Recherches sur l'autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
patisuit
Adepte
Messages : 217
Enregistré le : samedi 2 août 2014 à 13:26

Re: Recherches sur l'autisme

#796 Message par patisuit » vendredi 3 novembre 2017 à 14:24

C'est clair que plus de diags ne signifie pas qu'il y a plus de personnes, juste qu'il y a plus de diags (et moins de personnes invisibles de ce point de vue).
Le nom en N : c'est Neandertal ?
Il me semble que le taux "d'ADN de Neandertal" (je n'aime pas cette expression) varie en fonction des origines ethniques mais que le taux de personnes TSA est constant, ça irai à l'encontre de cette théorie qui me semble fumeuse également.
Diagnostiqué

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 1859
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 16:06

Re: Recherches sur l'autisme

#797 Message par hazufel » mercredi 22 novembre 2017 à 11:17

Je ne sais pas s'il faut le mettre ici, ou dans le topic littérature.
Le numéro 4 de Sur le Spectre est paru Sur le Spectre
Enfants non verbaux lecteurs, Les intérêts restreints, l'attention dans l'autisme, la différence de perception, les "risques" d'une grossesse suivante, la scolarité, et toujours la demande de volontaires à l'étude en cours sur les femmes Asperger, non encore diagnostiquées ou en passe de l'être Inserm / Laurent Mottron.

Sommaire précis :

Quand les enfants autistes lisent avant de parler - Alexia Ostrolenk
Laisse-moi te parler de ce qui m’intéresse: description des intérêts intenses dans l’autisme - Fabienne Samson et Laurent Mottron
L’attention en autisme: un survol des travaux du groupe d’Anna Remington - Dominique Girard et Éliane Danis
Avoir un autre enfant? Quelles sont les probabilités qu’il soit autiste? - Chantal Caron et Ghitza Thermidor
Boite à outils pour les parents: Inscription scolaire de votre enfant - Martine Dansereau et Ghitza Thermidor
Modifié en dernier par hazufel le mercredi 22 novembre 2017 à 12:21, modifié 1 fois.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8321
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Recherches sur l'autisme

#798 Message par Benoit » mercredi 22 novembre 2017 à 11:58

Sur le fil où il y a déjà les anciens numéros ?

Je ne sais pas si c'est ici, c'est dur de trouver "sur le spectre" avec le moteur de recherche du forum.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 1859
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 16:06

Re: Recherches sur l'autisme

#799 Message par hazufel » mercredi 22 novembre 2017 à 12:03

J'ai pas trouvé, et j'ai vu qu'Olivierfh avait mis un article du 3 ici.
Si jamais je retrouve, je demanderai à déplacer.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 1823
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 22:00
Localisation : Toulouse

Re: Recherches sur l'autisme

#800 Message par olivierfh » mercredi 22 novembre 2017 à 12:06

Oui c'était ici sur ce sujet-ci du forum.


Dans ce Sur le spectre n°4 (automne 2017), il y a cette expérience intéressante quant à la question de l'attention au détail et de la "cohérence centrale": les autistes voient mieux que les non-autistes ce sur quoi ils ne fixent pas leur attention, tout en voyant aussi bien ce sur quoi ils fixent leur attention.
Le lien que je vois avec la cohérence centrale est que, de même que les autistes sont moins sensibles à l'influence du global sur le détail (illusions d'optique, recherche de figures imbriquées: voir ici Ramus à 38'), ils sont aussi moins sensible à l'influence du détail (aspect particulier auquel on demande de faire attention) sur le global: les deux sont plus indépendants que chez les non-autistes.

Dominique Girars et Éliane Danis: L’attention en autisme : un survol des travaux du groupe d’Anna Remington
Lors de la première tâche, les participants devaient écouter un enregistrement audio d’un groupe de personnes se préparant pour une fête. Il était demandé aux participants de se concentrer sur les paroles des femmes uniquement afin de pouvoir répondre à des questions à la fin de l’enregistrement. Selon la théorie de la charge perceptive, les participants ayant une grande capacité d’attention perceptive seraient plus susceptibles d’écouter également les paroles échangées entre les hommes ou les autres sons de l’enregistrement. Dans cette étude, la bande sonore comprenait également la voix d’un homme disant à répétition «Je suis un gorille». Tel qu’attendu par l’équipe de chercheurs, les participants autistes ont été beaucoup plus nombreux à détecter le message de cet homme que les non-autistes, et étaient tout autant en mesure de répondre aux questions concernant les paroles des femmes que les non-autistes.
Dans la deuxième tâche, il était demandé aux participants de regarder une vidéo dans laquelle une femme racontait une légende, et de porter attention à son récit pour pouvoir ensuite répondre à des questions. Les vidéos étaient accompagnées soit d’un fond blanc (neutre), soit d’un fond présentant des images ajoutant des informations à l’histoire, soit d’un fond présentant des images informatives, mais sans rapport avec l’histoire. Pour ces trois types de vidéos, les participants autistes répondaient aussi bien aux questions que les non-autistes. De plus, pour tous les participants, le fait d’ajouter des images en lien avec l’histoire permettait de mieux répondre aux questions. Une seule différence a été remarquée entre les groupes: les participants autistes se souvenaient de plus d’informations concernant les images sans rapport avec l’histoire que les non-autistes.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19303
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#801 Message par Jean » mardi 28 novembre 2017 à 12:08

Évaluation des adultes

Un diagnostic précis de l'autisme peut être difficile à atteindre pour les adultes . Les chercheurs ont proposé un entretien bref pour évaluer l'autisme chez les adultes . C'est ce qu'on appelle une version développementale, dimensionnelle et diagnostique de l'entretien pour adultes. Une évaluation précoce de l'instrument suggère qu'il repère 95% des adultes autistes sans signaler par erreur de nombreuses personnes qui ne sont pas sur le spectre. Les résultats ont été publiés le 7 novembre dans le Journal of Autism and Developmental Disorders .

Sources
https://spectrumnews.org/news/spotted/a ... n-nirvana/
Journal of Autism and Developmental Disorders / 07 Nov 2017
Assessing autism in adults: An evaluation of the Developmental, Dimensional and Diagnostic Interview-Adult Version (3Di-Adult)
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 1823
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 22:00
Localisation : Toulouse

Re: Recherches sur l'autisme

#802 Message par olivierfh » mardi 28 novembre 2017 à 12:53

(lien ajouté)
Plus ADI mais 3DI comme entretien avec informant? :)
Vu la spécificité de l'autisme féminin, c'est une excellente chose (p.8 du pdf) s'il n'y a pas d'influence significative du masculin/féminin sur le résultat même dans la partie sur le social (partie A du DSM-5).
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19303
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#803 Message par Jean » vendredi 5 janvier 2018 à 20:18

Article plus complet traduit :
Un nouvel outil permet un diagnostic rapide chez les adultes autistes

Le 3 Di-Adult, un outil plus à jour, plus rapide, aussi fiable pour le diagnostic de l'autisme chez les adultes.

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... s-autistes

https://spectrumnews.org/news/toolbox/n ... ts-autism/
père d'une fille SA de 35 ans

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20257
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 1:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Recherches sur l'autisme

#804 Message par Tugdual » vendredi 5 janvier 2018 à 21:23

C'est prometteur, mais ça demande à être vérifié à plus grande échelle ...
Bilan le 24/09/2014 : non-Aspie, juste trouble de la communication sociale...

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20257
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 1:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Recherches sur l'autisme

#805 Message par Tugdual » samedi 20 janvier 2018 à 11:16

Sur Psychomedia : Ça me semble bien "léger", mais l'idée de base n'est pas stupide ...
Bilan le 24/09/2014 : non-Aspie, juste trouble de la communication sociale...

Galatara
Habitué
Messages : 83
Enregistré le : lundi 20 janvier 2014 à 3:12

Re: Recherches sur l'autisme

#806 Message par Galatara » samedi 20 janvier 2018 à 14:16

Dans l'idée on peut imaginer que le plurilinguisme est un avantage en effet, à prouver pratiquement comme le disent les auteures. A mon avis, cela se saurait... En tout cas, cela ne semble pas un désavantage. C'est un point qui peut intéresser les parents plurilingues et orienter leur choix.

Mon fils est né à l'étranger, dans un pays multilingue (tous les habitants sont bi voire plutôt trilingues). Personnellement nous sommes 100% francophones, mais la nounou était anglophone. Nous avons posé la question à notre spécialiste locale : on avait tendance à conseiller le monolinguisme (déjà que c'est un challenge pour bcp de nos enfants d'apprendre une langue) mais dans les faits le multilinguisme, inévitable ici, n'a jamais été relevé comme étant un obstacle. Ni comme un avantage.
Dans le cas de mon fils, il comprenait l'anglais (comme le français) mais ne l'a jamais parlé par contre, tout lui venait en français (c'est la nounou qui a appris le français ;) ). Et il apprend à s'exprimer en français, comme une langue étrangère. C'est comme si ses atouts et difficultés étaient les mêmes quelles que soient les langues (compréhension : OK, expression : à acquérir).
Maman de 2 adorables p'tits gars : un "grand" de 9 ans, autiste typique (sévère, avec DI, suivant tant bien que mal le CE1), et un "petit grand" de 7 ans, HP.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 24700
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Recherches sur l'autisme

#807 Message par freeshost » samedi 20 janvier 2018 à 16:31

Le plurilinguisme a l'avantage de donner accès au contenu de plus de ressources : je peux lire des livres en français, en allemand, en anglais. Si je consolide mon espagnol et apprends d'autres langues, ça devrait le faire. :lol:

Exemples :

- Quand le septième livre de Harry Potter est sorti en vente, je n'ai pas attendu la sortie de la version francophone.
- Neurotribes est sujet à discussion pour une traduction en langue française.
- Beaucoup d'études sont rédigées en anglais.
- J'écoute aussi des chansons en espagnol ou en allemand, et d'autres langues, même si je ne les comprends pas encore. :lol:
- Il faut que je m'expérimente en suisse-allemand pour mieux comprendre les conversations dans le train suisse. :mrgreen: [Il faudra d'ailleurs que je cherche des personnes Asperger en Suisse allemande. :lol: ]

Le fait de donner accès à plus de contenus permet de réduire un certain biais de disponibilité. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19303
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#808 Message par Jean » mercredi 24 janvier 2018 à 19:48

Dans une étude de 2015, les chercheurs ont signalé que les problèmes de poids commencent tôt chez les enfants autistes: 16% sont en surpoids et 16% sont obèses entre 2 et 5 ans. Une étude réalisée l'année dernière révèle que contrairement à beaucoup d'enfants typiques qui dépassent ces problèmes de poids, les adolescents autistes ne le font généralement pas. (...)

Comparées à des problèmes de comportement tels que l'agression, les conséquences physiques de l'autisme ou de son traitement peuvent sembler moins urgentes - et pourtant, presque toutes augmentent le risque d'obésité. La grande majorité des enfants autistes ont des problèmes de sommeil ou des problèmes gastro - intestinaux , qui peuvent tous deux contribuer à des problèmes de poids. Beaucoup prennent des médicaments contre l' épilepsie , l'anxiété ou la dépression qui peuvent aussi les faire augmenter. Et le gain de poids est un effet secondaire commun des antipsychotiques tels que la rispéridone et l'aripiprazole, les seuls médicaments approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis pour le traitement des problèmes liés à l'autisme.

https://spectrumnews.org/features/deep- ... ty-crisis/
père d'une fille SA de 35 ans

vlj
Occasionnel
Messages : 13
Enregistré le : vendredi 22 décembre 2017 à 19:13

Re: Recherches sur l'autisme

#809 Message par vlj » jeudi 25 janvier 2018 à 0:29

Ha ça je vais avoir du mal à nier
Non diagnostiqué, en début de démarche de diagnostic...

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19303
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Recherches sur l'autisme

#810 Message par Jean » jeudi 22 février 2018 à 1:58

père d'une fille SA de 35 ans

Répondre