Burn out autistique (?) et université / réorientation

Pour les gens qui ont simplement envie de discuter sans souhaiter faire passer d'information particulière.
Répondre
Message
Auteur
Cami22
Nouveau
Messages : 9
Enregistré le : mercredi 18 janvier 2023 à 23:52

Burn out autistique (?) et université / réorientation

#1 Message par Cami22 » mardi 24 janvier 2023 à 23:09

Bonsoir ! J’espère que vous allez bien :)

Je vous explique rapidement ma situation :

Je suis étudiante en L3 de droit. J’ai déjà un redoublement à mon actif suite à un premier décrochage, et là, ben… C’est mon deuxième :/

Je ne sais pas par quoi il a été causé exactement même si j’ai ma petite idée, et je ne sais pas si me réorienter est la solution.

Quand je dis que j’ai ma petite idée, je pense au burn out (autistique) par lequel je pense être concernée. -Je mets « autistique » entre parenthèses car je n’ai pas de diagnostic officiel, je compte aller en faire un-

Je ne vais pas trop m’étaler sur le sujet, mais disons que la fatigue arrive très rapidement, que j’ai une sensation de « brouillard mental », une sensibilité exacerbée, j’arrive beaucoup moins à parler qu’avant avec certaines personnes, j’ai beaucoup moins de patience et une sensation d’être « déconnectée ». Ca dure depuis pas mal de temps (je me sentais déjà mal avant la rentrée).

Mon premier semestre de cette année a été horrible, j’avais l’impression de ne plus rien contrôler, je n’arrivais plus à travailler mes cours une fois rentrée chez moi (mais j’arrivais encore à suivre les cours en amphi) et je n’avais pas d’ami dans l’amphi. J’aurais pu aller chercher des amis dans d’autres filières mais je l’ai pas fait :/ Je crois que je n’y avais même pas pensé. J’ai des copines en dehors de la fac, mais on a du mal à se voir souvent.

J’ai complètement décroché vers fin novembre, aller en cours me pesait beaucoup trop et je me sentais de moins en moins à ma place dans cet amphi de gens motivés, travailleurs, et… qui n’avaient pas mes difficultés, et qui ne pourraient pas les comprendre. J’avais honte de décrocher.

Mes neurones étaient dans le « brouillard », je rédigeais en 2 heures une intro censée prendre 30 minutes par exemple.
Et puis bon forcément cette situation fait déprimer.

Bref c’était la cata, je ne suis pas encore revenue en cours depuis (ce qui me fait du bien je dois l’avouer), et j’ai fini par me poser des questions sur mon orientation.

Là je suis en fac de droit, et objectivement, je trouve que le droit, c’est génial. Y a plein de trucs différents à articuler les uns par rapports aux autres, j’avais parfois limite l’impression de jouer avec toutes ces infos, ça éclaire sur le fonctionnement de la société et aide à ne pas se faire arnaquer quand on signe un contrat (en théorie)
Les examens et évaluations, c’est moins sympa, j’ai quand même réussi à valider mes deux premières années, même si mes résultats ne sont pas stratosphériques.

Mais voilà, le droit c’est rigolo (oui oui) mais je n’arrive pas à me projeter. J’aime bien apprendre tous ces trucs (quand je le pouvais), mais je ne suis pas sûre d’avoir envie d’en faire mon métier. J’ai du mal à me voir faire un métier du droit. J’ai l’impression que c’est un milieu qui ne me correspondra pas.

Je ne sais pas si c’est à cause du droit en lui-même ou à cause d’autre chose. Et j’avoue que je commence aussi à en avoir marre d’avoir l’impression de travailler dans le vide, mais je ne me sens pas du tout prête à me lancer dans le monde du travail.

Du coup voici mes questions (my god désolée pour ce pavé o_O) :

Si vous êtes passés par la fac, avez vous eu cette sensation de « ne pas vous sentir à votre place »? (pas forcément en fac de droit)

Est-ce que certains d’entre vous ont vécu un burn-out autistique, et comment l’avez-vous géré ? Pensez vous que l’on peut retrouver ses capacités « d’avant burn-out » ?

Est-ce que certains d’entre vous travaillent dans un milieu juridique et s’y épanouissent ?

Voilà voilà, j’espère que mes questions ne sont pas trop indiscrètes et que je ne me suis pas trop dispersée ^^
Encore désolée pour ce pavé de racontage de vie, mais il m’a semblé nécessaire de préciser le contexte quand même x,)

Bonne soirée à vous !
Suspicion de TSA et HPI (hypothèse émise par une psychologue)

Avatar du membre
Eyvor
Prolifique
Messages : 578
Enregistré le : vendredi 17 septembre 2021 à 18:15

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#2 Message par Eyvor » mercredi 25 janvier 2023 à 0:36

Bonsoir Cami22
Si vous êtes passés par la fac, avez vous eu cette sensation de « ne pas vous sentir à votre place »? (pas forcément en fac de droit)
Oui, pourtant j'ai choisi des études que j'ai toujours voulu faire, la fac où j'ai toujours voulu faire mes études. J'ai décroché à plusieurs reprises sans vraiment comprendre pourquoi. J'ai fait également les tentatives de reprendre mes études dans un autre établissement (toujours dans le même domaine, j'aurais dû peut-être envisager la réorientation), mais pareil, j'ai décroché. Jamais à ma place...
À l'époque des connaissances sur TSA étaient très pauvres par rapport à ce qu'on connaît aujourd'hui (dans les années 90). Je n'ai jamais fini mes études.
Est-ce que certains d’entre vous ont vécu un burn-out autistique, et comment l’avez-vous géré ? Pensez vous que l’on peut retrouver ses capacités « d’avant burn-out » ?
Oui et je dirais plusieurs sans vraiment savoir de quoi il s'agissait. C'est le dernier qui a été particulièrement violent et qui m'a poussé de voir quelqu'un, car je ne comprenais plus rien. Fatigue inexpliqué, brouillard mental, une zombie qui fonctionne en mode pilotage automatique, car il le faut... C'est à cette époque là, que l'hypothèse TSA a été émise par ce professionnel. L'hypothèse que j'ai rejeté, car "certainement pas concernée, c'est une erreur" (merci les clichés), je n'ai pas pris au sérieux ce professionnel (pourtant, il a vu juste...) - j'en suis pas fière.
J'en suis pas encore entièrement sortie, je n'ai pas retrouvé mes capacités, j'ai peut-être laissé ce burn-out s'installer trop longtemps avant de demander de l'aide. (Eh oui, il suffit juste de se remuer et faire plus effort, n'est pas ? Quand on veut on peut, non ? Mouais...). Wait & see donc, je ne suis pas vraiment un exemple à suivre sur ce coup. :innocent:

La troisième question ne me concerne pas.

Bon, c'est perso et je ne sais pas si cela répond vraiment à tes questions. J'espère que tu trouveras de l'aide pour ne pas décrocher totalement (pas uniquement dans tes études).

Bon courage et prends soin de toi, Cami22 :kiss:
TSA SDI
"Il n'y a rien qui doive être craint dans la vie, il y a seulement quelque chose à comprendre" (Marie Curie)

Avatar du membre
Flower
Intarissable
Messages : 5058
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#3 Message par Flower » mercredi 25 janvier 2023 à 10:52

Bonjour Cami22,

Perso, je n'ai pas décroché à la fac, mais j'ai fait les études que je voulais absolument faire (Sciences-Po) et en plus la spécialisation qui me plaisait le plus. Après, je n'ai pas non plus travaillé comme une tarée, j'avais souvent des résultats moyens. Mais tout le monde s'en fiche en fait.
En revanche, j'avais très peu de relations sociales à cette époque. Ça m'a peut-être préservée un peu. Plus j'avais beaucoup travaillé au lycée, on avait quasi un rythme de prépa, donc c'était limite "plus facile" après.

Le burn-out autistique, je l'ai fait ces dernières années (j'ai 39 ans), parce que je me suis retrouvée avec des tâches d'encadrement. Je n'en avais pas vraiment avant. L'âge n'aide pas, clairement j'avais bien plus d'énergie à 20 ans... C'est difficile à dire qu'elle est la part de quoi du coup.

Pour tes études, le droit est une discipline très polyvalente, donc potentiellement tu pourras déboucher sur plein de choses si tu arrives à valider ta licence. Avant d'envisager une réorientation complète, peut-être pourrais-tu réfléchir à ce que tu aimerais faire et si avec une licence de droit, tu pourrais faire un Master dans cette filière ? Histoire de te remotiver dans la dernière ligne droite de la licence... Quitte à faire ensuite le service minimum pour valider. Et quitte à faire une césure entre licence et Master pour souffler.
En tout cas c'est ce qui me vient à l'esprit en te lisant.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
freeshost
Intarissable
Messages : 34439
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#4 Message par freeshost » mercredi 25 janvier 2023 à 18:55

Concernant la fatigabilité chez les personnes autistes, j'ai déjà partagé des fichiers ici. :P
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Fluxus
Intarissable
Messages : 5661
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02
Localisation : Planète Shadok

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#5 Message par Fluxus » jeudi 26 janvier 2023 à 5:37

Hello, je vais tenter de répondre aux questions posées par rapport à mon parcours.
Cami22 a écrit :
mardi 24 janvier 2023 à 23:09
Si vous êtes passés par la fac, avez vous eu cette sensation de « ne pas vous sentir à votre place »? (pas forcément en fac de droit)
Me concernant, je suis passée par la fac et j'y suis encore à présent car je me suis réorientée à plusieurs reprises.

Dans mes anciens cursus, très scientifiques (sciences dures de type mathématiques, physique et informatique ou ingénierie), je ne me sentais pas à ma place alors que pourtant, j'aimais énormément mon domaine d'études.

De mon côté, ce qui a été très compliqué, c'est que j'ai persisté dans des domaines dans lesquels je n'avais initialement pas de facilités du tout mais dans lesquels je voulais quand même m'accrocher par passion, parce que je visais un milieu professionnel cohérent avec ce domaine.

Et comme j'étais vue à l'époque comme une personne qui "allait réussir tout ce qu'elle faisait", que j'étais de bonne volonté, sérieuse et investie, j'ai cru au fameux cliché du "Si ça te plaît, ça va être facile pour toi"...

Sauf que moi, je savais pas bosser... Donc bien-entendu, ça s'est pas super bien passé par rapport à ces aspects là, en plus de tout un tas de problématiques autour et par-dessus qui n'ont pas aidé.


Aujourd'hui, après 2 réorientations, je sais que j'ai enfin trouvé ma voie et que ça me convient très bien et on va dire que le fait de ne pas être submergée et ne pas se sentir mal dans ses études par rapport à une question d'échec ou de performance, ça règle déjà une grosse partie du souci, on va dire. Rien qu'en terme de motivation ou de rythme de travail...

Après voilà, avoir trouvé sa voie, ça ne fait pas tout et même si je m'épanouis dans mon cursus, il y a énormément de problématiques liées à mon autisme qui empiètent pas mal par dessus et font que ce n'est pas idéal non plus. Je pense notamment à tout ce qui concerne la vie étudiante, la vie en autonomie, savoir se gérer seul, faire face aux divers problèmes de communication, aux problèmes parfois administratifs etc.

J'ai eu aussi la problématique du fait que je suis une personne qui adore apprendre et j'ai toujours choisi mes études "par passion" on va dire. Sauf qu'en avançant, d'échec en échec, j'ai pris du recul et je me suis rendue compte que j'avais une vision assez naïve des études où je voyais les études comme un parcours dans lequel j'allais apprendre des choses qui me plaisaient sans prendre réellement conscience de la suite au niveau professionnel.

C'est à dire que plus tard, quand je me suis projetée sur ce que je pouvais faire plus tard, je me suis rendue compte que par rapport au travail demandé dans la vie active, c'était absolument pas du tout ce que je m'imaginais faire en fait.

Et bien-entendu, c'est très épuisant de forcer dans un domaine où ça n'avance pas et je me suis beaucoup usée, ce qui a fini par aboutir à une réflexion sur une réorientation et accepter que j'allais devoir changer de domaine d'études.

Cami22 a écrit :
mardi 24 janvier 2023 à 23:09
Est-ce que certains d’entre vous ont vécu un burn-out autistique, et comment l’avez-vous géré ? Pensez vous que l’on peut retrouver ses capacités « d’avant burn-out » ?
Oui, j'en ai vécu plusieurs. De mon côté, ça s'est énormément mêlé à ma dépression et mon anxiété qui sont là en comorbidités de mon TSA, donc ça n'a pas aidé.

Je me suis plusieurs fois dit que j'allais plus jamais pouvoir retrouver mes capacités d'avant, que c'était foutu, que j'allais avoir définitivement le cerveau en compote et ne plus jamais pouvoir rien faire, plus jamais pouvoir rien supporter...

Mais en fait, ce n'est pas aussi extrême et figé que cela. Le truc c'est qu'en avançant, au fur et à mesure, quand on trouve des moyens de rebondir, qu'on commence à aller mieux et tout le reste, on trouve toujours une autre manière de vivre, de voir les choses, qui peut-être certes, différente de l'avant burn-out mais qui continue de nous faire avancer.

Je sais pas vraiment comment l'expliquer mais en fait, je pense que le fait de tomber en burn-out autistique, ça permet aussi de revoir beaucoup de choses sur la façon dont on vit au quotidien, dont on gère les choses et c'est bien de réfléchir à ce qui pourrait nous alléger le quotidien pour éviter de retomber plus tard.

En fait, c'est sans cesse essayer de faire des réadaptations, par essais-erreurs... En tout cas, pour moi, c'est comme ça que ça fonctionne, je pense.

Du coup, je pense que oui, on peut retrouver des capacités d'avant burn-out mais peut-être pas de la même manière.

Il faut prendre en compte en fait sa propre fatigabilité quand on en a conscience, savoir se préserver, savoir ne pas forcer et aller trop loin, s'écouter sur les ressentis quand on commence à s'épuiser...

C'est pas toujours simple mais voilà, de mon côté j'ai été diagnostiquée à l'âge adulte, pendant que j'étais en plein dans les études supérieures et c'est notamment la multiplication et l'amplification des diverses problématiques et difficultés dans mon quotidien qui ont fini par me pousser au diag, progressivement.


Est-ce que tu envisages d'en discuter avec quelqu'un dans ta fac ? Y a-t-il un pôle handicap ? Penses-tu demander des aménagements ?
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage + trouble anxiodépressif associé - CRA régional (2021)

Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir.
Plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. ~ Les Shadoks

Cardamome
Prolifique
Messages : 2246
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#6 Message par Cardamome » jeudi 26 janvier 2023 à 7:22

J'ai eu aussi la problématique du fait que je suis une personne qui adore apprendre et j'ai toujours choisi mes études "par passion" on va dire. Sauf qu'en avançant, d'échec en échec, j'ai pris du recul et je me suis rendue compte que j'avais une vision assez naïve des études où je voyais les études comme un parcours dans lequel j'allais apprendre des choses qui me plaisaient sans prendre réellement conscience de la suite au niveau professionnel.
Et comme j'étais vue à l'époque comme une personne qui "allait réussir tout ce qu'elle faisait", que j'étais de bonne volonté, sérieuse et investie, j'ai cru au fameux cliché du "Si ça te plaît, ça va être facile pour toi"...

Sauf que moi, je savais pas bosser... Donc bien-entendu, ça s'est pas super bien passé par rapport à ces aspects là,
C'est exactement mon fils, en ce moment ça. Vision très naïve des études, à très très court terme, juste parce qu'il aime la thématique...
"Juste" pour se régaler des notions. Ce qu'il a particulièrement fait au lycée d'ailleurs :lol:
Spoiler : 
en questionnant le responsable de la licence, j'ai d'ailleurs un retour très positif de lui: c'est un étudiant investi en cours et en TD. Il pose des questions pertinentes, il répond aux questions posées. Comportement assez rare chez un étudiant en L1 a t-il précisé. Mais les notes sont catastrophiques...
Merci de ton témoignage Fluxus.
En espérant qu'il prenne du recul pour pouvoir se ressaisir et surtout ne pas sombrer dans le burn out ou la dépression.
maman d'un jeune homme diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Avatar du membre
Fluxus
Intarissable
Messages : 5661
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02
Localisation : Planète Shadok

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#7 Message par Fluxus » jeudi 26 janvier 2023 à 12:37

Après pour être honnête, je ne cache pas que le fait de me réorienter vers une voie dans laquelle j'avais beaucoup plus de facilités en terme "d'attendus", ça a bien aidé.

Et puis y a aussi le fait que ça m'intéresse énormément, que je suis passionnée aussi.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage + trouble anxiodépressif associé - CRA régional (2021)

Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir.
Plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. ~ Les Shadoks

Cami22
Nouveau
Messages : 9
Enregistré le : mercredi 18 janvier 2023 à 23:52

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#8 Message par Cami22 » mardi 31 janvier 2023 à 19:41

Merci beaucoup pour ta réponse:))
J'ai eu aussi la problématique du fait que je suis une personne qui adore apprendre et j'ai toujours choisi mes études "par passion" on va dire. Sauf qu'en avançant, d'échec en échec, j'ai pris du recul et je me suis rendue compte que j'avais une vision assez naïve des études où je voyais les études comme un parcours dans lequel j'allais apprendre des choses qui me plaisaient sans prendre réellement conscience de la suite au niveau professionnel.
Moi aussi je pense avoir ce rapport là aux études ! J’adore apprendre mais je ne « prends pas conscience de la suite au niveau professionnel » (je me permets de te citer car j’aurais pas dit mieux:))
J’avais envisagé à un moment de faire un doctorat pour devenir prof de droit… Mais je sais pas si ça va le faire. Et la déprime/solitude à la fac n’aide pas non plus à avoir les idées claires.
Je me suis plusieurs fois dit que j'allais plus jamais pouvoir retrouver mes capacités d'avant, que c'était foutu, que j'allais avoir définitivement le cerveau en compote et ne plus jamais pouvoir rien faire, plus jamais pouvoir rien supporter...
C’est ce que je me dis parfois en ce moment… Et ça me fait peur de ne plus pouvoir répondre aux attentes des autres. Je me sens hyper vulnérable à leur jugement, d’autant que j’ai l’impression d’avoir de plus en plus de mal à communiquer verbalement.
Est-ce que tu envisages d'en discuter avec quelqu'un dans ta fac ? Y a-t-il un pôle handicap ? Penses-tu demander des aménagements ?
Je n’ose pas m'adresser au pôle handicap, car je n’ai pas encore de diagnostic et je ne pense pas pouvoir expliquer mes problèmes. Et ce qui me pèse autant que la fatigue, c’est aussi la solitude à la fac. Je suis retournée à un cours après avoir posté mon premier message pour voir comment ça allait se passer, le contenu du cours m’a plu, mais je me suis sentie très seule et isolée (et mes paroles se bloquaient dans ma gorge quand j’essayais de « dire un truc »). J’aurais préféré ne pas y aller.

Si ce n’est pas indiscret, dans quel domaine étudies-tu ?:)

En tout cas merci encore de m'avoir répondu :))
Suspicion de TSA et HPI (hypothèse émise par une psychologue)

Cami22
Nouveau
Messages : 9
Enregistré le : mercredi 18 janvier 2023 à 23:52

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#9 Message par Cami22 » mardi 31 janvier 2023 à 19:44

Merci beaucoup pour vos réponses :kiss:
Suspicion de TSA et HPI (hypothèse émise par une psychologue)

masebast
Familier
Messages : 182
Enregistré le : samedi 17 juillet 2021 à 22:18

Re: Burn out autistique (?) et université / réorientation

#10 Message par masebast » mardi 31 janvier 2023 à 20:37

Cami22 a écrit :
mardi 24 janvier 2023 à 23:09

Si vous êtes passés par la fac, avez vous eu cette sensation de « ne pas vous sentir à votre place »?

Est-ce que certains d’entre vous ont vécu un burn-out autistique, et comment l’avez-vous géré ? Pensez vous que l’on peut retrouver ses capacités « d’avant burn-out » ?
Bonjour,

1. Non. Mon parcours est complètement atypique puisque je venais d’une Académie des Beaux-Arts dont le niveau ne permet pas l’accès à l’université. Pourtant même si au début, j’ai accusé l’écart, au plus j’allais en avant dans mes études au plus j’avais une focalisation importante et j’avais de plus en plus de facilité même si ça devait plus compliqué.

2. Oui, j’ai eu de gros soucis d’angoisses la quatrième année pour mon mémoire. Franchement j’étais à la limite de l’hospitalisation. L’année de préparation au doctorat idem. Et le doctorat c’était pas la peine d’insister, j’étais vraiment dans un état pitoyable. Se nourrir c’était compliqué, tolérer la présence d’autres personnes, impossibles. Le bus, les séminaires, la bibliothèque, etc. C’était mort. Il n’y avait que mon IS et même dedans mes Nerfs lâchaient. Bref.
Mais mes points étaient excellents. C’était complètement paradoxale. Il m’a fallut des années pour récupérer. Et au plus je me suis éloigné de la structure universitaire, au mieux ça allait. Donc j’ai pris le parti de continuer à mon rythme de mon côté sans pression avec la force du cœur.
Diagnostiqué tsa

Répondre