Articles divers sur les TSA

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Fift
Forcené
Messages : 600
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Articles divers sur les TSA

#931 Message par Fift » jeudi 15 novembre 2018 à 12:05

martine_75 a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 11:45
Un micro-ARN, molécule voisine de l'ADN, impliqué dans l'autisme, Sciences et Avenir : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/c ... sme_129208

Merci martine_75.
Une question me vient quant à l'impact d'un potentiel traitement (on en est loin, hein, mais ça me turlupine) : quid de l'effet psychologique ? Un autiste "traité" pour ne plus souffrir des problèmes d'interaction sociale verrait aussi, logiquement, son fonctionnement cognitif modifié, et notamment la mémoire et la capacité à faire des liens entre des données apparemment disparates. Cela risque d'être fortement perturbant non ? A la limite, pour un très jeune enfant qui n'a pas eu le temps de s'habituer à son fonctionnement, pourquoi pas. Mais pour un adulte, ça pourrait être compliqué à gérer.
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 2874
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Articles divers sur les TSA

#932 Message par hazufel » jeudi 15 novembre 2018 à 12:34

Fift a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 12:05
martine_75 a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 11:45
Un micro-ARN, molécule voisine de l'ADN, impliqué dans l'autisme, Sciences et Avenir : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/c ... sme_129208

Merci martine_75.
Une question me vient quant à l'impact d'un potentiel traitement (on en est loin, hein, mais ça me turlupine) : quid de l'effet psychologique ? Un autiste "traité" pour ne plus souffrir des problèmes d'interaction sociale verrait aussi, logiquement, son fonctionnement cognitif modifié, et notamment la mémoire et la capacité à faire des liens entre des données apparemment disparates. Cela risque d'être fortement perturbant non ? A la limite, pour un très jeune enfant qui n'a pas eu le temps de s'habituer à son fonctionnement, pourquoi pas. Mais pour un adulte, ça pourrait être compliqué à gérer.
Merci Martine_75 pour l'article, même si malheureusement je ne peux pas le lire en entier, c'est toujours intéressant.
Fift, je me pose les mêmes questions que toi, chaque fois que je lis un article parlant de traitement, manipulation neuronale, activation cérébrale, etc :| Je n'imagine pas seulement les causes psychologiques, mais aussi et surtout les structurelles et cognitives.
Diagnostiquée TSA SDI,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA SDI.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2283
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Articles divers sur les TSA

#933 Message par olivierfh » jeudi 15 novembre 2018 à 12:50

Fift a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 12:05
Une question me vient quant à l'impact d'un potentiel traitement (on en est loin, hein, mais ça me turlupine) : quid de l'effet psychologique ?
Un roman sur ce thème: "[Livre] La vitesse de l'obscurité (Elizabeth Moon)".
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

martine_75
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: Articles divers sur les TSA

#934 Message par martine_75 » jeudi 15 novembre 2018 à 13:06

hazufel a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 12:34
Merci Martine_75 pour l'article, même si malheureusement je ne peux pas le lire en entier, c'est toujours intéressant.
Il me semble pourtant en accès libre.
De ce fait je me permets d'en copier-coller le contenu ci-dessous. Très scrupuleuse sur le droit de la presse, merci aux modérateurs de me dire si je dois le retirer.

"Un micro-ARN, molécule voisine de l'ADN, impliqué dans l'autisme
Une équipe de l'uni­ver­sité d'Emory et de l'Aca­dé­mie Chi­noise de Sciences a ex­ploré le rôle d'un mi­cro-ARN dans le dé­ve­lop­pe­ment des troubles du spectre au­tis­tique. Et ima­giné un trai­te­ment, ef­fi­cace sur les sou­ris.

Les causes gé­né­tique s de l' autisme sont de mieux en mieux connues. Une étude met en cause un mau­vais fonc­tion­ne­ment d'un mi­cro-ARN bap­tisé MIR-137 dans le dé­ve­lop­pe­ment de la ma­la­die. Qu'est-ce qu'un mi­cro-ARN ? C'est une pe­tite mo­lé­cule voi­sine de l'ADN, mais dont la fonc­tion n'est pas de coder les pro­téines que fa­brique la cel­lule. Les mi­cro-ARN, (éga­le­ment ap­pe­lés miARN), ont pour fonc­tion de ré­gu­ler les pro­ces­sus bio­lo­giques comme le dé­ve­lop­pe­ment, la dif­fé­ren­cia­tion, la crois­sance et le mé­ta­bo­lisme des cel­lules. En dé­gra­dant l'ARN mes­sa­ger (qui lui a une fonc­tion « co­dante » pour les pro­téines) ou en stop­pant la syn­thèse de pro­téines, ils in­hibent l'ex­pres­sion de dif­fé­rents gènes. D'après plu­sieurs études pu­bliées ces der­nières an­nées (no­tam­ment un ar­ticle de Ebra­him Mah­moudi et Mur­ray Cairns, paru dans Na­ture Mo­le­cu­lar Psy­chia­try en 2017), MIR-137 joue un rôle cri­tique dans le fonc­tion­ne­ment du cer­veau. Il ré­gule en effet plu­sieurs cen­taines de gènes. Lors­qu'il est dé­faillant, l'ac­ti­vité de ces gènes est al­té­rée, ce qui cause des dys­fonc­tion­ne­ments cel­lu­laires qui peuvent se tra­duire dans des troubles neu­ro­psy­chia­triques, no­tam­ment l'autisme. Mais la mé­ca­nique exacte de ce phé­no­mène est mal connue. C'est le manque qu'est venu com­bler une étude pu­bliée par une équipe de cher­cheurs de l'uni­ver­sité d'Emory et de l'Aca­dé­mie Chi­noise de Sciences dans Na­ture Neu­ros­cience. Un mi­cro-ARN qui agit sur le com­por­te­ment Cette équipe a élevé des sou­ris trans­gé­niques pour mieux com­prendre le rôle de ce mi­cro-ARN dans cer­tains troubles, et pour tes­ter d'éven­tuels trai­te­ments. Les sou­ris ma­ni­pu­lées gé­né­ti­que­ment par l'équipe du pro­fes­seur Jin étaient pour­vues d'une ver­sion al­té­rée du gène as­so­cié à ce mi­cro-ARN. Celles qui pos­sé­daient deux al­lèles du gène dé­fec­tueux mour­raient peu de temps après la nais­sance, ce qui sou­ligne le rôle clé de MIR-137 dans le dé­ve­lop­pe­ment. Chez celles qui n'en pos­sé­daient qu'un, MIR-137 était pré­sent, mais bien en-des­sous de la norme. Les sou­ris concer­nées avaient beau­coup de com­por­te­ments ré­pé­ti­tifs, comme le toi­let­tage ou le marble-bu­rying (fait d'en­ter­rer des ob­jets dans leur li­tière), n'in­ter­agis­saient pas so­cia­le­ment avec les autres sou­ris, pa­rais­saient in­ca­pables de dis­tin­guer les congé­nères connues des étran­gères. Des com­por­te­ments qui évoquent cer­tains symp­tômes ca­rac­té­ris­tiques de l'autisme (ré­pé­ti­ti­vité de cer­tains gestes, al­té­ra­tion de l'in­ter­ac­tion so­ciale…) Elles avaient éga­le­ment des dif­fi­cul­tés à se re­pé­rer dans l'es­pace, et une ca­pa­cité de mé­mo­ri­sa­tion et d'ap­pren­tis­sage di­mi­nuée. L'étude des cel­lules ner­veuses du cer­veau de ces sou­ris a mon­tré la façon dont le dé­fi­cit de MIR-137 in­fluen­çait le dé­ve­lop­pe­ment cé­ré­bral. Les cer­veaux de sou­ris mu­tantes pré­sen­taient une den­sité anor­male de den­drites (le pro­lon­ge­ment fi­la­men­teux des neu­rones par le­quel ils com­mu­niquent entre eux et font cir­cu­ler les mes­sages ner­veux). Chez l'hu­main, lorsque le cer­veau se dé­ve­loppe nor­ma­le­ment, beau­coup de ces den­drites sont na­tu­rel­le­ment sup­pri­més au cours de l'en­fance et de la pu­berté. C'est ce qu'on ap­pelle l'éla­gage sy­nap­tique, qui per­met d'éli­mi­ner les struc­tures neu­ro­nales de­ve­nues ob­so­lètes ou dé­fi­cientes. Ce pro­ces­sus est in­dis­pen­sable au bon dé­ve­lop­pe­ment neu­ro­cog­ni­tif. Or, on a ob­servé que cette sé­lec­tion sy­nap­tique était per­tur­bée chez les hu­mains au­tistes. Cette den­sité in­ha­bi­tuelle de den­drites s'ex­plique parce que MIR-137 cible des gènes as­so­ciés à la ma­tu­ra­tion des sy­napses, no­tam­ment SHANK3 et NRXN1. Fin pu­bli­cité dans s Play Video Play Mute Cur­rent Time 0 : 00 / Du­ra­tion Time 0 : 00 Loa­ded : 0% Pro­gress : 0% Stream Type LIVE Re­mai­ning Time -0 : 00 Play­back Rate 1 Chap­ters Chap­ters Sub­titles sub­titles off Cap­tions cap­tions off Fulls­creen Fo­re­ground --- White Black Red Green Blue Yel­low Ma­genta Cyan --- Opaque Semi-Opaque Back­ground --- White Black Red Green Blue Yel­low Ma­genta Cyan --- Opaque Semi-Trans­pa­rent Trans­pa­rent Win­dow --- White Black Red Green Blue Yel­low Ma­genta Cyan --- Opaque Semi-Trans­pa­rent Trans­pa­rent Font Size 50% 75% 100% 125% 150% 175% 200% 300% 400% Text Edge Style None Rai­sed De­pres­sed Uni­form Drop­sha­dow Font Fa­mily De­fault Mo­no­space Serif Pro­por­tio­nal Serif Mo­no­space Sans-Se­rif Pro­por­tio­nal Sans-Se­rif Ca­sual Script Small Caps De­faults Done L'en­zyme comme piste de trai­te­ment Les cher­cheurs ont de plus constaté que chez les sou­ris mu­tantes, le dé­fi­cit de MIR-137, qui fait que cer­tains ARN mes­sa­gers ne sont pas dé­gra­dés, a aussi pour ré­sul­tat une pro­duc­tion im­por­tante de l'en­zyme Pde10a (phos­pho­dies­te­rase 10a) dans le cer­veau. Cette en­zyme dé­grade deux mo­lé­cules qui jouent le rôle de mes­sa­gers se­con­daires pour dé­clen­cher des chan­ge­ments phy­sio­lo­giques dans les cel­lules, et sa trop grande pré­sence em­pêche la trans­mis­sion du si­gnal. L'équipe a alors en­vi­sagé d'uti­li­ser un in­hi­bi­teur de cette en­zyme pour voir si cela avait un effet sur le com­por­te­ment des sou­ris. Les cher­cheurs ont uti­lisé dans ce but la pa­pa­ve­rine, un va­so­di­la­ta­teur. Les sou­ris trai­tées, sans éga­ler l'ha­bi­leté des sou­ris contrôle, ont amé­lioré leurs per­for­mances dans le test du la­by­rinthe. Elles pas­saient aussi si­gni­fi­ca­ti­ve­ment plus de temps à in­ter­agir avec les autres sou­ris. Enfin, l'ad­mi­nis­tra­tion de ce mé­di­ca­ment sur des neu­rones in vitro ré­dui­sait la den­sité et la com­plexité de leurs den­drites. La sur­abon­dance de Pde10a, qui est la consé­quence du dé­fi­cit du mi­cro-ARN MIR-137, semble donc bien im­pli­quée dans le dé­ve­lop­pe­ment des troubles de type au­tis­tique chez les sou­ris. L'étude a ainsi per­mis de confir­mer le rôle de MIR-137 dans le dé­ve­lop­pe­ment des neu­rones, et de mieux com­prendre le lien exis­tant entre ce mi­cro-ARN et les troubles du spectre au­tis­tique. Le mé­di­ca­ment uti­lisé, la pa­pa­ve­rine, pour­rait de­ve­nir une piste de trai­te­ment à in­ves­ti­guer pour les hu­mains concer­nés par une perte par­tielle de MIR-137, et qui pré­sentent des troubles as­so­ciés.

Les causes gé­né­tiques de l’autisme sont de mieux en mieux connues. Une étude met en cause un mau­vais fonc­tion­ne­ment d'un mi­cro-ARN bap­tisé MIR-137 dans le dé­ve­lop­pe­ment de la ma­la­die. Qu'est-ce qu'un mi­cro-ARN ? C'est une pe­tite mo­lé­cule voi­sine de l'ADN, mais dont la fonc­tion n'est pas de coder les pro­téines que fa­brique la cel­lule. Les mi­cro-ARN, (éga­le­ment ap­pe­lés miARN), ont pour fonc­tion de ré­gu­ler les pro­ces­sus bio­lo­giques comme le dé­ve­lop­pe­ment, la dif­fé­ren­cia­tion, la crois­sance et le mé­ta­bo­lisme des cel­lules. En dé­gra­dant l’ARN mes­sa­ger (qui lui a une fonc­tion « co­dante » pour les pro­téines) ou en stop­pant la syn­thèse de pro­téines, ils in­hibent l’ex­pres­sion de dif­fé­rents gènes.

D’après plu­sieurs études pu­bliées ces der­nières an­nées (no­tam­ment un ar­ticle de Ebra­him Mah­moudi et Mur­ray Cairns, paru dans Na­ture Mo­le­cu­lar Psy­chia­try en 2017), MIR-137 joue un rôle cri­tique dans le fonc­tion­ne­ment du cer­veau. Il ré­gule en effet plu­sieurs cen­taines de gènes. Lors­qu’il est dé­faillant, l’ac­ti­vité de ces gènes est al­té­rée, ce qui cause des dys­fonc­tion­ne­ments cel­lu­laires qui peuvent se tra­duire dans des troubles neu­ro­psy­chia­triques, no­tam­ment l’autisme. Mais la mé­ca­nique exacte de ce phé­no­mène est mal connue. C’est le manque qu’est venu com­bler une étude pu­bliée par une équipe de cher­cheurs de l’uni­ver­sité d’Emory et de l’Aca­dé­mie Chi­noise de Sciences dans Na­ture Neu­ros­cience.

Un mi­cro-ARN qui agit sur le com­por­te­ment

Cette équipe a élevé des sou­ris trans­gé­niques pour mieux com­prendre le rôle de ce mi­cro-ARN dans cer­tains troubles, et pour tes­ter d’éven­tuels trai­te­ments."

Lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/c ... sme_129208
Diagnostic "TSA sans déficience intellectuelle ni retard de langage"

Fift
Forcené
Messages : 600
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Articles divers sur les TSA

#935 Message par Fift » jeudi 15 novembre 2018 à 13:11

hazufel a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 12:34
[
M, même si malheureusement je ne peux pas le lire en entier, c'est toujours intéressant.

Il faut choisir "regarder une pub video", et ensuite on a tout l'article.
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2283
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Articles divers sur les TSA

#936 Message par olivierfh » jeudi 15 novembre 2018 à 13:20

olivierfh a écrit :
mardi 13 novembre 2018 à 7:59
[Le pédiatre] décrit des troubles du spectre autistique (on ne parle pas pour Séréna d’autisme, handicap présent dès la naissance). Elle présente notamment un déficit d’interactions sociales.
Apparemment ce genre de conséquences de la négligence extrême (orphelinats roumains à la fin des années 1980, etc.) est le "trouble réactionnel de l'attachement" dans le DSM et la CIM, où il est indiqué par rapport à l'Asperger en "exclusion" (diagnostic incompatible).
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 2874
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Articles divers sur les TSA

#937 Message par hazufel » jeudi 15 novembre 2018 à 13:27

olivierfh a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 12:50
Fift a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 12:05
Une question me vient quant à l'impact d'un potentiel traitement (on en est loin, hein, mais ça me turlupine) : quid de l'effet psychologique ?
Un roman sur ce thème: "[Livre] La vitesse de l'obscurité (Elizabeth Moon)".
Super :bravo: C'est commandé :wink:

Martine_75, grand merci pour l'article.
Fift, de mon pc j'ai une fenêtre qui bloque la fin et qui me demande de me connecter. Pas de demande de vidéo. :wink:
Diagnostiquée TSA SDI,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA SDI.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4132
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Articles divers sur les TSA

#938 Message par misty » jeudi 15 novembre 2018 à 14:04

olivierfh a écrit :
mardi 13 novembre 2018 à 7:59
sudouest.fr/2018/11/12/direct-suivez-le-proces-de-la-mere-de-serena-bebe-cache-dans-le-coffre-d-une-voiture-5559525-6264.php
[Le pédiatre] décrit des troubles du spectre autistique (on ne parle pas pour Séréna d’autisme, handicap présent dès la naissance). Elle présente notamment un déficit d’interactions sociales.
Même si c'est étrange qu'il distingue entre autisme et TSA, le cas est semblable à celui discuté plus haut:
Manichéenne a écrit :
mardi 12 juillet 2016 à 20:48
Sa mère n'allait la voir qu'un peu tôt le matin pour la nourrir, et un peu le soir.
Les conséquences ressemblent à de l'autisme
C'est normal: il s'agit de la même petite fille.
Apparemment ce genre de conséquences de la négligence extrême (orphelinats roumains à la fin des années 1980, etc.) est le "trouble réactionnel de l'attachement" dans le DSM et la CIM, où il est indiqué par rapport à l'Asperger en "exclusion" (diagnostic incompatible).
C'est incompatible en théorie, mais dans les faits le spectre TSA est bien composé de gens qui ne sont pas autistes mais rentrent strictement dans les critères actuels des troubles du spectre autistique (comme la petite fille dont il est question).
C'est je pense une des explications au phénomène de "faux-autisme", et d'une certaine manière je rapproche ça de la distinction que fait Mottron entre autisme syndromique et autisme prototypique (sauf qu'il n'est pas question ici d'anomalie génétique mais de traumatisme néonatal/infantile majeur).

Le trouble réactionnel ne me semble pas assez "fort" pour ce type de profil, et il ne comprend pas certains critères cliniques observés de façon flagrante. C'est un souci de terminologie important: comme dans le cas de Victor de l'Aveyron, qui semble clairement avoir été un bébé "hautement gênant" laissé dans les bois à attendre de servir de repas aux animaux du coin (pratique ultra courante à l'époque) mais qui a survécu dans l'état que l'histoire a documenté, c'est un "autisme conceptuel/fabriqué" lié uniquement à l'environnement.
Problème étant, d'un côté ces cas sont tellement rares (heureusement) que ça ne vaut pas tellement le coup de créer une catégorie distincte; mais d'un autre côté ça met dans le même sac des nourrissons abandonnés dans les bois ou "tout juste maintenus en vie" dans un coffre de voiture et des enfants nés avec un trouble-neuro-développemental. C'est difficilement acceptable, et pas que pour les familles concernées par les "vrais" TED (la possibilité que ces enfants soient autistes "de naissance" étant existante mais très peu envisageable sérieusement en théorie).
Carapa a écrit :Personnellement, j'ai tendance à être très sceptique sur les résultats obtenus par auto-questionnaires, le gros problème de ceux-ci étant qu'ils engendrent souvent des "biais de remplissage". Cela signifie que tout le monde n'y répond pas de la même manière, à cause 1) de biais de perception de son propre comportement et/ou de celui des autres, 2) de différences dans la compréhension des questions, ou 3) du fait que certaines réponses sont mieux admises dans un groupe que dans un autre; ce qui fait qu'il est en fin de compte très difficile de comparer les résultats.
Plus ça va, plus c'est difficile de recueillir des données fiables concernant l'autisme tellement c'est le carnaval des biais. J'ai même vu passer une étude anglaise où "L'enquête a été menée auprès de 111 participants se considérant comme autistes" (sans commentaire et pas très envie de mettre un lien).
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

Fift
Forcené
Messages : 600
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 14:23

Re: Articles divers sur les TSA

#939 Message par Fift » jeudi 15 novembre 2018 à 14:49

misty a écrit :
jeudi 15 novembre 2018 à 14:04

Plus ça va, plus c'est difficile de recueillir des données fiables concernant l'autisme tellement c'est le carnaval des biais. J'ai même vu passer une étude anglaise où "L'enquête a été menée auprès de 111 participants se considérant comme autistes" (sans commentaire et pas très envie de mettre un lien).
C'est la taille de l'échantillon qui te choque, ou le critère de sélection, ou les deux combinés ?
(juste pour bien comprendre, hein, aucun jugement dans ma question)
Pre-diag infirme le TSA : symptômes actuels de type autistiques confirmés, sauf intérêts restreints => Troubles de la Communication Sociale ? A confirmer.

"All these words I don't just say, and nothing else matters"

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4132
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Articles divers sur les TSA

#940 Message par misty » jeudi 15 novembre 2018 à 19:23

Je parlerais plutôt d'absence de critère de sélection, en l'occurrence... :?
C'est la première étude "sérieuse" en vue de trouver des solutions concernant une des problématiques majeures de l'autisme, et les chercheurs se basent uniquement sur des ressentis subjectifs (= du vent, il est même question d'"autistic community" dans l'article :hotcry: ).
Donc oui, ça me choque, parce que si c'est ça ou rien personnellement je vote pour rien.
*Diag TSA*

“Some lose all mind and become soul, insane.
Some lose all soul and become mind, intellectual.
Some lose both and become accepted.”

martine_75
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: Articles divers sur les TSA

#941 Message par martine_75 » vendredi 16 novembre 2018 à 20:12

Dans La Croix ce vendredi 16 novembre :

L’atout geek des jeunes autistes : https://www.la-croix.com/Economie/Econo ... 1200983479
Diagnostic "TSA sans déficience intellectuelle ni retard de langage"

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#942 Message par Benoit » dimanche 18 novembre 2018 à 12:21

Le sujet-dont-ça-cause sur les réseaux en ce moment.

https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/1 ... _23592636/

Si ça c'est une agression, vivre avec un handicap ça doit être un génocide.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

martine_75
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: Articles divers sur les TSA

#943 Message par martine_75 » lundi 19 novembre 2018 à 14:38

L'article "Autistes « Asperger » : des talents aujourd'hui convoités", daté du 19/11 dans Les Echos :

https://business.lesechos.fr/directions ... 324993.php
Diagnostic "TSA sans déficience intellectuelle ni retard de langage"

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#944 Message par Benoit » lundi 19 novembre 2018 à 15:02

Dans les "efforts" que font les entreprises, il faudrait peut être envisager de dispenser les autistes de "l'exercice de la machine à café".

Il me semblait qu'un haut responsable de SAP était très sensible à cette inappétence naturelle de nos profils.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4238
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Articles divers sur les TSA

#945 Message par Flower » lundi 19 novembre 2018 à 15:08

De toute façon cet exercice-là ne m'a pas l'air universel, vu que je ne l'ai jamais rencontré. Ni même l'exercice de systématiquement déjeuner avec les collègues, même si à une époque je faisais ça souvent, mais c'était par choix et je prenais l'initiative de proposer des déjeuners, généralement à des collègues que je ne voyais pas tellement souvent.
Vu que l'information circule quand même, je pense que c'est vraiment pas quelque chose d'utile.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Répondre