Articles divers sur les TSA

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4810
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Articles divers sur les TSA

#1006 Message par Manichéenne » lundi 18 février 2019 à 11:04

LoonyKata a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 23:27
En effet le HPI n'est pas un diagnostic, et j'explique dans un autre de mes articles qu'il s'agit d'un abus de langage. J'emploie tout de même ce mot faute de connaître un substitut efficace. (Et si quelqu'un en connait un, je veux bien qu'il me le partage.)
Confirmation, reconnaissance, validation...
Cette formulation peut provoquer une remise en question de l'interlocuteur et une nécessité de se justifier, qui s'avère épuisante à la longue. Alors qu'en parlant de diagnostic, cela implique qu'il y a eu passation d'un bilan avec un professionnel qualifié.
Se justifier pourquoi ? A quoi ça sert de prouver qu'on est HQI ? Pour l'autisme, ça peut être nécessaire pour avoir des aménagements ou expliquer un comportement inapproprié. Pour le HQI je ne vois pas.
En parlant de diagnostic, ça induit surtout une condition médicale, ou tout du moins assez importante pour justifier des consultations et une reconnaissance officielle. Je trouve ça nettement plus grave que de laisser planer le doute sur la véracité du HQI.
Ensuite, pour avoir fréquenté de nombreux groupes sur les réseaux sociaux (que j'ai tous quitté d'ailleurs), je n'invente rien : tous les comportements décris ont été observés à de nombreuses reprises, sinon rapportés à travers les échanges que j'ai chaque jour avec les lecteurs ou mes proches...
Je les ai vu pour le HQI.
Pas pour l'autisme, ou à un bien moindre niveau que ce qui était présenté, mais j'admets que je n'arrive pas bien à distinguer dans l'article d'origine ce qui s'applique au HQI et à l'autisme dans les comportements décrits.
Je dis d'ailleurs que si c'était qu'une question d'être vexé par des gens qui s'amusent dans leur coin à jouer à être autistes/surdoués, ça ne vaudrait pas la peine de se rendre malade pour ça. Le problème, c'est que la multiplication de ces comportements change le regard qu'à la société sur nous, et le déni constant de nos condition contribue à notre mal-être, en plus de causer parfois des problèmes concrets (refus d'attribuer des aménagements au travail ou des aides sociales, par exemple).
Là, c'est exactement le discours qui me dérange. Hop, HQI et autisme regroupés, comme si les deux étaient semblables. Le "mal-être" attribué au HQI, c'est volontaire ? Pour moi, jusqu'à preuve du contraire c'est un mythe. Il y a un gros lobby qui cherche à faire reconnaitre la souffrance des HQI, qui utilise le langage du handicap pour attirer l'attention sur cette différence et mettre en avant des traits qui ne sont pourtant pas prouvés. Les HQI sont les premiers à vouloir changer le regard de la société (aidés par quelques psy qui y ont tout intérêt), alors franchement, je trouve ça assez malvenu dans leurs cas de se plaindre de l'inverse.
J'espère bien qu'on ne va pas en arriver à "attribuer des aménagements au travail ou des aides sociales" à des HQI sur cette seule raison.

Pour continuer, toutes les personnes qui parlent de leur autisme publiquement changent la perception de la société. Tous. Alors quand des Aspergers parlent, les parents d'autistes sévères se plaignent. Quand des autistes évoquent leurs difficultés, on leur répond par une déformation de la neurodiversité qui viserait à montrer que nous sommes capables et pas handicapés. Puis face à un de ces discours pour tenter plus d'inclusion, on retrouve des plaintes sur le déni du handicap et de nos difficultés quotidiennes.
Le simple fait d'écrire sur un forum ou de tenir un blog, c'est déjà être un cas particulier parmi les autistes (dont je me demande s'ils ne sont pas de toute façon tous des cas particuliers).

Sinon, j'ai parlé d'autisme et de HPI car je présente ces deux conditions. Je n'insinue rien (je ne pense pas qu'il s'agisse de la même chose ou quoi, il y a juste des caractéristiques ressemblantes), j'utilise simplement mon cas pour produire des exemples concrets qui parleront à un maximum de lecteurs. Si j'avais un TDAH, j'aurais parlé de TDAH en détails...
J'ai les trois. Si je devais aborder les 3 dans un même écrit, ce serait pour noter les différences majeures de considérations et pas les points communs :
-l'autisme est un trouble qui cause de nombreuses difficultés, un handicap, et qui est de plus en plus nié par des gens qui y voient une mode chez ceux pour qui ce n'est pas trop visible, et extrêmement stigmatisé pour les autres avec un risque d'exclusion sociale majeure (institutionnalisation, placements...). On fait face à la fois aux préjugés du génie originale et maladroit, et du débile bavant en se tapant la tête contre les murs.
Les autistes commencent un peu à discuter via des cafés-rencontres, des forums ou des réseaux-sociaux, mais ça leur est difficile et il n'y a pas réellement d'organisation.
-le HQI n'est qu'une norme pour définir des capacités intellectuelles au delà d'un certain seuil, et même si toute différence peut être difficile à vivre dans une société normée, on trouve de plus en plus un discours qui mêle valorisation et auto-apitoiement en assimilant le HQI à l'autisme ou au handicap, et en prônant une neuroatypie qualitative alors qu'il n'en est rien.
Les HQI sont organisés depuis longtemps via des associations internationales ou nationales, des colloques, et tous types de médias.
-le TDA/H n'a rien de positif, pas de faire valoir, pas de belle image, pas de porte-parole connu. Encore inconnu chez les adultes, pendant que chez les enfants le début de reconnaissance s'accompagne du malheureux "c'est une mode". Il n'y a pas d'accompagnement, la société rigole de ces parents qui trouvent des excuses à des enfants mal-élevés (lu très très souvent).
Les TDA/H adultes ne sont pas organisés, il n'y a ni rencontres ni association.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1418
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Articles divers sur les TSA

#1007 Message par lulamae » lundi 18 février 2019 à 11:29

Manichéenne a écrit : -le TDA/H n'a rien de positif, pas de faire valoir, pas de belle image, pas de porte-parole connu. Encore inconnu chez les adultes, pendant que chez les enfants le début de reconnaissance s'accompagne du malheureux "c'est une mode". Il n'y a pas d'accompagnement, la société rigole de ces parents qui trouvent des excuses à des enfants mal-élevés (lu très très souvent).
Les TDA/H adultes ne sont pas organisés, il n'y a ni rencontres ni association.
Absolument d'accord ! Je l'ai très souvent entendu de la part de collègues profs, qui ne voulaient pas individualiser leur pédagogie aux besoins des élèves "à besoins spécifiques" - idem pour "les dys" d'ailleurs, et le fait que ces mêmes profs utilisent avec mépris cette expression globalisante reflète bien l'esprit.
J'ai entendu aussi des profs qui trouvaient malin de clamer "je n'ai pas rencontré dans ma carrière beaucoup d'enfants surdoués, mais surtout des parents d'enfants surdoués" (ma mère, instit de maternelle :( )...
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel syndrome Ehlers-Danlos ?).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3973
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Articles divers sur les TSA

#1008 Message par misty » lundi 18 février 2019 à 11:55

LoonyKata a écrit :(Je ne suis pas une spécialiste et même en me documentant je peux dire des bêtises ou être imprécise.)
Aeryn n'est pas spécialiste non plus, personne ici ne l'est car on est juste sur un forum de discussion internet (des fois il me semble important de le rappeler).
Par ailleurs, être imprécis sur ce sujet me paraît inévitable car il n'y a ni certitudes ni consensus et que les termes tels "bonnes" psychologues restent totalement subjectifs.

Sinon, le mélange TSA/HPI me dérange beaucoup également, même si je suis d'accord avec une partie de ce qui est dit. Je pense qu'on ne pourra pas avancer tant qu'on ne détachera pas ces 2 termes dans ce type de publication (comment reprocher au grand public de faire la confusion tout en l'entretenant dans les écrits émanant de personnes autistes?)
Le problème, c'est que la multiplication de ces comportements change le regard qu'à la société sur nous, et le déni constant de nos condition contribue à notre mal-être, en plus de causer parfois des problèmes concrets (refus d'attribuer des aménagements au travail ou des aides sociales, par exemple).
Je vois un souci encore plus évident: on ne peut pas à la fois prétendre que l'autodiagnostic est aussi valable qu'un diagnostic pro et à la fois lutter pour faciliter et accélérer les procédures diagnostiques. Ca n'a pas de sens d'employer des formulations type "autistes diagnostiqués ou autodiagnostiqués" (comme le groupe Twitter qui était venu communiquer ici) pour 10 lignes plus loin dire qu'on a besoin de diagnostics fiables, rapides et accessibles, et ensuite encore un peu plus loin affirmer que les psys ne comprennent rien à l'autisme et que seuls les autistes sont en mesure de savoir s'ils sont autistes :crazy:

Il y a beaucoup d'enjeux actuellement, avec les plans successifs, créations de dispositifs spécifiques et cie, et pourtant les messages surgissent de partout dans un chaos absolu et une incohérence totale.

Manichéenne a écrit : -le TDA/H n'a rien de positif, pas de faire valoir, pas de belle image, pas de porte-parole connu.
Probablement un peu HS mais aux USA ils communiquent beaucoup plus là-dessus (ce qui a sans doute mis dans la tête des gens que le TDAH = "truc d'américains" :? ) Dans la danse que je pratique, plusieurs danseuses/profs/personnalités influentes ont un TDAH et le revendiquent, notamment parce que ce type de danse comporte beaucoup de difficultés très pertinentes pour exercer les cerveaux atypiques/travailler sur des déficits de concentration et autres.
Il y a aussi des actrices comme Liv Tyler, Diane Kruger et Dakota Fanning qui ont révélé publiquement leur TDAH + être sous ritaline depuis l'enfance. Sans doute y en a-t-il d'autres car je n'ai pas du tout creusé. :)

Mais c'est vrai qu'en France c'est autre chose. :?

lulamae a écrit :J'ai entendu aussi des profs qui trouvaient malin de clamer "je n'ai pas rencontré dans ma carrière beaucoup d'enfants surdoués, mais surtout des parents d'enfants surdoués" (ma mère, instit de maternelle :( )...
Côtoyant certains parents très prompts à se déresponsabiliser totalement sous prétexte d'une particularité/trouble x ou y chez leurs enfants (trouble qu'ils vont rarement faire confirmer chez un spécialiste), je peux comprendre cette attitude même si je la déplore.

En outre, s'il est abusif de faire des généralités au niveau de l'éducation, je trouve important de reconnaître que même si ce n'est pas la majorité, il y a des enfants autistes qui sont mal élevés aussi, tout comme des enfants TDAH qui cumulent un déficit d'éducation avec leur TDAH. Autrement dit rien n'empêche d'être blond et de chausser du 42. :innocent:
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1418
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Articles divers sur les TSA

#1009 Message par lulamae » lundi 18 février 2019 à 14:06

Misty a écrit : Côtoyant certains parents très prompts à se déresponsabiliser totalement sous prétexte d'une particularité/trouble x ou y chez leurs enfants (trouble qu'ils vont rarement faire confirmer chez un spécialiste), je peux comprendre cette attitude même si je la déplore.
Ca me semble tomber sous le sens qu'un enfant ou adolescent peut avoir un handicap et être mal élevé... En l'occurrence, il s'agissait d'élèves de collège qui avaient eu un PAP (équivalent du PAI pour les difficultés cognitives) dûment signé en présence du médecin scolaire, et souvent du spécialiste qui suit l'élève, et du chef d'établissement, avec pièces médicales justificatives. Donc je vois mal comment des profs pouvaient s'arroger le droit de revenir sur un avis médical, n'en ayant pas les compétences.
Le fait d'avoir peut-être en outre un déficit éducatif n'implique pas qu'on doive nier un réel handicap, comme s'il était possible de l'annuler en appelant Super Nanny dans la famille.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel syndrome Ehlers-Danlos ?).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Aeryn
Passionné
Messages : 470
Enregistré le : mardi 10 janvier 2017 à 18:49

Re: Articles divers sur les TSA

#1010 Message par Aeryn » lundi 18 février 2019 à 16:37

misty a écrit :
lundi 18 février 2019 à 11:55
Aeryn n'est pas spécialiste non plus, personne ici ne l'est car on est juste sur un forum de discussion internet (des fois il me semble important de le rappeler).
Par ailleurs, être imprécis sur ce sujet me paraît inévitable car il n'y a ni certitudes ni consensus et que les termes tels "bonnes" psychologues restent totalement subjectifs.
Je n'ai pas prétendu l'être, mais je n'écris pas ça non plus sans savoir de quoi je parle. Il me semble quand même intéressant de rectifier l'information (non, les projectifs n'ont pas leur place dans le "diagnostic" du HPI, et non, les psychologues ne se contentent pas du QIT pour interpréter une échelle de Weschler).

En fait, il y a un certain consensus sur la manière dont s'analyse un test de QI. Si tu préfères, tu peux remplacer les termes "bonnes psychologues" par "si tu étais en fac de psycho, on t'aurait dit que".

Merci de ne pas discréditer les propos tenus par d'autres que toi, même si ça t'embête qu'on apporte une contribution (pour une raison qui d'ailleurs m'échappe).
TSA d'intensité légère à modérée

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3973
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Articles divers sur les TSA

#1011 Message par misty » lundi 18 février 2019 à 18:00

lulamae a écrit :
lundi 18 février 2019 à 14:06
Misty a écrit : Côtoyant certains parents très prompts à se déresponsabiliser totalement sous prétexte d'une particularité/trouble x ou y chez leurs enfants (trouble qu'ils vont rarement faire confirmer chez un spécialiste), je peux comprendre cette attitude même si je la déplore.
Ca me semble tomber sous le sens qu'un enfant ou adolescent peut avoir un handicap et être mal élevé... En l'occurrence, il s'agissait d'élèves de collège qui avaient eu un PAP (équivalent du PAI pour les difficultés cognitives) dûment signé en présence du médecin scolaire, et souvent du spécialiste qui suit l'élève, et du chef d'établissement, avec pièces médicales justificatives. Donc je vois mal comment des profs pouvaient s'arroger le droit de revenir sur un avis médical, n'en ayant pas les compétences.
Le fait d'avoir peut-être en outre un déficit éducatif n'implique pas qu'on doive nier un réel handicap, comme s'il était possible de l'annuler en appelant Super Nanny dans la famille.
C'est précisément le problème, en fait: il y a tellement de parents qui mettent l'attitude de leurs enfants sur le compte d'un trouble non vérifié que ce sont ceux qui sont diagnostiqués qui trinquent. Vraiment, tout le monde en a marre et plus personne n'a envie de faire du cas par cas (ce qui est évidemment dramatique).
Le pire dans l'histoire, c'est que pour les enfants que je connais qui montrent vraiment des symptômes (je pense notamment à un gamin à qui je trouve un profil clairement TDA(H) et/ou TSA) les parents se dévalorisent énormément ou (dans le cas de ce gamin) dévalorisent sans arrêt l'enfant avec des "tu es vraiment infernal/je ne te supporte pas" voire me prennent à témoin pour que je dise que c'est un enfant insupportable :( Alors que des gosses qui parlent mal à tout le monde y compris leurs parents et mettent sciemment le bazar partout sont toujours excusés "il est surdoué vous comprenez..." :shock:
En n'y étant pas confronté c'est difficile de mesurer à quel point les enfants avec lesquels on a le plus d'indulgence sont les moins en difficulté. Moi-même, je n'y pensais pas du tout avant de baigner dedans comme je n'aurais jamais imaginé qu'autant de parents disent d'entrée que leurs enfants, même de 15 mois, sont en avance ou précoces. Sincèrement, aujourd'hui l'exception à les entendre c'est de ne pas l'être. :?

Aeryn a écrit :Je n'ai pas prétendu l'être, mais je n'écris pas ça non plus sans savoir de quoi je parle.
Je n'ai rien dit de tel, je replaçais juste la discussion dans le contexte qui est le sien.
(non, les projectifs n'ont pas leur place dans le "diagnostic" du HPI, et non, les psychologues ne se contentent pas du QIT pour interpréter une échelle de Weschler).
Ca dépend pour qui + pour quoi et ça dépend des psychologues. On n'a pas à juger sur la base d'informations partielles. Des psys m'ont déjà dit utiliser les projectifs parce que les gens les leur demandent, tout simplement. Ils font bien ce qu'ils veulent.

En fait, il y a un certain consensus sur la manière dont s'analyse un test de QI.
Non. Théoriquement oui, mais concrètement non parce qu'on voit vraiment de tout.
Si tu préfères, tu peux remplacer les termes "bonnes psychologues" par "si tu étais en fac de psycho, on t'aurait dit que".
Les facs de psycho ne sont pas du tout homogènes ni dans la façon d'enseigner, ni dans les sources, ni dans les manières d'appréhender le HPI ou autre chose.
Merci de ne pas discréditer les propos tenus par d'autres que toi, même si ça t'embête qu'on apporte une contribution (pour une raison qui d'ailleurs m'échappe).
Si tu veux recevoir ce qui relativise un discours comme du discrédit, ou décider de ce qui m'embête ou pas, libre à toi. Ce n'est pas le cas ni pour l'un ni pour l'autre.
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2106
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Articles divers sur les TSA

#1012 Message par olivierfh » mardi 19 février 2019 à 15:37

LoonyKata a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 23:27
Je suis l'auteure de l'article "L'autodiagnostic de HPI, autisme, etc. : dérives et conséquences"
:bravo: Bravo pour cet article et pour la qualité des articles de ton blog L'Antre de la Chouette.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Grisha
Adepte
Messages : 225
Enregistré le : lundi 13 août 2018 à 19:10
Localisation : Lyon

Re: Articles divers sur les TSA

#1013 Message par Grisha » mercredi 20 février 2019 à 11:10

LoonyKata > J’ai découvert ton blog tout récemment et je trouve qu’il est très intéressant. J’y trouve un peu tout ce que je cherche. :) Et ta petite série de podcasts était très réussie !
Pas de diagnostic, en questionnement sur : autisme Asperger, anxiété sociale, douance.
25 mars : rendez-vous avec une psychologue spécialisée pour un premier entretien.
10 mai : évaluation de l’efficience intellectuelle et restitution du bilan.

Carapa
Fidèle
Messages : 179
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Articles divers sur les TSA

#1014 Message par Carapa » mercredi 20 février 2019 à 21:11

LoonyKata a écrit :
lundi 18 février 2019 à 8:34
Je n'ai pas d'opinion vis-à-vis de ces tests, ayant le minimum syndical de connaissances en psychanalyse. Je sais juste qu'ils font partie du bilan et qu'il relève du charlatanisme de faire passer un bilan psychologique comportant uniquement un test de QI (d'autant plus que c'est souvent au même prix que s'il y avait le test de QI + les autres tests --').
Euh... certes pour un bilan psychologique complet, où le QI n'est qu'un paramètre évalué parmi d'autres, différents tests sont nécessaires. Mais enfin, entre l'option test WAIS seul et l'option test WAIS + Rorschah, je ne suis pas sûr que ce soit la première la plus charlatanesque. (Le problème majeur des tests type TAT ou Rorschah n'étant pas, en soi, leur origine psychanalytique, mais leur faible performance à la réplication.)
Manichéenne a écrit :
lundi 18 février 2019 à 11:04
Le "mal-être" attribué au HQI, c'est volontaire ? Pour moi, jusqu'à preuve du contraire c'est un mythe. Il y a un gros lobby qui cherche à faire reconnaitre la souffrance des HQI, qui utilise le langage du handicap pour attirer l'attention sur cette différence et mettre en avant des traits qui ne sont pourtant pas prouvés. Les HQI sont les premiers à vouloir changer le regard de la société (aidés par quelques psy qui y ont tout intérêt), alors franchement, je trouve ça assez malvenu dans leurs cas de se plaindre de l'inverse.
Manichéenne a écrit :
lundi 18 février 2019 à 11:04
on trouve de plus en plus un discours qui mêle valorisation et auto-apitoiement en assimilant le HQI à l'autisme ou au handicap, et en prônant une neuroatypie qualitative alors qu'il n'en est rien.
L'honnêteté oblige quand même à reconnaître que ce discours ne date pas d'hier, et n'a pas été inventé par les principaux intéressés, ni même par les psychologues qui s'en occupent. Il me revient en mémoire que quand j'avais 7-8 ans, une de nos connaissances avait suggéré que j'étais peut-être surdoué. Mes parents avaient alors écarté cette idée immédiatement, au motif que je n'étais ni Mozart, ni Einstein, et mon père avait ajouté que d'ailleurs cela valait mieux pour moi, car les surdoués avaient généralement de graves difficultés sociales. C'était une idée courante à l'époque, c'est-à-dire au début des années 1990, bien avant que Mme Siaud-Facchin ne publie son fameux Trop intelligent pour être heureux?, et alors que les quelques ouvrages spécialisés sur le haut potentiel étaient totalement ignorés du grand public... On peut se demander si elle n'a pas été, dans bien des cas, une prophétie autoréalisatrice.
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21282
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#1015 Message par Tugdual » mercredi 20 février 2019 à 21:44

Dépistage de l'autisme par les médecins :
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Cardamome
Forcené
Messages : 567
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: Articles divers sur les TSA

#1016 Message par Cardamome » jeudi 21 février 2019 à 7:54

Je ne sais pas si ce n'est pas à placer dans une autre section ("parents"?), un article sur
"Les mères expertes de l'autisme"
https://devenir-capable-autrement.fr/me ... s-autisme/
Spoiler : 
je ne cherche pas à lancer une polémique. Je sais que certains ici ont vécu un rejet voire des maltraitances de la part de leurs parents...
Cet article rejoint mon sentiment. Avant de trouver un bon professionnel qui connaisse certes le TSA, mais qui soit également capable d'apprendre à cerner son enfant au plus juste, ce n'est pas évident. J'ai constaté qu'on tente souvent de mettre mon fils dans une case d'où il déborde ! Par exemple, non il n'interprète pas toujours "de travers" les faits et gestes des autres, loin s'en faut. Il a même une lucidité qui le pousse parfois à analyser avec finesse ce qui lui arrive.
Et avant d'arriver à faire comprendre ça au professionnel... J'attends d'eux qu'ils sachent s'adapter. Par ici très peu de professionnels bien au fait des TSA et la plupart se cantonne soit sur les petits (ça ils savent faire !!), soit sur le TSA avec déficience intellectuelle, les non verbaux...

(Bien entendu je ne généralise pas.
Et je sais aussi reconnaître l'expertise du professionnel, quand il le faut.)

Celui-ci, est criant de vécu, sur les mères soi disant nocives...
https://devenir-capable-autrement.fr/pa ... s-nocives/
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA, en 2017.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3973
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Articles divers sur les TSA

#1017 Message par misty » vendredi 22 février 2019 à 13:14

Carapa a écrit :L'honnêteté oblige quand même à reconnaître que ce discours ne date pas d'hier, et n'a pas été inventé par les principaux intéressés, ni même par les psychologues qui s'en occupent. Il me revient en mémoire que quand j'avais 7-8 ans, une de nos connaissances avait suggéré que j'étais peut-être surdoué. Mes parents avaient alors écarté cette idée immédiatement, au motif que je n'étais ni Mozart, ni Einstein, et mon père avait ajouté que d'ailleurs cela valait mieux pour moi, car les surdoués avaient généralement de graves difficultés sociales. C'était une idée courante à l'époque, c'est-à-dire au début des années 1990, bien avant que Mme Siaud-Facchin ne publie son fameux Trop intelligent pour être heureux?, et alors que les quelques ouvrages spécialisés sur le haut potentiel étaient totalement ignorés du grand public... On peut se demander si elle n'a pas été, dans bien des cas, une prophétie autoréalisatrice.
Il y a sûrement de ça oui, mais à la base je crois que c'est surtout sur le mythe du génie incompris/tourmenté que surfe cette littérature/tendance. C'est un stéréotype majeur culturellement parlant, on le voit bien avec les cas où des artistes font des choses innommables mais s'en sortent tranquilou au motif de leur "talent grandiose". Notre société a vraiment un souci avec ça, ainsi qu'avec le cliché de l'artiste qui est au top quand il souffre (cliché absurde démonté par plein de gens dont Hannah Gadsby, mais qui reste omniprésent).

Le problème majeur, c'est qu'on parle de cas déjà boiteux (qu'est-ce qu'un génie? qu'est-ce que l'intelligence? la créativité?), et qu'on en fait des archétypes totalement fantasmés en mettant de côté toutes les explications factuelles. Pardon pour la minute glamour, mais quand on prend les noms de "génies" du passé, on trouve avant tout des syphilis en pagaille: de Dostoïevski à Shakespeare en passant par Baudelaire, Tolstoï, Maupassant, Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Manet, Schumann, Beethoven, Mozart, Nietzsche etc etc etc (pour les cas à peu près documentés, à savoir une très large minorité)... Et sachant maintenant combien cette maladie ravageait le cerveau, entre autres, il y avait un peu de quoi être "tourmenté" je pense. :? Ce n'est sans doute pas l'explication universelle, mais difficile de passer complètement à côté sans être au moins un peu malhonnête dans le raisonnement. :geek:

Pareil pour les scientifiques: des génies comme Godel, Oppenheimer, Nash étaient vraisemblablement schizophrènes (hypothèse solide voire diag clair de leur vivant, contrairement aux listes de diags autistiques post-mortem :roll: ), pourtant ils collent au mythe du "génie-tourmenté-sans-plus-d'explications". Alors que des explications il y en a, tout comme les potentielles intoxications aux métaux lourds (ex: mercure, concernant Newton c'est envisagé sérieusement au vu de ses travaux et symptômes).

De plus, la majorité des gens qui ont beaucoup apporté à l'art et à la science l'ont fait en étant tout à fait équilibrés, insérés dans la société et assez stables mentalement parlant (je pense notamment à Raphaël, entre autres génies de la Renaissance italienne, aux maîtres flamands)... En gros ces personnes sont nées, elles ont fait leur boulot de génies et ensuite elles sont mortes. Voilà. :innocent:

Le problème c'est que les gens tiennent à leurs stéréotypes, et que si la plupart acceptent d'entretenir des symboliques vaseuses au sujet de données abstraites, peu de personnes sont capables de concevoir des explications à base de syphilis ou pathologies mentales avérées (l'évocation de maladies vénériennes ça casse un peu l'ambiance dans les diners mondains :mrgreen: ).

Par ailleurs, tout comme on m'a appris à ne plus accepter qu'on me dise que je suis insupportable/ingérable, car c'est de la personne qu'il s'agit et pas de moi (= je ne te supporte pas), le "génie incompris" c'est un génie que je ne comprends pas. Question: est-ce que j'ai vraiment tout mis en oeuvre pour le comprendre? (à commencer par regarder s'il a eu la syphilis :mryellow: )
C'est un peu le principe du préjugé: appliquer de manière universelle des caractéristiques qui dépendent à la fois de l'individu observé et de la perception qu'en a l'individu qui l'observe.
Comme il n'y a pas grand chose qui se vende mieux que les préjugés, c'est le carton assuré, d'autant plus quand ça va encourager une certaine paresse intellectuelle/lâcheté naturelle chez l'humain (= mon enfant en difficulté est un génie incompris: à la fois je n'y suis pour rien et à la fois il n'y à rien à comprendre ni à faire. J'ai engendré un être exceptionnel + pas besoin de me fatiguer ça sert à rien = doublé gagnant.)

C'est multifactoriel à mon avis.
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Avatar du membre
Zebra3
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: Articles divers sur les TSA

#1018 Message par Zebra3 » vendredi 22 février 2019 à 14:14

Euh le mal être du HPI dont il semble être question ne viendrait-il pas du fait qu’un enfant « surdoué » réussi sans effort dans les petites classes puis peut voir ses résultats scolaires s’effondrer lorsqu’il est désormais nécessaire de fournir un travail scolaire car il n’a du coup assimilé aucune méthode d’apprentissage ?
Echec d’autant plus incompréhensible et difficile à accepter, donc perte d’estime de soi, moqueries des camarades et remontrances des parents, etc ?

Tout comme chaque autiste est différent, chaque HPI est différent.
Ou j’ai raté la subtilité de la discussion ?
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 910
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Articles divers sur les TSA

#1019 Message par Siobhan » vendredi 22 février 2019 à 18:25

(Je n'ai pas lu les cinq six dernier messages de la discussion, donc mon message va probablement avoir l'air de sortir un peu de nulle part, désolé.)

Quand j'entend une ou plusieurs personnes exprimer, d'une manière ou d'une autre, que le sujet de l'autisme serait soit-disant une mode, j'aime bien me rappeler qu'il me semble (désolé, je n'ai pas de source à donner, je ne sais plus où j'ai vu lu ou entendu ça) qu'à la fin de la seconde guerre mondiale, des personnes ayant été déportées dans des camps d'extermination se voyaient méprisés par certains, et accusés en somme de "vouloir se rendre intéressant". (Ce type de discours est appelé "négationniste", je crois)

Me remémorer ça m'apaise, d'une certaine manière.


Et Fuck cette notion inutile de "point Goldwin", ce ne sont pas les Nazis qui ont inventé la barbarie.
Homme avec autisme, diagnostiqué par un psychiatre libéral en 2017.

Tiré de "La Mort et le Bûcheron", de Jean de la Fontaine :
"(...)
Plutôt souffrir que mourir,
C'est la devise des Hommes."

ex-"MudBloodKnowItAll"

alexis
Adepte
Messages : 255
Enregistré le : lundi 21 janvier 2008 à 19:17
Localisation : Lille

Re: Articles divers sur les TSA

#1020 Message par alexis » vendredi 22 février 2019 à 22:57

Oui, dénigrer les difficultés d’une autre population qu’on est amené à côtoyer pour des raisons qu’on ne comprend pas, et dont on ne mesure pas la réalité par manque de culture, n’amènera jamais plus de compassion envers soi-même :)
entrepreneur, hpi, hyper-sélectivité alimentaire sévère depuis bb, Mottron friendly :)

Répondre