Articles divers sur les TSA

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2018
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Articles divers sur les TSA

#991 Message par olivierfh » jeudi 7 février 2019 à 10:42

lulamae a écrit :
jeudi 7 février 2019 à 8:18
il mentionne également le fait que des diagnostics d'autismes sont donnés pour d'autres pathologies
C'est bien possible (voir le sujet que tu as lancé "autisme glamour"), mais la différence est qu'il en rajoute pour aller dans le sens de faire revenir des patients vers lui-même et la psychanalyse, car dans ce qu'il cite comme pathologies la moitié n'exclut aucunement l'autisme et est donc hors sujet: "psychose infantile, dysharmonie évolutive" sont des diagnostics d'un autre âge d'origine psychanalytique pour ce que les classifications médicales d'aujourd'hui (et la science) appellent autisme (TSA), et (d'expérience) "personnalité de type schizoïde" est facilement utilisé à tort dans l'errance diagnostique d'un TSA.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1338
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Articles divers sur les TSA

#992 Message par lulamae » jeudi 7 février 2019 à 13:21

olivierfh a écrit :
jeudi 7 février 2019 à 10:42
lulamae a écrit :
jeudi 7 février 2019 à 8:18
il mentionne également le fait que des diagnostics d'autismes sont donnés pour d'autres pathologies
C'est bien possible (voir le sujet que tu as lancé "autisme glamour"), mais la différence est qu'il en rajoute pour aller dans le sens de faire revenir des patients vers lui-même et la psychanalyse, car dans ce qu'il cite comme pathologies la moitié n'exclut aucunement l'autisme et est donc hors sujet: "psychose infantile, dysharmonie évolutive" sont des diagnostics d'un autre âge d'origine psychanalytique pour ce que les classifications médicales d'aujourd'hui (et la science) appellent autisme (TSA), et (d'expérience) "personnalité de type schizoïde" est facilement utilisé à tort dans l'errance diagnostique d'un TSA.
Oui, ce fil entre autres, parce que le sujet court en profondeur sur le forum, et resurgit sans cesse, même à propos d'autres sujets. On en arrive même à s'accuser les uns les autres de ne pas avoir de "vrai" diagnostic, c'est pour dire !!
viewtopic.php?f=10&t=4719&start=405
En somme, le bât blesse quand on en vient aux thérapies, mais ça ne devrait pas être puisque la HAS a reconnu la légitimité des TCC - est-ce à dire que les psychiatres d'obédience psychanalytique remettent en cause la HAS ? Comment faire alors pour que les patients ne se laissent pas abuser ?
Je note qu'il s'arroge le monopole de soigner "des personnes en souffrance, des humains" et de parler "pour les sans-voix". Ce qui est quand même gonflé, parce que les autistes non verbaux me paraissent ceux qui ont encore plus besoin de méthodes adaptés et moins de la psychanalyse !

Edit (ajout de citation) :
olivierfh a écrit : et (d'expérience) "personnalité de type schizoïde" est facilement utilisé à tort dans l'errance diagnostique d'un TSA.
Donc l'errance diagnostique est à double sens : des personnes qui ont un trouble moins "acceptable" sont diagnostiquées autistes, mais à l'inverse des personnes qui sont autistes peuvent aussi recevoir des diagnostics erronés... D'où la nécessité de passer par des équipes compétentes qui soient à même de réaliser des diagnostics différentiels.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel syndrome Ehlers-Danlos ?).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

bézèdach44
Forcené
Messages : 1205
Enregistré le : mercredi 9 décembre 2015 à 21:17
Localisation : Breizh

Re: Articles divers sur les TSA

#993 Message par bézèdach44 » dimanche 17 février 2019 à 13:07

Autiste.

Carapa
Fidèle
Messages : 173
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Articles divers sur les TSA

#994 Message par Carapa » dimanche 17 février 2019 à 19:23

Article intéressant, mais je suis un peu surpris de lire cela:
Et qu’en plus, on ne diagnostiquait pas le HPI avec un unique test de QI, mais en le couplant à d’autres évaluations plus qualitatives, comme le TAT ou le Rorschach.
Sérieux? Parce que, bon, le TAT et le Rorschach sont quand même des tests assez controversés, et dont la pertinence pour détecter un haut potentiel ne m'apparaît pas au premier abord...
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

bézèdach44
Forcené
Messages : 1205
Enregistré le : mercredi 9 décembre 2015 à 21:17
Localisation : Breizh

Re: Articles divers sur les TSA

#995 Message par bézèdach44 » dimanche 17 février 2019 à 19:59

Carapa a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 19:23
Article intéressant, mais je suis un peu surpris de lire cela:
Et qu’en plus, on ne diagnostiquait pas le HPI avec un unique test de QI, mais en le couplant à d’autres évaluations plus qualitatives, comme le TAT ou le Rorschach.
Sérieux? Parce que, bon, le TAT et le Rorschach sont quand même des tests assez controversés, et dont la pertinence pour détecter un haut potentiel ne m'apparaît pas au premier abord...
Oui c'est également le seul truc de l'article qui m'a fait un peu tiquer aussi.
Autiste.

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4766
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Articles divers sur les TSA

#996 Message par Manichéenne » dimanche 17 février 2019 à 20:47

J'ai détesté l'article. D'abord le HPI n'est pas un diagnostic. Il y a tout le long un parallèle fait entre HPI et autisme comme s'il s'agissait de deux conditions proches.
Certaines affirmations sont gratuites : des gens se déclarent autistes et HPI, ce ne seraient de des wannabe... Mais qui, où, comment on sait s'ils ont un diagnostic ? Pour moi ça ressemble beaucoup à un jugement à l'emporte pièce, penser qu'il y a des dérives en nombre, mais sans jamais pouvoir en citer un exemple réel, prouvé et concret, ce qui ne permettrait de toute façon pas une telle généralisation.
Ensuite, certaines dérives qu'on retrouve dans le HPI sont prêtées à l'autisme. A moins que je ne fréquente pas assez les réseaux sociaux et que je me trompe...
On retrouve encore une fois le thème du faux autiste, qui à mon avis fait plus de tort qu'autre chose, et a déjà été traité sur divers blogs sans que celui-ci n'apporte de nouveauté.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21163
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#997 Message par Tugdual » dimanche 17 février 2019 à 21:35

Je n'ai pas lu cet article, qui ne s'affiche pas chez moi.

Mais pour ce qui est du Rorschach, il n'y a pas de controverse :
AFIS a écrit :Pour les psychologues d’orientation scientifique, il est grand temps de tourner cette page. C’est ce qu’a décidé en 2000 l’Association américaine de psychologie : elle a recommandé d’exclure les techniques projectives des programmes universitaires de formation.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Talegan
Habitué
Messages : 87
Enregistré le : dimanche 31 décembre 2017 à 20:58
Localisation : Paris
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#998 Message par Talegan » dimanche 17 février 2019 à 22:20

voici l'article :
L'autodiagnostic-de-HPI.pdf
L'autodiagnostic de HPI, autisme, etc. : dérives et conséquences
(1.45 Mio) Téléchargé 11 fois
dans le spectre autistique

B. Pascal : « (…) de là vient que le plaisir de la solitude est une chose incompréhensible »
M. Blanchot : « (…) entre dans l’autre solitude où précisément manquent toute solitude personnelle, tout lieu propre et toute fin. »

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21163
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#999 Message par Tugdual » dimanche 17 février 2019 à 23:21

Merci...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
LoonyKata
Occasionnel
Messages : 13
Enregistré le : vendredi 30 décembre 2016 à 0:30

Re: Articles divers sur les TSA

#1000 Message par LoonyKata » dimanche 17 février 2019 à 23:27

Bonjour,

Je suis l'auteure de l'article "L'autodiagnostic de HPI, autisme, etc. : dérives et conséquences" et je me permets de répondre à quelques uns de vos commentaires :)
Manichéenne a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 20:47
J'ai détesté l'article. D'abord le HPI n'est pas un diagnostic. Il y a tout le long un parallèle fait entre HPI et autisme comme s'il s'agissait de deux conditions proches.
Certaines affirmations sont gratuites : des gens se déclarent autistes et HPI, ce ne seraient de des wannabe... Mais qui, où, comment on sait s'ils ont un diagnostic ? Pour moi ça ressemble beaucoup à un jugement à l'emporte pièce, penser qu'il y a des dérives en nombre, mais sans jamais pouvoir en citer un exemple réel, prouvé et concret, ce qui ne permettrait de toute façon pas une telle généralisation.
Ensuite, certaines dérives qu'on retrouve dans le HPI sont prêtées à l'autisme. A moins que je ne fréquente pas assez les réseaux sociaux et que je me trompe...
On retrouve encore une fois le thème du faux autiste, qui à mon avis fait plus de tort qu'autre chose, et a déjà été traité sur divers blogs sans que celui-ci n'apporte de nouveauté.
En effet le HPI n'est pas un diagnostic, et j'explique dans un autre de mes articles qu'il s'agit d'un abus de langage. J'emploie tout de même ce mot faute de connaître un substitut efficace. (Et si quelqu'un en connait un, je veux bien qu'il me le partage.) Quand quelqu'un dit "J'ai découvert mon HPI" ou "J'ai été détecté HPI", par exemple, cela n'indique pas que cela a été vérifié par un professionnel dans le cadre d'une démarche adéquate, il pourrait tout aussi bien avoir entendu son pote dire "Je crois que t'es HPI" ou l'avoir conclu lui-même. Cette formulation peut provoquer une remise en question de l'interlocuteur et une nécessité de se justifier, qui s'avère épuisante à la longue. Alors qu'en parlant de diagnostic, cela implique qu'il y a eu passation d'un bilan avec un professionnel qualifié.

Ensuite, pour avoir fréquenté de nombreux groupes sur les réseaux sociaux (que j'ai tous quitté d'ailleurs), je n'invente rien : tous les comportements décris ont été observés à de nombreuses reprises, sinon rapportés à travers les échanges que j'ai chaque jour avec les lecteurs ou mes proches... Je ne me fatiguerais pas à écrire un article sur ce genre de sujet (un peu chaud, qui risque d'engendrer des réactions négatives compliquées à gérer pour moi), si je n'estimais pas qu'il y avait un enjeu important derrière. Je dis d'ailleurs que si c'était qu'une question d'être vexé par des gens qui s'amusent dans leur coin à jouer à être autistes/surdoués, ça ne vaudrait pas la peine de se rendre malade pour ça. Le problème, c'est que la multiplication de ces comportements change le regard qu'à la société sur nous, et le déni constant de nos condition contribue à notre mal-être, en plus de causer parfois des problèmes concrets (refus d'attribuer des aménagements au travail ou des aides sociales, par exemple). Après, si le problème ne concerne pas tout le monde et que certains neurotatypiques ne voient pas de quoi je parle, tant mieux pour eux. (Par ailleurs, je cite des exemples, dont un très détaillé... Je ne peux évidemment pas balancer des noms ou des captures d'écran par respect pour la vie privée des gens, et parce que mon but n'est pas d'humilier des individus en public mais de dénoncer un phénomène !)

Sinon, j'ai parlé d'autisme et de HPI car je présente ces deux conditions. Je n'insinue rien (je ne pense pas qu'il s'agisse de la même chose ou quoi, il y a juste des caractéristiques ressemblantes), j'utilise simplement mon cas pour produire des exemples concrets qui parleront à un maximum de lecteurs. Si j'avais un TDAH, j'aurais parlé de TDAH en détails...
Carapa a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 19:23
Sérieux? Parce que, bon, le TAT et le Rorschach sont quand même des tests assez controversés, et dont la pertinence pour détecter un haut potentiel ne m'apparaît pas au premier abord...
Plusieurs personnes ont été dérangées par ces passages. J'ai cité ces tests pour exemple, mais ils varient d'un praticien à l'autre : j'ai lu qu'il était possible de passer le Rorschach et je l'ai cité parce qu'il est connu du grand public, mais moi je ne l'ai pas passé, ni aucun de mes proches diagnostiqués. (Et il ne semble pas très commun, si je me fie à ce que je lis sur les forums.) Enfin, il ne s'agit pas d'utiliser des tests issus de la psychanalyse pour détecter un surdoué : le bilan psychologique, à la base, n'est pas fait pour détecter le HPI. Il est fait pour dresser un portrait du patient, voir ses ressources, là où il a d'éventuelles difficultés, et proposer des conseils pour sa vie future. C'est ensuite qu'il a massivement été utilisé pour les probables HPI en questionnement. On n'a pas créé ce truc pour eux, il s'avère juste qu'on n'a rien de mieux à l'heure actuelle pour traiter leurs demandes. Un test de QI seul n'est pas suffisant pour les patients avec un QI hétérogène ou des troubles (DYS, TDAH, etc.) qui biaisent fortement la passation : les tests de QI actuels sont encore trop axés sur le QI global pour faire la part de choses. On pourra peut-être se passer des tests qualitatifs quand le test de QI sera moins axé autour du QI total (ce qui est en train d'arriver : à chaque nouvelle version, il est divisé en de plus en plus d'indices !). A part ça (ceci est une pure anecdote et n'a aucune valeur "scientifique", mais ça peut peut-être rassurer un peu), en ce qui me concerne, mon bilan écrit ne comportait pas la marque psykk... Les commentaires par rapport au TAT concernaient mon hypersensibilité, ma capacité à imaginer plein de possibilités à partir d'une seule image, mon besoin de précision... L'outil n'est pas la personne qui s'en sert, et en l’occurrence j'étais face à une psychologue compétente qui a juste cherché ce qu'elle avait besoin de chercher pour l'objectif défini avant la passation ! Je n'ai entendu aucune théorie psykk, et ce n'était absolument pas le sujet !

Avec tout le mépris que j'ai pour les dérives de la psychanalyse (vous savez tous les dégâts qu'elle fait dans le milieu de l'autisme, et je suis la première à les dénoncer...), une réaction épidermique de rejet ne me semble pas tellement pertinente quand on ne connaît pas les raisons de sa présence dans le bilan psycho, ni comment elle est utilisée exactement.

Bien à vous !
Septembre 2015 : diagnostic de haut potentiel intellectuel.
Mai 2018 : Diagnostic de TSA du type syndrome d'Asperger en clinique libérale.

bézèdach44
Forcené
Messages : 1205
Enregistré le : mercredi 9 décembre 2015 à 21:17
Localisation : Breizh

Re: Articles divers sur les TSA

#1001 Message par bézèdach44 » lundi 18 février 2019 à 1:24

Manichéenne a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 20:47
A moins que je ne fréquente pas assez les réseaux sociaux et que je me trompe...
Peut être que cela vient de là, car pour fréquenter les réseaux sociaux (notamment twitter) de manière soutenue, je peux t'assurer que tout ce qui est décrit dans l'article est totalement vrai concernant les "wannabe" ... C'est même dramatique, révoltant...
Autiste.

Aeryn
Passionné
Messages : 434
Enregistré le : mardi 10 janvier 2017 à 18:49

Re: Articles divers sur les TSA

#1002 Message par Aeryn » lundi 18 février 2019 à 8:15

LoonyKata a écrit :
dimanche 17 février 2019 à 23:27
j'ai lu qu'il était possible de passer le Rorschach et je l'ai cité parce qu'il est connu du grand public, mais moi je ne l'ai pas passé, ni aucun de mes proches diagnostiqués. (Et il ne semble pas très commun, si je me fie à ce que je lis sur les forums.) Enfin, il ne s'agit pas d'utiliser des tests issus de la psychanalyse pour détecter un surdoué : le bilan psychologique, à la base, n'est pas fait pour détecter le HPI. Il est fait pour dresser un portrait du patient, voir ses ressources, là où il a d'éventuelles difficultés, et proposer des conseils pour sa vie future. C'est ensuite qu'il a massivement été utilisé pour les probables HPI en questionnement. On n'a pas créé ce truc pour eux, il s'avère juste qu'on n'a rien de mieux à l'heure actuelle pour traiter leurs demandes. Un test de QI seul n'est pas suffisant pour les patients avec un QI hétérogène ou des troubles (DYS, TDAH, etc.) qui biaisent fortement la passation : les tests de QI actuels sont encore trop axés sur le QI global pour faire la part de choses. On pourra peut-être se passer des tests qualitatifs quand le test de QI sera moins axé autour du QI total (ce qui est en train d'arriver : à chaque nouvelle version, il est divisé en de plus en plus d'indices !).
J'ai trouvé l'article pertinent.

Je voudrais juste nuancer ce passage de ta réaction.

Les échelles de Weschler permettent en effet (parfois) de calculer un QI total. Mais les "bonnes" psychologues qui le font passer n'accordent en réalité que peu d'importance au QIT. Un petit peu plus aux indices, mais pas plus que ça non plus. Elles ont plus tendance à effectuer une analyse des résultats par subtests isolés, parce que c'est plus pertinent, plus juste, et on peut en déduire beaucoup plus de choses que d'une analyse par indices, ou du QIT seul.

Par ailleurs, les tests projectifs type Rorschach ou TAT n'ont pas vraiment leur place dans la démarche "diagnostique" de HPI en lui-même. Ils peuvent avoir leur place dans l'évaluation de "comorbidités". Mais ils n'ont pas pour but de compléter une échelle de Weschler.
TSA d'intensité légère à modérée

Avatar du membre
LoonyKata
Occasionnel
Messages : 13
Enregistré le : vendredi 30 décembre 2016 à 0:30

Re: Articles divers sur les TSA

#1003 Message par LoonyKata » lundi 18 février 2019 à 8:34

Aeryn a écrit :
lundi 18 février 2019 à 8:15
J'ai trouvé l'article pertinent.

Je voudrais juste nuancer ce passage de ta réaction.

Les échelles de Weschler permettent en effet (parfois) de calculer un QI total. Mais les "bonnes" psychologues qui le font passer n'accordent en réalité que peu d'importance au QIT. Un petit peu plus aux indices, mais pas plus que ça non plus. Elles ont plus tendance à effectuer une analyse des résultats par subtests isolés, parce que c'est plus pertinent, plus juste, et on peut en déduire beaucoup plus de choses que d'une analyse par indices, ou du QIT seul.

Par ailleurs, les tests projectifs type Rorschach ou TAT n'ont pas vraiment leur place dans la démarche "diagnostique" de HPI en lui-même. Ils peuvent avoir leur place dans l'évaluation de "comorbidités". Mais ils n'ont pas pour but de compléter une échelle de Weschler.
Merci pour ces précisions ! (Je ne suis pas une spécialiste et même en me documentant je peux dire des bêtises ou être imprécise.) Je n'ai pas d'opinion vis-à-vis de ces tests, ayant le minimum syndical de connaissances en psychanalyse. Je sais juste qu'ils font partie du bilan et qu'il relève du charlatanisme de faire passer un bilan psychologique comportant uniquement un test de QI (d'autant plus que c'est souvent au même prix que s'il y avait le test de QI + les autres tests --').

Malheureusement, le recul sur le QIT est théorique (je parle du WAIS, ça a l'air d'être plus souple pour le WISC depuis sa dernière version, avec un indice en plus) : plein de psys font passer des tests de QI sans être réellement aptes à interpréter les résultats. Quand le patient à un QIT au-dessus de 130, pas d’ambiguïté, mais dès qu'on a de l'hétérogène, le psy se retrouve coincé et peut réagir n'importe comment, souvent en renvoyant le patient avec un discours flou et un bilan ni fait ni à faire... (Il y a des discussions réservées à ces cas de figure sur le forum Adulte Surdoué.) Bon, après y'a pas non plus une frontière nette entre HPI et non HPI, et ça se comprend que les gens dans la zone grise (genre qui ont 125 de QI dont on se demande s'ils sont tombés sur le haut ou le bas de la fourchette de score) posent problème. Ça me paraît juste qu'on utilise alors un complément : au moins, à défaut d'avoir une réponse claire sur la nature du HPI, on a un pu dresser un portait détaillé du patient, et il peut s'en servir pour s'orienter vers des solutions quand problème il y a, voire rebondir sur d'autres hypothèses.
Septembre 2015 : diagnostic de haut potentiel intellectuel.
Mai 2018 : Diagnostic de TSA du type syndrome d'Asperger en clinique libérale.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 21163
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Articles divers sur les TSA

#1004 Message par Tugdual » lundi 18 février 2019 à 9:44

LoonyKata a écrit :
lundi 18 février 2019 à 8:34
Ça me paraît juste qu'on utilise alors un complément [...]
À condition que ce complément soit scientifiquement valide, sous peine de retomber dans les travers de la psychanalyse. Et ce n'est pas le cas des tests projectifs, donc des TAT et Rorschach.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1338
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Articles divers sur les TSA

#1005 Message par lulamae » lundi 18 février 2019 à 10:46

J'ai lu l'article et le trouve bien écrit. J'ai été intéressée par la dernière partie "pourquoi est-il néfaste d'abuser de l'auto-diagnostic ?"
Toutefois, j'ai du mal à admettre qu'on puisse s'auto-diagnostiquer HPI (ou autiste) sans demander de diagnostic en suivant. Ca me paraît incroyablement prétentieux, et je n'arrive pas à réaliser que si, certains le font. Je pense, sans doute naïvement, que si on avance qu'on est HPI c'est qu'on a forcément eu un diag.
Qu'on fasse des tests sur internet, pour se donner quelques pistes, savoir si ça vaut le coup d'envisager un diagnostic, d'accord... Et souvent, je dirais même que si les gens hésitent et tergiversent avant d'entreprendre la démarche, c'est peut-être autant parce qu'ils ne se sentent pas légitimes, que parce qu'ils estimeraient qu'une validation médicale n'apporte rien de plus à leur conviction.
N'y a-t-il pas des études portant sur les gens qui ont reçu un vrai diagnostic HPI, par un professionnel, par hasard, suite à une suggestion médicale, par exemple, en ne le cherchant pas ? Qui n'auraient pas imaginé l'être avant cela ?

Je constate toutefois que le discours "demander un diagnostic d'autisme est une mode" est totalement passé dans le discours des médecins et psychiatres. Je doute qu'on revienne en arrière maintenant ; il est possible d'ailleurs que ce phénomène d'auto-diagnostic soit monté en épingle par des praticiens qui refusent de "croire à l'autisme" (comme si c'était une sorte de secte ???), et que cela leur donne des justifications pour empêcher les avancées qui sont en train de se faire, ou pourraient se faire, dans l'information comme dans la formation.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel syndrome Ehlers-Danlos ?).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Répondre