Différences entre ABBA et ABA

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Idée
Forcené
Messages : 3995
Enregistré le : vendredi 13 juillet 2012 à 19:58

Re: Différences entre ABBA et ABA

#1 Message par Idée » lundi 6 avril 2015 à 22:41

Bonjour,

Je trouve important de dénoncer les inepties en provenance de la sphère psychanalytique dans le champ de l'autisme. J'aimerais tout de même faire quelques commentaires suite à la publication que tu as postée.
Autisme a écrit :L'usage de l'analyse appliquée du comportement est banal dans beaucoup de pays (pas dans le nôtre).
Banal, oui et non. Je crois qu'il y a lieu d'user de prudence. Ce qui s'est passé (et qui se passe encore...) en France par rapport à la psychanalyse fait qu'il y a encore des blessures à vif (dont certaines qui ne sont pas prêtes de se refermer étant donné l'attitude de déni collectif de la part des psychanalystes concernant les dégâts causés aux personnes autistes elles-mêmes et aux familles). Le danger quand il y a blessure, c'est de se mettre à encenser tout ce qui s'éloigne de ce qui nous a fait du mal. D'où l'importance d'être vigilant et de veiller à conserver son esprit critique. Car tout n'est pas rose par rapport à l'ABA. Je regardais récemment une émission à ce sujet, malheureusement la vidéo n'est pas visible en France et je n'ai pas trouvé le moyen de la partager sur le forum (je suis du Québec). Des parents et des professionnels (non psychanalytiques) se sont exprimés au sujet du programme ICI (qui est basé sur l'ABA). Certains parents et professionnels sont très satisfaits. D'autres ont un avis plus nuancé. Au Québec, il est reproché au gouvernement de ne financer que cette approche et aucune autre (il existe différentes sortes d'approches et de formes d'aide, autres que la psychanalyse et l'ABA). Isabelle Soulières, une psy de l'équipe de Mottron à Montréal soulignait que certains enfants développent des troubles anxieux importants en lien avec cette méthode, étant donné qu'elle est parfois très (voire trop) intensive (ça peut aller jusqu'à 40h semaine (on parle de touts petits en bas de 6 ans) d'apprentissages et de répétitions sans arrêt). Bref, il y a des défauts et des excès aussi par rapport à cette approche. (Personnellement, je suis curieuse d'entendre des personnes autistes elles-mêmes, lorsqu'elles auront grandi, s'exprimer sur cette expérience... En termes de vécu intérieur, de bénéfices et de conséquences.)

Un autre documentaire, celui-là visible en France, Autisme : une place parmi les autres reprend quelques parties (de manière différente) de ce que j'ai pu visionner dans le premier reportage. L'intervention concernant l'ABA au Québec débute à 14:50 et plus particulièrement, l'intervention de l'équipe de Montréal (Mottron, Dawson, Soulières) commence à 21:00. Ce groupe remet en cause le consensus autour de cette méthode. Les arguments qu'ils avancent comprennent ceci : méthode qui exagère ses résultats, un rapport coût/bénéfice défavorable, non validée... Michelle Dawson, personne autiste et militante a même "dénoncé devant la cour suprême du Canada le caractère non éthique de l'ABA qui, selon elle, ne tient pas compte de la personnalité des autistes". Le groupe en question travaille à proposer une alternative à l'ABA et pour ce faire, ils travaillent avec des personnes autistes (ce qui m'apparaît essentiel).

Le message que je cherche à passer, est qu'il y a lieu de conserver une marge de prudence ou de nuance par rapport aux approches et de garder un esprit critique.

Dans ton site, tu renvoies aussi vers un lien décrivant l'ABA sur le site Autism Speak. Je tiens à souligner que cette organisation a soulevé des controverses, notamment chez les personnes autistes. John Elder Robison, une personne autiste qui était impliqué dans l'organisation s'était retiré étant donné leur manière de fonctionner : http://jerobison.blogspot.ca/2013/11/i- ... peaks.html

Sinon, je trouve que le Dr Maboul a du culot (je pense à son intervention récente dans une présentation publique :wink:) J'espère pour lui qu'il arrivera à sensibiliser et à faire bouger un peu les choses dans le bon sens.
HP+SA

Avatar du membre
laboulette
Forcené
Messages : 1192
Enregistré le : mardi 2 juillet 2013 à 16:45

Re: Différences entre ABBA et ABA

#2 Message par laboulette » mardi 7 avril 2015 à 10:28

Je connais assez mal l'ABA. j'ai lu 2 ou 3 trucs et j'ai vu le documentaire "autisme : une place parmi les autres". Ce qui me pose souci, dans l'approche québecoise, c'est le côté intensif et exclusif de la méthode. Je trouve ça un peu brutal. alors que peut-être que si c'était intégré de façon plus fractionnée, avec d'autres outils en même temps (relaxation, habiletés sociales, psychomotricité...), ça prendrait une autre dimension.
Et puis, ce n'est pas très inclusif. On laisse les autistes entres eux. Et on habitue pas les autres personnes, les autres enfants à côtoyer et connaître les autistes. Ni du coup, la société à s'adapter.
Mais là, je ne maitrise pas des masses.

Avatar du membre
4sp3rg
Fidèle
Messages : 137
Enregistré le : mardi 13 janvier 2015 à 14:57

Re: Différences entre ABBA et ABA

#3 Message par 4sp3rg » mardi 7 avril 2015 à 10:54

J'ai également découvert que pour le TDA/H ( qui est parfois associé a l'ASPERGER) il existe la méthode du Dr Russell Barkley basé également sur le feedback et qui me parait analogue a l'ABA:

http://www.russellbarkley.org/

http://blog.aufeminin.com/blog/seeone_2 ... e-barckley

Par contre la psychanalyse :oops: ils sont totalement fous je peux pas dire mieux en France.
Intelligence is the ability to adapt to change.
Stephen Hawking

Avatar du membre
laboulette
Forcené
Messages : 1192
Enregistré le : mardi 2 juillet 2013 à 16:45

Re: Différences entre ABBA et ABA

#4 Message par laboulette » mardi 7 avril 2015 à 11:34

Sur le forum au féminin, ça a l'ait d'être plus axé Hyperactif. En fait, j'ai du mal avec les systèmes comptages, réponses étc... Tout simplement car j'ai du mal moi même à les suivre. Et quelque part, on modifie complétement le relationnel naturel que l'on a avec l'enfant.
Je ne sais pas comment dire, je suis loin d'être une maman parfaite. Parfois, quand je perd patience, je gueule. ça m'est même arrivé d'être blessante, car moi même j'ai mes fragilités.
Mais bon, on discute toujours ensemble. Le dialogue n'est jamais rompu. Et j'ai appris à lui dire quand je n'étais pas réceptive. Parfois le soir, je suis en mode zombie pendant 1/2 heure quand je rentre.
Bon, après, je ne rejette pas non plus. Mais on y arrive pas trop chez nous avec ce genre de méthode.
En revanche, installer des petites routines et des petites listes de chose à faire, tranquillement pour prendre de bonnes habitude, ça marche. Même si ça prends un temps phénoménal.

Avatar du membre
Idée
Forcené
Messages : 3995
Enregistré le : vendredi 13 juillet 2012 à 19:58

Re: Différences entre ABBA et ABA

#5 Message par Idée » mercredi 8 avril 2015 à 4:13

laboulette a écrit :Ce qui me pose souci, dans l'approche québecoise, c'est le côté intensif et exclusif de la méthode. Je trouve ça un peu brutal. alors que peut-être que si c'était intégré de façon plus fractionnée, avec d'autres outils en même temps (relaxation, habiletés sociales, psychomotricité...), ça prendrait une autre dimension.
À partir des infos que j'ai (je ne connais pas à fond non plus), je le pense aussi...
laboulette a écrit :Et puis, ce n'est pas très inclusif. On laisse les autistes entres eux. Et on habitue pas les autres personnes, les autres enfants à côtoyer et connaître les autistes. Ni du coup, la société à s'adapter.
Mais là, je ne maitrise pas des masses.
Je ne sais pas pour les enfants en bas âge. Il me semble avoir déjà lu que certains sont intégrés en garderie (centres de la petite enfance ou milieu familial) avec un accompagnement... Mais je ne suis pas particulièrement bien informée sur le sujet. Cependant, à partir de l'âge scolaire, soit 5 ans, les enfants autistes sont intégrés à l'école en beaucoup plus grande proportion qu'en France. Ceux qui le peuvent, le sont en milieu régulier avec un accompagnement s'ils ont besoin. Il existe aussi des écoles ou des classes spécialisées. Lorsque ma fille (qui n'est pas autiste) allait à l'école primaire, elle a déjà eu dans sa classe une année une camarade trisomique et pendant deux ans un camarade autiste. Je pense que c'est profitable pour tous les enfants (autistes et non autistes), même si parfois l'inclusion n'est pas simple.
HP+SA

Répondre