Un "vrai" remède à LUI tout seul.!
Bernard, je pense aussi comme Pierre que tous n'ont pas les "facilités" qui ont dû t'aider à traverser la jungle des NT...
Jusqu'à pas longtemps (avant 2003), je pensais que tout le monde pouvait le faire. La fameuse théorie de l'esprit, où je pensais que tout le monde pensait comme moi, donc tout le monde pouvait le faire. Même aujourd'hui, j'ai de la peine à croire que chacun de vous ne pourrait pas le faire. Surtout qu'au temps où j'étais mono dans les colonies de vacances (je l'ai déjà raconté dans un post), j'avais avec moi pendant 31 jours, les gamins des banlieues de Grenoble et Lyon, et je les regonflais à bloc en leur remontant leur estime de soi (à l'époque, je ne savais pas que cela s'appelait comme ça). Ils auraient fait les 400 coups en arrivant, et on se quittait au bout de 31 jours avec les larmes aux yeux. Comme quoi, rien d'impossible ...
Murielle a écrit :Pour ma part, j'ai beaucoup appris de lui (Georges Huard) en l'écoutant raconter (comme tu le fais Bernard) son enfance , son adolescence et sa vie d'adulte.
Je vous réserve une surprise. Je suis en train d'écrire mon autobio en remontant au tout début pour repérer les premiers détails qui auraient du mettre "la puce à l'oreille" de mon entourage à l'époque.
Si cela peut servir aux parents et même aux aspies qui se posent encore des questions, cela ne sera pas inutile.
C'est Laure.1966 (aspie aussi) qui me corrigera, car elle a des dons pour écrire, et comme j'ai le TOC des détails, il faut que cela reste lisible. Quand on aura terminé tous les deux ce récit, j'enverrai un exemplaire électronique en privé pour avis aux membres d'asperansa.org qui voudront le lire, puis je contacterai mon éditeur pour savoir s'il est intéressé pour publier au format papier.
Murielle a écrit : Je ne sais pas si vous êtes très nombreux à pouvoir faire ces témoignages
Pas assez nombreux, je pense, par manque de motivation ou d'estime de soi. Mais j'espère que dans l'avenir, il y en aura plus.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#7 Message par maho » vendredi 12 septembre 2008 à 7:01

Super Bernard pôur l'autobiographie!!

Je commande tout de suite!!
Je dois dire que depuis ton arrivé j'avais pensé que rien que de mettre tes posts ensemble, ca donnera un bon recit.
Les details sont souvent important, mais j'ai echangé avec Laure a un moment, et c'est vrai qu'elle a un don aussi.

Et merci, tu as mis le doigt sur ce qui me chiffonné avec ce questionnaire: "je pensais que tout le monde pensait comme moi"
Je pense que ces questions doivent perturber ou etonner ou au moins rendre perplexe ceux qui repondent.

Un peu comme si on me demandait si je bois plus d'un café le matin. Je reponderais "bien sur que oui, tout le monde le fait non?" Mais a la suite ca va me trotter dans la tete, c'est mauvais pour la santé? je suis anormale de prendre 3 ou 4?
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Emma
Forcené
Messages : 516
Enregistré le : mercredi 28 septembre 2005 à 22:25
Localisation : Landerneau
Contact :

#8 Message par Emma » vendredi 12 septembre 2008 à 9:52

"Si je suis différent de toi, loin de te léser je t'augmente" (St Ex).

Voilà, à mon avis, le message le plus difficile mais le plus efficace. Tout pousse l'être humain à se réfugier dans la conformité, c'est tellement plus confortable et cela demande moins d'efforts.

J'explique toujours à Maël lors de ses coups de blues à quel point il est extra ordinaire dans certains domaines, ses qualités, et pas seulement intellectuelles (sensibilité, gentillesse, droiture,pas de jugements de valeur, sens de la justice et du partage) que j'aime tant, combien il m'épate et combien je suis fière de lui.

Il faut vraiment insister sur le positif.Ce n'est pas difficile, étant donné que j'en suis intimement convaincue.

Emma.
Maman d'Elouan (asperger), 13 ans, Maël (autiste de haut niveau) 11 ans et Pierre-Marie, 9 ans.

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#9 Message par Murielle » vendredi 12 septembre 2008 à 10:23

Bernard, je suis ravie de lire ton projet et comme Sue, je commande tout de suite.! :wink:
Je suis certaine en effet, que ton témoignage est capital et sera une source de renseignements très importante pour les Aspies et leurs parents.

Merci du fond du coeur.! :D

Autre chose que je trouve extrêment rassurant, c'est cette empathie qui te caractérise car on nous dit souvent qu'un des traits de l'autisme, c'est le manque de cette qualité rare , mais Ô combien agréable et essentielle pour avancer sereinement.!!!!

J'ai hâte de te lire.! :lol:
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Avatar du membre
Jonquille57
Forcené
Messages : 10811
Enregistré le : samedi 14 juin 2008 à 5:39

#10 Message par Jonquille57 » vendredi 12 septembre 2008 à 12:30

Moi aussi, j'ai hâte de lire ton témoignage, Bernard, car il sera sans doute tès enrichissant pour beaucoup...

Pour ce qui est d'accepter sa différence, Florent ne l'assume pas du tout. Certes, il a des qualités, comme tout à chacun, mais il les aurait sans doute aussi si il n'était pas autiste, non ? Il faut bien dire que l'autisme ne lui a attiré jusqu'à maintenant que des ennuis ( le mot est même beaucoup trop faible.... ).

Encore ce matin, il me disait qu'il ne supportait pas l'idée d'être diabétique et autiste !

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#11 Message par bernard » vendredi 12 septembre 2008 à 21:45

Murielle a écrit :Autre chose que je trouve extrêment rassurant, c'est cette empathie qui te caractérise car on nous dit souvent qu'un des traits de l'autisme, c'est le manque de cette qualité rare , mais Ô combien agréable et essentielle pour avancer sereinement.!!!!
Quand j'ai lu, comme vous, que le syndrome d'Asperger nous privait d'une empathie, que la majorité possède dans certains moments de la vie, je me suis dit : c'est une erreur, je ne suis pas insensible, je connais des cas où je peux réagir, où j'ai cette "empathie".
Mais avec le recul, je crois qu'on fait tous faute route. Je commence à avoir ma petite idée. Je pense que ce que les NT appellent empathie n'est pas tout à fait ce que les aspies appellent de l'empathie.
En fait, quand vous dites "Bernard montre de l'empathie" ce n'est pas tout à fait vrai. Quand je compare avec ce que me disent les personnes qui me côtoient (famille, boulot), on me fait assez remarquer que je suis assez insensible, distant, froid en terme de sentiments quand se produit un événement qui demanderait de l'empathie. Peut-être que l'explication vient du fait que je ne reconnais pas le signal qui appellent tout NT "normal" à avoir de l'empathie (c'est donc un problème de comportement).
Mais quand je lis un texte, c'est différent. Soit le sujet n'est pas proche de ma sphère d'intérêt, et vous diriez que cela me laisse froid. Soit c'est dans ma sphère d'intérêt, et je risque même de sur-réagir.
Par exemple, quand je lis les déboires pour avoir une AVS, je bous.
Si je m'exprime, vous allez dire c'est de l'empathie, il se met à notre place, il comprend ... Oui je comprends, je ne suis pas sur que je me mette pour autant à votre place, mais je comprends.
J'ai vu par exemple sur un des posts où quelqu'un dit "on ne fait pas de différence entre les handicaps", Lila a réagi. Elle a dit qu'elle hallucinait en lisant cela, ben moi c'est pareil. Du coup je n'ai pas répondu après Lila, mais j'ai pensé aussi à l'empathie, puis me suis ravisé, disant plutôt c'est une réaction épidermique. On est obligé de réagir car cela nous touche d'une certaine façon. Mais je pense que l'empathie, c'est plus général, même sur des sujets qui nous sont éloignés.
Bon comme dit Sue, je blatère ...
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
bernard
Forcené
Messages : 3478
Enregistré le : mercredi 27 février 2008 à 22:34
Localisation : Clermont-Fd, Auvergne

#12 Message par bernard » vendredi 12 septembre 2008 à 22:15

Brigitte a écrit :Pour ce qui est d'accepter sa différence, Florent ne l'assume pas du tout. Certes, il a des qualités, comme tout à chacun, mais il les aurait sans doute aussi si il n'était pas autiste, non ?
Florent est Florent, c'est une personne, un tout. On ne peut pas dire si il n'était pas ... est-ce qu'il aurait quand même ...
Il faut le prendre en entier, c'est tout.
Bon il est atypique, mais je suis sur que dans quelques temps, on mettra une étiquette aussi sur ce non-classement.
Cela ne changera rien sauf qu'il frea partie d'un ensemble de personnes encore plus rare que les 1/2000 des aspies. J'y vois déjà un point positif. Puis en étudiant de plus près on va trouver qu'il peut faire des choses qu'aucun NT ne peut faire. Alors oui, bien sur, imiter les NT, ça c'est dur pour lui, mais comme disait le Dr Atwood, il n'est autiste et fait sa crise que parce que son entourage est NT. Isolé pendant un moment des autres et la tension retombe.
Je pense qu'en fait c'est un peu plus compliqué, notamment si je mets 2 jeunes autistes côte à côte, ils peuvent s'entendre pendant 10 minutes et finir par se taper dessus après un moment.
J'ai encore en souvenir une émission qui en montrait 2 : 1 passionné par les dinosaures et le second par un autre intérêt spécifique. Les 5 premières minutes, ils jouent aux dinosaures, mais après cela dégénère. Ma Lucie, c'est pareil. Si elle joue ou parle de chevaux, elle peut bien y passer la nuit. Mais si c'est un autre thème, elle va vite passer du niveau 1 au niveau 10 sur son excitomètre (en fait elle n'a pas trop de niveau intermédiaire et j'essaye par divers moyens de lui expliquer qu'il existe 8 autres niveaux entre. Ca progresse, lentement, mais ça progresse).
Brigitte a écrit :Il faut bien dire que l'autisme ne lui a attiré jusqu'à maintenant que des ennuis ( le mot est même beaucoup trop faible.... ).


Ben oui, puisqu'il est dans la minorité.
A mon avis, il serait mieux s'il avait un copain comme lui.
Mais c'est facile à dire, et il faut éviter ensuite le syndrome de l'éponge.
Brigitte a écrit :Encore ce matin, il me disait qu'il ne supportait pas l'idée d'être diabétique et autiste !
Je pense qu'il ne supporte pas l'idée de se voir seul comme cela, avec vous autour qui êtes différents, et qu'on lui dit que c'est les autres qui sont plus nombreux autour de lui qui ont raison.
Déjà "raison" de quoi. De modèle. Ca nous rend triste parce qu'ils nous manquent une partie de la règle du jeu. Et même si on veut bien faire, on nous reprend pour nous montrer que dans le monde des NT, on ne ferait pas comme ça. Donc ça nous dévalue, l'estime de soi en prend un coup, on rumine, on s'énerve, c'est encore pire pour les autres en face. On pense qu'on y arrivera jamais.
De plus, on est assez logique et aussi beaucoup naïfs. On croit donc ce qu'on nous dit (je pense aussi à Mael là), et puis d'un coup, les NT en face qui nous ont promis une aide (l'AVS, une activité, ...) ne sont pas capables de respecter leur parole, et la promesse s'évapore. Faut reconnaitre qu'on a de quoi être déstabilisés aussi.
Les NT qui nous entourent aussi, mais la partie "égocentrique" du syndrome nous le masque. Bref, tout le monde souffre.
Et pour rester sur une note positive, est-ce que c'est pas aussi cela la vie, la vraie vie ?
A nous de nous remonter mutuellement le moral, car le conte de fée, c'est que du virtuel. Dans notre monde réel, il faut se construire des bons moments.
Bernard (55 ans, aspie) papa de 3 enfants (dont 2 aspies)

Avatar du membre
Mars
Modératrice
Messages : 8317
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 15:02
Localisation : finistère

#13 Message par Mars » vendredi 12 septembre 2008 à 23:03

Bravo pour ces réflexions lumineuses. Moi aussi j'attends ton texte avec grand intérêt.
Atypique sans être aspie. Maman de 2 jeunes filles dont une aspie.

Avatar du membre
maho
Forcené
Messages : 5139
Enregistré le : samedi 30 décembre 2006 à 22:05
Localisation : Yvelines

#14 Message par maho » samedi 13 septembre 2008 à 7:06

HHmmmm? L'empathie (c'est un mot que je connais peu en francais, faut que je sort mon dico!!)

Quand tu nous parlait de ta mere Bernard, tu devrait aller la voir et tu t'inquietait de si tu devrait lui expliquer ta jeunesse pour la rassurer avant son depart. Dans ma tete, je me disais que une attitude NT sera plutot d'etre triste car sa mere est mourante. Mais j'ai bien compris ton facon de penser. J'espere ne pas trop te gener de parler de ca (ca c'est une reflection NT!) mais ce jour la je me posait des questions sur mes propres reactions, car je suis aussi trés "insensible" ou "froide" (je n'aime pas trop ces mots) au niveau sentiments. Je pense que je suis plutot lucide.

Mon pere aussi est mourant, mais a 86 ans, ca fait longtemps qu'il n'a plus envie de vivre, et detestera de savoir qu'il va finir dans une maison de repos. Et comme toi, j'irai le voir, mais sans l'empathie des NT. (Je ne suis pas sur de me faire comprendre)

Pour ce qu'il y a de bouillir pour les AVS, je pense que ca rentre dans le case des "injustices" et on le sait que les injustices ne passent pas chez les "aspies" :lol:

Et pour ce qu'il y a d'accepter les differences, je pense que ca rejoint ce que Bernard a dit plus tot, "je pensais que tout le monde pensait comme moi"
Le jour qu'on se rends compte qu'on est different, on se mets en question, on a des doutes, et on agrandit ces differences.
Pour les enfants ca doit etre difficile a accepter, tout ce qu'ils veulent est de "rentrer dans la moule" comme leurs copains. Pour les adultes il faut etre trés fort pour accepter et vivre avec, car souvent on est mise a l'ecart.
Par moment je me mets en colere que ce diag est venue si tard, mais d'un autre coté, Loic a bien integré la vie scolaire et sociale jusqu'a ses 20 ans, car il ne voyait pas ses differences. Et en fait son "depression" (je prefere isolement) est venu car on lui a fait remarquer ses differences, on lui a demontré que ses reactions n'etaient pas "normales"
Je reviendrais sur ce sujet avec un peu plus de temps (j'ai 40 personnes a manger ce midi, donc les fourneaux sont en route!!)
et si je continue, je finie par blaterer comme Bernard :lol:
Chris a raison, "des reflexions lumineuses"!! Je dirais aussi de la matiere a reflechir!!
Suzanne, la vieille qui blatere, maman de Loic 29 ans

Avatar du membre
Murielle
Forcené
Messages : 11099
Enregistré le : vendredi 21 octobre 2005 à 11:05
Localisation : Plougastel-Daoulas

#15 Message par Murielle » samedi 13 septembre 2008 à 10:40

Effectivement, ce mot "empathie" est assez complexe car finalement relativement subjectif...Ce que tu dis Sue en le comparant à "injustice" me semble assez juste....enfin, ça peut être une explication.
En même temps Beranrd, depuis que tu es sur le forum, tu passes beaucoup de temps à "rassurer" , à "aider" les autres.!Rien ne t'y oblige et pourtant on sent que tu le fais avec plaisir.!Ca aussi c'est de "l'empathie", vouloir aider les autres, être à leur écoute....
Je me rappelle à l'époque où j'ai croisé Georges Huard (2005), mon fils ne supportait pas les pleurs, de tout le monde mais des enfants en particulier.Je lui expliquais par exemple que si un enfant tombait dans la cour et pleurait, Léo s'enfuyait et si il ne pouvait pas,il se bouchait les oreilles ou pire pouvait "achever" le blessé en donnant un coup de pied.!Cela semblait vraiment insupportable pour lui.!
Il ne fait plus cela depuis longtemps, mais il a visiblement toujours du mal avec les pleurs.
De même , si lui se faisait mal, il était hors de question de venir le consoler ou de le "toucher", de lui demander "tu t'es fait mal?"Ce qui avait le don de le mettre en colère.!
Georges m'a expliqué qu'enfant, c'était pareil pour lui, mais qu'il a appris que dans telle ou telle situation, il doit être "compatissant".Qu'il doit aller s'enquérir auprès de la personne tombée si elle va bien, voire de la consoler.
Aujourd'hui, c'est ce qu'il fait, mais il m'a aussi dit que ce n'est pas quelque chose "d'inné", plutôt quelque chose qu'il a appris à faire... :D
Ahhh, pas évident n'est-ce pas? :wink:
Murielle,
Maman de Pauline 21 ans,Léo (asperger) 17 ans et demi .
Savoir profiter du moment présent ,
Savoir vivre pleinement chaque instant et ne pas uniquement penser aux jours à venir, voilà un défi à relever maintenant.

Répondre