Autisme et Aide sociale à l'enfance

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20609
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Grenoble -Autisme et Aide sociale à l'enfance

#196 Message par Jean » lundi 11 mai 2020 à 22:28

« Vous pouvez êtes porteurs d’un virus », « on n’a pas le droit de faire mourir d’autres personnes », rappelle le directeur de la protection de l’enfance, Philippe Gallien. Avant de déraper : « Si vous êtes venus en France pour avoir des actes criminels, vous aurez à répondre de vos comportements criminels. »

« Une personne qui part ne serait-ce qu’une heure sans donner de ses nouvelles, je demande que ce soit les forces de l’ordre qui soit informées »

« Je ne ferai aucun cadeau. […] Vous n’avez absolument pas le droit à l’erreur. J’espère que j’ai été très clair par rapport à ça. Vous avez intérêt à vraiment intégrer tout ce que je viens de vous dire »

« Si certains d’entre vous ont eu un entretien concernant ses projets après 18 ans (sic) avec des membres de mon équipe, je suspends toute décision de poursuite d’accompagnement aux comportements qui me seront remontés avec copie pour information à la préfecture »

Extraits des propos du directeur de l'ASE de l'Isère. Faut-il s'en étonner après le comportement de l'ASE 38 pour des enfants autistes ?

https://www.mediapart.fr/journal/france ... -etrangers
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2859
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Autisme et Aide sociale à l'enfance

#197 Message par olivierfh » samedi 30 mai 2020 à 17:34

Jean a écrit :
samedi 30 mars 2019 à 17:03
lemonde.fr
La prise en charge de l’autisme dans les centres médico-psychologiques vertement critiquée
[...]
Les structures sanitaires et médico-sociales qui accueillent, partout en France, les enfants autistes suivent-elles les recommandations de bonnes pratiques édictées en 2012 par la Haute Autorité de santé ? Pour le savoir, une association de parents dont les enfants sont concernés par ces troubles du neurodéveloppement a fait circuler, en février, un questionnaire dans son réseau.

Sur le site de l'AFFA:

Autisme : un constat accablant pour les centres sanitaires et médico-sociaux (CMP, CMPP, CAMSP, hôp de jour)
avec un résumé visuel assez déprimant:
bilan-visuel-enquete-suiviCMP-autisme.png

Et sur le site du collectif à l'origine de l'enquête:
L’influence de la psychanalyse paraît encore très présente. On relève en particulier et également :
  • une absence de collaboration non seulement avec les professionnels extérieurs, mais également avec les familles,
  • une résistance des professionnels à évoquer l’autisme, par dogmatisme,
  • une résistance à appliquer les recommandations de bonnes pratiques de la HAS, qui reposent sur des interventions globales et coordonnées, basées sur l’évaluation régulière des besoins et ressources de l’enfant et de sa famille en vue d’élaborer un projet personnalisé évolutif d’interventions, dont la base est l’éducation structurée, un moyen alternatif de communication selon l’enfant, la gestion des comportements,
  • une communication perçue comme inexistante ou culpabilisante, parfois d’une violence extrême,
  • des abus de pouvoir de ces professionnels lorsque les familles ne sont pas d’accord avec le suivi ou lorsqu’elles souhaitent en sortir pour un suivi en libéral par exemple. Serait-ce la mise en œuvre officieuse, d’un système de soins sous contrainte ?
On constate également, que les familles les plus touchées par ces difficultés, sont sans doute les plus précaires financièrement, car elles sont dans l’incapacité de mettre en place une prise en charge en libéral, trop coûteuse. On tombe donc dans un malheureux paradoxe : les établissements missionnés et financés pour permettre à la population autiste d’aller vers un mieux-être, semblent au contraire être la source d’une multiplication de difficultés aux conséquences délétères.
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Répondre