Police et autisme

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
meï
Forcené
Messages : 4903
Enregistré le : lundi 9 août 2010 à 22:08
Localisation : Bretagne

Re: Police et autisme

#91 Message par meï » dimanche 24 mars 2013 à 12:24

Murielle a écrit : Lorsque vous achetez un vêtement, les magasins sont de plus en plus nombreux à apposer une étiquette dans le vêtement assez rigide...Dedans il y a un antivol: sur l'étiquette en question vous y verrez des ciseaux dessinés avec des pointillés autour...PENSEZ à BIEN LA DÉCOUPER.!
exact!..ca m'est arrivé aussi, et depuis je fais très attention a tout ce qui dépasse après achat!..(de toute façon pour mon dernier les étiquettes sotn proscrites... :mryellow: )!!
Maman 1973 ( Aspie, hpi, diag CRA 2012) de 4 enfants (tsa, hpi, trans.)
https://cieharmonieautiste.jimdo.com/

Nath62
Forcené
Messages : 2521
Enregistré le : vendredi 7 décembre 2012 à 22:15

Re: Police et autisme

#92 Message par Nath62 » lundi 25 mars 2013 à 7:55

Ca m'est arrivé sur une veste mais en entrant dans le magasin. Gênant... Mais amusant car le vigile a tout de suite demandé si je l'avais acheté chez Déc... et m'a montré les ciseaux. Il l'a coupée lui même :) Heureusement que c'était avant d'entrer parce qu'après :( :(
Mère absolument atypique (mais à quel niveau ?) d'une petite atypique de 5 ans dont le diagnostic est enfin en route..

Francesca
Passionné
Messages : 332
Enregistré le : vendredi 18 mai 2012 à 21:25

Re: Police et autisme

#93 Message par Francesca » mercredi 27 mars 2013 à 10:01

Nath62 a écrit :Ca m'est arrivé sur une veste mais en entrant dans le magasin. Gênant... Mais amusant car le vigile a tout de suite demandé si je l'avais acheté chez Déc... et m'a montré les ciseaux. Il l'a coupée lui même :) Heureusement que c'était avant d'entrer parce qu'après :( :(
Idem, aussi avec un vêtement acheté chez Déc et la caissière a également tout de suite demandé si on l'avait acheté là. Ils en mettent partout ces fichues étiquettes, même sur les longes des chevaux et comme je suis distraite j'oublie toujours et je me tape toujours la honte quand ma fille est en habits d'équitation.

Avatar du membre
Etienne
Passionné
Messages : 426
Enregistré le : jeudi 29 mars 2012 à 18:52

Re: Police et autisme

#94 Message par Etienne » mercredi 30 avril 2014 à 11:42

Bon j'ai eut deux interogatoires light face a la protection civile de la police judiciaire.

Je me suis demerde tout Seúl suis reste calme face a une plainte abusive et j dit de suite que jf aspie.

Non lieu affaire classee.
http://aspitoyendefrance.over-blog.com/

Mon blog personnel

je fais mon nid petit à petit...

Avatar du membre
Bubu
Forcené
Messages : 5711
Enregistré le : dimanche 19 mai 2013 à 12:03
Localisation : En haut à gauche

Re: Police et autisme

#95 Message par Bubu » mercredi 30 avril 2014 à 15:04

J'aimerais revenir sur cette éventuelle corrélation entre autisme et violence. Pour moi c'est simplement complètement indépendant.
On peut être violent et autiste, non violent et autiste, et ... je vous laisse deviner les 2 autres possibilités.
Les 2 notions n'ont aucun rapport.

A mon avis, quelqu'un de violent est quelqu'un qui tire du plaisir à faire du mal. Ce n'est pas très loin du sadisme.
Après cela, je pense que tout le monde peut agir avec violence. C'est (malheureusement) humain.
Même la personne la plus bienveillante peut agir avec violence si elle est poussée à bout. Tout le monde a ses limites.
Il faut différencier "être violent" et "agir avec violence".
En plus on peut agir avec violence pour protéger quelqu'un, ou soi-même, par exemple. D'où la notion de légitime défense.

Je dirais aussi qu'il faut différencier, même si ce n'est pas vraiment le sujet (j'ai du mal à ne pas faire de digressions), violence verbale et violence physique. Le point qui leur est commun est que toutes deux peuvent faire très mal.
Je dirais que j'ai une propension à la violence verbale, sur les sujets qui me tiennent à cœur je peux (trop) facilement m'emporter et devenir bête et méchant. Certains diront que je suis hypersensible. Moi je dirais hyper-bourrin. Ou instinctif. (Ou con :lol: ) Et je m'en mords souvent les doigts après coup.
Par contre je suis incapable de violence physique. Au contraire quand je suis énervé je deviens fébrile (je sucre les fraises), ça me bloque et engendre un mutisme.

Mais les clichés ont la vie dure : un parent d'autiste a demandé à ma tante si son fils pouvait assister à un TP (de bio, donc pas mal de matériel). La première question de ses collègues était : "Tu es sûre ? Et s'il cassait du matériel ?" Bonjour l'ouverture d'esprit ... Alors que ça s'est super bien passé !

J'ai envie de dire que nous ne nous préoccupons pas assez des autres pour leur vouloir du mal ... :lol:
Subjectivement, je crois que peu d'autistes soient portés sur la violence.
Diagnostiqué autiste asperger, diagnostic établi à mes 33 ans par le CRA de ma région.
"Ce syndrome est caractérisé chez ce patient par l’absence de détérioration intellectuelle, un syndrome dysexécutif, un déficit d'attention"

Rem 82
Forcené
Messages : 14210
Enregistré le : dimanche 3 février 2013 à 18:48

Re: Police et autisme

#96 Message par Rem 82 » samedi 11 juin 2016 à 3:09

Vous voulez voir l'envers du décor de "Police secours" ? :o

Entrez là dedans :



Vos avis ?
Aspi.

Je pars d'ici :arrow:

Avatar du membre
astro
Forcené
Messages : 1036
Enregistré le : jeudi 26 mars 2015 à 7:47
Localisation : 37

Re: Police et autisme

#97 Message par astro » samedi 11 juin 2016 à 11:12

Vu mais tu demandes un avis sur quoi ? Il n'y a pas de débat ou autre point sur lequel avoir un avis.
Le reportage parait assez objectif, vu qu'il n'y a aucun commentaire on est juste spectateur ça change je trouve ça pas mal.
Bon ensuite il reste le montage qui peut être orienté, on voit une heure d'appels non-stop et on voit que par moments ils sont assez débordés mais on ne sais pas quelle est leur fréquence réelle d'appels.

Bref, c'était intéressant mais pas grand chose à dire.
Bilan du CRA : HPI, trouble anxieux et traits autistiques mais TSA écarté.
------------
Papa de 3 enfants dont peut-être une fille "neuroatypique" ?

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28405
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Police et autisme

#98 Message par freeshost » mercredi 9 septembre 2020 à 13:55

Vous avez sûrement lu les nombreux cas de personnes à la peau foncée tuées par des policiers aux États-Unis.

Là-bas, il y a trop de policiers qui ont la gâchette trop facile.

Un des derniers exemples en date : une personne fuit, premier automatisme ? Lui tirer dessus.

Des policiers blessent grièvement un enfant autiste.
AFP

Mardi 8 septembre 2020

La mère d’un adolescent de 13 ans en proie à une crise émotionnelle a appelé les secours pour l’hospitaliser. Comme il s’enfuyait, la police lui a tiré dessus.

Un enfant autiste a été grièvement blessé par un agent de la police de Salt Lake City, après que sa mère eut lancé un appel à l’aide, une affaire alimentant la controverse sur les abus policiers aux Etats-Unis.

Linden Cameron, 13 ans, était en crise de détresse mentale lorsque sa mère, Golda Barton, a appelé le numéro d’urgence américain 911 pour qu’on l’aide à l’hospitaliser. «Je leur ai dit Il n’est pas armé, il s’énerve juste et commence à crier, c’est un enfant, il a besoin d’attention, a-t-elle raconté à la chaîne locale KUTV.

Lorsque la police de cette ville de l’Utah est arrivée sur place, l’adolescent est parti en courant. Un policier lui a alors tiré dessus à plusieurs reprises.

«Au cours d’une courte poursuite à pied, un officier a fait feu avec son arme et a atteint cette personne», a relaté l’officier de police Keith Horrocks lors d’une conférence de presse. Le jeune souffre de blessures à l’épaule, aux intestins, à la vessie et aux chevilles.

«C’est un petit enfant, pourquoi ne l’avez-vous pas juste plaqué au sol ?», a imploré sa mère, en larmes.

Selon la version policière, Linden Cameron était suspecté d’avoir «menacé des personnes avec une arme». Mais, selon l’officier Horrocks, aucune trace d’une arme n’a été relevée «à ce stade» sur le lieu des faits.

Dans un pays plongé dans un mouvement historique contre les violences policières, le sort de Linden Cameron a suscité l’émoi d’organisations locales de défense des personnes handicapées.

«La police a été appelée à l’aide, mais à la place, davantage de mal a été fait», a dénoncé l’association Neurodiverse Utah.

Le cas de Linden Cameron rappelle celui de Daniel Prude, un Afro-Américain de 41 ans souffrant de troubles psychiques, mort asphyxié par des policiers après son interpellation le 23 mars à Rochester dans l’Etat de New York. Ils étaient là aussi intervenus après un appel d’urgence du frère de Daniel Prude, pris d’une crise causée par des troubles psychologiques.
A Police Officer Shot a 13-Year-Old With Autism in Salt Lake City.
Jacey Fortin

Sept. 8, 2020

The authorities said the officer shot the boy while responding to a call about a “violent psych issue.” The teenager, Linden Cameron, was fleeing and did not have a weapon, his mother said.

A Salt Lake City police officer shot a 13-year-old boy with autism on Friday night, prompting an investigation and raising concerns about officers’ use of force in a city that has been reckoning with protests and police accountability.

The officer fired at the boy while responding to a call about a “violent psych issue,” Sgt. Keith Horrocks of the Salt Lake City Police Department told reporters on Saturday morning.

“In this case it was a juvenile that was having a mental episode, a psychological episode, and had made threats to some folks with a weapon,” Sergeant Horrocks said, adding that the officer had fired his gun “during a short foot pursuit.”

The boy’s mother, Golda Barton, identified her son to local news reporters as Linden Cameron. She said that he did not have a weapon, and that she had called the police to get help and possibly take him to a hospital.

“I said, ‘Look, he’s unarmed, he doesn’t have anything,’” she told KUTV in Salt Lake City. “He just gets mad and he starts yelling and screaming. He’s a kid. He’s trying to get attention. He doesn’t know how to regulate.”

She said that as her son was running away, she heard a series of bangs and did not immediately know whether Linden had been killed.

“They’re supposed to come out and be able to de-escalate a situation using the most minimal force possible,” said Ms. Barton, who did not immediately respond to a request for an interview on Tuesday.

Sergeant Horrocks said that the boy was in “serious condition” when he was taken to a hospital on Friday. He said that there was “no indication” that Linden had a weapon but added that an investigation was still underway.

The shooting is being investigated by officers in Utah who are not members of the Salt Lake City Police Department. The police in Salt Lake City are expected to release body camera footage of the episode by Sept. 21.

“I know that these things are very difficult for the community as a whole, and there is a process in terms of looking at what happened and investigating it,” said Detective Greg Wilking, a spokesman for the Police Department. He declined to name the officer who fired a weapon.

“Good, bad or in between, that process will be carried out, and we will make the body-worn camera available and hold our officers accountable if that’s what needs to happen,” he said.

The episode raised concerns about how the police handle interactions with people with autism or who are dealing with mental illness.

According to a 2017 study from the Autism Institute at Drexel University, an estimated one in five teenagers with autism are stopped and questioned by the police by the time they turn 21. And according to research by the Children’s Hospital of Philadelphia, people with disabilities, including those on the autism spectrum, are disproportionately injured in interactions with the police and are five times more likely to be incarcerated than people in the general population.

“There are plenty of systemic biases against autistic and mentally ill people” in Utah, said Whitney Lee Geertsen, the founding director of Neurodiverse Utah, a group that promotes autism acceptance and self-advocacy. She called for more police training on neurodiversity and said that the officers involved in the shooting on Friday should be fired.

The Salt Lake City police have repeatedly come under criticism this year.

In July, Gov. Gary Herbert of Utah declared a state of emergency in response to protests in Salt Lake City after the authorities said that the fatal police shooting of a 22-year-old man, Bernardo Palacios-Carbajal, in May was justified.

And in August, the authorities suspended the use of police dogs in arrests after one bit a Black man, Jeffery Ryans, 36. He was on one knee with his hands in the air after officers were called to his house after someone heard him arguing with his wife in April, The Salt Lake Tribune reported.

Mayor Erin Mendenhall said that a police officer, who was not named, was suspended from duty pending an investigation. Ms. Mendenhall said she was “disturbed” by what she saw in a body camera video of the episode, in which a dog could be seen lunging at Mr. Ryans and biting him as he pleaded for the police to stop.

The mayor said there would be “a thorough review of the breakdown in communication to ensure that it does not happen again.”

Last month, Ms. Mendenhall signed an executive order that aimed to restrict the use of force by the police and promote de-escalation tactics. It was to take effect no later than Saturday, the day after Linden was shot.

On Tuesday, Mr. Wilking, the police department spokesman, said the adoption of those changes was still underway. He added that all of the department’s officers had been trained in crisis intervention, which focuses on interactions with people who have disabilities or are experiencing mental health emergencies.

In her interview with KUTV, Ms. Barton asked why the police had not used a Taser or rubber bullets instead of a gun. “He’s a small child,” she added. “Why don’t you just tackle him?”

In a statement on Tuesday, Ms. Mendenhall said she was “thankful this young boy is alive and no one else was injured.”

“No matter the circumstances, what happened on Friday night is a tragedy and I expect this investigation to be handled swiftly and transparently for the sake of everyone involved,” she said.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre