Similitudes et différences entre SA et borderline

Toutes discussions concernant l'autisme et le syndrome d'Asperger, leurs définitions, les méthodes de diagnostic, l'état de la recherche, les nouveautés, etc.
Message
Auteur
Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#31 Message par philigram » lundi 13 mars 2017 à 23:28

tobago a écrit : Un autiste a une vie sociale très pauvre et peu intense et elle n'est pas au cœur de ses préoccupations.
Pas d'accord avec ça. Si la vie sociale est peu intense et pauvre elle reste au cœur de mes préoccupations. Car malgré tout, un minimum de relations sociales sont nécessaires.
Aucun humain ne peut vivre totalement seul et éternellement seul.
Et une seule relation peut devenir le centre du problème et des préoccupations. La boulangère, le commercial au téléphone, un collègue et cela peut devenir une préoccupation majeure.
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

Rem 82
Forcené
Messages : 14210
Enregistré le : dimanche 3 février 2013 à 18:48

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#32 Message par Rem 82 » lundi 13 mars 2017 à 23:31

+1 avec Philigram.

Les Aspies ont besoin d'un minimum de vie sociale au risque de se retrouver totalement perdus ... :roll:

Comme moi ! :crazy:
Aspi.

Je pars d'ici :arrow:

tobago
Habitué
Messages : 81
Enregistré le : lundi 13 mars 2017 à 17:54

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#33 Message par tobago » lundi 13 mars 2017 à 23:51

Rem 82 a écrit :D'accord ! :lol:

C'est quoi l'origine de ton pseudo du coup ? :roll:
Trinité :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
diagnostiqué :lol: :bravo: :mryellow: :mrgreen:

Une évidence importante :

Tout ce qui concerne les sciences sociales est valable uniquement sur le plan statistique. Rien ne s'applique à tous les individus d'une manière individuelle.

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#34 Message par philigram » vendredi 17 mars 2017 à 10:07

Hier soir au cours d'une réunion dans une association anti-secte, j'ai entendu une fille.
Elle se plaignait que depuis sa formation pseudo-psy-charlatan, (à caractère sectaire), de tout analyser et de ne plus être dans l'émotion instantanée mais dans le détail. Elle ne peut plus avoir d'amis car elle ne voit plus que leur défauts. Elle a dit exactement ce que je dis.

Elle est peu expressive. Mais elle sort depuis peu d'une emprise qui l'a fait plonger.
J'ai tout de suite pensé ... à moi et l'autisme, sans lui en parler, car elle est aussi suivi pour bi-polarité.
Lui parler de l'autisme, ne peut que la déstabiliser.

Tout ça pour dire qu'on finit par voir des autistes partout !!!!
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26502
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#35 Message par freeshost » vendredi 17 mars 2017 à 10:13

philigram a écrit :Tout ça pour dire qu'on finit par voir des autistes partout !!!!
Une sorte d'effet Barnum par procuration généralisé (éventuellement combiné à l'effet de récence) ? :lol:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

tobago
Habitué
Messages : 81
Enregistré le : lundi 13 mars 2017 à 17:54

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#36 Message par tobago » vendredi 17 mars 2017 à 10:23

philigram a écrit :Hier soir au cours d'une réunion dans une association anti-secte, j'ai entendu une fille.
Elle se plaignait que depuis sa formation pseudo-psy-charlatan, (à caractère sectaire), de tout analyser et de ne plus être dans l'émotion instantanée mais dans le détail. Elle ne peut plus avoir d'amis car elle ne voit plus que leur défauts. Elle a dit exactement ce que je dis.

Elle est peu expressive. Mais elle sort depuis peu d'une emprise qui l'a fait plonger.
J'ai tout de suite pensé ... à moi et l'autisme, sans lui en parler, car elle est aussi suivi pour bi-polarité.
Lui parler de l'autisme, ne peut que la déstabiliser.

Tout ça pour dire qu'on finit par voir des autistes partout !!!!
Les autistes sont plutôt immunisés contre une manipulation sectaire. Il est peu probable qu'elle soit autistique.
diagnostiqué :lol: :bravo: :mryellow: :mrgreen:

Une évidence importante :

Tout ce qui concerne les sciences sociales est valable uniquement sur le plan statistique. Rien ne s'applique à tous les individus d'une manière individuelle.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2322
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#37 Message par olivierfh » vendredi 17 mars 2017 à 11:55

tobago a écrit :Les autistes sont plutôt immunisés contre une manipulation sectaire.
Pas tellement, de mon expérience: quand on est naïf...
Mais avoir envie de rester durablement dans un groupe plus ou moins sectaire parce qu'on y ressent de la chaleur humaine, là oui je veux bien croire que je suis immunisé contre ça. :) :?
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#38 Message par philigram » vendredi 17 mars 2017 à 12:52

Il s'agit d'un réseau de psychologues, psychothérapeutes, artthérapeute et même des médecins.
Donc ceux qui se retrouvent pris dans ce réseau sont ceux qui ont des problèmes psy et qui font confiance aux psys et médecins.
On est loin des clichés de sectes, avec un gourou et une entité bien identififiée.
Spoiler :  : 
il s'agit de psychologie systémique et intégrative, association en instance d'être mis face à la justice. Donc n'importe qui peut se faire avoir s'il cherche à aller mieux, et va au hasard voir un psy.
Je ne pense qu'être autisteimmunise contre ces gens.
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

Avatar du membre
Zebra3
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#39 Message par Zebra3 » samedi 13 mai 2017 à 23:39

Intéressant ce sujet, je me suis déjà posé la même question à propos de mon père que je pensais être à tendance borderline mais qui fait aussi aspie...

Et là je me la pose sur la paranoïa sensitive.
Définition de wikipedia :
« La personnalité sensitive est un type de personnalité paranoïaque marqué par un sens élevé des valeurs morales, l'orgueil (une haute estime de soi-même, qui conduit à se considérer comme jamais suffisamment reconnu à sa juste valeur), une hyperesthésie relationnelle entraînant une grande vulnérabilité dans les contacts sociaux, et une tendance à l'autocritique, à l'intériorisation douloureuse des échecs et à la susceptibilité. On ne retrouve pas l'hypertrophie du moi ni la quérulence présentes chez les autres personnalités paranoïaques.
Le tempérament hypersensible est également caractérisé par une sensibilité accrue aux stimuli, tant sensoriels qu'émotionnels, qui amène également à une plus grande introspection, un retrait, et éventuellement différents troubles associés, selon les circonstances. Plusieurs sont qualifiés de timides, mais pas tous. Chez ces personnes, l'excès de méfiance peut mener à la paranoïa, mais peut aussi favoriser un développement harmonieux. Les expériences de l'enfance ont une importance déterminante sur le développement du tempérament hypersensible. »
Et quand on lit dans le guide d'Attwood :
« Une personne Asperger peut développer ce qui semble être des symptômes de paranoïa, mais cela peut être une réaction compréhensible à des expériences sociales vécues, très réelles. Les enfants Asperger peuvent être confrontés à un harcèlement délibéré et provocateur prononcé de la part de leurs pairs. Une fois qu’un autre enfant l’a agressé délibérément, toute interaction ultérieure perçue comme ambivalente avec cet enfant peut mener l’Asperger à croire que l’interaction était délibérément hostile. Cela peut déboucher sur un sentiment durable de persécution et sur la croyance que les autres ont des intentions malveillantes. »
Ainsi que le fait qu'un aspie qui s'ignore peut réagir par le déni et l'arrogance... (c'est pour ça que j'ai mis orgueil en gras dans la définition de la parano sensitive)

D'un côté un parano avec une tendance autiste, de l'autre un autiste avec une tendance parano... :crazy:

Alors après tout ça n'est que du texte, peut-être que cliniquement la différence est énorme entre un parano sensitif et un autiste à tendance parano, mais on peut se dire qu'il y a tout un tas de possibilité où ça peut bugger dans le cerveau, et suivant là où ça bug ça donne un trouble ou l'autre.
Et d'une certaine manière, un diagnostique précis n'est utile que pour adapter au mieux l'aide.
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4914
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#40 Message par Manichéenne » dimanche 14 mai 2017 à 0:23

La "paranoïa sensitive" n'existe pas, ce n'est pas un diagnostic reconnu dans les classifications internationales.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2322
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#41 Message par olivierfh » dimanche 14 mai 2017 à 8:51

Manichéenne a écrit :La "paranoïa sensitive" n'existe pas, ce n'est pas un diagnostic reconnu dans les classifications internationales.
Il y a "Sensitiver Beziehungswahn (délire de relation des sensitifs)" sous "Trouble délirant" dans la CIM-10.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Samfelsouth
Forcené
Messages : 796
Enregistré le : vendredi 5 août 2016 à 14:38
Localisation : Plein sud
Contact :

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#42 Message par Samfelsouth » lundi 15 mai 2017 à 3:05

Avant d'être diag asperger, j'ai eu un parcours psychiatrique de plus de 20 ans. On m'a collé je ne sais plus combien de faux-diag psychiatriques avant finalement de s'arrêter à un trouble de la personnalité borderline :evil:

Parmi les critères du DSM, il y en a certains où, effectivement, je me retrouvais mais qu'aujourd'hui j'analyse autrement.
  • *instabilité marquée et persistante de l'image ou de la notion de soi: ben oui quand on ne sait pas qui on est c'est difficile d'avoir une image stable de soit
    *répétition de comportements, de gestes ou de menaces suicidaires : même si je le mettrais plutôt sur des raisons plutôt dépressives en raison de mon histoire
    *instabilité affective due à une réactivité marquée de l'humeur (par exemple : dysphorie épisodique intense, irritabilité ou anxiété durant habituellement quelques heures et rarement plus de quelques jours) : oui et c'est, de mon point de vue, une similitude avec le SA (Julie Dachet en parle dans une de ses vidéos
    *survenue transitoire dans des situations de stress de symptômes dissociatifs sévères : non dans mon cas, je sais aujourd'hui que ce sont des surcharges sensorielles / émotionnelles ou des shut-down
Je ne m'étais jamais reconnu-e dans aucun autre critère et surtout je connais pas mal de borderline (car j'administre un groupe de soutien pour malades psychiques et NA - au sens large - depuis des années, et leurs témoignages ne ressemblaient en rien à ce que je vivais.

Bref j'avais ce diag par défaut et évidemment aucune aide adaptée.

Quand j'ai été diag, le diag de perso borderline a été exclu.
Asperger, THPI (diagnostiqué.e en 2016 à 36 ans)
Syndrome d'Elhers-Danlos hypermobile
Agenre et racisé.e


Mon blog Le Journal de Sam

"Don't leave home without your sword : your intellect" Alan Moore

Avatar du membre
lepton
Modérateur
Messages : 2464
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#43 Message par lepton » jeudi 18 mai 2017 à 6:57

Hier, il y avait un sujet sur le trouble borderline dans l'émission "la tête au carré" :
https://www.franceinter.fr/emissions/la ... 7-mai-2017
C'était intéressant, j'ai appris plein de choses
(Le podcast est en haut à gauche de la page).
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Avatar du membre
piedsboueux
Forcené
Messages : 682
Enregistré le : mardi 3 mai 2016 à 16:35
Localisation : CILAOS
Contact :

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#44 Message par piedsboueux » vendredi 19 mai 2017 à 9:28

Techniquement, l'état bordeline est le résultat d'une souffrance de carence de partage dans la sensualité en début de vie, pour des raisons psychologiques... (insécurité affective, traumatisme).
Cependant, c'est l'entre deux entre dénié, masquer, refouler, et prendre conscience de cela, sans en souffrir au point d'imaginer, voir d'halluciner une réalité alternative mais "interne" qu'on attribue au monde extérieur (psychose), chose qu'un autiste à du mal à faire (la psychose, basée sur la symbolisation est un peu le contraire!).

Le syndrome d'Asperger introduit, des la naissance et même peut être AVANT, une souffrance de partage dans la sensualité (pour cause de différence de perception sensorielle)... ce qui mène quasi obligatoirement à une... souffrance de carence de partage dans la sensualité en début de vie.
J'en déduis que la composante psychologique du syndrome d'Asperger... est donc le trouble bordeline à divers degrés de gravité, plus ou moins compensé par suradaptation (échec de se monter une névrose saine en toute inconscience, tentative de jouer le jeu... manque de moyens adaptatifs pour cela)
Du coup bien que le trouble n'est pas exprimé de la même façon du fait de la difficulté de symboliser chez les autiste, quelque chose se ressemble à la base, donc c'est pas surprenant que les psychologues s'y perdent, ils ignorent en effet la mystique scherkienne et le besoin d'étreintes et de câlins, tabous en psychanalyse où l'on ne doit pas toucher au corps.

"les ogres, vous savez, ils ont des couches, comme les oignons"
et l'âne qui est très sensible à cette amitié que l'ogre tente de casser plusieurs fois... répète tout le temps.
"Shrek?! un calin".
Diagnostiqué Asperger vers 37 ans (2007)

Anja-louise
Fidèle
Messages : 159
Enregistré le : jeudi 27 octobre 2016 à 19:59

Re: Similitudes et différences entre SA et borderline

#45 Message par Anja-louise » samedi 10 juin 2017 à 13:27

Est que quelqu'un connait la différence entre troubles de l'humeur, troubles de la personnalité, bipolaire et borderline ? je m'y perds vraiment :crazy:
Pensez vous qu'il soit possible qu'un enfant asperger soit devenu ensuite l'un d'entre ces pathologies?
Moi je me posais la question car je trouve que j'ai vraiment des grosses similitudes avec comme vous dites le "borderline" maintenant (à l'âge adulte) mais étant enfant je présentais plutôt des symptômes type autistiques
- je jouais le plus souvent aux puzzles, coloriages et jeux de constructions, mais très peu aux poupées
- je n'aimais pas le contact avec l'autre (rapporté par ma mère: dès la maternelle dans la cour de récré, j'étais dans mon coin;Je n'arrivais pas à m'adapter aux échanges relationnels)
- je faisais souvent des crises de colère dus aux frustrations
Ensuite (école primaire,collège), c'est allé en s'empirant (moqueries de plus en plus de la part des autres élèves dus à mes bizarreries), ce qui a contribué à d'énormes angoisses chez moi.
Puis au lycée, je dirais que la maturité des autres ayant grandi, on se moquait moins de moi, mais bon j'ai développé plein de symptômes autres (TOCs, grosses angoisses puis ensuite dépression à l'université) qui m'ont valu tous un tas de diagnostics psy. Maintenant j'ai l'impression que tous mes difficultés d'enfant sont toujours là, mais que je fais des efforts considérables pour compenser: je me retiens énormément pour pas dire que ce je pense littéralement,
je m'excuse tout le temps car j'ai peur de déranger mais je pense que j'ai du mal à décoder tout simplement,etc..
En clair je ne suis jamais moi même, j'ai honte de montrer réellement ce que je suis par peur d'être jugé et de souffrir comme petite mais bon le fait d'essayer de tout cacher comme ça j'ai l'impression que c'est tout aussi terrible :cry:
TSA+ nombreuses comorbidités

Répondre