Traitement des traumatismes

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Message
Auteur
Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Traitement des traumatismes

#1 Message par Fluxus » mardi 25 janvier 2022 à 10:30

Salut,

J'ai pas encore vu de topic qui se consacre pleinement à la question du traitement des troubles de stress/état post-traumatiques de manière globale, même si j'ai déjà ouvert plusieurs sujets sur cette thématique mais du coup, je me lance :

J'ai déjà posté plusieurs sujets concernant cette thématique, d'abord pour faire part vite fait de ma problématique (j'avais fait ça y a quasi 1 an je crois), ensuite pour demander des avis sur une méthode de traitement bien précise.

(On kiffe les traumatismes post covid même quand c'est encore là plus de 2 ans après, sans parler du covid long et des séquelles physiques qui redébarquent sans prévenir après avoir laissé plusieurs mois de répit).

(En plus, ça me gave les gens qui pensent savoir à ma place ce que je ressens alors que je sais parfaitement distinguer mes problèmes de santé physique habituels, mes problèmes psychiques habituels, les problématiques de type psychosomatisation par rapport au traumatisme et les troubles neuro du covid long qui sont bien physiques. Ils ont tous des manifestations ultra différentes que je reconnais, la confusion est quasi impossible. Au même titre que j'arrive à dissocier les phases de down et les crises liées à l'autisme de l'anxiété et la dépression).

Bref, j'avais déjà posé quelques questions sur l'EMDR et hier, en allant voir le profil Linkedin d'1 psychiatre spécialisée TSA qu'on m'a recommandée dans mon département, j'ai matté un peu les formations...

Et je suis tombée sur une autre méthode de traitement des états post-traumatiques qui s'intitule "Thérapie de Reconsolidation d'Alain Brunet".

Alors du coup, je me suis dit "Ah ouais, 1 psychiatre, en plus spécialisé TSA et en plus qui pratique ce type de traitements, j'ai peut-être une grosse porte qui s'ouvre devant moi".

J'ai décidé d'aller faire des recherches sur la thérapie en question et son déroulement.

Ce que j'en ai retenu, c'est que, comme pour l'EMDR, le principe consiste à traiter le souvenir traumatique en lui faisant "perdre" sa charge émotionnelle négative et en gros, à le replacer dans la "bonne" partie du cerveau.

Donc globalement, le même mécanisme... Sauf que pour l'EMDR, ça se fait par stimulations bilatérales (mouvements des yeux, sons, tactile), ce qui me paraît beaucoup plus simple...

Et cette fameuse thérapie de reconsolidation utilise un autre principe : Elle se fait sur 6 séances et elle consiste à rédiger, au cours de ces séances, par écrit son expérience/souvenir traumatique puis, sous l'effet d'un médicament pris 1h avant la séance, à relire à voix haute afin de le "reranger" au bon endroit.

Certains le savent ici, je suis pas très emballée par la médication de manière globale (enfin, quand c'est nécessaire oui mais si on peut éviter, on évite et je pense que les autres personnes atteintes de maladies chroniques qui ont beaucoup de médicaments à prendre par jour savent de quoi je parle).

Bref, du coup voilà, je laisse ce sujet ici pour discuter des diverses thérapies existantes pour traiter ce type de troubles ou d'états.

Et encore une fois, tous les témoignages sont les bienvenus. :mryellow:
Spoiler : 
J'avoue avoir été déçue pour ce qui concerne la "méthode Brunet" parce que le concept paraît vraiment pas mal mais le coup de devoir faire ça sous l'effet d'un médicament, personnellement, je suis pas vraiment ok avec ça. Je crois que je vais vraiment devoir me rabattre sur l'EMDR du coup...
Modifié en dernier par Fluxus le mardi 25 janvier 2022 à 12:36, modifié 4 fois.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#2 Message par Fluxus » mardi 25 janvier 2022 à 10:59

Du coup, je me suis renseignée aussi sur le type de médicaments utilisés dans le cadre de la méthode Brunet et de ce que j'ai compris, en gros, c'est vraiment essentiel à la thérapie puisque c'est l'effet du médicament allié à l'exposition au souvenir traumatique qui crée un effet de désensibilisation.

Et du coup, le médicament en question, c'est du propranolol et en gros, c'est un bêtabloquant...

Je suis encore moins emballée par l'idée du coup...



C'est pas que je trouve l'idée "bête" mais je pars du principe qu'on ne réagit pas tous de la même manière face un événement traumatique et même à un stress post-traumatique et selon chaque personne, le fait de se réexposer au souvenir ne va pas forcément déclencher une réponse extrême, ça peut aussi être simplement un état continu ou se déclencher dans d'autres types de situations au quotidien qui font écho à l'événement, sans pour autant qu'on y repense de manière directe, un truc inconscient.

Perso, je pars du principe que même en m'intériorisant à mort et en me conditionnant à bloc pour revivre l'événement à un instant t, si j'ai conscience qu'autour de moi, il n y a pas de danger, je ne vais pas forcément déclencher tout de suite une attaque de panique ou autre mais c'est possible que ça arrive plus tard.

Pourtant, ça n'empêche que ce soit bien traumatique.

Du coup, si le médicament en question est censé intervenir sur l'état "traumatique" au moment où on revit l'événement, je ne sais pas si ça fonctionnerait dans tous les cas selon la réaction du patient.

Du coup, je sais pas si c'est un aspect du TSA qui fait qu'on peut réagir plus après coup que sur le moment (ça peut être plusieurs heures voir même plusieurs jours après pour moi) mais à mon sens, c'est un critère à prendre en compte dans la prise en charge.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Zia .
Adepte
Messages : 252
Enregistré le : vendredi 24 juillet 2020 à 22:19

Re: Traitement des traumatismes

#3 Message par Zia . » mercredi 26 janvier 2022 à 17:39

J'ai une manière de gérer les évènements traumatisant que j'ai développé seule :
Je le raconte en boucle et en décortique le moindre détail, à quiconque se présente à moi, et parfois même seule, jusqu'à ce que ça ne soit plus qu'un assemblage de faits dénués d'affect.
C'est d'ailleurs l'urgence que je peux ressentir à raconter la même histoire en boucle qui, assez souvent, m'indique que l'événement raconté a du être traumatisant.
C'est perçu comme quelque-chose de très problématique par mon entourage qui ne comprends pas ce besoin que j'ai de rester focus sur ce genre de choses et préférerais que je pense à d'autres choses, alors que c'est juste vital que je procède de cette manière : si je ne peux pas décortiquer le truc et le dire, je ne peux pas trouver l'apaisement. Je dois le dire jusqu'à me sentir vidée.

Je n'ai pas été fouiller pour le confirmer, mais il me semble que les bêta-bloquant ont un effet contre les symptômes physiques de l'angoisse. Est-ce que le but est de permettre de revivre l'émotion sans être totalement écrasé par cette dernière ?
Il serait bon de vérifier que l'autorisation de mise sur le marché de ce médicament comprend cet usage (prémédication) afin de s'assurer que ce médecin ne soit pas en train de jouer à l'apprenti sorcier.
HQI + troubles du comportement détecté dans l'enfance
SA évoqué par psychologue (non spécialisée)
Hypothèse confirmée par neuropsy

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#4 Message par Fluxus » mercredi 26 janvier 2022 à 17:48

J'ai détaillé plus haut le principe de la méthode et la prescription du médicament doit se faire par un médecin bien-entendu, c'est pas fait n'importe comment. J'imagine mal des psychologues utiliser cette méthode du coup, des psychiatres, ça me paraît plus cohérent, pour le simple fait que ça nécessite une prescription et utilisation de médicaments.
Fluxus a écrit :
mardi 25 janvier 2022 à 10:59
Du coup, je me suis renseignée aussi sur le type de médicaments utilisés dans le cadre de la méthode Brunet et de ce que j'ai compris, en gros, c'est vraiment essentiel à la thérapie puisque c'est l'effet du médicament allié à l'exposition au souvenir traumatique qui crée un effet de désensibilisation.
Donc oui, parce que le bêtabloquant permet en quelques sortes "d'atténuer" les symptômes physiques qui pourraient se manifester pendant l'exposition au souvenir traumatique. J'imagine que du coup, ça permet de pouvoir aller au bout de l'exposition sans trop souffrir parce que du coup, on dissocie le souvenir traumatique des manifestations physiques.

D'où ma question de :

Est-ce que c'est vraiment nécessaire pour une personne qui pourrait déclencher les symptômes physiques plus tard et non pas au moment de l'exposition ?

J'imagine qu'en vrai, avec l'EMDR, c'est peut-être la même question, est-ce que le fait de ne pas déclencher de signe de détresse sur le moment où on veut reranger le souvenir à la bonne place influe sur l'efficacité ou faut-il absolument paniquer instantanément en se remémorant ?

Parce que ouais, sinon à choisir, je pense que je vais vraiment devoir me rabattre sur l'EMDR. Y a pas 15 000 solutions, de toutes façons.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Zia .
Adepte
Messages : 252
Enregistré le : vendredi 24 juillet 2020 à 22:19

Re: Traitement des traumatismes

#5 Message par Zia . » mercredi 26 janvier 2022 à 19:11

J'ai bien compris qu'il pouvait prescrire en qualité de médecin, mais au delà de la capacité à prescrire, un médicament ne peut pas être donné pour une indication qui n'est pas comprise dans son AMM (autorisation de mise sur le marché).

Si, en prennant un exemple farfelu (et totalement faux), j'étais médecin et découvrait que le paracétamol avait un effet positif en application cutanée sur l'eczéma: même en ayant le droit de le prescrire (pour son usage habituel), je n'aurais pas le droit de le prescrire pour cet usage là (voie cutanée contre l'eczéma) tant que le paracétamol n'a pas obtenu une autorisation de mise sur le marché pour se mode d'administration et cet indication thérapeutique. Parce que pour le moment, les seules indications thérapeutiques autorisées pour le paracétamol sont le traitement de la douleur et de la fièvre.
Tout ça permet d'étudier précisément l'efficacité, les conditions d'utilisation et les risques liés à l'usage de ce médicament pour cette indication.

C'est pour ça que je suggère de vérifier l'AMM du propanolol afin d'être certain que l'usage de ce médicament est autorisé pour cette indication: Cad prémédication avant technique visant à modifier l'état de conscience (si c'est apparenté à l'EMDR, qui provoque un état dissociatif léger et réversible en fin de scéance).
A savoir que les anti-depresseurs et anxiolytiques sont déjà prescrit dans ce but (soulager la douleur morale ou l'angoisse pour pouvoir parler de ce qui la cause et processer sans être dévasté).
Et que les bêta-bloquant visent surtout à réduire les palpitations (liées à l'anxiété ou a un trouble du rythme cardiaque).
Du coup je ne comprends pas trop la valeur ajoutée du propanolol (mais bon, même si j'y travaille je ne sais pas encore tout sur tout, et c'est peut être pour ça).

Je trouve tes doutes plutôt fondés, surtout si tu réagis à retardement (bienvenue au club!).

Dans l'EMDR il me semble que les trauma ne sont pas pris de manière frontale (on ne te demande pas de les revivre), ce qui me paraît plus secure.
Perso j'aurais tendance à penser que plus tu peux revisualier l'événement sans panique, mieux c'est: c'est souvent les émotions fortes qui empêche l'événement d'être intégré comme un souvenir lambda et qui font osciller entre les périodes ou "je n'y pense jamais" et "ça me saute à la gueule sans prévenir".
HQI + troubles du comportement détecté dans l'enfance
SA évoqué par psychologue (non spécialisée)
Hypothèse confirmée par neuropsy

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#6 Message par Fluxus » mercredi 26 janvier 2022 à 19:40

Ah oui d'accord, je vois !

Mais alors, suis sûre que y a une flopée de psychiatres dans le même délire, qui prescrivent des psychotropes ou autres traitements à des personnes en les détournant de leur usage premier parce que le traitement fonctionne peut-être sur 1 "symptôme" ou trait alors que rien à voir avec la pathologie initiale que le médicament est censé traiter, voir même parfois, pas de pathologie tout court.

Enfin en vrai je sais pas, j'imagine que c'est encore different, je vais pas dire trop de bullshit. Jsuis pas fan de la psychiatrie mais quand même. :mrgreen:

Moi j'aimerais bien qu'on mette en avant la psychiatrie moderne en France. C'est à dire avoir des protocoles de soins ultra ciblés et personnalisés pour aider la personne dans son quotidien au-delà de penser directement pathologie et médicaments.

Bref, du coup pour le propranolol, je ne sais pas ce qu'il en est ressorti mais comme ça a déjà fait ses preuves au niveau de la thérapie apparemment, même si j'ai découvert le concept y a 2 jours, je sais pas trop. Faut se renseigner. Mais à mon sens, si ça se répand autant, c'est que c'est en règle.

Mais sinon ouais, je pense que je vais vraiment devoir aller sur l'EMDR du coup. Juste ça me gave parce que j'ai laissé tellement le truc s'installer (enfin c'est pas de ma faute hein, j'y peux rien et j'en culpabilise pas) que c'est limite incrusté en moi et c'est associé à tellement d'autres merdes autour qui détériorent ma qualité de vie constamment que... Je sais pas si ça va être suffisant.

Faut que je joue sur tous les tableaux entre le traumatismes, les TOC, gérer les problèmes qui sont physiques mais pas issus d'une psychomatisation et tout le reste...


Et tenter de reconstruire un truc potable...
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

margotton91
Passionné
Messages : 312
Enregistré le : mercredi 17 juillet 2019 à 16:14
Localisation : Essonne (91)

Re: Traitement des traumatismes

#7 Message par margotton91 » mercredi 26 janvier 2022 à 19:47

Bonsoir,

La méthode que vous évoquez, autre que l'EMDR,et pour laquelle vous donnez quelques éléments quant à son mode de fonctionnement et d'action me fait penser à ce qui a été mis en place dans différents services de psychiatrie d'hôpitaux parisiens ainsi que de celui de Nice, à la suite de la vague d'attentats de 2015 et de celui de Nice, en juillet 2016, afin de prendre en charge les différentes victimes traumatisées psychologiquement. Je me souviens avoir vu de nombreux reportages télévisés, expliquant cette prise en charge avec cette méthode, à l'époque novatrice. Ils s'agissaient bien de psychiatres hospitaliers, voire de certains Chefs de service hospitaliers de psychiatrie, et ils ne "jouaient" pas aux apprentis sorciers. Par contre, à l'époque, face caméra, plusieurs ont eu l'honnêteté de dire qu'ils pratiquaient cette nouvelle méthode en tâtonnant un peu et, donc, avec d'infinies précautions.

De ce que j'en ai retenu, avec le témoignage de certains des patients, est que la méthode ne fonctionnait pas, hélas, sur tous...

Quant à savoir l'effet que cela pourrait produire sur des patients avec TSA ??? sachant que certains sur-réagissent aux traitements médicamenteux aux doses habituellement prescrites à un patient "lambda".
Pré-diagnostic TSA asperger, de niveau faible à modéré, par psychologue clinicien en 03/2019
Confirmation par psychiatre en 04/2019, à 51 ans
Juin 2020 : tests du bilan diagnostic réalisés dans le privé - QI hétérogène

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#8 Message par Fluxus » mercredi 26 janvier 2022 à 20:18

margotton91 a écrit :
mercredi 26 janvier 2022 à 19:47
Bonsoir,

La méthode que vous évoquez, autre que l'EMDR,et pour laquelle vous donnez quelques éléments quant à son mode de fonctionnement et d'action me fait penser à ce qui a été mis en place dans différents services de psychiatrie d'hôpitaux parisiens ainsi que de celui de Nice, à la suite de la vague d'attentats de 2015 et de celui de Nice, en juillet 2016, afin de prendre en charge les différentes victimes traumatisées psychologiquement. Je me souviens avoir vu de nombreux reportages télévisés, expliquant cette prise en charge avec cette méthode, à l'époque novatrice. Ils s'agissaient bien de psychiatres hospitaliers, voire de certains Chefs de service hospitaliers de psychiatrie, et ils ne "jouaient" pas aux apprentis sorciers. Par contre, à l'époque, face caméra, plusieurs ont eu l'honnêteté de dire qu'ils pratiquaient cette nouvelle méthode en tâtonnant un peu et, donc, avec d'infinies précautions.

De ce que j'en ai retenu, avec le témoignage de certains des patients, est que la méthode ne fonctionnait pas, hélas, sur tous...

Quant à savoir l'effet que cela pourrait produire sur des patients avec TSA ??? sachant que certains sur-réagissent aux traitements médicamenteux aux doses habituellement prescrites à un patient "lambda".
Par le biais de mes recherches, je suis tombée effectivement sur un court reportage d'une femme qui avait tenté cette méthode pour traiter un traumatisme lié exactement à cet événement et c'était bien dans 1 de ces 2 CHU là, oui !

Après, j'imagine que ça a du être réitéré ailleurs (la méthode), non ? :innocent:

A la fin de la vidéo que j'avais vue, le médecin psychiatre (enfin si ça en était bien un) expliquait que ça pouvait très très bien faire effet mais que c'était pas impossible qu'un jour ou l'autre, suite à un autre événement tragique, ça puisse réactiver le traumatisme.

Mais si on pense sur le "ici et maintenant", je me dis que ça parait pas mal comme concept.

Après voilà, perso, c'est l'aspect médicament qui me dérange.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#9 Message par Fluxus » mercredi 26 janvier 2022 à 22:55

C'est que je commence un peu à désespérer et en avoir ras le cul de devoir me shooter au Xanax parce que j'ai que ça sous la patte et de plus pouvoir rien faire...

Ça fait depuis Septembre 2019 que j'ai pas pris de cuite dans un bar. Novembre 2019 pour la giga cuite de ses morts dans le parc du campus. Tout en réussissant à assurer un 8h30 un Vendredi matin juste 3h après.

Ça fait depuis Février 2020 que j'ai pas fait une giga bouffe à plusieurs au resto.

Ça fait depuis Janvier 2020 que j'ai pas remis les pieds dans une grande surface.


Relou quoi...

Et j'ai envie de retourner à la fac et d'aller en cours en amphi bordel... Pas recevoir des morceaux de cours en attendant devant 1 écran que le temps passe toute la journée...

Et de pécho des meufs aussi... Pas me taper des allers-retours entre l'hôpital, tous les médecins et spécialistes possibles et des RDV inutiles où je m'en prends plein la gueule. :hotcry:

Oui, les autistes peuvent aussi avoir envie de pécho.

Franchement, très sérieusement, j'atteins ma limite là. Genre je l'ai déjà atteinte 150 000 fois et je sais pas comment je continue à tenir à chaque fois... Mais là, c'est plus possible.

Puis y a tout le monde autour qui pense en mode "Mais rien ne te retiens de faire ça, fais-le" mais tout le monde croit que c'est simple et que ça se règle easy...

Franchement, si c'était pour se voir crever à 20 ans, clairement par moments, on se dit qu'on aurait préféré que ça s'arrête sur le coup.

Ui parce que même en étant vacciné à la dose max, ça suffit pas à rassurer. :innocent:
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#10 Message par Fluxus » dimanche 6 février 2022 à 8:31

Hier soir, je discutais avec un pote, du fait de pouvoir traiter/"guérir"/"soigner" un traumatisme sur le plan psychique autrement que par ces méthodes thérapeutiques là, réputées comme efficaces voire très efficaces...

Et on en a plus ou moins conclu que sur le plan psychiatrique, à part bombarder une personne de psychotropes et autres médicaments pour faire en sorte qu'elle soit suffisamment shootée pour ne pas penser à son trauma (inutile, donc), on est quasi certains que c'est pas possible de guérir autrement que par des méthodes autres (méthodes autres = les thérapies efficaces citées ci-dessus). *

Donc qu'à ce jour, on ne peut pas guérir autrement que par ces thérapies.

EDIT : Reformulation de la phrase qui a une tournure un peu trop alambiquée : En gros, on en a conclu que traiter un traumatisme sur le plan psychiatrique en s'appuyant uniquement sur du traitement médicamenteux et rien d'autre, ça n'avait pas de sens et donc, qu'on pensait que les thérapies citées plus haut, étaient à ce jour, les "seules" méthodes à avoir prouvé leur efficacité dans le traitement d'un traumatisme et qu'il n'était pas vraiment possible de s'appuyer sur des choses autres que ces fameuses thérapies justement.*

Et du coup, ça remet en question aussi, comme je l'ai cité récemment, ce fait d'être cru sur ce qu'on avance et sur le trauma en question.

J'imagine qu'une personne, même un professionnel de santé, ne peut pas décider à notre place de si une chose a été traumatisante pour nous ou pas.

En l'occurrence, en ce moment, je me retrouve coincée et dans une impasse psy sur le fait que je peine à être réellement crue, notamment à cause de mon pseudo covid long et du fait que je sois tombée malade en Décembre 2019 et pas en 2020... Ce qui n'empêche pas que le traumatisme d'avoir failli y passer pendant plusieurs jours reste très présent (même si un peu atténué au sens "éloigné" par le temps qui passe mais dès qu'il y a une réexposition concrète, ça reprend toute son intensité). Je rappelle également que c'est compliqué d'être réussi à être pris au sérieux même sur le plan physique ou plutôt "somatique", comme on dirait en psychiatrie pour dissocier ce qui relève du "psychique" et ce qui relève du "physique".
Spoiler : 
Pour ce qui est des séquelles physiques, j'ai encore quelques symptômes qui refont surface de temps à autres, surtout sur le plan neuro et très désagréables, sur les séquelles pneumo, de toutes façons, les examens ont parlé d'eux-mêmes en 2020 sur le fait qu'il y avait réellement une atteinte. Mais pas foutus de préciser. Mais ça reste un minimum gérable, même si j'aurais préféré avoir eu 1 parcours de soins précis et spécifique pour récupérer...
Du coup, en fin de compte, je suis dans une impasse tout court...
Modifié en dernier par Fluxus le dimanche 6 février 2022 à 9:50, modifié 8 fois.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 34686
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Traitement des traumatismes

#11 Message par Tugdual » dimanche 6 février 2022 à 9:11

Fluxus a écrit :
dimanche 6 février 2022 à 8:31
Et on en a plus ou moins conclu que sur le plan psychiatrique, à part bombarder une personne de psychotropes et autres médicaments pour faire en sorte qu'elle soit suffisamment shootée pour ne pas penser à son trauma, on est quasi certains que c'est pas possible de guérir autrement que par des méthodes autres.
Une opinion personnelle ne peut pas se généraliser.

Et ça ne reflète pas la réalité : des études montrent que certaines thérapies fonctionnent pour certains troubles. Ça ne veut pas dire pour autant que ces thérapies fonctionnent automatiquement à 100% pour toutes les personnes concernées, tout comme un vaccin a rarement une efficacité de 100%.
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#12 Message par Fluxus » dimanche 6 février 2022 à 9:15

Tugdual a écrit :
dimanche 6 février 2022 à 9:11
Fluxus a écrit :
dimanche 6 février 2022 à 8:31
Et on en a plus ou moins conclu que sur le plan psychiatrique, à part bombarder une personne de psychotropes et autres médicaments pour faire en sorte qu'elle soit suffisamment shootée pour ne pas penser à son trauma, on est quasi certains que c'est pas possible de guérir autrement que par des méthodes autres.
Une opinion personnelle ne peut pas se généraliser.

Et ça ne reflète pas la réalité : des études montrent que certaines thérapies fonctionnent pour certains troubles. Ça ne veut pas dire pour autant que ces thérapies fonctionnent automatiquement à 100% pour toutes les personnes concernées, tout comme un vaccin a rarement une efficacité de 100%.
Je parlais uniquement en ce qui concerne le fait de ne pas utiliser de thérapie justement mais simplement un traitement médicamenteux uniquement (en gros, on en avait simplement conclu qu'à ce jour, il n'existait pas de traitement médicamenteux connu pour guérir un traumatisme juste tel quel, en prenant simplement un médicament). Puis ça paraît évident puisque traiter uniquement des symptômes "somatiques" attachés au traumatisme, ça n'est pas traiter le traumatisme.

Je prône justement, ces thérapies qui permettent de traiter le traumatisme et c'est même tout l'objet de ce topic, initialement.

EDIT : Et je parle de ça parce que je suis, par exemple, actuellement face à un professionnel qui ne croit pas du tout à mon traumatisme et prévoit de se contenter uniquement de prescription de psychotropes ou autres médicaments sans rien d'autre à côté. Ce n'est pas une pseudo étude scientifique, juste une réflexion de "bon sens" sur la grosse erreur de refuser de croire au traumatisme du patient. :innocent:
Modifié en dernier par Fluxus le dimanche 6 février 2022 à 9:28, modifié 1 fois.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 34686
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Traitement des traumatismes

#13 Message par Tugdual » dimanche 6 février 2022 à 9:27

Ok, je n'avais pas compris comme ça.
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Fluxus
Forcené
Messages : 2629
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Traitement des traumatismes

#14 Message par Fluxus » dimanche 6 février 2022 à 9:28

Tugdual a écrit :
dimanche 6 février 2022 à 9:27
Ok, je n'avais pas compris comme ça.
Pas de soucis !

(Ouais désolée c'est vrai que la tournure et la syntaxe de mes phrases est souvent alambiquée, faut que je fasse des phrases plus courtes, sinon ça perd son sens)
Modifié en dernier par Fluxus le dimanche 6 février 2022 à 9:32, modifié 1 fois.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. régional (2021)

margotton91
Passionné
Messages : 312
Enregistré le : mercredi 17 juillet 2019 à 16:14
Localisation : Essonne (91)

Re: Traitement des traumatismes

#15 Message par margotton91 » dimanche 6 février 2022 à 9:32

Vous n'êtes pas le seul, j'avais également compris l'inverse...
Tugdual a écrit :
dimanche 6 février 2022 à 9:27
Ok, je n'avais pas compris comme ça.
Pré-diagnostic TSA asperger, de niveau faible à modéré, par psychologue clinicien en 03/2019
Confirmation par psychiatre en 04/2019, à 51 ans
Juin 2020 : tests du bilan diagnostic réalisés dans le privé - QI hétérogène

Répondre