Similitudes et différences entre SA et borderline

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
George
Habitué
Messages : 63
Enregistré le : vendredi 10 mai 2019 à 0:07

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#61 Message par George » samedi 30 novembre 2019 à 1:18

Rem 82 a écrit :
samedi 11 mars 2017 à 17:05
axurit66 a écrit :Bonsoir

Après m'être documenté sur le trouble de la personnalité limite ou trouble borderline, j'ai été surpris de voir des similitudes frappantes avec le SA.
Est-ce que quelqu'un de ce forum serait en mesure de nous expliquer les principales caractéristiques permettant de différencier les deux ?

Par ailleurs, est-il possible (et donc envisageable) d'être faussement diagnostiqué SA alors qu'on est borderline. Ou inversement, diagnostiqué borderline alors qu'on est SA.

ça doit être terrible dans les deux cas ! Car dans les deux cas il y a adoption de mesures/suivis/traitements inadaptés et même dangereux pour le patient :shock:
Moi je dois être un borderline ultra sévère très certainement. Je me le suis soupçonné depuis bien longtemps et beaucoup m'ont bien fait comprendre que j'avais une attitude de la sorte... :lol: Pas étonnant ...

Je dois être tant que j'y suis aussi dépressif chronique à tendance destructrice , bipolaire , malade de la Tourette et aussi atteint de névroses , psychoses , schizoïdie , boulimie et aussi hypocondriaque ... On peut citer tout le DSM-V tant qu'on y est ! :lol:

Je suis un cas psychiatrique grave quoi ! :D Comme ni plus ni moins les quelques 7 milliards d'humains sur cette Terre ... ;)
Aaaaaahhhhh j'adore votre réponse c'est exactement ce que dis mon psychiatre vous avez plusieurs symptomes de plusieurs maladie, merci de m'avoir fais sourire, merci !!!!! :lol:
TSA en attente diag CRA

Electvod31
Occasionnel
Messages : 20
Enregistré le : dimanche 8 mars 2020 à 13:55
Contact :

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#62 Message par Electvod31 » dimanche 8 mars 2020 à 17:25

Salut à tous,
Je me permets de répondre car je suis borderline et Asperger. Je trouve que les deux troubles diffèrent beaucoup cependant il est très facile d'avoir les deux. Je m'explique
Le SA est un trouble qui apparaît dans la petite enfance ce n'est pas une maladie. Il se caractérise par des problèmes sociaux, un besoin de routine, des intérêts spécifiques...
Les caractéristiques principales du TPL sont une dépendance affective, une peur de l'abandon, une impulsivité marquée, des addictions et des émotions intenses
Maintenant ce qui favorise le trouble borderline sont une hypersensibilité à la naissance (cas de l'Asperger), une impulsivité (beaucoup d'asperger sont TDAH) et des traumas
On ne naît pas borderline on le devient. Si l'enfant a été rejeté ou harcelé ou autre et qu'il est hypersensible et/ou impulsif il peut développer le TPL très facilement d'ailleurs 1 à 2% d'individus sont borderline mais c'est 14% chez les Asperger d'ailleurs je suis borderline
Donc les deux trouble sont différents mais un Asperger ayant vécu du rejet peut facilement développer le trouble
Jeune femme diagnostiquée asperger se bat pour pouvoir avoir des amis comme tout le monde et s'intégrer à la société en essayant de gérer son stress

Avatar du membre
Curiouser
Forcené
Messages : 784
Enregistré le : mardi 3 septembre 2019 à 9:43
Localisation : Île-de-France

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#63 Message par Curiouser » mercredi 8 juillet 2020 à 14:19

Une nouvelle fiche d'Igor Thiriez sur l’hypersensibilité interpersonnelle, que l'on retrouve dans le trouble borderline (mais qui « peut aussi se rencontrer dans d’autres contextes, post-traumatiques par exemple, ou dans l’anxiété sociale ».)
Spoiler : 
Image
Plus ancien, un schéma descriptif du fonctionnement borderline :
Spoiler : 
Image
Ainsi qu'une autre fiche descriptive, avec également des pistes thérapeutiques :
Spoiler : 
Image
Non diagnostiquée
Début du parcours diagnostic en mars 2020. Ne reste plus qu'à poursuivre...

Avatar du membre
Zebra3
Fidèle
Messages : 145
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#64 Message par Zebra3 » samedi 15 août 2020 à 0:55

Sympa les fiches.
Je ne serais pas étonné qu'il y ait souvent l'alexithymie aussi chez les borderlines. Difficile d'avoir des réactions émotionnelles mesurées quand on ne perçoit/comprend pas bien ses émotions.

Sur les similitudes TSA/borderline je trouve justement que la réponse de PsykoCouac n'était pas pertinente pour une fois, comme l'explique Electvod31 ça peut être bien plus flou, ce lien l'explique également, c'est peut-être sur le forum que je l'ai trouvé d'ailleurs : http://letemplebleu.over-blog.com/2018/ ... rline.html
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

Avatar du membre
piedsboueux
Forcené
Messages : 746
Enregistré le : mardi 3 mai 2016 à 16:35
Localisation : CILAOS
Contact :

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#65 Message par piedsboueux » samedi 15 août 2020 à 8:12

Electvod31 a écrit :
dimanche 8 mars 2020 à 17:25
Salut à tous,
Je me permets de répondre car je suis borderline et Asperger. Je trouve que les deux troubles diffèrent beaucoup cependant il est très facile d'avoir les deux. Je m'explique
Le SA est un trouble qui apparaît dans la petite enfance ce n'est pas une maladie. Il se caractérise par des problèmes sociaux, un besoin de routine, des intérêts spécifiques...
Les caractéristiques principales du TPL sont une dépendance affective, une peur de l'abandon, une impulsivité marquée, des addictions et des émotions intenses
Maintenant ce qui favorise le trouble borderline sont une hypersensibilité à la naissance (cas de l'Asperger), une impulsivité (beaucoup d'asperger sont TDAH) et des traumas
On ne naît pas borderline on le devient. Si l'enfant a été rejeté ou harcelé ou autre et qu'il est hypersensible et/ou impulsif il peut développer le TPL très facilement d'ailleurs 1 à 2% d'individus sont borderline mais c'est 14% chez les Asperger d'ailleurs je suis borderline
Donc les deux trouble sont différents mais un Asperger ayant vécu du rejet peut facilement développer le trouble
Enfin un qui a compris:

Je pense même que c'est la norme d'avoir cette association pour les TSA diagnostiqués tardivement, et je pense que le trouble "borderline" se situe aussi dans l'accès à la sensualité, une identité de soi blessée et frustré d'un manque de partage dans la sensation et le contact: un espoir d'intimité en même tant qu'un interdit d'intimité que je résume en "carence de câlins sécures".
Le partage d'intimité physique est la base même de se sentir à la fois en vie, à la fois accepté des autres vivants, et dans le partage de ce qui est le plus fort alors: son corps et la sensation physique de vivre dans son corps.
L'autiste est souvent décris comme "désincarné" ou "à coté de la vie", ou "observateur distancié de la vie" et sur le plan physique, connu pour exiger si le besoin de sensualité est conscient, des câlins forts et globaux (étreintes contenante avec serrage fort compensation couverture lourde, hamac, s'enrouler dans les draps), alors qu'un bordeline neurotypique fera plus volontiers le déplacement dans une symbolique paraissant du "flan" (fusion avec la lumière divine par exemple) à un autiste qui n'a pas déplacé sont identité d'être dans l'imaginée par le langage et les archétypes culturels

Le tantra oriental cible cette couche d'égo blessé là et ouvrant l'accès à la sensualité des câlins perdus avec un corps adulte et sexuellement actif, mais est, évidemment conçu à la base pour des neurotypiques qui ont déjà construit une sexualité "normale"..

"la carence de câlins sécure" est très fortement probable en cas d'autisme car la différence de perception sensorielle n'a de toute façon pas permis de les recevoir de façon "sécure" et a tout gâché de la construction d'une identité en relation avec les autres, si les câlins ont été acceptés et donnés l'inadéquation de sensualité et l'urgence de se stimuler autrement (typique: regarder les roues de poussette qui tournent, pas mamam, et avoir d'autre choses à faire que des câlins quand elle en propose) entraîne frustration de contact donc de lien, souffrance, incompréhension, et rejet viscéral de l'intimité physique tant expérimenté comme "toxique" ou "envahissant" (c'est le rejet de la relation dans son intime même), même si dans le fond, on en crève en même tant d'envie (cette envie peut remonter plus tard, quand ce n'est plus le moment).. Et bien sur, avec l'excitation sexuelle en plus et la sexualité de l'adulte qu'on est devenu ça se complique quand c'est "plus tard"...
Avec le CORONA virus, on a maintenant une bonne excuse de fuir la confrontation à ce problème.
Quand l'intimité a été rejetée, le recours autistique de base: c'est de partager une passion intellectuelle et des données sans engager son intimité et son relationnel, partager un intérêt spécial ou de l'intime théorisé et donc distancié, c'est se construire des "relation de travail" pour partager le savoir, mais pas avoir "des amis"..
Diagnostiqué Asperger vers 37 ans (2007)

Avatar du membre
mathieu frank
Passionné
Messages : 391
Enregistré le : samedi 29 septembre 2018 à 12:06
Localisation : landes

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#66 Message par mathieu frank » samedi 15 août 2020 à 10:09

bravo, trés bien analysé :bravo:
tsa confirmé psychiatre libéral et comorbidités

Avatar du membre
mathieu frank
Passionné
Messages : 391
Enregistré le : samedi 29 septembre 2018 à 12:06
Localisation : landes

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#67 Message par mathieu frank » samedi 15 août 2020 à 16:58

ca me parle beaucoup ce que tu dis "désincarné" ou "à coté de la vie" ,observateur distancié de la vie
c est bien cette sensation de vide ,de n être qu' un spectateur

c est vraiment bien ce que tu dis en tout point
sur le fait d avoir envie d intimité et si cela se produit d en souffrir et de rester dans le désarrois ....
de partager des choses intellectuelles mais sans se faire des "amis"
j ai souvent prix des plaisirs immenses a philosopher avec des femmes et me dire c est génial il faut que ca aille plus loin et après etre déçu et ne pas comprendre
tsa confirmé psychiatre libéral et comorbidités

Avatar du membre
Lilette
Forcené
Messages : 10951
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#68 Message par Lilette » samedi 15 août 2020 à 19:42

Ça pue la psychanalyse pourtant :sick:
TSA.

Répondre