Asperger et épuisement

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Itaya
Adepte
Messages : 249
Enregistré le : dimanche 11 juin 2017 à 19:29

Re: Asperger et épuisement

#181 Message par Itaya » mercredi 16 août 2017 à 13:14

MrsJack a écrit :C'est aussi une question d'habitude et d'entrainement.
C'est comme ça qu'on s'est rencontré avec mon ami aspie et il a tenu 3 semaines.
Y avait moyen de s'isoler un peu mais jamais très longtemps.
Ça fait 2,5 semaines que je suis en vacances avec ma fillebet mon conjoint.
J'ai beau dormir plus quand temps normal, bien que cela soit relatif.
Ma batterie reste presque vide. En résumé, mes vacances ne sont pas reposante. Parfois je préfère même rester au taf, où c'est plus calme (le soir) que rentrer.
Donc là j'ai presque hâte de retourner travailler même si au fond de moi j'ai pas envie.
Je tiens à préciser que j'adore ma fille, mais entre ses crises, papa quiba du mal à ne pas s'énerver et ça n'arrange rien, elle qui court partout, blablate un max...
Probablement HP sans tests officiels.
Non diagnostiquée, je pense être aspie et les differents tests internet tendent de ce côté. (En attente CRA pour ~2020)
Ps : dyslexique fâchée avec l'orthogrape et la grammaire (les efforts me demandent beaucoup)

Avatar du membre
TimeLady
Passionné
Messages : 383
Enregistré le : mercredi 12 juillet 2017 à 11:20

Re: Asperger et épuisement

#182 Message par TimeLady » mercredi 16 août 2017 à 13:52

MrsJack a écrit :C'est aussi une question d'habitude et d'entrainement.
C'est comme ça qu'on s'est rencontré avec mon ami aspie et il a tenu 3 semaines.
Y avait moyen de s'isoler un peu mais jamais très longtemps.
Perso je ne pourrais jamais m'habituer à la promiscuité. C'est juste impossible...
Déjà que passer une journée avec deux autres personnes dans un bureau, ça m'épuise... Ou même juste un repas "de famille" (=mes parents et moi)... :yawn: :sick:

Quand je partais en mobile home avec mes parents, pour compenser je ne sortais quasi jamais avec eux. Et j'avais quoi, douze ans ? Je préférais rester seule avec un bouquin, au calme, à faire le plein de silence. Les seules fois où je tentais de me forcer, ça finissait mal (crise d'angoisse carabinée, obligation de faire demi-tour)...
pré-diagnostic établi en 2012 (à 30 ans passés) par une psychologue comportementaliste - pas de démarche d'officialisation auprès du CRA prévue dans l'immédiat

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: Asperger et épuisement

#183 Message par MrsJack » mercredi 16 août 2017 à 14:04

Ça doit être très variable selon les cas de TSA.

En tant que NT la problématique n'est pas la même, je sais d'expérience que certaines personnes et certaines situations sont plus pénibles que d'autres à supporter.
Par exemple, pour reprendre le post d'Itaya :
Ça fait 2,5 semaines que je suis en vacances avec ma fillebet mon conjoint.
J'ai beau dormir plus quand temps normal, bien que cela soit relatif.
Ma batterie reste presque vide. En résumé, mes vacances ne sont pas reposante. Parfois je préfère même rester au taf, où c'est plus calme (le soir) que rentrer.
Donc là j'ai presque hâte de retourner travailler même si au fond de moi j'ai pas envie.
Je tiens à préciser que j'adore ma fille, mais entre ses crises, papa quiba du mal à ne pas s'énerver et ça n'arrange rien, elle qui court partout, blablate un max...
Pour un NT non plus ce ne serait pas vraiment reposant : les enfants en bas âge, les compagnons de voyage qui n'arrivent pas à rester calmes... :?
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

Avatar du membre
Itaya
Adepte
Messages : 249
Enregistré le : dimanche 11 juin 2017 à 19:29

Re: Asperger et épuisement

#184 Message par Itaya » mercredi 16 août 2017 à 14:30

J'ai qu'un seul enfant. Pourtant tous les NTs que je connais ne ressentent pas cet épuisement que je raconte. Et eux ont en général 2 ou 3 enfants. Quand certains en ont encore plus.
Et pour préciser, les vacances se sont faites à la maison.
Rien que d'être 30 min avec ma fille, elle me vide.
Donc je ne pense pas que ce soit comparable.
Probablement HP sans tests officiels.
Non diagnostiquée, je pense être aspie et les differents tests internet tendent de ce côté. (En attente CRA pour ~2020)
Ps : dyslexique fâchée avec l'orthogrape et la grammaire (les efforts me demandent beaucoup)

Avatar du membre
Itaya
Adepte
Messages : 249
Enregistré le : dimanche 11 juin 2017 à 19:29

Re: Asperger et épuisement

#185 Message par Itaya » mercredi 16 août 2017 à 14:35

J'ai beau chercher dans mes souvenirs, car je me suis efforcé à ne pas en conserver beaucoup (beaucoup de mauvais souvenirs).
Et mes rares souvenir je suis très souvent seule, ou maximum 2 personnes.
Je me suis toujours trouvé bien dans des endroits seule sans savoir l'expliquer.
J'ai souvent cherché de la solitude, sans que ce soit vu.
Les gens n'aiment pas que des personnes soient seules.
Probablement HP sans tests officiels.
Non diagnostiquée, je pense être aspie et les differents tests internet tendent de ce côté. (En attente CRA pour ~2020)
Ps : dyslexique fâchée avec l'orthogrape et la grammaire (les efforts me demandent beaucoup)

Avatar du membre
Bubu
Forcené
Messages : 5199
Enregistré le : dimanche 19 mai 2013 à 12:03
Localisation : En haut à gauche

Re: Asperger et épuisement

#186 Message par Bubu » mercredi 16 août 2017 à 14:44

L'épuisement peut conduire au refus.
Refus de faire comme les autres. Refus de se sociabiliser.
On est pas des robots, il y a un seuil : au delà duquel on se protège, et refusons autrui. Refusons d'aller dans le moule.
Quand pendant toute notre jeunesse, nous avons tenté d'intégrer "leur" normalité sans succès, c'est assez normal de devenir belliqueux à leur encontre, et faire comme bon nous semble.

Le choix :
Passez pour un abruti dans leur monde.
S'épanouir dans le nôtre.

Le choix est vite fait, non ? :twisted:
Diagnostiqué autiste asperger, diagnostic établi à mes 33 ans par le CRA de ma région.
"Ce syndrome est caractérisé chez ce patient par l’absence de détérioration intellectuelle, un syndrome dysexécutif, un déficit d'attention"

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: Asperger et épuisement

#187 Message par MrsJack » mercredi 16 août 2017 à 15:18

Itaya a écrit :J'ai qu'un seul enfant. Pourtant tous les NTs que je connais ne ressentent pas cet épuisement que je raconte. Et eux ont en général 2 ou 3 enfants. Quand certains en ont encore plus.
Et pour préciser, les vacances se sont faites à la maison.
Rien que d'être 30 min avec ma fille, elle me vide.
Donc je ne pense pas que ce soit comparable.
Tous mes collègues n'ont qu'un seul enfant, ils sont NT et il y a des jours où certains d'entre eux finissent sur les rotules (d'autres par contre donnent l'impression que tout glisse sur eux, c'est très agaçant).
Je sais que ce n'est pas comparable, ce que je voulais dire c'est que c'est déjà éprouvant pour un NT, c'est normal que quelqu'un avec TSA ait du mal (ou même n'arrive pas du tout) à gérer.
Ma première remarque n'était pas très utile en soit car très courte, je voulais dire que même avec un TSA qui rend tout plus éprouvant pour vous, ce genre de situation peut vous donner l'impression que c'est insurmontable, mais en réalité quand vous êtes au cœur de ces situations et que vous arrivez à tenir plus de 30 minutes ou une heure vous réussissez déjà un petit exploit.
Bubu a écrit :Le choix :
Passez pour un abruti dans leur monde.
S'épanouir dans le nôtre.

Le choix est vite fait, non ? :twisted:
Mouais, sauf qu'il n'y a qu'un seul monde et qu'il faut le partager.
Ça devient de plus en plus difficile de nos jours de s'isoler.
Autrefois il y avait plein de moyens et même des possibilités de vivre en autarcie. Désormais c'est quasiment impossible, enfin en Europe de l'Ouest et entre autre en France en tout cas.
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

arius
Passionné
Messages : 360
Enregistré le : jeudi 29 juin 2017 à 13:32
Localisation : Alsace

Re: Asperger et épuisement

#188 Message par arius » mercredi 16 août 2017 à 15:24

MrsJack a écrit :
Itaya a écrit :J'ai qu'un seul enfant. Pourtant tous les NTs que je connais ne ressentent pas cet épuisement que je raconte. Et eux ont en général 2 ou 3 enfants. Quand certains en ont encore plus.
Et pour préciser, les vacances se sont faites à la maison.
Rien que d'être 30 min avec ma fille, elle me vide.
Donc je ne pense pas que ce soit comparable.
Tous mes collègues n'ont qu'un seul enfant, ils sont NT et il y a des jours où certains d'entre eux finissent sur les rotules (d'autres par contre donnent l'impression que tout glisse sur eux, c'est très agaçant).
Je sais que ce n'est pas comparable, ce que je voulais dire c'est que c'est déjà éprouvant pour un NT, c'est normal que quelqu'un avec TSA ait du mal (ou même n'arrive pas du tout) à gérer.
Ma première remarque n'était pas très utile en soit car très courte, je voulais dire que même avec un TSA qui rend tout plus éprouvant pour vous, ce genre de situation peut vous donner l'impression que c'est insurmontable, mais en réalité quand vous êtes au cœur de ces situations et que vous arrivez à tenir plus de 30 minutes ou une heure vous réussissez déjà un petit exploit.

La ou tu bloque sur la plupart de tes propos MrsJack, ne le prend pas mal, c'est sur la différence de ressenti/impression entre les neurotypique et les neuroatypique (pas nécessairement les autistes, ou spécifiquement les aspies...). Moi même n'étant pas diagnostiqué j'ai un fonctionnement complètement différent des NT. Une chose simple peut sembler être une montagne pour moi, et inversement.

Effectuer une comparaison à chaque fois avec les NT n'est pas une solution en soi je pense.
CRA 02/10/2017 -> pas Asperger

06/06/2018 -> TDAH


Hqi

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: Asperger et épuisement

#189 Message par MrsJack » mercredi 16 août 2017 à 15:44

Effectuer une comparaison à chaque fois avec les NT n'est pas une solution en soi je pense.
Sans doute.

J'ai parfois de la peine quand je lis les descriptions de vos difficultés.
Autant il y a des choses qui ne me parlent absolument pas (par exemple tout ce qui touche aux hypersensibilités sensorielles de toutes sortes : les odeurs, la lumière, le toucher, les bruits...), autant parfois je vois des souffrances qui sont en fait communes à tout le monde, NT ou NAT et que parfois vous associez, me semble t'il, à tort, au TSA. Je trouve ça triste parce que les autistes ont déjà bien assez de problèmes à gérer comme ça et sont conscients de leurs difficultés, sans en plus se rajouter des trucs qui en fait sont liés au statut d'humain, pas NT ou NAT.
J'ai tendance à penser que c'est important de vous en faire part, mais je me trompe peut-être.

Après il y a les "degrés" de difficultés face à la gestion des situations qui varie beaucoup d'un NAT à l'autre et d'un NT à l'autre.
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

arius
Passionné
Messages : 360
Enregistré le : jeudi 29 juin 2017 à 13:32
Localisation : Alsace

Re: Asperger et épuisement

#190 Message par arius » mercredi 16 août 2017 à 15:52

MrsJack a écrit :
Effectuer une comparaison à chaque fois avec les NT n'est pas une solution en soi je pense.
Sans doute.

J'ai parfois de la peine quand je lis les descriptions de vos difficultés.
Autant il y a des choses qui ne me parlent absolument pas (par exemple tout ce qui touche aux hypersensibilités sensorielles de toutes sortes : les odeurs, la lumière, le toucher, les bruits...), autant parfois je vois des souffrances qui sont en fait communes à tout le monde, NT ou NAT et que parfois vous associez, me semble t'il, à tort, au TSA. Je trouve ça triste parce que les autistes ont déjà bien assez de problèmes à gérer comme ça et sont conscients de leurs difficultés, sans en plus se rajouter des trucs qui en fait sont liés au statut d'humain, pas NT ou NAT.
J'ai tendance à penser que c'est important de vous en faire part, mais je me trompe peut-être.

Après il y a les "degrés" de difficultés face à la gestion des situations qui varie beaucoup d'un NAT à l'autre et d'un NT à l'autre.
Attention, je n'ai exprimé et n'exprime que mon avis,pas celui des autres (donc tu peux continuer à faire des comparaisons si tu en a envie ^^). J'avais juste besoin de le dire :)

Ensuite, il y a effectivement des traits commun aux Nat et aux NT. Mais c'est la perception de ceux ci qui différent. D'où le fait d'être autiste ou non d'ailleurs :)
Par exemple, la fatigue d'être en société, bien que ressentie par les deux parties, n'est pas de la même intensité. Quand ma compagne me dit que ses parents l'épuisent, moi ils me lessivent (à tel point que j'en ai des absences pendant les repas, préférant nager dans le bonheur éternel (et malheureusement imaginaire) que de devoir continuer à les écouter.) pourtant,bien qu'epuise par ses parents, elle les relance pendant les conversations. Moi je n'attend qu'une chose, que ça s'arrête'

Et ce n'est qu'un exemple. Qui est vécu par moi, je ne sais pas pour les autres.
CRA 02/10/2017 -> pas Asperger

06/06/2018 -> TDAH


Hqi

Avatar du membre
TimeLady
Passionné
Messages : 383
Enregistré le : mercredi 12 juillet 2017 à 11:20

Re: Asperger et épuisement

#191 Message par TimeLady » mercredi 16 août 2017 à 15:57

MrsJack a écrit :
Effectuer une comparaison à chaque fois avec les NT n'est pas une solution en soi je pense.
Sans doute.

J'ai parfois de la peine quand je lis les descriptions de vos difficultés.
Autant il y a des choses qui ne me parlent absolument pas (par exemple tout ce qui touche aux hypersensibilités sensorielles de toutes sortes : les odeurs, la lumière, le toucher, les bruits...), autant parfois je vois des souffrances qui sont en fait communes à tout le monde, NT ou NAT et que parfois vous associez, me semble t'il, à tort, au TSA. Je trouve ça triste parce que les autistes ont déjà bien assez de problèmes à gérer comme ça et sont conscients de leurs difficultés, sans en plus se rajouter des trucs qui en fait sont liés au statut d'humain, pas NT ou NAT.
J'ai tendance à penser que c'est important de vous en faire part, mais je me trompe peut-être.

Après il y a les "degrés" de difficultés face à la gestion des situations qui varie beaucoup d'un NAT à l'autre et d'un NT à l'autre.
Le truc, je crois, c'est qu'on ne parle pas de la même fatigue. :)

Je connais peu de NT qui ressortent épuisés d'une interaction sociale basique... Quand je dis "épuisé" je ne parle pas juste de "ah, je suis crevé" mais de vertiges, d'impression de ne pas avoir dormi depuis dix jours, d'avoir les yeux qui brûlent de l'intérieur, d'impression d'avoir la tête totalement "vide" ou "pleine de coton", parfois même de tremblements physiques... Je n'ai jamais expérimenté la fatigue "lambda" mais je suis toujours sidérée de voir des gens qui se disent fatigués aller faire la bringue deux heures plus tard, ou faire la conversation, ou s'intéresser à ce qui se passe autour d'eux. Moi, ma fatigue, elle me met sous cloche, je ne peux pas l'occulter et je ne peux plus rien gérer d'autre... Je peux me sentir épuisée parce que j'ai croisé quelqu'un, que ce n'était pas prévu et qu'il a fallu improviser, faire la conversation, avoir les bonnes attitudes. Ca peut n'avoir duré que dix mn, qu'importe, ça me vampirise totalement...
pré-diagnostic établi en 2012 (à 30 ans passés) par une psychologue comportementaliste - pas de démarche d'officialisation auprès du CRA prévue dans l'immédiat

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4914
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Asperger et épuisement

#192 Message par Manichéenne » mercredi 16 août 2017 à 16:07

MrsJack a écrit :Autant il y a des choses qui ne me parlent absolument pas (par exemple tout ce qui touche aux hypersensibilités sensorielles de toutes sortes : les odeurs, la lumière, le toucher, les bruits...), autant parfois je vois des souffrances qui sont en fait communes à tout le monde, NT ou NAT et que parfois vous associez, me semble t'il, à tort, au TSA. Je trouve ça triste parce que les autistes ont déjà bien assez de problèmes à gérer comme ça et sont conscients de leurs difficultés, sans en plus se rajouter des trucs qui en fait sont liés au statut d'humain, pas NT ou NAT.
J'ai tendance à penser que c'est important de vous en faire part, mais je me trompe peut-être.
C'est exactement comme pour l'histoire de l'asthme : tu peux savoir ce que ça fait d'être essoufflée, et donc rattacher un témoignage à ton vécu pour t'en faire une idée. Mais ça ne te donne pas une vraie perception de ce que c'est que de le vivre, et ça peut être très agaçant pour une personne malade/handicapée/en souffrance de s'entendre toujours dire que c'est "comme tout le monde".

Les vacances avec le bruit, le monde, le dépaysement, les enfants qui chahutent, c'est fatigant pour plein de gens. Ma sœur aussi me le dit, que parfois elle est contente de rentrer et que c'est fatigant de gérer et subir tout ça. Mais vraiment entre son vécu et le sien, il n'y a pas grand-chose en commun. Ni dans le ressenti intérieur, ni dans les conséquences. Elle n'en arrive pas au mutisme, à des idées suicidaires, à devoir s'isoler pendant des heures, etc, pour quelques jours de vacances en environnement social. Elle ne met pas 10 jours à s'en remettre. Elle arrive à garder une façade sociale pour ne pas mettre en péril ses relations avec tous les gens qui la voient pendant ce moment de fatigue.

Mon conjoint pensait qu'on ne pourrait pas partir dans un lieu fréquenté par des touristes pendant l'été parce qu'il ne pense pas que je pourrais le supporter. Je ne crois pas que ça arrive aux non autistes. :innocent:
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: Asperger et épuisement

#193 Message par MrsJack » mercredi 16 août 2017 à 16:14

Arius a écrit :Attention, je n'ai exprimé et n'exprime que mon avis,pas celui des autres (donc tu peux continuer à faire des comparaisons si tu en a envie ^^). J'avais juste besoin de le dire :)
Je sais bien mais tu n'es pas le premier à me le dire.
(Tiens oui Manichéenne par exemple.)
Arius a écrit :Ensuite, il y a effectivement des traits commun aux Nat et aux NT. Mais c'est la perception de ceux ci qui différent. D'où le fait d'être autiste ou non d'ailleurs :)
Par exemple, la fatigue d'être en société, bien que ressentie par les deux parties, n'est pas de la même intensité. Quand ma compagne me dit que ses parents l'épuisent, moi ils me lessivent (à tel point que j'en ai des absences pendant les repas, préférant nager dans le bonheur éternel (et malheureusement imaginaire) que de devoir continuer à les écouter.) pourtant,bien qu'epuise par ses parents, elle les relance pendant les conversations. Moi je n'attend qu'une chose, que ça s'arrête'

Et ce n'est qu'un exemple. Qui est vécu par moi, je ne sais pas pour les autres
.
Alors là c'est plus compliqué. Je l'ai déjà dit alors je le redis je suis un mauvais exemple de NT.
J'ai tendance à être plus fatiguée que la plupart des NT par ce genre de situations mais clairement moins que les aspies qui témoignent, par exemple toi ou Timelady (je vous prend à témoin puisque vous êtes là tous les deux), même si je ne suis pas dans vos têtes et vous dans la mienne et qu'on ne se connait pas IRL.
Les absences pendant les repas ou les réunions je connais, je connais même très bien. Mes amis parlaient de "bug".
Je ne sais pas à quoi c'est dû. Mais si je devais chercher la différence entre mon vécu et le votre c'est que, quand je me sens bien, j'arrive à ne pas me déconnecter, c'est un peu comme quand les aspies expliquent qu'ils peuvent parler des heures durant de leurs intérêt spécifiques. Bah moi c'est un peu pareil, si je suis vraiment bien avec quelqu'un je peux restée éveillée et concentrée des heures durant, mais si quelque chose (même une broutille) m'ennuie je pars ailleurs, je suis dans ma tête.

Donc ce n'est pas ce que vous vivez, vous autistes, mais ce n'est pas non plus ce que la plupart des NT vivent, je ne sais pas ce que c'est.

Et pour l'épuisement, je ne comprends que ce que vous décrivez que lors de mes phases dépressives. Je n'ai compris que très récemment ce que c'était en me documentant et en allant voir le médecin. Mais là encore l'origine n'est pas la même entre une personne avec TSA et quelqu'un comme moi qui n'en a pas.
Timelady a écrit :Le truc, je crois, c'est qu'on ne parle pas de la même fatigue.
C'est bien possible en effet. Je parlais d'intensité mais les symptômes de fatigue ne doivent pas être les mêmes non plus.

"vertiges" => jamais eu dans ce contexte
"impression de ne pas avoir dormi depuis dix jours" => uniquement en phase dépressive
"yeux qui brûlent de l'intérieur" => jamais non plus (la seule sensation qui me rappelle ce que tu décris c'est la fatigue physique lié à trop de travail et rester éveillée trop longtemps, mais je suis myope et sensible à la lumière donc c'est encore autre chose)
"impression d'avoir la tête totalement "vide" ou "pleine de coton" => Jjai rarement l'impression d'avoir la tête vide, c'est d'ailleurs pénible parfois. Et quand ça m'arrive, là encore c'est de la fatigue physique donc en effet, pas comparable.
"parfois même de tremblements physiques..." => ça non plus (les rares fois où ça m'a fait ça dans ma vie c'était stress intense mais pas dans la fatigue.
Timelady a écrit :Je n'ai jamais expérimenté la fatigue "lambda" mais je suis toujours sidérée de voir des gens qui se disent fatigués aller faire la bringue deux heures plus tard, ou faire la conversation, ou s'intéresser à ce qui se passe autour d'eux. Moi, ma fatigue, elle me met sous cloche, je ne peux pas l'occulter et je ne peux plus rien gérer d'autre...
Je vais être désagréable avec ces personnes (tant pis elles ne sont pas là :) ) : elles ont simplement un mauvais usage du mot fatigue, ce qui arrive souvent. Moi même j'utilise des termes inappropriés ou exagérés parfois, mais quand je dis que je suis fatiguée c'est que je le suis vraiment. En revanche, comme toi j'ai du mal à comprendre ceux qui me répondent "moi aussi" et qui foncent boire un verre jusqu'à 2h du mat ou vont se balancer sur la piste de danse. Moi quand je commence à dire "je suis fatiguée" c'est que je ne peux plus tenir très longtemps, c'est un vrai avertissement.
Mais là ça n'a rien à voir avec NT ou NAT, c'est juste qu'entre NT certains ont tendance à être exact dans leurs propos quand les autres mentent ou exagèrent.
Je peux me sentir épuisée parce que j'ai croisé quelqu'un, que ce n'était pas prévu et qu'il a fallu improviser, faire la conversation, avoir les bonnes attitudes. Ca peut n'avoir duré que dix mn, qu'importe, ça me vampirise totalement..
En effet, ça ne me fait pas du tout le même effet. Moi ça me saoule juste, ça m'ennuie si tu veux, mais ça ne me "vampirise" pas, ce n'est pas de la fatigue, c'est plutôt de l'ennui.
Modifié en dernier par MrsJack le mercredi 16 août 2017 à 16:28, modifié 6 fois.
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

Avatar du membre
MrsJack
Forcené
Messages : 1124
Enregistré le : samedi 15 juillet 2017 à 21:17
Localisation : Nord (mais pas au nord du mur)

Re: Asperger et épuisement

#194 Message par MrsJack » mercredi 16 août 2017 à 16:23

Manichéenne a écrit :Mon conjoint pensait qu'on ne pourrait pas partir dans un lieu fréquenté par des touristes pendant l'été parce qu'il ne pense pas que je pourrais le supporter. Je ne crois pas que ça arrive aux non autistes. :innocent:
Je vais encore donner mon avis de NT "bizarre" (différent donc d'un NT typique - neurotypiquetypique ah ah...)
C'est un peu idiot de vouloir partir dans un lieu fréquenté alors qu'il sait que ça va être dur pour toi.
Si je prend l'exemple de mes parents : mon père a des phobies sociales, je ne crois pas qu'il soit autiste même si je ne suis pas psy, pour moi il est NT un peu asocial. Ils vont choisir des lieux calmes pour les vacances, où il n'y a pas trop de monde (au grand dam de ma mère qui aimerait voir un peu plus de monde mais elle peut aussi se contenter de jolis paysages et de lire un livre dans la nature).
Il n'a pas "l'excuse" d'un handicap de type TSA, il ne va pas faire de crise d'angoisse ou entrer dans une phase de mutisme (il ne parle déjà pas beaucoup de toute façon), pourtant il choisit ce qu'il lui convient le mieux, sinon à quoi bon partir en vacances ?
Alors, dans ton cas, même si tu peux le "supporter" au prix d'énormes efforts, pourquoi se forcer ? Pour faire plaisir à ton conjoint ?
HPI (28/12/2017) à QI hétérogène. Phobies sociales.
RDV pris avec le CRA (18 mois d'attente => été 2019).
INFJ dans la classification Myers-Briggs.
Amie avec un Aspie.
---
"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois." - Alfred de Vigny

arius
Passionné
Messages : 360
Enregistré le : jeudi 29 juin 2017 à 13:32
Localisation : Alsace

Re: Asperger et épuisement

#195 Message par arius » mercredi 16 août 2017 à 16:26

Attention de ne pas me mettre dans la case autiste, je n'ai pas été diagnostiqué pour le moment. J'ai de gros doute, mais qui penchent des deux côtés... Mais ce qui est sûr c'est que je 'e suis pas un n' heureux-typique.
CRA 02/10/2017 -> pas Asperger

06/06/2018 -> TDAH


Hqi

Répondre