Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 25495
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#16 Message par freeshost » samedi 26 mars 2016 à 12:06

Nous sommes des incompris. :mrgreen: Et parfois, la pensée va tellement vite que les doigts n'arrivent plus à suivre. Ils l'ont perdue de vue. Elle les a semés. :lol:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Daredevil
Forcené
Messages : 4397
Enregistré le : samedi 12 décembre 2015 à 16:38

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#17 Message par Daredevil » samedi 26 mars 2016 à 12:11

Spoiler :  : 
normalminion.jpg
Bah :|
normalminion.jpg (24.94 Kio) Vu 892 fois
Vieux geek non diagnostiqué
CIM10 F84
Insight Aspie (?) +Aphantasie, prosopagnosie, écholalie, mutisme électif....
Fan de super héros, Daredevil le pygmalion de mon fonctionnement social
Mes doigts sur un clavier communiquent plus de mots que ma bouche...

Avatar du membre
Allan
Forcené
Messages : 1298
Enregistré le : mardi 23 juin 2015 à 23:14

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#18 Message par Allan » samedi 26 mars 2016 à 12:21

Daredevil a écrit : Métaphore extérieur pour expliquer ce qui est à l'interieur mais j'ai l'habitude qu'on me comprenne pas de suite, tugdual explique beaucoup mieux ce que j'essayais de dire merci. 8)
Dans mes intérêts spécifiques on me dit toujours que j'explique très bien, parce que à l'inverse quand on m'explique quelque chose, j'ai besoin de phrases très clairs, facilement assimilables. La plupart du temps, je demande des explications complémentaires et je me concentre pour percuter.

Ce qui est bien sur un forum, c'est qu'il peut y avoir du renfort et tout le monde parle à son tour et le temps d'assimilation est excellent.
ted/asperger/dysexécutif sévère

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4810
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#19 Message par Manichéenne » samedi 26 mars 2016 à 13:28

Autiste ou surdoué ? a écrit :Est-il nécessaire d'avoir ces habiletés sociales pour un adulte, si l'on est bien tel que l'on est ? Apprendre à parler de banalités, même si c'est le seul moyen d'aller plus loin, je n'en n'ai pas envie. Apprendre à répondre "ça va", même si cela ne va pas, je refuse, j'estime que c'est aux gens d'apprendre à comprendre le sens de ce qu'ils disent ou d'accepter la réalité des réponses.
Et puis ça change quoi d'avoir des habiletés sociales ? Si l'on n'a pas envie d'avoir d'amis… (Là, c'est discutable encore, j'ai sans doute envie, mais des amis comme il me faudrait, ça ne doit pas exister, alors je suis bien tout seul !)
Euh... Les habiletés sociales, ce n'est pas pour se faire des amis. C'est plutôt pour éviter de s'en prendre plein la tête à chaque fois qu'on doit voir une administration, travailler, acheter du pain, croiser ses voisins... Rien que cette semaine je me suis pris des remarques trois fois et on m'a regardé de travers à deux autres occasions de manière suffisamment flagrante pour que je le remarque.
Avec des amis les habiletés sociales ne suffiront pas, à mon avis. Ca peut au mieux simplifier l'approche pour ne pas passer pour trop bizarre ou malpoli au premier abord.
Je ne vois pas l'adaptation comme le fait de "porter un masque". Pour moi, c'est plutôt adapter l'environnement que l'on se fait autour de soi. En fait c'est plutôt ma vie que j'ai adapté pour pouvoir fonctionner en ayant l'air normal (par ex. travailler à domicile, être occupé 24h/24 tous les jours de l'année, en tous cas quand ça m'arrangeait, faire des activités extérieures pour le plaisir des activités et non des rencontres, et acquérir un tel niveau que l'on suscite le respect, même si on ne reconnaît pas les autres participants et que l'on communique à minima –je suis même devenu animateur dans une activité sportive !).
J'ai l'impression que nous ne parlons pas de la même chose, ou que nous n'avons pas le même genre de difficultés. :innocent:
Se forcer à parler un peu et à sourire, tout en se retenant de reprendre les gens à la moindre erreur, pour ne citer que le plus flagrant, c'est porter un masque.
Si je ne fais qu'adapter mon environnement pour ne pas provoquer de réactions négatives, ça signifie ne plus sortir de chez moi... Peu importe mon niveau de compétence, je ne suscite pas le respect quand je critique les autres, que j'oublie de dire bonjour, que je parle si bas qu'on ne m'entends pas, que je refuse tous les regroupements sociaux sans même savoir y mettre les formes (je ne peux pas mentir et moduler ma voix pour dire "ooooh, c'est dommage ! J'aurais adôôôré venir ! Une prochaine fois peut-être ?"), etc.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Bubu
Forcené
Messages : 4906
Enregistré le : dimanche 19 mai 2013 à 12:03
Localisation : En haut à gauche

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#20 Message par Bubu » lundi 28 mars 2016 à 19:25

Bon, ce qui se dégage déjà clairement c'est que les difficultés de compensation sont assez fréquentes. :| Je ne pensais pas autant.

Pour ma part, je peux paraître à peu près "invisible" quand je suis dans un climat serein, juste que je m'isole, que je suis un peu gaudiche et introverti, mais avec des pics de "grande gueule" :oops: Au pire on m'a dit que j'avais une façon bizarre de raisonner ou de voir les choses.

C'est dans les moments de stress (soit à cause du contexte, soit simplement parce que je suis fatigué, notamment en fin de journée) que ça peut gravement dégénérer, jusqu'à la crise de nerf. Il suffit que ça arrive une fois pour tout perdre socialement et passer pour un gros taré :( Avant même d'être diagnostiqué, certains me surnommaient l'aspi (je ne comprenais pas à l'époque). Où lançaient des insinuations : "A moins que vous soyez un peu autiste sur les bords, je vous conseille de prendre un brouillon" :oops:

Donc je suis quand même capable de compenser, mais il suffit de peu pour que l'apparence vole en éclats.

J'insiste quand même sur les groupes d'habiletés sociales pour adultes. Même si bon .... jouer à la dînette avec des inconnus ne me tente pas trop, mais il faut bien essayer quelque chose. :innocent:
Si vous avez des infos là-dessus ça m’intéresse.

Merci à tous pour vos témoignages très intéressants.

@Tugdual : C'est très juste .... j'hésitais à dire "de la simple adaptation à la réelle aliénation" car oui, c'est pas 2 cas extrêmes possibles, c'est un continuum entre les deux.
Diagnostiqué autiste asperger, diagnostic établi à mes 33 ans par le CRA de ma région.
"Ce syndrome est caractérisé chez ce patient par l’absence de détérioration intellectuelle, un syndrome dysexécutif, un déficit d'attention"

Avatar du membre
Dessin
Habitué
Messages : 86
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 12:38

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#21 Message par Dessin » lundi 28 mars 2016 à 21:09

Je perçois les codes sociaux des NT comme une langue étrangère. Si vous partez vivre dans un autres pays vous devez apprendre la langue. MAIS avec mes amis, quand je suis sûr d'être bien accepter, je leur apprend les "codes autistes". Ils les ont acceptés et intégré. Bien sur c'est très fatigant de devoir faire semblant et c'est injuste, mais j'ai pour habitude de ne pas me perdre mon temps avec des cons. Surtout s'ils ne font aucun effort pour comprendre. Alors je leur fais mon plus beaux sourire et puis je m'en vais.
Diagnostiqué aspie en 2015, livrovore, dessinatrice, passionné d'Histoire et de mythes et allergique au math.

Aby
Forcené
Messages : 2579
Enregistré le : vendredi 16 janvier 2015 à 8:51
Localisation : Pays de la Loire

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#22 Message par Aby » lundi 28 mars 2016 à 22:36

Merci à vous pour cette discussion très intéressante.
Dessin a écrit :MAIS avec mes amis, quand je suis sûr d'être bien accepter, je leur apprend les "codes autistes".
C'est très bien ! :) moi aussi j'apprends les "codes autistes" et je le fais avec plaisir.
" Etre différent, c'est normal ! "

Maman de Tom, 12 ans, diagnostiqué TSA (AHN) en janvier 2016,
avec dysgraphie - TDA confirmé par les tests en mars 2017
Egalement épouse d'un homme au fonctionnement "atypique".

Avatar du membre
Autiste ou surdoué ?
Forcené
Messages : 922
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2016 à 14:07
Localisation : Bretagne

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#23 Message par Autiste ou surdoué ? » lundi 28 mars 2016 à 22:43

Je reviens sur ce que j'ai écris précédemment. Après avoir posté, j'ai eu une sorte de sentiment de n'importe quoi au sujet des groupes d'habileté sociale. Bien sûr, certains d'entre nous, moi en tous cas, sommes très mal à l'aise en groupes, et je préfère éviter. C'est cela qui gêne quand on veut imaginer les groupes d'habileté sociales. Mais cela ressemble un peu aussi à des "minauderies" de privilégiés, même si c'est un peu cru de le dire comme ça.
Je n'ai pas de problèmes si je dois aller acheter du pain, par exemple, ou emprunter un livre à la bibliothèque, parce que je sais ce que je veux, et qu'il est possible d'éviter de rentrer dans des discussions de politesse dont je me sors parfois mal (c'est à partir du niveau coiffeur, que je n'assure plus : "je vous les coupe comment ?" "je sais pas, faites au mieux", puis silence pendant toute la coupe !)
Je me suis dit que, pour les personnes qui ont du mal à sortir de chez elles, à affronter la rue, les autres, le fait de demander son pain, ou qui ne peuvent pas gérer le moindre imprévu, mes (nos) remarques sont un peu mal placées, même si à notre niveau, nous le vivons comme ça.
Je m'excuse même pour ces maladresses, c'est vrai qu'il y a bien des différences de niveau de gêne, de capacité à aller au devant… Ce n'est peut-être pas aux "plus gâtés" d'aller faire les difficiles.

Sur le "porter un masque", nous n'avons pas la même définition, j'étais au sens littéral, de se faire paraître autre personne que l'on est, être artificiel. Le fait de rester en retrait, ne pas intervenir, ou réfléchir pour que ce ne soit pas mal pris (et ça n'empêche pas les gaffes), je n'assimilais pas cela à "porter un masque".
Dossier déposé au CRA : en attente du R-V.
Possibilité d’asperger envisagée par plusieurs professionnels (dont une professionnelle du CRA).
HQI diagnostiqué.
Relations sociales rares et difficiles.

Avatar du membre
Daredevil
Forcené
Messages : 4397
Enregistré le : samedi 12 décembre 2015 à 16:38

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#24 Message par Daredevil » lundi 28 mars 2016 à 23:24

C'est assez étrange, comme je connais mon coiffeur depuis 20 ans je n'ai pas ce problème (la coupe est toujours la même et je lui fais confiance) mais pour un simple contact humain avec un commerçant "je voudrais, je paye" j'ai une appréhension injustifiée pusique 99.99% du temps le commerçant nous "prend" comme on est.
Personnellement tout ce qui est imprévu me perturbe : les personnes qui m'ont déjà vu se souviennent de moi, pas moi. Je ne reconnais pas les personnes connues, et rarement même les amis hors de leur contexte. Le sens des phrases mettent deux fois plus de temps à me faire percuter même concentré et à l'aise interieurement. Fort à parier que je "met un masque" puisque ca fait trop à gérer en même temps. Oui c'est ça pas vraiment de la peur une fois sur place mais trop de bruits trop d'informations à traiter. Donc le masque est basique, sourire, neutre, etc.
Aliéné non, sinon je suis un livre ouvert et dès fois ça cloche :

"-Le journal, svp. "
Je prend.je paye !
"-Merci
-Vous voulez autre chose ?
-Non... merci.
-Ah vous sembliez chercher..?"
Masque neutre raté :(
Sans masque j'envoie des informations erronées sans rapport avec ce que je dis le plus souvent. De ne pas être compris, me.met franchement mal à l'aise. :|

Ps
En fait c'est une stratégie, ça fait une chose de moins à gérer.
Le rire décalé aussi, rien.de pire pour.mettre mal à l'aise quand la source n'est pas évidente ;)

Ps2
ça nécessite un exercice permanent toute notre vie ?
Je pense que.oui et on apprend tout le temps des.nouveautés mais l'exercice peut demander moins d'effort quand on s'entraine et plus quand on est rouillé :?
Vieux geek non diagnostiqué
CIM10 F84
Insight Aspie (?) +Aphantasie, prosopagnosie, écholalie, mutisme électif....
Fan de super héros, Daredevil le pygmalion de mon fonctionnement social
Mes doigts sur un clavier communiquent plus de mots que ma bouche...

elina888
Régulier
Messages : 43
Enregistré le : lundi 7 mars 2016 à 22:43
Localisation : Sur les hauteurs...

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#25 Message par elina888 » mardi 29 mars 2016 à 21:47

Pas diag.
Manichéenne a écrit :Se forcer à parler un peu et à sourire, tout en se retenant de reprendre les gens à la moindre erreur, pour ne citer que le plus flagrant, c'est porter un masque.
Si je ne fais qu'adapter mon environnement pour ne pas provoquer de réactions négatives, ça signifie ne plus sortir de chez moi... Peu importe mon niveau de compétence, je ne suscite pas le respect quand je critique les autres, que j'oublie de dire bonjour, que je parle si bas qu'on ne m'entends pas, que je refuse tous les regroupements sociaux sans même savoir y mettre les formes (je ne peux pas mentir et moduler ma voix pour dire "ooooh, c'est dommage ! J'aurais adôôôré venir ! Une prochaine fois peut-être ?"), etc.
Pareil. Mon masque se rode, il est parfois utile mais je ne l'aime pas, je suis toujours mal à l'aise.
Petite, j'ai très vite compris que le sourire était une réponse à beaucoup de choses, c'est ma barrière anti-attaques :mryellow:
C'est peut-être plus facile chez les filles, car cela fait un peu séducteur, je ne sais pas ?

Il y a encore quelques années je ne comprenais pas (et je ne comprends toujours pas!) le besoin des gens de parler de la météo, de certaines émissions débiles, des faits divers... J'ai fini, à force, par me mettre à répondre parce-qu'un sourire n'apporte rien à ce niveau-là (je réponds pour la météo surtout, puisque je n'ai pas la TV, pour les émissions ça fait une réponse facile à donner, encore que, expliquer le pourquoi du comment de "c'est voulu ou bien ? comment tu fais sans télé ?" et de supporter la discussion qui s'en suit "ah moi je ne pourrais pas faire sans télé" ou alors "je ne regarde pas beaucoup la télé moi, c'est juste pour avoir un fond sonore..." -> et c'est cette même personne qui regarde les émissions débiles et qui souhaite en discuter, bref, là ça devient chiant car il ne faut pas vexer les gens ; et pour les faits divers je tombe dessus sur internet même si je ne veux pas les voir donc il y a matière à discuter vite fait...). Donc voilà, j'avance sur le chemin du "ah oui il fait beau hein ? un peu plus venteux qu'hier mais bon...". Ça ne m'apporte rien du tout, sauf que la personne en face doit se sentir comprise, enfin je suppose. C'est un partage d'impressions quoi, et surtout je ne parais pas malpolie.
C'est le plus important il me semble.

Je ne sais pas si c'est ne pas se respecter, mais c'est surtout ne pas manquer de respect aux gens.
Et donc la politesse aide (ne pas trop en abuser surtout! j'ai compris que c'était trop quand on m'a dit de façon ironique que j'avais vraiment été bien éduquée, j'avais plus de 25 ans!)
Par contre mentir ou prétexter autre chose si je ne veux pas participer à qqchose, non. Je dis "je ne viendrai pas" point. Ce qui doit être perçu comme un peu froid ou distant mais tant pis, je n'ai pas à me rabaisser ou m'inventer des excuses, j'ai des valeurs tout de même :wink:

En ce qui concerne les discussions plus poussées ou devant durer plus longtemps (à partir du coiffeur, ou de l'esthéticienne) là ça coince. Il y a des clientes carrément bavardes, et heureusement des fois car sinon ça serait mort. Pourtant j'aime écouter des histoires, des papotages de vie, mais alors le faire moi-même c'est galère. Je suis un peu beaucoup radine là-dessus.
Ce qui n'est pas évident du coup pour sympathiser, parce-que même si mon masque fonctionne pour aborder les gens, la façon de cultiver les choses pour approfondir une relation amicale reste une méthode inconnue de moi-même. J'ai bien sûr expérimenté des choses, fait quelques tentatives, avec pour résultat une disparition des gens de mon champ de vision/vie...
Je pense que je suis trop attachée, trop vite :love: et que je dois étouffer les gens par ma présence imposée parfois quasi-muette... et donc qui n'apporte rien ? :|

Je n'ai jamais demandé de retour sur la perception que les gens pouvaient avoir de moi.
Je suis d'ailleurs admirative des personnes qui ont déjà fait cette démarche. Parce-que pour moi, je sais que ça pourrait être bénéfique, mais ça me ferait du mal de me rendre compte que l'on voit que qqchose cloche dans mon comportement... :oops: J'ai tellement appris à cacher ma différence.
Ma timidité et mes sourires ont du contribuer à éviter une stigmatisation qui aurait pu être néfaste.

Sinon ma "gentillesse" qui est souvent rapportée par mes compagnons (ex et présent), pourrait faire partie du masque.
Même s'il est vrai que je me préoccupe pas mal du bien-être des gens, depuis quelques temps je n'ai plus envie de faire semblant, ni de penser à personne, ni à rien (la déprime doit sûrement avoir son rôle là-dedans -> autre débat). Et c'est ce qui me fait dire que c'est un masque (ou faux-self), une façade travaillée pour éviter les ennuis, les conflits, les discussions trop poussées qui me mettent mal à l'aise, et que j'abandonne quand je suis trop fatiguée.
Alors que tout ce que je demande (quand tout va bien) c'est de pouvoir discuter passionnément avec quelqu'un...
C'est le paradoxe de ma vie en fait ! :crazy: :hotcry:
Inscrite sur liste d'attente du CRA début 2016 (attente prévue : 3 ans)
Diagnostiquée HPI (2012)
HPI confirmée par le CRA en janvier 2018.

:shock: Vous avez dit "Bizarre" ? :mryellow:

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3970
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#26 Message par misty » mercredi 30 mars 2016 à 14:06

elina a écrit :Petite, j'ai très vite compris que le sourire était une réponse à beaucoup de choses, c'est ma barrière anti-attaques :mryellow:
Je fais pareil (j'ai un sourire figé quand je suis mal à l'aise) mais ma psychiatre m'a mise en garde contre ça: elle dit que ça brouille les pistes pour les autres, et qu'avec ça ils ne peuvent pas comprendre comment je me sens. Mais je n'arrive pas à arrêter ni à le contrôler :innocent:
*Diag TSA*

“Balance every thought with its opposition. Because the marriage of them is the destruction of illusion.”
"Actions prove who someone is, words just prove who they pretend to be."

Bulledozer
Forcené
Messages : 1224
Enregistré le : vendredi 9 août 2013 à 20:05

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#27 Message par Bulledozer » mercredi 30 mars 2016 à 15:29

j'aime bien ton petit développement elina, je m'y retrouve pas mal aussi .. sauf que je n'aime pas les papotages sauf s'ils sont drôles parfois c'est rigolo d'écouter et de se marrer dans son coin l'air de rien .. parce qu'il y a des gens qui savent papoter de tout et rien tout en étant assez fin et ça du coup ça donne envie de les connaître aussi ...

Pour la relation aux autres je me trouve aussi un peu dans ce que tu décris ... pas simple..

Je crois qu'on s'embrouille aussi à ne pas vouloir "détoner" car: détoner c'est aussi attirer le regard sur nos spécificités et du coup faut répondre à cette "attirance".. et là il y a pas mal de maladresse, de rigidité qui se mettent en place chez moi.. du coup j'ai aussi tendance à me "fondre" dans la masse ... et quand j'en sors " ouahhhhh respiration!"

c'est assez épuisant car ça suppose pas mal d'observer, d'imiter, de doser : ni trop ni pas assez .. de se rattraper vite pour les maladresses ..

etc etc ...

pour le sourire ma mère me disait pareil " arrête de sourire à tout le monde" .. maintenant elle me dit " pourquoi tu fais toujours la gueule" :mryellow:

Avatar du membre
Autiste ou surdoué ?
Forcené
Messages : 922
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2016 à 14:07
Localisation : Bretagne

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#28 Message par Autiste ou surdoué ? » mercredi 30 mars 2016 à 15:43

Aïe aïe aïe, ma mère aussi me disais "arrête de sourire à tout le monde".
Plus précisément c'était "arrête de faire tes yeux de biche" (je suis un garçon). Je ne comprenais pas la communication par le regard, je ne comprenais pas pourquoi des hommes me faisaient des clins d’œil, ça me mettais mal à l'aise. Et cela m'a valu quelques problèmes avec des pédophiles.
J'ai donc arrêté de croiser les regards sans raisons. C'est bien compliqué tout ça...

Maintenant, en sport par exemple, on me dit que je n'exprime rien, que je n'ai jamais l'air fatigué...

Je m'exprime par des smileys !... :lol: :lol: :D :bravo: :mryellow: Pas trop de risques !...
:shock: celui là à de grands yeux !
Dossier déposé au CRA : en attente du R-V.
Possibilité d’asperger envisagée par plusieurs professionnels (dont une professionnelle du CRA).
HQI diagnostiqué.
Relations sociales rares et difficiles.

Avatar du membre
Dessin
Habitué
Messages : 86
Enregistré le : samedi 28 mars 2015 à 12:38

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#29 Message par Dessin » jeudi 31 mars 2016 à 0:10

Mon père avait aussi des problèmes pour la communication par le regard. Quand il a fait son service militaire on lui disait: "Regarde moi mais me fixe pas." :bravo: Niquel! Tu m’explique la différence?
Diagnostiqué aspie en 2015, livrovore, dessinatrice, passionné d'Histoire et de mythes et allergique au math.

Bulledozer
Forcené
Messages : 1224
Enregistré le : vendredi 9 août 2013 à 20:05

Re: Compensation : simple adaptation ou réelle aliénation ?

#30 Message par Bulledozer » jeudi 31 mars 2016 à 9:53

Dessin a écrit :Mon père avait aussi des problèmes pour la communication par le regard. Quand il a fait son service militaire on lui disait: "Regarde moi mais me fixe pas." :bravo: Niquel! Tu m’explique la différence?
j'ai le même problème: soit je ne pose pas mon regard soit je fixe comme absorbée et ça décontenance le locuteur

Répondre